Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

« Perspectives économiques en Afrique 2020 » : l’Afrique de l’Est demeure la région la plus dynamique du continent malgré la pandémie de Covid-19

« Perspectives économiques en Afrique 2020 » : l’Afrique de l’Est demeure la région la plus dynamique du continent malgré la pandémie de Covid-19

Le Covid-19 ralentit la croissance en Afrique de l’Est, qui reste toutefois la plus forte du continent; le rapport appelle à une transition vers des activités à plus forte valeur ajoutée pour renforcer la résilience aux chocs.

Malgré les perturbations causées par la pandémie de Covid-19, l’Afrique de l’Est demeure la région la plus dynamique du continent, selon les « Perspectives économiques régionales 2020 », publiées, le 8 juillet à Nairobi, par la Banque africaine de développement (www.AfDB.org).

Compte tenu de l’impact économique de la pandémie de Covid-19 sur la région, le rapport fait état de prévisions de croissance de 1,2% en 2020 en Afrique de l’Est, soit une chute d’environ 4% par rapport aux prévisions d’avant Covid-19. Cependant, cette croissance devrait rebondir en 2021 à 3,7 % si le virus est sous contrôle d’ici au troisième trimestre de cette année.

Avant la pandémie de Covid-19, la croissance économique de l’Afrique de l’Est pour l’année 2020 était prévue à plus de 5 %, contre 3,3 % pour le continent et 2,9 % pour la croissance mondiale. Les chocs induits par le Covid-19 et une invasion de criquets ont contribué à des pertes d’emplois et à des besoins humanitaires accrus, qui aggraveront la pauvreté et les inégalités de revenus. Dans la perspective la plus défavorable celle où la pandémie persisterait jusqu’à la fin de 2020 la Banque prévoit une croissance de 0,2 % en 2020 pour la région (contre -1,7 % et -3,4 %).

Le ministre du Travail du Kenya, Simon Kiprono Chelugui, a déclaré, lors du lancement du rapport, que les pays d’Afrique de l’Est pourraient surmonter les effets du Covid-19 et redresser leur économie en atténuant les risques externes et internes. « Nous devons mettre en place des mesures de lutte fermes et coordonnées pour contenir la propagation du Covid-19, atténuer ses effets sanitaires et socio-économiques, accélérer le rythme de la transformation structurelle, améliorer les conditions d’investissement et maintenir la paix et la sécurité de notre région », a-t-il déclaré.

Les « Perspectives économiques régionales de l’Afrique de l’Est 2020 » montrent que la pandémie de Covid-19 affectera à plusieurs niveaux les économies de l’Afrique de l’Est : chute des cours des matières premières et des échanges commerciaux, et restrictions sur les déplacements avec un impact négatif important sur le secteur du tourisme. L’affaiblissement des flux financiers a affecté le solde budgétaire et celui des paiements courants de la région, tandis que les perturbations dans les chaînes d’approvisionnement ont pénalisé la production et la distribution des biens alimentaires, note le rapport. Avec la fermeture des écoles, environ 90 millions d’élèves ont été privés des salles de classe.

La directrice générale du Bureau régional de l’Afrique de l’Est de la Banque, Nnenna Nwabufo, a confirmé l’assistance de de la Banque pour permettre à la région de sortir de la crise. « Notre ambition est de lutter contre les retombées négatives de la pandémie de Covid-19 et de faire en sorte que le développement social et économique sur le continent connaisse une accélération, notamment grâce à la création d’une main-d’œuvre africaine pour demain », a-t-elle affirmé.

La Banque a réagi rapidement en apportant, en urgence, le soutien nécessaire pour faire face aux répercussions immédiates de la pandémie de Covid-19. L’institution a notamment fourni une aide de 212 millions de dollars américains au Kenya, 165 millions de dollars à l’Éthiopie, 4 millions de dollars au Soudan du Sud, et 10 millions de dollars aux Seychelles.

Le rapport appelle à des mesures urgentes pour amortir les effets de la pandémie de Covid-19, et d’autres chocs. « Les pays d’Afrique de l’Est devraient accélérer le rythme d’une véritable transformation structurelle en passant d’une production à faible valeur ajoutée à des activités à plus forte valeur ajoutée, qui pourraient limiter leur vulnérabilité aux chocs intérieurs et extérieurs », a déclaré Marcellin Ndong Ntah, un des deux économistes en chef de la Banque en Afrique de l’Est.

Outre la présentation d’une analyse de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la région, le rapport a traité la question de la formation de la main-d’œuvre en Afrique de l’Est. « Pour développer les compétences de la main-d’œuvre de demain, il est urgent de procéder à de vastes réformes dans l’éducation, d’investir dans les technologies de l’éducation, de lutter contre les facteurs qui empêchent les enfants d’aller à l’école et d’établir des liens entre le monde universitaire et l’industrie », a suggéré Edward Sennoga, l’autre économiste en chef de la Banque en Afrique de l’Est.

Selon Julius Mukunda, directeur éxécutif du Civil society advocacy Group (Groupe de défense des droits de la société civile) en Ouganda, les pays de l’Afrique de l’Est, pour favoriser la croissance, doivent éliminer la corruption et investir dans des domaines, dans lesquels la région dispose d’atouts uniques, comme la production alimentaire, non seulement pour produire mais également pour générer des revenus pour les agriculteurs afin de les aider à limiter les impacts du Covid-19 sur leur activité.

Cliquez ici (https://bit.ly/2PjsGnS) pour accéder à l’intégralité du rapport.


Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).

Contact du presse :
Amba Mpoke-Bigg
Département de la communication et des relations extérieures de la Banque africaine de développement
E-mail : a.mpoke-bigg@afdb.org


African Development Bank Group (AfDB)
Télécharger le logo

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.