Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Julius Malema appelle à des États-Unis d'Afrique

Julius Malema appelle à des États-Unis d'Afrique

Afrique du Sud

Julius Malema dans les pas des défunts Marcus Garvey et Mouammar Kadhafi. Le bouillonnant leader des Combattants pour la liberté économique (EFF) en Afrique du Sud a appelé à bâtir un continent fort, sans frontières, pour un but unique.

Julius Malema a une vision singulière de l’Afrique. Une vision dans laquelle la balkanisation du continent ne serait plus qu’un vieux souvenir. Une vision dans laquelle on assisterait à des Etats-Unis d’Afrique.

Mardi, dans une saillie de messages reprises par le compte Twitter de son parti, il a appelé à construire une Afrique indivisible, un voeu cher à ses devanciers, l‘écrivain jamaïcain Marcus Garvey et l’ancien guide de la Jamahiriya libyenne Mouammar Kadhafi.

“Nous avons besoin d’un continent sans frontières, nous avons besoin d’une monnaie, d’un Parlement, un président qui pourra unir le continent. Nous avons besoin des Etats-Unis d’Afrique, d’une seule Afrique”, a-t-il dit.

Malema est en cependant conscient, ces choses ne pourront pas se faire par la génération présente. Mais selon lui, c’est à elle de baliser le terrain afin que les générations futures prennent le relai.

Sortir l’Afrique du Sud du Commonwealth

Le patron des Combattants pour la liberté économique (EFF) a également lancé une tirade contre l’ancienne puissance coloniale en Afrique du Sud. Julius Malema a appelé son pays à sortir du Commonwealth, organisation commune à de nombreuses anciennes colonies britanniques.

De son avis, l’organisation “présidée par le colonisateur perpétue la suprématie blanche”. Fondé en 1931, le Commonwealth est jusque-là dirigé par la reine Elisabeth II d’Angleterre, âgée de 92 ans. Son fils, le prince Charles a d’ores et déjà été désigné pour lui succéder à la tête de l’organisation forte de 53 membres.

Julius Malema s’est par ailleurs outragé des perruques blanches – héritées de l‘ère coloniale – arborées par les juges sud-africains. “Qu’est-ce que c’est que ça ? Cela signifie-t-il que vous n‘êtes capables de penser que lorsque vous portez ces perruques qui vous font ressembler à un homme blanc ?”, s’est-il interrogé, rappelant au passage que ce sont de petites choses qui conduiront à la liberté de l’Afrique du Sud.

L’ex-leader des jeunes de l’ANC a posté ce message sur Twitter ce mardi alors même que la Première ministre britannique Theresa May achevait une visite en Afrique du Sud lors de laquelle elle a notamment promis une toute nouvelle forme de coopération économique gagnant – gagnant avec l’Afrique.

Une promesse qui vaut son pesant d’or alors que les anciennes puissances coloniales en Afrique sont accusées d’ourdir des accords économiques déséquilibrés et défavorables au continent.

La Gambie de Yahya Jammeh s‘était également rangée derrière cet argument pour se retirer du Commonwealth dès 2013. Mais, dès son arrivée au pouvoir en 2017, le nouveau président Adama Barrow a regagné l’organisation.

Partisan invétéré de l‘égalité des races, Julius Malema est à l’origine de l’expropriation des terres aux fermiers blancs, actuellement en débat en Afrique du Sud.

>>> LIRE AUSSI : Afrique du Sud – Réforme foncière : Pretoria mécontent de l’ingérence de Trump
>>> LIRE AUSSI : Afrique du Sud : Julius Malema poursuivi pour avoir appelé à occuper des terres
Voir plus