Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sahara occidental : un second round des négociations prévu en mars

Sahara occidental : un second round des négociations prévu en mars

Maroc

Les parties en conflit dans le dossier du Sahara occidental devraient revenir à la table des négociations en mars, a annoncé ce mardi des diplomates des Nations unies. Il s’agira alors du deuxième round des pourparlers ouverts en décembre, entre le Maroc et le Front Polisario. Les premiers en six ans.

L’ancien président allemand Horst Koehler, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental est à pied d‘œuvre pour réunir de nouveau les protagonistes du conflit autour du Sahara occidental. Lors de consultations à huis clos tenues mardi, le diplomate allemand a déclaré à des diplomates qu’il envisageait tenir des rencontres séparées avec toutes les parties, avant de les réunir en mars, rapporte l’Associated Press.

En décembre dernier, Horst Koehler a réuni le Maroc, le Front Polisario et les voisins algérien et mauritanien autour de la même table pour la première fois en six ans. Si aucun progrès significatif n’a été enregistré, cette étape a été un signe d’espoir pour mettre un terme à ce conflit vieux de 43 ans. Pour l’ambassadeur sud-africain à l’ONU, Jerry Matjila, « C’est très positif que les parties discutent. … Ce qui a changé, c’est que les parties se respectent mutuellement ». Malgré tout, le Maroc et le Front Polisario maintiennent des positions très tranchées sur l’issue de la crise.

>>> LIRE AUSSI : Sahara occidental : une solution pacifique est possible

Positions ancrées

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental est en grande partie sous contrôle du royaume depuis 1975. Un cessez-le-feu supervisé par une force de maintien de la paix de l’ONU (Minurso) est intervenu en 1991.

Le Polisario, qui a proclamé en 1976 une République arabe sahraouie démocratique (RASD), réclame un référendum d’autodétermination alors que Rabat propose comme solution de “compromis” une autonomie sous sa souveraineté.

Omar Hilale, ambassadeur du Maroc aux Nations unies, a réitéré mardi que son pays n’entendait pas céder sur son offre, celle d’une large autonomie aux Sahraouis. « … Nous sommes prêts à négocier et à donner la plus grande puissance opérationnelle pour l’autonomie. En dehors de l’autonomie, rien. Nous ne sommes pas prêts à négocier quoi que ce soit.

Pour sa part, le Front Polisario estime que « la seule façon pour le peuple sahraoui d’exercer l’autodétermination est par le biais d’un référendum », a précisé, mardi, son représentant à l’ONU, Sidi Omar.

Quoi qu’il en soit, la gestion du conflit au Sahara occidental devient de plus en plus un sujet de désaccord au sein même des Nations unies. Le mois dernier, certains pays avec en tête les Etats-Unis étaient aux avant-postes pour réclamer une solution au différend et la fin de la mission de l’ONU, entamée en 1991.

>>> LIRE AUSSI : Sahara occidental : prolongation de la mission de l’ONU
Voir plus