Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

La promesse pétrolière non réalisée de la République démocratique du Congo (RDC) à l'ère « des milliards en jeu »

La promesse pétrolière non réalisée de la République démocratique du Congo (RDC) à l'ère « des milliards en jeu »

Par NJ Ayuk, PDG du Centurion Law Group et président de la chambre africaine de l'énergie

Ce n’est un secret pour personne que l’industrie minière de la RDC est d’une importance vitale pour répondre aux besoins en minéraux du pays et du monde. Aujourd’hui, le cuivre, le cobalt et d’autres sous-produits représentent l’épine dorsale de la structure économique de la RDC avec environ 85% de ses exportations. C’est le cas depuis de nombreuses années, sous plusieurs régimes, avec peu de changement. Outre les métaux, les diamants et le pétrole représentent le reste de tout ce que la RDC envoie à l'étranger, la grande majorité de sa balance commerciale sortante étant composée de produits bruts non transformés.

Au 12e rang des producteurs de pétrole africains, l’industrie pétrolière de la RDC est au mieux minuscule : elle produit en moyenne 25 000 barils de pétrole brut par jour au large de ses champs vieillissants sur la côte. Mais cela semble plutôt étrange. Bien que l'on ne parle pas beaucoup de ce fait particulier, quand on y pense, il est quelque peu déconcertant que la RDC, bordée par tant de producteurs de pétrole et possédant des eaux territoriales dans le prolifique golfe de Guinée, n'ait jamais vraiment développé d’industrie pétrolière ou n’ait même jamais semblée être intéressée à en développer une, malgré ses réserves éventuelles. Avec une population d'environ 80 millions de personnes, dont environ 75% vivent, selon la plupart des statistiques, dans une pauvreté extrême, la RDC fait aujourd'hui partie des cinq pays les plus pauvres du monde.

On pourrait s’attendre à ce que les dirigeants du pays encouragent fortement l’exploration de ses ressources naturelles afin de produire de la richesse et d’améliorer les conditions de vie de ses citoyens. Cependant, les réserves de pétrole et de gaz de la RDC restent en grande partie inexplorées, alors que la plupart des études estiment qu’il pourrait y avoir environ 20 milliards de barils de pétrole non découvert dans les bassins du pays, à la fois onshore et offshore. C’est une énorme quantité de pétrole qui, si elle était confirmée, placerait la RDC au deuxième rang des plus grands détenteurs de pétrole de l’Afrique subsaharienne, derrière le Nigéria, et surpasserait de loin les 9 milliards de barils de pétrole de réserves de l’Angola.

Ce n'est pas l'Afrique que nous voulons, et ce n'est pas la RDC que nous voulons.

Tout d’abord, garder certaines communautés dans la pauvreté pour conserver le pouvoir est une erreur complète. La stabilité du pouvoir provient d’une amélioration généralisée des conditions de vie. Si le pays est plus riche et capable d'améliorer la vie de ceux qui l'habitent, il n’en sera que plus stable et capable de soutenir et de poursuivre ce développement.

De plus, comme je l'ai beaucoup défendu au fil des ans, le caractère sacré des contrats est d'une importance capitale pour attirer les investissements et les partenariats dans tous les pays. Quelle entreprise voudrait investir dans un pays où un contrat peut être signé puis annulé quelques mois plus tard sans explication ou justification ? Et ce n’est pas seulement une question de réputation, mais de charge financière directe. Il ne faut pas oublier que juste en mars de cette année, un tribunal international a condamné la République démocratique du Congo à verser à la société sud-africaine DIG Oil Ltd 617 millions de dollars pour ne pas avoir honoré deux contrats pétroliers. Cela représente 1,6% du PIB du pays en 2017. Comment un dirigeant peut-il justifier une telle perte pour son économie ? Sans oublier, encore une fois, l’énorme potentiel économique qui pourrait résulter de la concrétisation de ces contrats et de la possibilité pour les entreprises d’explorer les régions pétrolières du pays.

La stabilité dépend de l'investissement, de la coopération et du développement. Pour attirer les investissements, il est nécessaire de créer les conditions permettant le développement d’un environnement commercial de et de l’industrie. Le non-respect des contrats ne permet pas cela. Il ne faut pas empêcher aux investisseurs de produire de la richesse.

En mai dernier, la super major française Total a abandonné son permis d'exploration en RDC. L’article de Bloomberg sur le sujet était intitulé « Le géant solitaire du pétrole congolais abandonne ses recherches, déclare son partenaire ». C’est vrai, c’était la dernière grande société pétrolière et gazière à abandonner les gisements pétroliers de la RDC. D'autres étaient là depuis des années, Shell et Texaco par exemple. Il y a environ 10 ans, Tullow Oil et ses partenaires ont tenté d'acquérir une licence d'exploration, signé un contrat, payé les primes, et le contrat a ensuite été annulé et le même bloc vendu à une autre société quelques mois plus tard. Rien n'a été fait dans la superficie depuis.

C'est l'opposé absolu de ce qu'il faut faire.

La production de pétrole et de gaz peut apporter d’énormes richesses au pays et à sa population, sans oublier la capacité des réserves de gaz du pays à produire de l’électricité pour alimenter les foyers et l’industrie.

Depuis janvier 2019, la RDC est dirigée par un nouveau gouvernement. Il a maintenant l'occasion de changer le statu quo de la RDC au sein de l'industrie pétrolière mondiale et de promouvoir les investissements. Les lois du pays sur le pétrole et le gaz sont assez bien développées et le potentiel de découvertes est énorme ; le problème, c’est sa réputation. Si les dirigeants du pays peuvent rassurer les investisseurs internationaux sur le respect de leurs contrats, la simplification des investissements et la transparence des transactions, il n’y a guère de limite à la rapidité avec laquelle l’industrie du pays pourrait se développer et aux avantages que la population pourrait en tirer.

De meilleures conditions de vie dans tout le pays atténueraient les tensions ethniques et sociales et fourniraient la base d'un niveau de développement socio-économique que le pays n'avait jamais connu auparavant.

Si la dépendance vis-à-vis de la volatilité des prix des produits minéraux la et la répartition inégale des richesses continuent, et si la situation d'extrême pauvreté généralisée au sein de la population persiste, il en résultera une instabilité plutôt que la stabilité.

En outre, la RDC a la possibilité de solliciter l'aide et le soutien d'institutions internationales et de partenaires pour développer son industrie pétrolière, tels que la Banque mondiale, le FMI ou le gouvernement norvégien, qui possèdent tous une vaste expérience en matière d'assistance aux autres producteurs de pétrole africains. Elle peut également rechercher une plus grande proximité avec les États-Unis, où résident la plupart des grandes entreprises dotées des capacités, de la technologie et des capitaux nécessaires pour développer leur secteur. Le gouvernement américain a également intérêt à promouvoir ces développements en RDC, car le maintien de la stabilité dans le sous-continent et la région d'Afrique centrale revêt une importance stratégique particulière pour les intérêts des États-Unis.

Il est étonnant pour moi que les dirigeants de Kinshasa ne veuillent pas regarder par les fenêtres qui se trouvent juste de l’autre côté du fleuve Congo et se diriger vers Brazzaville et imiter les mesures prises par leur voisin, la République du Congo, actuellement le troisième plus grand producteur Afrique saharienne.

Enfin, de bons signes viennent de l'administration actuelle. En avril dernier, lors du dernier congrès de l’Organisation des pays africains producteurs de pétrole (APPO), à Malabo en Guinée équatoriale, le ministre du Pétrole de la RDC a annoncé que le pays soumettrait 38 blocs en négociation et appel d’offre, situés dans trois bassins différents. Il s’agit d’une étape importante pour attirer l’attention des investisseurs sur le pays et je salue cette initiative. Espérons que le changement de régime, l'adhésion du pays à l'ITIE et le nouveau cycle d’octroi de licences aideront à attirer des investissements, mais il faudra faire plus pour rassurer les investisseurs sur le fait que leur entrée sur ce marché sera un pari rentable et sûr, et que leurs intérêts et leurs droits sont protégés par la loi.

J’espère que ces développements se produiront bientôt et que je serai témoin de la réalisation du plein potentiel de l’industrie pétrolière de la RDC.

NJ Ayuk est le PDG du Centurion Law Group, un conglomérat de droit panafricain et l'actuel président de la chambre africaine de l'énergie (EnergyChamber.org), porte-parole du secteur pétrolier et gazier africain. Il est l’auteur du livre à paraître « Des milliards en jeu : L’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique ».


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Media files
African Energy Chamber
Télécharger le logo

The Unrealized Oil Promise of the Democratic Republic of Congo (DRC) in the era of “Billions At Play”

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.