Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tesla se tourne vers le Mozambique pour ses batteries électriques

Tesla se tourne vers le Mozambique pour ses batteries électriques
Une station Supercharger Tesla à Buford, en Géorgie, aux USA, le 22 avril 2021   -  
Copyright © africanews
Chris Carlson/Copyright 2021 The Associated Press -

Mozambique

Tesla se tourne vers le Mozambique pour obtenir un composant clé de ses batteries de voitures électriques, dans le cadre d'un accord qui, selon les analystes, est le premier du genre et vise à réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine pour le graphite.

La société d'Elon Musk a signé le mois dernier un accord avec la société australienne Syrah Resources, qui exploite l'une des plus grandes mines de graphite au monde dans ce pays d'Afrique australe. Il s'agit d'un partenariat unique entre un constructeur de véhicules électriques et un producteur de ce minéral essentiel pour les batteries lithium-ion.

Tesla achètera le matériau à l'usine de traitement de la société à Vidalia, en Louisiane, qui s'approvisionne en graphite auprès de sa mine de Balama, au Mozambique. Le constructeur de voitures électriques basé à Austin, au Texas, prévoit d'acheter 80 % de la production de l'usine, soit 8 000 tonnes de graphite par an, à partir de 2025, selon l'accord. Syrah doit prouver que le matériau répond aux normes de Tesla.

Cet accord s'inscrit dans le plan de Tesla visant à renforcer sa capacité à fabriquer ses propres batteries afin de réduire sa dépendance à l'égard de la Chine, qui domine les marchés mondiaux du graphite, selon Simon Moores, de Benchmark Mineral Intelligence, fournisseur de données et de renseignements sur les matériaux pour batteries basé au Royaume-Uni.

"Cela commence au sommet avec la géopolitique", déclare Simon Moores. "Les États-Unis veulent se doter d'une capacité nationale suffisante pour pouvoir construire des batteries au lithium-ion sur leur territoire. Et cet accord permettra à Tesla de s'approvisionner en graphite indépendamment de la Chine."

Problèmes environnementaux

Selon Simon Moores, la production des batteries aux États-Unis réduira certaines des questions auxquelles Tesla doit faire face concernant ses liens avec la Chine, où certaines mines posent des problèmes environnementaux. Le constructeur automobile a également installé une salle d'exposition dans la région du Xinjiang, où les autorités chinoises sont accusées de travail forcé et d'autres violations des Droits de l'homme à l'encontre de minorités ethniques majoritairement musulmanes.

L'industrie des batteries a été confrontée à une pénurie de graphite au cours des derniers mois, a indiqué Simon Moores. Le graphite stocke le lithium à l'intérieur d'une batterie jusqu'à ce qu'il soit nécessaire pour produire de l'électricité en se divisant en ions et électrons chargés.

Cette situation survient alors que tous les grands constructeurs automobiles s'empressent de se lancer dans la production de véhicules électriques, dans un contexte d'inquiétudes liées au changement climatique.

Tesla fabrique près d'un million de voitures électriques par an, et s'approvisionner en batteries en quantité suffisante est sa plus grande contrainte. "Ils ont augmenté leur propre capacité de fabrication de batteries", a déclaré Simon Moores, mais "ils n'arrivent toujours pas à obtenir suffisamment de batteries".

Autosuffisance

Une nouvelle usine de batteries que la société est en train de construire à Austin, au Texas, lui permettra de se rapprocher de l'autosuffisance, mais selon Simon Moores a déclaré qu'elle achetait toujours des batteries à d'autres fabricants, "et cela ne changera pas au cours de cette décennie". Par exemple, Tesla a conclu un accord avec Panasonic pour fabriquer des cellules de batterie dans l'usine de batteries du constructeur automobile près de Reno, dans le Nevada.

L'accord avec Syrah s'inscrit dans le cadre d'un effort plus large des constructeurs automobiles pour s'assurer des matières premières relativement rares pour les batteries, alors que la demande de véhicules électriques devrait augmenter, d'après Sam Abuelsamid, principal analyste de l'e-mobilité pour Guidehouse Insights.

L'accord permet également de rapprocher le graphite traité en Louisiane des usines américaines de Tesla. "La pandémie nous a montré que nous avons ces longues, longues, longues chaînes d'approvisionnement, et qu'il suffit de peu de choses pour perturber une chaîne d'approvisionnement", a déclaré Donald Sadoway, professeur de chimie des matériaux au Massachusetts Institute of Technology. "Quelqu'un pourrait tout à coup dire : 'Nous allons augmenter les prix' ou 'Nous allons refuser de l'expédier'".

Selon Sam Abuelsamid, il est peu probable que l'accord conclu entre Tesla et Syrah suscite l'hostilité du gouvernement chinois, car la Chine dispose de nombreux marchés pour son graphite, notamment grâce à l'augmentation de la production nationale de véhicules électriques.

Marché mondial

La Chine est pourtant le plus grand marché mondial de Tesla. L'entreprise possède une usine géante près de Shanghai et y vend environ 450 000 véhicules par an, contre environ 350 000 aux États-Unis, selon Sam Abuelsamid. Pour la société minière australienne, l'accord est "crucial" car il lui permet d'avoir un acheteur non chinois pour son produit graphite, a déclaré Simon Moores.

La mine de graphite de Syrah dans la province la plus septentrionale du Mozambique, Cabo Delgado, est l'une des plus grandes au monde, avec une capacité de production de 350 000 tonnes de graphite en paillettes par an. Ces dernières années, Cabo Delgado a été confrontée à la violence des extrémistes islamistes, une insurrection qui s'est récemment étendue à l'intérieur des terres depuis les zones côtières vers la province voisine de Niassa.

La mine se trouve sur la principale route reliant les provinces de Cabo Delgado et de Niassa, une voie de communication qui a été récemment rénovée par un entrepreneur chinois. Lors d'une cérémonie de réouverture de la route en décembre, le président Filipe Nyusi a appelé à la vigilance pour que la route ne soit pas utilisée par les insurgés.

Voir plus