Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Coronavirus - Maurice : Décisive et à point nommé - La réponse de Maurice freine la COVID-19

Coronavirus - Maurice : Décisive et à point nommé - La réponse de Maurice freine la COVID-19

Fin janvier 2020, le service d'isolement de l'hôpital de Souillac, au sud de Port Louis, comptait six personnes en quarantaine. Elles étaient arrivées par avion de la ville de Wuhan à la capitale mauricienne. C'était bien avant que l'île de l'océan Indien ne confirme ses premiers cas de COVID-19, mais des mesures strictes étaient déjà en vigueur pour détecter et empêcher la propagation du virus.

Lorsque le pays a signalé les premiers cas le 18 mars, il n'a fallu que cinq semaines pour ramener les infections d'un groupe de transmission locale à zéro cas, devenant ainsi le premier en Afrique à contenir la propagation de la COVID-19. Ce succès est largement dû à la rapidité avec laquelle le pays a mis en œuvre une série de mesures de prévention et de contrôle rigoureuses.

« Notre réponse nationale est intervenue à point nommé et de manière décisive », a déclaré le Premier ministre Pravind Kumar Jugnauth en août dernier lors de la réunion annuelle du Comité régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui réunit les ministres africains de la Santé et les représentants des gouvernements.

Peu après la détection des premiers cas, Maurice a imposé un confinement national, renforcé le dépistage, la recherche des contacts et la sensibilisation du public aux mesures préventives. Elle a également intensifié les tests et investi davantage de ressources dans la lutte, en se procurant des médicaments et du matériel.

Des équipes d'intervention rapide ont été mises en place et déployées dans chaque hôpital régional, et tous les travailleurs de la santé participant à la prévention et au contrôle de la COVID-19 ont été dotés d'équipements de protection individuelle. Le gouvernement a également veillé au bien-être du personnel de santé. Tous ceux qui travaillent dans des centres de quarantaine ou de traitement ont reçu 10 jours de congé après chaque semaine de travail, ils sont ensuite testés deux fois et autorisés à reprendre le travail si les deux tests sont négatifs.

Le ministre de la Santé, Dr Kailash Kumar Jagatpal, a déclaré que la recherche méticuleuse des contacts « a aidé le pays à sauver de nombreuses vies ». Le Groupe de travail national sur la COVID-19, présidé par le Premier ministre Jugnauth et se réunissant quotidiennement, a fait de la recherche des contacts, des tests et du traitement les piliers de la réponse.

Au 31 août, Maurice avait effectué plus de 226 000 tests comprenant 160 315 tests d'antigène rapide et plus de 66 000 tests d'amplification en chaîne par polymérase – le diagnostic de référence de la COVID-19. Elle ne compte que 11 cas actifs – tous importés – et n'a plus de transmission locale depuis le 26 avril 2020. 

L'expérience de cette île dans la gestion des épidémies de paludisme, de chikungunya et de dengue et son système de surveillance bien établi ont été une aubaine pour la détection et la réponse à la COVID-19.

Maurice faisait partie des 13 pays africains identifiés par l'OMS au début de la pandémie de COVID-19 comme étant à haut risque en raison du volume élevé de voyages internationaux, de la forte prévalence des maladies non transmissibles, de la forte densité de population et de la longue espérance de vie – les personnes âgées sont considérées comme étant plus exposées au risque de maladie grave lié à la COVID-19. Une première modélisation de l'OMS prévoyait environ 90 000 cas modérés, graves ou critiques et plus de 800 décès à Maurice si les mesures d'endiguement échouaient.

Grâce à la solide réaction du pays, 356 cas et 10 décès ont été enregistrés à ce jour.

Un fort engagement politique, une préparation rigoureuse et une coordination de la réponse, dans lesquels l'OMS a joué un rôle clé, ont permis de freiner le virus. « J'apprécie que toutes les orientations techniques données par l'OMS aient été prises en compte par le gouvernement de Maurice », a déclaré Dr Laurent Musango, représentant de l'OMS à Maurice.  

Une grande partie du mérite revient également au système de santé publique performant du pays. Maurice consacre environ 5 % de son PIB à la santé. La moyenne pour l'Afrique subsaharienne est d'environ 6,2 %.  Maurice obtient des résultats comparables à ceux des pays à revenu élevé sur de nombreux indicateurs de santé, tels que l'espérance de vie et les taux de mortalité infantile ou maternelle.

« Pour parvenir à une couverture sanitaire universelle, nous avons mis en place un système de santé publique qui est gratuit, accessible et développé, des soins de santé primaires aux services spécialisés », a déclaré le Premier ministre Jugnauth, expliquant que le pays investira quelque 1,7 milliard de dollars dans le secteur de la santé publique au cours des cinq prochaines années.

« Il est crucial de disposer d'un système de santé efficace à un moment où nous sommes confrontés à la pandémie de COVID-19 », a-t-il déclaré. « Le gouvernement continue à investir de manière significative dans le secteur de la santé pour les générations actuelles et futures. »


Distribué par APO Group pour WHO Regional Office for Africa.WHO Regional Office for Africa
Télécharger le logo

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.