Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

USA : Okoronkwo et les Rams remportent le Super Bowl

USA : Okoronkwo et les Rams remportent le Super Bowl
Obo Okoronkwo et les Rams remportent le Super Bowl 2022   -  
Copyright © africanews
AP Photo -

Etats-Unis

Les Rams de Los Angeles ont remporté le deuxième Super Bowl de leur histoire, en battant (23-20) les Bengals de Cincinnati, au terme d'une finale au suspense insoutenable, dimanche.

"Je suis tellement fier de cette équipe. Il y a tellement de nos gars méritants, qui se sont donnés cœur et âme pour ce groupe. Ce match c'est l'histoire de notre saison. On a eu des hauts et des bas, mais nous avons réussi", a commenté le quarterback Cooper Kupp.

Ainsi s'achève la saison de la Ligue professionnelle de football américain (NFL), dans la lignée de play-offs exceptionnels marqués par des scénarios de matches incroyables. Et, comme dans un film hollywoodien au sein du SoFi Stadium de L.A., ce Super Bowl, 56e du nom, a aussi connu son lot de rebondissements.

Sacrés une première fois en 2000, quand la franchise était installée à Saint-Louis (Missouri), les Rams succèdent au palmarès aux Buccaneers, qu'ils avaient éliminés mi-janvier, accélérant sans le savoir encore le départ à la retraite du légendaire Tom Brady, septuple champion.

Cette victoire surprise était en soi une revanche prise sur le légendaire quarterback, qui les avait privés du titre en 2018, remportant alors sa sixième bague avec les New England Patriots.

Et comme Tampa Bay l'an passé, les Rams sont parvenus à être sacrés dans leur antre.

Pourtant, ils n'ont pas vraiment eu l'impression d'évoluer à domicile tant le SoFi à 5,5 milliards de dollars, rempli par 70.000 spectateurs, était tigré d'orange et noir, les fans des Bengals l'emportant aux décibels.

Un show qui a tenu toutes ses promesses

Si ce n'étaient le soleil, les 30 degrés Celsius ambiants et le tout show-business présent, de The Rock, qui a présenté au micro les deux équipes, à Jennifer Lopez, en passant par Kareem Abdul-Jabbar, Shaquille O'Neal, Sean Penn, Samuel L. Jackson, Charlize Theron et Ye (Kanye West), visage totalement recouvert d'un voile noir, on se serait cru dans l'Ohio.

Le début de match ne fut cependant pas à l'avantage des Bengals, puisque Stafford a offert deux touchdowns, aux premier et deuxième quart-temps, à Odell Beckham Jr, puis à Cooper Kupp, déjà lui, après une série d'attaques variées qui ont donné le tournis à la défense adverse (13-3).

Cincinnati a répondu immédiatement. Joe Burrow après quelques premiers bons "drives", a combiné avec le running-back Joe Mixon qui a joué les quarterbacks et trouvé Tee Higgins pour le touchdown (13-10).

Car après le show de la mi-temps, au top du hip-hop, avec Dr. Dre, Eminem, Snoop Dogg, Mary J. Blidge, Kendrick Lamar, et 50 Cent en invité surprise, Cincinnati a effectué un début de seconde période tonitruant.

Dès son premier lancer, Burrow a envoyé le genre de passe "hallelujah" qu'on tente généralement en ultime recours et, 75 yards plus loin, Tee Higgins, auteur d'un doublé, l'a captée pour aller au touchdown. Une action superbe quoique entachée d'une faute non sifflée, le receveur ayant dans sa course attrapé la grille du casque de son défenseur (17-13).

L.A. allait mal et Stafford était intercepté une deuxième fois. Mais ses défenseurs ont tenu la maison Rams, faisant subir l'enfer à Burrow, saqué sept fois, record égalé pour un Super Bowl.

"Cela fait mal. Je suis déçu de ma performance. Je pense que j'aurais pu nous donner une chance de gagner. On vit et on apprend", a-t-il commenté.

Après que Evan McPherson a porté le score à 20-13 pour les Bengals, réduit ensuite à 20-16 par Matt Gay, le dernier quart-temps fut au cordeau.

Et, finalement, Stafford a trouvé Kupp, logiquement désigné MVP.

"Ils ont tous les deux repris vie et brillé le plus quand il le fallait. C'est pour cela que nous avons réussi", leur a rendu hommage Sean McVay, plus jeune entraîneur à remporter un Super Bowl à 36 ans.

Pour Cincinnati, cette défaite en finale est la troisième après celles concédées en 1982 et 1989 contre les San Francisco 49ers. Probablement la plus dure à encaisser.

Le Nigéria, puissance africaine de la NFL

Depuis plusieurs années, les joueurs d'origine nigériane trustent les premiers rangs des drafts NFL.

Ce Super Bowl a permis de voir à l'oeuvre le linebacker extérieur Obo Okoronkwo côté Rams.

Chez les vaincus, onattendait beaucoup de Hakeem Adeniji, fils d'une célèbre présentatrice de la télévision nigériane, ou le cornerback Chidobe Awuzie.

L'appel à plus de diversité du président Biden

Le président américain Joe Biden a estimé dimanche que "la décence" devrait conduire la Ligue professionnelle de football américain (NFL) à faire en sorte qu'il y ait davantage d'entraîneurs issus des minorités en poste, alors qu'elle fait face à des accusations de discrimination.

"Je ne sais pas s'il n'y a pas d'exigence légale, mais en tout cas je pense que c'est une exigence de décence générale", a dit M. Biden au micro de NBC, à propos de la nécessité de favoriser la diversité, dans une ligue dont il a souligné qu'elle est "composée de tant d'athlètes de couleur (...) et pas assez d'entraîneurs qualifiés afro-américains pour manager ces équipes de la NFL".

"Je pense que la ligue devrait être tenue à un standard raisonnable. Son commissaire l'a souligné, ils n'ont pas tenu leur engagements, ils n'ont pas respecté leur ouverture à l'embauche pour plus de minorités afin de diriger les équipes", a-t-il ajouté.

Mercredi, Roger Goodell, le patron de la NFL avait reconnu que la ligue "s'était vraiment concentrée pour essayer d'obtenir des résultats" en matière de diversité, avant de reconnaître: "nous n'y sommes pas parvenus, loin s'en faut".

Cinq entraîneurs issus de minorités sont actuellement en poste pour 32 équipes. Deux d'entre eux sont noirs, dans une ligue où 70% des joueurs le sont aussi.

En basket NBA, on dénombre 14 entraîneurs noirs ou métis pour 30 clubs.

Evincé début janvier des Miami Dolphins, Brian Flores, un entraîneur noir âgé de 40 ans, a intenté il y a deux semaines un procès contre la NFL, "gérée comme une plantation" selon lui, ainsi que contre trois clubs, qu'il accuse de discrimination raciale. A la fois dans le cadre d'entretiens d'embauche "fictifs", menés en janvier par les New York Giants et en 2019 par les Denver Broncos, ainsi que dans celui de son récent licenciement.

Voir plus