Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

L’ouverture d’un nouveau chapitre pour l’industrie pétrolière de l'Afrique de l'Est

L’ouverture d’un nouveau chapitre pour l’industrie pétrolière de l'Afrique de l'Est

La récente acquisition par Total de la totalité des intérêts de Tullow Oil dans le projet de développement du lac Albert en Ouganda, y compris l’oléoduc d’Afrique de l’Est, marque le début d’un nouveau chapitre pour l’industrie énergétique de l’Afrique de l’Est. Pour disséquer l'accord et discuter de ses implications plus larges pour la région, la Chambre africaine de l'énergie (www.EnergyChamber.org) a organisé un webinaire avec d'éminents experts régionaux de l'industrie, organisé conformément à la règle de Chatham House.

Donnant la parole à responsables et des représentants clés de la Stanbic Bank, de la Standard Bank, de Shell, de Baker Hughes et de la Kenya National Oil Company, le webinaire a été modéré par Eng. Elizabeth Rogo, fondatrice et PDG de TSAVO Oilfield Services et présidente de l'Afrique de l'Est à la Chambre africaine de l’énergie.

Bonne ou mauvaise affaire ?

En vertu de l'accord annoncé la semaine dernière, la contrepartie globale versée par Total à Tullow sera de 575 millions de dollars, avec un premier paiement de 500 millions de dollars à la clôture et de 75 millions de dollars lorsque les partenaires prendront la décision finale d'investissement (DFI) pour lancer le projet. Aux termes de l’accord, Total acquerra la totalité de la participation actuelle de 33,3334% de Tullow dans chacun des permis EA1, EA1A, EA2 et EA3A du projet du lac Albert et du système proposé de pipelines de pétrole est-africain (EACOP). Le projet du lac Albert, également appelé projet Tilenga, a une capacité de production pouvant atteindre 230 000 b/j, ce qui propulserait l’Ouganda dans le top 5 des producteurs de pétrole d’Afrique subsaharienne. En outre, la raffinerie proposée de 60 000 b/j et certains des problèmes majeurs associés au projet ont été mentionnés.

L'accord est gagnant-gagnant pour toutes les parties prenantes impliquées. Premièrement, pour Total, qui finit par acquérir la totalité des intérêts de Tullow Oil dans le projet de développement du lac Albert pour moins de $2/baril. Ensuite, pour Tullow Oil, dont la dette augmente et qui cherche à lever 1 milliard de dollars en vendant certains de ses principaux actifs. Les actions de la société ont augmenté significativement lors de l'annonce de l'accord. Enfin, c'est une victoire pour l'industrie pétrolière ougandaise et les emplois locaux. Après des années de délibérations et de débats, la clôture de la vente permet au pays et aux compagnies pétrolières d’orienter la conversation vers la DFI et le développement de projets concrets. Elle envoie également des signaux forts au reste de la région, et au Kenya en particulier, pour qu'elle fasse tout son possible pour libérer son propre potentiel pétrolier et gazier.

Bien que la visibilité sur le calendrier de la DFI reste incertaine, le projet est très compétitif même dans un environnement de prix du pétrole bas. Le coût par baril du projet de développement du lac Albert est en effet estimé entre $20 et $25. Cela s’explique en partie parce que les hydrocarbures du pays se trouvent dans des gisements peu profonds qui nécessitent moins de forage et qui n’ont pas besoin d’autant de tubages de travaux de forage. Alors que Total suit une tendance mondiale de réduction drastique des dépenses à la lumière de la pandémie de COVID-19 et de l'effondrement de la demande et des prix du pétrole, les aspects économiques du projet en font l'un des plus susceptibles d'obtenir une DFI dans un avenir proche.

Une question clé sans réponse pour le moment est de savoir si CNOOC exercera ses droits de préemption en vertu des accords d'exploitation conjointe qu'elle a avec Tullow Oil et Total en tant que partenaire de coentreprise, comme elle l'avait fait lors de la vente ratée de 2019. Un scénario dans lequel la major chinoise exerce à nouveau ses droits de préemption est très probable et dépendra in fine de la stratégie globale de la Chine pour la région de l'Afrique de l'Est.

La question de l’oléoduc

L'avancement du projet de développement du lac Albert et de son pipeline d'exportation est une avancée majeure qui réduit les risques d'autres projets pétroliers et gaziers potentiels en Afrique de l'Est et les rend attractifs pour les investissements. Compte tenu de la dynamique actuelle de l'industrie, les participants ont convenu qu'un scénario dans lequel deux pipelines régionaux seraient construits n'était plus une possibilité et que le l’oléoduc d'Afrique de l'Est (EACOP) serait celui qui était le plus susceptible d'être exécuté.

L’EACOP était cependant une question qui, selon les participants, pourrait devenir litigieuse pour l’exécution du projet du lac Albert et le développement du secteur pétrolier de la région. Des questions clés sont en manque de réponse, notamment en ce qui concerne l’environnement commercial de la Tanzanie et la capacité du pays à fournir une certitude dan ses politiques commerciales et fiscales quant à la réalisation d’une telle infrastructure. Que la Tanzanie décide de s'en tenir à un environnement commercial favorable et de démontrer sa volonté de compromettre avec des investisseurs internationaux après des années de nationalisme des ressources naturelles reste une autre question sans réponse.

La manière dont l’exécution du pipeline évoluera déterminera beaucoup l’avenir de l’industrie pétrolière de l’Afrique de l’Est. Alors que la route nord d'origine à travers le Kenya avait été jugée moins favorable, un scénario dans lequel Total envisagerait de racheter les actifs de Tullow Oil au Kenya, où plusieurs découvertes de pétrole importantes ont été faites, pourrait potentiellement relancer les dés dans la région.

Contenu régional, maintenant

Enfin, et plus important encore, le début de la production d’hydrocarbures en Ouganda dans les années à venir devrait conduire d'urgence à des préparations de contenu local non pas au niveau national mais régional.

Entre les deux projets en amont de Tilenga (Total) et Kingfisher (CNOOC), le projet de pipeline et le projet de raffinerie en Ouganda, l'ampleur des projets à venir en Ouganda et dans les pays voisins représente des milliards de dollars d'opportunités pour les entreprises locales. Cependant, étant donné la nature sous-développée de l'industrie locale des services d'hydrocarbures en Afrique de l'Est, seuls des partenariats et des co-entreprises régionaux peuvent permettre de maximiser ces opportunités. Alors que la conversation en Ouganda évolue vers l'employabilité au sein des communautés locales et fait en sorte que le pétrole ougandais profite au développement d'un secteur local fort, la région dans son ensemble doit se rassembler pour soutenir ces initiatives régionales. À moins que les entreprises de toute l'Afrique de l'Est ne se réunissent et mettent à profit leur expertise et leur expérience respectives pour travailler ensemble, il est à craindre que les projets pétroliers et gaziers à venir ne finissent par profiter à des entreprises étrangères et à priver les entreprises locales d'énormes opportunités de croissance. A ce titre, le développement du contenu régional africain figure en tant que priorité dans l’Agenda du secteur de l’énergie africain contre le covid-19 et la guerre des prix du pétrole, publie plus tôt cette semaine par la Chambre africaine de l’énergie.

Dans ce contexte, la nécessité d'investir dans l'éducation, la formation et le transfert de compétences est plus importante que jamais. Le succès du secteur pétrolier de la région dépendra du rassemblement de toutes les parties prenantes pour faire connaître l’histoire énergétique de l’Afrique de l’Est aux investisseurs et la raconter pour ce qu’elle est : une histoire d’opportunité et de profond changement pour les Africains.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Media files
African Energy Chamber
Télécharger le logo

Lake Albert Development – Credit: Total

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.