Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Les États africains devraient immédiatement aider les sociétés d'exploration pétrolière et de services locaux

Les États africains devraient immédiatement aider les sociétés d'exploration pétrolière et de services locaux

Bien que nous croyions fondamentalement que nous devons laisser le marché fonctionner par lui-même, les États africains doivent trouver des moyens pour alléger le fardeau des opérateurs pétroliers et des sociétés de services locales étant donne les effets catastrophiques que le coronavirus a sur le prix du baril et la demande de pétrole mondiale.

À l'heure actuelle, l'Afrique devrait perdre plus de 110 milliards de dollars en taxes, exportations de pétrole, emplois et contrats avec des entreprises locales au cours des trois prochains mois. Et, les entreprises prennent déjà un coup dans leurs programmes d'exploration et doivent trouver des moyens de lever des capitaux pour réussir à forer des puits.

Des extensions sont nécessaires pour garantir le succès de ces sociétés à court terme et les États membres de l'Opep doivent immédiatement s'engager avec les dirigeants de l'Arabie saoudite et de la Russie pour s'assurer que les marchés pétroliers ne soient pas sur-approvisionnés.

Comme solution possible à ces problèmes croissants, les gouvernements africains devraient envisager d'imposer des annulations ou des reports immédiats des paiements d'impôts pour une période pouvant aller jusqu'à trois mois aux sociétés de services appartenant à des Africains, aux sociétés d'exploration et de production locales et à toutes les sociétés internationales et locales travaillant sur des programmes d'exploration.

« C'est une période difficile pour le pétrole et le gaz africains. Si les prix du pétrole ne connaissent pas de hausse prochainement, il est probable que beaucoup d'emplois soient perdus dans de nombreux pays producteurs de pétrole et que les pays qui préparent leur entrée sur le marché dans les prochaines années soient aussi touchés », a déclaré NJ Ayuk, Président de la Chambre africaine de l'énergie et PDG du groupe Centurion Law. Il a ajouté que « les décisions finales d'investissement, les nouveaux développements sur le terrain et les projets gaziers sont également susceptibles de voir des retards ou des annulations qui auront un effet massif sur de nombreuses entreprises et communautés africaines qui considèrent l'industrie comme une opportunité de construire une classe moyenne. »

Selon la Chambre africaine de l'énergie, cela aidera les employeurs à payer leurs employés, à améliorer leur liquidité et à réduire certaines des pertes de revenus tout en évitant les pertes d'emplois. Les acteurs africains étaient déjà pénalisés par les faibles bénéfices et l'accès difficile aux capitaux pour les projets pétroliers et gaziers. Si la guerre des prix continue, de nombreux producteurs de champs marginaux cesseront probablement leurs activités, les programmes d'exploration seront interrompus, les cycles d’octroi de licences échoueront et les majors devront prendre les décisions difficiles de réduction des opérations.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

À propos de la Chambre africaine de l'énergie :
La Chambre africaine de l'énergie (www.EnergyChamber.org) travaille avec des entreprises indigènes à travers le continent pour optimiser leur portée et leurs réseaux. Nos partenariats avec des dignitaires internationaux, des dirigeants et des entreprises permettent de fournir des services pertinents à d'autres entités internationales souhaitant opérer sur le continent.

La Chambre africaine de l'énergie rassemble les gouvernements et les entreprises crédibles désireux de poursuivre la croissance du secteur de l'énergie en Afrique conformément aux meilleures pratiques commerciales internationales.


Media files
African Energy Chamber
Télécharger le logo

African states should immediately assist petroleum exploration and local service companies (1)

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.