Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

CAN 2019 : l'organisation retirée au Cameroun (officiel)

CAN 2019 : l'organisation retirée au Cameroun (officiel)

Cameroun

En réunion à Accra, la commission d’organisation de la CAN 2019 a décidé ce vendredi de retirer l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun, pénalisé par des retards dans l’avancée des travaux de préparation, a annoncé son président à Accra au Ghana.

C’est vraisemblablement une bien mauvaise nouvelle pour les peuples d’Afrique centrale. Le pays des Lions indomptables n’organisera pas la 32è édition de la Coupe d’Afrique (CAN) de football (15 juin-13 juillet).

“Aujourd’hui nous avons pris la décision de retirer la CAN-2019 au Cameroun”, a lancé Ahmad Ahmad lors d’une conférence de presse, après plus de dix heures de réunion à huis clos. Il a ajouté qu’un “cabinet” allait être mis en place pour lancer un appel d’offres et “déterminer un nouveau pays organisateur d’ici la fin de l’année”.

Dans la capitale ghanéenne, l’organe de la Confédération africaine de football (CAF) examinait les rapports des experts qui avaient effectué des missions au Cameroun pour évaluer la capacité du pays à abriter la 32è édition (15 juin-13 juillet) de l‘événement footballistique le plus prestigieux d’Afrique.

De ces deux dernières inspections menées en septembre et octobre, la Commission d’organisation de la CAN estime que le Cameroun ne sera pas prêt à temps pour terminer les travaux relatifs à la CAN 2019.

>>> LIRE AUSSI : CAN 2019 : le Cameroun fixé aujourd’hui

Quelque dure que soit la décision, il y avait déjà quelques signaux en défaveur du Cameroun. À peine la réunion de la commission d’organisation venait-elle de commencer que des organes de presse ont diffusé leurs prédictions.

Le cas de Jeune Afrique (JA) qui venait de publier dans la mi-journée l’avis d’une source qui avait requis l’anonymat. « Les conclusions de cette commission montrent que le Cameroun ne peut pas être prêt pour organiser la CAN 2019. La décision finale sera prise le vendredi 30 novembre par le comité exécutif de la Confédération africaine de football [CAF] », pouvait-on lire dans le site de l’hebdomadaire.

Passe d’armes

Bien, auparavant, une polémique est née entre le Cameroun et la CAF à propos de cette CAN. Parfois au mépris même de l‘élégance diplomatique. « À ce jour, je peux vous confirmer, avec le standard et le cahier de charge qui est en place, aujourd’hui, aucun site au Cameroun n’est disposé à accueillir la CAN », déclarait en août Ahmad Ahmad, le président de la CAF.

En bons lions blessés, les Camerounais ne s‘étaient pas laissés faire. « La Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a pris connaissance avec une profonde consternation des récentes déclarations du président de la CAF selon lesquelles, en l‘état actuel des choses, aucun site au Cameroun n’est en mesure d’accueillir la CAN », répondait la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT).

« On ne peut pas dire que le Cameroun n’a rien, alors que nous avons cinq stades dont trois répondant aux normes, à Yaoundé, Limbé et Bafoussam », martelait Issa Hayatou, ancien président de la CAF.

Avec l’implication du chef de l‘État et des célébrités dont Samuel Eto’o, ancien capitaine de l‘équipe nationale, la CAF a semblé mettre un peu d’eau dans son vin. Pour finalement prendre ce vendredi tout le monde à contre-pied.

A présent, parmi les pays sur le banc pour l’organisation de la compétition, l’Afrique du Sud et le Maroc qui auraient déjà manifesté leur engouement pour abriter la CAN. Le Comité exécutif de la CAF doit toutefois lancer un appel à candidature pour un nouveau pays hôte.

>>> LIRE AUSSI : CAN-2019 au Cameroun : la CAF examine la question vendredi à Accra
>>> LIRE AUSSI : CAN-2019 : l‘événement pourrait être délocalisé du Cameroun
>>> LIRE AUSSI : CAN 2019 : la CAF rassure le Cameroun
>>> LIRE AUSSI : CAN 2019 : Eto’o invite Ronaldinho et Messi à un match de gala
Voir plus