Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Un dirigeant de LUKOIL déclare que le nouvel ouvrage « Des milliards en jeu » sur l’énergie en Afrique donne des solutions viables pour les problèmes d'infrastructure en Afrique

Un dirigeant de LUKOIL déclare que le nouvel ouvrage « Des milliards en jeu » sur l’énergie en Afrique donne des solutions viables pour les problèmes d'infrastructure en Afrique

NJ Ayuk, avocat de premier plan dans le domaine de l’énergie en Afrique, ne croit pas que le don d’aide soit une stratégie à long terme pour les peuples ou les nations pauvres.

Mais il pense que les entreprises présentes sur le continent ont la responsabilité d'aider les pays hôtes à mettre en place l'infrastructure nécessaire pour développer leur industrialisation.

Bruce Falkenstein, responsable des opérations conjointes, Gestion des licences et conformité pour LUKOIL, souscrit personnellement à cette prémisse, qui est au centre du chapitre 10 du nouveau livre de Ayuk, intitulé « Des milliards en jeu : l’avenir de l’énergie africaine. »

Falkenstein a 40 ans de carrière dans tous les domaines de l’industrie pétrolière et gazière internationale. En Afrique, il possède une vaste expérience dans la gestion de blocs offshore en Côte d'Ivoire, en Guinée équatoriale, au Ghana, au Cameroun et en Sierra Leone pour le compte de LUKOIL et de Vanco Exploration, et a connu de grands succès dans l’exploration et le développement de champs pétroliers en Egypte pour Amoco (BP) dans les années 1980 et 1990.

« C’est évident: l’Afrique exporte des matières premières qu’elle pourrait raffiner et transformer, si seulement elle en avait les capacités, mais tout le monde n’est pas disposé à l’admettre avec le degré de candeur d’Ayuk », a déclaré Falkenstein. « De plus, il a correctement lié les déficits d’infrastructures au manque d’industrialisation et décrit des solutions viables à partir d’exemples du monde entier. »

Ayuk pense que l'ironie dans le pétrole et le gaz produits en Afrique est qu’ils sont renvoyés pour être raffinés àl’étranger, puis réimportés en tant que produit finis pour lequel les Africains paient une prime. Les routes, les chemins de fer et une électricité fiable sont essentiels à la construction d'une base manufacturière en Afrique, mais ils nécessitent des ressources, dont certaines devraient être fournies par les sociétés énergétiques internationales faisant des millions de dollars sur le continent, fait-il valoir.


« Ce n'est tout simplement pas éthique pour les entreprises américaines, françaises, italiennes et autres de venir ici et de ne pas aider à sortir les gens de la pauvreté », a déclaré Falkenstein. « Certes, elles emploient des travailleurs locaux et dispensent une formation, mais l’un des plus grands avantages serait de contribuer à la mise en place d’infrastructures durables et de biens matériels qui resteront un atout pour la population longtemps après que les entreprises auront pris des risques et quitté l’Afrique. J'ajouterai que la durabilité de la main-d'œuvre, également un élément clé des « actifs bâtis » d'une entreprise, est essentielle pour la production industrielle future des pays et qu'un grand nombre d'actifs de la main-d'œuvre sont actuellement laissés sans agence de placement locale après les profits aient été tirés.

La durabilité ne peut être atteinte que par l'alignement des projets sur les besoins réels des communautés touchées et sur l'ensemble des parties prenantes du gouvernement. Comme Ayuk le mentionne au chapitre 9, « Appel à tous les dirigeants ! Pour en savoir plus sur la bonne gouvernance », une bonne gouvernance suppose de pouvoir reconnaître les coûts supplémentaires pour obtenir des résultats durables en réduisant les risques liés aux projets et en améliorant la stabilité et l'économie à long terme des projets. »

Dans « Des milliards en jeu : l’avenir de l’énergie en Afrique », Ayuk ne néglige pas les problèmes que l’Afrique a causé pour elle-même, notamment des dirigeants sans scrupules qui ont détourné des fonds destinés au bien public. Parallèlement, comme le souligne Falkenstein, il souligne comment des pays comme le Kenya ont créé un environnement propice à la fabrication qui favorise la diversification économique et devrait réduire l’exposition du pays aux chocs externes, notamment la volatilité des prix du pétrole et du gaz.

« Dans le monde de NJ Ayuk, il y a peu de méchants, juste des personnes et des entreprises qui peuvent et doivent faire plus », a déclaré Falkenstein. « C’est ce qui rend son livre si convaincant : c’est vraiment juste et équilibré. Apprendre d’Ayuk vous mettra sur la voie du succès en Afrique. Son premier livre, ‘Big Barrels : pétrole et gaz africains et la quête de la prospérité’, devrait être à la portée de tous les dirigeants et négociateurs du secteur du pétrole et du gaz. Cela dit, le dernier livre d’Ayuk doit l’être plus encore alors que chacun poursuit sa propre quête de milliards. »

NJ Ayuk est fondateur et PDG du conglomérat panafricain du droit des sociétés, Centurion Law Group ; Fondateur et président exécutif de la Chambre africaine de l'énergie ; et co-auteur de ‘Big Barrels : Pétrole et gaz africains et la quête de la prospérité’ (2017).

Il est reconnu comme l'une des figures les plus en vue du monde des affaires en Afrique.

« Des milliards en jeu : l'avenir de l'énergie africaine » sera publié en octobre 2019.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Pour plus d'informations sur le livre, suivez-nous su :
Twitter : BilliondAtPlay
Facebook :
BilliondAtPlay
Instagram : @BilliondAtPlay


Media files
African Energy Chamber
Télécharger le logo

LUKOIL Leader Says New Africa Energy Book Billions at Play Describes Workable Solutions for Africa’s Infrastructure Challenges (1)

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.