Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

La Force de La MINUSCA Renforce Ses Dispositifs Sécuritaires à Mann Pour Assurer la Protection des Civils

La Force de La MINUSCA Renforce Ses Dispositifs Sécuritaires à Mann Pour Assurer la Protection des Civils

La force de la MINUSCA a renforcé ses dispositifs sécuritaires à Mann, village situé à 470 km au nord-ouest de Bangui, en vue d’assurer la protection des civils et faire face aux menaces des groupes armés. « Suite à l’attaque lancée par les éléments de 3R contre la position des FACA en date du 31 juillet 2021 au village de Mann, la Force a aussitôt déployé une force d’intervention rapide, appuyée par une mission de reconnaissance aérienne », a déclaré ce mercredi à Bangui, le porte-parole de la force, le lieutenant-colonel Abdoul Aziz Fall.

Au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA, le porte-parole militaire de la MINUSCA a indiqué que les patrouilles des Casques bleus à Mann, ont d’abord assuré la protection des civils qui fuyaient les combats et ont ensuite soutenu les éléments des Forces armées centrafricaines dans la localité. « Pour l’instant, le village de Mann n’est pas sous contrôle des éléments de 3R », a indiqué le Lieutenant-Colonel Abdoul Aziz Fall, ajoutant que les Casques bleus continuent de renforcer les patrouilles dans la localité, afin d’assurer la protection maximale des populations.

Par ailleurs, en réactions aux préoccupations des journalistes sur les allégations contre le contingent marocain de la MINUSCA à Obo, dans leur implication dans les attaques du groupes armés de l’UPC, le Lieutenant-colonel Abdoul Aziz Fall a précisé que « n’eut été la riposte vigoureuse du détachement de casques bleus, les conséquences de cette attaque auraient été plus tragiques ». Il a par ailleurs dénoncé « ces fausses accusations, couplées à une campagne manifeste de dénigrement », s’agissant de la complicité des Casques bleus et des éléments armés lors de ces attaques.

De son côté le Coordonnateur de la Division de communication stratégique et de l’information publique de la Mission, Théophane Kinda, faisant le point sur la situation des Droits de l’Homme dans le pays, a indiqué que la MINUSCA a documenté 25 incidents, ayant affecté au moins 42 victimes. « La MINUSCA a observé une augmentation du nombre d’incidents et de victimes comparativement à la semaine précédente (11 incidents et 34 victimes) », a-t-il dit, précisant que les préfectures les plus touchées sont le Mbomou, l’Ouham-Pendé et le Bamingui-Bangoran. « Les auteurs présumés des abus/violations documentés cette semaine sont les groupes armés avec 40% d’incidents. L’armée centrafricaine et les autres personnels de sécurité sont présumés auteurs de 60% d’incidents », a précisé Théophane Kinda.

Le Coordonnateur de la Division de communication stratégique et de l’information publique de la MINUSCA a également fait part de la poursuite des opérations de désarmement des groupes armés, organisées par le gouvernement centrafricain à Bria, avec l’appui de la MINUSCA« A ce jour, 235 éléments et leaders de différents groupes armés dont le FPRC, l’UPC, le MPC et les Anti-Balakas y ont pris part, tandis que 103 armes, 10 grenades, 13 roquettes, 319 munitions ont été collectées. Après chaque opération, les concernés rentrent dans leurs familles », a indiqué Théophane Kinda.

Dans le cadre de la restauration de l’autorité de l’Etat, Théophane Kinda a souligné que la MINUSCA a appuyé le Ministère de l'Administration Territoriale et de la Décentralisation et les bureaux hors-siège, dans la mise à jour de la présence des autorités administratives à leurs postes en juillet 2021. « Il a été vérifié que 130 sur 174 préfets, sous-préfets, secrétaires généraux de préfectures et secrétaires généraux de sous-préfectures sont présents sur le terrain. Le niveau de déploiement des secrétaires de sous-préfecture reste faible avec seulement 42 présents sur 71 », a-t-il dit, ajoutant que la MINUSCA travaille avec le gouvernement sur le redéploiement des fonctionnaires et la question des fonctionnaires absents.

Pour sa part, la porte-parole de la Police, le Capitaine Mazalo Agba a indiqué que le 30 juillet dernier, la Composante police de la MINUSCA a apporté son appui au transfèrement par vol UN de quatre (04) détenus en provenance de Bangassou. « Auteurs présumés d’association de malfaiteurs et membres de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC), ils ont tous été conduits à la Section de Recherches et des Investigations criminelles sous la couverture sécuritaire de la MINUSCA. En outre, UNPOL a appuyé également, l’évacuation sanitaire le même jour par vol UN, d’une dame blessée lors de l’attaque de la ville d’Obo le 26 juillet », a-t-elle mentionné. Elle a également souligné la poursuite des patrouilles conjointes et mixtes, dans la ville de Bangui « pour la sécurisation des personnes et des biens, lesquelles ont permis l’arrestation de 254 auteurs d’infractions », a-t-elle indiqué.

Enfin, le Porte-parole militaire de la Force de la MINUSCA, le Lieutenant-Colonel Abdoulaziz Fall a annoncé l’arrivé le 3 août à Bangui, de 300 Casques bleus rwandais, venus en renfort à la Mission, dans le cadre de la résolution 2566 du Conseil de sécurité de l’ONU« Ils ont été acceuillis par le Commandant de la Force, le Directeur du soutien à la Mission, ainsi que les autorités nationales à travers le Chef d’Etat-major et de l’inspecteur des armées nationales. Ils seront assignés à la sécurisation de l’axe Bangui – Béloko », a conclu Lieutenant-Colonel Abdoulaziz Fall. 

Distribué par APO Group pour United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in The Central African Republic (MINUSCA).

United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in The Central African Republic (MINUSCA)
Télécharger le logo

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.