Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Le Mozambique peut tirer pleinement parti de la production de gaz naturel (Par Florival Mucave)

Le Mozambique peut tirer pleinement parti de la production de gaz naturel (Par Florival Mucave)

Par Florival Mucave, president, Mozambique Oil & Gas Chamber (http://EnergyChamber.org)

Pendant trop longtemps, les descriptions du Mozambique ont contenu quelques variantes de ce qui suit : Le Mozambique, l'un des pays les moins avancés les plus pauvres du monde, est confronté à des sécheresses endémiques, des inondations et une pauvreté généralisée.

Mais nous sommes plus près que jamais de changer ce discours, de pouvoir dire : en gérant stratégiquement ses vastes ressources en gaz naturel, en les monétisant et en les exploitant pour industrialiser le pays et développer son secteur privé, le Mozambique inaugure une nouvelle ère de croissance économique généralisée et de stabilité.

Malheureusement, tout le monde n'est pas d'accord avec cette vision. Un certain nombre d'organisations environnementales soutiennent que les avantages de la production de gaz naturel au Mozambique sont négligeables et ne valent pas les coûts environnementaux.

Le mois dernier, le président de la Chambre africaine de l'énergie, NJ Ayuk, a plaidé pour que le Mozambique développe ses ressources en gaz naturel pour construire son économie. Il a critiqué certains groupes environnementaux, notamment Friends of the Earth, basés au Royaume-Uni, pour avoir tenté d'interférer avec l'engagement de financement d'un milliard de dollars du gouvernement britannique au projet de gaz naturel liquéfié (GNL) de Total au Mozambique. (L'agence de crédit à l'exportation UK Export Finance, avait accepté de contribuer au financement en raison du potentiel du projet à transformer le budget du Mozambique et à créer des emplois au Royaume-Uni.)

Peu de temps après que M. Ayuk a publié son article, le journaliste Ilham Rawoot, qui travaille pour Friends of the Earth Mozambique (Justica Ambiental) et est le coordinateur de la campagne « No to Gas! » de cette organisation, a répondu par un article d'opinion tout aussi passionné s'opposant à sa position. Elle a contesté le commentaire de M. Ayuk sur l’ingérence des écologistes et ses opinions sur les avantages potentiels du GNL, et elle a affirmé que le Mozambique serait mieux sans production de gaz naturel ou projets de GNL.

Je respecte le droit de Mme Rawoot d’exprimer ses vues sur l’Afrique ou sur toute autre question.

Je souhaite seulement qu'elle, et d'autres qui ont l'intention de dire « non au gaz » au Mozambique, puissent commencer par faire une analyse approfondie des avantages et des inconvénients du Mozambique qui développe ses vastes réserves de gaz naturel. Les retombées et effets multiplicateurs en termes de développement socio-économique, de la formation et du renforcement des capacités, de l'emploi, des recettes publiques, de l'industrialisation en passant par l'utilisation du gaz domestique et la sécurité énergétique. La production de gaz naturel représente véritablement une opportunité pour les Mozambicains, et il y a de bonnes raisons de croire que le Mozambique peut prendre les mesures nécessaires pour tirer des bénéfices significatifs des trois projets GNL actuellement développés ici : le projet Total LNG, évalué à 23 milliards de dollars; le projet Rovuma dirigé par ExxonMobil évalué à 23,9 milliards de dollars; et le projet Coral Floating LNG de 4,7 milliards de dollars. Mais pas seulement, j’ai été témoin de l’impact positif des industries du gaz naturel dans d’autres juridictions, en Trinité-et-Tobago, au Qatar, au Nigéria, en Australie, en Norvège et aux États-Unis d’Amérique. Telles sont quelques-unes des raisons pour lesquelles je suis confiant lorsque je dis que les Mozambicains peuvent changer la trajectoire de notre pays pour le mieux : nous pouvons transformer notre réalité grâce à nos ressources.

Nous avons besoin de cette opportunité

De mon point de vue, nous devons saluer l’industrie du gaz naturel du Mozambique et les projets de GNL, surtout parce qu’il existe des preuves empiriques démontrant qu’au Mozambique, les avantages tangibles résultant des projets de GNL l'emportent de loin sur tout impact négatif. Actuellement, les opportunités économiques au Mozambique sont au minimum et la production de gaz naturel a le potentiel de répondre simultanément à de multiples besoins urgents : création d'emplois, renforcement des capacités, diversification économique, accès à l'électricité et, plus important encore, réduction de la pauvreté.

Afin d'avoir un développement économique durable, grâce à l'industrialisation, le Mozambique doit accroître l'accès à l'électricité. La loi mozambicaine sur le pétrole 21/2014 stipule que « les ressources pétrolières sont des actifs dont la bonne exploitation peut contribuer de manière significative au développement national ». Cette position est également reprise dans le plan directeur du gaz mozambicain, qui suggère que le gouvernement du Mozambique devrait développer les ressources naturelles d'une manière qui maximise les avantages pour la société mozambicaine, afin d'améliorer la qualité de vie de la population du Mozambique, tout en minimisant et les impacts environnementaux.

Tant de nos luttes au Mozambique sont enracinées dans notre manque d'électricité fiable : seulement 29% de notre population a accès à l'électricité. Afin de lutter contre l'accès limité à l'électricité des Mozambicains, la loi pétrolière 21/2014, intègre une clause sur le gaz domestique, selon laquelle 25% du gaz naturel produit au Mozambique doit être utilisé sur le marché intérieur. En raison des obligations nationales en matière de gaz, nous commençons à voir de nouveaux investissements importants dans des projets de gaz à énergie au Mozambique, tels que le projet Ressano Garcia CTRG, le projet Kuvaninga, le prochain projet régional d'électricité de Temane, qui comprendra une centrale à gaz de 400 mégawatts. – et la centrale électrique prévue de 250 mégawatts dans le district de Nacala qui sera alimentée au gaz du bassin de Rovuma au Mozambique.

Gardez le long jeu à l'esprit

Dans son article d’opinion, Mme Rawoot déclare que peu d’emplois dans la construction de l’usine de GNL de Total sont allés aux locaux, et elle a raison. Mais pour être honnête, l’industrie du GNL au Mozambique en est à ses balbutiements et nous n’avons pas encore la main-d’œuvre qualifiée capable de participer à l’industrie pétrolière et gazière. Même si nous aimerions qu'une majorité de 70% de Mozambicains construisent tout, nous avons encore besoin d'entreprises internationales dotées des compétences nécessaires pour faire le travail dans les délais et le budget. La formation est en cours, mais l'expérience et le savoir-faire technique ne sont pas encore là. Cependant, cela ne signifie pas que nous devons tuer les projets. Nous devons faire avancer, et en même temps, travailler à l'élaboration de lois sur le contenu local qui favorisent la participation inclusive des Mozambicains dans l'industrie pétrolière et gazière. J’espère que nous verrons la communauté environnementale occidentale soutenir ces efforts. Ils peuvent être une voix puissante et importante sur l'importance du contenu local qui promeut la participation inclusive et durable des Mozambicains dans les projets pétroliers et gaziers.

Lorsque la Chambre mozambicaine du pétrole et du gaz et la Chambre africaine de l’énergie parlent de création d’emplois à partir de projets de GNL, nous ne parlons pas simplement d’emplois dans la construction. Nous parlons aussi d’emplois qualifiés et hautement qualifiés dans les usines une fois qu’elles seront opérationnelles, d’emplois avec des entreprises locales sous-traitantes, mais aussi d’emplois créés lorsque le Mozambique exploite son industrie du gaz naturel pour industrialiser son économie.

Le gaz n'est que le début

L'industrie du tourisme en Afrique australe connaissait une croissance exponentielle avant le Covid-19 et renaîtra après la pandémie. Le gaz naturel du Mozambique peut être un catalyseur de la croissance de l’industrie du tourisme. Le gouvernement mozambicain a le tourisme comme l'un de ses piliers économiques et bien que l'industrie du tourisme ait été gravement touchée par les cyclones et le Covid-19, son grand potentiel reste inexploité.

Malgré son grand potentiel, l’industrie touristique du Mozambique ne pourra pas se développer et prospérer sans une alimentation électrique fiable. Même avec nos plages immaculées et certaines des plus belles îles du monde, seuls quelques touristes viendront si nous n’avons pas d’énergie fiable. Nous voulons que les touristes puissent profiter de notre beau pays et nous voulons un secteur touristique dynamique qui contribue à la croissance économique à long terme et à la création d'emplois. Pour y parvenir, nous avons besoin d'une énergie fiable, nous avons besoin d'infrastructure. Le Mozambique peut réaliser tout cela avec la production et les revenus de GNL.

L'impact de la production de gaz naturel au Mozambique sur l'industrie agricole

Dans son plan économique quinquennal, le gouvernement du Mozambique a indiqué que l'agriculture était sa priorité absolue. Actuellement, près de 80% de notre population travaille dans le secteur agricole, et il génère environ 25% de notre PIB. Cependant, en raison de faibles niveaux de productivité, trop de nos agriculteurs vivent encore dans une pauvreté abjecte. Cela peut être changé, cependant. En utilisant simplement des engrais, les agriculteurs peuvent augmenter leur rendement de près de 40%. Alors que les engrais importés sont trop chers pour la majorité de nos agriculteurs, le Mozambique peut créer une option plus abordable. En construisant des infrastructures pour transformer le gaz naturel en engrais azotés, non seulement le Mozambique aiderait ses agriculteurs, mais cela créerait également des emplois locaux. Le Mozambique pourrait réduire considérablement ses importations de produits agricoles d'Afrique du Sud et devenir une source de nourriture abordable pour la consommation intérieure.

La monétisation du gaz naturel est faisable

Je comprends pourquoi certains sont sceptiques quant à la capacité du Mozambique et sont résolus à gérer les revenus du GNL d’une manière qui profite à notre population. C’est vrai : l’industrie pétrolière et gazière n’a pas toujours été bonne pour les Africains. Nous avons vu notre part de recherche de rente gouvernementale et de corruption sur le continent africain. Nous avons également vu l’impact de la malédiction des ressources, voire de la malédiction des pré-ressources. C'est pourquoi la Chambre du pétrole et du gaz du Mozambique, M. Ayuk, la Chambre africaine de l'énergie et d'autres organisations pétrolières et gazières africaines travaillent ensemble pour changer le sombre discours de l'industrie pétrolière et gazière en Afrique. Nous sommes de nouvelles voix africaines dans l'industrie, engagées pour la transparence, la bonne gouvernance, la croissance économique et le développement durable.

Je suis certain que le Mozambique peut tirer parti des douloureuses leçons que certains pays africains producteurs de pétrole ont tirées jusqu'à présent, des politiques désastreuses à la diversification réussie de leurs économies. Nous pouvons également tirer des leçons d’exemples positifs, comme l’île jumelle de Trinité-et-Tobago, qui, comme le Mozambique, possède d’importantes réserves de gaz naturel. Les initiatives gouvernementales à Trinité-et-Tobago ont conduit à d'importants investissements étrangers dans des projets en aval basés sur le gaz. Et cela, à son tour, a déclenché une activité accrue dans les secteurs de la construction, de la distribution, des transports et de la fabrication.

Regarder les émissions en proportion

Naturellement, la protection de l’environnement est une préoccupation majeure de Mme Rawoot, de Justica Ambiental et d’organisations similaires – et c’est très important pour nous.

La demande mondiale d'électricité devrait augmenter de 70% d'ici 2035, la production au gaz doublant presque pour faciliter cela. On s'attend également à ce que la part du gaz naturel dans le mix énergétique mondial soit supérieure à celle du charbon et du pétrole d'ici 2035.

La croissance projetée dans le secteur de l'énergie doit tenir compte des préoccupations croissantes concernant le changement climatique. Mais lutter efficacement contre le changement climatique ne doit pas entrer en conflit avec le progrès humain et la réduction de la pauvreté.

En ce qui concerne le gaz naturel, sa portée dans la réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2) est importante, car le gaz naturel avec une teneur en carbone par défaut inférieure à 15,3 Kg / GJ est une option plus propre par rapport au charbon à coke (25,8 Kg / GJ) et pétrole brut (20 Kg / GJ). Le gaz naturel est en effet une option pour atteindre des objectifs d'émissions industrielles. En d'autres termes, le gaz naturel est un combustible de pont en offrant une alternative énergétique à faible émission de carbone aux autres sources de combustibles fossiles.

Qu'en est-il de l'impact environnemental potentiel de l'utilisation du gaz naturel pour alimenter l'Afrique ? On a estimé que si nous triplions la consommation d'électricité en Afrique subsaharienne, le tout avec du gaz naturel, nous produirions l'équivalent de 0,62% des émissions mondiales annuelles – moins que l'augmentation annuelle moyenne mondiale au cours de la dernière décennie.

Au Mozambique, étant donné notre propension naturelle aux cyclones et autres catastrophes naturelles, la protection de nos habitats naturels et de notre faune ainsi que la préservation de la santé de la planète pour les générations futures est depuis longtemps une priorité et le restera. Cependant, plutôt que de rejeter les projets de GNL, nous devrions travailler ensemble pour trouver un moyen de les développer de manière écologiquement responsable.

Les Mozambicains ont leur mot à dire dans le processus de réinstallation des Afungi

Dans son article d’opinion, Mme Rawoot soutient que l’usine de GNL de Total représente non seulement une menace environnementale, mais aussi une menace pour les populations et les communautés locales. Total, écrit-elle, a saisi les maisons de 556 familles pour leur projet d'usine de GNL et n'a pas réussi à les indemniser équitablement. Ces allégations ne sont pas fondées. C'est une question qui a fait l'objet de discussions approfondies entre la société civile et le gouvernement mozambicain. Actuellement, le gouvernement est engagé dans des conversations fructueuses avec les citoyens et les entreprises à ce sujet. En outre, les sociétés pétrolières et gazières du Mozambique ont été très sensibles aux problèmes qui ont un impact sur les communautés et ont encouragé les communautés à être actives dans le processus d'acquisition des terres, un processus qui comprend la réinstallation, l'indemnisation, la restauration des moyens de subsistance et la création d'un fonds de développement communautaire pour les communautés affectées par la réinstallation. De plus, par l'intermédiaire d'une organisation non gouvernementale (ONG), une assistance juridique a été fournie aux ménages signant des accords d'indemnisation et de réinstallation.

Supprimons un facteur de violence

Je ne nierai pas l’argument de Mme Rawoot selon lequel le Mozambique a des difficultés, notamment des conflits armés et des attaques terroristes. L'insurrection à Cabo-Delgado est un fait et il n'y a pas de solution simple à ce dilemme. Je pense cependant que notre gouvernement, en partenariat avec la société civile et la communauté internationale, parviendra à une solution pacifique durable, condition sine qua non pour une exploitation viable du gaz naturel à Cabo-Delgado.

Je suis également d'accord avec le journaliste Oscar Kimanuka du Rwanda, qui a récemment noté que le chômage dans le nord du Mozambique peut être un facteur clé pour que les jeunes rejoignent les extrémistes.

Il semble donc logique que la création d’emplois puisse, au moins, rendre plus difficile le recrutement de nos jeunes par des groupes militants extrémistes et des terroristes. Par conséquent, exploiter nos ressources en gaz naturel pour faire croître notre économie est une solution durable.

Les Mozambicains méritent une chance de s'aider eux-mêmes

Je comprends que le Mozambique a sa part de défis complexes et que le gaz naturel n’est pas une solution parfaite. Dans le même temps, il est absurde de la part de Mme Rawoot de suggérer que le Mozambique doit mettre en péril un investissement projeté dans le GNL d'environ 55 milliards de dollars américains, soit quatre fois la taille du PIB du pays et renoncer aux revenus du gouvernement au cours des 25 prochaines années qui sont devrait augmenter de 4 à 5 milliards de dollars par an.

Le Mozambique ne peut pas se permettre de continuer d’être un pays où le budget de notre gouvernement dépend de la bonne volonté des donateurs internationaux. Nous voulons que les Mozambicains aient la dignité de travailler et de bâtir une nation inclusive et respectable. Exploiter le gaz naturel pour lutter contre la pauvreté est une solution appropriée.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Media files
African Energy Chamber
Télécharger le logo

Mozambique can realize full benefits of Natural Gas Production (By Florival Mucave)
African Energy Chamber

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.