Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

La promesse du gaz mozambicain incarne le rêve africain

La promesse du gaz mozambicain incarne le rêve africain

Par NJ Ayuk

Cela fait presque exactement dix ans qu'Anadarko a foré le puits qui donnerait au Mozambique sa première découverte de gaz majeure en plus de soixante ans d'exploration pétrolière et gazière pour la plupart décevantes. De nombreux puits ont suivi cette première découverte offshore dans le bloc 1 et plus loin dans le bloc 4, exploité par ENI.

En un clin d’œil, les réserves connues de gaz naturel du Mozambique sont passées de presque rien à plus de 165 tpi3, ce qui en fait le troisième plus grand détenteur de réserves du continent.

De même, il semblait que l’un des pays les plus pauvres d’Afrique était sur le point de devenir l’un des plus grands acteurs mondiaux de l’énergie. Sauf qu’en 2010, le Mozambique n'avait aucun savoir-faire dans le domaine du pétrole et du gaz, aucune capacité de négociation, aucune compréhension du secteur, aucun cadre juridique approprié en place, ni capital humain ou financier pour profiter de cette chose capitale qui venait de se produire. Un pays qui à l'époque ne pouvait offrir l'accès à l'électricité qu'à 18% de ses citoyens, a soudainement été doté de suffisamment de gaz naturel pour alimenter la moitié de l'Europe pendant deux décennies et plus.

Depuis lors, beaucoup d'eau est passée sous le pont et de l'encre sur le papier. Les présidents, les ministres et les chefs d'entreprise ont été remplacés, les licences ont changé de mains, des projets ont été proposés, refusés ou approuvés, et maintenant, plus que jamais, la promesse de richesse semble proche, mais l’est-elle vraiment ? Après tout, nous sommes dix ans plus tard et aucun gaz naturel ne circule, aucun GNL n'est produit ou vendu, et la majeure partie du pays est encore dans le noir même si le taux de pénétration de l'électricité est passé à 27%. Mais cela ne devrait pas nous indure en erreur, parce que les dirigeants mozambicains ont beaucoup appris au cours de la dernière décennie, et malgré certains défis, le pays semble prêt à franchir une nouvelle étape de richesse et de croissance.

C'est cette courbe d'apprentissage qui a appris à ces dirigeants à rechercher une expertise internationale pour soutenir la formation à la gestion des ressources et l'élaboration d'un cadre juridique. D'une part, la compagnie pétrolière nationale a embauché Wood Mackenzie pour l'aider à se préparer à la responsabilité de gérer et de vendre sa portion correspondante des ressources, ce qui a entraîné la formation d'un consortium avec le négociant international de pétrole et de gaz Vitol, en septembre dernier. De l'autre, le gouvernement a sollicité le soutien de producteurs d'énergie plus expérimentés et de partenaires internationaux, dont le FMI ou la Banque mondiale. Ce mois-ci, le Président mozambicain Filipe Nyusi a rencontré le Prince héritier de Norvège Haakon et a signé un accord de soutien à la gestion des ressources en gaz naturel.

C’est cette croissance concertée des capacités qui a abouti à la nouvelle loi pétrolière de 2014 et au succès de l’appel d’offres pour les blocs d’exploration qui a eu lieu la même année, une décision qui a profité de l’énorme attention accordée à la superficie du pays. Ce processus d'auto-actualisation combiné à des négociations étroites, quoique parfois lentes, avec les sociétés pétrolières internationales qui dirigent ces efforts de développement ont abouti à des décisions d'investissement finales (DIF) d'une valeur de dizaines de milliards de dollars pour le développement de centrales au gaz naturel liquéfié au Mozambique.

Une énorme opportunité économique

À l'heure actuelle, le projet de GNL de 12,9 millions de tonnes / an de Total au Mozambique (qu'il a repris d'Anadarko) devrait entrer en production en 2024. Les dernières nouvelles indiquent que le projet de 3,4 millions de tonnes / an de Coral South FLNG d'ENI est prévu pour être mis en ligne en 2022. Pas plus tard que la semaine dernière, le ministère mozambicain des ressources minérales et de l'énergie a déclaré qu'il s'attendait à des DIF du programme Rovuma LNG de 15,2 millions de tonnes / an dirigé par ExxonMobil d'ici juin 2020. Le projet devrait commencer à fonctionner d'ici 2025.

Les implications sont énormes. Juste pour les investissements directs à l’étranger, l'investissement de Total de 25 milliards de dollars dans l'usine de GNL représente plus de deux fois le PIB actuel du Mozambique. Sans parler de l’effet de retombée sur la création d’emplois, l’offre et les industries de services associées etc., et ce n’est là qu’un des projets à développer dans un domaine qui est loin d’être exploré correctement. Ensemble, les trois projets devraient générer jusqu'à 54 milliards USD d'investissements au cours des prochaines années.

De plus, compte tenu des besoins intérieurs relativement faibles en gaz naturel au Mozambique, ces trois projets à eux seuls pourraient placer le pays parmi les cinq plus grands exportateurs de GNL au monde, avec le Qatar, l'Australie, la Malaisie et les États-Unis.

Cependant, si les besoins intérieurs sont faibles maintenant, ils devraient augmenter rapidement. Le gouvernement a sagement négocié qu'une partie de la production soit détournée vers le marché intérieur, qui peut être utilisée pour la production d'électricité, pour alimenter une industrie gazière d'engrais et de produits pétrochimiques, pour alimenter les maisons ou même pour exporter par pipeline vers les pays voisins.

Déjà, le gouvernement a obtenu un financement multilatéral pour une centrale électrique au gaz de 400 MW et une ligne de transport vers la capitale Maputo, qui s'appuiera sur la production nationale de gaz et contribuera considérablement à améliorer la fiabilité de l'énergie dans la capitale.

Pour aider à accélérer le développement de l’industrie, des responsables mozambicains étaient à la Subsea Expo à Aberdeen pour présenter les opportunités du pays aux entreprises de la mer du Nord. L'objectif est de garantir une chaîne d'approvisionnement bien établie qui soutiendra un développement rationalisé de l'industrie, ainsi que d'apporter une expertise dans le pays et de promouvoir le développement des entreprises et de la main-d'œuvre locales.

Tous ces développements rendent les investisseurs enthousiastes et les analystes optimistes. L'agence de notation Fitch prévoit que la production de gaz naturel au Mozambique augmentera de 26,5% par an d'ici 2029 et que cela alimentera une croissance moyenne du PIB de 12,4% par an tout au long de la décennie.

Ce sont des nouvelles fantastiques pour un pays qui a souffert si dramatiquement de l'effet combiné des cyclones Idai et Kenneth l'année dernière, qui ont affecté une grande partie de l'activité économique et a bloqué la croissance du PIB en 2019 à 1,9%. Déjà, la Banque africaine de développement prévoit un rebond en 2020, avec une croissance de 5,8%.

Et c’est une autre raison pour laquelle le développement des ressources de gaz naturel du Mozambique sera primordial pour l’avenir du pays. Il permettra le développement d'une économie plus diversifiée et résiliente, moins soumise aux chocs extérieurs.

Mises en garde

Ce que le Mozambique s’apprête à traverser est si gigantesque qu'il est d'une importance capitale de bien faire les choses. Nous avons eu trop d'histoires africaines de grands plans qui ont mal tourné et nous n'en avons pas besoin d'une autre. L'avenir du pays, et celui de son peuple, est en jeu.

Jusqu'à présent, les dirigeants mozambicains ont montré leur détermination à faire avancer des politiques appropriées et à faciliter le développement de l'industrie, mais la bonne gouvernance et la participation de la société civile se sont révélées à maintes reprises être les piliers fondamentaux d'une gestion réussie des ressources.

Déjà, le pays lutte contre la violence dans sa région nord, sur le site où une des usines de GNL va être développée. Des insurgés armés, qui auraient un programme religieux extrémiste, ont attaqué de petits villages de la région et des travailleurs étrangers. Les sociétés d'exploitation ont demandé au gouvernement d'envoyer l'armée pour aider à contrôler la situation. Certains rapports indiquent que certains de ces insurgés viennent de milieux extrêmement pauvres et ont été radicalisés en raison de l'idée que les compagnies pétrolières et gazières sont là pour voler leurs ressources et que personne n'en bénéficiera. C'est là que le besoin d'intégration de la population entre en jeu, non seulement par le biais de politiques de contenu local et en créant des opportunités d'emploi, mais aussi en les informant de ce qui est développé, à quoi s'attendre et comment cela les affectera et leur bénéficiera.

Cela doit être combiné avec des politiques strictes de transparence et de gestion des ressources, soutenues par des institutions habilitées à mettre en œuvre ces réglementations. Ce mois-ci, le Centre mozambicain pour l'intégrité publique a indiqué que le pays aurait pu perdre une quantité considérable d'argent simplement parce qu'il n'avait pas certifié les coûts réels des projets de gaz naturel déclarés par les entreprises au cours de la période antérieure à 2015.

Ces événements ont nui à l’image publique de l’industrie et stimulé les troubles sociaux à un moment où le pays devrait se concentrer sur la maximisation des effets positifs de ce secteur sur l’économie et faire en sorte que chaque Mozambicain puisse tirer parti de la richesse du pays.

Des alliés comme la Russie et les États-Unis ont proposé de contribuer à la sécurité. D'autres ont offert leur coopération dans la gestion des ressources et leur soutien doit être salué, mais c'est sur les épaules des dirigeants mozambicains que la responsabilité de toute une génération incombe de prendre les meilleures décisions pour l'avenir de leur pays et de leur peuple. Ils ne peuvent pas les laisser tomber.

NJ Ayuk est président de la Chambre africaine de l'énergie, PDG du conglomérat panafricain de droit des sociétés Centurion Law Group, et auteur de plusieurs livres sur l'industrie pétrolière et gazière en Afrique, notamment « Des milliards en jeu : L’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique. »


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Media files
African Energy Chamber
Télécharger le logo

NJ Ayuk

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.