Flux RSS Africanewshttp://fr.africanews.com/feed/rssRecevez gratuitement toutes les actualités publiées sur africanews.com, en vous abonnant à un de nos flux RSS.Sun, 29 Nov 2020 16:57:11 +0000Nigeria : Le bilan passe à 110 morts dans les attaques de Koshobehttp://fr.africanews.com/2020/11/29/nigeria-le-bilan-passe-a-110-morts-dans-les-attaques-de-koshobe/Le bilan des dernières attaques de Boko Haram s’alourdit au Nigeria. Au moins 110 personnes ont été tués dans le village de Koshobe , dans l’ Etat de Borno . Depuis 2008 , le nord-est du pays est en proie à une insurrection djihadiste de Boko Haram et de sa faction rivale, le Groupe état Islamique en Afrique de l’Ouest , pour un contrôle du territoire "Nous allons assurer un plus grand recrutement de miliciens et un plus grand nombre de chasseurs pour que notre peuple mène le combat dans tous les coins et les recoins de la région" , a déclaré  Babagana Umara Zulum , gouverneur de l'État de Borno. Des djihadistes ont ligoté et égorgé des agriculteurs qui travaillaient dans des rizières non loin de Koshobe . "Depuis que nous avons commencé ce travail, nous n'avons pas eu beaucoup de défis, mais cette fois-ci, c’est la plus grande calamité qui ne nous est jamais arrivé. Voici 43 cadavres qui ont été enterrés et vous l'avez vu de vos yeux. Jusqu'à présent, certains corps n'ont pas encore été retrouvés dans la brousse, c'est une situation effrayante" , avance  Abubakar Maina , président de l'Association des riziculteurs Selon l'ONU, plus de 36 000 personnes ont été tués depuis le début de l'insurrection djihadiste alors que près de deux millions d'habitants ont dû fuir leur foyer. Sun, 29 Nov 2020 16:57:11 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/29/nigeria-le-bilan-passe-a-110-morts-dans-les-attaques-de-koshobe/Soudan : 150 millions de dollars pour aider les réfugiés éthiopienshttp://fr.africanews.com/2020/11/29/soudan-150-millions-de-dollars-pour-aider-les-refugies-ethiopiens/Le Soudan a besoin 150 millions de dollars pour aider les réfugiés éthiopiens . Depuis le début du conflit entre les forces fédérale s et les dirigeants du TPLF , le Soudan a accueilli plus de 43 000 réfugiés alors que le pays lutte déjà contre sa propre crise économique. "500 personnes par jour, c'est ce que nous avons reçu ces derniers jours. 500 à 600 réfugiés qui arrivent dans le pays par jour. Dans les pays riches, cela ferait tomber les gouvernements. Ici, le gouvernement du Soudan a gardé la frontière ouverte. Le  HCR , l'ONU et la communauté humanitaire ont besoin d'environ 150 millions de dollars pour les six prochains mois pour aider le gouvernement du Soudan à gérer cette crise de réfugiés",  a déclaré le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi , lors d'une visite au camp d' Oum Raquba , à quelque 80 kilomètres de la frontière. Le Soudan traverse également une transition politique fragile depuis l'éviction en avril 2019 d' Omar el-Béchir après 30 ans d’un règne sans partage. Selon des chiffres officiels, environ 65% des 42 millions de Soudanais vivent sous le seuil de pauvreté. Sun, 29 Nov 2020 16:57:20 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/29/soudan-150-millions-de-dollars-pour-aider-les-refugies-ethiopiens/Des députés libyens s'engagent à mettre fin aux divisionshttp://fr.africanews.com/2020/11/29/des-deputes-libyens-s-engagent-a-mettre-fin-aux-divisions/Plus de 120 députés libyens s’engagent à mettre fin aux divisions dans leurs pays . Réunis au Maroc pour cinq jours de concertations , ces membres de la Chambre des Représentants vont œuvrer pour cesser les discours de haine qui minent la Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Deux autorités se disputent le pouvoir dans le pays d'Afrique du Nord : le Gouvernement d'union nationale ( GNA) à Tripoli (ouest), reconnu par l' ONU , et un pouvoir incarné par le maréchal Khalifa Haftar , homme fort de l'Est soutenu par une partie du Parlement élu, lui-même profondément divisé. "Pour l'instant, les résultats de la réunion sont très bons. Nous avons convenu de nous réunir à Ghadamès pour unifier le pouvoir législatif, pour travailler à l'unification des institutions divisées, pour assurer la stabilité de notre pays et pour nous débarrasser des interventions étrangères", déclare Rabiaa Abou Ras , députée libyenne. "Nous avons besoin d'un pouvoir exécutif qui aidera à unifier les institutions divisées en Libye, et ce même pouvoir essaiera de soulager les souffrances des citoyens libyens qui manquent de liquidités, de gaz, d'électricité et d'essence", ajoute Abdenabi Salhine Mohamed , député de Tobrouk. Ces pourparlers ont lieu dans le sillage du Forum de dialogue politique tenu en Tunisie à la mi-novembre, qui a débouché sur la tenue d'élections le 24 décembre 2021. Sun, 29 Nov 2020 16:57:23 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/29/des-deputes-libyens-s-engagent-a-mettre-fin-aux-divisions/Treize nouveaux cardinaux, dont le premier afro-américainhttp://fr.africanews.com/2020/11/29/treize-nouveau-cardinaux-dont-le-premier-afro-americain/Treize nouveaux cardinaux pour remodeler l'Eglise catholique. Le Pape François a proclamé samedi les noms de treize nouveaux cardinaux de tous les continents, lors d’un rite modifié en raison du Covid-19. Depuis son élection en 2013, le pape argentin de 83 ans a choisi 95 des 229 cardinaux du "college cardinalice ". Parmi eux, 128 sont des "cardinaux-électeurs" de moins de 80 ans, désormais majoritairement sélectionnés par le Pape François , qui désigneront un jour son successeur. A 62 ans, l'archevêque de Kigali , Antoine Kambanda , est devenu le premier cardinal du Rwanda après avoir survécu au génocide de 1994. Mais la nomination la plus médiatisée fut celle de l’ archevêque de Washington . Âgéde 72 ans, Wilton Gregory est le premier noir américain à endosser la toque pourpre, ce qu'il considère comme un "soutien à la communauté afro-américaine" . En juin dernier, le prélat avait ouvertement dénoncé l'attitude du président américain Donald Trump face à des manifestants antiracistes . Sun, 29 Nov 2020 13:40:06 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/29/treize-nouveau-cardinaux-dont-le-premier-afro-americain/Nigeria : Au moins 43 agriculteurs tués par Boko Haram http://fr.africanews.com/2020/11/29/nigeria-au-moins-43-agriculteurs-tues-par-boko-haram/Au Nigeria , au moins 43 agriculteurs ont été tués par Boko Haram dans le Nord-est du pays. Cette tuerie s'est produite dans une rizière située à moins de dix kilomètres de Maiduguri , la capitale de l'Etat de Borno . Le mois dernier, 22 agriculteurs avaient été tués dans leurs champs, situés non loin de cette ville.  "Nous avons retrouvé 43 corps sans vie, tous ont été égorgés, et six personnes gravement blessées" , a déclaré Babakura Kolo , le responsable d'un groupe d'autodéfense pro-gouvernemental.  "C'est sans aucun doute l'œuvre de Boko Haram qui opère dans la région et attaque fréquemment les agriculteurs" . Le président du Nigeria,  Muhammadu Buhari,  a "condamné le meurtre de ces agriculteurs dévoués à leur travail par des terroristes" , dans un communiqué samedi soir. "Le pays entier est blessé par ces assassinats insensés" , a-t-il ajouté.  Ces attaques ont eu lieu ce samedi alors que se déroulaient les premières élections locales depuis l’insurrection djihadiste. Ce scrutin avait été maintes fois repoussé depuis 2008, Boko Haram et sa faction rivale le groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) ayant multiplié les attaques meurtrières pour contrôler une partie du territoire. Pour cinq circonscriptions situées sur les pourtours du lac Tchad, zone contrôlée par le groupe Iswap , les habitants ont voté ce samedi loin de chez eux, à Maiduguri .  C'est dans cette ville et sa périphérie que des centaines de milliers de personnes ont trouvé refuge dans des camps de fortune après l'attaque de leurs villages par des djihadistes.  Environ 2 millions d'habitants ont dû fuir leur domicile, causant une crise humanitaire dramatique, alors que p lus de 36 000 personnes sont mortes dans ce conflit qui dure depuis plus de dix ans. Sun, 29 Nov 2020 10:53:25 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/29/nigeria-au-moins-43-agriculteurs-tues-par-boko-haram/Mauritanie : Mesures sociales pour 60 ans d'indépendancehttp://fr.africanews.com/2020/11/29/mauritanie-mesures-sociales-pour-60-ans-d-independance/La Mauritanie a fêté ses 60 ans d’indépendance ce samedi 28 novembre. A cette occasion, le président Mohamed Ould Cheikh el Gazouani a annoncé une série de mesures sociales avant d’assister à un défilé militaire dans la capitale Nouakchott. "Je rends ici un hommage mérité et exprime ma profonde gratitude aux héros de notre vaillante résistance pour les actes de bravoure et de sacrifice, au prix de leur sang, pour défendre la Patrie au nom de sa liberté et de sa dignité" , a déclaré le Président Gazouani lors d'une allocution télévisée vendredi.  Selon les nouvelles mesures , le personnel de la santé bénéficiera d'une hausse de 30% de leurs salaires et d'une généralisation de leur prime de risque . "C'est un jour de fierté pour nous car il marque le recouvrement de notre liberté. C'est un beau jour que nous sommes heureux de célébrer chaque année" , avance Fatima Ahmed. Les pensions de retraites seront quant à elles doublées et payées tous les mois, alors que les primes des enseignants seront augmentées pour les encourager à travailler dans des zones reculées du pays. Sun, 29 Nov 2020 10:12:05 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/29/mauritanie-mesures-sociales-pour-60-ans-d-independance/Des ONG aident les réfugiés éthiopiens à contacter leurs procheshttp://fr.africanews.com/2020/11/29/des-ong-aident-les-refugies-ethiopiens-a-contacter-leurs-proches/Un téléphone gratuit pour donner signe de vie à sa famille. Tel est le service offert par le Comité International Croix Rouge (CICR)  et le Croissant Rouge dans ce camp de Hamdayit , dans l'est du Soudan . Ici se côtoient plus de 30 000 réfugiés éthiopiens fuyant les combats dans la région du Tigré . Les agences humanitaires tentent de les mettre en relation avec des proches hors des zones combats alors que toutes les communications sont interrompues avec la région dissidente. Les plus chanceux ont droit à trois minutes pour rassurer leurs proches au téléphone, ou faire parvenir un message à une autre agence humanitaire. Le conflit entre le Tigré et l’ Ethiopie entrera bientôt dans sa quatrième semaine alors que les forces fédérales annoncent avoir pris Mekele, la capitale régionale. Plus de 43 000 Ethiopiens ont trouvé depuis refuge au Soudan mais, dans leur fuite éperdue, certains ont perdu la trace d'un enfant, d'un père ou d'une mère. Des centres du CICR et du Croissant Rouge ont aussi ouvert depuis une semaine dans les camps d' Oum Raquba et du "village 8" près de la frontière. Sun, 29 Nov 2020 08:33:53 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/29/des-ong-aident-les-refugies-ethiopiens-a-contacter-leurs-proches/Tigré : Abiy Ahmed annonce la prise de Mekelehttp://fr.africanews.com/2020/11/29/tigre-abiy-ahmed-annonce-la-prise-de-mekele/En Ethiopie, Abiy Ahmed revendique la prise de la capitale du Tigré . Ce samedi le Premier ministre éthiopien a annoncé que l’armée fédérale avait pris le contrôle de Mekele , une étape décisive de l’ opération militaire entamée le 4 novembre dernier. Selon le Berhanu Jula , le chef des forces éthiopiennes , plus de 7 000 membres du Commandement Nord ont été libérés alors que les dirigeants du TPLF seraient retranchés dans la ville qui comptait 500 000 habitants au début du conflit. "Nous cherchons des forces anti-paix qui se cachent dans tous les coins et recoins.  Nous avons libéré plus de 7 000 soldats de la division Nord. Nous contrôlons notre camp de la division Nord et tous les chars et les armes lourdes." Samedi matin, les autorités tigréennes affirmaient via la télévision locale que des "tirs à l'arme lourde" touchaient Mekele . Aucun bilan précis des combats n’est pour l’instant disponible, le Tigré étant quasiment coupé du monde depuis le début du conflit. Plus de 43 000 Éthiopiens ont fui au Soudan voisin selon l'agence onusienne chargée des réfugiés.  Sun, 29 Nov 2020 09:09:06 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/29/tigre-abiy-ahmed-annonce-la-prise-de-mekele/Nigeria : Premier scrutin dans le Borno depuis 13 anshttp://fr.africanews.com/2020/11/28/nigeria-premier-scrutin-dans-le-borno-depuis-13-ans/Au Nigeria , plus de 5 000 déplacés internes du camp de Mafoni, près de Maiduguri, ont participé aux élections de l’ Etat de Borno . Pour la première fois depuis 13 ans , ces habitants éliront les représentants des 27 conseils de gouvernement locaux. Un scrutin doublement spécial dans le contexte de la pandémie de coronavirus, où il est primordial de respecter les règles sanitaire s et de distanciation sociale . "Nous sommes très bien conseillés par l'agence nationae d'orientation et d'autres agences pour promouvoir les règles de distanciation sociale. Les gens accueillent favorablement ces directives, et les respectent", déclare  Abdulrahman Bulama Ali , directeur de l'établissement d'Abadam. L’exercice de vote a commencé à 8h pour prendre fin à 14h. "La plupart d'entre nous portons nos masques de protection. Nous utilisons nos gels hydroalcooliques dans nos véhicules pour nous laver les mains. Donc la plupart d’entre nous respectons les protocoles contre la Covid-19" , avance pour sa part  Shettima Umara Bulakare. Parmi les 38 candidats enregistrés pour ces élections figurent deux professeurs d’université. Depuis avril 2012, des comités de gardiens nommés par les gouverneurs de l'État ont dirigé les conseils locaux après la fin de mandats des précédents élus. Sat, 28 Nov 2020 16:33:06 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/28/nigeria-premier-scrutin-dans-le-borno-depuis-13-ans/L'absence du président Tebboune nourrit les incertitudeshttp://fr.africanews.com/2020/11/28/l-absence-du-president-tebboune-nourrit-les-incertitudes/En Algérie l'opacité demeure après un mois d'absence d’Abdelmajid Tebboune . Le flou persiste sur l’état de santé du président algérien quatre semaines après son transfert en Allemagne pour se faire soigner du coronavirus . Cette incertitude n'est pas sans rappeler les hospitalisations à l'étranger d' Abdelaziz Bouteflika après son accident vasculaire cérébral en 2013. Le président Abdelmajid Tebboune est censé promulguer la nouvelle Constitution après le référendum du 1er novembre et ratifier la Loi de Finances 2021. Son absence pousse certaines voix à réclamer l'application de l' Article 102 de la Loi fondamentale afin d'éviter une crise constitutionnelle. "L’Article 102 facilite bien les choses dans la mesure où le constat de vacance de pouvoir se fait en deux temps : l'état d'empêchement temporaire (du président), d'une durée maximale de 45 jours, puis sa démission de plein droit au-delà de cette durée" , explique le politologue Mohamed Hennad. Dans ce cas, le président du Sénat, Salah Goudjil , devrait assurer l’intérim en attendant l'élection d'un nouveau chef d'Etat. Sat, 28 Nov 2020 15:27:05 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/28/l-absence-du-president-tebboune-nourrit-les-incertitudes/ONU : 32 tonnes d'aide pour les réfugiés éthiopienshttp://fr.africanews.com/2020/11/28/soudan-32-tonnes-d-aide-pour-les-refugies-ethiopiens/Les Nations Unies (ONU) ont envoyé 32 tonnes d’aide humanitaire pour les réfugiés éthiopiens au Soudan tandis que l’armée fédérale a lancé son offensive sur Mekele , la capitale du Tigré . Une deuxième cargaison de vivres devrait arriver à Khartoum ce lundi alors que plus de 43 000 Ethiopiens ont déjà traversé la frontière. Selon les agences humanitaires, ce nombre pourrait plus que quintupler d’ici les six prochains mois. Le Haut Commissariat pour les Réfugiés s’inquiète également du sort de 96 000 Érythréens qui sont logés dans quatre camps de Mekele . L'accès humanitaire à ces camps a été coupé depuis le début des combats et l'ONU estime que les réserves livrées préalablement seront épuisées après ce week-end. La capitale du Tigré subit des tirs lourds de l’ armée éthiopienne depuis samedi matin, trois semaines après le début d’une opération visant les dirigeants du TPLF . L'armée fédérale "a commencé à toucher avec des armes lourdes et de l'artillerie le centre de Mekele, qui abrite une importante population et des organisations de développement", ont déclaré les autorités tigréennes dans un communiqué diffusé samedi à la télévision locale, Tigray TV . L'armée éthiopienne a affirmé sur la radio-télévision Fana BC , affiliée au pouvoir, qu'elle contrôlerait dans "quelques jours" Mekele. Elle déclarait contrôler plusieurs localités des environs, dont celle d'Agula, à moins de 40 km au nord de la capitale régionale, mais n'a pas précisé si des combats avaient déjà lieu à Mekele . Aucun bilan de victimes n'est jusqu'ici disponible, mais le centre de réflexion International Crisis Group (ICG) a estimé vendredi que "plusieurs milliers de personnes sont mortes dans les combats" . Les deux parties refusent toujours les appels au dialogue de la communauté internationale. Sat, 28 Nov 2020 14:35:35 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/28/soudan-32-tonnes-d-aide-pour-les-refugies-ethiopiens/La SADC pour une "réponse régionale" au terrorisme au Mozambiquehttp://fr.africanews.com/2020/11/28/la-sadc-pour-une-reponse-regionale-au-terrorisme-au-mozambique/La Communauté de Développement d'Afrique australe (SADC) souhaite une "réponse régionale" à l’insurrection djihadiste au Mozambique. Ce vendredi les dirigeants de la SADC, réunis lors d'un sommet extraordinaire à Gaborone au Botswana , ont fait part de leur inquiétude quant aux actes de terrorisme dans la province de Cabo Delgado . La semaine dernière, le Mozambique et la Tanzanie frontalière ont signé un accord pour des opérations conjointes contre le terrorisme . Depuis trois ans, le nord du Mozambique est la cible de combattants d’ al Shabaab qui sèment la terreur dans les villages pour tenter d’y implanter un califat. Selon l’ ONU , cette crise humanitaire aurait fait plus de 2 000 morts et 350 000 déplacés dans une région stratégique pour les immenses réserves de gaz sur lesquelles compte le pays pour augmenter ses revenus et devenir l'un des principaux exportateurs mondiaux. Les attaques contre des civils et des affrontements avec les forces de sécurité se sont multipliées ces dernières semaines. Sat, 28 Nov 2020 12:45:04 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/28/la-sadc-pour-une-reponse-regionale-au-terrorisme-au-mozambique/RDC : Interview de François Muamba Tshishimbihttp://fr.africanews.com/2020/11/28/republique-democratique-du-congo-interview-de-francois-muamba-tshishimbi/Depuis la prise du pouvoir du président Felix Tshisekedi,  investi en 2019 à la tête de la République Démocratique du Congo (RDC) , des dispositifs ont été mis en place pour ramener une stabilité politique dans le pays. François Muamba Tshishimbi , conseiller spécial du président Félix Tshisekedi , en charge de la Cellule Présidentielle de Veille Stratégique (CPVS), a été interviewé par notre journaliste,  Pascale Mahé-Keingna. Des démarches ont été mises en place par le président Félix Tshisekedi. Parmi elles, les consultations politiques qui ont commencé le 2 novembre 2020 et qui se sont achevées le 25 novembre de la même année. Quel bilan établissez-vous de ces consultations ? C’est un bilan extrêmement positif au regard du but recherché par le Président de la République. Elles ont été initiées pour trouver des réponses à une situation qu’il a qualifié de "malaise qui s’est installé au sein de la coalition au pouvoir", mieux connu sous le terme FCC-CACH.  Ce qui ressort de ces consultations, c’est que, dans leur très grande majorité, les différentes structures consultées font la même analyse que le Président de la République. A savoir que la coalition était devenu un enfermement : un lieu non pas pour pouvoir faire éclore des idées et des actions en faveur des congolais, mais un lieu d’enfermement où toutes les actions initiées par le Président de la République sont systématiquement bloquées par celui qui est sensé être son partenaire. Aujourd’hui est organisé une réunion extraordinaire de l’organe de la Communauté de Développement d'Afrique australe (SADC). Un des sujets principaux était la situation sécuritaire en RDC. Quelles sont les clés de réflexions de cette réunion et quelles seront les solutions pour rétablir pour la situation sécuritaire dans la région ? Bien des pays de la SADC participent aux côtés des forces armées de la RDC à travers une Brigade d’Intervention Rapide, la réunion d'évaluation d’aujourd’hui doit examiner les modalités à partir desquelles cette brigade pourra être renforcée pour devenir beaucoup plus efficace. Cela va de pair avec la situation de la Mission de l'Organisation des Nations unies en RDC (MONUSCO), Cet exercice est couplé à l’idée de ne pas laisser d'espace à ces groupes armés qui sévissent dans l’est de la RDC. Sat, 28 Nov 2020 17:24:54 +0000editorial@africanews.com (Rédaction Africanews)http://fr.africanews.com/2020/11/28/republique-democratique-du-congo-interview-de-francois-muamba-tshishimbi/La dépouille de Sadeq al-Mahdi de retour à Khartoumhttp://fr.africanews.com/2020/11/28/la-depouille-de-sadeq-al-mahdi-de-retour-a-khartoum/Retour à Khartoum pour la dépouille de Sadeq al-Mahdi. Le cercueil du dernier Premier ministre démocratiquement élu du Soudan a été rapatrié des Emirats Arabes Unis , après son décès dû au coronavirus . Trois jours de deuil national ont été décrétés en hommage au chef du parti Umma . "L'imam Al-Sadeq Al-Mahdi peut être fier d'avoir porté la parole des musulmans dans le monde en 1976. Il s'exprimait en tant que représentant des musulmans dans le monde et appelait au respect des droits de l’Homme" , déclare Saeed Abu Bakr . "Le défunt Imam Al-Sadeq Al-Mahdi fut un de ceux à promouvoir la démocratie au Soudan, malgré les obstacles. Il a persévéré jusqu'à ce que le Soudan atteigne une démocratie reconnue par le monde entier" , avance pour sa part Badr Abdel Aziz . Arrière-petit-fils de Mohammad Ahmad , qui avait dirigé la révolte contre la domination anglo-égyptienne de 1881 à 1885, Sadeq al-Mahdi avait été Premier ministre de 1966 à 1967, et entre 1986 et 1989. il avait été renversé par Omar el-Béchir , qui, avec 27 autres accusés, est actuellement jugé pour ce coup d'Etat. L'ex-autocrate risque la peine de mort . Depuis le début de la pandémie, 16 649 cas de Covid-19 ont été officiellement recensés au Soudan, entraînant la mort de 1 210 personnes. Sat, 28 Nov 2020 09:24:13 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/28/la-depouille-de-sadeq-al-mahdi-de-retour-a-khartoum/Al-Ahly remporte sa 9e Ligue des Champions d'Afriquehttp://fr.africanews.com/2020/11/28/al-alhy-remporte-sa-9e-ligue-des-champions-d-afrique/Le club d' al-Ahly a décroché vendredi son neuvième titre de champion d'Afrique , en battant Zamalek (2-1), dans une finale 100% égyptienne . Le club le plus couronné du continent a ouvert le score sur corner par le milieu Amr al-Soleya à la 5e minute. L’égalisation est arrivée à la 31e minute, sur une frappe du gauche de Shikbala, l'ailier droit de Zamalek , et d'un ballon un peu aidé par la barre pour rentrer dans la cage de l'international Mohamed al-Shenawy. Mais malgré une pression constante de Zamalek , Mohamed "Afsha" Magdy parviendra à donner la victoire à al-Ahly , avec une frappe spectaculaire à la 86e minute. L'Egyptien avait bien failli marquer quelques minutes plus tôt sur un tir contrôlé de justesse par le gardien de Zamalek , Mohamed Abou Gabal. Grâce à ce 9e titre , al-Ahly représentera le continent africain à la Coupe du monde des clubs en février 2021 au Qatar . Sat, 28 Nov 2020 17:08:32 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/28/al-alhy-remporte-sa-9e-ligue-des-champions-d-afrique/Dansha, la base militaire où le conflit au Tigré a commencéhttp://fr.africanews.com/2020/11/27/dansha-la-base-militaire-ou-le-conflit-au-tigre-a-commence/C'est dans la caserne du 5e commandement, à Dansha, dans le nord de l'Ethiopie que tout a commencé. Une attaque surprise dans la nuit du 3 novembre a déclenché les hostilités et le conflit qui oppose les forces du gouvernement d'Addis-Abeba aux troupes du TPLF . Cette nuit-là, le capitaine Hussen Besheir, un soldat fédéral éthiopien, était en poste devant la base militaire lorsqu'il a vu sortir d'une voiture, une dizaine de membres des forces spéciales du Tigré. " Ils m'ont dit : "Ne vous inquiétez pas, nous ne sommes pas là pour vous, nous voulons juste parler à vos chefs" ", raconte-t-il. Le capitaine a refusé de les laisser entrer, le ton est monté et des coups de feu ont été échangés. Il s'agira des premiers dans ce conflit du Tigré. " Pendant la première nuit, il y a eu beaucoup de tirs. Et quand nous nous sommes réveillés le matin, nous pouvions voir des balles partout ", explique la propriétaire d'un café de Dansha. Le capitaine Hussen Besheir confirme que des soldats de l'armée éthiopienne ont été surpris pendant leur sommeil et ont été tués alors qu'ils étaient encore en pyjama. La perte de leurs collègues, sans défense face à cette attaque nocturne, a laissé des traces parmi les soldats de la caserne du 5e commandement de Dansha. " Cette attaque a été très mal vécue. C'est pire qu'un sentiment de trahison. Imaginez que ces soldats, qui ont été tués, venaient de manger et de boire à nos côtés ", dit le capitaine Hussen Besheir. Dansha vit désormais comme toute la région du Tigré au rythme du conflit, avec l'espoir d'un retour au calme. Fri, 27 Nov 2020 21:49:18 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/27/dansha-la-base-militaire-ou-le-conflit-au-tigre-a-commence/L'Iran accuse Israël de l'assassinat d'un scientifique du nucléaire http://fr.africanews.com/2020/11/27/l-iran-accuse-israel-de-l-assassinat-d-un-scientifique-du-nucleaire-et-promet-vengeance/L'Iran a accusé Israël d'avoir joué un "rôle" dans l'assassinat, vendredi, d'un scientifique iranien de haut rang travaillant dans le secteur nucléaire, et prévenu qu'une "vengeance terrible" attendait les personnes impliquées dans ce que Téhéran a qualifié d'"acte terroriste". " Des terroristes ont assassiné aujourd'hui un éminent scientifique iranien. Cette lâcheté -avec des indications sérieuses du rôle d'Israël- montre le bellicisme désespéré de ses auteurs ", a tweeté Mohammad Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères. Il a également appelé la communauté internationale à " mettre un terme à ses honteuses positions ambivalentes et à condamner cet acte terroriste ". Le chef d'état-major, le général de division Mohammad Baghéri, a lui prévenu qu'une " vengeance terrible " attendait " les groupes terroristes et les responsables et les auteurs de cette tentative lâche ". La mort de Mohsen Fakhrizadeh est un " coup amer et lourd ", a tweeté M. Baghéri, selon l'agence de presse étatique Irna, assurant que les Iraniens " n'auront pas de repos tant que nous n'aurons pas pourchassé et puni " les personnes impliquées. Le ministère de la Défense avait plus tôt identifié la victime comme étant Mohsen Fakhrizadeh, chef du département recherche et innovation du ministère. Il a été "gravement blessé" lorsque sa voiture a été prise pour cible par plusieurs assaillants, qui ont en retour été pris à partie par l'équipe de sécurité du scientifique, a indiqué le ministère dans un communiqué, ajoutant que l'équipe médicale n'était pas parvenue à le ranimer. Selon un journaliste d'une télévision d'Etat, un pick-up Nissan noir transportant des explosifs dissimulés sous du bois a explosé devant la voiture de Fakhrizadeh, avant qu'elle ne soit visée par des tirs nourris provenant d'un véhicule circulant sur une autre voie . Des images et vidéos de la scène montrent une berline noire sur le bord d'une route, le pare-brise criblé d'impacts de balles. Du sang est visible sur l'asphalte. Plusieurs médias locaux, dont les agences de presse Tasnim et Fars, ont rapporté l'attaque contre le scientifique dans la ville d'Absard, à l'est de Téhéran. Le département d'Etat américain avait indiqué en 2008 que Fakhrizadeh menait "des activités et des transactions contribuant au développement du programme nucléaire de l'Iran". Le scientifique avait été qualifié par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de père du programme iranien d'armement nucléaire . Contacté par l'AFP, un porte-parole de M. Netanyahu a refusé de commenter . En 2018, lors d’une présentation, le Premier ministre israélien benjamin Netanyahu avait avancé que Mohsen Fakhrizadeh était le cerveau d’« Amad », un projet à finalité nucléaire militaire développé par l’Iran entre 1999 et 2003, à l’insu de la Communauté internationale . - Programme nucléaire - Cet assassinat intervient moins de deux mois avant l'arrivée à la Maison Blanche du démocrate Joe Biden, président élu aux Etats-Unis. M. Biden entend changer de posture vis-à-vis de l'Iran après les quatre années de présidence du républicain Donald Trump, qui s'est retiré en 2018 de l'accord portant sur le programme nucléaire iranien signé à Vienne trois ans plus tôt . Les Etats-Unis, dans le cadre de leur politique de "pression maximale", ont ensuite rétabli puis renforcé les sanctions contre l'Iran. Pour M. Trump, cet accord n'offre pas de garanties suffisantes pour empêcher Téhéran de se doter de l'arme nucléaire. L'Iran a toujours nié vouloir d'un tel armement. M. Trump a retweeté vendredi des informations sur l'assassinat du scientifique iranien, mais sans y adjoindre de commentaire personnel. Fakhrizadeh a été tué au lendemain du transfert par la Thaïlande de trois Iraniens détenus pour une attaque à la bombe manquée visant des diplomates israéliens à Bangkok en 2012 . D'après Téhéran, ce transfert s'est fait en échange de la libération mercredi de la chercheuse australo-britannique Kylie Moore-Gilbert . Condamnée à dix ans de prison pour espionnage au profit d'Israël - ce qu'elle a toujours nié-, cette spécialiste du Moyen-Orient a retrouvé la liberté après plus de 800 jours de détention. Plusieurs autres scientifiques spécialisés dans le domaine nucléaire en Iran ont été assassinés ces dernières années, Téhéran en attribuant systématiquement la responsabilité à Israël . Et l e quotidien américain New York Times a rapporté mi-novembre qu'Abdullah Ahmed Abdullah, alias Abou Mohammed al-Masri et numéro deux d'Al-Qaïda, avait été abattu à Téhéran le 7 août par des agents israéliens, lors d'une mission secrète commanditée par Washington . L'Iran a démenti la présence de membres de ce groupe jihadiste sur son sol, affirmant que l'assassinat évoqué par le quotidien américain était une "information fabriquée". - Plusieurs scientifiques iraniens ces 10 dernirèes années - Plusieurs scientifiques iraniens travaillant dans le secteur nucléaire ont été tués ces dix dernières années lors d'attaques ciblées attribuées par Téhéran à Israël, à l'instar du scientifique de haut rang assassiné vendredi près de Téhéran . - En janvier 2010, le scientifique nucléaire Massoud Ali Mohammadi est assassiné dans la capitale iranienne . Ce physicien de renom qui enseignait à l'université de Téhéran et qui travaillait également pour le Corps des Gardiens de la Révolution (Pasdaran, élite des forces armées iraniennes), est tué par l'explosion d'une moto piégée alors qu'il sortait de son domicile. L'attentat est rapidement attribué aux services du renseignement israéliens et américains par plusieurs dirigeants et médias officiels iraniens. Téhéran avait déjà accusé en décembre 2009 les Etats-Unis et Israël d'avoir enlevé le physicien nucléaire Shahram Amiri, disparu en mai de la même année. - En novembre 2010, deux physiciens jouant un rôle important dans le programme nucléaire iranien sont visés à Téhéran par deux attentats à la bombe, attribués par l'Iran à Israël et aux Etats-Unis . L'un d'eux, Majid Shahriari, est tué. - En pleine crise sur la question nucléaire iranienne, cinq scientifiques iraniens ont été victimes d'attentats à Téhéran entre 2010 et 2012 . L'Iran a accusé l'Agence centrale du renseignement américaine (CIA) et le Mossad (les renseignements extérieurs israéliens) d'être derrière ces assassinats. - Le 12 novembre 2011, l' explosion d'un dépôt de munitions des Gardiens de la Révolution dans la banlieue de Téhéran fait au moins 36 morts, dont le général Hassan Moghadam, responsable des programmes d'armement des Pasdaran . Selon le Los Angeles Times, l'explosion est due à une opération menée par les Etats-Unis et Israël contre le programme nucléaire iranien. Sat, 28 Nov 2020 08:02:03 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/27/l-iran-accuse-israel-de-l-assassinat-d-un-scientifique-du-nucleaire-et-promet-vengeance/Des bénévoles redonnent vie à une école dévastée par la guerre http://fr.africanews.com/2020/11/27/des-benevoles-redonnent-vie-a-une-ecole-devastee-par-la-guerre/A "l'école des martyrs", près de Tripoli, enseignants et parents d'élèves se mobilisent pour réhabiliter, avec les moyens du bord, le "champ de ruines" laissé par d'intenses combats entre factions rivales. Les murs ont été en partie repeints, le mobilier installé, les antiques écrans d'ordinateur dépoussiérés. Mais les toits éventrés et les murs grêlés rappellent que la guerre est passée par là. " Nous ne voulions pas rester assis à ne rien faire ", lance Najah Al Kabir, djellaba à motifs et foulard sur la tête. Cette coordinatrice pédagogique participe activement à la campagne lancée par le personnel de l'école, vite rejoint par des parents d'élèves. " On est une même famille. Cette école c'est un peu notre deuxième maison " confie-t-elle depuis la cour de récréation de cet établissement primaire que des semaines de pilonnages d'artillerie ont en partie ravagé. Quand les combats ont cessé en juin, l'école située à Ain Zara, dans la banlieue sud de la capitale libyenne, avait des airs de "champ de ruines" et "il fallait la réhabiliter rapidement", murmure-t-elle. - "Efforts collectifs" - Les combats en Libye ont " privé 200 000 enfants de la chance d'apprendre ", déplorait début 2020 l'Unicef, en s'inquiétant d'un "avenir sombre pour les enfants" libyens.  "L'école des martyrs", elle, fait partie des quelque 100 établissements scolaires totalement ou partiellement détruits dans le pays par les combats entre les forces du gouvernement libyen reconnu par l'ONU, basé à l'Ouest, et les troupes du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est, qui a tenté en vain de conquérir Tripoli . Certaines écoles étaient utilisées pour stocker les armes, d'autres comme postes d'observation aux combattants des milices. A la fin des combats qui ont débuté en avril 2019 et duré plus d'un an, "l'école des martyrs" s'est retrouvée " dans un état déplorable ", raconte Saleh Al Badri, le directeur. " Si nous étions restés à attendre que le gouvernement la réhabilite, la nouvelle année scolaire aurait été perdue ", dit ce sexagénaire, costume et cheveux grisonnants. Avec ses "1500 élèves" et en l'absence d'une autre école dans le quartier -"la plus proche est à 3 kilomètres", il était "important de la rouvrir au plus vite ", explique-t-il encore. Mahmoud Abdelkhalek, un habitant du quartier, s'est senti impliqué car ses trois fils y sont scolarisés. " Il est important que tout le monde contribue pour la remettre en état. Et les efforts collectifs lui ont redonné vie ", se félicite-t-il. - "Horreurs" - Certains enseignants et parents d'élèves ont donné de l'argent, d'autres se sont improvisés artisans. Et grâce à cette mobilisation générale, le chantier avance à grands pas. Mais "les caisses se sont vidées et nous attendons des fonds supplémentaires" pour finaliser les travaux, tempère le directeur de l'école. Dans ce pays d'Afrique du Nord ravagé par presque dix années de guerre et d'ingérences étrangères, les élèves devaient reprendre le chemin de l'école début décembre. Finalement, la rentrée ne devrait avoir lieu qu'en janvier, pandémie oblige. Ce qui laisse aux bénévoles le temps de " rénover l'installation électrique et remettre à niveau les salles de classe ", si les fonds sont là. L'impact des balles est encore visible sur tous les murs de l'établissement et les cratères creusés par les obus et les roquettes doivent en outre être rebouchés. Mais il n'y a pas que les murs à reconstruire : selon Najah Al Kabir, les enseignants ont été " préparés psychologiquement " avant la prochaine rentrée scolaire car " la plupart d'entre-eux ont souffert des horreurs de la guerre et des déplacements ".  Fri, 27 Nov 2020 19:18:08 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/27/des-benevoles-redonnent-vie-a-une-ecole-devastee-par-la-guerre/ Abiy Ahmed campe sur ses positions face à l'Union Africainehttp://fr.africanews.com/2020/11/27/abiy-ahmed-campe-sur-ses-positions-face-aux-envoyes-speciaux-de-l-union-africaine/Le premier ministre éthiopien souhaite rester sur sa ligne de conduite malgré** l'intervention internationale. Il est décidé à régler rapidement **le conflit au Tigré par une attaque décisive sur la ville de Mekele. Les envoyés spéciaux de l'Union Africaine n'ont pas réussi à faire infléchir sa position. Abiy Ahmed a réaffirmé qu'il était de son devoir de "maintenir l'ordre" en Ethiopie, au terme d'une médiation organisée à Addis Abeba et censée apaiser le conflit dans le Tigré. Le Premier ministre éthiopien a rappelé que son gouvernement avait "la responsabilité constitutionnelle de maintenir l'ordre (au Tigré) et à travers le pays" , soulignant la patience dont il a longtemps fait preuve face aux "provocations" et à " l'__agenda de déstabilisation" du TPLF . Une attaque imminente sur la ville de Mekele, dernier bastion du TPLF Jeudi, Abiy Ahmed a ordonné à l'armée de lancer la "dernière phase" de l'opération militaire déclenchée le 4 novembre, avec l'attaque de Mekele , la capitale de cette région dissidente du Nord. Malgré les pressions de la communauté internationale qui appelle à une désescalade, le Prix Nobel de la paix 2019 a fermement rejeté toute "interférence dans les affaires internes" de son pays. Fri, 27 Nov 2020 17:53:02 +0000editorial@africanews.com (Rédaction Africanews)http://fr.africanews.com/2020/11/27/abiy-ahmed-campe-sur-ses-positions-face-aux-envoyes-speciaux-de-l-union-africaine/Les réfugiés éthiopiens tentent de reconstruire leur vie dans un camp http://fr.africanews.com/2020/11/27/les-refugies-ethiopiens-tentent-de-reconstruire-leur-vie-dans-un-camp/Samarwat Tkhali, 10 ans, arpente depuis une semaine les rues du "Village 8" au Soudan, où se sont réfugiés des milliers d’Éthiopiens fuyant la guerre au Tigré. Pour survivre, elle vend les gâteaux au chocolat achetés par son père. Dans ce village misérable, où s'entassent près de la frontière quelque 15 000 réfugiés éthiopiens , elle aborde les gens en leur demandant timidement: " Voulez-vous en goûter un ? ". Et ça fonctionne plutôt bien, surtout auprès des parents. " J'ai commencé, il y a cinq jours. Mon père me donne chaque matin un carton de 50 gâteaux que je vends 20 livres soudanaises par pièce (moins d'un centime d'euro). Je travaille du matin au soir et j'écoule chaque jour quatre à cinq cartons ", confie-t-elle. Quand les clients lui achètent, elle leur sourit. Quand ils l'ignorent, elle poursuit son chemin. Son frère, assigné à la même tâche, suit un autre itinéraire. Taray Burhano, 32 ans, parcourt lui aussi les rues du village de réfugiés pour vendre des cigarettes à la pièce. " Je ne fais pas fortune mais au moins je ne reste pas à ne rien faire et à penser à ce qui nous est arrivé ", dit-il. La région du Tigré, dans le nord de l'Ethiopie, est le théâtre d'âpres combats depuis que le Premier ministre, Abiy Ahmed, y a lancé une opération militaire le 4 novembre. Plus de 43 000 Éthiopiens ont trouvé refuge au Soudan voisin depuis, a tweeté vendredi Filippo Grandi, à la tête du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR). Passé le choc de la fuite et surmontée leur pitoyable installation dans ce centre de transit au Soudan, des réfugiés ayant réussi à sauver un peu d'argent se sont lancés dans le petit commerce. Chekhi Barra, 27 ans, reste assis à même le sol en attendant les clients. " Jusqu'à ce que soit trouvée une solution à la guerre, il faut bien faire quelque chose. Si les organisations de secours distribuent de la nourriture, il manque beaucoup de choses ", estime-t-il. Avec le peu d'argent qu'il a réussi à emporter quand il a dû abandonner sa maison avec sa femme et son fils, il a opté pour le savon qui fait ici cruellement défaut: " J'achète pour 1 000 livres soudanaises une caisse de 100 savonnettes, que je revends le double. " - "Développer mon commerce" - Malgré leur pauvreté, les réfugiés ont redonné vie au village, construit à la hâte il y a cinq ans après qu'une retenue d'eau causée par un barrage a englouti l'ancienne localité. Dans cette agglomération de l'état de Gedaref, déserte avant l'arrivée des réfugiés, des gargotes ont même ouvert, construites de bric et de broc. " A Humera (en Ethiopie, à 20 km de la frontière), j'avais le plus grand restaurant . J'ai tout perdu. En arrivant ici, je me suis associé avec un Soudanais. Il a avancé l'argent et moi je gère ", explique à l'AFP Taklay Manott, 49 ans. Sa guinguette est constituée de six chaises et de deux tables. Le menu se compose uniquement de foul (fèves) et d’œufs. " Je vais utiliser mon expérience. Je ne retournerai pas Humera (...) Je n'ai plus rien à y faire. Ici, je peux développer mon commerce ", pense le restaurateur. La paix au Tigré n'est pas à l'horizon. Le Premier ministre éthiopien a ordonné jeudi, à l'issue d'un ultimatum de 72 heures, le lancement de l'offensive finale contre les autorités dissidentes du Tigré, encerclées à Mekele, la capitale régionale d'un demi-million d'habitants. Refusant de se laisser abattre, Sylvia Tahai, 23 ans, a repris dès son arrivée au Soudan l'occupation qu'elle exerçait de l'autre côté de la frontière : cafetière. " Je suis partie acheter du café, des tasses, du sucre et une cafetière que je fais chauffer sur du charbon de bois. " Son breuvage semble être apprécié: six clients le dégustent, dont un soldat soudanais. Et comme il n'existe pas de village sans marché, Buhano Amha, 28 ans, a construit un étal où il vend des tomates, des oignons et des citrons. Cela semble lui réussir: " Je m'approvisionne trois fois par jour chez mon fournisseur, car la marchandise part vite ." Fri, 27 Nov 2020 17:42:17 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/27/les-refugies-ethiopiens-tentent-de-reconstruire-leur-vie-dans-un-camp/Abu Dhabi engagé dans la croissance malgré la crisehttp://fr.africanews.com/2020/11/27/abu-dhabi-s-engage-dans-la-croissance-malgre-la-crise/Dans son rapport sur les perspectives de l’économie mondiale le Fonds monétaire international prévoit une baisse de croissance de 6.6% pour cette année pour les Emirats arabes unis et une reprise prévue pour 2021. Alors que le prix du pétrole fluctue et que la pandémie a durement frappé les Emirats, Abu Dhabi reste engagé en faveur de sa croissance économique et de ses plans de diversification. Le mois dernier, l’agence Fitch réaffirmait la note de AA, évoquant des perspectives stables. Parmi elles le tourisme, l’immobilier et le commerce de détail seraient moins affectés que dans les pays voisins. Le bureau d’investissements d’Abu Dhabi explique qu’il est engagé dans la croissance et la diversification de l’économie à travers le secteur privé et en continuant bien sûr à encourager les investissements. Comment ? Grâce au la situation stratégique des Emirats arabes unis entre l’Orient et l’Occident ainsi que son positionnement sur les indices mondiaux de compétitivité et d’innovation. Pour favoriser l’innovation, le Hub 71 et ADIO ont été créés. Le premier est une base technologique internationale à Abou Dabi, le second investit dans des domaines comme la technologie agricole en donnant du cash à des entreprises AgTech qui veulent se relocaliser ou se développer à Abu Dhabi. L’entreprise Pure Harvest a profité de l’investissement d’ADIO, au travers de serres hors sol de haute technologie à température contrôlée. Elles sont situées en dehors de la ville et permettre de cultiver toute l’année dans le désert. "L'investissement financier d’ADIO nous aide de manière significative : il nous permet d’ajouter de la technologie ici à Al Ain. Il nous aide à mettre en place une technologie moderne de réacteur à algues grâce à laquelle nous pouvons exporter dans le monde entier depuis les Emirat arabes unis. Et dernière chose mais pas des moindres, cela nous permet de faire appel à des profils techniques pour accélérer notre développement technologique et notre feuille de route", explique Sky Kurtz, PDG et co-fondateur de Pure Harvest. A plus large échelle et en harmonie avec la vision économique d’Abu Dhabi pour 2030, la capitale a investi massivement depuis plus de 15 ans dans des secteurs comme la fabrication, la logistique, les services financiers et l’aérospatial. ADIO s’attelle aussi nouer des liens bilatéraux et à ouvrir des bureaux dans le monde pour soutenir des entreprises qui cherchent à s’établir et à accroître leur business dans la capitale. Le premier d’entre eux est à Tel Aviv. Son objectif est de renforcer les liens entre des entreprises innovantes en Israël et à Abou Dabi. "Abou Dabi est conscient de la valeur des PME" L’économiste Tariq Bin Hendi formé aux Emirats, aux Etats-Unis et à Londres travaille au développement de l’économie d’Abou Dabi avec une vision avant-gardiste. Ancien directeur de la banque NBD, il fait tout pour attirer les investissements étrangers. L’une de ses missions principales est d’investir dans des PME et des startups pour créer un écosystème viable pour Abu Dhabi. Daleen Hassan : Ghadan21 est un accélérateur de croissance doté de 13 milliards de dollars. Son objectif est de stimuler l’innovation et de rendre autonomes les PME. Quel impact avez-vous jusqu’à présent, en particulier en ces temps difficiles ? Tariq Bin Hendi : Les PME sont des composantes vitales de tout économie. Abou Dabi est conscient de la valeur qu’elles apportent à notre économie. Et donc Ghadan21 a dû être à la fois réactif et pro-actif. Personne n’a de boule de cristal pour savoir quand la pandémie sera terminée. Mais ce que nous avons pour nous c’est l’agilité, et notre engagement pour la croissance du secteur des PME, à travers les établissements phares créés par Abou Dabi, par le biais de grandes entités liées au gouvernement, les fonds souverains, le secteur privé et avec le soutien de Ghadan à ces PME pour les aider à prospérer. C’est cet équilibre que nous regardons. DH : Comment investir dans la technologie peut-il avoir un impact dans des domaines comme l’agriculture pour faire progresser ces industries ? TBH : Chaque entreprise est une entreprise technologique ou doit le devenir. Nos programmes ont été développés pour aider ces entreprises pivot. Parce qu’ aujourd’ hui ce que nous voyons avec les entreprises, c’est que si elles ne s’adaptent pas à la technologie, elles sont à la traîne. Donc nous fournissons ces incitations financières, nous fournissons l’accès et nous fournissons la croissance. Nous travaillons aussi à nos sociétés sœurs à travers Abu Dhabi pour nous assurer que nous recherchons des capitaux propres, des opportunités car en fin de compte il s’agit d’opportunités. Récemment nous avons annoncé avoir investi dans 3 entreprises très intéressantes en lien avec l’agriculture technologique que nous soutenons. L’une d’elles s’intéresse à l’agriculture technologique dans l’espace. La première veut voir comment elle cherche à développer des technologies pour aider l’agriculture à prospérer dans l’espace, en lien avec le programme spatial des Emirats arabes unis. Nous croyons que si nous pouvons cultiver dans l’espace alors le désert pourrait aussi devenir une terre de culture. C’est l’un des aspects prometteurs que nous regardons en lien avec l’innovation, la technologie, le transfert de savoirs et finalement de la prise de risque pour trouver des solutions profitables pour tous. DH : Quelles politique ADIO a-t’elle mise en place pour attirer plus d’investissements direct étranger comme celui d’Israël où vous projetez d’ouvrir bientôt un bureau ? TBH : Notre approche est celle d’un partenariat longue durée. Ce n’est pas important pour nous de simplement attirer n’importe quelle entreprise. Nous voulons des entreprises qui s’installent et qui soient partie prenante de notre croissance à Abu Dhabi. Elles vont créer des opportunités d’emplois. Elles vont mener des changements technologiques. Elles vont nous aider avec la politique. Nous voulons que ce soit une relation très proactive et nous voulons que cette relation soit forte. L’investissement direct étranger est important pour nous, mais nous avons des outils financiers qui nous permettent d’être sûr que ces investissements sont solides et sur le long terme. Notre annonce récente sur Israël en terme de transfert de technologie, en terme d’opportunités de croissance existantes et qu’ils ont pu accomplir dans le domaine de l’agriculture technologique par exemple, versus ce que nous avons accompli dans le domaine de l’hospitalité, nous voyons cela comme un échange donnant-donnant DH : De nouvelles résolutions visant à alléger les restrictions pour les investisseurs étrangers ont été émise en mars dernier et l’incertitude demeure. Pouvez-vous décrire l’impact et la mise en oeuvre de ces mesures ? TBH : Il s’agit d’un ajustement au niveau fédéral. Ce que nous avons constaté au niveau local, nous l’avons adopté et maintenant nous le développons. Nous regardons comment rendre les choses encore plus simples au niveau fédéral dans 100 secteurs pour ensuite l’appliquer au niveau local. Vous allez constater bientôt de plus en plus ces changements réglementaires. Si ce n’est pas clair il faut nous le faire savoir pour que nous soyons sûr que ça le devienne. Et nous n’allons pas seulement clarifier la situation mais nous assurer que les opportunités pour chaque secteur, récemment annoncées, sont bien connues de tous. Le message que je peux transmettre c’est de continuer à nous faire part de vos commentaires et critiques. Nous essayons de remédier à l’incertitude à travers ces efforts collectifs entre le secteur public et le secteur privé. C’est très simple. Ce sera un guichet unique. Vous voulez investir un dollar à Abu Dhabi. Nous vous donnerons la possibilité de le faire et nous vous soutiendrons dans tout le processus et dans le partenariat que vous créerez avec nous. Investir en Arabie Saoudite Si vous possédez des fonds, investir en ce moment pourrait vous offrir un bon rendement. Rosie Lyse-Thompson évalue les risques et les avantages du fonds souverain d’Arabie Saoudite, lui qui achète d’importantes participations dans des entreprises mondiales, en ces temps incertains. Cette année, le fonds souverain d’Arabie Saoudite appelé aussi le Fonds public d’investissement, a profité de la fluctuation des prix sur les marchés boursiers mondiaux. Il est estimé autour de 300 milliards de dollars. Au début de la pandémie, Yasir Al Rumayyan, le directeur du Fond Public d’investissement, décrivait la stratégie du fonds comme une manière de ne pas passer à côté de la crise et de saisir des opportunités dans la finance, la technologie et le domaine du divertissement. Y compris en prenant des parts dans le croisiériste Carnival. Adeel Malik de l’Université d’Oxford émet quelques réserves et se demande si les habitudes de dépenses du fonds public d’investissement résultent d’intérêts nationaux souverains ou d’intérêts personnels du prince héritier. "J’ai le sentiment qu’il pourrait s’agir d’une influence venue d’en haut. Par exemple, Mohamed bin Salman a des intérêts qui pourraient compromettre le processus d’investissement, comme celui dans un paquebot de croisière. Cet investissement fait douter qu’il s’agisse de la décision du Fond public d’investissement, mais penser qu’elle pourrait été avoir influencée par la famille royale. Et c’est préoccupant car il faut un comité d’investissement totalement indépendant", explique Adeel Malik. Le fond public d’investissement ambitionne d’être selon ses mots « l’un des plus grands fonds souverains du monde ». Pour y parvenir certains experts estiment que le Fonds va opérer un changement de taille. Bernardo Bortolotti, économiste et professeur à l’université d’Abu Dhabi pense que le fonds souverain ne cherchera pas qu’à investir au niveau mondial dans les 10 prochaines années. "Très récemment le Fonds public d’investissement a annoncé un changement significatif dans le rééquilibrage de sa stratégie avec une attention à l’économie locale. Un plan d’investissement à grand échelle a été annoncé. Le plan inclura plusieurs projets commerciaux simplement l’idée et l’objectif de développer l’économie pour créer des emplois et des opportunités pour le peuple saoudien", explique Bernardo Bortolotti. Fri, 27 Nov 2020 18:09:47 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/27/abu-dhabi-s-engage-dans-la-croissance-malgre-la-crise/Des saisonniers marocains au secours des clémentines corseshttp://fr.africanews.com/2020/11/27/des-saisonniers-marocains-au-secours-des-clementines-corses/En pleine pandémie de coronavirus, c'est une main d'oeuvre tombée du ciel pour les producteurs de cette île française qui ont pu ainsi éviter des pertes immenses pour leurs exploitations... "On est heureux de venir donner un coup de main à l'économie française," lance avec un grand sourire, un jeune marocain à la sortie de l'avion sur l'aéroport de Bastia. 829 saisonniers ont été recrutés pour aider à la récolte des clémentines corses, clairement  menacés faute de main d'oeuvre. Malgré le confinement en Europe, la France et le Maroc ont décidé de travailler main dans la main pour établir un protocole sanitaire strict avec des tests de dépistage dans les deux pays. Dans les exploitations, les gestes barrières ont été également scrupuleusement respectés : _"Dans les vergers, on veille à ce que chaque ouvrier reste à son poste, à bonne distance des autres. Une fois qu'il travaille sur un arbre, il est en sécurité d'autant qu'il est équipé de gants et de masques de protection", assure Marina Girard , responsable de Terres d'Agrumes. Le petit millier de saisonniers marocains a abattu un travail considérable sur les 90 exploitations insulaires en assurant la récolte d e 40% des 28 000 tonnes des clémentines corses. "C'était primordial de pouvoir compter sur cette main-d'oeuvre car il fallait absolument que les clémentines soient ramassées dans les temps " , s e félicite un producteur, Christophe Fouilleron, Le travail des saisonniers marocains n'est pourtant pas tout à fait terminé. La récolte des clémentines corses devrait durer 4 à 5 semaines encore. Fri, 27 Nov 2020 17:51:50 +0000editorial@africanews.com (Rédaction Africanews)http://fr.africanews.com/2020/11/27/des-saisonniers-marocains-au-secours-des-clementines-corses/Le Sénégal, "pays modèle" dans sa gestion de la crise du coronavirus http://fr.africanews.com/2020/11/27/le-senegal-pays-modele-dans-sa-gestion-de-la-crise-du-coronavirus/Le Sénégal a été plutôt épargné par la crise de la Covid-19. Le pays a enregistré peu de cas et actuellement, sur les 15 régions que compte le Sénégal, six ne rapportent plus aucune contamination. Le gouvernement a adopté une série de mesures dès l’apparition du virus en mars. Sa bonne gestion de la pandémie a été saluée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). " Très tôt, depuis le sommet de l'Etat, le personnel de santé, il y a eu des stratégies qui ont été très rapidement mises en place, en termes de capacité de prise en charge, de détection rapide, d'avoir des tests de laboratoire dans les 24 heures, de pouvoir isoler les cas-contacts, de pouvoir développer des centres de prise en charge, mais également cette activité de communication avec les populations qui - même si maintenant, on constate un relâchement - à un moment vraiment se sont impliquées dans les mesures barrières ", explique le Dr Abdoulaye Bousso, directeur du Centre sénégalais des opérations d'urgence sanitaire. Les experts de la santé sénégalais mettent cependant en garde contre une interprétation trop optimiste de la situation virale dans le pays et un relâchement dans les gestes barrières. " C'est un peu le revers des résultats que nous avons, parce que la population pense que la maladie est finie et aujourd'hui, on voit ce qui se passe en Europe, aux Etats-Unis, avec cette fameuse deuxième vague pour laquelle nous ne pouvons pas dire que cela ne nous arrivera pas, donc nous continuons à insister auprès des populations dans nos communications pour le respect de ces mesures barrières ", explique le e Dr Abdoulaye Bousso. Le Sénégal a enregistré à ce jour quelque 16 000 cas de coronavirus et 331 décès. Certains experts mettent en avant un niveau élevé d’immunité collective qui pourrait expliquer le faible taux de cas de Covid-19 dans le pays. Fri, 27 Nov 2020 14:51:03 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/27/le-senegal-pays-modele-dans-sa-gestion-de-la-crise-du-coronavirus/Madagascar : un remède traditionnel plutôt que le vaccinhttp://fr.africanews.com/2020/11/27/madagascar-un-remede-traditionnel-plutot-que-le-vaccin/Le président malgache ne souhaite pas forcément participer à la Covax Facility qui doit donner l'accès au vaccin anti-covid à tous les pays une fois qu'il aura été homologué et approuvé par les gouvernements. Même si Madagascar, comme plus de 90 pays en développement, pourrait bénéficier d'une subvention avantageuse pour la mise en circulation du vaccin, Andry Rajoelina préfère pour le moment s'en tenir à une réponse locale. Selon la porte-parole du gouvernement, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo , le président  souhaiterait plutôt poursuivre la commercialisation du Covid Organics , une boisson lancée sur la base d'un remède traditionnel qui aurait des vertus préventives sur le coronavirus même si aucun rapport scientifique n'a pu encore le prouver. Pour l'heure, Madagascar a été préservé de la deuxième vague : la pandémie de la Covid-19 a touché un peu plus de 17 000 personnes et fait 251 victimes. Fri, 27 Nov 2020 13:30:24 +0000editorial@africanews.com (Rédaction Africanews)http://fr.africanews.com/2020/11/27/madagascar-un-remede-traditionnel-plutot-que-le-vaccin/Les violences contre les femmes photographiées au Nigériahttp://fr.africanews.com/2020/11/27/les-violences-contre-les-femmes-photographiees-au-nigeria/Ces images avaient choqué le monde. En 2014, les filles de Chibok étaient devenues un symbole des violences faites aux femmes au Nigéria. Six ans sont passés mais les violences, elles, sont toujours très importantes dans le pays. A l’occasion de la Journée Internationale pour l'Elimination des Violences à l'égard des Femmes , la photographe Etinosa Yvonne a photographié ces femmes victimes de violence. " C’était comme mettre à l’écrit ce qu’elles traversent et la façon dont cela à un effet sur leur santé mentale ", explique Etinosa Yvonne.  " Elles ne comprennent pas ce qu’elles traversent, elles savent qu’elles reçoivent une aide psychologique. Mais parce qu’elles ne peuvent pas le contextualiser, elles subissent ce qu’elles vivent et essayent de comprendre ce qui se passe au jour le jour.  Les problèmes d’estime de soi sont très présents et j’ai remarqué que beaucoup n’ont pas confiance en elles et cela les empêche de tenter quoi que ce soit, d’essayer de sortir de cette situation dans laquelle elles se trouvent ", ajoute t-elle. Les problèmes de santé mentale sont encore tabou dans la société. Mais récemment, l’activisme d’une frange plus jeune de la population a permis de remettre sur la table ces blessures trop longtemps ignorées. " Ça a été un sujet tabou et les gens qui ont des problèmes se voient dire 'oh tu es folle, tu dois aller à l’église ou tu dois aller voir un imam pour que l’on prie pour toi'.  Il n’y avait jamais eu de besoin de s'asseoir et d’en discuter. Donc ils vont peut-être s’arrêter de dire cela, mais parce que c’est un sujet tabou, elles doivent le garder pour elles-mêmes " explique la photographe. Face à ce mutisme sur la question, la photographe Etinosa Yvonne, estime que c’est à la société toute entière de remettre en question son fonctionnement et notamment sa vision des deux sexes. " Il va falloir faire beaucoup sur l’éducation. Notre société doit désapprendre cette glorification des hommes, et l’objectification des femmes doit cesser. Parce que l’on a une société dans laquelle les femmes ne sont vues que comme des objets propres au désir sexuel, à enfanter, à l’entretien de la maison. Toute s ces opinions horribles il faut qu’elles s’arrêtent. C’est difficile pour les gens de dire “ok ça se passe, ce n’est pas juste, il faut que ça s’arrête”. Mais il faudra s’assurer que et les garçons et les hommes participent, pour créer un monde plus juste pour les femmes de demain. Fri, 27 Nov 2020 13:23:42 +0000editorial@africanews.com (Tancrede Chambraud)http://fr.africanews.com/2020/11/27/les-violences-contre-les-femmes-photographiees-au-nigeria/Une oeuvre d'art géante pour sensibiliser les enfants en danger au Yémenhttp://fr.africanews.com/2020/11/27/une-oeuvre-d-art-geante-pour-sensibiliser-les-enfants-en-danger-au-yemen/En Angleterre, un groupe d'artistes a créé un immense portrait d'un jeune enfant, pour mettre en lumière la situation critique des enfants au Yémen. Le portrait créé par le collectif "Sand In Your Eye" a reproduit le visage d'un enfant composé de 6000 figurines grandeur nature d'enfants en train de jouer. Pour Jamie Wardley, artiste et fondateur de Sand In Your Eye, le rapport de l'agence des Nations Unies pour l'enfance a été un élément déclencheur qui a initié le projet :  "Nous avons regardé le rapport de l’UNICEF qui disait que les enfants du Yémen étaient vraiment sous la pression du changement climatique et de la guerre, mais ensuite la COVID-19 est arrivée et cela a perturbé aussi l'approvisionnement en nourriture et en médicaments. Nous avons donc examiné la question un peu plus en profondeur. Et l'UNICEF disait que 6 000 enfants pouvaient mourir chaque jour pour ces mêmes raisons". Grâce à l'art, le groupe Sand in Your Eye œuvre à illustrer ce rapport de l’UNICEF et à vulgariser les données en les rendant plus concrètes. "Vous savez, on ne peut pas regarder un enfant qui est vraiment, vraiment mal et ne pas être affecté par lui, et puis je pense que l'art aide aussi à visualiser, à faire des représentations visuelles de choses qui sont assez difficiles à comprendre. » révèle Jamie Wardley. Les mauvaises infrastructures de santé du Yémen ne sont pas préparées à lutter contre la pandémie après cinq ans de guerre entre une coalition militaire dirigée par les Saoudiens et les rebelles Houthi soutenus par l'Iran. Fri, 27 Nov 2020 14:51:05 +0000editorial@africanews.com (Rédaction Africanews)http://fr.africanews.com/2020/11/27/une-oeuvre-d-art-geante-pour-sensibiliser-les-enfants-en-danger-au-yemen/Quatre policiers suspendus pour des actes de violences racisteshttp://fr.africanews.com/2020/11/27/quatre-policiers-suspendus-pour-des-actes-de-violences-racistes/Quatre policiers ont été suspendus de leurs fonctions ce jeudi après le passage à tabac d'un producteur de musique. Ils seront entendus sous le régime de la garde à vue.  Leur intervention a été filmée par des caméras de surveillance. On aperçoit un homme roué de coups par des fonctionnaires de police dans l'entrée de son studio. La scène d'une extrême violence dure 5 minutes. La victime, blessée notamment au visage, accuse également ses agresseurs d'insultes racistes. "Sans cette vidéo vous pourriez publier cette histoire avec un autre titre..." Interpellé dans un premier temps, le producteur a été relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui : "Sans cette vidéo (de la caméra de surveillance dans son studio), je ne serais pas ici devant vous aujourd'hui et peut-être, sans cette vidéo, vous pourriez publier la même histoire avec le titre "Un homme a agressé des policiers, a essayé de prendre leurs armes, de les frapper..." Enquête ouverte et concert d'indignation Le parquet de Paris a ouvert une procédure contre les policiers pour « violences par personnes dépositaires de l'autorité publique » et « faux en écriture publique » . Le ministre de l'intérieur français, Gérald Darmanin , a demandé la révocation des 4 fonctionnaires si les faits venaient être à établis. Le président Emmanuel Macron s'est dit de son côté "très choqué"" par la vidéo. De nombreuses voix se sont d'ailleurs élevées pour dénoncer cette agression : plusieurs champions du monde de football français ont exprimé leur désarroi sur les réseaux sociaux, à l'image d' Antoine Griezmann qui a écrit : "j'ai honte à ma France" . Fri, 27 Nov 2020 13:11:49 +0000editorial@africanews.com (Rédaction Africanews)http://fr.africanews.com/2020/11/27/quatre-policiers-suspendus-pour-des-actes-de-violences-racistes/Enquête après le décès de manifestants ougandaishttp://fr.africanews.com/2020/11/27/ouganda-une-enquete-au-sein-de-la-police-apres-la-mort-de-manifestants/La police ougandaise lance des enquêtes au sein de ses rangs après la violente répression des manifestants qui a entraîné la mort de dizaines d'entre eux. Fred Enanga, porte-parole de la police a déclaré que l'enquête permettra "d'identifier les erreurs" qui ont conduit aux dommages collatéraux". La semaine dernière, des agents en civil ont été enregistrés par des habitants de la région tenant des armes à feu dans les rues lors de la manifestation de protestation contre l'arrestation du candidat présidentiel Robert Kyagulanyi, connu sous le nom de Bobi Wine. Accusé d’avoir bafoué les restrictions imposées par la loi sur la coopération au développement pour limiter la propagation de la Covid 19, Bobbi Wine a été libéré sous caution et a repris sa campagne. Si des envoyés de l'Union européenne ont demandé une enquête complète et indépendante pour que justice soit rendue aux victimes. Pour le ministre général de la sécurité ougandais Elly Tumwiine la police et les autres forces de sécurité ont le droit de tirer et de tuer si les manifestants "atteignent un certain niveau de violence". Fri, 27 Nov 2020 13:41:55 +0000editorial@africanews.com (Rédaction Africanews)http://fr.africanews.com/2020/11/27/ouganda-une-enquete-au-sein-de-la-police-apres-la-mort-de-manifestants/Rencontre avec l'arbitre qui n'a pas vu la "Main de Dieu"http://fr.africanews.com/2020/11/27/rencontre-avec-l-arbitre-qui-a-loupe-la-main-de-dieu/Il était sur le terrain pour voir le but du siècle. L'ancien arbitre tunisien Ali Bennaceur a officié le match de légende de la Coupe du Monde 1986 , durant lequel Diego Maradona avait marqué son doublé contre l'Angleterre. Mais l'autre but de la ce jour là dont on parle encore plus de 30 ans après, la " Main de Dieu ", il ne l'a pas vu. " J'avais un doute, mais je n'ai pas vu la main. Je regardais mon collègue en reculant jusqu'à la ligne médiane, pour confirmer à 100% que c'était bien un but. j'ai accordé le but ", se souvient Ali Bin Nasser. Mais l'arbitre de la rencontre veut surtout rendre hommages à la sélection des " Trois Lions ". " Je remercie les joueurs de l'Angleterre qui sont vraiment fair-play. Il n'y a que Monsieur (Gary) Lineker qui est venu me dire "Please referee, handball" (S'il vous plaît monsieur l'arbitre, main! en français). Je lui ai dit "please play" (s'il vous plaît jouez, en français)" , se rappelle celui qui a officié ce 22 juillet 1986. De cette journée, Ali Bennaceur ce souvient surtout du zig-zag du prodige argentin dans la défense de l'équipe d'Angleterre. "J'étais derrière lui la première faute à été commise sur Maradona, Je dis "jouez, avantage". La deuxième, la troisième, la même chose. Il pénètre dans la surface de réparation. Qu'est ce que je vois? Le pied du défenseur sur le pied de Maradona, et le ballon aux fonds des filets après cet effort de cinquante mètres. J'étais fier de participer à ce but qui a été élu meilleur but du siècle, j'ai participé par l'avantage." Et si certains ne croiraient par Ali Ben Nasser, il rappelle que même "el Pibe de Oro" l'avait lui-même dit. " Même Maradona lorsqu'il est venu me rendre visite chez moi a dit "c'est grâce à ce monsieur que j'ai inscrit le meilleur but du siècle ". Sat, 28 Nov 2020 19:46:34 +0000editorial@africanews.com (Tancrede Chambraud)http://fr.africanews.com/2020/11/27/rencontre-avec-l-arbitre-qui-a-loupe-la-main-de-dieu/Al-Ahly-Zamalek, le duel cairote en finale de la C1http://fr.africanews.com/2020/11/27/al-ahly-zamalek-face-a-face-cairote-en-finale-de-la-caf/Le stade international du Caire aurait du accueillir une finale de la ligue des champions d'Afrique électrique. Mais Covid-19 oblige, les supporteurs déçus ne pourront pas pas accéder aux gradins pour voir les deux géants du foot africain et égyptien se faire face. Al-Ahly et Zamalek , les deux clubs cairotes, éternels rivaux de la métropole, s'affronteront ce vendredi, pour la plus grande joie des supporteurs des deux camps. Ce ne sera pas un match dans les meilleurs circonstances, alors que six joueurs ont été testés positif à la Covid-19, dont d es joueurs phares des deux côtés. Chez Al-Ahl y , les milieux  Walid Soliman,  Aliou Dieng, Saleh Gomaa ne pourront pas jouer le match face au rival. En face, trois joueurs manqueront également la rencontre pour le Zamalek , le milieu  Youssef Obama,  le défenseur Mahmoud El-Wensh et  le latéral gauche Abdallah Gomaa. Pour Zamalek il s'agira de faire mentir les statistiques. En huit matchs contre Al-Ahly, les "Chevaliers Blancs" n'ont remporté aucune rencontre. Surtout une occasion pour les joueurs de Zamalek de prendre leur revanche, après leur défaite 3-2 en Supercoupe d'Egypte en septembre 2019. Le match avait alors été suivi d'incidents entre les supporteurs des deux camps. Aujourd'hui ce souvenir a poussé le ministre égyptien des Sports Ashraf Sobhi a appelé à une rencontre pour dire "non au fanatisme" . Mais malgré ses appels, les supporteurs des deux clubs emblématiques de la métropole du Caire . ont déjà commencé à s'échauffer. Les deux clubs emblématiques se feront face à 19 heures temps universel. Al-Ahly grand favori, tentera d'obtenir un neuvième titre dans la compétition. Pas sûr que le Zamalek , cinq fois champion, se laisse faire aussi facilement. Sat, 28 Nov 2020 19:45:23 +0000editorial@africanews.com (Tancrede Chambraud)http://fr.africanews.com/2020/11/27/al-ahly-zamalek-face-a-face-cairote-en-finale-de-la-caf/Ethiopie : quelles suites à l'offensive sur Mekele ?http://fr.africanews.com/2020/11/27/ethiopie-quelles-suites-a-l-offensive-sur-mekele/Des troupes de l'armée fédérale et des colonnes de véhicules en route vers Mekele . L' offensive sur la ville a été lancée jeudi matin, après trois semaines de combats acharnés. Des membres du gouvernement fédérale affirment que celle-ci devrait majoritairement se terminer en moins d'une semaine. Peu probable pour l'expert Martin Plaut. " S'il obtient une victoire rapide, alors peut être pourra t il établir un contrôle. Ce qui est plus probable, c'est que les Tigréens vont se diriger vers les collines. C'est un terrain extrêmement difficile, et ils le connaissent très bien. Ils y ont passé 20 ans à se battre pour le précédent gouvernement, qui a été renversé en 1991. Mais en même temps, ils ne contrôlent pas les airs. Ceux-ci sont contrôlés par les avions de l'armée de l'air éthiopienne. Et puis les Tigréens seraient également visés par les Emirats Arabes Unis, qui ont des drones dans l’Érythrée voisine, et qu'ils auraient utilisé contre des cibles prioritaires. " Alors que les combats entre forces fédérales et tigréennes vont encore provoquer la fuite de milliers civils , de nombreux réfugiés ont affirmé avoir vu des soldats de l'armée fédérale bloquer la route principale vers la frontière soudanaise. " Plusieurs médias ont affirmé que les troupes fédérales éthiopiennes empêchent désormais la traversée du fleuve vers le Soudan. Et c'est pour cela que les chiffres ont chuté drastiquement de 6 000 par jour à environ 700 par jour. Donc les gens sont pris au piège dans les combats et cela empire encore plus la situation. Une fois qu'ils traversent le fleuve, ils peuvent bien sûr recevoir une aide. Et la communauté internationale remue ciel et terre pour permettre cela ", explique Martin Plaut. Depuis le début de l'offensive lancée sur le Tigré le 4 novembre , plus de 40 000 personnes ont fuit les combats meurtriers pour le Soudan voisin. La prise en charge des réfugiés devient désormais difficile alors que les sites d'accueils deviennent de plus en plus surpeuplés. Fri, 27 Nov 2020 07:25:17 +0000editorial@africanews.com (Tancrede Chambraud)http://fr.africanews.com/2020/11/27/ethiopie-quelles-suites-a-l-offensive-sur-mekele/Réfugiés : l'armée éthiopienne bloque l'un des principaux accès au Soudanhttp://fr.africanews.com/2020/11/26/refugies-l-armee-ethiopienne-bloque-l-un-des-principaux-acces-au-soudan/Par ailleurs, l'armée éthiopienne a bloqué une des principales routes menant au Soudan, empêchant des Éthiopiens fuyant la guerre au Tigré de rejoindre le pays voisin, selon des réfugiés parvenus jeudi au poste-frontière de Lugdi, dans l'est du Soudan. " L'armée éthiopienne a coupé la route menant à la frontière soudanaise au niveau de la localité de Humera (20 km de la frontière) et ceux qui cherchent à gagner le Soudan doivent éviter la route principale et passer à travers les champs sans se faire voir par les soldats ", a expliqué à l'AFP Tesfai Burhano, qui venait d'arriver à Lugdi. Jeudi, ce poste-frontière était vide et aucun soldat éthiopien n'y était visible. Le journaliste de l'AFP a vu une dizaine de réfugiés traverser la frontière pendant qu'il se trouvait sur place. Le nombre d'arrivées de réfugiés éthiopiens au Soudan a nettement baissé depuis une semaine, selon les chiffres du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR). Mercredi, l'agence onusienne recensait 718 arrivées, contre 3.813 le 21 novembre. Selon le HCR, 42 651 réfugiés sont arrivés au Soudan depuis le début du conflit meurtrier au Tigré, dont 70 % via Hamdayit, dans la province soudanaise de Kassala, le reste via celle de Gedaref. La région du Tigré, dans la nord de l'Ethiopie, est le théâtre d'âpres combats depuis que le Premier ministre Abiy Ahmed y a lancé une opération militaire le 4 novembre, accusant les responsables du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) de chercher à déstabiliser le gouvernement fédéral et d'avoir attaqué deux bases militaires éthiopiennes dans la région, ce que nient les autorités tigréennes. - Pouvoir politique et militaire - A travers le TPLF, le Tigré a dominé les structures politiques et sécuritaires de l'Ethiopie entre 1991 - date à laquelle il fait chuter le régime militaro- marxiste du Derg - et 2018 - l'arrivée du Premier ministre Abiy Ahmed au pouvoir. A partir de cette date, ses dirigeants ont progressivement été écartés des responsabilités à Addis Abeba et sont passés de fait dans l'opposition, réduisant son influence politique. Mais le TPLF domine toujours les instances régionales, qui disposeraient de forces armées allant jusqu'à 200 000 hommes (forces paramilitaires et miliciens) , selon l'International Crisis Group (ICG), qui a interrogé des sources tigréennes. La Constitution éthiopienne donne aux régions la charge d'organiser leur sécurité mais cette dynamique a pris une tournure "exceptionnelle" au Tigré ces dernières années, note William Davison, de l'ICG. Le TPLF reste influent au sein de l'appareil sécuritaire et militaire fédéral, où il compte encore des alliés, pas seulement tigréens, souligne de son côté le chercheur Roland Marchal. - "L'arrogance du TPLF", selon Abiy Ahmed Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a ordonné jeudi, à l'issue d'un ultimatum de 72 heures, le lancement de l'offensive finale contre les autorités dissidentes du Tigré, encerclées à Mekele, la capitale d'un demi-million d'habitants de cette région du Nord de l'Ethiopie. " La dernière porte de sortie pacifique de la junte du TPLF a été refermée par (son) arrogance ", explique M. Abiy dans un message publié sur ses réseaux sociaux, à l'expiration de cet ultimatum de reddition rejeté par avance par les autorités régionales du parti du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF). L'armée a reçu l'ordre de " mener la (...) dernière phase " de l'offensive lancée le 4 novembre contre le TPLF - qui défiait son autorité depuis plusieurs mois -, indique le Premier ministre, promettant que " tout sera mis en oeuvre pour que la ville de Mekele (...) ne subisse pas de graves dégâts" et "pour protéger les civils ". " Si la clique criminelle du TPLF avait choisi de se rendre pacifiquement, la campagne (militaire) aurait pris fin avec le minimum de dégâts ", a souligné le prix Nobel de la Paix 2019, rappelant avoir donné aux dirigeants du Tigré " de multiples opportunités de se rendre pacifiquement ces dernières semaines ". Le Premier ministre - qui affirme également que des "milliers de combattants du TPLF se sont rendus" sans que ce soit vérifiable - appelle " les habitants de Mekele et ses environs à déposer les armes, à se tenir à l'écart des cibles militaires et à prendre toutes les précautions nécessaires ". " Tout sera fait pour éviter de cibler les vestiges historiques, les lieux de culte, les institutions publiques et de développement, les domiciles privés ", assure-t-il. Il est impossible de savoir dans l'immédiat si des opérations militaires contre Mekele ont effectivement commencé, le Tigré étant quasiment coupé du monde depuis le début du conflit, rendant difficile la vérification sur le terrain et de source indépendante des affirmations de l'un et l'autre camp. Il n'était notamment pas possible de savoir jeudi à quelle distance de la ville se trouve l'armée fédérale qui, ces derniers jours, affirmait converger vers Mekele, tandis que le TPLF assurait lui infliger plusieurs revers. Des diplomates ont indiqué mercredi à l'AFP que les forces fédérales se trouvaient à au moins 30 km au nord et au sud de Mekele. - "Affaires internes" - A l'orée de la quatrième semaine d'offensive militaire contre le TPLF, M. Abiy fait face à des pressions croissantes de l'ONU et de plusieurs pays, inquiets des conséquences sur les civils d'un assaut sur Mekele et de possibles "crimes de guerre", ainsi que des risques que le conflit dégénère en affrontements communautaires dans un pays mosaïque de près de 80 peuples . Mercredi, M. Abiy a fermement demandé à la communauté internationale de se garder de toute " interférence dans les affaires internes " de son pays. Le gouvernement fédéral avait également poliment décliné lundi l'offre de médiation de l'Union africaine (UA), dont le siège est à Addis Abeba. Il avait simplement indiqué qu'il recevrait "par respect" les anciens présidents mozambicain Joaquim Chissano, libérienne Ellen Johnson-Sirleaf et sud-africain Kgalema Motlanthe, arrivés mercredi dans la capitale éthiopienne. Jeudi, Human Rights Watch (HRW) a rappelé que " les lois de la guerre limitaient les attaques aux "objectifs militaires" et "imposaient aux parties l'obligation de différencier civils et combattants ". Le gouvernement fédéral a affirmé jeudi avoir commencé " la distribution de nourriture, médicaments, eau potable et denrées non alimentaires" aux civils déplacés "dans les zones du Tigré sous (son) contrôle" et promis "l'ouverture d'une voie d'accès humanitaire ". Il se dit " déterminé à travailler avec les agences de l'ONU et autres organisations humanitaires " qui ont réclamé récemment de pouvoir accéder à la région. Thu, 26 Nov 2020 21:44:01 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/26/refugies-l-armee-ethiopienne-bloque-l-un-des-principaux-acces-au-soudan/Nestor Yawovi Kogon, professeur d'anglais et numismate passionné http://fr.africanews.com/2020/11/26/nestor-yawovi-kogon-professeur-d-anglais-et-numismate-passionne/Nestor Yawovi Kogon est l’un des rares numismates du Togo. Toujours en quête de pièces et billets uniques, il en a fait sa passion. Son trésor numismatique comprend 1 200 pièces issues d’une cinquantaine de pays à travers le monde. Le professeur d’anglais raconte comment il a constitué sa première collection : " En 2000, lors d’un cours, je montrais à mes élèves un billet qui venait d’être démonétisé. J’étais surpris. Je dirais que c’est surtout à partir du moment où des élèves m’ont dit qu’ils ne connaissaient pas ce billet qui venait de disparaître, que l’idée m’est venue véritablement de collectionner les billets ". Comme tous les numismates, Nestor Kogon accorde une importance particulière aux phénomènes de monnaies utilisées au Togo depuis la colonisation. Le plus vieux billet de sa collection date de 1922 et la plus vieille pièce de 1898. Des monnaies de plus de 50 pays De collectionneur, Nestor Kogon est devenu un spécialiste connu au Togo. Il a élargi sa collection en collectionnant des articles monétaires venant de plusieurs pays. On a donc la possibilité de constituer des ensembles abordables qui illustrent l'histoire africaine. Ainsi, sa collection comprend des billets et des pièces de monnaie aujourd’hui disparus. On peut citer notamment l'ekwele (au pluriel bikwele) l'ancienne devise de la Guinée équatoriale, de 1975 à 1985, remplacée par le Franc CFA (CEMAC). Ou encore, le Zaïre, l'ancienne monnaie de la République démocratique du Congo mise en circulation par le président Mobutu Sese Seko entre 1967 et 1997. Nestor Kogon insiste sur le caractère rare d'objets de collection. Il accorde une importance particulière aux phénomènes de monnaies utilisées au Togo depuis la colonisation en essayant de comprendre comment ces monnaies ont été diffusées, mais surtout l’héritage qu’elles laissent dans la conscience collective togolaise. " Dans ma collection, la plus vieille pièce date de 1898. C’est “Finich”. Le Finich, c’est le centime du Deutschemark. Ici, vous avez des finich datant de 1907, de 1906. Il y a une pièce qui m'intéresse beaucoup, c’est la pièce que nous appelons ici “Etanga”. Etanga c’est exactement la moitié de un franc. Donc vous allez écouter des gens dire, tu n’as même pas “Etanga” cela veut dire que vous n’avez rien ", explique le collectionneur. Impératif de transmission Ce passionné ne fait pas que contempler les billets anciens. Il s’autorise aussi des séances de découverte pour les élèves de sa classe d’anglais. Faire connaître l’histoire monétaire du pays est un impératif pour Nestor Kogon, d’autant plus que la monnaie disparaît lentement au profit de cartes et applications bancaires. Une immersion dans le passé qui émerveille à chaque séance. '' Il faut que le gouvernement reconstitue le programme scolaire pour que cela reste dans notre histoire puisque nous n’avons jamais vu ça. Je suis né à Lomé et je n’ai jamais vu ça, j’étais très ému, j’avais la bouche bée' ', a affirmé un élève à la sortie d’une séance de découverte numismatique. Ce numismate togolais veut faire connaître l’histoire de ces billets à grande échelle, mais son action est limitée. Aujourd’hui, il appelle à la création d’un musée numismatique dans lequel il pourra ajouter son immense collection. Thu, 26 Nov 2020 21:05:08 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/26/nestor-yawovi-kogon-professeur-d-anglais-et-numismate-passionne/Roch Kaboré réélu pour un second mandat, l'opposition "prend acte" http://fr.africanews.com/2020/11/26/roch-kabore-reelu-pour-un-second-mandat-l-opposition-prend-acte/Il avait promis le même scénario qu’en 2015 : une victoire au premier tour de la présidentielle. Roch Marc Christian Kaboré remporte le scrutin du 22 novembre avec une large avance . Il repart pour un second mandat et évite ainsi un second tour dans lequel il aurait été opposé à un seul candidat soutenu par une opposition unie. Dès l'annonce de sa victoire, le président Kaboré a tenu un discours rassembleur, lançant des appels du pied à l'opposition et promettant une " concertation permanente ", évoquant aussi les nombreux dossiers à traiter. " C'est une victoire que nous avons obtenue. Il y a de la joie effectivement que nous avons au cœur, mais c'est également une responsabilité importante : celle d'être le président de tous les burkinabè sans exception. Et je voudrais dire que tout ce qui concerne les questions sécuritaires, les questions de réconciliation nationale, les questions de développement, les questions qui concernent l'amélioration des conditions de vie des burkinabè, sont des questions pertinentes et sur lesquelles nous allons nous atteler très rapidement ", a dit Roch Marc Christian Kaboré, président réélu du Burkina Faso. Selon l'opposition, de " nombreux dysfonctionnements et irrégularités ont altéré la sincérité du résultat ", dont " les violations du code électoral, notamment, la non-observation de la compilation manuelle, les modifications illégales du nombre et de la cartographie électorale, les achats de conscience ". Alors que la Commission électorale indépendante (Céni) a déclaré Christian Kaboré vainqueur avec 57,87 %, l'opposition, malgré ses allégations de " fraudes massives " , semble s'être radoucie, sans s'avouer vaincue pour autant.  " L'opposition politique à travers l'accord politique de Ouagadougou prend acte des résultats provisoires proclamés par la Céni, se réserve le droit d'utiliser les voies légales de recours pour traiter des irrégularités relevées au cours du déroulement du processus électoral, et tout particulièrement, au cours du scrutin du 22 novembre 2020 ", a précisé Tahirou Barry, candidat du Mouvement pour le changement et la renaissance à la présidentielle du 22 novembre. Les éventuels recours doivent être déposés au Conseil constitutionnel ou le Conseil d'État dans les sept jours à compter de l'annonce des résultats. Les deux instances doivent proclamer les résultats définitifs dans les quinze jours qui suivent l'expiration du délai imparti pour les recours. Selon les résultats de la Céni, Eddie Komboïgo, candidat du parti de l'ex-président Blaise Compaoré , dont le régime fait l'objet d'une nostalgie croissante, arrive en deuxième position avec 15,84 % des suffrages. Considéré jusque-là comme le chef de l'opposition, Zéphirin Diabré ne se hisse qu'à la troisième place avec 12,46 % des voix.  Thu, 26 Nov 2020 20:39:05 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/26/roch-kabore-reelu-pour-un-second-mandat-l-opposition-prend-acte/Dernier hommage à l'ancien président Mamadou Tandja http://fr.africanews.com/2020/11/26/dernier-hommage-a-l-ancien-president-mamadou-tandja/Dernier hommage à Mamadou Tandja , l’ancien président du Niger décédé mardi à l’âge de 82 ans. Outre le président actuel Mahamadou Issoufou , d’anciens chefs d’États et des diplomates étrangers étaient réunis au palais présidentiel ce jeudi pour ses obsèques officielles . "À ton pays, ton cher pays, le Niger, tu as tout donné, y compris de ta personne, convaincu que ta mission est justement d'être au service de ce peuple, notamment le monde rural, les femmes et les jeunes" , a déclaré lors de l'oraison funèbre Mamane Oumarou , ancien Premier mlinistre sous le régime militaire de Seini Kountché ,  Malgré sa répression des Touaregs et sa tentative de rester au pouvoir après ses deux mandats, Mamadou Tandja était resté une figure adulée pour sa lutte contre la pauvreté. "J'ai gardé de lui l'image d'un homme affable. D'un homme très rigoureux sur les principes, qui aimait le travail, qui aimait aussi ceux qui travaillent et qui ne reculait devant rien par rapport aux intérêts du pays, aux intérêts de la Nation" , avance Moukaila Sanda, son ancien ministre Mamadou Tandja  a été inhumé à Maïné-Sorao , son village natal, dans la région de Diffa. Thu, 26 Nov 2020 19:06:06 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/26/dernier-hommage-a-l-ancien-president-mamadou-tandja/L’autonomisation des femmes africaines par et pour la sciencehttp://fr.africanews.com/2020/11/26/l-autonomisation-des-femmes-africaines-par-et-pour-la-science/Dans Business Africa cette semaine, Afolake Oyinloye vous invite à découvrir des femmes africaines lauréates du prix L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science en Afrique subsaharienne. Cet épisode revient aussi sur le coton du Burkina Faso. Après l’expérience ratée du coton BT de Monsanto, le pays espère renouer avec la chance sur le marché mondial grâce à un coton bio. Enfin, au lendemain de la pandémie de la Covid-19, le Nigeria appréhende l’avenir de manière différente avec des stratégies de développement vertes, résilientes et durables . Être une femme africaine dans le domaine scientifique L'inégalité entre les sexes est toujours un problème majeur impactant les femmes qui cherchent à faire une différence dans leurs communautés. Ces inégalités touchent notamment le secteur scientifique où les jeunes chercheuses et autre spécialiste ne sont pas traitées à l’égal des hommes. Le programme régional L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science en Afrique subsaharienne espère combler ce fossé en soutenant 20 jeunes chercheuses. La Tanzanienne, Neema MDUMA , doctorante en génie informatique et Nadège Taty , doctorante également et étudiante en sciences de la terre et de l'environnement sont lauréates du prix L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science en Afrique subsaharienne. Elles sont les invitées de Business Africa. Le Burkina Faso mise sur le coton bio Le Burkina Faso, anciennement l'un des plus gros producteurs de coton au monde, espère retrouver sa gloire d’antan grâce à la production de coton bio. Le pays d'Afrique de l'Ouest a récemment mis fin au contrat qui le liait à Monsanto et son coton BT. Cette décision a été saluée par les agriculteurs et les jeunes acteurs de l'industrie textile du pays. S’adapter au changement climatique : le défi du Nigeria Le développement durable est au cœur du plan de relance post-Covid-19 du Nigeria. Certains des éléments de ce plan adopté en juillet comprennent l'investissement dans des projets solaires, la suppression des subventions aux énergies fossiles et une aide financière aux entreprises dirigées par des femmes. Ces ambitions, sont-elles suffisantes voire même réalisables ? Cet épisode de Business Africa livre quelques éléments de réponse. Fri, 27 Nov 2020 13:42:29 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/26/l-autonomisation-des-femmes-africaines-par-et-pour-la-science/L'icône Maradona à jamais dans les coeurs africains http://fr.africanews.com/2020/11/26/l-icone-maradona-a-jamais-dans-les-coeurs-africains/À la suite de l’annonce du décès de Diego Maradona, les réactions se sont enchaînées sur toute la planète. L’Afrique a elle aussi appris la disparition de la légende du football avec tristesse . Au Nigeria, par exemple, ce jeudi, les exploits et du "Dieu" du ballon rond étaient dans tous les esprits, toutes générations confondues. " Diego est une icône, c'est une légende. Il vivait le football et le football vivait à travers lui. Il représente le football et le football le représente. Son seul nom est synonyme de football. Il est le plus grand joueur que nous ayons vu sur la planète ", dit Adam Mohammed Mouktar, président de la Fédération de football du territoire de la capitale fédérale, Abuja. " Si vous regardez les pages nos journaux papiers aujourd'hui, vous verrez que la plupart d’entre eux parlent de la mort de Maradona. Cela prouve le pouvoir du football et le pouvoir de quelqu'un qui lui était dévoué ", ajoute Segun Ogunjimi, journaliste sportif. Certains tapaient dans des ballons quand ils ont appris la nouvelle. Ils ont rendu hommage à Diego Maradona, celui qu’ils n’oublieront jamais. " Pour moi, Diego Maradona est une légende du football, c'est quelqu'un qui m'inspire à chaque fois que je le vois avec le ballon. Et que ce soit sur, ou en dehors du terrain, il avait toujours en lui l’esprit du football ", assure Richard, jeune footballeur de l'équipe locale d'Abuja. " Nous nous sentons très, très mal, surtout nous en tant qu'entraîneurs. Quand nous avons appris la nouvelle nous étions en plein entraînement. Nous étions très tristes et encore plus, car on était sur le terrain au même moment. Nous avons observé une minute de silence ", raconte Toukura John, entraîneur en chef du Basic Maracana FC. De nombreux pays africains, comme le Cameroun ou encore l’Afrique du Sud, ainsi que de grands noms du football africain, ont salué la mémoire du plus grand N10 de tous les temps. Sat, 28 Nov 2020 06:50:09 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/26/l-icone-maradona-a-jamais-dans-les-coeurs-africains/Zimbabwe : au moins 40 victimes suite à l'effondrement d'une minehttp://fr.africanews.com/2020/11/26/zimbabwe-au-moins-40-victimes-suite-a-l-effondrement-d-une-mine/Des dizaines de personnes sont décédées dans l’effondrement d’un puits de mine au Zimbabwe. Une opération de sauvetage est en cours dans la ville de Bindura au Zimbabwe, après qu'au moins 40 mineurs informels aient été piégés sous terre suite à l'effondrement d'un puits dans une mine d'or désaffectée. L'incident s'est produit dans la nuit de mercredi à jeudi à environ 70 kilomètres au nord de la capitale Harare alors que les mineurs travaillaient. Six mineurs ont depuis été sortis des décombres de la mine d’or de Ran, avant d’être emmenés à l'hôpital. Ce pays enclavé d'Afrique australe abrite de vastes réserves d'or et de minéraux, notamment de diamants et de platine. Le secteur de l'or fournit des emplois à près de 10 % de la population du pays et fait naître des petits exploitants miniers. Ces derniers opèrent souvent dans l'illégalité pour éviter de vendre leurs lingots à l'acheteur public, Fidelity Printers and Refiners, qui ne les rémunère qu'à 55 % et en devises étrangères. Thu, 26 Nov 2020 16:51:06 +0000editorial@africanews.com (Rédaction Africanews)http://fr.africanews.com/2020/11/26/zimbabwe-au-moins-40-victimes-suite-a-l-effondrement-d-une-mine/Covid-19 : Biden appelle à la prudence à Thanksgivinghttp://fr.africanews.com/2020/11/26/covid-19-biden-appelle-a-la-prudence-a-thanksgiving/Aux États Unis , Joe Biden a placé la pandémie de Covid-19 au centre de son intervention à la veille de Thanksgiving . Lors d'un discours à la Nation depuis son quartier général de Wilmington, le Président élu a appelé les Américains à surmonter leurs divisions pour lutter contre le coronavirus . "Nous avons mené une bataille de près d'un an contre un virus qui a dévasté cette nation, qui nous a apporté des douleurs, des pertes et de la frustration. Qui a coûté la vie à tant de personnes. 260 000 Américains, et ce n'est pas fini...  Je sais que le pays s'est lassé de ce combat, mais nous devons nous rappeler que nous sommes en guerre contre le virus, pas les uns contre les autres, pas entre nous." Pendant ce temps le président Donald Trump , qui a à peine évoqué la pandémie ces derniers jours, a exhorté ses partisans à renverser le scrutin de novembre.  Il s'exprimait par téléphone depuis la Maison Blanche lors d'un événement organisé par des législateurs républicains de l'État de Pennsylvanie. "Cette élection est truquée. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire pour notre pays. Il faut renverser ces élections parce que nous avons remporté la Pennsylvanie, et nous avons gagné tous les Swing States" . Les décès et les hospitalisations dus au Covid-19  sont en nette augmentation alors que les Américains célèbrent Thanksgiving .  Les experts de santé ont pour leur part prévenu que les grands rassemblements familiaux risquent d'aggraver la situation. Thu, 26 Nov 2020 17:03:08 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/26/covid-19-biden-appelle-a-la-prudence-a-thanksgiving/Maroc : Peines confirmées pour 23 militants sahraouishttp://fr.africanews.com/2020/11/26/maroc-peines-confirmees-pour-23-militants-sahraouis/Peines confirmées pour les militants sahraouis jugés coupables de la mort de onze militaires marocains . La Cour de Cassation a rejeté ce mercredi l’appel de 23 sahraouis condamnés pour des heurts meurtriers survenus en 2010 dans le Sahara occidental. Une intervention avait dégénéré dans la ville de Layoune , faisant onze morts parmi les forces de l’ordre et des dizaines de blessés. En 2013 , un tribunal militaire avait prononcé des peines allant de 20 ans à la perpétuité. Certaines peines étaient descendues à deux ans de prison lors d'un appel devant une juridiction civile en 2017 . Cette décision de justice intervient dans un contexte de fortes tensions dans le Sahara occidental. Depuis le 13 novembre , des échanges de tirs ont lieu entre le Maroc et le Front Polisario après 30 ans de cessez-le-feu . L'ONU n'a pour l'instant pas fait état de morts dans ce conflit et tente de relancer un processus politique. Thu, 26 Nov 2020 15:36:05 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/26/maroc-peines-confirmees-pour-23-militants-sahraouis/Burkina Faso : Roch Kaboré réélu au 1er tour pour un deuxième mandathttp://fr.africanews.com/2020/11/26/roch-kabore-reelu-au-1er-tour-pour-un-deuxieme-mandat/Roch Kaboré réélu au 1er tour pour un deuxième mandat. Le président sortant Roch Marc Christian Kaboré a été réélu dès le premier tour avec 57,87% des suffrages. Un deuxième mandat annoncé ce jeudi par le président de la commission électorale indépendante Newton Ahmed Barry. Eddie Komboïgo, candidat du parti de l'ex-président Blaise Compaoré, arrive deuxième avec 15,48% des voix devant Zephirin Diabré considéré comme le chef de l'opposition jusque-là, comptabilise lui 12,46% des voix Le double scrutin présidentiel et législatif s'est déroulé dimanche sous haute tension sécuritaire, le Burkina Faso vivant ses heures les plus sombres depuis l'indépendance, miné par des attaques de groupes djihadistes qui ont fait au moins 1.200 morts en cinq ans. L'opposition burkinabè a estimé lundi que le scrutin était "émaillé de fraudes" parmi lesquelles la non-ouverture ou l’ouverture tardive de certains bureaux de votes. Les partis de la majorité présidentielle ont appelé au "respect des résultats" du scrutin, considérant que "les insuffisances relevées sont regrettables, ne pas d’une ampleur susceptible d’impacter de manière significative le résultat du scrutin".   Thu, 26 Nov 2020 14:46:25 +0000editorial@africanews.com (Rédaction Africanews)http://fr.africanews.com/2020/11/26/roch-kabore-reelu-au-1er-tour-pour-un-deuxieme-mandat/Décès de Sadek al-Mahdi, le dernier Premier ministre élu démocratiquementhttp://fr.africanews.com/2020/11/26/deces-de-sadek-al-mahdi-le-dernier-premier-ministre-elu-democratiquement/Sadek al-Mahdi, le dernier Premier ministre soudanais élu démocratiquement avant d'être renversé par un coup d'Etat militaire mené par Omar el-Bechir en 1989 , est décédé jeudi de la Covid-19, a annoncé son parti, Umma . Atteint du nouveau coronavirus, il était hospitalisé aux Emirats arabes unis. Le gouvernement a décrété trois jours de deuil national. Agé de 84 ans, il était le petit-fils d'Abdel Rahman al-Mahdi, fondateur du parti Umma, et l'arrière-petit-fils de Mohammad Ahmad, qui avait dirigé la révolte de 1881 à 1885 contre la domination anglo-égyptienne. Sadek al-Mahdi avait été Premier ministre du Soudan à deux reprises: en 1966-1967, puis une seconde fois entre 1986 et le 30 juin 1989. Cette seconde fois, il a été élu par le Parlement. Omar el-Béchir et 27 autres accusés sont actuellement jugés pour ce coup d'Etat . L'ex-autocrate risque la peine de mort. Depuis le début de la pandémie, 16 649 cas de Covid ont été officiellement recensés au Soudan, entraînant la mort de 1 210 personnes . Thu, 26 Nov 2020 17:20:56 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/26/deces-de-sadek-al-mahdi-le-dernier-premier-ministre-elu-democratiquement/Maradona, dieu du football et icône populairehttp://fr.africanews.com/2020/11/26/maradona-dieu-du-football-et-icone-populaire/Diego Armando Maradona, Dieu du football, est mort à 60 ans. Adulé par tout un peuple pour avoir porté la sélection argentine lors du Mundial victorieux de 1986, Diego Maradona était également une icône de la culture populaire pour son génie et ses frasques. Le grand du football fut l’objet d’un documentaire éponyme projeté au Festival de Cannes en 2019. "C'est juste une star. Il a un vrai charisme. Il y a des gens comme lui, de vraies personnes comme lui, qui devraient être sur le grand écran. Ayrton Senna avait ce charisme, Amy Winehouse aussi. Ils ont quelque chose de spécial. Les gens veulent s’approcher d'eux. Maradona débordait de charisme. Alors oui, il mérite d'être sur le plus grand écran, d'être vu par les gens et d'être célébré pour les choses incroyables qu'il a faites. Mais aussi pour comprendre certains excès, comprendre ses erreurs, et avoir un peu plus d'empathie pour lui" , déclare le réalisateur Asif Kapadia . Enfant des bidonvilles de Buenos Aires , Diego Maradona est mort un 25 novembre, à la même date que le leader cubain Fidel Castro , pour qui il avait une admiration sans bornes. En 1987, il lui avait rendu visite, accompagné de quelques proches, dont son coach personnel, Fernando Signorini , qui avait également participé au documentaire d' Asif Kapadia . "Je n'arrive pas à y croire maintenant, mais en 1987 il m'avait inclus dans son entourage pour rencontrer Fidel Castro à La Havane. J’ai fait partie de cette délégation. Nous avons passé six heures à discuter avec le Commandante, toute la nuit jusqu'à l’aube. Je me souviens encore qu’il lui avait appris à jouer au ballon" . Immortalisé pour sa "Main de Dieu" contre l' Angleterre en 1986 , Diego Maradona a captivé les foules pendant ses deux décennies de carrière, avec un style de jeu envoûtant qui lui était propre.  Thu, 26 Nov 2020 11:55:05 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/26/maradona-dieu-du-football-et-icone-populaire/Deuil de cinq jours contre les violences sexistes en Afrique du Sudhttp://fr.africanews.com/2020/11/26/deuil-de-cinq-jours-contre-les-violences-sexistes-en-afrique-du-sud/L'Afrique du Sud a entamé mercredi une période de deuil de cinq jours pour les morts de violences sexistes, de féminicides et du coronavirus . Comme annoncé par le président Cyril Ramaphosa lors de son discours à la Nation le 11 novembre dernier, les drapeaux seront en berne   sur divers sites clés du pays. "Il y a tout un problème de violences sexistes, qui est un très gros problème dans notre société et qui doit être résolu" , déclare  l'étudiante Mmannethe Mokwana . "Au moins une fois par mois, nous nous réunissons et partageons des opinions et des solutions sur comment aborder la situation des violences sexistes, qui est un fléau depuis des années" , avance pour sa part Mpho Sempe , un habitant de Pretoria. Une campagne nationale de 16 jours contre les violences sexistes actuellement en cours prendra fin le 10 décembre, pour la Journée des Droits de l'Homme . Le président Cyril Ramaphosa a également appelé à porter des brassards noirs en mémoire des 21 083 Sud-Africains morts du COVID19 . Thu, 26 Nov 2020 11:30:10 +0000editorial@africanews.com (Fabrice Marimootoo)http://fr.africanews.com/2020/11/26/deuil-de-cinq-jours-contre-les-violences-sexistes-en-afrique-du-sud/UA : Buyoya démissionne pour "laver son honneur"http://fr.africanews.com/2020/11/26/ua-buyoya-demissionne-pour-laver-son-honneur/L'ancien président du Burundi, Pierre Buyoya , a dit mercredi à Bamako avoir démissionné de son plein gré du poste de haut représentant de l'Union africaine au Mali pour " laver (son) honneur " après sa condamnation à perpétuité dans son pays. Pierre Buyoya , 71 ans, envoyé depuis 2012 de l'Union Africaine au Mali et au Sahel,  en proie à la propagation djihadiste et aux violences, a dit devant la presse ne pas savoir où il allait s'établir, à défaut de pouvoir rentrer au Burundi. A la tête du Burundi de 1987 à 1993 puis de 1996 à 2003, il a été condamné en octobre dernier à la prison à perpétuité dans son pays pour l'assassinat en 1993 de son prédécesseur Melchior Ndadaye . Il a de nouveau dénoncé mercredi une " parodie de justice" et exprimé son intention de faire appel devant les juridictions nationales et internationales. Sa démission avait été rendue publique mardi. Elle a été acceptée par l'UA , ont déclaré deux hauts responsables sous couvert d'anonymat.  " J'ai démissionné de mon propre gré parce que, pour exercer les fonctions qui sont les miennes, il faut avoir ses capacités entières au niveau physique, au niveau moral ", a-t-il répondu aux journalistes qui lui demandaient si l'UA l'avait pressé de quitter ses fonctions. " Les gens de notre âge, ce qui nous reste à vendre, c'est notre expérience et notre prestige et notre honneur, et quand cela est quelque part attaqué, il faut en tirer les conclusions ", a-t-il déclaré, rappelant qu'il avait affirmé plus tôt que cette accusation pourrait gêner l'organisation panafricaine. Pierre Buyoya emploiera " tous les moyens possibles pour faire triompher la vérité ", sans savoir encore où. "J e me battrai à partir de l'endroit où je pense qu'il est plus efficace de le faire( mais) je n'ai pas choisi un pays pour mon asile politique ", a-t-il déclaré. A ce jour, l' Union Africaine n'a jamais fait le moindre commentaire sur la condamnation prononcée le 20 octobre par la justice burundaise contre lui et une vingtaine de ses proches. Thu, 26 Nov 2020 09:00:56 +0000editorial@africanews.com (Rédaction Africanews)http://fr.africanews.com/2020/11/26/ua-buyoya-demissionne-pour-laver-son-honneur/Soudan : Oum Raquba peine à traiter ses maladeshttp://fr.africanews.com/2020/11/26/soudan-oum-raquba-peine-a-traiter-ses-malades/Alors que le conflit fait toujours rage au Tigré, le camp d' Oum Raquba au Soudan peine à accueillir les dizaines de milliers de réfugiés qui traversent la frontière ethiopienne. Les installations sanitaires du camp font face à un nombre de patients grandissant . Femmes enceintes, blessés de guerre Alam Kafa a été blessé par un éclat d'obus dans la ville d' Himoras . Trois jours de marche, en douleur, pour fuir les combats. Aujourd'hui, sa jambe infectée, il attend toujours une place dans l'hôpital le plus proche. " Quand il fait froid, ça fait tellement mal. La nuit, je dois serrer une couverture autour de ma jambe pour essayer de dormir, mais je n'y arrive pas. Quand il fait froid, j'ai tellement mal " dit Alam Kafa, en se tenant la jambe. A même le sol, le personnel médical du camp s'efforce de traiter le mieux possible les patients. Mais dans la clinique, les places sont rares, et les équipes sont débordées . " Nous recevons entre 80 et 90 patients chaque jour ", explique Javanshir Hajiyev, qui dirige l'équipe de Mercy Corps dans le camp. " Les maladies les plus fréquentes, celles que l'on voit le plus en terme de chiffres sont en premier les maladies diarrhéiques, puis les infections respiratoires et le paludisme. " Aujourd'hui près de 8 000 personnes vivent aujourd'hui dans le camp surpeuplé d' Oum Raquba , alors que celui-ci n'était pas censé en accueillir plus de 5 000. Thu, 26 Nov 2020 08:49:55 +0000editorial@africanews.com (Tancrede Chambraud)http://fr.africanews.com/2020/11/26/soudan-oum-raquba-peine-a-traiter-ses-malades/Ethiopie : Abiy Ahmed lance l’assaut sur Mekelehttp://fr.africanews.com/2020/11/26/ethiopie-abiy-ordonne-l-offensive-finale-contre-les-autorites-du-tigre-a-mekele/L'offensive finale se précise en Ethiopie. Le délai de l'ultimatum de 72 heures lancé par le Premier ministre éthiopien écoulé, Abiy Ahmed a ordonné à l'armée de lancer l'offensive finale sur la ville de Mekele . Les quelques 500 000 habitants de la ville vont connaître les bombardements et les combats. Même si le Premier ministre éthiopien assure que " tout serait mis en oeuvre pour que la ville de Mekele (...) ne subisse pas de graves dégâts " et " pour protéger les civils ", des dommages collatéraux semblent difficiles à éviter, alors que les forces du Tigré ont promis de lutter jusqu'au bout. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, Abiy Ahmed a condamné les dirigeants du TPLF , les accusant d'être responsables des dégâts matériels et de la perte de vies humaines , qui n'a toujours pas pu être précisément estimée en raison des combats. " Si la clique criminelle du TPLF avait choisi de se rendre pacifiquement, la campagne (militaire) aurait pris fin avec le minimum de dégâts ", a-t-il souligné, rappelant avoir donné aux dirigeants du Tigré " de multiples opportunités de se rendre pacifiquement ces dernières semaines ". Cette offensive militaire est un assaut de taille sur la capitale de la région du Tigré , pour enfin mettre fin à l' opération lancée le 4 novembre contre les dirigeants du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) . Depuis trois semaines, les combats font rage dans le Nord de l'Ethiopie. Plusieurs centaines de civils sont morts et des dizaines de milliers ont été déplacés . Thu, 26 Nov 2020 08:17:38 +0000editorial@africanews.com (Tancrede Chambraud)http://fr.africanews.com/2020/11/26/ethiopie-abiy-ordonne-l-offensive-finale-contre-les-autorites-du-tigre-a-mekele/Fin de l'ultimatum au Tigré : et maintenant ? http://fr.africanews.com/2020/11/25/fin-de-l-ultimatum-au-tigre-et-maintenant/L’Ultimatum lancé aux séparatistes du Tigré a expiré. Comment va évoluer la situation dans la région. Nous avons contacté William Davison , analyste à l' International Crisis Group . Ronald Kato , Africanews : les 72 heures accordées par Addis-Abeba au TPLF pour se rendre ont expiré, que va-t-il se passer maintenant ? William Davison : "La première question ici est évidemment de savoir comment se présente le conflit sur le terrain. Quelle est la position des forces fédérales et celle de ses opposants. De toute évidence, le gouvernement fédéral dit qu’il se trouve à proximité de Mekele. Par conséquent, si tel est le cas, nous pouvons nous attendre à une forme d'attaque contre Mekele. Cependant, il y a aussi des affirmations du côté tigréen, selon lesquelles le TPLF oppose une résistance sur plusieurs fronts. Ainsi, malgré l'expiration de l’ultimatum, il faudra peut-être un certain temps avant de voir ce qui pourrait être une lutte très féroce pour Mekele, la capitale régionale" . Il y a eu plusieurs appels à la désescalade et la plupart d'entre eux ont été adressés au gouvernement éthiopien. Addis-Abeba semble suggérer que la communauté internationale devrait sanctionner le TPLF pour avoir attaqué l'armée fédérale - qui a déclenché le conflit - puis le convaincre de se rendre. Pensez-vous que le Premier ministre Abiy Ahmed a raison ? William Davison : " Il est clair qu'il y a une certaine légitimité et exactitude dans l'affirmation du gouvernement fédéral selon laquelle les forces tigréennes ont en quelque sorte appuyé sur la dernière détente ici en attaquant l'armée fédérale. Mais cela faisait bien sûr partie d'un développement plus long du différend fondamental qui oppose les parties – de querelles constitutionnelles. Dans les semaines précédant le début du conflit, celui-ci semblait presque inévitable. Mais à part des arguments ou des justifications qui peuvent paraître légitimes, le problème réside dans le fait de connaître la véritable cause de ce conflit. Le souci réside dans le fait que les forces tigréennes, soit dans une guerre de style conventionnel, soit par une forme d'insurrection, seront en mesure d’asseoir une certaine forme de résistance face à l’armée fédérale pour prendre la tête de l'État, restaurer l'intégrité de l'armée et l'ordre constitutionnel. Par conséquent, quelle que soit la gravité des crimes dont le TPLF est accusé, en raison de l'évolution possible de ce conflit, nous sommes très inquiets sur le fait qu’il puisse durer. C'est pourquoi, malgré la gravité de ces désaccords politiques, nous pensons qu'il devrait y avoir une sorte de mouvement vers un cessez-le-feu, puis une résolution négociée autour de ce qui est un différend politique ". L'Éthiopie semble envoyer des messages contradictoires lors des appels à la médiation. Après avoir initialement salué l’envoie de trois anciens chefs d'État en tant qu’émissaire par l’Union africaine, Addis-Abeba semble faire marche arrière. S'il n’y a jamais de médiation, qui peut intervenir ? William Davison : " La position d'Addis-Abeba est très claire. Les autorités fédérales ont classé leur offensive comme une opération d'application de la loi visant à capturer les dirigeants tigréens, à restaurer l'intégrité des forces armées et à rendre justice pour les crimes contre la constitution. Cependant, de toute évidence, il s’agit encore de politique et les circonstances pourraient changer. D’autres intérêts et influences risquent de se manifester. Nous pourrions voir, à l'avenir, un changement d'approche du gouvernement fédéral, même si nous n'en sommes pas encore là. Mais je pense que comme souvent dans de telles crises politiques et sécuritaires, l'Union africaine, les États africains et les émissaires africains pourraient prendre la tête de toute forme de médiation. Reste à savoir si le bloc régional d'Afrique de l'Est sera impliqué. Si processus de paix il y a, il pourrait très certainement être mené par l’Afrique ".  Thu, 26 Nov 2020 17:14:19 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/25/fin-de-l-ultimatum-au-tigre-et-maintenant/Massacre de Mai-Kadra : Que s'est-il réellement passé le 9 novembre ?http://fr.africanews.com/2020/11/25/massacre-de-mai-kadra-que-s-est-il-reellement-passe-le-9-novembre/Le massacre du 9 novembre à Mai-Kadra suscite encore de nombreuses questions. Les atrocités commises ce jour-là font l'objet d'accusations croisées impliquant chaque camp du conflit au Tigré . Entassés dans un fossé en bord de route, des dizaines de cadavres pourrissent au soleil de Mai-Kadra, sans sépulture, deux semaines après le massacre dont a été le théâtre cette localité du Tigré, région en conflit du Nord de l'Ethiopie. Personne ne nie que quelque chose de terrible s'est passé ici le 9 novembre : des centaines de civils ont été tués, à coups de bâtons, de couteaux, de machettes et de hachettes, voire étranglés avec des cordes. Mais les atrocités font l'objet d'accusations croisées impliquant chaque camp du conflit au Tigré, où les forces progouvernementales affrontent les troupes des autorités régionales du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) . Une équipe de l'AFP a été autorisée par le gouvernement fédéral à visiter il y a quelques jours Mai-Kadra, qui comptait 40 000 habitants avant le conflit. Les habitants de l'ethnie amhara, originaires de la région voisine du même nom, accusent leurs voisins tigréens - dont la plupart ont quitté la ville - d'avoir pris part aux atrocités, alors que l'armée éthiopienne se rapprochait. " Des miliciens et policiers (de la région du Tigré, NDLR) nous ont attaqués avec des armes à feu, les civils avec des machettes ", raconte sur son lit de l'hôpital Misganaw Gebeyo, ouvrier agricole de 23 ans, une vilaine cicatrice dépassant du bandage enserrant sa tête : " toute la population a participé ". Avant d'être frappé avec une machette et laissé pour mort, il a vu, terré chez lui et terrifié, un de ses amis être décapité à la machette. " Ils voulaient exterminer les Amhara ", assure-t-il. Le président du Tigré, Debretsion Gebremichael, a fermement démenti l'implication des troupes loyales au TPLF dans le massacre: " Cela ne peut pas avoir de liens avec nous (...) Nous avons nos valeurs, nous avons nos règles ". - loi du talion - Au Soudan voisin en revanche, des Tigréens de Mai-Kadra rencontrés par l'AFP dans des camps où s'entassent désormais environ 40 000 Ethiopiens, accusent l'armée fédérale et les miliciens amhara qui l'épaulent d'avoir attaqué des civils. L'armée a pris contrôle de la ville le 10 novembre. " Les militaires éthiopiens (de l'armée fédérale) et les miliciens amhara sont entrés dans la ville, ont tiré en l'air et sur des habitants ", témoigne à l'AFP Marsem Gadi, un fermier de 29 ans, réfugié dans le camp d'Oum Raquba. " J'ai vu des hommes en civil attaquer des villageois avec des couteaux et des haches ", explique-t-il, " les cadavres jonchaient les rues ". Avant de fuir vers le Soudan, Marsem est repassé chez lui. Sa maison avait été pillée et sa femme et leur enfant de trois ans avaient disparu: " Je ne sais pas s'ils sont toujours en vie ". Elle aussi sans nouvelles de son mari et de ses deux enfants, Elifa Sagadi, réfugiée dans le même camp, pointe du doigt les "soldats d'Abiy Ahmed", le Premier ministre, et les milices Amhara "Fano". "Sur la route, j'ai vu au moins 40 cadavres". Face à des témoignages de ce genre, Addis Abeba a indiqué avoir récolté " des renseignements crédibles selon lesquels des agents du TPLF ont infiltré les camps de réfugiés ayant fui au Soudan pour mener des missions de désinformation ". Cependant, selon Fisseha Tekle, chercheur à Amnesty International, organisation qui a révélé l'existence de ce massacre, les deux récits "ne sont pas forcément contradictoires" : Une sorte de loi du talion ethnique, révélant les dangers d'un conflit susceptible de dégénérer en affrontement communautaire. " Nous ne connaissons pas l'ampleur réelle " de ce qui s'est passé à Mai-Kadra, explique-t-il à l'AFP. En révélant ce massacre, le plus meurtrier connu depuis le début du conflit au Tigré le 4 novembre, l'organisation de défense des droits humains n'en a pas désigné expressément les auteurs . Mais elle a cité des témoins accusant des troupes tigréennes loyales au TPLF, de s'être attaquées pendant leur retraite à des habitants de l'ethnie amhara. Mardi, la Commission éthiopienne des Droits humains (EHRC), institution publique indépendante, a accusé une milice de jeunes Tigréens épaulée par les forces de sécurité locales, d'avoir massacré à Mai-Kadra au moins 600 personnes "pré-identifiées à partir de leur appartenance ethnique". Le Premier ministre Abiy Ahmed, qui a lancé l'armée fédérale à l'assaut du Tigré pour en déloger le TPLF qui le défiait depuis des mois, a y a vu une raison supplémentaire pour justifier son opération. L'enquête impartiale réclamée par l'ONU et les défenseurs des droits de l'Homme semble peu probable à court terme au vu du black out et des restrictions de déplacement auxquels est soumis le Tigré, où les combats continuent. - "nettoyage ethnique" - Entourée de champs de sésame et de sorgho, Mai-Kadra a été épargnée par les impacts d'obus et de balles qui défigurent d'autres localités de l'Ouest du Tigré. Ses plaies sont moins visibles mais sûrement plus profondes. Une cinquantaine de tombes fraîchement creusées trouent le sol du parc de l'église de la ville. A côté des pelles, des désodorisants vides, dont les restes d'effluves citronnées peinent à masquer la puanteur de mort. " Moi, j'ai vu le véritable enfer, ici à Mai-Kadra ", assure l'administrateur de la ville, Fentahun Bihohegn, tout juste nommé par le gouvernement fédéral. " Un nettoyage ethnique brutal a été commis contre le peuple amhara ", dont il est issu, poursuit M. Fentahun, accusant les "criminels" du TPLF. Depuis que les forces gouvernementales ont pris la ville, il est clair que les Amhara la gèrent. Protégé par trois gardes armés, M. Fentahun assure qu'il reste des habitants tigréens, mais n'est capable d'en identifier aucun. Depuis des décennies, Amhara et Tigréens ne vivent pas toujours en bon voisinage, leurs relations étant empoisonnées par des différends fonciers dégénérant parfois en violences. Le fait que Mai-Kadra soit désormais dirigée par des Amhara soulage les membres de cette communauté mais fait craindre à terme de nouvelles crispations. " A présent, je me sens très libre ", explique Adugna Abiru, fermier amhara installé à Mai-Kadra depuis 20 ans. " Avant, quand vous vous exprimiez au téléphone en amharique et non en tigrinya (la langue tigréenne), les gens vous regardaient de travers. Vous ne vous sentiez pas en sécurité ." M. Fentahun, le nouvel administrateur, assure que les Amhara ne cherchent pas à se venger des Tigréens. A l'instar du gouvernement d'Addis Abeba, il appelle au contraire les réfugiés à rentrer du Soudan, à présent que les combats sont terminés dans cette partie du Tigré. " Notre vision, c'est de créer un endroit sûr pour chaque  Éthiopien ", dit-il, "nous voulons faire de cet endroit un havre de paix où tout le monde peut vivre ensemble." Wed, 25 Nov 2020 20:44:06 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2020/11/25/massacre-de-mai-kadra-que-s-est-il-reellement-passe-le-9-novembre/Diego Maradona, sa saga Africahttp://fr.africanews.com/2020/11/25/diego-maradona-sa-saga-africa/L'Afrique aussi pleure Diego Maradona. Pour certains, il est le plus africain des footballeurs non-africains. Son exubérance, son style de jeu, sa technique rappelle quelques uns des plus grands noms du continent. Sa carrière est, elle-aussi, jalonnée de rencontres fortes avec le football africain. Quand les Lions domptent le meilleur joueur du monde Diego Maradona a disputé quatre coupes du monde en tant que joueur mais il a dû attendre la troisième pour affronter une sélection africaine. Nous sommes au Mondial italien, en 1990. Championne du monde en titre, l'Argentine défie des Lions indomptables du Cameroun, champions d'Afrique deux ans plus tôt , dans un match d'ouverture inédit. Maradona , qui joue alors à Naples, est hué à chaque ballon touché par le public milanais. Les coéquipiers de Roger Milla résistent au génie du N10 malgré deux expulsions pour André Kana-Biyik et Benjamin Massing . A la surprise générale, François Omam-Biyik marque l'unique but de la rencontre. Douchés d'entrée, les Argentins frôlent l'élimination en terminant de justesse meilleurs troisièmes. Ils atteindront de nouveau la finale après un parcours quelque peu chaotique, Maradona endossant le costume de sauveur en huitièmes face au Brésil puis en demi contre l'Italie. Premiers du groupe, le Cameroun ne s'inclinera qu'en quarts de finale, battu au bout des prolongations par l'Angleterre. Une dernière face au Nigéria avant la descente aux enfers Quatre ans plus tard, El Pibe de Oro se bat contre ses addictions et parvient à revenir à temps à un niveau acceptable pour disputer la World Cup aux Etats-Unis. Une nouvelle fois, l'Albiceleste ne termine que troisième de sa poule, remportée par...le Nigéria . Les Super Eagles se sont pourtant inclinés face aux Sud-américains (2-1). Un doublé de Claudio Caniggia réduisant à néant les espoirs nés d'un but rapide de Samson Siasia . Larges vainqueurs de la Grèce (4-0) au match précédent avec un but d'El Diez, les Argentins ne se doutent pas que leur capitaine sera contrôlé positif à l'éphédrine quelques heures plus tard. Ce match face au Nigéria restera son dernier sous le maillot ciel-et-blanc. Quand Maradona rime avec Waka Waka Nommé à la tête de la sélection argentine en 2008, Diego Maradona qualifie son pays pour une nouvelle coupe du monde. Direction, l'Afrique du Sud. Médiatiquement, Diego Maradona va faire le show. Il est de partout. Sur le terrain comme en dehors. Lui qui a toujours été l'élu du peuple trouve en Afrique un public ravi de ses boutades et de sa proximité. Sur le banc de touche, il s'agite aussi car le jeu de son équipe n'est pas brillant malgré des résultats en trompe-l'oeil. Le premier tour est maîtrisé avec notamment un court succès sur le Nigéria de Lars Lagerbäck (1-0) enjolivé par des résultats plus concrets contre la Corée du Sud (4-1) ou la Grèce (2-0). En huitièmes, la qualification contre le Mexique (3-1) prolonge la hype maradonesque mais l'effet Diego fait pschitt dès les huitièmes avec une débâcle mémorable contre l'Allemagne (0-4). De nombreuses personnalités du football africain se sont émues de la disparition du plus grand N10 de tous les temps Wed, 25 Nov 2020 20:01:06 +0000editorial@africanews.com (Pierre Michaud)http://fr.africanews.com/2020/11/25/diego-maradona-sa-saga-africa/