Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : les manifestations contre la décharge d'Agareb continuent

  -  
Copyright © africanews
ANIS MILI/AFP or licensors -

Tunisie

En Tunisie, ds manifestants se sont rassemblés ce samedi pour la quatrième fois, cette semaine à Agareb. Les protestataires demandent la fermeture définitive de la décharge.

Yousra, 21 ans, est morte en 2019 après avoir été piquée par un moustique provenant de la décharge toxique, a déclaré Mme Ben Ibrahim.

"J'ai perdu ma fille et je ne veux pas que d'autres familles perdent leurs enfants à cause de la saleté de cette décharge", a déclaré l'homme de 59 ans.

Les habitants affirment que les déchets déversés sur le site, notamment des déchets industriels et médicaux dangereux, ont provoqué une série de maladies allant du cancer aux problèmes de vue et à l'infertilité.

Les autorités ont décidé de fermer le site en septembre après l'avoir déclaré complet, mais ont fait marche arrière lundi, provoquant des manifestations de rue en colère qui ont dégénéré en affrontements avec les forces de sécurité.

Aux premières heures de mardi, un manifestant est décédé des suites de l'inhalation de gaz lacrymogènes, selon ses proches, mais les autorités ont attribué son décès à un problème de santé sans rapport avec la situation.

Les manifestations interviennent dans le contexte d'une crise des ordures dans la province de Sfax, qui a vu les déchets s'empiler sur les trottoirs après la fermeture du site d'Agareb, la principale décharge de la province.

Selon les habitants, le site, situé à environ trois kilomètres du centre-ville et s'étendant sur 35 hectares, est devenu un désastre pour la santé publique depuis son ouverture en 2008.

"Deux ans après son ouverture, nous avons commencé à constater une augmentation des allergies, des maladies respiratoires et des fausses couches, conséquence directe de l'incinération des déchets et du rejet de gaz toxiques" par le site, a déclaré Bassem Ben Ammar, un médecin qui travaille dans la ville depuis deux décennies.

Des "parties de corps"

Même si l'odeur des gaz lacrymogènes se dissipe, la puanteur des déchets plane toujours sur cette ville de 40 000 habitants.

"Pendant l'été et toute l'année, les moustiques et l'odeur dégoûtante ne nous quittent jamais. Nous ne pouvons même pas ouvrir nos fenêtres", a déclaré Adel Ben Faraj, un manifestant.

La décharge, située au milieu d'une réserve naturelle, reçoit plus de 620 tonnes de déchets par jour, selon Ines Labiadh, du groupe de défense des droits FTDES. Ben Ammar a déclaré que le site était une destination pour "des déchets de toutes sortes, y compris des déchets médicaux, des parties de corps amputées et même des fœtus".

Le ministère de l'Environnement a déclaré que les déchets médicaux étaient traités avant d'être envoyés dans la décharge. Le site, l'une des 13 décharges officielles du pays d'Afrique du Nord, dessert environ un million de personnes et reçoit les déchets de nombreuses usines de la ville de Sfax, principal centre industriel de la Tunisie.

Comme dans le reste de la Tunisie, seule une petite partie des déchets de la région est recyclée, le reste étant soit enfoui, soit incinéré. Les résidents affirment que le site n'était censé être actif que pendant cinq ans, mais son utilisation a été prolongée et il a continué à fonctionner malgré un juge ordonnant sa fermeture immédiate en 2019.

Il a été jugé plein et a finalement été fermé fin septembre, mais les autorités l'ont rouvert cette semaine, déclenchant une nouvelle indignation parmi les résidents.

Un nouveau défi

Les militants ont averti que des protestations similaires pourraient facilement éclater au sujet d'autres décharges en Tunisie. Un homme a été déclaré mort après avoir été touché par une grenade lacrymogène pendant les manifestations, mais le ministère tunisien de l'Intérieur a affirmé que l'homme était décédé chez lui des suites d'une crise cardiaque.

La Tunisie est depuis longtemps confrontée à des problèmes de gestion des déchets, la majorité des 2,5 millions de tonnes de déchets collectés chaque année finissant dans des décharges sans être recyclés ou incinérés.

Ce problème constitue un défi pour le nouveau gouvernement du président Kais Saied, tout juste nommé le mois dernier, alors que le pays se trouve au cœur d'une crise politique.

Voir plus