Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Congo : les civils du Pool seront aussi pris en compte dans le programme de réinsertion

Congo : les civils du Pool seront aussi pris en compte dans le programme de réinsertion

Congo

Au Congo, le programme « Désarmement, démobilisation et réintégration » (DDR) ne prendra pas seulement en compte les Ninjas-nsiloulous, miliciens fidèles au chef rebelle Frédéric Bintsamou dit Pasteur Ntumi. Il s‘étendra plutôt aux populations civiles, victimes de la crise du Pool.

L’annonce a été faite le 31 août dernier à Brazzaville, lors de la signature du programme entre le haut commissariat congolais chargé de la réinsertion des ex-combattants et la coordination du système des Nations unies au Congo.

Les Ninjas-nsiloulous, miliciens fidèles à l’ex-chef rebelle Frédéric Bintsamou dit Pasteur Ntumi qui ont livré de violents combats avec la force publique régulière d’avril 2016 au lendemain de la réélection contestée de Denis Sassou-Nguesso à la magistrature suprême, au 23 décembre 2017, date de signature de l’accord de cessez-le-feu.

Un accord dont le programme « Désarmement, démobilisation et réintégration » (DDR) constitue un des points essentiels. Financé à hauteur de 8,4 milliards de francs CFA soit 14,7 millions de dollars, il est censé permettre à près de 7 500 Ninjas-nsiloulous de renoncer définitivement aux armes en pratiquant des activités génératrices de revenus.

Seulement voilà. Le DDR tendait à oublier les populations civiles du Pool. Elles qui ont payé le tribut aux combats sanglants inhérents à ce qu’on appelle désormais crise du Pool. Selon des organismes spécialisés dans l’humanitaire, cette crise a déjà fait plus de 138 000 déplacés.

La gravité de cette crise humanitaire est telle que des populations civiles commençaient à réclamer des indemnisations. Des réclamations inhérentes aux programmes antérieurs de DDR. En effet, selon des observateurs, le DDR de la première crise du Pool (1998-2003) n’avait pris en compte que les combattants en mettant à l’index les principales victimes, donc les civils.

Quels critères de sélection des bénéficiaires ?

Mais, cette fois-ci, les pouvoirs publics se veulent conséquents en reconsidérant le DDR. Il faudra ainsi l‘étendre aux populations civiles. « Nous venons de signer le document de projet. Souvent, ce programme focalise son attention sur les ex-combattants, mais cette fois-ci, nous allons l’étendre à la population civile afin de l’aider à repartir dans les villages respectifs », promet Antony Ohemeng-Boamah, coordonnateur du système des Nations unies au Congo.

« Ce programme est le fruit des leçons tirées de différents programmes mis en œuvre au Congo de 2000 à 2015. Il est assez complet et plante le décor sur l’harmonisation de la composante du désarmement, démobilisation et réintégration », renchérit Euloge Landy Kolélas, Haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants cité par Les Dépêches de Brazzaville.

Près de 2500 civils devraient bénéficier de ce DDR dont l’exécution devrait durer quatre ans. Voilà qui devrait mettre fin aux inquiétudes et grincements de dents. Reste cependant à savoir comment se fera la sélection des bénéficiaires, dans la mesure où des humanitaires dénombrent plus de 138 000 personnes affectées par la crise du Pool.

>>> LIRE AUSSI : Congo-crise du Pool : comment appliquer l’accord de Kinkala ?
>>> LIRE AUSSI : Congo-crise du Pool : Ntumi nie avoir lu le texte du cessez-le-feu
>>> LIRE AUSSI : Congo-crise du Pool : des acteurs politiques exhortent les deux parties au réalisme
Voir plus