Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

La Banque des États de l'Afrique centrale et la Chambre africaine de l'énergie travailleront ensemble pour une implementation raisonable de la nouvelle réglementation FOREX pour l'industrie de l'énergie

La Banque des États de l'Afrique centrale et la Chambre africaine de l'énergie travailleront ensemble pour une implementation raisonable de la nouvelle réglementation FOREX pour l'industrie de l'énergie
Bank of Central African States and the African Energy Chamber to work together on solution for FOREX regulation for energy industry

La Chambre africaine de l'énergie (AEC) (www.EnergyChamber.org), a tenu une réunion avec la Banque centrale des États de l'Afrique centrale (BEAC) pour discuter des effets de la nouvelle réglementation des changes adoptée par la BEAC en décembre 2018, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2022.

La réunion répondait aux préoccupations des entreprises énergétiques opérant dans la région de la CEMAC, selon lesquelles les nouvelles réglementations FOREX étoufferont les investissements, entraîneront des pertes d'emplois, augmenteront les coûts opérationnels, entraîneront une bureaucratie supplémentaire et inutile et finiront par rendre l'industrie énergétique de la région non-competitive, par rapport aux autres régions du monde.

Ces préoccupations sont encore plus pertinentes aujourd'hui, compte tenu des pressions auxquelles l'industrie de la région CEMEC est confrontée, surtout par rapport à la tendance mondiale mondiale vers la transition énergétique.

La délégation de la Chambre, conduite par M. Leoncio Amada Nze, président de la région CEMAC de la Chambre africaine de l'énergie, a remercié la direction de la BEAC, sous la direction de son gouverneur, Abbas Mahamat Tolli, pour ses nombreux efforts depuis l'adoption de la réglementation destiné à répondre au préoccupations des entreprises énergétiques et faciliter sa mise en œuvre. «La BEAC s'est constamment engagée auprès de l'industrie pétrolière et gazière pour répondre à toutes nos préoccupations. Nous croyons qu'il est important d'être pragmatique et de trouver des solutions de bon sens à les préoccupation de l'industrie. ”A déclaré Leoncio Amada Nze. «Cette région a besoin d'attirer les investisseurs et de les encourager. Notre travail à la Chambre de l'énergie est de travailler avec la BEAC vers des politiques de croissance favorables au marché et un environnement propice pour les investisseurs locaux et étrangers», a conclu M. Amada Nze.

Les principes et préoccupations clés concernant la nouvelle réglementation du forex comprennent :

  • Toute transaction supérieure à 1 million de FCFA (environ 1 700 USD) par mois et par entité ou personne attire désormais beaucoup plus de bureaucratie et par conséquent des retards de plusieurs semaines.
  • Les entreprises et les particuliers doivent désormais également recevoir une autorisation de la BEAC avant d'ouvrir un compte en dehors de la région. Il existe de nombreuses raisons valables pour les entreprises de posséder des comptes à l'étranger, notamment pour la facilité des affaires, la facilité des paiements, l'efficacité fiscale et la réduction des coûts de transaction.
  • Comme pour demander une autorisation avant l'ouverture de comptes étrangers, les comptes en devises domiciliés dans la région ne sont désormais plus possibles qu'avec l'autorisation expresse de la BEAC. Les entreprises locales opérant dans le secteur pétrolier et gazier par exemple, qui est dominé par le dollar, seront inutilement exposées aux fluctuations monétaires, grignotant les marges et conduisant à une faible compétitivité vis-à-vis des concurrents étrangers.
  • Enfin, la règlementation demande que les revenus des exportations de FCFA 5 millions et plus soit rapatrié dans les 150 jours à compter de la date d'exportation. Alors que la Chambre africaine de l'énergie comprend la volonté de rapatrier ces produits d'exportation, nous nous attendons à ce que de nombreuses entreprises cherchent à éviter de placer le produit de leurs exportations sous un régime de change très restrictif.

Les représentants de la banque centrale ont expliqué les raisons de la réglementation. Au centre de leurs considerations, se situe le désir de consolider et augmenter les réserves de devises de la région. La Chambre africaine de l'énergie se solidarise à ce désir et reconnaît son importance. Il continuera donc à travailler avec la BEAC  pour trouver des moyens constructifs de répondre aux préoccupations légitimes de l'industrie.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.


Media files
African Energy Chamber
Télécharger le logo

Bank of Central African States and the African Energy Chamber to work together on solution for FOREX regulation for energy industry
African Energy Chamber

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.