Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Zanzibar : la culture des algues affectée par le réchauffement climatique

Zanzibar : la culture des algues affectée par le réchauffement climatique

Tanzanie

La culture des algues à Zanzibar est de plus en plus fragilisée par le réchauffement climatique, mais aussi la concurrence des produits asiatiques.

Le troisième producteur mondial du spinosum, la variété la plus prisée des algues, a vu sa production chuter de façon vertigineuse. L’archipel a produit seulement 1400 tonnes d’algues au premier trimestre de cette année, contre 3300 en 2015. “Pour que les algues survivent, la température de l’eau doit être entre 27 et 29 degrés. Quand l’eau est trop chaude, elles n’arrivent pas à bien se développer, et elles meurent”, a expliqué Narriman Jiddawi, biologiste à l’Institut des sciences maritimes de Zanzibar.

La montée de la température de l’eau à Zanzibar affecte ainsi un secteur qui emploie près de 24 000 agriculteurs, dont quatre-vingts pour-cent de femmes. Ces dernières doivent maintenant faire face à une baisse de leurs revenus, le prix du kilogramme d’algue étant passé de 700 à 300 shillings tanzaniens. “J’ai commencé à travailler dans ce domaine il y a vingt ans parce que je voulais augmenter mes revenus pour subvenir aux besoins de ma famille. Mais, en ce moment, je suis découragée parce que les prix d’achat ont chuté, j’espère que ça va changer”, déplore une cultivatrice d’algues.

Pour que les algues survivent, la température de l'eau doit être entre 27 et 29 degrés

Le président de Zanzibar, Ali Mohamed Shein, réélu fin mars pour un second mandat, a promis de s’occuper du problème, en améliorant, notamment, les équipements. Le gouvernement tente, en outre, de promouvoir la transformation locale pour contrer la dépendance aux exportations d’algues brutes.

En plus du problème du réchauffement climatique, qui affecte la production et la qualité des algues de Zanzibar, les cultivateurs de l’archipel sont aussi confrontés à la concurrence asiatique qui inonde le marché d’algues à bas prix.

Voir plus