Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Le Kenya en quête d'investissements privés pour la réalisation d'infrastructures publiques

Le Kenya en quête d'investissements privés pour la réalisation d'infrastructures publiques

Kenya

Le gouvernement de Nairobi envisage de se tourner vers de nouveaux types de financement de projets d’infrastructures, tels que des partenariats avec des investisseurs privés.

Selon les autorités, le Kenya nécessite davantage d’investissements privés dans la construction d’infrastructures.L’objectif étant de maintenir le rythme des dépenses liées aux nouveaux projets de chemins de fer et à d’autres chantiers prioritaires, tout en réduisant le déficit budgétaire.

La plus grande économie d’Afrique orientale veut réduire le déficit du produit intérieur brut à 6,9 % pour l’année fiscale, commençant en juillet 2016 à partir d’une prévision initiale de 8,1 % pour 2015/16.

D’après Henry Rotich, le ministre des Finances, le gouvernement a lancé plusieurs projets de partenariat public-privé (PPP) pour construire des routes, des centrales d‘énergie et des logements. Toutefois, des statistiques n’ont pas été fournies à l’appui. Ce nouveau cadre de financement des projets a été présenté comme une solution efficace pour la construction de routes, aéroports, ports, chemins de fer et centrales électriques à travers toute l’Afrique.

Mais les analystes soulignent quelques facteurs pouvant handicaper la marche de telles opérations. Ils estiment que le gouvernement ne fournit pas assez de garanties d’un partage des recettes.

Irungu Nyakera, secrétaire principal au ministère des Transports et des infrastructures : “nous pourrions commencer à chercher d’autres options de financement. Un modèle de partenariat public privé pourrait fonctionner parfaitement. Si vous prenez l’aéroport par exemple, il y a beaucoup de gens prêts à percevoir des revenus. Il y a beaucoup de gens qui sont prêts à injecter du capital pour financer à titre de fonds propres. Nous disposons donc tout simplement de différentes façons plus créatives de mobiliser les fonds autrement que par le Trésor public.”

Le Kenya a entamé la réalisation de plusieurs chantiers de grande envergure. Parmi eux, l’expansion du port de Mombasa et de l’aéroport international de Nairobi, la construction d’un nouveau chemin de fer à voie normale, le remplacement de la ligne à voie étroite, entre Mombasa et Nairobi, pour un coût de 327 milliards de shillings.

Autant de projets qui devraient avoir un impact sur l‘économie du pays et des Etats voisins tels que l’Ouganda, l’Ethiopie et le Soudan du Sud, qui ne disposent pas de bordure maritime.

Voir plus