Flux RSS Africanewshttp://fr.africanews.com/feed/rssRecevez gratuitement toutes les actualités publiées sur africanews.com, en vous abonnant à un de nos flux RSS.Mon, 06 Apr 2020 16:30:00 +0000Pape Diouf, la chute d'un géanthttp://fr.africanews.com/2020/04/06/pape-diouf-la-chute-d-un-geant/Le monde du football, l’Afrique en particulier, pleure encore Pape Diouf décédé le mardi 31 mars 2020 à Dakar, au Sénégal. L’ancien président de l’Olympique de Marseille a été emporté par le Covid-19 et laisse un grand vide dans le cœur des amoureux du ballon rond. Son nom est à jamais inscrit en lettres d’or dans les annales du football mondial. Premier dirigeant noir, et pour l’instant le seul, d’un club d‘élite européen, Pape Diouf a plongé le monde du football dans une profonde tristesse. L’ancien président de l’Olympique de Marseille aura marqué l’histoire du football comme jamais ne l’a fait un dirigeant africain. Et les témoignages après son décès à 68 ans, le 31 mars 2020 à Dakar, des suites du Covid-19, en disent long sur la dimension de l’homme. Une grosse perte pour tous ceux qui se battent pour plus de justice et contre le racisme dans le sport et le football en particulier. Un combat qui a valu à l’ancien journaliste sportif et agent de joueurs le respect de ses pairs et l’admiration de tout un continent. Une fin tragique qui rappelle combien le coronavirus est dévastateur. Et plus le temps passe, plus l’inquiétude grandit. Mais également les interrogations autour de l’avenir du football. Est-il vraiment compromis par cette pandémie de Covid-19 ? Une seule certitude, c’est qu’on vit dans la totale incertitude. Mais les acteurs ont décidé de ne rien lâcher, à commencer l’instance mère, la FIFA dont le président Gianni Infantino se veut rassurant et appelle à faire bloc pour éviter l’effondrement de ce sport qu’il va tenter de sauver à tout prix. Et ce n’est sans doute pas l’argent qui manque à la FIFA, comme l’explique Infantino. Le Covid-19 qui paralyse tout et menace de plus en plus la suite de la saison. En Europe, on s’interroge sur la suite à donner aux compétitions interclubs notamment. Et le spectre d’une année blanche plane et s’accentue au fil des semaines. Et c’est désormais à envisager. La Ligue des Champions et la Ligue Europa pourraient effectivement ne pas aller au bout. Pour la première fois, l’UEFA évoque l’issue tant redoutée par les dirigeants de clubs. Le patron du football européen Aleksander Ceferin a déjà fixé une date butoir au-delà de laquelle il ne serait plus possible de poursuivre la saison.Mon, 06 Apr 2020 16:30:00 +0000editorial@africanews.com (Wahany Johnson SAMBOU)http://fr.africanews.com/2020/04/06/pape-diouf-la-chute-d-un-geant/Barrage sur le Nil : l'Éthiopie déploie son armée près du sitehttp://fr.africanews.com/2020/04/06/barrage-sur-le-nil-l-ethiopie-deploie-son-armee-pres-du-site/Chars, véhicules blindés escortant des dizaines de soldats, … Des images de la tévision nationale montrent bien que l’armée éthiopienne est bien présente aux abords du barrage sur le Nil ou « Grand barrage de la renaissance » (GERD). D’un coût de 4 milliards de dollars, ce projet est censé être le plus grand barrage d’Afrique avec une production de 6 000 mégawatts de capacité (l‘équivalent de six réacteurs nucléaires). Au grand bonheur de l‘Éthiopie. Ce qui n’est cependant pas du goût de pays riverains dont l‘Égypte qui a toujours redouté que la construction du GERD, entamée en 2012, n’entraîne une réduction du débit du fleuve du Nil Bleu, dont l’Égypte dépend à 90 % pour son approvisionnement en eau. Le différend né de ce projet a conduit à de multiples négociations initiées par des pays voisins dont le Kenya. Et même les bons offices des la première puissance mondiale, les États-Unis n’ont pas aidé les deux pays à tomber ne fût-ce que sur un modus vivendi. Exécuté à 72 %, d’après le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, le GERD pourrait s’achever en juillet, à en croire des estimations. Reste à savoir si quelle sera la réaction de l‘Égypte. Et la tension pourrait monter davantage entre les deux États.Mon, 06 Apr 2020 13:58:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2020/04/06/barrage-sur-le-nil-l-ethiopie-deploie-son-armee-pres-du-site/Nigeria : l'actrice Funke Akindele arrêtée pour avoir organisé une fête en plein confinementhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/nigeria-l-actrice-funke-akindele-arretee-pour-avoir-organise-une-fete-en-plein/Une célèbre actrice nigériane a été arrêtée dimanche soir pour avoir organisé une fête à Lagos où se sont rendues de nombreuses célébrités, défiant les obligations de confinement imposées pour stopper la propagation du coronavirus, a indiqué la police lundi. Funke Akindele, connue sous le nom de scène de Jenifa, est accusée d’avoir organisé une fête d’anniversaire pour son mari ayant réuni plusieurs stars de la scène nigériane, et dont les vidéos ont fait scandale sur les réseaux sociaux tout le weekend. “Nous avons arrêté Funke Akindele pour avoir organisé une fête au mépris des  directives gouvernementales qui interdisent tout rassemblement de personnes”, a expliqué à l’AFP le porte-parole de la police Bala Elkana. L’actrice et son mari sont attendus en comparution immédiate lundi. Ils risquent jusqu‘à un mois de prison et 100.000 nairas d’amende (240 euros).  Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, où l’on voit quelques dizaines d’invités, dont la star Naira Marley, faire la fête, ont fait scandale tout le weekend à Lagos, ville réputée pour les fêtes, l’insouciance et la décadence de certains de ses habitants.   La star de Nollywood s’est excusée dans une vidéo Instagram et a promis au gouvernement “d’apporter du soutien et de faire de la prévention pour éradiquer la pandémie”. Funke Akindele apparaît d’ailleurs dans une publicité de prévention où elle demande aux Nigérians d’observer les règles de distanciation sociale.  Lundi, 232 cas officiels de Covid-19 avaient été recensés au Nigeria, et la maladie avait fait 5 morts déclarés.  Les Etats du Delta, de Lagos et Abuja ont mis en place des mesures très strictes de confinement, difficilement applicables dans un pays où la majorité de la population dépend de l‘économie informelle pour se nourrir.  >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPMon, 06 Apr 2020 12:20:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/nigeria-l-actrice-funke-akindele-arretee-pour-avoir-organise-une-fete-en-plein/Coronavirus : les ministres rwandais contraints à donner un mois de salairehttp://fr.africanews.com/2020/04/06/coronavirus-les-ministres-rwandais-contraints-a-donner-un-mois-de-salaire/Les ministres et hauts fonctionnaires rwandais ne toucheront pas de salaire en avril et cet argent sera affecté à des programmes sociaux pour aider les plus pauvres à résister à l’impact de la crise économique liée au nouveau coronavirus, a annoncé le gouvernement. “Le gouvernement rwandais a décidé, en sus de toutes les initiatives actuelles de protection sociale, que tous les membres du gouvernement, les directeurs de cabinet, les chefs d’institutions publiques et d’autres hauts responsables devront renoncer à un mois de salaire (avril)”, a déclaré le Premier ministre, Edouard Ngirente, dans un communiqué publié dimanche soir. Ce sacrifice a pour objectif de témoigner de la “solidarité” des autorités avec le peuple, dans un pays qui a imposé un confinement strict pour limiter la propagation du coronavirus. “Ensemble, nous contiendrons cette épidémie”, a ajouté M. Ngirente. Le gouvernement a distribué des biens de première nécessité à environ 20.000 personnes vulnérables de la capitale Kigali, mais les besoins sont immenses dans ce pays de 12 millions d’habitants où environ 40% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Aide financière du FMI Le gouvernement n’a pas précisé combien exactement de personnalités politiques et administratives étaient concernées par ce reversement de salaire, ni combien d’argent il espérait ainsi collecter. Le Rwanda a été l’un des premiers pays africains à imposer le 21 mars un strict confinement, en fermant tous les magasins sauf ceux absolument essentiels, en suspendant les transports publics et en interdisant tous les “déplacements non essentiels” hors du domicile. Ces mesures ont été étendues au moins jusqu’au 19 avril et ont eu un fort impact sur les plus défavorisés des Rwandais, frappés par la hausse du chômage et du prix des denrées alimentaires. Le Fonds monétaire international (FMI) a accordé la semaine dernière un prêt de 110 millions de dollars (101 millions d’euros) au Rwanda pour contrecarrer les effets économiques du coronavirus. Lundi, à 10h30 GMT, le Rwanda comptait 104 cas confirmés de coronavirus, soit l’un des chiffres les plus élevés en Afrique de l’Est. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPMon, 06 Apr 2020 12:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/coronavirus-les-ministres-rwandais-contraints-a-donner-un-mois-de-salaire/Coronavirus : l'Afrique pourrait perdre 20 millions d'emplois, selon l'Union africainehttp://fr.africanews.com/2020/04/06/coronavirus-l-afrique-pourrait-perdre-20-millions-d-emplois-selon-l-union/Environ 20 millions d’emplois sont menacés en Afrique en raison de l’impact de la pandémie de coronavirus selon une étude de l’Union africaine. Bien qu’elles ne représentent qu’une fraction du nombre total de cas recensés à travers le monde, les économies du continent sont déjà confrontées à un ralentissement économique mondial, à la chute des prix du pétrole et des matières premières et à une implosion du secteur du tourisme. La croissance du PIB africain tablée à 3,4 % cette année avant la pandémie devrait reculer de 08 à 1,1 % selon l’UA. Les gouvernements africains pourraient perdre jusqu‘à 20 à 30 % de leurs recettes fiscales, estimées à 500 milliards de dollars en 2019, selon l’analyse de l’institution africains. Les exportations et les importations devraient quant à elles chuter d’au moins 35 % par rapport aux niveaux de 2019, ce qui entraînerait une perte de valeur des échanges d’environ 270 milliards de dollars. La propagation du virus entraînera une augmentation des dépenses publiques d’au moins 130 milliards. Les producteurs de pétrole africains, qui ont vu la valeur de leurs exportations de brut chuter ces dernières semaines, seront parmi les plus touchés. Le Nigeria et l’Angola, les plus grands producteurs de pétrole de l’Afrique subsaharienne, pourraient à eux seuls perdre 65 milliards de dollars de revenus. Les exportateurs africains de pétrole devraient voir leurs déficits budgétaires doubler cette année tandis que leurs économies se contractent en moyenne de 3 %. Le tourisme également touché Les destinations touristiques africaines en souffriront également. Les pays où le tourisme représente une part importante du PIB verront leurs économies se contracter en moyenne de 3,3 % cette année. Cependant, les principaux sites touristiques de l’Afrique, les Seychelles, le Cap-Vert, Maurice et la Gambie, diminueront d’au moins 7 %. L’Afrique a été ces dernières années parmi les régions du monde qui connaissent la croissance la plus rapide au monde. Mais avec les frontières désormais fermées pour empêcher la propagation de la maladie et des compagnies aériennes entières clouées au sol, le secteur a été presque entièrement fermé. AGENCESMon, 06 Apr 2020 11:47:42 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/coronavirus-l-afrique-pourrait-perdre-20-millions-d-emplois-selon-l-union/Mali : au moins 20 soldats tués dans une attaque attribuée aux jihadistes (élus locaux)http://fr.africanews.com/2020/04/06/mali-au-moins-20-soldats-tues-dans-une-attaque-attribuee-aux-jihadistes-elus/Au moins vingt soldats maliens ont été tués lundi dans la région de Gao dans le nord du pays en guerre, au cours d’une nouvelle attaque attribuée à des jihadistes, ont indiqué des élus locaux. Cette attaque contre un poste militaire de Bamba est la dernière en date des opérations imputées aux jihadistes contre l’armée malienne ces derniers mois, dans un contexte de forte dégradation sécuritaire. Elles ont fait des centaines de morts dans les rangs de l’armée. “Des terroristes ont attaqué le camp de l’armée à Bamba tôt ce matin. Au moins vingt militaires ont été tués”, a affirmé sous couvert d’anonymat un responsable de la mairie de Bamba joint par téléphone. “Nous avons vu 23 corps sur place pour le moment. Des hommes sont portés disparus, du matériel a été emporté et le camp a été détruit”, a dit un notable qui préfère lui aussi ne pas être nommé. Aucun civil n’a été tué, a-t-il dit. Des hommes armés rôdaient dans le secteur à moto et en voiture depuis dimanche et ont donné l’assaut contre le poste lundi matin. Un habitant caché chez lui a rapporté des échanges nourris de coups de feu. “Les populations sont terrées chez elles. Il y a trop de mouvements d’hommes armés non-identifiés. Les gens ont peur parce que l’armée n’est pas venue”, a dit à l’AFP un enseignant. Une source militaire malienne à Gao, chef-lieu de la région, a confirmé l’attaque et la mort de soldats, sans en préciser le nombre. Les assaillants ont eux aussi essuyé des pertes, a-t-elle dit. La politique quand même L’armée malienne est soumise depuis des mois à des attaques meurtrières contre des postes isolés, dans un vaste pays en proie aux agissements de groupes liés à al-Qaïda et à l’organisation Etat islamique, aux violences intercommunautaires et aux trafics. Les insurrections indépendantistes et maintenant jihadistes ainsi que les violences entre communautés ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés depuis le début en 2012 de la profonde crise en cours, malgré la présence de forces onusiennes, africaines et françaises. Parties du nord du Mali, les violences se sont propagées au centre du pays, puis au Burkina Faso et au Niger voisins. De larges pans du territoire échappent à l’autorité de l’Etat. Ce dernier tente tant bien que mal, avec le soutien de ses alliés, de mener de front le combat militaire et l’action politique, indispensable à une sortie de crise de l’avis général. Il vient d’organiser le premier tour de législatives repoussées à plusieurs reprises. Ces élections se sont tenues malgré l’environnement sécuritaire, l’enlèvement, quelques jours auparavant, du chef de l’opposition, et l’apparition récente du coronavirus dans le pays. Le kidnapping du chef de l’opposition, toujours retenu à ce jour, a été attribué à des jihadistes liés à Al-Qaïda. Devant la détérioration de la situation qui, selon lui, met en péril l’existence même de l’Etat, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a décidé de rompre avec la ligne directrice suivie jusqu’alors officiellement vis-à-vis des jihadistes. Il a reconnu en février chercher à dialoguer avec certains d’entre eux. AFPMon, 06 Apr 2020 11:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/mali-au-moins-20-soldats-tues-dans-une-attaque-attribuee-aux-jihadistes-elus/Coronavirus : des femmes violentées dans leurs foyers pendant le confinement (Guterres)http://fr.africanews.com/2020/04/06/coronavirus-des-femmes-violentees-dans-leurs-foyers-pendant-le-confinement/Dans une déclaration rendue publique dimanche 5 avril, le secrétaire général de l’ONU a fustigé la hausse de violences à l‘égard des femmes dans certains foyers pendant le confinement destiné à freiner la propagation du nouveau coronavirus. C’est un Antonio Guterres visiblement outré qui s’est exprimé ce dimanche. Outré d’un phénomène qui se produit ces derniers temps dans de nombreux foyers à travers le monde pendant le confinement. « J’ai demandé que cesse la violence. Partout. Maintenant. Mais la violence ne se cantonne pas aux champs de bataille. Malheureusement, de nombreuses femmes et jeunes filles se retrouvent particulièrement exposées à la violence précisément là où elles devraient en être protégées », s’est indigné le secrétaire général de l’ONU. « Ces dernières semaines, tandis que s’aggravaient les pressions économiques et sociales et que la peur s’installait, le monde a connu une horrible flambée de violence domestique », a-t-il révélé. M. Gutteres sait de quoi il parle. En France par exemple, « le nombre de signalements de violences familiales a bondi de plus de 30 % durant les premières semaines de confinement », rapporte le site francetvinfo. « Ensemble, nous pouvons et devons empêcher la violence partout, dans les zones de guerre comme dans les foyers, tandis que nous nous efforçons de vaincre le #COVID19 ». — AntonioGuterres sur les violences de genre pendant la période de confinement dû au #coronavirus. pic.twitter.com/ghQJlXwj0H— Nations Unies (ONU) (ONU_fr) April 6, 2020 En Australie, le gouvernement a déclaré avoir constaté une hausse de 75 % des recherches sur internet pour un soutien face à des violences dans les foyers. Le numéro 1 de l’ONU appelle ainsi les gouvernements à prendre des mesures de protection des femmes dans leurs foyers. « J’engage tous les gouvernements à prendre des mesures de prévention de la violence contre les femmes et à prévoir des recours pour les victimes dans le cadre de leur plan d’action national face au Covid-19 », a-t-il ajouté. D’après un nouveau décompte de l’AFP, le nouveau coronavirus a déjà touché plus de 1,2 millions de personnes et fait plus de 70 000 morts dans le monde. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en AfriqueMon, 06 Apr 2020 10:00:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2020/04/06/coronavirus-des-femmes-violentees-dans-leurs-foyers-pendant-le-confinement/Essais vaccinaux en Afrique : un officiel sénégalais fustige "l'inconscient colonial"http://fr.africanews.com/2020/04/06/essais-vaccinaux-en-afrique-un-officiel-senegalais-fustige-l-inconscient/Le porte-parole du président sénégalais Macky Sall a pointé du doigt l’esprit relevant de “l’inconscient colonial” sous-jacent selon lui dans les propos d’un chercheur et un médecin français et dans une note diplomatique sur le coronavirus. Abdou Latif Coulibaly réagit, dans une tribune aux accents personnels publiée dimanche, aux déclarations d’un chercheur de l’Institut français de la recherche médicale (Inserm) et d’un chef de service d’un hôpital parisien, ainsi qu‘à une note du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS) du Quai d’Orsay datée du 24 mars. Ces mots ont suscité de vives expressions d’indignation en Afrique. Dans les propos diffusés mercredi par la chaîne française LCI, Camille Locht, de l’Inserm, et Jean-Paul Mira, chef de service à l’hôpital Cochin, évoquaient la pertinence éventuelle d’une étude qui pourrait être menée en Afrique autour du vaccin BCG contre le Covid-19, avec la même approche que des études conduites sur les prostituées contre le sida. La note du CAPS, elle, met en garde contre le risque que le Covid-19 ne balaie des “régimes fragiles” ou “en bout de course” en Afrique, et incite à anticiper les crises possibles en approchant de futurs interlocuteurs. Abdou Latif Coulibaly dit avoir été “choqué, comme beaucoup de citoyens africains, traumatisé même” par “le mépris affiché pour la vie des Africains, marqueurs d’un racisme qui s’ignore certainement”, de la part du chercheur et du médecin. “... Saint-Louis fera revivre la splendeur des Lettres Sénégalaises et nous offrira, sans doute, l’occasion de promouvoir davantage le #Livre comme transmetteur de savoirs, de valeurs, comme facteur d’émergence…” M. Abdou Latif Coulibaly Ministre de la Culture#SnLivre2018 pic.twitter.com/AB0b4Dqrci— S.N du Livre ?? (@SnLivre) November 26, 2018 La France dit ne pas partager la position Ces propos dénotent une “bêtise que je pense congénitale, car elle est (le) produit d’une histoire coloniale aux séquelles dévastatrices”, dit-il. La note du CAPS est rédigée “dans le même esprit”, ajoute-t-il. Ce que l’universitaire et critique palestino-américain Edward Saïd identifiait chez l‘écrivain Albert Camus comme manifestant “l’inconscient colonial peut être répété concernant beaucoup d’intellectuels et d’officiels occidentaux dans leur rapport à l’Afrique”, dit-il. Le chercheur et le médecin ont présenté leurs excuses. L’Inserm a déclaré que la vidéo avait été tronquée et avait donné lieu à des interprétations “erronées”. Jean-Paul Mira, cité dans un communiqué des Hôpitaux de Paris, a plaidé la maladresse. Les Affaires étrangères françaises ont déclaré pour leur part que leurs paroles “ne reflétaient pas la position” de la France. Même chose pour la note du CAPS, qui ne vise qu‘à alimenter “la réflexion interne”, ont-elles dit. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPMon, 06 Apr 2020 08:20:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/essais-vaccinaux-en-afrique-un-officiel-senegalais-fustige-l-inconscient/Cameroun : sept civils tués par deux kamikazes de Boko Haram (officiel)http://fr.africanews.com/2020/04/06/cameroun-sept-civils-tues-par-deux-kamikazes-de-boko-haram-officiel/Sept civils camerounais, dont deux adolescents, ont été tués dimanche soir dans un double attentat-suicide perpétré par des jihadistes du groupe Boko Haram à Amchidé, dans l’Extrême-Nord du Cameroun, selon un responsable local et un officier de police dans la région. “Deux kamikazes de Boko Haram se sont fait exploser autour de 20H00 (dimanche)”, tuant “sept personnes” et en blessant “14 autres” dans cette localité située à la frontière avec le Nigeria, a affirmé sous couvert d’anonymat l’officier de police. “Parmi les sept victimes, il y a un chef de village et deux adolescents d’environ 15 ans”, a précisé à l’AFP une autorité locale. Selon cette dernière, l’attaque s’est produite alors que les victimes “retournaient chez elles”, traversant une zone où les autorités déconseillent les déplacements après 18H00 en raison des risques d’attaques de jihadistes. Petit carrefour commercial stratégique dans les échanges commerciaux entre le Cameroun et le Nigeria, Amchidé a été l’un des épicentres du conflit opposant soldats camerounais et combattants de Boko Haram. Née au Nigeria en 2009, l’insurrection de Boko Haram s’est peu à peu propagée dans d’autres pays de la région, et l’armée camerounaise s’oppose frontalement à ses combattants depuis 2014. Tout comme le Nigeria, le Tchad et le Niger, l’Extrême-Nord du Cameroun longe une partie du lac Tchad, immense étendue d’eau marécageuse parsemée d‘îlots où les combattants de Boko Haram et de sa faction affiliée au groupe Etat islamique, ISWAP, sont particulièrement actifs. Depuis plusieurs mois, les attaques dans la zone du lac se sont intensifées. Selon Amnesty International, au moins 275 personnes, dont une majorité de civils, ont été tuées en 2019 dans l’Extrême-Nord. Au Tchad, après la mort d’une centaine de soldats dans une attaque fin mars, le président Idriss Déby Itno a lancé une contre-offensive contre les groupes jihadistes.  AFPMon, 06 Apr 2020 08:15:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/cameroun-sept-civils-tues-par-deux-kamikazes-de-boko-haram-officiel/Côte d'Ivoire : la population détruit un centre contre le coronavirushttp://fr.africanews.com/2020/04/06/cote-d-ivoire-la-population-detruit-un-centre-contre-le-coronavirus/Des habitants d’un quartier populaire d’Abidjan ont violemment démantelé dimanche un centre en construction dans le cadre de la lutte contre l‘épidémie de coronavirus, ont indiqué des responsables de la police et du ministère de la Santé. Sur des vidéos circulant sur les réseaux sociaux, on voit plusieurs dizaines de personnes au moins en train de démanteler un chapiteau en construction, certaines criant “on veut pas !”. La scène se passe sur une grande place de Yopougon, importante commune populaire d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne qui compte cinq millions d’habitants.  “Les populations ont manifesté contre l’installation d’un centre contre le coronavirus, car ils estiment qu’il est situé trop à l’intérieur d’un quartier d’habitation”, a expliqué à l’AFP un responsable de la police sous couvert d’anonymat. Démantèlement du matériel installé pour l’accueil des malades du #Covid-19 par des personnes à Yopougon Toits Rouges. L’inconscience et le vandalisme érigés en règle de vie… pic.twitter.com/PyiJYynOI5— badciss (@Badciss) April 5, 2020 Ce n‘était pas un centre de traitement des malades, mais “un centre de prélèvement” qui était en construction, “comme il y en a un peu partout qui sont mis en place”, a assuré un responsable du ministère de la Santé sous couvert d’anonymat. Mesures strictes C’est la première fois que des incidents violents sont signalés dans le cadre de l‘épidémie de Covid-19 en Côte d’Ivoire. Ce pays d’Afrique de l’Ouest est encore relativement peu touché selon le bilan officiel, qui fait état dimanche de 261 cas et trois décès. Cependant les autorités ivoiriennes craignent une expansion de l‘épidémie, et sont en train d’augmenter rapidement les capacités de soin. Des mesures strictes ont été prises pour lutter contre l‘épidémie : mise en quarantaine d’Abidjan d’avec le reste du pays, couvre-feu nocturne sur tout le territoire, fermeture de tous les commerces non essentiels, des écoles et des lieux de culte, interdiction des rassemblements. Mais pas de confinement jusqu‘à présent. Le gouvernement a annoncé mardi un vaste plan de soutien de 1.700 milliards de francs CFA (2,6 milliards d’euros), pour faire face aux conséquences économiques et sociales de l‘épidémie, prévoyant que la croissance devrait être divisée par deux, à 3,6% en 2020. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPMon, 06 Apr 2020 07:58:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/cote-d-ivoire-la-population-detruit-un-centre-contre-le-coronavirus/Coronavirus : suivez l'évolution de la pandémie en Afriquehttp://fr.africanews.com/2020/04/06/coronavirus-le-point-de-la-situation-en-afrique-le-maroc-et-la-tunisie-touches/L’Afrique de plus en plus touchée par le nouveau coronavirus doit “se préparer au pire” selon l’OMS. Plus d’une quarantaine de pays du continent est désormais contaminée par le COVID-19, avec une forte augmentation ces derniers jours dans certains pays en particulier. Dans cet article qui est régulièrement mis à jour, nous faisons le point de la situation sur l‘évolution de la maladie en Afrique, et comment les Etats s’organisent pour y faire face. L’essentiel de l’info La pandémie de coronavirus “s’accélère”. L’OMS appelle l’Afrique à “se réveiller” et se préparer au “pire”. Des mesures drastiques sont prises par certains pays sur le continent pour endiguer l‘épidémie de coronavirus. Plusieurs ont décrété l‘état de catastrophe nationale. Plusieurs nations expérimentent le traitement à base de la chloroquine sur ses malades. Plus de 8 916 cas confirmés dans 51 pays pour plus de 399 décès en Afrique. Guérisons : Egypte (247), Algérie (90), Burkina Faso (90), Sénégal (82), Afrique du Sud (45), Maroc (76), Nigeria (33), Côte d’Ivoire (37), Cameroun (17), RDC (5), Namibie (2), Congo-Brazzaville (2), Tunisie (5), Ghana (31), Kenya (1), Somalie (1), Togo (17), Tanzanie (1), Angola (1), Soudan (2), Bénin (17), Gambie (2), Guinée (5), Liberia (3), Mali (1), Maurice (7), Gabon (1), Niger (13). Comment endiguer la pandémie du coronavirus en Afrique ?nathaliewakam1</a> donne la parole au Dr Raphaël Tata-Taty, virologue et directeur d’un centre de recherche spécialisé des maladies infectieuses basé à Pointe-Noire au Congo<br><br>En savoir plus ><a href="https://t.co/rNdxY7AEg4">https://t.co/rNdxY7AEg4</a> <a href="https://t.co/gTSvodiFu1">pic.twitter.com/gTSvodiFu1</a></p>&mdash; Africanews Français (africanewsfr) March 27, 2020 Nombre de décès en Afrique Egypte : 78 Algérie : 152 Maroc : 70 Tunisie : 18 RDC: 18 Burkina Faso : 17 Ghana : 5 Maurice: 7 Cameroun : 9 Soudan : 2 Gabon : 1 Gambie : 1 Nigeria : 5 Zimbabwe : 1 Cap-vert : 1 Niger : 10 Togo : 3 Kenya : 4 Afrique du Sud : 11 Mali : 3 Côte d’Ivoire : 3 Tanzanie : 1 Mauritanie : 1 Congo : 5 Botswana : 1 Bénin : 3 Liberia : 1 Sénégal : 2 Libye : 1 Angola : 2 Éthiopie : 2 Les pays touchés en Afrique Afrique du Nord Algérie : 1 320 Égypte : 1 173 Libye : 17 Maroc : 1021 Soudan : 10 Tunisie : 553 Afrique de l’Ouest Bénin : 41 Burkina Faso : 345 Cap-Vert : 4 Côte d’Ivoire : 261 Gambie : 4 Ghana : 214 Guinée : 111 Guinée -Bissau : 18 Liberia : 10 Mali : 41 Mauritanie : 2 Niger : 184 Nigeria : 232 Sénégal : 219 Sierra Leone : 4 Togo : 41 Afrique centrale Angola : 10 Cameroun : 650 Centrafrique : 9 Congo : 45 Gabon : 24 Guinée équatoriale : 16 RDC : 161 Sao Tomé-et-Principe : 0 Tchad : 8 Afrique de l’est Burundi : 3 Djibouti : 51 Érythrée : 20 Éthiopie : 43 Kenya : 158 Ouganda : 48 Rwanda : 104 Seychelles : 10 Somalie : 7 Soudan du Sud : 1 Tanzanie : 13 Afrique australe Afrique du Sud : 1 655 Botswana : 4 Comores : 0 Eswatini (ex-Swaziland) : 9 Lesotho : 0 Madagascar : 70 Malawi : 4 Maurice : 227 Mozambique : 10 Namibie : 14 Zambie : 39 Zimbabwe : 9 Hommages à Pape Diouf Pape Diouf, ancien président de l’Olympique de Marseille, est mort du Covid-19 à l‘âge de 68 ans. Placé sous assistance respiratoire, Pape Diouf avait été hospitalisé à Dakar. Il devait être rapatrié en avion sanitaire à Nice (Alpes-Maritime), où sa famille devait le rejoindre. Mais son état s’est dégradé. L’appareil, affrété par l’ambassade de France au Sénégal, n’a pas pu décoller et il est décédé sur le sol sénégalais, son pays natal. De nombreuses personalités rendent hommage à Pape Diouf sur les réseaux sociaux. >>> LIRE AUSSI : Décès de Pape Diouf : flot ininterrompu d’hommages C'était un amoureux du beau jeu et des belles lettres. Un être singulier, atypique et attachant. Pape Diouf s'en est allé cette nuit. Le monde du football perd l'une de ses grandes figures. Et l'Afrique, l'un de ses modèles, précurseur à plus d'un titre. Repose-en paix, Pape. pic.twitter.com/idumVwjFum— Ali Bongo Ondimba (@PresidentABO) April 1, 2020 ????????? pic.twitter.com/8qm0bijnJB— Djibril Cisse (@DjibrilCisse) March 31, 2020 Beaucoup de tristesse en apprenant le décès de Pape Diouf… Un grand Président mais surtout un immense Homme, qui aura toujours dignement représenté l'OM et ses valeurs. Une grande perte pour le foot français et le continent africain. Reposez en paix ? pic.twitter.com/3lqI7VksOv— Benjamin Mendy (@benmendy23) March 31, 2020 Au Sénégal, la police accusée de violences excessives Des défenseurs sénégalais des droits humains ont dénoncé mercredi les excès de violence imputés sur les réseaux sociaux aux policiers chargés de faire respecter le couvre-feu, entré en vigueur dans la nuit contre le coronavirus. Le président Macky Sall a déclaré lundi l‘état d’urgence, assorti d’une interdiction stricte de circuler de 20H00 à 06H00 du matin pour lutter contre la propagation du coronavirus. Deux contaminés inculpés de tentative de meurtre en Afrique du Sud Deux personnes atteintes du nouveau coronavirus ont été inculpées de tentative de meurtre en Afrique du Sud pour ne pas avoir respecté leur quarantaine de deux semaines, a annoncé mercredi le ministre de la Police, Bekhi Cele. Un homme de 52 ans, rentré récemment de l‘étranger et contrôlé positif au Covid-19, “a continué de travailler dans son salon de coiffure”, a précisé le porte-parole de la police, Vish Naidoo. Une liste de 27 personnes avec lesquelles il a été en contact, dans le salon et lors d’un mariage, est en train d‘être établie afin qu’elles puissent être testées. Dans le deuxième cas, un touriste, testé positif alors qu’il était en vacances dans le parc national Kruger (nord-est), a ignoré les ordres de rester dans son hôtel et s’est rendu à Sainte-Lucie (nord-est) “où il a apparemment interagi avec un nombre inconnu de personnes”, a précisé Vish Naidoo. Les deux suspects sont actuellement soignés à l’hôpital. COVID-19 : nouveaux cas, nouveaux décès, état d’urgence, ruée vers la chloroquine Le coronavirus poursuit son bonhomme de chemin en Afrique. En Côte d’Ivoire, 48 nouveaux cas ont été enregistrés mardi, faisant un total de 73 personnes touchées par le COVID-19. Au Nigeria, deux cas ont été signalés par les autorités sanitaires. Ce qui fait un total de 44 cas. S’agissant des morts, le Cameroun a enregistré son premier décès lié au coronavirus, alors que le pays des Lions indomptables et toute l’Afrique ne s‘étaient pas encore remis de la douleur causée par la disparition de l’icône de l’afro-jazz, Manu Dibango décédé mardi dans la matinée. Mais aux grands maux qui s’annoncent intenables, de grands remèdes. Pour des états africains, la chloroquine se présente désormais comme le deus ex machina. Le cas de la RDC et du Maroc qui estiment que l’antipaludéen pourrait faire l’affaire. « Il est urgent en effet que soit produite une quantité industrielle de la chloroquine, qui semble avoir montré son efficacité jusqu‘à ce jour dans certains pays », a déclaré le président de RDC, Félix Tshisekedi dans une allocution télévisée détaillant de nouvelles mesures face à la pandémie, dont « l‘état d’urgence » et l’isolement de Kinshasa du reste du pays. Manu Dibango est mort La légende camerounaise de l’afro-jazz est la première célébrité mondiale à décéder des suites du virus. “Les obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale, et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible”, peut-on lire sur la page Facebook du chanteur, tenue par son entourage. >>> LIRE AUSSI : COVID-19 : le célèbre saxophoniste Manu Dibango est décédé à l‘âge de 86 ans Les footballeurs montent au créneau Message important ??? Écoutez les autorités sanitaires et restez chez vous surtout !! C'est important pour protéger les gens les plus faibles face aux risques du virus, peu importe leur âge et leur état de forme c'est dangereux pour tout le monde. Prenez soin de vous ? pic.twitter.com/7ZtsVCablB— Riyad Mahrez (@Mahrez22) March 20, 2020 Prepare for the worst. Pray for the best. God loves you. Fear God #PreventCOVID19Spread #preventionisbetterthancure pic.twitter.com/9145AcpAnV— Solomon (@Asante20Magic) March 13, 2020 Diomansy Kamara rejoint le #NoHandshakeChallenge ?‍♂ et incite tout le monde à prendre les bonnes mesures pour avoir des #SafeHands#COVID19 pic.twitter.com/1Jps2QxggF— CAF – FR (@caf_online_FR) March 18, 2020 Au Cameroun, le secteur de l‘éducation envisage un recours au numérique #coronavirus #confinement#Cameroun Les universités d'État et les Institutions d'enseignement Supérieur vont recourir au numérique éducatif pour éviter une année blanche. Les manifestations universitaires à caractère culturel et sportif sont reportées en 2021. pic.twitter.com/46yqdZ7F6G— CRTVweb (@CRTV_web) March 20, 2020 Les gouvernements et institutions poursuivent la sensibilisation Tous les moyens sont bons pour sensibiliser et #AgirContreCOVID19 . Je suis tombée sur cela partagée par edithbrou</a>. L&#39;université de Dakar en collaboration avec des jeunes artistes ont mis en place cela. Personne ne servira de pont au <a href="https://twitter.com/hashtag/Covid19?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw">#Covid19</a><br><br>L&#39;art au service du peuple❤️ <a href="https://t.co/pQQtGKQx0Z">pic.twitter.com/pQQtGKQx0Z</a></p>&mdash; Mevowanou Chanceline (mevowanouchanc1) March 23, 2020 ?Bon à Savoir ✅Recommandations aux transporteurs#Gouvci #CICG#Covid19CI #CoronavirusCI#Covid19 #Coronavirus Plus de détails ⤵️ pic.twitter.com/8VsILlvXR3— Gouvernement de Côte d'Ivoire (@Gouvci) March 22, 2020 pic.twitter.com/j4LPE1p4yI— Dr MANAOUDA MALACHIE (@DrManaouda) March 22, 2020 Twittos du Bénin, la sensibilisation et le point de la situation du #Coronavirus #COVID19 se poursuivront ce dimanche 22 mars 2020 avec les rendez-vous médias ci dessous. Soyez câblés sur vos radios ? et chaînes TV ? pour relayer les bonnes informations.#Covid19bj #wasexo pic.twitter.com/3vAePHE0KI— Gouvernement du Bénin ?? (@gouvbenin) March 22, 2020 Le Maroc déploie son armée pour faire respecter l‘état d’urgence sanitaire Le pays a décrété vendredi soir l‘état d’urgence sanitaire et déployé les forces de l’ordre pour contrôler les déplacements dérogatoires. Les aéroports sont fermés, les transports en commun très réduits, les déplacements inter-urbains étroitement contrôlés. La sûreté nationale (DGSN) a annoncé dimanche soir sur son compte twitter l’arrestation à Tanger de deux personnes poursuivies pour “incitation collective à la désobéissance”. Au Maroc, comme ailleurs en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, les mosquées sont fermées et le mot d’ordre des autorités religieuses est: “Priez chez vous”. Les blindés ont été déployés dimanche dans les rues de Rabat, a constaté un journaliste de l’AFP, ainsi que dans d’autres villes, selon les médias locaux, pour faire respecter le confinement obligatoire imposé jusqu’au 20 avril pour freiner la propagation du coronavirus. Le nombre de cas officiellement déclarés au Maroc a atteint 115 dimanche, avec 4 décès et 3 rémissions. Le président du Botswana placé en quarantaine Le chef de l’Etat du Botswana, Mokgweetsi Masisi, a été placé en quarantaine après s‘être rendu en Namibie, pays qui a enregistré trois cas du nouveau coronavirus. Mokgweetsi Masisi était présent samedi à Windhoek pour la prestation de serment de son homologue namibien Hage Geingob, réélu en novembre. Aucun cas de Covid-19 n’a été confirmé jusqu‘à présent au Botswana. La présidence a expliqué que le voyage de Mokgweetsi Masisi en Namibie avait été l’occasion de discuter, avec les dirigeants de la région, des “mesures cruciales prises vis-à-vis du Covid-19 par les pays frontaliers du Botswana”. >>> LIRE AUSSI : Botswana : le chef de l’Etat Mokgweetsi Masisi placé en quarantaine Mesures drastiques au Rwanda Le Rwanda a annoncé samedi le confinement de sa population et la fermeture des frontières pour endiguer l‘épidémie de coronavirus, parmi les mesures les plus drastiques prises en Afrique subsaharienne, une région au système de santé fragile où le nombre d’infections ne cesse de grimper. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est inquiétée à plusieurs reprises ces derniers d’une poussée de la pandémie sur le continent africain, dont les systèmes de santé manquent cruellement de moyens.  Six décès ont été enregistrés jusqu‘à présent en Afrique subsaharienne : trois au Burkina Faso, un au Gabon, un sur l‘île Maurice et un en République démocratique du Congo, à Kinshasa.  Et malgré les interdictions de rassemblements, les fermetures d‘écoles, de bars, de restaurants, les restrictions dans les transports aériens notamment, en vigueur dans de nombreux de pays au sud du Sahara, l‘épidémie continue d’avancer. Plus de 500 contaminations avaient été rapportées au 20 mars en Afrique subsaharienne, selon les autorités des divers pays, dont 201 en Afrique du Sud, le plus grand nombre de cas sur le continent. Avec 17 personnes infectées par le virus, le Rwanda a franchi samedi un pas supplémentaire dans la lutte contre l‘épidémie. Désormais tous les déplacements non-essentiels et les visites hors du domicile y sont interdits, a annoncé le gouvernement, à l’exception des sorties pour s’approvisionner, pour se faire soigner ou se rendre à la banque. Ce choix draconien est assorti de la fermeture de toutes les frontières du pays, sauf pour le trafic de marchandises et pour les citoyens rwandais de retour au pays. La Côte d’Ivoire et le Burkina ferment leurs frontières La Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ont annoncé tous deux vendredi, 20 mars la fermeture de leurs frontières pour lutter contre l‘épidémie de coronavirus. “Après évaluation de la pandémie” et pour lutter “contre la propagation de la maladie”, “le gouvernement a décidé de la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes à tout trafic de personnes”, à partir de dimanche à minuit, selon un communiqué signé des ministres ivoiriens de la Défense et de la Sécurité. Le trafic de marchandises reste autorisé, et “des couloirs humanitaires ainsi que de sécurité seront ouverts pour faire face aux besoins spécifiques de gestion de la pandémie”, est-il précisé. Le président burkinabé Roch Mar Kaboré ailleurs instauré un couvre-feu en vigeur de 19 heures à 5 heures du matin. Le pays a enregistré sept nouveaux cas vendredi, dont trois membres du gouvernement, les ministres de l‘Éducation, de l’Intérieur et des Affaires étrangères. L’Algérie prend des nouvelles mesures de sécurité L’Algérie, où la propagation du nouveau coronavirus s’accélère, a annoncé jeudi soir avoir pris de nouvelles mesures pour endiguer la progression de la pandémie, notamment la fermeture des cafés et restaurants dans les grandes villes. Le président Abdelmadjid Tebboune a décidé notamment de suspendre “tous les moyens de transport en commun publics et privés à l’intérieur des villes et entre les wilayas (préfectures) ainsi que le trafic ferroviaire”. Ces nouvelles mesures prévoient également “la démobilisation de 50% des employés et le maintien des employés des services vitaux nécessaires, avec maintien des salaires” et “la démobilisation des femmes travailleuses ayant des enfants en bas âge”. Ces mesures entreront en vigueur dimanche et dureront jusqu’au 4 avril, selon un communiqué. Elles sont susceptibles d‘être prolongées. Sénégal : les mosquées seront fermées Al Hassan Sall, le gouverneur de la région de Dakar a pris la résolution jeudi de fermer les mosquées dès vendredi – jour de la grande prière hebdomadaire – pour une durée de quatre semaines. Les mosquées de la capitale sénégalaise (3,5 millions d’habitants) et de ses villes de banlieue comme Pikine et Rufisque seront fermées “jusqu‘à nouvel ordre” en raison du “rythme de la propagation de la maladie du coronavirus dans la région de Dakar”, selon le texte. Cette décision fait suite à celle du gouvernement du Sénégal d’interdire les grands rassemblements publics pour éviter une propagation de la maladie à coronavirus. Villes mortes Tunis et Tripoli se sont transformées en villes désertes au lendemain de l’instauration du couvre-feu par les autorités. Même si en Libye, le pays n’a pas encore été touché par la maladie, mais la population semble respecter les mesures de sécurité. >>> LIRE AUSSI : COVID-19 : Tripoli et Tunis, villes mortes Premier cas diagnostiqué au Niger Le Niger a enregistré jeudi son premier cas de coronavirus : un homme arrivé à Niamey en provenance du Togo, en passant par le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, a annoncé le ministre de la Santé. L‘état du patient est “stable”, selon le ministre qui a précisé que “toutes les dispositions sont prises pour circonscrire la pandémie”. Le Niger a fermé mardi ses établissements d’enseignement, ses frontières terrestres avec ses sept voisins et les aéroports de Niamey et Zinder (sud) afin d‘éviter d‘être touché par le virus. Stratégie de communicationet de sensibilisation autour du COVID-19 Congo CORONAVIRUS : je vais réunir ces prochains jours les principaux organes de la presse congolaise, télés, radios, presse écrite et en ligne, pour un point sur les actions communes à mener pour l’édification, l’information et la pédagogie nécessaires à l’endroit des populations pic.twitter.com/VHEaKhA7SN— Thierry Moungalla (@ThMoungalla) March 19, 2020 Cameroun Ensemble, faisons barrière à la propagation du #COVID19 au Cameroun. ?????? Together, let's stop the spread of #COVID19 in Cameroon.#DionNgute#Cameroon#Cameroun https://t.co/hv6PBo4PO7— Services PM Cameroon (@Pm237Services) March 19, 2020 RDC #COVID19, évitez de cracher en public… pic.twitter.com/21CptQBsjO— OMS RDC (@OMSRDCONGO) March 19, 2020 Les présidents et personalités sportives lancent le #ChallengeCOVID19 sur les réseaux sociaux Dear President PaulKagame</a>, I accept the challenge and encourage all people from Senegal and all contaminated countries to do as well against <a href="https://twitter.com/hashtag/COVID19?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw">#COVID19</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/SafeHands?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw">#SafeHands</a><br>What about you? <a href="https://t.co/1ga1ZCwYfb">pic.twitter.com/1ga1ZCwYfb</a></p>&mdash; Macky Sall (Macky_Sall) March 17, 2020 I joined WHO</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/SafeHands?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw">#SafeHands</a> challenge. Handwashing is key to preventing the spread of <a href="https://twitter.com/hashtag/COVID19?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw">#COVID19</a>. I challenge President Kenyatta <a href="https://twitter.com/StateHouseKenya?ref_src=twsrc%5Etfw">StateHouseKenya, Macky_Sall</a>, <a href="https://twitter.com/MagufuliJP?ref_src=twsrc%5Etfw">MagufuliJP, President Tshisekedi Presidence_RDC</a>, <a href="https://twitter.com/CyrilRamaphosa?ref_src=twsrc%5Etfw">CyrilRamaphosa, BorisJohnson</a>, <a href="https://twitter.com/KGeorgieva?ref_src=twsrc%5Etfw">KGeorgieva to join in by sharing a video pic.twitter.com/udaVPCexCJ— Paul Kagame (@PaulKagame) March 15, 2020 More and more participants in the #SafeHandsChallenge! Up next is former Senegalese midfielder Alassane N'Dour ?#COVID19 https://t.co/VM2LTN0DDz— CAF (@CAF_Online) March 18, 2020 Raising awarness is ? to fighting the #COVIDー19 Nigeria's Vincent Enyeama with the #SafeHandsChallenge pic.twitter.com/nYo4ExgjGP— CAF (@CAF_Online) March 17, 2020 Hérita Ilunga de la RD du Congo pour le #NoHandshakeChallenge ?‍♂#SafeHands Herita23</a> <a href="https://t.co/xi30yWFv2J">pic.twitter.com/xi30yWFv2J</a></p>&mdash; CAF - FR (caf_online_FR) March 18, 2020 Manu Dibango en convalescence La Gambie annonce un premier cas de coronavirus sur son territoire La Gambie a enregistré son premier cas de coronavirus, a annoncé mardi son ministre de la Santé, après des annonces gouvernementales de mesures visant à contenir la propagation de la pandémie. Dans une allocution télévisée, le ministre de la Santé Ahmadou Lamin Samateh a déclaré que les autorités du petit pays ouest-africain avaient détecté la contamination au coronavirus d’une jeune femme récemment revenue du Royaume-Uni.  Elle s’est isolée après s‘être sentie fiévreuse, avant d‘être testée positive au Covid-19. “Tous les passagers arrivés par le même vol ou en contact avec le cas confirmé seront retrouvés et placés en isolation”, a assuré le ministre. Un peu plus tôt, dans une allocution télévisée, le président Adama Barrow avait annoncé l’interdiction des rassemblements publics et la fermeture des écoles pour trois semaines à partir de mercredi. Par ailleurs, les voyageurs arrivant de pays touchés par la pandémie seront placés en quarantaine pendant deux semaines Plusieurs pays ont pris une série de mesures de protection La Tunisie généralise la quarantaine La Tunisie a fermé ses frontières maritimes et restreint fortement les dessertes aériennes avec l’Europe et l’Egypte, obligeant tous les voyageurs venant de l‘étranger à s’isoler durant 14 jours à leur arrivée afin de ralentir la propagation du nouveau coronavirus. Ces mesures drastiques ont été annoncées vendredi soir par le Premier ministre Elyes Fakhfakh lors d’une allocution télévisée, alors que la Tunisie compte 16 cas confirmés, en majorité des personnes contaminées à l‘étranger. Toutes les dessertes maritimes sont suspendues, ainsi que les liaisons aériennes, vers l’Italie. Un vol quotidien est maintenu vers la France, et un seul vol hebdomadaire vers l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Egypte. Ces mesures entrent en vigueur samedi jusqu’au 4 avril. Tous les voyageurs arrivant de l‘étranger devront s’isoler durant 14 jours à domicile. Le ministère de la Santé avait indiqué plus tôt vendredi qu’il ne serait pas permis de quitter le territoire tunisien durant la quarantaine. Il n’y aura plus de prière collectives, y compris le vendredi, tandis que bars, cafés et restaurants devront fermer à 16H00 (15H00 GMT), a ajouté M. Fakhfakh. Les rassemblements sont interdits, toutes les manifestations culturelles annulées, et les compétitions sportives, y compris les matches de foot, se dérouleront à huis clos. Les écoles, qui avaient été fermées cette semaine à quelques jours du début des vacances tunisiennes, ne rouvriront pas avant le 28 mars. “Nous pouvons maîtriser cette pandémie en respectant les consignes”, a souligné M. Fakhfakh, faisant valoir que pour le moment la situation était “sous contrôle”. Trois nouveaux cas ont été confirmés vendredi soir en Tunisie, a précisé le ministère de la Santé, portant à 16 le nombre de malades identifiés, dont un est rentré en France. Libye : fermeture “préventive” des écoles Les autorités libyennes rivales ont annoncé vendredi la fermeture de tous les établissements d’enseignement pendant deux semaines par “mesure préventive” contre le nouveau coronavirus. Tous les établissements scolaires, publics et privés, seront fermés à partir de dimanche, ont indiqué dans deux communiqués distincts les deux gouvernements rivaux qui disent pourtant n’avoir recensé jusqu’ici aucun cas de nouveau coronavirus en Libye. Deux autorités se disputent le pouvoir en Libye : le gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli et reconnu par l’ONU, et un gouvernement parallèle basé dans l’est du pays contrôlé par le maréchal Khalifa Haftar.  Des centaines d‘écoles sont déjà fermées depuis le lancement début avril de l’offensive du maréchal Haftar contre la capitale libyenne. Les affrontements au sud de Tripoli ont fait plus de 1.000 morts et chassé plus 150.000 personnes de chez elles. Des analystes estiment qu’une propagation de la maladie Covid-19 pourrait avoir des conséquences catastrophiques dans la Libye en guerre, où le secteur de la santé est parmi les moins développés d’Afrique du Nord.  La Guinée aussi Un premier cas d’infection par le nouveau coronavirus a été détecté en Guinée, sur une Belge, ont annoncé vendredi les autorités guinéennes, selon lesquelles “toutes les mesures préventives ont été prises” dans ce pays d’Afrique de l’Ouest touché il y a six ans par une épidémie d’Ebola. “Nous avons enregistré le premier cas confirmé de Covid-19 en Guinée”, a déclaré sur Twitter le président guinéen Alpha Condé, en précisant qu’une réunion était en cours entre “les plus hauts responsables sanitaires et des membres du gouvernement”.  “Toutes les mesures préventives avaient été prises et sont déjà en application”, a-t-il assuré. Le ministre de la Santé, le médecin-colonel Remy Lamah, avait auparavant affirmé à l’AFP avoir appris “qu’il y a un cas de coronavirus confirmé qui se trouve au centre de traitement des maladies infectieuses de Nongo”, dans la banlieue de Conakry. “C’est une ressortissante belge qui est arrivée à Conakry il y a entre 4 et 5 jours et qui a développé des symptômes hier (jeudi)”, a expliqué sans plus de détails M. Lamah, joint par téléphone. L’information a ensuite été confirmée par un médecin de ce centre créé pendant l‘épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui avait démarré en décembre 2013 dans le sud de la Guinée.  Premier cas confirmé au Kenya Un premier cas de nouveau coronavirus a été diagnostiqué au Kenya, qui concerne une étudiante kényane rentrée des États-Unis via Londres, a annoncé vendredi le ministre de la Santé, Mutahi Kagwe. Il s’agit aussi du premier cas confirmé de nouveau coronavirus en Afrique de l’Est. “Le cas concerne une citoyenne kényane, qui est revenu à Nairobi depuis les États-Unis via Londres, au Royaume-Uni, le 5 mars 2020”, a indiqué le ministre. L‘étudiante “est stable et se comporte normalement”, a-t-il souligné, en ajoutant qu’elle mangeait bien et se portait bien. Deux premiers cas de coronavirus au Ghana Deux cas de coronavirus ont été recensés au Ghana, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires, précisant que les personnes contaminées arrivaient de Norvège et de Turquie, qu’elles étaient dans un “état stable” et que la situation était “sous contrôle”. “Les deux patients sont gardés en isolement et leur état est stable”, a expliqué le ministre de la Santé lors d’une conférence de presse. Le processus visant à identifier les personnes ayant été en contact avec eux est en cours, a-t-il ajouté. Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a annoncé mercredi un plan de 100 millions de dollars pour aider le pays à faire face à la pandémie, notamment pour “s‘équiper, préparer les infrastructures, et sensibiliser le public”.  Tous les officiels ghanéens ont l’interdiction formelle de voyager à l‘étranger.   Premier cas au Gabon Un premier cas de patient malade du nouveau coronavirus a été annoncé jeudi au Gabon dans un communiqué du gouvernement: un Gabonais revenant de Bordeaux, en France. “Il s’agit d’un compatriote âgé de 27 ans, vivant au Gabon ayant séjourné à Bordeaux”, lit-on dans ce communiqué. ‘‘À son arrivée à Libreville le 8 mars, il a été thermoflashé et ne présentait aucun symptôme”, selon le communiqué. “Le lendemain, se plaignant de toux, de maux de gorge et de gêne respiratoire, il a été admis à l’hôpital”, poursuit le texte. “Aussitôt, des échantillons ont été prélevés (...). Les résultats obtenus ce jour (...) sont positifs au Covid-19”, toujours selon le gouvernement, qui ajoute jeudi soir: “L‘état du patient s’améliore progressivement et l’identification des personnes contacts est en cours”. Premier décès en Algérie L’Algérie a enregistré son premier décès dû au nouveau coronavirus, a annoncé jeudi le ministère algérien de la Santé dans un communiqué.  Le communiqué, cité par l’agence officielle APS, ne donne aucune précision sur ce décès. En outre, cinq nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés, ce qui porte à 24 le nombre des cas confirmés sur le territoire algérien selon le ministère. Un 25e cas, —le premier enregistré en Algérie— concerne un ressortissant italien diagnostiqué positif en février, qui a depuis regagné son pays.  Parmi les cinq nouveaux cas annoncés jeudi, figurent deux Algériens ayant séjourné en France. Ils ont été hospitalisés l’un dans la wilaya (préfecture) de Souk-Ahras (est du pays) et l’autre dans la wilaya de Tizi-Ouzou, à l’est d’Alger. Les trois autres personnes sont soignées dans un hôpital de la wilaya de Blida, au sud-ouest d’Alger, selon le ministère de la Santé.  Dix-sept membres d’une même famille de Blida ont déjà été contaminés, en lien avec des cas confirmés chez des ressortissants algériens en France.  Afin de réduire les risques, le ministère de la Santé “conseille aux citoyens algériens devant se rendre dans les pays où l‘épidémie est active, de différer leur voyage, et aux ressortissants algériens établis dans les pays où l‘épidémie est active d’ajourner également leur visite familiale sauf en cas de nécessité absolue”. Mali : auto-isolement systématique Les personnes arrivant au Mali en provenance des pays les plus touchés par le nouveau coronavirus devront se soumettre à un “auto-isolement systématique” de 14 jours, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement malien, sans préciser la liste des pays concernés. “Le gouvernement malien manifeste sa solidarité avec les pays touchés par le COVID-19 et n’empêche pas l’arrivée des personnes ayant séjourné dans ces pays”, a déclaré sur Twitter le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré.  “Cependant, tous les passagers se soumettent au contrôle systématique à leur arrivée aux frontières aéroportuaires et terrestres”, a-t-il ajouté.  Avant de préciser que “la mesure d’examen et d’auto-isolement systématiques de 14 Jours prise par le gouvernement malien concerne tous les passagers en provenance des pays FORTEMENT touchés par la maladie à COVID-19”. Il n’a pas indiqué de quels pays il s’agissait. Aucun cas de coronavirus n’a été confirmé au Mali. Le Sénégal voisin en compte cinq (dont deux déclarés guéris) et le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi un premier cas. La maladie gagne du terrain au Sénégal Un cinquième cas de coronavirus a été déclaré mercredi au Sénégal. Selon le ministère de la Santé, le malade a été identifié à Touba, ville sainte de la confrérie musulmane des mourides, dans le centre du Sénégal, où un grand rassemblement religieux est prévu le 22 mars. Le nouveau patient est un Sénégalais résidant en Italie, rentré au Sénégal le 6 mars. Il a consulté à Touba le 10 mars, au lendemain de l’apparition des premiers symptômes, puis a été isolé, ont précisé des responsables du ministère lors d’un point de presse. Son infection par le nouveau coronavirus a été confirmée mercredi par l’Institut Pasteur de Dakar et il est actuellement traité à Dakar, selon les mêmes sources. Touba est la deuxième agglomération du Sénégal avec une population d’1,5 à deux millions d’habitants. La CAF ne veut pas déférer à la menace du coronavirus Les compétitions africaines de football ne subiront pas la loi du nouveau coronavirus. La Confédération africaine de football (CAF) n’entend pas modifier la programmation de ses activités sportives de 2020. L’instance faîtière du football en Afrique maintient « la programmation de toutes ses compétitions ». Parmi ces événements sportifs, le 6è championnat d’Afrique des nations (CHAN) prévu du 4 au 25 avril au Cameroun. Ainsi, une équipe médicale devrait fouler le sol camerounais le week-end prochain pour évaluer le dispositif de riposte mis en place par Yaoundé, rapporte la chaîne ed télévision nationale CRTV sur sa page Twitter. Ses homologues comme l’UEFA en Europe ont dû apporter des modifications significatives à leurs chronogrammes. C’est le cas de la ligue des champions dont beaucoup de matches se joueront désormais à huis clos. En Afrique, l’Algérie est l’un des rares pays à avoir pris une mesure similaire à cause du nouveau coronavirus. Déclarée en Chine en fin 2019, la COVID-19 a déjà touché 103 personnes et tué deux autres dans douze pays du continent. À l‘échelle mondiale, les derniers chiffres font état de 121 564 personnes contaminées et pour 3 151 morts. Le pays de Félix Houphouët-Boigny aussi Un cas de nouveau coronavirus a été identifié mercredi en Côte d’Ivoire par le ministre de la santé et de l’Hygiène Publique, Eugène Aka Aouélé. En provenance de l’Italie, deuxième foyer de la maladie après la Chine, le patient est un Ivoirien de 45 ans. Il a été testé positif au District sanitaire d’Adjamé-Plateau-Attécoubé. Il est pris en charge au service des maladies infectieuses et tropicales, au CHU de Treichville. Mais son état est « stable », d’après le ministre Aka Aouélé qui a appelé ses compatriotes à ne pas céder à la panique. Les présidents africains invite à adopter des mesures préventives Chers compatriotes, le monde fait face à une crise sanitaire grave et sans précédent. Elle va impacter nos comportements quotidiens et notre économie. Je vous invite à respecter scrupuleusement les prescriptions du Gouvernement et de l’OMS.#PaulBiya#COVID19#Cameroun pic.twitter.com/XxYBzxNfD2— President Paul BIYA (@PR_Paul_BIYA) March 17, 2020 J'invite mes compatriotes à adopter des mesures préventives, afin de se prémunir contre le Coronavirus et éviter sa propagation. Ensemble, adoptons des comportements individuels et collectifs adéquats, en suivant les conseils des services de santé.#BurkinaFaso #COVID19 pic.twitter.com/aM8y0srZqJ— Roch KABORE (@rochkaborepf) March 11, 2020 J’appelle nos compatriotes au calme, à la sérénité et surtout à la vigilance face au #COVID19. J'invite au respect strict des consignes des services de santé et des services de sécurité pour éviter la propagation de la maladie. https://t.co/7aBpiP3i0u— Macky Sall (@Macky_Sall) March 2, 2020 #FlashInfo? #Santé?? ✅Protégeons-nous contre le coronavirus en mettant en pratique ces mesures de prévention recommandées par le Ministère de la Santé et de l'Hygiène Publique. #Gouvci #CICG #Civ225 #coronavirus #covid_2019MinComm_CI</a> <a href="https://t.co/jfqe5oK4KO">pic.twitter.com/jfqe5oK4KO</a></p>&mdash; Gouvernement de Côte d&#39;Ivoire (Gouvci) March 4, 2020 Tanzania’s President, John Magufuli, comes up with a novel way to greet people to avoid contacting deadly Coronavirus https://t.co/EahBBm5FMN pic.twitter.com/aM7yIUuMqk— GHPARROTNEWS.COM (@ghparrotnews) March 3, 2020 RDC : premier cas Un premier cas de nouveau coronavirus a été diagnostiqué en République démocratique du Congo dans la capitale Kinshasa, plus grande ville d’Afrique francophone, a annoncé mardi le ministre de la Santé, le docteur Eteni Longondo. Égypte : 25 cas testés négatifs après l‘évacuation d’un bateau à Louxor Vingt-cinq personnes initialement testées positives au nouveau coronavirus sur un bateau de croisière à Louxor, avant d’en être évacuées, ont finalement été testées négatives, a annoncé mardi la ministre égyptienne de la Santé Hala Zayed. “Aujourd’hui, il y 25 personnes, parmi les 45 contaminées sur le bateau, dont les tests sont négatifs”, a déclaré la ministre mardi soir lors d’une conférence de presse au Caire. Ces personnes devront toutefois attendre la fin de leur période de quarantaine avant de pouvoir sortir de l’hôpital où elles se trouvent actuellement. Quarante-cinq cas d’infection avaient été détectés en fin de semaine dernière sur le “A-Sara”, un bateau de croisière désormais amarré à un quai à Louxor. Les 33 passagers et 12 membres d‘équipage ayant contracté la maladie Covid-19 avaient été évacués samedi vers l’hôpital de Marsa Matrouh, dans le nord de l’Egypte, selon les autorités.  Maroc : un premier mort Le Maroc a annoncé mardi un premier décès lié au nouveau coronavirus, une femme de 89 ans qui souffrait de maladies chroniques, selon le ministère de la Santé.  Cette Marocaine qui résidait habituellement en Italie “souffrait de maladies chroniques au niveau notamment de l’appareil respiratoire et du système cardiovasculaire”, a précisé le ministère dans un communiqué. Elle était rentrée au Maroc fin février, avant d‘être diagnostiquée positive au nouveau coronavirus et transférée à un hôpital de Casablanca (ouest) sous surveillance médicale. Son cas avait été alors jugé “critique”. Egypte : un premier décès L’Egypte a annoncé dimanche le premier décès en Afrique lié au nouveau coronavirus dans le sud-est du pays, tandis qu’un bateau de croisière sur lequel 45 cas avaient été détectés était évacué à Louxor dans le sud. “Un ressortissant allemand âgé de 60 ans (…) admis à l’hôpital public de Hourghada le 6 mars” et testé positif au nouveau coronavirus le lendemain est mort dimanche, a indiqué Khaled Megahed, porte-parole du ministère de la Santé dans un communiqué. Togo : un premier cas Un premier cas de coronavirus a été identifié au Togo, a annoncé vendredi le gouvernement togolais, précisant que la “patiente de 42 ans” était arrivée du Bénin voisin par la frontière terrestre. “Du 22 février au 2 mars, elle a cependant séjourné successivement au Bénin, en Allemagne, en France et en Turquie, avant de regagner le Togo via le Bénin, par la frontière terrestre de Sanvi Condji le 2 mars 2020”, a-t-il précisé. La patiente été placée en isolement et son état de santé ne “suscite aucune inquiétude majeure”. Son identité n’a pas été dévoilée, mais plusieurs sources proches du gouvernement ont fait savoir à l’AFP qu’il s’agit d’une ressortissante togolaise. Le Cameroun confirme un premier cas Le Cameroun annonce un premier cas de Covid-19 sur le territoire. Il s’agit d’un Français de 38 ans aarivé dans la capitale Yaoundé le 24 février 2020. “L’intéressé a été mis en isolement dans le Centre de Prise en Charge de l’hôpital Central de Yaoundépour une prise en charge”, affirme le ministre de la Santé Publique. Il rassure par ailleurs que “toutes les mesures sont prises par le gouvernement pour contenir les risques éventuels de la propagation du virus”. Algérie : 16 membres d’une même famille contaminés Seize membres d’une même famille de la région de Blida, près d’Alger, ont été contaminés par le coronavirus à la suite de contacts avec des ressortissants algériens résidant en France, a annoncé jeudi le ministère algérien de la Santé. “Le nombre total de personnes atteintes par le coronavirus s’élève à 17 cas dont 16 issues d’une même famille”, a précisé jeudi au cours d’un point presse le directeur général de la prévention au ministère de la Santé, Djamel Fourar, cité par les médias algériens. L’enquête épidémiologique a permis de remonter la trace de la contamination à un Algérien de 83 ans et à sa fille résidant en France – qui ne figurent pas parmi ces 16 cas. Cet homme et sa fille ont séjourné du 14 au 21 février dans leur famille à Blida, à 50 km au sud d’Alger, selon le ministère de la Santé. Tous deux ont été confirmés positifs au coronavirus après leur retour en France le 21 février. L’Afrique du Sud touché L’Afrique du Sud a annoncé jeudi avoir identifié un premier cas du nouveau coronavirus sur son territoire, un homme de 38 ans qui a récemment séjourné en Italie. Cet homme et son épouse faisaient partie d’un groupe de dix personnes qui est rentré en Afrique du Sud dimanche, a précisé le ministre de la Santé Zweli Mkhize. Il a consulté un médecin généraliste dans la province sud-africaine du KwaZulu-Natal (nord-est) le lendemain à cause de fièvre, maux de tête, maux de gorge et toux, a précisé M. Mkhize dans un communiqué. “Le patient est à l’isolement depuis le 3 mars”, a assuré le ministre en ajoutant que son médecin l‘était également. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus en Afrique du Sud : le président Ramaphosa appelle au calme Maroc : huis clos pour tous les matchs de football Tous les matchs de football, pour toutes les compétitions et toutes les catégories, se joueront désormais à huis clos de manière préventive en lien avec l‘épidémie mondiale du coronavirus, a-t-on appris jeudi auprès de la Fédération royale marocaine (FRMF). Cette décision vise à “veiller à la sécurité des joueurs, des entraîneurs et des supporteurs”, selon un communiqué de la FRMF publié sur son site internet. L’Egypte interdit d’entrée les citoyens qataris Le Caire a décidé mercredi d’interdire l’accès au territoire égyptien aux ressortissants du Qatar, qui a pris des mesures similaires dimanche, dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. Depuis dimanche dernier, Doha impose “une restriction d’entrée temporaire” à toutes les personnes provenant d’Egypte, y compris les Egyptiens résidents sur le sol qatari, en raison du virus. Doha avait pris cette décision à la suite de l’annonce par la France en fin de semaine dernière de six nouveaux cas de Covid-19 ayant affecté des personnes qui avaient voyagé en Egypte. En réponse, l’Egypte a décidé “d’appliquer le principe de réciprocité et d’interdire l’entrée (en Egypte) aux citoyens qataris”, à partir du 6 mars, a indiqué Nader Saad, le porte-parole du conseil égyptien des ministres, réuni mercredi. Le coup d’envoi de Ligue africaine de basket reporté La saison inaugurale de la Ligue africaine de basket (BAL), qui devait débuter le 13 mars à Dakar, a été reportée à une date ultérieure en raison de la propagation du coronavirus, a annoncé mardi la NBA, partenaire de cette nouvelle compétition. “Suite à la recommandation du gouvernement sénégalais, concernant l’escalade des problèmes de santé liés au coronavirus, la saison inaugurale de la BAL est reportée”, a indiqué son président, Amadou Gallo Fall, cité dans le communiqué de la NBA. “Je suis déçu que nous ne soyons pas en mesure de donner le coup d’envoi de cette ligue historique comme prévu, mais nous nous réjouissons du lancement très attendu de la BAL à une date ultérieure”, a-t-il ajouté, sans donner plus de précision. Cette annonce intervient au lendemain de la confirmation par le Sénégal de son premier cas d’infection au nouveau coronavirus. Maroc : le Tour cycliste et le le Grand Prix de Rabat annulés Le Tour du Maroc cycliste 2020, initialement prévu du 9 au 18 avril prochain, vient d’être annulé par la Fédération à cause du coronavirus. Cette décision intervient 24 heures après l’annonce du premier cas confirmé du coronavirus au Maroc. Elle serait liée aux mesures de sécurité mises en place par les autorités locales qui recommandent la restriction des grandes manifestations et rassemblements de masse. Raison pour laquelle, le Grand Prix de judo de Rabat, qui devait se dérouler du 6 au 8 mars dans la capitale du Maroc, a été tout simplement annulé. Le Sénégal de nouveau touché Le Sénégal a annoncé mercredi deux nouveaux cas de coronavirus, sur une Française et une Anglaise arrivées fin février, ce qui porte à quatre le nombre de personnes contaminées dans le pays. L’un des nouveaux cas concerne une femme de 68 ans, épouse d’un patient de 80 ans testé positif mardi, a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué. Résidant en France, elle est arrivée au Sénégal le 29 février avec son mari. Le second est celui d’un Anglaise de 33 ans, venue de Londres et arrivée à Dakar le 24 février. Deux premiers cas coronavirus avaient été annoncés lundi et mardi, sur deux Français. Des événements reportés Au Sénégal, le ministre de l’Intérieur a décidé mardi “de reporter jusqu‘à nouvel ordre” un évènement culturel de trois jours, prévu à partir du 6 mars dans la commune de Linguère (nord), dont il est le maire. Le report est destiné à “faire face à la propagation du coronavirus récemment enregistré au Sénégal”, a annoncé le ministre sur Twitter. L‘évènement devait inclure un concert du très populaire Wally Seck, un gala de lutte, sport très prisé au Sénégal, et une journée de nettoiement populaire. C’est le premier report officiel d’un événement depuis l’annonce du coronavirus sur le continent. Ailleurs, au Nigeria, le Parlement a approuvé mardi à l’unanimité un congé de deux semaines pour tous ses élus, pour garantir leur “sécurité” face au coronavirus dont un cas a été déclaré la semaine dernière à Lagos. Le Maroc, dernier pays touché Le royaume chérifien a annoncé dans la soirée de lundi son premier cas de coronavirus virus. Il s’agit d’un ressortissant marocain revenu il y a peu d’Italie. Après des analyses à l’Institut Pasteur-Maroc, l’homme a été confirmé comme porteur du virus. Quoique, son état de santé « est stable et ne suscite pas d’inquiétudes », a rassuré le chef du gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani, qui donnait une conférence de presse dans la soirée de ce lundi en compagnie du ministre de la Santé Khalid Ait Taleb. La Tunisie dans la boucle Toujours ce lundi, la Tunisie a elle-aussi annoncé son premier cas du nouveau coronavirus. Il s’agit du premier cas confirmé dans le pays. “La Tunisie a enregistré un premier cas”, a indiqué le ministre de la Santé tunisien, Abdellatif Mekki, précisant qu’il s’agit d’un Tunisien, “un quadragénaire arrivé par la mer d’Italie”, troisième pays le plus touché par la contamination du virus, après la Chine et la Corée du Sud. “Nous allons prendre les mesures sanitaires et humaines concernant la famille du malade et les personnes à bord du bateau”, a assuré M. Mekki, entré en fonctions vendredi. Quelque 254 personnes se trouvaient à bord du bateau arrivé en Tunisie le 27 février, a précisé le ministre à une radio locale. Les autorités avaient, selon lui, demandé aux passagers de l’embarcation de s’isoler par eux-mêmes et d’alerter les secours en cas de symptômes, ce que le malade a fait, permettant de détecter ce premier cas. L’Afrique du Nord la plus touchée Avec le Maroc et la Tunisie, l’Afrique du Nord devient la région africaine la plus touchée par le virus. Les premiers cas sur le continent avaient pour rappel été détectés en Egypte, puis en Algérie. Dans la matinée de ce lundi, l’Egypte avait du reste annoncé un deuxième cas de coronavirus. Des annonces qui viennent mettre à mal l‘économie de ces pays alors que la saison touristique s’y ouvre, notamment en Tunisie ou encore en Egypte. >>> LIRE AUSSI : Sénégal : un premier cas confirmé de Coronavirus détecté L’Afrique subsaharienne au ralenti, non sans risque Après le Nigeria, le Sénégal est devenu ce lundi le second pays d’Afrique subsaharienne à faire l’expérience du COVID-19. Dakar a enregistré un premier cas confirmé tandis que Lagos y faisait face dès le vendredi. Mégapole de plus de 20 millions d’habitants, Lagos inquiète avec l’arrivée du nouveau coronavirus dans ses murs. Le Nigeria est considéré comme très vulnérable à la propagation virale en raison de son système de santé faible et de sa forte densité de population. La communication comme principale arme de lutte Avec l’ampleur de l‘épidémie qui touche désormais pas moins de 70 pays à travers le monde, les Etats africains ont pris des mesures pour contenir au mieux la maladie. Déjà, dans les aéroports internationaux de plusieurs pays, des contrôles stricts sont assurés en vue de détecter des cas suspects. Des centres d’analyse et de traitement – une trentaine au moins – ont éclos au fur et à mesure que prospérait la maladie. Enfin, des campagnes de communication ont été initiées en vue d’informer les populations sur les moyens les plus sûrs d‘éviter la contamination. Sur les réseaux sociaux, sur les sites des ministères de la Santé, des numéros verts de même que des messages éducatifs à la maladie sont diffusés.Mon, 06 Apr 2020 07:19:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/coronavirus-le-point-de-la-situation-en-afrique-le-maroc-et-la-tunisie-touches/Le Pape François prie pour "ceux qui tirent profit du virus"http://fr.africanews.com/2020/04/06/le-pape-francois-prie-pour-ceux-qui-tirent-profit-du-virus/Alors qu’il célébrait dimanche la messe des rameaux qui marque l’entrée dans la semaine sainte de Pâques, le pape François a une nouvelle fois appelé à une prise de conscience. Un message qui fait suite à une mise en garde la veille par le souverain pontife, à ceux qui tirent profit de la pandémie de coronavirus qui frappe actuellement le monde. Il s’agit principalement des personnes qui profitent de l’augmentation des prix des produits, actuellement en forte demande, tels que les masques de protection, les gants, les solutions hydro-alcooliques, ainsi que les produits et fournitures alimentaires de base. “En ces temps turbulents, difficiles et douloureux, les gens ont la possibilité de faire une chose ou une autre, dont beaucoup de bien. Mais certains peuvent avoir l’idée de faire quelque chose de moins bien, de profiter de la situation, d’en tirer un profit personnel. Aujourd’hui, nous prions pour que le Seigneur nous donne à tous une conscience droite, une conscience claire, (une conscience) que Dieu puisse voir sans avoir honte”, a déclaré le chef mondial de l‘Église catholique. Le nouveau coronavirus a provoqué une pandémie mondiale qui a déjà fait plus d’un millions de victimes dont plus de 68.000 morts dans le monde, selon un comptage de l’AFP. En outre, les économies sont toutes paralysées en raison des restrictions à la circulation mises en place dans le but d’empêcher la propagation du virus et de submerger les systèmes de santé. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en AfriqueMon, 06 Apr 2020 06:50:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/le-pape-francois-prie-pour-ceux-qui-tirent-profit-du-virus/Libye : un ancien chef rebelle décède du coronavirus (parti)http://fr.africanews.com/2020/04/06/libye-un-ancien-chef-rebelle-decede-du-coronavirus-parti/Mahmoud Jibril, ex-chef de l’exécutif de la rébellion libyenne ayant contribué à renverser le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, est décédé dimanche des suites de la maladie Covid-19, a-t-on appris auprès de son parti. M. Jibril, 68 ans, “est décédé aujourd’hui (dimanche) au Caire après une hospitalisation de deux semaines”, a déclaré à l’AFP Khaled al-Mrimi, secrétaire général de l’Alliance des forces nationale (AFN), une coalition de partis fondée et dirigée par M. Jibril. “Son état était stable et il s’apprêtait même à quitter l’hôpital”, a ajouté M. Mrimi, précisant que M. Jibril avait des problèmes de santé antérieurs à son infection par le coronavirus. Hisham Wagdyn, le directeur de l’hôpital égyptien, a confirmé le décès. Il a affirmé que l’ancien dirigeant avait été admis le 21 mars après un accident cardio-vasculaire, avant d‘être testé positif au nouveau coronavirus et placé en quarantaine. “Il a commencé à aller mieux il y a deux jours (vendredi, NDLR), mais son état s’est de nouveau dégradé et ses organes vitaux ont cédé”, a ajouté ce responsable, précisant qu’il était décédé en début d’après-midi. En mars 2011, quelques semaines après le déclenchement de l’insurrection en Libye dans le cadre du Printemps arabe, le Conseil national de transition (CNT), bras politique de la rébellion, avait nommé M. Jibril à la tête d’un gouvernement intérimaire. Il avait alors multiplié les déplacements dans les capitales occidentales pour convaincre ses dirigeants, dont le Français Nicolas Sarkozy et le Britannique David Cameron, de soutenir la révolte contre Mouammar Kadhafi. Une coalition emmenée par Washington, Paris et Londres avait rapidement lancé une offensive, après avoir reçu un feu vert de l’ONU. Mahmoud Jibril avait démissionné de son poste au lendemain de la chute du régime Kadhafi, à l’automne, pour prendre la tête de l’AFN, une coalition d’une soixantaine de petits partis. Le pouvoir des armes En 2012, lors des premières élections libres du pays, l’AFN avait remporté le scrutin face à son rival, le Parti pour la justice et la construction (PJC), issu des Frères musulmans. La coalition n’avait toutefois pas obtenu la majorité au Congrès général national (CGN, parlement), dominé par les indépendants. M. Jibril s‘était ainsi porté candidat en vain au poste de Premier ministre en septembre 2012. Il avait perdu tout espoir d’occuper de hautes fonctions après l’adoption en 2013, sous la pression de milices d’ex-rebelles, d’une “loi d’exclusion politique”, écartant toute personne ayant occupé un poste de responsabilité sous Kadhafi. Mahmoud Jibril était parmi les principaux responsables concernés pour avoir occupé le poste de président du Conseil économique et social sous le régime Kadhafi. L’AFN avait dénoncé “le pouvoir des armes” derrière la “mise en scène politique”. Le pays sombrant ensuite dans les violences et le chaos, la plupart des cadres de l’AFN, dont M. Jibril, avaient quitté le pays. Face à une communauté internationale impuissante, la Libye reste à ce jour déchirée par la guerre entre pouvoir rivaux. Depuis un an, des combats font rage entre les forces du gouvernement d’union (GNA) —reconnu par l’ONU et installé à Tripoli—, et celles de l’homme fort de l’est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, qui a lancé une offensive en avril 2019 pour tenter de prendre la capitale. AFPMon, 06 Apr 2020 06:10:31 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/06/libye-un-ancien-chef-rebelle-decede-du-coronavirus-parti/Coronavirus : la Fédération de football du Burundi décide la poursuite de ses championnatshttp://fr.africanews.com/2020/04/05/coronavirus-la-federation-de-football-du-burundi-decide-la-poursuite-de-ses/La Fédération de football du Burundi (FFB), réunie en assemblée générale extraordinaire dimanche à Bujumbura, a décidé la poursuite de ses championnats de 1re et 2e divisions, a annoncé la FFB sur son compte Twitter officiel. Cette assemblée réunissant le Comité exécutif de la FFB, les présidents des clubs de 1re et 2e divisions, le ministre de la Santé publique, Thaddée Ndikumana, devait statuer sur la poursuite ou non du championnat au vu “de la situation qui prévaut après la déclaration des cas de Covid 19 au Burundi. #Burundi Après concertation et éclaircissements sanitaires et techniques du ministre de la santé, l’assemblée générale décide que les championnats de première et deuxième division continuent à être jouer tout en observant les mesures d’hygiène sur les stades et la distanciation pic.twitter.com/4oAwz03INp— F.F.B (@BurundiFF) April 5, 2020 Thaddée Ndikumana, qui a annoncé la découverte de trois premiers cas avérés de coronavirus au Burundi cette semaine, a recommandé la poursuite du championnat en mettant en place “des mesures de prévention comme le lavage des mains et la prise de température des spectateurs avant leur entrée dans les stades”. “La Primus ligue (1re division) continue à être jouée, (tout) en tenant compte de la menace du Covid 19”, a annoncé en kirundi (langue nationale) le président de la FFB et président du Sénat burundais, Réverien Ndikuriyo. Le Burundi reste donc l’un des rares pays au monde, avec le Bélarus et le Tadjikistan, où le football continue. “Quelques voix très minoritaires ont tenté d’expliquer le bien fondé de suspendre le championnat comme presque tous les États du monde l’ont fait, certains ont soutenu la décision venue d’en haut alors que d’autres ont eu peur d’exprimer ce qu’ils pensent”, a expliqué à l’AFP un des présidents de clubs, sous couvert d’anonymat. “Le président de la FFB a dit que tout club qui ne va pas jouer aura un forfait et subira d’autres sanctions”, a poursuivi la même source. Le Burundi avait assuré jusqu’ici qu’il était préservé du coronavirus “par la volonté de Dieu à qui il a donné la première place”.  Le pays, censé organiser des élections générales en mai, a pris des mesures de restrictions comme la suspension la semaine dernière des vols internationaux. Mais la campagne électorale suit son court et la population vaque normalement à ses occupations (messes, marchés ouverts…), contrairement à ses voisins de l’Ouganda ou du Rwanda. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPSun, 05 Apr 2020 13:39:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/05/coronavirus-la-federation-de-football-du-burundi-decide-la-poursuite-de-ses/Bénin : l'ex-chef d'Etat et principal opposant Boni Yayi quitte son partihttp://fr.africanews.com/2020/04/05/benin-l-ex-chef-d-etat-et-principal-opposant-boni-yayi-quitte-son-parti/L’ancien président et principal opposant béninois Boni Yayi a annoncé dimanche quitter son parti politique, le FCBE, à quelques semaines des élections locales, accusant le chef de l’Etat Patrice Talon de préparer un “parti unique à sa solde”. Dans une note aux militants du Parti Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), M. Yayi dénonce la poursuite d’un “processus d’exclusion (...) par des réformes personnelles au rang desquelles figure la charte des partis politiques”. Il fait référence aux nouvelles obligations que doivent remplir les partis politiques béninois, dans le cadre d’une réforme engagée par le chef de l’Etat.  “Cette charte nous conduit inexorablement à un parti unique à la solde du Président de la République”, affirme M. Yayi. Il accuse le président Talon de vouloir faire disparaître le FCBE, “avec la complicité de certains militants”.  M. Yayi ne se désengage pas pour autant de la vie politique. “Je me retire du parti FCBE tout en me réservant le droit et le devoir d’opiner sur la gestion des affaires de notre pays”, précise-t-il. Une grave crise politique, qui oppose Boni Yayi et Patrice Talon, secoue le Bénin depuis les élections législatives contestées d’avril 2019, auxquelles les partis d’opposition n’avaient pas pu se présenter.  Des élections municipales sont prévues le 17 mai, malgré l‘épidémie de Covid-19 qui se propage en Afrique de l’Ouest.  >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique La majorité des pays de la région ont adopté des mesures de sécurité allant jusqu’au confinement total, mais le président Talon a affirmé la semaine dernière qu’il s’agissait de mesures de “pays riches” inapplicables dans le contexte économique et social au Bénin.  AFPSun, 05 Apr 2020 13:01:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/05/benin-l-ex-chef-d-etat-et-principal-opposant-boni-yayi-quitte-son-parti/Coronavirus : le Soudan du Sud annonce un premier cashttp://fr.africanews.com/2020/04/05/coronavirus-le-soudan-du-sud-annonce-un-premier-cas/Un premier cas de contamination par le nouveau coronavirus a été recensé au Soudan du Sud, ont annoncé dimanche les autorités de ce pays, l’un des derniers en Afrique à indiquer que l‘épidémie a atteint son territoire. “Le Soudan du Sud confirme l’existence d’un cas de coronavirus”, a déclaré le premier vice-président Riek Machar, au cours d’une conférence de presse à Juba. Il s’agit d’une femme de 29 ans arrivée au Soudan du Sud en provenance des Pays-Bas, via l’Ethiopie, le 28 février, a-t-il dit. Il n’a pas précisé sa nationalité. La Mission des Nations unies au Soudan du Sud a fait savoir dans un communiqué que la femme contaminée est un membre de son personnel. Elle a été testée positive samedi après s‘être rendue dans une clinique des Nations unies jeudi. “Le ministère de la Santé mène une enquête complète avec l’Organisation mondiale de la santé et le Centre de contrôle et de prévention des maladies, comprenant l’identification et le suivi de tous les contacts possibles et les mesures ultérieures”, a déclaré M. Machar. Le Soudan du Sud a déjà décidé la fermeture des bars, night clubs et magasins autres que ceux vendant de la nourriture et a recommandé à la population de respecter les règles de distanciation sociale. Les frontières sont fermées ainsi que l’aéroport international. Un couvre-feu est en vigueur de 20H00 à 06H00. Le Soudan du Sud, l’un des pays les plus pauvres du monde, longtemps déchiré par une guerre civile dévastatrice, est mal équipé pour faire face à la pandémie. Le conflit, marqué par des atrocités, dont des meurtres et des viols, a fait en six ans plus de 380.000 morts et provoqué une crise humanitaire catastrophique. Le président Salva Kiir et son rival devenu premier vice-président, Riek Machar, ont annoncé en février la formation d’un gouvernement d’union nationale afin d’instaurer la paix dans le pays. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPSun, 05 Apr 2020 12:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/05/coronavirus-le-soudan-du-sud-annonce-un-premier-cas/Lutte contre le terrorisme : un camp de l'ISWAP détruit à Bornohttp://fr.africanews.com/2020/04/05/lutte-contre-le-terrorisme-un-camp-de-l-iswap-detruit-a-borno/Les îles Tumbuns sur le lac Tchad désormais débarrassées des éléments du groupe État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP) qui y avaient érigé leur base. C’est le résultat d’une série de bombardements effectués vendredi conjointement par l’armée nigériane dans le cadre de l’opération « Lafiya Dole » et la Force conjointe multinationale (MNJTF) afin de déloger le groupe terroriste qui avait fait de la zone un de ses principaux repaires. D’après le brigadier-général, Benard Onyeuko, responsable adjoint des relations publiques et communication de l’armée nigériane, ce raid a connu un « franc » succès grâce aux renseignements obtenus par des avions de reconnaissance qui avaient survolé la zone auparavant. L’officier a ajouté que l’ISWAP a perdu un nombre importants de ses éléments et une bonne quantité de son matériel. Il n’a toutefois pas donné quelque chiffre. Cette offensive intervient quelque deux jours après que l’armée tchadienne qui fait partie de la MNJTF a déployé un important dispositif militaire au Niger et au Tchad pour traquer le groupe jihadiste qui venait de tuer une centaine de soldats tchadiens. Le conflit avec les jihadistes de Boko Haram et  d’ISWAP a fait plus de 36000 morts depuis 2009 dans le nord-est du Nigeria et près de 2 millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer. Sun, 05 Apr 2020 11:40:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2020/04/05/lutte-contre-le-terrorisme-un-camp-de-l-iswap-detruit-a-borno/Le Sénégal prolonge l'état d'urgence face au coronavirushttp://fr.africanews.com/2020/04/05/le-senegal-prolonge-l-etat-d-urgence-face-au-coronavirus/Le président sénégalais Macky Sall a prolongé de 30 jours l‘état d’urgence instauré sur tout le territoire face au nouveau coronavirus, rapportent les médias publics. L‘état d’urgence annoncé la première fois le 23 mars par le chef de l’Etat est assorti d’un couvre-feu de 20H00 à 6H00 (mêmes heures GMT). Le présentateur du journal de la télévision publique a lu samedi soir le décret de prolongation, daté du 3 avril. L‘état d’urgence permet aux autorités de réglementer ou d’interdire les déplacements des biens et des personnes ainsi que les rassemblements, de faire fermer provisoirement les lieux publics et de réunion, d’interdire la circulation des avions et des bateaux, de statuer sur les points d’entrée et de sortie du territoire, ou encore d’assigner des personnes à résidence. Les autorités ont effectivement imposé en grande partie de telles mesures, dans certains cas avant l’instauration de l‘état d’urgence. Elles ont interdit les rassemblements et les prières collectives, proscrit la circulation entre les villes, suspendu quasiment tout le trafic aérien. Le Sénégal s’est jusqu’alors gardé d‘établir le confinement. Il représenterait un défi considérable dans ce pays pauvre dont une bonne partie de la population vit au jour le jour. Depuis le 2 mars, les autorités sénégalaises ont officiellement déclaré 219 cas de contamination par le coronavirus et deux décès. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPSun, 05 Apr 2020 09:55:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/05/le-senegal-prolonge-l-etat-d-urgence-face-au-coronavirus/Malawi : le président baisse son salaire pour lutter contre le coronavirushttp://fr.africanews.com/2020/04/05/malawi-le-president-baisse-son-salaire-pour-lutter-contre-le-coronavirus/Le président du Malawi Peter Mutharika a annoncé samedi soir qu’il baissait son salaire et celui de ses ministres afin de dégager des fonds pour financer la lutte contre la pandémie de coronavirus, qui a infecté quatre personnes dans son pays. “Je demande au Trésor de réduire les salaires du président, des ministres et des vice-ministres du gouvernement de 10% pendant trois mois et d’utiliser ces ressources contre le coronavirus”, a déclaré M. Mutharika lors d’une allocution télévisée. Le chef de l’Etat a déclaré le 23 mars l‘état d’urgence et ordonné la fermeture des écoles jusqu‘à nouvel ordre pour endiguer l‘épidémie. Samedi soir, il a annoncé l’ouverture de nouveaux centres de dépistage du Covid-19, une baisse des prix des carburants pour faciliter les déplacements vers ces centres et le recrutement par le ministère de la Santé de 2.000 agents supplémentaires. “Nous avons besoin de plus de soldats et de ressources humaines pour ce combat”, a-t-il estimé, en promettant de tout faire “pour protéger les emplois, les revenus et les entreprises” et d’assurer “la survie de l‘économie”. Le Malawi est considéré comme l’un des pays les plus démunis de la planète. Selon la Banque mondiale, plus de la moitié (51,5%) de ses 17 millions d’habitants vit sous le seuil de pauvreté. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPMon, 06 Apr 2020 09:15:11 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/05/malawi-le-president-baisse-son-salaire-pour-lutter-contre-le-coronavirus/Tunisie : deux "terroristes" abattus dans le centre-ouesthttp://fr.africanews.com/2020/04/05/tunisie-deux-terroristes-abattus-dans-le-centre-ouest/Deux “éléments terroristes” ont été abattus par des unités militaires et de la garde nationale dans le centre-ouest de la Tunisie, a indiqué samedi soir le ministère de l’Intérieur. Cette opération antiterroriste est toujours en cours dans la zone montagneuse de Kasserine, près de la frontière de l’Algérie, a ajouté le ministère dans un communiqué sans ajouter d’autres détails. Les massifs montagneux de Kasserine restent un repaire pour des groupes jihadistes, comme Jund al-Khilafa, affilié à l’organisation Etat islamique (EI), et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Cette opération intervient alors que le pays mobilise tous ses moyens pour limiter la propagation de l‘épidémie du coronavirus qui a fait depuis début mars 553 cas dont 19 décès. Depuis le 22 mars, un confinement général est mis en place et doit être en vigueur jusqu’au 19 avril. Le pays reste aussi sous état d’urgence depuis l’attentat suicide commis à Tunis contre la sécurité présidentielle (12 agents tués) en novembre 2015. AFPSun, 05 Apr 2020 08:58:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/05/tunisie-deux-terroristes-abattus-dans-le-centre-ouest/Le football africain pleure son Papehttp://fr.africanews.com/2020/04/05/le-football-africain-pleure-son-pape/Le football africain en deuil avec la mort de l’ancien président de l’Olympique de Marseille, Pape Diouf, apporté ce 31 mars par le Covid-19, à l‘âge de 68 ans. Journaliste, agent de joueurs puis patron de l’Olympique de Marseille, Pape Diouf a connu de multiples vies jusqu‘à son décès mardi 31 mars des suites du coronavirus. Le Sénégalais né à Abéché, au Tchad, aura marqué l’histoire du football pour avoir été le premier noir, et le seul jusqu‘à présent, à avoir dirigé un club d‘élite en Europe. Sa disparition, laisse derrière lui un sport orphelin et des supporters phocéens dévastés. Au Sénégal, comme partout en Afrique et dans le monde, les hommages se sont multipliés à l’annonce de son décès. « Nous supporters de l’Olympique de Marseille au Sénégal, avons perdu un très grand homme, dans le sens où non seulement Pape Diouf était Sénégalais mais en plus de cela, il a été le premier président noir d’un club d‘élite des cinq grands championnats. », regrette Adama Ndione, vice-président de l’Association des supporters de l’Olympique de Marseille du Sénégal. Arrivé à Marseille à 18 ans, Pape Diouf aura été un acteur majeur de l’histoire du club phocéen dont il a été tour à tour manager général du club, chargé des affaires sportives, président du directoire avant d’en prendre les rênes en 2005. Et il aura été l’un des grands architectes du renouveau du club. Même s’il n’a pas réussi à remporter un trophée avec l’OM, sa présidence sera tout de même marquée par une régularité en Ligue des Champions du club phocéen qu’il a mené à trois podiums de Ligue 1 (2ème en 2006-2007, 3ème en 2007-2008, et 2ème en 2008-2009) et deux finales consécutives de Coupe de France toutes perdues (en 2006 face au Paris Saint-Germain et en 2007 face au FC Sochaux-Montbéliard). Avant d’intégrer l‘équipe dirigeante olympienne, il en a d’abord été un pion essentiel, gérant notamment les intérêts de plusieurs superstars qui ont forgé la légende du club comme Joseph-Antoine Bell, Basile Boli, Abedi Pélé, ou encore Didier Drogba, dont il fut agent. Au Stade Vélodrome à Marseille, sur le Vieux port, les habitants confinés chez eux ont applaudi celui qui a dirigé ce club de 2005 à 2009. Mort à l‘âge de 68 ans, Pape Diouf, c‘était aussi une liberté de ton qui l’a conduit à combattre le racisme, notamment lors de l’affaire dites des “quotas” de binationaux dans les centres de formation et les écoles de football de France. Pape Diouf laisse derrière lui grande vide. Et tout un continent qui pleure un de ses plus grands ambassadeurs.Sun, 05 Apr 2020 08:40:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/05/le-football-africain-pleure-son-pape/Covid-19 : un robot policier dans les rues de Tunis pour faire respecter le confinementhttp://fr.africanews.com/2020/04/05/covid-19-un-robot-policier-dans-les-rues-de-tunis-pour-faire-respecter-le/La police tunisienne utilise un `` robocop ‘’ télécommandé pour patrouiller dans les rues de la capitale Tunis et faire respecter le confinement imposé alors que le pays lutte contre la propagation du coronavirus. Robocop, encore connu sous le nom de Pguard déployé par le ministère de l’Intérieur appelle la population à respecter le confinement imposé depuis le 22 mars afin de ralentir la propagation du nouveau coronavirus. Piloté à distance et équipé de caméras infrarouges et d’imagerie thermiques permettant de mesurer la température corporelle, robocop est également doté d’un système d’alarme sonore et lumineux. Son rôle consiste à demander aux populations de “respecter la loi, de l’appliquer, et de ne pas quitter les maisons pour limiter la propagation du virus et pour ainsi préserver les vies humaines”. Le prototype, actuellement utilisé à Tunis recueille des informations des personnes rencontrées dans la rue à l’aide d’un questionnaire précis. “Qu’est-ce que vous faites ? Montrez-moi votre pièce d’identité ! Vous n‘êtes pas au courant du confinement ?”, peut-on l’entendre demander sur ces images diffusées par le ministère tunisien de l’Intérieur via sa page officielle Facebook. Il n’a pas été possible dans l’immédiat de savoir si le robot, qui peut techniquement contrôler les cartes d’identité, était en mesure de sanctionner de possibles contrevenants. Le ministère de l’Intérieur contacté par l’AFP s‘étant refusé à tout commentaire. Créé par l’universitaire tunisien en robotique, Anis Sahbani ( fondateur de l’entreprise Enova Robotics basée à Sousse (est), robocop spécialisé dans la sécurisation de locaux coute entre 100.000 à 130.000 euros. P-Guard possède une intelligence artificielle qui le rend “complètement autonome” selon son constructeur. Enova Robotics a fait don d’un nombre non précisé de robots au ministère de l’Intérieur. Il possède un système d‘évitement d’obstacles basé sur la télémétrie laser, toujours selon lui. Un robot d’un autre genre également fabriqué par Enova Robotics doit être utilisé d’ici quelques semaines, selon l’entreprise, dans un hôpital de Tunis pour permettre aux malades du virus de communiquer avec leurs proches. Un autre robot en cours de construction doit être mis en service fin avril devant les hôpitaux “pour faire le tri des patients”. Il leur posera des questions sur leurs symptômes, et en fonction des réponses, pourra déterminer si un patient est probablement contaminé ou pas. La Tunisie fait partie des pays qui ont enregistré des centaines de cas positifs au nouveau coronavirus. AFPSun, 05 Apr 2020 06:06:10 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/05/covid-19-un-robot-policier-dans-les-rues-de-tunis-pour-faire-respecter-le/Coronavirus : distribution de nourriture dans la capitale ougandaise confinéehttp://fr.africanews.com/2020/04/05/coronavirus-distribution-de-nourriture-dans-la-capitale-ougandaise-confinee/L’Ouganda poursuit son opération de distribution de la nourriture aux personnes les plus démunies de la capitale Kampala et ses environs. Le pays est sous confinement général, afin d‘éviter la propagation de la covid-19. Un premier convoi de six camions chargés de sacs de farine de maïs, de haricots et de sel, est parti du centre de Kampala – en présence de plusieurs ministres – pour se rendre dans la banlieue populaire de Bwaise, à une dizaine de kilomètres. Mercredi, le Premier ministre Ruhakana Rugunda avait annoncé que le gouvernement allait “commencer à fournir de l’aide alimentaire aux plus vulnérables et aux plus affectés par les mesures prises pour combattre le Covid-19”. Quelque 1,5 millions de personnes vivant à Kampala et ses environs ont dans un premier temps été ciblées. Moins d’une semaine après l’annonce par le président Yoweri Museveni de mesures strictes pour empêcher la propagation du virus, dont le confinement général, de nombreux Ougandais qui vivent au jour-le-jour, ont du mal à se nourrir. Sarah Bwanika, mère de trois enfants de 37 ans, a été parmi les premières à recevoir de l’aide samedi, espérant qu’elle permettrait à sa famille de tenir “deux semaines”. La semaine dernière, des dirigeants d’opposition avaient commencé eux aussi à distribuer de la nourriture à petite échelle. Cela leur avait valu d‘être traités par M. Museveni “d’opportunistes sans vergogne” et “d’ennemis de l’Ouganda et de l’Afrique” pour encourager des rassemblements allant à l’encontre des mesures de distanciation sociale décrétées par le gouvernement. Le président avait alors menacé de poursuivre pour “tentative de meurtre” toute personne distribuant de la nourriture en dehors des structures gouvernementales. Pendant la distribution organisée samedi à Bwaise, un responsable gouvernemental parlant à l’AFP sous couvert d’anonymat, a reconnu que cette aide ne représentait qu’une “petite fraction de ce qui était nécessaire”. Le nombre de cas de nouveau coronavirus confirmés en Ouganda est de 48. Ce pays n’a pour l’instant enregistré aucun décès. AFPMon, 06 Apr 2020 09:15:41 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/05/coronavirus-distribution-de-nourriture-dans-la-capitale-ougandaise-confinee/L’amour, ingrédient magique du chef japonais Nobuyuki "Nobu" Matsuhisahttp://fr.africanews.com/2020/04/03/l-amour-ingredient-magique-du-chef-japonais-nobuyuki-nobu-matsuhisa/Dans cet épisode, l’équipe d’Inspire Middle East vous emmène dîner et tester les meilleures fruits de mer locaux. Rebecca Mc Laughlin-Eastham s’est entretenue avec le chef japonais de renommée mondiale, Nobuyuki “Nobu” Matsuhisa. Enfin Salim Essaid est allé à la rencontre d’un ostréiculteur émirati. Nobuyuki “Nobu” Matsuhisa est sans doute le nom le plus célèbre au monde associé à la cuisine japonaise haut de gamme et innovante. Ce chef japonais de 70 ans est devenu une icône dans le monde de la gastronomie pour ses plats traditionnels japonais – d’influence péruvienne – ou des recettes comme la morue noire sauce miso, si souvent copiée. Les célébrités affluent dans les restaurants qu’il a ouverts aux Etats-Unis, en Europe, en Asie, et au Moyen-Orient. Robert de Niro est même son associé depuis leur premier projet, il y a environ 25 ans. Le duo s’est lancé dans l’hôtellerie en 2013 et possède une grosse propriété, encore en construction, en Arabie Saoudite.Fri, 03 Apr 2020 11:09:16 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/03/l-amour-ingredient-magique-du-chef-japonais-nobuyuki-nobu-matsuhisa/Coronavirus : la crise humanitaire au Sahel menace de devenir "ingérable" (ONU)http://fr.africanews.com/2020/04/02/coronavirus-la-crise-humanitaire-au-sahel-menace-de-devenir-ingerable-onu/La crise humanitaire dans la région du Sahel central menace de devenir “ingérable”, avec plus de cinq millions de personnes confrontées à une grave insécurité alimentaire alors que le coronavirus se propage, a averti jeudi le Programme alimentaire mondial (PAM). L‘épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest de 2014-2016 (plus de 11.000 morts) “a illustré l’importance cruciale de l’aide alimentaire dans la lutte contre la propagation de la maladie”, souligne le PAM dans un communiqué publié à Dakar. “Elle permet de réduire la vulnérabilité à l’infection grâce à des programmes de nutrition qui ciblent les personnes dont le système immunitaire est affaibli, comme les malades chroniques et les personnes âgées”, souligne l’institution de l’ONU. Or, dans tout le Sahel central, qui englobe le Burkina Faso, le Mali et le Niger, la situation est “extrêmement préoccupante”, estime-t-elle. Des millions de personnes seront particulièrement fragiles pendant la période dite de “soudure”, entre la fin des réserves de la récolte précédente et les nouvelles récoltes. Au Burkina Faso, pays “qui a connu le plus grand nombre de décès dus à Covid-19 en Afrique subsaharienne” (288 cas et 16 décès), le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire devrait tripler, passant d’un peu plus 680.000 pendant la soudure en 2019 à 2,1 millions à l’approche de la celle qui commencera en juin 2020, selon le communiqué. Diviser pour mieux régner ? Quelque 1,3 million de personnes au Mali et deux millions au Niger courent les mêmes risques. Cette hausse “survient au moment où la pandémie Covid-19 entre dans ces pays déjà fragiles et dans une région où les systèmes de santé sont les plus faibles du monde”, relève également le PAM. Ces trois pays pauvres sont le théâtre depuis des années d’attaques jihadistes, souvent mêlées à des violences entre communautés. Conséquence, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leurs pays y a été multiplié par quatre, avec un pic à 780.000 au Burkina Faso contre un demi-million au début de l’année, selon la même source. “Ces communautés ont été chassées de leurs foyers par la violence des groupes extrémistes et dépendent désormais presque entièrement de l’aide extérieure pour survivre”, souligne le PAM, selon qui la “menace du Covid-19 met en péril le travail humanitaire”.  “C’est une crise qui s’ajoute à une autre, et la situation pourrait devenir incontrôlable”, a averti Chris Nikoi, directeur régional du PAM pour l’Afrique de l’Ouest, cité dans le communiqué.  Le PAM a besoin d’urgence de 208 millions de dollars jusqu’en août 2020 pour mener à bien ses opérations, précise-t-il. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPThu, 02 Apr 2020 17:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/02/coronavirus-la-crise-humanitaire-au-sahel-menace-de-devenir-ingerable-onu/Le Malawi, 50è pays africain à être touché par le coronavirushttp://fr.africanews.com/2020/04/02/le-malawi-50e-pays-africain-a-etre-touche-par-le-coronavirus/Les autorités malawites ont annoncé jeudi avoir enregistré trois cas de COVID-19. Le Malawi devient le 50è pays du continent à être touché par la pandémie. La confirmation a été donnée par le président Peter Mutharika dans un message à la nation d’une minute et 23 secondes retransmis en direct par la chaîne de télévision nationale. Selon M. Mutharika, les trois cas ont été identifiés à Lilongwe, la capitale. L’un des patients était un homme de 63 ans qui avait récemment voyagé en Inde. Les deux autres sont un des membres de sa famille et son employé de maison. Il y a une semaine, Mutharika a déclaré l‘état de catastrophe nationale à cause de la pandémie qui continue de se propager à travers le continent. Le Malawi devenant officiellement le 50e pays africain à être infecté. Il y a quatre pays non infectés : le Lesotho, les Comores, le Soudan du Sud et Sao Tomé-et-Principe. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en AfriqueThu, 02 Apr 2020 16:50:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2020/04/02/le-malawi-50e-pays-africain-a-etre-touche-par-le-coronavirus/Le Zimbabwe réintroduit le dollar américain [Business Africa]http://fr.africanews.com/2020/04/02/le-zimbabwe-reintroduit-le-dollar-americain-business-africa/Pandémie de coronavirus, le Zimbabwe réintroduit le Dollar américain, afin de palier la crise économique qui sévit actuellement dans le pays. En pleine crise économique et menacé par la pandémie de coronavirus qui secoue le monde, le Zimbabwe a réintroduit l’usage du Dollar américain. Neuf mois après avoir interdit les devises américaines, britanniques ou encore sud-africaines, le pays plongé dans une grave crise socio-économique depuis 2 décennies, et avec un taux de chômage avoisinant les 90 % revient sur sa décision. Dans ce numéro, nous avons discuté avec l‘économiste Vince MUSEWE depuis Harare la capitale du Zimbabwe. Il est revenu sur l’impact de cette réintroduction sur l’offre et la demande nationale, ainsi que l’analyse du retour du système multidevise, particulièrement en cette période de confinement.Thu, 02 Apr 2020 16:20:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/02/le-zimbabwe-reintroduit-le-dollar-americain-business-africa/Covid-19 et inflation du marché des céréales [Business Africa]http://fr.africanews.com/2020/04/02/covid-19-et-inflation-du-marche-des-cereales-business-africa/Flambée des prix des produits de première nécessite du fait des ‘‘Achats-panique’‘ dans le contexte actuel de coronavirus, la FAO tire la sonnette d’alarme. L’impact du Coronavirus se fait déjà fortement ressentir dans les ménages. Le phénomène d’achats-paniques’‘ a fait grimper les prix des denrées alimentaires et produits de première nécessité, notamment les céréales. Une situation qui inquiète l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture qui craint une crise alimentaire mondiale. Coronavirus : la CEMAC à la recherche de solutions Réunion des ministre de l‘Économie et experts de la zone CEMAC pour contrôler et atténuer les conséquences macro-économiques de la crise sur les économies de la sous-région. C’est en réponse à cette situation que les ministres de l’Économie et les experts de la zone CEMAC ont appelé leurs ‘‘Etats à soumettre des projets banquables à la Banque de Développement des Etats de l’Afrique centrale dans les plus brefs délais possibles au bénéfice des populations’‘. Réunis à Brazzaville au Congo, ils ont par ailleurs convenu du financement  des projets des pays de la zone portant sur la lutte contre la pandémie de la Covid-19.Thu, 02 Apr 2020 16:18:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/02/covid-19-et-inflation-du-marche-des-cereales-business-africa/Niger : plus de 250 migrants secourus en plein désert près de la Libye (ONU)http://fr.africanews.com/2020/04/02/niger-plus-de-250-migrants-secourus-en-plein-desert-pres-de-la-libye-onu/Plus de 250 migrants ont été secourus la semaine passée près de Madama (nord du Niger), proche de la Libye, et seront mis en isolement pendant deux semaines, dans le cadre de la prévention contre le coronavirus, a annoncé jeudi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). “Plus de 250 migrants en détresse ont été retrouvés la semaine dernière près de Madama, à la frontière du Niger avec la Libye, abandonnés par leurs passeurs au milieu de la pandémie Covid-19”, souligne l’agence onusienne sur sa page Facebook. L’OIM a fourni “de la nourriture et de l’eau” aux migrants dont 104 venaient du Nigeria, 53 du Ghana et 34 du Burkina. Un bébé qui fait partie du groupe “est actuellement assisté par le personnel de protection de l’OIM”, assure-t-elle. Une fois acheminés à Agadez, la grande ville de Nord, ces migrants seront d’abord hébergés dans le stade de football “pour une période de quarantaine de 14 jours”, précise l’OIM. Au Niger, l’OIM  “s’inquiète du nombre important de migrants” qui “continuent d’arriver” dans ce pays “en dépit du confinement national” contre le coronavirus. L’OIM a mis en place des sites de transit temporaires “pour mettre en quarantaine les nouveaux arrivants” à la frontière avec l’Algérie.  “Isolement sanitaire” Elle dispose de maisons de transit à Niamey, ouvertes récemment “pour gérer l’augmentation soudaine du nombre de migrants en détresse en raison de la fermeture des frontières”, explique-t-elle.  764 migrants dont 391 du Niger, 140 du Mali et 101 de Guinée, viennent d’achever une “période de quarantaine de 14 jours” à Assamaka, à la frontière avec l’Algérie. Parmi eux, on dénombre des enfants, des femmes enceintes et des personnes blessées, détaille l’OIM. Au Niger, quarante nouveaux cas de Covid-19, dont les deux premiers hors de la capitale Niamey, à Maradi (sud), ont été enregistrés mercredi, pour un total de 74 cas. Deux nouveaux décès annoncés mercredi portent à 5 le nombre de morts du coronavirus dans le pays, l’un des plus pauvres du monde. Les autorités ont imposé un couvre-feu à Niamey, également placée en “isolement sanitaire”. Les frontières sont fermées, ainsi que les écoles et les lieux de culte.Thu, 02 Apr 2020 16:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/02/niger-plus-de-250-migrants-secourus-en-plein-desert-pres-de-la-libye-onu/Sahel : 4 premiers cas confirmés de coronavirus parmi les soldats de Barkhane (état-major)http://fr.africanews.com/2020/04/02/sahel-4-premiers-cas-confirmes-de-coronavirus-parmi-les-soldats-de-barkhane/Quatre officiers français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération antijihadiste Barkhane ont été testés positifs au coronavirus, a indiqué jeudi à l’AFP l‘état-major, ce qui constitue les premiers cas rendus publics parmi les forces françaises projetées en opérations extérieures. “L’opération Barkhane a connu ses quatre premiers cas confirmés d’infection par le coronavirus”, selon l‘état-major. Parmi ces quatre officiers, “un des patients est pris en charge et soigné sur place, et trois autres ont déjà été rapatriés” vers la France, “de même qu’un autre officier symptomatique sans pour autant avoir été testé”, précise le porte-parole de l‘état-major, le colonel Frédéric Barbry. Ces quatre officiers testés positifs au Covid-19,  “arrivés en bande sahélo-saharienne il y a plusieurs semaines”, sont “à ce stade asymptomatiques”. Le diagnostic a été confirmé par des tests effectués sur place par le service de santé des armées, par un laboratoire biologique civil local ou à leur arrivée en France. “Tous les cas contact ont été identifiés et placés en quatorzaine en zone dédiée”, souligne le colonel Barbry, en précisant que “ces cas de contamination, de même que les dispositions prises pour préserver le personnel de la force n’ont pas d’impact sur les opérations, qui se poursuivent à un rythme soutenu”. Le ministère français des Armées déplore par ailleurs dans ses rangs un premier décès dû au coronavirus, a-t-il annoncé jeudi: il s’agir d’un employé civil du service d’infrastructure de la défense (SID), décédé le 30 mars à l‘âge de 62 ans.  L’opération andijihadiste Barkhane, forte de 5.100 militaires, lutte contre les mouvements jihadistes en collaboration avec les pays du Sahel, Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie et Tchad. C’est la principale opération extérieure des armées françaises. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPThu, 02 Apr 2020 13:25:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/02/sahel-4-premiers-cas-confirmes-de-coronavirus-parmi-les-soldats-de-barkhane/Sénégal : le traitement par chloroquine va se poursuivre après des résultats encourageantshttp://fr.africanews.com/2020/04/02/senegal-le-traitement-par-chloroquine-va-se-poursuivre-apres-des-resultats/Les services sanitaires sénégalais vont poursuivre le traitement par l’hydroxychloroquine (antipaludéen) des patients atteints par le coronavirus, qui “guérissent plus vite”, a indiqué jeudi un haut responsable de la lutte contre la maladie, un mois jour pour jour après son apparition au Sénégal. Constatée pour la première fois le 2 mars au Sénégal, la présence du nouveau coronavirus a entraîné l’hospitalisation de 195 personnes.  Un patient est décédé mardi – l’ancien président de l’Olympique de Marseille Pape Diouf – un a été évacué vers la France, 138 sont sous traitements et 55 sont guéris, selon le ministère de la Santé. “Les patients sous traitements, notamment sous traitement spécifique tel que l’hydroxychloroquine, guérissent plus vite, nous l’avons constaté”, a déclaré lors d’une conférence de presse le professeur Moussa Seydi, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Fann à Dakar et coordinateur de la prise en charge des malades contaminés au Sénégal. Il avait indiqué le 27 mars à l’AFP que près de la moitié des patients avaient été traités par de l’hydroxychloroquine, un dérivé synthétique de la quinine disponible sur le marché au cœur d’un vif débat d’experts entre ceux qui préconisent et ceux qui mettent en garde contre son utilisation contre le coronavirus. “En matière de science, la constatation seule ne suffit pas et il faut faire des recherches poussées avant de valider une attitude”, a souligné le professeur sénégalais.  “Mais les résultats que nous avons constatés nous rassurent et rassurent toute mon équipe et nous allons continuer dans ce sens”, a-t-il ajouté. Pas encore “d’effet secondaire” sur les patients “Mieux”, ses services vont, “dans les jours à venir, y associer de l’azithromycine (antibiotique), ce qui devrait nous permettre d’avoir de meilleurs résultats”, a-t-il dit. Le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Fann a “insisté” sur le fait que ces résultats “ne doivent pas pousser à l’automédication, qui reste dangereuse”. C’est pour “éviter d’avoir des effets secondaires inconnus et gravissimes peut-être” que les patients ont jusqu’ici été uniquement traités avec de l’hydroxychloroquine, “bien qu’il soit connu que son association avec de l’azithromycine soit plus efficace”, a expliqué le professeur sénégalais. Mais après n’avoir “pas noté d’effet secondaire” sur les patients, “nous sommes en droit de passer à la deuxième étape”, a-t-il ajouté. Le traitement contre le paludisme chloroquine et son dérivé l’hydroxychloroquine ne doivent être utilisés pour traiter le Covid-19 que dans le cadre d’essais cliniques ou de “programmes d’urgence”, a averti mercredi l’Agence européenne du médicament (EMA), après des appels à la prudence de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPThu, 02 Apr 2020 12:30:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/02/senegal-le-traitement-par-chloroquine-va-se-poursuivre-apres-des-resultats/Le Nigeria annonce une opération "massive" et régionale contre les jihadistes d'ISWAPhttp://fr.africanews.com/2020/04/02/le-nigeria-annonce-une-operation-massive-et-regionale-contre-les-jihadistes-d/Le Nigeria a annoncé jeudi avoir lancé une opération “massive”, conjointement avec les armées du Tchad et du Niger, contre les insurgés du groupe jihadiste ISWAP, affilié à l’Etat Islamique, qui multiplient les attaques contre les forces armées dans la région du lac Tchad. L’armée nigériane, dans un communiqué, a indiqué que les attaques répétées de Boko Haram et du groupe Etat Islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), issu d’une scission de Boko Haram,  “nécessitaient un assaut massif et coordonné avec les nations du Lac Tchad”.  La Force Conjointe Multinationale (MNJTF) avait été mise à mal par le départ des troupes tchadiennes du Nigeria (1.200 soldats), en janvier.  Mais le ministre de la Défense tchadien, le général Mahamat Abbali Salah, a annoncé mardi que ses forces allaient être redéployées dans les pays voisins, après une attaque contre un poste de l’armée tchadienne le mois dernier qui a tué une centaine de soldats.  L’armée nigériane paie elle aussi un très lourd tribut depuis plusieurs années. Une centaine de soldats ont été tués fin mars dans une embuscade tendue par les jihadistes.  Le président tchadien Idriss Deby a annoncé une “réponse fulgurante” à la suite de ces tueries. Le conflit avec les jihadistes de Boko Haram et  d’ISWAP a fait plus de 36.000 morts depuis 2009 dans le nord-est du Nigeria et près de 2 millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.  AFPThu, 02 Apr 2020 12:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/02/le-nigeria-annonce-une-operation-massive-et-regionale-contre-les-jihadistes-d/Nigeria – Confinement : appel à la redistribution des vivres saisies aux populationshttp://fr.africanews.com/2020/04/02/nigeria-confinement-appel-a-la-redistribution-des-vivres-saisies-aux-populations/L’appel est de l’ancien acteur de Nollywood. Pour Richard Eyimofe Evans Mofe-Damijo, le gouvernement doit distribuer aux populations, les vivres saisies auprès des citoyens qui ne respectent pas le confinement décrété pour freiner la propagation du coronavirus dans le pays. « Je me demande si ce n’est pas le bon moment pour le gouvernement d’interroger les douanes sur toute la quantité de riz, de tomate, d’huile végétale saisie et sur tous les autres produits alimentaires qu’ils ont en leur possession et distribués à nos populations dans le besoin », a déclaré l’acteur. Richard Eyimofe Evans Mofe-Damijo a également salué les « efforts » fournis par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la COVID-19. Parmi ces efforts, la réduction du prix du carburant à la pompe, la fermeture des frontières et le confinement. Selon un récent bilan, le pays le plus peuplé et première puissance économique d’Afrique compte 174 cas de COVID-19 pour deux décès et neuf personnes guéries. Le plus grand nombre de cas sont concentrés à Lagos, capitale économique (82 cas) et à Abuja, la capitale (28 cas). >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en AfriqueThu, 02 Apr 2020 11:52:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2020/04/02/nigeria-confinement-appel-a-la-redistribution-des-vivres-saisies-aux-populations/Football – Transfert : le Nigérian Obi Mikel en route pour le Brésil ?http://fr.africanews.com/2020/04/02/football-transfert-le-nigerian-obi-mikel-en-route-pour-le-bresil/Le célèbre milieu offensif nigérian John Obi Mikel pourrait rejoindre la saison prochaine, le club brésilien Botafogo. À conditions que les négociations entamées en février dernier et interrompues par le nouveau coronavirus aboutissent. En provenance du Trabzonspor en Turquie, John Obi Mikel, 32 ans, est depuis le mois dernier libre et autonome, d’après des médias turcs et nigérians. Né à Jos dans l‘État de Plateau au centre du pays, John Obi Mikel a débuté sa carrière footballistique dans le club de Plateau United (2002-2004) avant de s’envoler pour Lyn Oslo (2004-2006) en Norvège puis en Angleterre. Au pays qui a inventé le foot, le Nigérian va jouer pendant près de dix ans (2006-2017) à Chelsea. Avec le club londonien, il joue 372 matches et remporte de nombreux titres. Parmi ces trophées, deux championnats nationaux (2010 et 2015), quatre coupes d’Angleterre (2007, 2009, 2010 et 2012), deux coupes de la ligue (2007 et 2015) et une Ligue européenne des champions (2012). Avec l‘équipe nationale, Obi a été vainqueur de la CAN 2013, vainqueur de la CAN des moins de 20 ans en 2005 et médaillé de bronze aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro. Avec les noir et blanc, c’est une nouvelle page de l’histoire qui est en passe de s’ouvrir pour Obi Mikel. Un véritable privilège que contribuer à perpétuer l’héritage laissé d’un grand du siècle dernier : l’ailier droit, Mané Garrincha.  Thu, 02 Apr 2020 10:55:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2020/04/02/football-transfert-le-nigerian-obi-mikel-en-route-pour-le-bresil/Libye : il y a un an, Khalifa Haftar lançait l'offensive sur Tripolihttp://fr.africanews.com/2020/04/02/libye-il-y-a-un-an-khalifa-haftar-lancait-l-offensive-sur-tripoli/Rappel des étapes de l’offensive lancée il y a un an par l’homme fort de l’Est libyen, Khalifa Haftar, pour s’emparer de la capitale Tripoli, siège du gouvernement d’union nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par l’ONU. Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est plongée dans le chaos. Deux autorités se disputent le pouvoir: le GNA, basé à Tripoli, et un gouvernement parallèle dans l’Est contrôlé par Khalifa Haftar. L’offensive a fait des centaines de morts et plus de 150.000 déplacés. Haftar ordonne l’assaut Le 4 avril 2019, Khalifa Haftar ordonne à ses forces d’“avancer” en direction de Tripoli, après l’annonce par son autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) d’une offensive pour “purger” l’Ouest libyen “des terroristes”. Cette montée des tensions coïncide avec la visite du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et intervient à quelques jours de la tenue d’une “conférence nationale” longuement préparée par l’ONU et qui était appelée à établir une feuille de route politique pour le pays. Dès le lendemain, le Conseil de sécurité appelle les forces de l’ANL à “interrompre tous les mouvements militaires”. “Je quitte la Libye avec une profonde inquiétude et un cœur lourd”, déclare Antonio Guterres à son départ. Le 7, le GNA annonce une “contre-offensive” généralisée contre les pro-Haftar. L’ANL mène son premier raid dans la banlieue sud de Tripoli. Les forces loyales au GNA avaient mené leur première frappe la veille. A la mi-avril, le président américain Donald Trump s’entretient avec le maréchal Haftar d’une “vision commune” pour la Libye et salue son “rôle significatif dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières”. Revers pour Haftar Le 20 avril, les combats redoublent de violence après une contre-attaque des forces du GNA. Le 26 juin, les forces loyales au GNA s’emparent de Gharyan, principale base arrière des troupes de Haftar, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tripoli. Fin juillet, l‘émissaire de l’ONU Ghassan Salamé propose un plan en trois étapes: cessez-le-feu, conférence internationale à Berlin et conférence interlibyenne. Implications Début novembre, le quotidien américain The New York Times fait état du déploiement en Libye de près de 200 mercenaires d’une entreprise russe de sécurité privée. Moscou, soupçonné de soutenir les troupes de Haftar, dément. Le 15, Washington appelle Haftar à cesser son offensive. Le 27, le président turc Recep Tayyip Erdogan et Fayez al-Sarraj signent un accord de “coopération militaire et sécuritaire”. En décembre, un rapport de l’ONU épingle plusieurs sociétés et pays accusés d’avoir violé l’embargo décrété en 2011 en livrant des armes ou des combattants aux deux camps rivaux. Il cite la Turquie, ainsi que la Jordanie et les Emirats arabes unis, deux soutiens de Haftar. >>> LIRE AUSSI : L’UA regrette les ingérences extérieures en Libye Le 5 janvier 2020, M. Erdogan annonce le début du déploiement de soldats, autorisé par le Parlement turc quelques jours plus tôt. Trêve fragile A l’initiative de la Turquie et de la Russie, une trêve entre en vigueur le 12 janvier après des mois de combats aux portes de Tripoli. Le lendemain, le maréchal Haftar refuse de signer l’accord formel de cessez-le-feu paraphé par son rival. Depuis, des combats opposent régulièrement les deux camps qui s’accusent mutuellement de violations. >>> LIRE AUSSI : Libye : les camps rivaux acceptent de transformer la trêve en un cessez-le-feu durable Le 18, des groupes pro-Haftar bloquent les principaux terminaux et champs pétroliers du pays, paralysant le seul secteur assurant des revenus aux Libyens. Salamé jette l‘éponge Le 19, les principaux pays concernés par le conflit promettent de respecter l’embargo sur les armes et de ne plus interférer dans ses affaires intérieures, à l’issue d’un sommet sous l‘égide de l’ONU à Berlin. Mais dix jours plus tard, Ghassan Salamé dénonce des violations répétées des accords de Berlin. “Les belligérants ont continué de recevoir une quantité considérable d‘équipements modernes, de combattants et de conseillers fournis par leurs soutiens étrangers”. Fin février, il s’en prend aux “cyniques” qui tentent de saper les discussions et réclame un plus grand soutien international. >>> LIRE AUSSI : Libye : Ghassan Salamé, l‘émissaire de l’ONU démissionne Le 2 mars, l‘émissaire de l’ONU, en fonction depuis 2017, démissionne pour des “raisons de santé”. “J’ai essayé d’unir les Libyens et de restreindre l’ingérence étrangère”. Le 22, les deux camps s’accusent de nouveau de violer une nouvelle trêve “acceptée” par les deux parties à l’appel de plusieurs pays et de l’ONU. AFPThu, 02 Apr 2020 08:32:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/02/libye-il-y-a-un-an-khalifa-haftar-lancait-l-offensive-sur-tripoli/Lutte contre le COVID-19 en Afrique : mesures contre « décisions »http://fr.africanews.com/2020/04/01/lutte-contre-le-covid-19-en-afrique-mesures-contre-decisions/Des pays africains ont pris une batterie de mesures destinées à enrayer la propagation du nouveau coronavirus. Mais des mesures pas trop suivies par les populations. Voici quelques pratiques susceptibles de compliquer la tâche des dirigeants. Une affaire qui fait grand bruit au Cameroun. L’affaire, c’est bien ce que la CRTV, chaîne de télévision nationale a appelé « insouciance » pour dénoncer le comportement de certains Camerounais placés en quarantaine dans des hôtels de Yaoundé à leur arrivée des pays touchés par le COVID-19. En effet, lassés de cette « solitude » de 14 jours, ces « mbenguistes » (ceux qui reviennent de l’Europe) ont décidé de faire venir des professionnels du sexe dans leurs chambres d’hôtel. Si la police a pu arrêter une quarantaine de belles de nuit, nul ne sait pour le moment si certains de leurs clients placés en quarantaine étaient des porteurs asymptomatiques du COVID-19. Au Congo voisin, c’est la confusion et les interrogations. Si d’après des observateurs le couvre-feu décrété par le président Sassou-Nguesso a été respecté à son premier jour, le confinement a carrément été mis entre parenthèses. Du moins à Brazzaville et Pointe-Noire où les populations circulaient librement dans les artères des deux grandes villes du Congo. « Le confinement au quartier Thystère (quartier de Pointe-Noire, NDLR) ? Il ne concerne que les véhicules, pas nous », a écrit sur sa page facebook, Blanche Simona, une journaliste basée à Pointe-Noire. Manque de « discipline » « Quand ils vont commencer à mourir comme des mouches empoisonnées, ce sera encore la faute aux franc-maçons. Ben, de toute manière, le peuple vivant de la recette de la veille a le droit de s’infecter. C’est le seul destin qui lui semble possible », a lancé pour sa part Huguette Nganga-Massanga, écrivaine. Des pratiques qui sont observées dans plusieurs pays d’Afrique. En afrique du sud par exemple, les autorités ont récemment inculpé de meurtre deux hommes testés positifs pour être en contact avec d’autres personnes. Ces pratiques, qui s’apparentent à de contre décisions, pourraient accélerer la propagation de la maladie dans plusieurs pays africains. Quitte à rendre toute l’Afrique ou presque impuissant devant ce virus qui a déjà touché plus de 5 778 Africains et tué plus de 200 personnes sur le continent. Comme quoi, la lutte contre le coronavirus est avant tout une affaire de prise de conscience, de citoyenneté. Mieux de « discipline », selon l’expression du président Sassou-Nguesso. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en AfriqueWed, 01 Apr 2020 16:50:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2020/04/01/lutte-contre-le-covid-19-en-afrique-mesures-contre-decisions/Congo : 20 personnes meurent électrocutées près de Brazzaville (officiel, témoins)http://fr.africanews.com/2020/04/01/congo-20-personnes-electrocutees-pres-de-brazzaville-officiel-temoins/Une vingtaine de personnes sont mortes électrocutées mercredi après une décharge de foudre qui a frappé une ligne à haute tension à Kintélé dans la banlieue nord de Brazzaville, ont indiqué la maire de la commune congolaise et des témoins. “J’ai pu envoyer une équipe qui m’a rapporté que sept cadavres ont été déposés à la morgue de l’hôpital de Talangaï et treize autres à la morgue municipale du CHU. Ça fait donc 20 morts”, a déclaré à la radio publique Stella Mensah Sassou Nguesso, maire de Kintélé et fille du chef de l’Etat Denis Sassou Nguesso.  La foudre “a sectionné deux câbles d’une ligne haute tension de la société nationale d‘électricité”, a ajouté un témoin contacté par l’AFP. “Un câble est tombé sur une maison qui a été en partie incendiée et a électrocuté les trois occupants”, a poursuivi cet habitant de Kintélé, se présentant sous le prénom de Rock. “L’autre câble, qui traînait dans la cour envahie d’eau, a électrocuté les voisins qui ont accouru pour apporter des secours. J’ai pu voir plus d’une dizaine de cadavres”, a-t-il ajouté. “J’ai vu plusieurs familles en pleurs. J’ai vu plusieurs cadavres allongés à même le sol avant l’arrivée des ambulances, des corbillards, des agents de sécurité et de la société d’électricité”, a dit un autre témoin à l’AFP sous couvert d’anonymat. Balai d’ambulances et de corbillards Des vidéos amateurs postées sur les réseaux sociaux par les habitants de Kintélé montrent un incessant balai d’ambulances et de corbillards. Des particuliers ont aussi embarqué à bord de leur véhicule des corps et des blessés, dont le nombre n’a pas été évoqué par la municipalité de Kintélé. De fortes pluies sont tombées mercredi matin sur Brazzaville. Le drame intervient au premier jour du confinement de la population décrétée par les autorités pour enrayer la propagation du coronavirus dans le pays pétrolier peuplé d’environ cinq millions d’habitants. “C’est à l’Etat que revient la charge d’enterrer les personnes victimes de cette catastrophe”, a ajouté la fille du président de la République, toute première maire de cette commune nouvelle construite au nord Brazzaville, le long du fleuve Congo. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPWed, 01 Apr 2020 14:40:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/01/congo-20-personnes-electrocutees-pres-de-brazzaville-officiel-temoins/Décès de Mhamed Khadad, un des principaux dirigeants du Front Polisariohttp://fr.africanews.com/2020/04/01/deces-de-mhamed-khadad-un-des-principaux-dirigeants-du-front-polisario/Mhamed Khadad, un des principaux dirigeants du Front Polisario, mouvement qui milite pour l’indépendance du Sahara occidental, est mort mercredi à Madrid à l‘âge de 65 ans, ont annoncé les autorités sahraouies. M. Khadad, “figure de la diplomatie” sarahouie, s’est éteint “mercredi à l’aube des suites d’une longue maladie”, est-il précisé dans un communiqué transmis à l’AFP. “Le peuple sahraoui a perdu sans conteste un de ses hommes les plus valeureux et les plus fidèles”, estime encore le texte. Un “deuil national” d’une semaine a été décrété à compter de mercredi. “Sa mort est une perte difficile à combler. Il avait un rôle crucial dans les négociations, les batailles judiciaires concernant la sauvegarde des ressources du Sahara et les questions des droits de l’Homme”, a déclaré à l’AFP Abdelkader Etaleb, ambassadeur sahraoui à Alger. M. Khadad était notamment coordinateur auprès de la la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso), créée en 1991.  La question du statut du Sahara occidental, toujours considéré comme un “territoire non autonome” par l’ONU en l’absence d’un règlement définitif, oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes du Front Polisario, soutenus par l’Algérie. Le Polisario réclame un référendum d’autodétermination tandis que le Maroc, qui contrôle plus des deux tiers de ce vaste territoire désertique, propose un plan d’autonomie sous sa souveraineté. Un cessez-le-feu a été signé en septembre 1991 sous l‘égide de l’ONU. Le référendum prévu a été sans cesse repoussé depuis en raison d’un différend entre Rabat et le Polisario sur la composition du corps électoral et le statut du territoire. AFPWed, 01 Apr 2020 14:30:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/01/deces-de-mhamed-khadad-un-des-principaux-dirigeants-du-front-polisario/Botswana : fin de la quarantaine du président, testé négatif au Covid-19http://fr.africanews.com/2020/04/01/botswana-fin-de-la-quarantaine-du-president-teste-negatif-au-covid-19/Le chef de l’Etat du Botswana, Mokgweetsi Masisi, placé en quarantaine fin mars à la suite d’un voyage officiel en Namibie, a reçu mercredi l’autorisation d’en sortir après avoir été testé négatif au nouveau coronavirus, a annoncé la présidence. “Le directeur des services de santé a levé, avec effet immédiat, la quarantaine à domicile de son excellence”, a indiqué la présidence dans un bref communiqué. Mokgweetsi Masisi avait été placé à l’isolement dès son retour de Namibie, où il avait assisté le 21 mars à la prestation de serment de son homologue namibien Hage Geingob. Plusieurs centaines de personnes, dont les présidents zimbabwéen Emmerson Mnangagwa et angolais Joao Lourenço, avaient assisté à la cérémonie au palais présidentiel de Windhoek. Le déplacement de trois présidents d’Afrique australe et la cérémonie, organisés alors que la pandémie gagnait du terrain en Afrique, avaient provoqué la stupeur dans leur pays.  Les trois dirigeants avaient enfreint, en se rendant à Windhoek, les ordres donnés à leurs compatriotes pour tenter de ralentir la progression du virus. A ce jour, le Botswana a enregistré quatre cas confirmés de Covid-19, dont un décès. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPWed, 01 Apr 2020 14:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/01/botswana-fin-de-la-quarantaine-du-president-teste-negatif-au-covid-19/Botswana : le chef de l'Etat Mokgweetsi Masisi placé en quarantainehttp://fr.africanews.com/2020/04/01/botswana-le-chef-de-l-etat-mokgweetsi-masisi-place-en-quarantaine/Le chef de l’Etat du Botswana, Mokgweetsi Masisi, a été placé en quarantaine après s‘être rendu en Namibie, pays qui a enregistré trois cas du nouveau coronavirus, a annoncé dimanche la présidence. Mokgweetsi Masisi était présent samedi à Windhoek pour la prestation de serment de son homologue namibien Hage Geingob, réélu en novembre. Plusieurs centaines de personnes, dont les présidents zimbabwéen Emmerson Mnangagwa et angolais Joao Lourenço, avaient assisté à la cérémonie organisée au palais présidentiel. Dimanche soir, la présidence du Botswana a annoncé que “le directeur de la santé (...) avait placé son excellence” Mokgweetsi Masisi “en isolation pour une période de quatorze jours à compter du 21 mars 2020, à la suite de son voyage” en Namibie. Plus tôt dans la semaine, la Namibie avait “enregistré trois cas importés (...), mais le taux de dépistage faible dans la région fait (...) qu’il y a un risque élevé de transmission locale”, a justifié la présidence dans un communiqué, précisant que Mokgweetsi Masisi allait être testé. Aucun cas de Covid-19 n’a été confirmé jusqu‘à présent au Botswana. La présidence a expliqué que le voyage de Mokgweetsi Masisi en Namibie avait été l’occasion de discuter, avec les dirigeants de la région, des “mesures cruciales prises vis-à-vis du Covid-19 par les pays frontaliers du Botswana”. Les rois chefs d’Etat ont fait le déplacement samedi à Windhoek en contradiction avec les ordres qu’ils ont donnés à leurs compatriotes en cette pandémie de Covid-19. Au Botswana, les fonctionnaires ont reçu ordre de ne pas quitter le pays. Au Zimbabwe, le président Mnangagwa a interdit à son gouvernement de voyager à l‘étranger, une consigne qui, avait-il précisé cette semaine, s’appliquait aussi à lui-même. En Angola, le président Lourenço a décrété la fermeture des frontières terrestres, l’interdiction des vols commerciaux et les rassemblements de plus 50 personnes.Wed, 01 Apr 2020 11:39:04 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/01/botswana-le-chef-de-l-etat-mokgweetsi-masisi-place-en-quarantaine/Kenya - Coronavirus : le président s'excuse pour les brutalités policièreshttp://fr.africanews.com/2020/04/01/kenya-le-president-s-excuse-pour-les-brutalites-policieres/Le président kényan, Uhuru Kenyatta, s’est excusé mercredi pour les “excès” de brutalité commis par la police dans la mise en œuvre du couvre-feu nocturne et a laissé entendre qu’il pourrait prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre le nouveau coronavirus. “Je veux présenter mes excuses à tous les Kényans pour peut-être certains excès qui ont été commis” durant le couvre-feu, a déclaré le président Kenyatta, lors d’un échange par lien vidéo avec deux Kényans ayant guéri du coronavirus. Depuis l’instauration vendredi du couvre-feu nocturne, la police n’a pas hésité à recourir aux gaz lacrymogènes et à bastonner les gens pour les disperser, notamment à Mombasa (sud-est) et Kisumu (ouest). “Mais je veux vous assurer que si nous travaillons ensemble, que nous comprenons que ce problème nous concerne tous et que nous tirons tous dans le même sens, nous surmonterons” cette épidémie, a promis le chef de l’État. “Je veux remercier tous ceux à Mombasa qui maintenant prennent le ferry de manière ordonnée”, a-t-il donné en exemple.  Vendredi dans la cité portuaire de Mombasa la police a fait usage de gaz lacrymogènes et frappé à coups de bâton des dizaines d’habitants qui se massaient pour prendre un ferry reliant la ville à la côte sud du pays. Privilégier le télétravail Des scènes similaires se sont déroulées à des arrêts de transports collectifs à Nairobi. Et à Kisumu, la police s’est opposée violemment à des commerçants qui refusaient de fermer leurs magasins dans des bidonvilles. La police a aussi ouvert mardi une enquête sur la mort d’un enfant de 13 ans tué par balle sur son balcon d’un bidonville de Nairobi, après que des policiers ont, selon des témoins, tiré pour faire respecter le couvre-feu. Ce couvre-feu est la principale mesure adoptée par le gouvernement kényan pour limiter la propagation du coronavirus. Il a aussi fermé les frontières, les établissements scolaires, et incité les gens à privilégier le télétravail et éviter les rassemblements. Mais il s’est refusé pour l’instant à ordonner un confinement strict. M. Kenyatta a toutefois suggéré mercredi que cette option n‘était pas écartée.  “En tant que gouvernement, nous nous préparons pour le pire. Mais ensemble avec les 47 millions de Kényans, nous espérons et prions pour ne pas avoir à prendre de mesures supplémentaires”, a-t-il déclaré. Le Kenya a jusqu’ici recensé 59 cas de coronavirus et un mort. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique >>> LIRE AUSSI : Kenya : la police enquête sur la mort d’un enfant tué durant le couvre-feu AFPWed, 01 Apr 2020 11:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/01/kenya-le-president-s-excuse-pour-les-brutalites-policieres/Décès de Pape Diouf : flot ininterrompu d'hommageshttp://fr.africanews.com/2020/04/01/deces-de-pape-diouf-flot-ininterrompu-d-hommages/Des dirigeants politiques aux sportifs en passant par des supporteurs, c’est toute la planète ou presque qui se montre inconsolable suite à la mort de Pape Diouf emporté par le COVID-19. Voici quelques messages d’hommage. « L’Olympique de Marseille a appris avec beaucoup de tristesse le décès de Pape Diouf. Pape restera à jamais dans le cœur des Marseillais comme l’un des grands artisans de l’histoire du club. Toutes nos condoléances à sa famille et ses proches », écrit l’Olympique de Marseille après que le club français de ligue 1 a reçu la nouvelle. Anciens et nouveaux joueurs ont aussitôt emboîté le pas pour décrire les vertus de celui qui a été président de l’OM pendant trois ans (2006-2009). « Repose en paix Pape Diouf avec beaucoup de tristesse le décès de Pape Diouf. Pape restera à jamais dans le cœur des Marseillais comme l’un des grands artisans de l’histoire du club », a écrit sur Twitter, Evaeverson Lemos da Silva, dit Brandao, ancien attaquant de l’Olympique de Marseille (2009-2012). Repose en paix ?????? Pape Diouf avec beaucoup de tristesse le décès de Pape Diouf. Pape restera à jamais dans le cœur des Marseillais comme l’un des grands artisans de l’histoire du club. Toutes nos condoléances à sa famille et ses proches ? pic.twitter.com/WhQXQK5o23— BRANDÃO (@EvaeversonB9) April 1, 2020 Au Sénégal, pays de ses parents, on ne s’est pas non plus empêché de verser quelques larmes en mémoire de Diouf. « J’ai appris avec émotion le décès de Pape Diouf. Je rends hommage à cette grande figure du sport, ce grand dirigeant engagé et éminence grise du football. À sa famille, je présente, au nom de la nation, mes condoléances les plus attristées », a déclaré le président sénégalais, Macky Sall sur Twitter. Y compris la star de Liverpool. « On n’a pas trop communiqué sur nos relations tous les deux. Mais tu resteras à jamais dans nos cœurs et nos prières t’accompagneront pour le repos éternel de ton âme », a déclaré pour sa part Sadio Mane. pic.twitter.com/0upRfEMbpu— Aliou Cissé Officiel (@coachalioucisse) March 31, 2020 Très attristé par la disparition de ce grand homme, repose en paix Pape Diouf ?? Une pensée également à toutes les victimes du #COVID19 Au Sénégal, en France et partout dans le monde prenez soin de vous pic.twitter.com/OysZ8r774K— M'Baye Niang (@MBaye9Niang) March 31, 2020 C’est avec une très grande tristesse que je viens d’apprendre que Pape nous as quitté. Mes pensées vont à sa famille, ses proches. Tu étais le meilleur d’entre nous et un modèle pour moi. Sache que Tu resteras à jamais dans mon cœur Pape. Je t’Aime ❤️ #papediouf #marseille ?? pic.twitter.com/LPBZ1DMhy0— Mamadou Niang (@mamadniang11) March 31, 2020 Juste pour Info ? Je n'ai pas de compte Snapchat donc merci de ne pas faire attention à tous ces fakes ☝?⛔️— Kylian Mbappé (@KMbappe) November 20, 2017 Profondément attristé d'apprendre la perte de Pape Diouf. ? Toutes nos pensées et nos prières à sa famille. ?? https://t.co/2FEE7zOaez— Franck Ribéry (@FranckRibery) March 31, 2020 Je suis tellement triste que je n'arrive pas a contenir mes larmes, merci #PapeDiouf, un grand homme, il avait l'intelligence, la compétence, il avait le sang bleu et blanc. Tu laisseras un grand vide, mes pensées vont a sa famille et ses proches. pic.twitter.com/sWchFG9uz4— Max et Kaïs (@Mac_100S) April 1, 2020 Né en 1951 à Abéché au Tchad, où son père, Sénégalais était en fonction en tant que soldat au service de l’empire colonial français, Pape Diouf est arrivé à Marseille à l‘âge de 18 ans. C’est dans la cité phocéenne qu’il va écrire sa légende. D’abord comme journaliste, puis en tant qu’agent de joueurs et surtout président de l’OM. Et sous sa présidence, « l’Olympique de Marseille progresse régulièrement dans la hiérarchie française (5e en 2005-2006, puis 2e en 2006-2007, 3e en 2007-2008, et 2e en 2008-2009), en se qualifiant très régulièrement en Ligue des Champions. Il accède également deux fois d’affilée à la finale de la Coupe de France (perdues en 2006 face au Paris Saint-Germain et en 2007 face au FC Sochaux) ». Avant de tirer sa révérence à Dakar, Pape Diouf intervenait comme expert l’Officiel des Paris en ligne (OPL). >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en AfriqueWed, 01 Apr 2020 10:30:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2020/04/01/deces-de-pape-diouf-flot-ininterrompu-d-hommages/Lutte contre Boko Haram : l'armée tchadienne en campagne au Niger et au Nigeriahttp://fr.africanews.com/2020/04/01/lutte-contre-boko-haram-l-armee-tchadienne-en-campagne-au-niger-et-au-nigeria/Le Tchad a envoyé des soldats au Niger et au Nigeria dans le cadre de l’opération contre le groupe jihadiste Boko Haram, qui a tué une centaine de militaires tchadiens en mars, a annoncé mardi le ministre de la défense nationale. “Nous avons l’accord des deux autres pays, le Niger et le Nigeria, et nous avons présentement des hommes dans tous ces pays”, a annoncé le ministre, le général Mahamat Abbali Salah, à la télévision nationale. Le Tchad, le Niger et le Nigeria, tout comme le Cameroun, sont limitrophes du lac Tchad, une immense étendue d’eau et de marécages parsemée d’une multitude d‘îles, devenues des repères idéaux pour Boko Haram. Une longue attaque des jihadistes de Boko Haram sur une base militaire située sur la presqu‘île de Bohoma avait tué 98 militaires tchadiens le 23 mars. “Notre objectif est de nettoyer toute la zone insulaire”, a affirmé le ministre, qui évoque un déploiement de “cinq secteurs”, sans préciser le nombre d’hommes mobilisés. Le président Idriss Déby Itno, 67 ans dont près de 30 au pouvoir, s’est rendu sur place après l’attaque et s’est installé dans la région, affirmant organiser la contre-attaque, baptisée “colère de Bohoma”, sur le terrain. Les pays de la région sont déjà organisés pour lutter contre le groupe jihadiste depuis 2015 au sein de la Force multinationale mixte (FMM), une coalition régionale engagée autour du lac Tchad avec l’aide de comités de vigilance composés d’habitants. L’insurrection de Boko Haram a fait 36.000 morts et près de 2 millions de déplacés dans le Nord-Est du Nigeria depuis son début en 2009, selon l’ONU. Le groupe jihadiste a étendu son action au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins. AFPWed, 01 Apr 2020 10:30:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/01/lutte-contre-boko-haram-l-armee-tchadienne-en-campagne-au-niger-et-au-nigeria/Coronavirus : deux premiers décès au Congo-Brazzaville, 109 cas en RDChttp://fr.africanews.com/2020/04/01/coronavirus-deux-premiers-deces-au-congo-brazzaville-109-cas-en-rdc/Deux premiers décès liés au nouveau coronavirus ont été enregistrés mardi au Congo-Brazzaville, qui est entré en confinement à partir de minuit pour 30 jours, tandis que la République démocratique du Congo voisine a franchi la barre des 100 cas avec onze nouveaux cas confirmés (109). Les deux premiers décès au Congo-Brazzaville ont été enregistrés dans la capitale économique et pétrolière Pointe-Noire, a indiqué mardi la ministre de la santé, Jacqueline Lydia Mikolo, qui a fait état de 22 cas au total. Un confinement a commencé à partir de minuit (23h00 GMT), avec couvre-feu nocturne, dans ce pays producteur de pétrole d’environ cinq millions d’habitants. De l’autre côté du fleuve Congo, la République démocratique du Congo a déclaré mardi soir onze nouveaux cas confirmés pour un total de 109 dont huit décès, tous à Kinshasa, à quatre exceptions près (un en Ituri, un au Nord-Kivu, deux au Sud-Kivu). Le pays signale trois guérisons. “La semaine prochaine sera la plus difficile pour Kinshasa. Il y a déjà un nombre assez important d’infections locales et cela va engendrer une nouvelle vague de cas dans les jours à venir. Les chiffres vont rapidement doubler, voire tripler”, a déclaré le coordonnateur de la riposte, le virologue Jean-Jacques Muyembe, dans un entretien à Jeune Afrique. >>> LIRE AUSSI : Coronavirus : suivez la situation de la pandémie en Afrique AFPWed, 01 Apr 2020 09:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/04/01/coronavirus-deux-premiers-deces-au-congo-brazzaville-109-cas-en-rdc/Le covid-19 plombe l'aviation en Afriquehttp://fr.africanews.com/2020/04/01/le-covid-19-plombe-l-aviation-en-afrique/À l’instar des compagnies aériennes du monde entier, celles du continent africain souffrent de l’expansion du coronavirus. Et comme c’est le cas un peu partout ailleurs, seuls les vols cargo et militaires sont autorisés à fendre les cieux, l’aviation civile étant paralysée. Les compagnies aériennes africaines sont au bord de l’asphyxie financière. Pour preuve, 95% d’entre elles sont aujourd’hui à l’arrêt, si l’on s’en tient au bilan présenté par l’AFRAA (Association des compagnies aériennes africaines), qui regroupe en son sein 45 compagnies du continent. Dans de nombreux pays africains, les aéroports restent fermés, ainsi que les frontières terrestres, maritimes et fluviales pour cause de pandémie de covid-19. Cette mesure est forcément lourde de conséquences pour les compagnies aériennes, obligées de suspendre, voire, d’annuler des centaines de vols à l’intérieur et à l’extérieur de l’Afrique. Abderrahmane Berthé, secrétaire général de l’AFRAA, avertit que ‘‘Si les compagnies aériennes africaines ne reçoivent pas de soutien, elles vont se retrouver en situation d’insolvabilité d’ici fin juin’‘. Entre 2,5 et 3 milliards de dollars devront être débloqués ainsi que des allègements de taxes et de diverses charges, afin de sauver les compagnies aériennes africaines, selon le secrétaire général. Abderrahmane Berthé : ‘‘Les compagnies africaines, bien avant la pandémie de Covid-19, étaient déjà dans une situation difficile. Elles perdaient de l’argent depuis dix ans alors que les autres compagnies dans le reste du monde gagnaient de l’argent. Cette crise est venue accentuer les difficultés.’‘ Berthé met aussi le doigt sur les charges des compagnies africaines qui s’accumulent : ‘‘Depuis deux semaines, c’est une grande catastrophe pour les compagnies africaines dont les avions ne décollent plus. Elles n’ont plus de revenus, dans le même temps, elles subissent des coûts incompressibles.’‘ Parmi ces nombreux coûts, la location des avions, la maintenance, les assurances et les frais de parking. Comme l’a si bien dit le secrétaire général de l’AFRAA, les compagnies aériennes africaines traversent de nombreuses difficultés. À ce propos, l’AFRAA se porte bien avec 85% du trafic aérien interafricain et revendique à l’année 93 millions de passagers. Mais c’est sur le plan international que les choses se présentent mal pour nos compagnies, qui ne pèsent que 2 % du transport aérien mondial. Les liaisons aériennes entre l’Afrique et l’Asie, qui connaissaient une embelllie, sont aujourd’hui menacées par la crise sanitaire mondiale sans précédent. Les transporteurs aériens africains redoutent un trou financier de plusieurs millions de dollars, rien que pour le seul arrêt des vols à destination de la Chine. C’est ce qu’explique Raphaël Kuuchi, vice-président Afrique de l’Association internationale du transport aérien (IATA) : ‘‘Les premières estimations indiquent que 400 millions de dollars pourraient être perdus la deuxième semaine de février (2020)’‘. Cette prévision catastrophe a été publiée lors du sommet Aviation Africa, qui s’est tenu les 4 et 5 mars derniers à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne. Les lucratifs vols Afrique – Asie étouffés par le virus D’après une étude de l’IATA rendue publique fin février, ‘‘Le marché Afrique – Asie a connu la plus forte croissance en 2019 (+5 %), dans un contexte de relations commerciales solides entre les deux régions. Cependant, le rythme était bien inférieur à celui de 2018 (9,4 %)’‘. La nette évolution du nombre de passagers-kilomètres payants (dans le jargon des compagnies aériennes, les passagers-kilomètres payants sont obtenus en multipliant le nombre de kilomètres parcourus par l’ensemble des passagers payants, NDLR.) entre l’Afrique et l’Asie surclassait la croissance mondiale estimée à 4,2%. La même étude de l’IATA fait savoir que les compagnies aériennes du continent africain ont atteint ‘‘le taux de remplissage annuel le plus élevé de l’histoire de notre série chronologique (71,7 %)’‘. La bonne santé des vols entre l’Afrique et l’Asie en 2019 concerne aussi les transports de marchandises. ‘‘Les tonnes-kilomètres de fret (unité de mesure de quantité de transport correspondant au transport d’une tonne sur un kilomètre, FTK) des compagnies aériennes africaines ont connu une forte croissance de 7,4 % en 2019, contre 0,3 % en 2018. Cette amélioration est due à la forte croissance des capacités et aux liens d’investissement avec l’Asie. En effet, les liaisons Afrique – Asie ont enregistré une croissance à deux chiffres des FTK l’année dernière (12,4 %)’‘, selon les experts de l’IATA Pour l’heure, Ethiopian airlines continue de desservir régulièrement la Chine, presque toutes les autres compagnies aériennes africaines étant contraintes d’abandonner cette destination pourtant très rentable, coronavirus oblige. L’appétit de l’industrie aéronautique toujours vorace Mais les données n‘étaient pas toutes positives pour les compagnies africaines bien avant l’arrivée du tristement célèbre covid-19. La concurrence accrue entre ces compagnies, ajoutée aux revenus en dollars par passager en recul sont certains des freins au bon envol des compagnies du continent. Parlant de recul, le plus significatif est de -8,7% relatif aux vols interafricains. Pour les vols Afrique – Europe, -7%, ceux entre l’Afrique et le Moyen-Orient sont de -5%, tandis que les vols entre l’Afrique et l’Amérique du Nord étaient de -3,1%. Pourtant cette situation alarmante n’entame pas l’appétit vorace de l’industrie aéronautique, même en Afrique. L’ensemble des compagnies aériennes africaines a passé plusieurs commandes d’avions. Parmi celles-ci, 40 livraisons en 2019, dont 17 appareils de type monocouloirs. Cette année, 28 aéronefs du même genre et cinq gros-porteurs sont attendus sur le continent, sauf changement de situation. Sur le plan mondial, l’IATA avance comme données 63 milliards de dollars de chiffre d’affaire en termes de perte pour les compagnies aériennes. Cette estimation prend en compte le cas où la pandémie se limiterait à l’Asie, avec reprise des vols d‘été vers d’autres régions du globe. Mais la note s’avère encore plus salée ; l’IATA parle de 113 milliards de dollars de perte, si aucune région n‘échappe au virus et que cela contraint l’aviation mondiale à rester clouée au sol.Wed, 01 Apr 2020 06:09:41 +0000editorial@africanews.com (Rodrigue Loué)http://fr.africanews.com/2020/04/01/le-covid-19-plombe-l-aviation-en-afrique/Somalie : la force américaine tue des civils (Amnesty) [Morning Call]http://fr.africanews.com/2020/04/01/somalie-la-force-americaine-tue-des-civils-amnesty-morning-call/Amnesty international accuse une fois de plus les forces américaines qui mènent une guerre secrète en Somalie d’avoir tué des civils au cours des dernières frappes aériennes visant les terroristes islamistes shebabs.Wed, 01 Apr 2020 04:00:00 +0000editorial@africanews.com (Ruth LAGO)http://fr.africanews.com/2020/04/01/somalie-la-force-americaine-tue-des-civils-amnesty-morning-call/Tunisie : le confinement prolongé de 15 jours malgré des manifestationshttp://fr.africanews.com/2020/03/31/tunisie-le-confinement-prolonge-de-15-jours-malgre-des-manifestations/Le confinement général en place depuis le 22 mars en Tunisie a été prolongé de 15 jours, a annoncé mardi soir la présidence tunisienne, en dépit de manifestations contre cette mesure qui plonge dans la misère de nombreux travailleurs précaires. Ce prolongement porte le confinement, destiné à lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, jusqu’au 20 avril, soit quelques jours avant le début prévisible du mois sacré de jeûne du ramadan, qui voit habituellement la vie économique ralentir et la vie sociale s’intensifier. Cette annonce intervient peu après une déclaration du président Kais Saied, qui a reconnu les difficultés sociales entraînées par les restrictions drastiques de circulation mises en place depuis une semaine. “Les mesures ne répondent plus aux demandes des citoyens”, a estimé M. Saied dans un discours diffusé à la télévision avant la rencontre du conseil de sécurité qui a décidé de prolonger le confinement. “On dit aux gens de rester chez eux — mais comment vont-ils vivre? Ce sont des réactions logiques surtout de la part des plus pauvres”, a-t-il déclaré au sujet des protestations. Plusieurs centaines de personnes, dont de nombreux travailleurs précaires, ont manifesté mardi dans un quartier populaire de Tunis pour protester contre le confinement et réclamer des aides promises par le gouvernement. “Mais de quel corona vous parlez? Nous allons mourir de toute façon! Laissez-nous travailler!”, a lancé un protestataire devant la délégation de Mnilha et Ettadhamen, une institution représentant l’Etat dans ces deux quartiers périphérique marginalisés. “Laissez-moi ramener du pain à mes enfants! Peu importe si je meurs, je partirai en martyr”, a déclaré ce maçon à l’AFP. Dans ces quartiers défavorisés, de nombreux habitants travaillent à la journée et se retrouvent privés de tout depuis que sorties et activités économiques sont strictement limitées. l’aide aux nécessiteux Le gouvernement a annoncé le 21 mars un plan d’aide pour faire face au confinement, dont 150 millions de dinars (50 millions d’euros) qui doivent être versés sous forme de primes directes à des personnes jugées nécessiteuses, entre le 31 mars et le 6 avril. “Nous allons déployer tous les efforts pour répondre aux besoins des citoyens”, a assuré M. Saied. “Il faut fournir aux gens les choses dont ils ont besoin pour rendre la vie acceptable pour tous”, a-t-il ajouté, regrettant des “retards”. Dans son communiqué publié après le discours, la présidence a appelé à “accélérer l’application des mesures prises” et à renforcer la lutte contre les spéculateurs monopolisant les ressources alimentaires en les punissant comme des “criminels de guerre”. AFPTue, 31 Mar 2020 20:16:10 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/03/31/tunisie-le-confinement-prolonge-de-15-jours-malgre-des-manifestations/L'hommage de la presse à Pape Diouf [Revue de presse]http://fr.africanews.com/2020/03/31/l-hommage-de-la-presse-a-pape-diouf-revue-de-presse/L’ancien president de l’Olympique de Marseille n’a pas survecu a la maladie du coronavirus.Tue, 31 Mar 2020 20:00:00 +0000editorial@africanews.com (Ruth LAGO)http://fr.africanews.com/2020/03/31/l-hommage-de-la-presse-a-pape-diouf-revue-de-presse/Côte d'Ivoire : deux journaux condamnés pour "fausses informations"http://fr.africanews.com/2020/03/31/cote-d-ivoire-deux-journaux-condamnes-pour-fausses-informations/Deux directeurs de journaux ont été condamnés mardi à des amendes par la justice ivoirienne pour “publication de fausses informations”, a rapporté à l’AFP l’un d’entre eux. C’est la troisième fois que des journaux sont condamnés ce mois-ci. Les directeurs de publication du quotidien “L’Inter” (indépendant), Coulibaly Vamara, et du quotidien “Le Nouveau Réveil” (l’organe du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, principal mouvement d’opposition) Paul Koffi, ont écopé chacun d’une amende de 2,5 millions de francs CFA (3.800 euros) à l’issue de leur procès en flagrant délit devant le tribunal d’instance d’Abidjan, a indiqué M. Coulibaly. La justice reprochait aux deux journaux d’avoir publié un communiqué du collectif des avocats d’un député ivoirien de l’opposition, Alain Lobognon, arrêté et incarcéré fin décembre pour complicité dans une tentative supposée d’“insurrection”. Les avocats s’inquiétaient des conditions d’incarcération dans le contexte de la pandémie de coronavirus et sollicitaient la libération de leur client. “La justice ne comprend pas le travail de la presse. Elle est aussi instrumentalisée pour bâillonner la presse. C’est possiblement lié à la période électorale”, a estimé M. Coulibaly, qui a cependant décidé avec M. Koffi de ne pas faire appel. Le syndicat national des professionnels de la presse en Côte d’Ivoire a immédiatement condamné “ces amendes infondées”. “C’est le même scénario depuis quelques mois, on veut intimider les journalistes en période électorale, c’est inacceptable”, a réagi Guillaume Gbato, secrétaire général du syndicat. “C’est une justice expéditive, une croisade contre les journalistes et les entreprises de presse”, a estimé le président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire, Jean-Claude Coulibaly, déplorant que la justice contourne, par le biais des amendes, la loi de 2017 dépénalisant les délits de presse. Début mars, le directeur de publication et un journaliste du quotidien Le Temps (proche du Front populaire ivoirien, grand parti d’opposition) avaient écopé chacun de 5 millions FCFA d’amende (7.620 euros) pour un article d’opinion critiquant le pouvoir, qualifié de diffamation par la justice. La semaine dernière, le quotidien Générations Nouvelles (proche du candidat d’opposition à la présidentielle Guillaume Soro) a été condamné à une amende similaire pour “diffusion de fausses nouvelles”, après avoir fait état de l’existence de deux cas de coronavirus à la prison d’Abidjan, ce qui avait été démenti par les autorités. Le climat politique est tendu en Côte d’Ivoire à sept mois de l‘élection présidentielle. Les élections locales fin 2018 avaient été marquées par des violences et des fraudes. afpTue, 31 Mar 2020 18:26:01 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/03/31/cote-d-ivoire-deux-journaux-condamnes-pour-fausses-informations/L'Ethiopie reporte sine die ses élections générales d'août en raison du coronavirushttp://fr.africanews.com/2020/03/31/l-ethiopie-reporte-sine-die-ses-elections-generales-d-aout-en-raison-du/La commission électorale éthiopienne a annoncé mardi le report sine die des élections générales prévues le 29 août, en raison de la pandémie du nouveau coronavirus. “En raison des problèmes liés au coronavirus, la commission électorale a décidé qu’elle ne pouvait organiser les élections à la date prévue et elle a donc décidé d’annuler cette date et de suspendre toutes ses activités”, indique la commission dans un communiqué. Aucune nouvelle date n’a été donnée par la commission électorale qui a précisé qu’un nouveau calendrier serait proposé “quand la pandémie sera terminée”. Ces élections sont largement perçues comme une étape cruciale dans la transition politique que tente de mener à bien le Premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, dans un contexte de violences communautaires élevées. La campagne officielle devait démarrer le 28 mai et la publication des résultats devait survenir avant le 8 septembre. menace et mesures de riposte L’Ethiopie compte officiellement 25 cas de Covid-19 et les autorités fédérales et régionales ont imposé des mesures de restrictions, telles que l’interdiction des rassemblements de masse et des restrictions de déplacements. Ces mesures n’auraient pas permis d’achever en temps et en heure certaines des étapes clés de l’organisation du scrutin, comme l’enregistrement des électeurs, ou encore le recrutement et la formation des observateurs, a fait valoir la commission. Lors des dernières législatives, en 2015, la coalition au pouvoir, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF) avait remporté les 547 sièges à pourvoir. Mais, depuis, Abiy Ahmed a décidé de transformer l’EPRDF en un parti politique unifié, le Parti éthiopien de la prospérité. Cette modification controversée a cependant été rejetée par l’une des quatre composantes de l’EPRDF, le Front de libération des peuples du Tigré (TPLF), qui jusqu‘à 2018 dominait la coalition et a été largement marginalisé par M. Abiy, issu de l’ethnie oromo, l’une des deux plus grandes du pays. Par ailleurs, l’ouverture politique décidée par M. Abiy a laissé libre cours aux vieilles rancœurs ethniques. Lors de la dernière éruption de violence, en octobre, des affrontements en Oromia ont provoqué la mort de 86 personnes. AFPThu, 02 Apr 2020 06:54:10 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/03/31/l-ethiopie-reporte-sine-die-ses-elections-generales-d-aout-en-raison-du/