Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

L'amélioration des capacités nationales en Guinée Equatoriale renforce la structure organisationnelle et de formation de la pêche

L'amélioration des capacités nationales en Guinée Equatoriale renforce la structure organisationnelle et de formation de la pêche

En Guinée équatoriale, un projet d'évaluation des ressources halieutiques marines a permis d'améliorer les capacités nationales à travers le transfert de connaissances aux techniciens du secteur de la pêche

Le projet Évaluation des ressources halieutiques en Guinée équatoriale a constitué l'une des principales actions pour connaître scientifiquement la situation des ressources halieutiques de la République de Guinée équatoriale, afin de permettre leur utilisation rationnelle et durable, en favorisant le développement de l'activité de pêche et en garantissant l'approvisionnement des marchés équato-guinéens en produits locaux de qualité qui contribuent à la sécurité alimentaire de la population et réduisent les besoins d'importation.

Ce projet, financé par le gouvernement de Guinée équatoriale dans son intégralité, a réussi à améliorer et à renforcer les capacités nationales en matière de gestion des pêches dans le pays. Au moins 60 personnes ont été formées sur divers sujets liés au secteur de la pêche, offrant plus de 30 formations, dans lesquelles douze (12) techniciens du Ministère de la Pêche ont été activement impliqués dans la mise en œuvre du projet.

« Je suis très reconnaissante et cela a été une grande opportunité pour moi de participer à ce projet car grâce à cela j'ai amélioré mes connaissances et mes capacités dans l'identification des espèces de pêche marine et comment effectuer des échantillons de capture biologique », a déclaré Ernestina Becheng. Mika.

Ernestina Becheng Miko, 42 ans, est technicienne au ministère de la Pêche et des Ressources en eau et Point focal du projet Évaluation des ressources halieutiques marines à Bioko. A 42 ans, elle est mère de 6 enfants et vit avec son conjoint depuis plus de 20 ans. « Mon partenaire m'a toujours soutenu tout au long du processus de ma formation puisque j'ai décidé de me former dans ce domaine qui jusqu'alors était considéré comme un métier d'hommes, et il y avait très peu de femmes qui se sont lancées, c'était un cas inhabituel ».

Pour Ernestina, la pêche n'est pas une activité réservée à certains groupes ethniques spécifiques en Guinée équatoriale, mais que quiconque la veut et l'aime peut travailler comme elle ; et fait en sorte que beaucoup méprisent le secteur de la pêche. « Le métier de pêcheur n’est pas valorisé, c'est pourquoi je pense que nous consommons toujours des aliments surgelés et non frais et beaucoup de jeunes ne devraient pas penser que la pêche est pour certains groupes ethniques et que ce n'est pas un revenu ».

Le projet reposait sur trois volets principaux, l'obtention de la prospection des fonds marins et des ressources halieutiques, l'organisation, la formation et l'équipement du Ministère de la Pêche et enfin l'évaluation et la gestion des ressources halieutiques. A travers le deuxième volet de formation, le projet a formé son personnel dans le développement des fonctions à exercer, en créant et en développant un système de collecte de données de pêche biologique rigoureux, actualisé et efficace, disponible qui a servi aux évaluateurs et aux gestionnaires afin de connaître l'état des ressources et d'établir la gestion appropriée les mesures.

Diosdado Esono Mañana, 40 ans, est technicien des pêches au ministère des Pêches et des Ressources en eau. Il a travaillé pendant deux ans dans la promotion de la pêche continentale et de l'aquaculture, en tant que technicien et point focal à travers le projet Évaluation des ressources halieutiques marines de la Guinée équatoriale, et enfin en tant que Coordonnateur national du projet de coopération technique de la FAO « Amélioration de la chaîne de valeur de la pêche artisanale ».

« Pour moi, en termes d'avantages personnels, au cours du projet, j'ai pu acquérir de nombreuses formations en techniques de pêche, telles que la taxonomie, les statistiques de pêche, la gestion du programme d'accès pour pouvoir utiliser de manière efficace et efficiente les bases de données, et d'autres programmes “, a déclaré Esono Mañana.

En Guinée équatoriale, la première campagne océanographique a été réalisée dans le cadre du même projet. Pour cette raison, un rapport sur la campagne d'évaluation dans un navire océanographique a été réalisé. Dans la perspective de stimuler la pêche de manière durable, le rapport constitue un résultat important pour la Guinée équatoriale, car il fournit les informations scientifiques nécessaires sur l'état de la des ressources côtières et marines qui permettent le développement d'une base de données solide qui permet de promouvoir des mesures de gestion appropriées.

A travers cette campagne, 12 techniciens équato-guinéens ont été formés aux prélèvements à bord pour la campagne scientifique.Au cours de la mise en œuvre du projet, 60 personnes ont été formées, dont des techniciens du ministère de la Pêche et des Ressources en eau, des gestionnaires des pêches, des pêcheurs identifiés comme agents d'échantillonnage et des armateurs. Ces formations ont été développées dans au moins 30 formations et missions de terrain pour un total de 13 disciplines.

Certains d'entre eux concernaient les statistiques de base et halieutiques, les systèmes d'échantillonnage d'informations sur les pêcheries, l'échantillonnage de capture et d'effort de la flotte artisanale, l'échantillonnage de capture et d'effort de la flotte industrielle, la taxonomie des espèces de plus grand intérêt commercial dans les eaux de Guinée équatoriale, l'analyse d'informations de recensement, présentation de la base de données de la pêche artisanale et industrielle, échantillonnage biologique et de taille des espèces commerciales, et autres.

Distribué par APO Group pour FAO Regional Office for Africa.

FAO Regional Office for Africa
Télécharger le logo

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.