Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique du Sud - réforme agraire : une étape supplémentaire franchie

Afrique du Sud - réforme agraire : une étape supplémentaire franchie

Afrique du Sud

Le comité interministériel mis en place par le vice-président de la République David Mabuza aura la principale tâche d’accélérer le processus de mise en œuvre de la réforme agraire en cours en Afrique du Sud.

Les choses se précisent davantage s’agissant de l’entrée en vigueur de la réforme agraire en Afrique du Sud. En témoigne le comité interministériel mis en place mardi lors d’une réunion présidée par le vice-président de la République David Mabuza.

Impliquant plusieurs départements dont ceux de la justice, des affaires foncières, de l’intérieur et de l‘économie, ce cadre devrait constituer un laboratoire destiné à bâtir des stratégies de mise en application de la réforme agraire.

Une réforme foncière dont le principal objectif est la modification de l’article 25 de la Constitution afin de procéder à des expropriations sans compensation. Boudée par des Blancs, cette rénovation alimente de houleux débats au sein de la classe politique sud-africaine.

Pourtant, la réalité est telle que depuis des siècles entiers, les quelque 8 % de Blancs possèdent à eux seuls plus de 72 % des terres au détriment de la majorité noire (plus de 80 % de la population). Une redistribution léonine à laquelle le président Ramaphosa veut mettre définitivement fin en raison des pressions exercées non seulement par son parti le Congrès national africain (ANC). Mais aussi et surtout par l’opposition incarnée par les Combattants pour la liberté économique (EFF) de l’intraitable Julius Malema.

« La réforme agraire a pour objectif de corriger les injustices liées à la dépossession de terres (…) le péché originel », expliquait l’année dernière Cyril Ramaphosa lors de son investiture en tant que président de la République en remplacement de Jacob Zuma.

Englué dans des scandales de corruption en lien avec les Gupta, une richissime famille d’origine indienne, Zuma a été poussé à la démission en février 2018 par l’ANC.

Une élection présidentielle devrait se tenir en mai prochain. Et l’ancien vice-président de la Nation arc-en-ciel devrait défendre les couleurs du parti de Nelson Mandela.

>>> LIRE AUSSI : Afrique du Sud : vers l’accélération de la réforme agraire
>>> LIRE AUSSI : Afrique du Sud : Theresa May apporte son soutien à la réforme agraire
>>> LIRE AUSSI : Afrique du Sud – Réforme foncière : Pretoria mécontent de l’ingérence de Trump
Voir plus