Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : la grève « illimitée » suspendue

Nigeria : la grève « illimitée » suspendue

Nigéria

La grève « illimitée » lancée la semaine dernière par le Nigeria Labour Congress (NLC), principale centrale du pays pour revendiquer la revalorisation du salaire minimum est suspendue pendant quatre jours. Le temps pour le comité tripartite de traiter de la question.

L’annonce a été faite ce dimanche 30 septembre par Ayuba Wabba, président du Nigeria Labour Congress (NLC). « Après avoir obtenu le mandat de leurs organes nécessaires, les syndicats ont décidé de suspendre la grève à compter d’aujourd’hui, dimanche 30 septembre 2018 », a déclaré Ayuba Wabba.

À en croire les dirigeants de la principale centrale syndicale, il s’agit de permettre la tenue des négociations en cours au sein d’un comité tripartite de 30 membres constitué des représentants de l’État fédéral, du secteur privé et des partenaires sociaux.

« Nous avons reçu une invitation ferme et formelle à la reprise de la réunion du comité tripartite prévue les 4 et 5 octobre 2018 », a confié Ayuba Wabba à la presse.

La semaine dernière, le NLC appelait à une grève illimitée afin de demander au gouvernement de revoir à la hausse le salaire minimum qui est de 240 dollars. À peine venait-elle d‘être lancée que la grève commençait à être suivie par plusieurs secteurs dont le monde estudiantin qui, à travers l’Association nationale des étudiants nigérians (NANS), menaçait d’emboîter le pas aux travailleurs.

Le NLC plie sans rompre

Mais, si le NLC vient de décréter un répit de 4 jours, la grève pourrait reprendre au cas où les négociations n’aboutissent pas à des résultats escomptés. «Nous exhortons tous nos syndicats et conseils d’État à maintenir un niveau élevé de mobilisation et de préparation jusqu’à ce que nous obtenions la revalorisation du salaire minimum », a déclaré Wabba.

Mis en place l’année dernière par le président nigérian, le comité tripartite procède d’une promesse faite pendant la campagne à la présidentielle de 2015. Muhammadu Buhari s‘était engagé à « assurer le bien-être et la prospérité des travailleurs » du Nigeria.

Que ces négociations aboutissent ou pas, cette grève semble mettre à nu toutes les peines qu‘éprouve Muhammadu Buhari à tenir ses promesses de campagne. Comme c’est le cas pour la libération des lycéennes de Chibok restées captives de Boko Haram.

De quoi rendre la tâche fort difficile à Buahri pendant la campagne pour la présidentielle de février prochain. Et même le déloger du palais présidentiel de l’Aston Rock Villa d’Abuja.

>>> LIRE AUSSI : Nigeria : la principale centrale syndicale satisfaite du début de la grève illimitée
>>> LIRE AUSSI : Nigeria : une grève illimitée pour obtenir l’augmentation du salaire minimum
>>> LIRE AUSSI : Démission de la ministre des Finances du Nigeria, accusée d’usage de faux
Voir plus