Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Présidentielle en RDC : que dira la CENI du dossier de Bemba ?

Présidentielle en RDC : que dira la CENI du dossier de Bemba ?

République démocratique du Congo

Jean-Pierre Bemba a déposé ce jeudi 2 août son dossier afin de briguer la magistrature suprême lors de la présidentielle du 23 décembre prochain. Reste à savoir si la commission électorale validera la candidature de l’ancien vice président que des dignitaires du régime ne cessent de déclarer inéligible.

Débuté le 25 juillet dernier, le dépôt des candidatures à la présidentielle du 23 décembre prochain en RDC se poursuit au siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Ce, jusqu’au 8 août. Et quelque 24 heures après son arrivée triomphale à Kinshasa, Jean-Pierre Bemba a déposé ce jeudi son dossier afin de succéder à Joseph Kabila.

>>> LIRE AUSSI : RDC : ouverture de la période de dépôt des candidatures

Pour ses partisans qui étaient des dizaines de milliers à l’accompagner ce matin à la CENI, la victoire de leur leader semble certaine. « Bemba, rase-lui cette barbe blanche », « Adieu Kabila »,…Que de slogans scandés à l’encontre du président congolais !

Mais, un grand obstacle semble se dresser devant Bemba sur la route qui mène au Palais de la Nation (résidence officielle du Chef de l‘État). Le dossier de l’ex vice-président de la République pourrait être rejeté si les autorités congolaises mettent à exécution leur opinion sur le casier judiciaire du président-fondateur du parti le Mouvement de libération du Congo (MLC).

Le dernier mot revient à la CENI

Pour des membres du pouvoir, le chef d’accusation « subornation de témoins » qui pèse encore sur lui à la Cour pénale internationale (CPI) pourrait remettre en cause la candidature de l’ancien chef de guerre. « Jean-Pierre Bemba pourrait tomber sous le coup de l’article 10 de la loi électorale : les personnes condamnées pour corruption sont inéligibles », déclarait la le 27 juillet dernier, Alain Atundu, porte-parole de la Majorité présidentielle (MP).

Argument balayé d’un revers de la main par le MLC qui avait répondu qu’il n‘était pas du ressort d’une coalition politique de décider de l’inéligibilité d’un citoyen. Plutôt du ressort des institutions de la République dont la CENI.

En attendant l’examen du dossier, Corneille Nangaa, président de la CENI, avait quant à lui estimé que « c’est un débat de politiciens » qui ne saurait concerner son institution. Toutefois, des observateurs redoutent que la candidature de Bemba soit rejetée sur instruction du pouvoir pour barrer la route à Bemba. Tant, déplorent certains, « la plupart des institutions sont acquises à la cause du régime de Kabila ».

Presque compliqué pour Katumbi

Autre  candidature à problème, celle de Moïse Katumbi dont l’arrivée est prévue ce vendredi 3 août à Lubumbashi. Nul ne sait si l’avion transportant l’ancien gouverneur du Katanga sera autorisé à atterrir à l’aéroport de Luano à Lubumbashi.

Et quand bien même son appareil pouvait être autorisé à atterrir, Moïse Katumbi pourrait avoir de sérieux ennuis judiciaires. L’ancien allié de Kabila pourrait aller directement en prison en raison de plusieurs chefs d’accusation dont « atteinte à la sûreté intérieure de l’État » et « usurpation de nationalité ». Kinshasa semble formel à ce sujet. « Il se retrouvera entre les mains de la justice », selon l’expression de Léonard She Okitundu, ministre congolais des Affaires étrangères.

>>> LIRE AUSSI : RDC : Katumbi et Bemba font-ils peur à Kabila ?

Joseph Kabila, dont le deuxième et dernier mandat s‘était achevé depuis 2016, continue, à une semaine de la date-butoir de l’enregistrement des dossiers, d’entretenir le mystère sur sa candidature ou non à la présidentielle de décembre prochain. Certains de ses fidèles estiment qu’au terme de la constitution modifiée, il peut briguer un autre mandat présidentiel.

>>> LIRE AUSSI : Élection présidentielle en RDC : vers une candidature de Kabila ?
Voir plus