Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Il est temps pour la profession juridique d’accepter le changement (Par NJ Ayuk)

Il est temps pour la profession juridique d’accepter le changement (Par NJ Ayuk)

Par NJ Ayuk, PDG, Centurion Law Group

Dans les meilleures circonstances économiques, payer pour des services juridiques peut être difficile pour les petites entreprises et les startups. Avec la pandémie COVID-19 qui fait actuellement des ravages sur l'économie mondiale – et les flux de trésorerie des entreprises – il y a de fortes chances que les entreprises du monde entier mettent leurs besoins juridiques en veilleuse. Ce ne serait pas la première fois ; pendant la Grande Récession, par exemple, la croissance de la demande de services de cabinets d'avocats américains est passée de 4,1% en 2007 à -5,1% en 2009.

Si le report actuel des services juridiques, compte tenu des conditions du marché, est compréhensible, il s’agit d’une pratique risquée qui expose les entreprises à des oublis dans des domaines allant de la rédaction de contrats à l’établissement de politiques de l’emploi. Cela, à son tour, augmente le risque de responsabilité coûteuse alors qu'il pourrait être plus difficile que jamais pour les entreprises de payer pour une défense juridique ou des règlements.

Le fait est que des services juridiques de qualité ne devraient pas être hors de portée financière des entreprises, quelle que soit leur taille, et il appartient à la profession juridique de s’assurer qu’ils ne le soient pas. Nous devrions apporter des changements significatifs à notre mode de fonctionnement qui répondront aux besoins des entreprises maintenant et pendant toute nouvelle normalité économique à laquelle nous sommes confrontés après la pandémie.

Plus tôt cette année, American Lawyer a félicité les avocats nord-américains pour « se mettre à la hauteur » en maintenant une communication ouverte avec les clients et en faisant preuve de souplesse dans la façon dont ils offraient des services pendant les périodes difficiles.

Plus d’entre nous, dans le monde, devraient en faire de même.

Je crois qu'offrir des services juridiques flexibles, également appelés services juridiques à la demande, est un pas important dans cette direction. Les modèles flexibles permettent aux entreprises de travailler avec des avocats haut de gamme pour des projets donnés, et surtout pour beaucoup moins d'argent qu'elles ne dépenseraient pour engager un cabinet d'avocats ou employer un avocat interne. Les entreprises ont accès à des services juridiques abordables sans sacrifier pour autant leur qualité. Ce modèle aide également les avocats en leur offrant des opportunités de travail qu'ils n'auraient pas nécessairement autrement et en leur donnant plus de contrôle sur leurs heures.

Centurion Law Group a lancé un modèle de services flexibles, Centurion Plus, dans nos bureaux de Berlin et de Francfort, en Allemagne, plus tôt cet été. Nous ne sommes pas les premiers à proposer cette option, mais nos recherches ont montré que les services juridiques flexibles continuaient à manquer en Europe et dans de nombreux pays du monde. J'espère que d'autres cabinets d'avocats suivront notre exemple : ce serait bénéfique pour nos clients et pour la profession juridique.

Le modèle flexible rend les services juridiques de qualité abordables

Bien que les programmes de services juridiques flexibles varient selon le fournisseur, l'idée générale est que les entreprises travaillent avec des avocats sur des projets donnés. Les entreprises qui offrent ce service cultivent de grands bassins d'avocats agréés avec un large éventail de spécialités qui travaillent sur une base contractuelle. Lorsqu'une entreprise les contacte avec un besoin, des avocats qualifiés peuvent accepter le projet et se mettre immédiatement au travail. Dans la plupart des cas, les avocats travaillent à distance. Il n’existe aucune obligation pour les avocats de respecter les quotas d’heures facturables, et leurs tarifs ne tiennent pas compte des avantages sociaux ni des frais généraux. Tout cela rend les services juridiques flexibles pratiques et abordables, même pour les entreprises aux ressources financières limitées.

Le modèle flexible aide les avocats

Le modèle flexible répond également aux besoins des avocats et, à l’époque du COVID-19, il protège les moyens de subsistance des avocats participants. Au lieu de faire face au risque de licenciements, les avocats du modèle flexible sont plus susceptibles de continuer à travailler car ils représentent une option plus abordable que les associés de cabinets d'avocats traditionnels ou les avocats internes. De plus, dans un modèle flexible, les avocats participants peuvent être « partagés » entre les départements, et même entre les cabinets d'avocats ayant des accords en place, ce qui leur donne plus de possibilités d'être mis en relation avec des clients qui ont besoin de leurs compétences et de leur expertise.

Le modèle flexible prend également en compte les besoins des avocats ayant des enfants : pratiquer le droit en cas d'incertitude quant au maintien des écoles peut être extrêmement difficile. En Allemagne, par exemple, le gouvernement espèrent que les écoles pourront continuer les cours en personne, mais il n'y a aucune garantie. Pour les avocats ayant des enfants, des horaires flexibles et la possibilité de travailler à domicile peuvent être inestimables. De plus, travailler à distance dans le cadre d'un programme de services juridiques flexible est idéal pour les avocats qui ont des problèmes de santé sous-jacents ou des membres de famille vulnérables qui ne peuvent pas risquer d'être exposés au COVID-19. Même lorsque nous revenons à une économie forte et que la pandémie appartient au passé, des modèles flexibles donneront aux avocats la possibilité d'éviter les longues journées de travail qui sont courantes dans notre profession tout en poursuivant leur passion.

Nous devons être innovants

Comme je l'ai mentionné, un service juridique flexible n'est pas un concept nouveau. En fait, certaines entreprises américaines et européennes ont commencé à offrir ce service il y a plus de dix ans, au lendemain de la Grande Récession. Nous avons simplement besoin de voir plus d'entreprises dans le monde disposées à adopter ce nouveau modèle – et à continuer d'innover à partir de là. Les entreprises devraient examiner les besoins et les points faibles des clients potentiels, et trouver comment y remédier. Nous devrions chercher des moyens de soutenir les gens de notre profession, à tous les niveaux, et trouver comment les aider à réussir. Les entreprises qui réussissent dans d'autres domaines sont en constante évolution, en résolution de problèmes et, si nécessaire, en se réinventant. Les cabinets d'avocats devraient faire de même.

Si nous voulons être efficaces à l'ère du COVID et dans tout ce qui va suivre, nous devons être prêts à rompre avec la tradition et à adapter de nouvelles façons créatives de fonctionner. Nous devons commencer à regarder vers l’avenir dès maintenant afin de pouvoir répondre avec succès aux besoins des clients à l’avenir.


Distribué par APO Group pour Centurion Law Group.

Media files
Centurion Law Group
Télécharger le logo

NJ Ayuk, CEO, Centurion Law Group
Centurion Law Group

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.