Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Journée mondiale des monuments et des sites : le bref plaidoyer du CICR

Journée mondiale des monuments et des sites : le bref plaidoyer du CICR

Afrique

Dans un tweet, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a appelé ce mercredi à sauvegarder les sites et les monuments. Un plaidoyer en lien avec la politique de l’UNESCO.

L’humanité célèbre le 18 avril de chaque année la journée mondiale des monuments et sites. Instituée en 1983, cette journée s’inscrit dans la politique de l’UNESCO d’encourager les communautés à explorer le patrimoine culturel de l’humanité sous ses différentes formes et les aider à prendre conscience de l’importance de leur patrimoine culturel.

L‘édition de cette année est placée sous le thème « Le patrimoine pour les générations ». Pour le Conseil international des monuments et des sites (International Council on Monuments and Sites, ICOMOS) le choix de ce thème consiste à « rappeler l’importance des échanges intergénérationnels en matière de sauvegarde et de promotion du patrimoine ».

Un thème choisi au moment où le monde culturel a du mal à se remettre de la disparition de plusieurs monuments ou sites archéologiques, lesquels sont pourtant des creusets de connaissances utiles à l’Humanité tout entière.

C’est le cas de la piste des Caravanes non loin de Pointe-Noire au Congo qui pourrait disparaître si la réhabilitation promise récemment par le ministère de la Culture ne se réalise pas. Du coup, les générations futures perdront un repère ou un indice non moins important lorsqu’il s’agira d’explorer l’esclavage en Afrique centrale en général et au Congo en particulier.

Or, en secourant les personnes dans les zones de conflit, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est souvent témoin d’une vaste entreprise de liquidation des monuments et sites. « Attaquer les biens culturels, monuments, musées et sites archéologiques, c’est attaquer notre identité, notre mémoire et notre avenir », peut-on lire sur la page Twitter de l’ONG.

Et ces sites vulnérables sont nombreux à travers le monde. Notamment, en Irak ou en Syrie ou les éléments de l’Etat islamique, s‘évertuent chaque jour où presque à effacer ces précieux éléments qui renseignent avec certitude sur les civilisations orientales.