Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Comment Kabakoo innove l’apprentissage pour les Afriques

Comment Kabakoo innove l’apprentissage pour les Afriques

L’apprentissage de compétences et savoirs localement pertinents est le défi majeur à révéler pour obtenir le dividende démographique promis à l’Afrique. Telle est la mission de Kabakoo (www.Kabakoo.Africa), un réseau d’espaces inclusifs dédiés à l’apprentissage créatif.

Kabakoo – La Maison de L’Étonnement innove les systèmes d’apprentissage en Afrique. La méthode Kabakoo, qui a déjà fait ses preuves en moins d’un an d’implémentation, se fonde sur une spirale vertueuse, qui évolue en deux temps :

  • - l’éveil de la curiosité par l’étonnement et,
  • - la transformation de cette curiosité en créativité.

C’est ainsi qu’est mis en place le processus de l’étonnement à l’apprentissage créatif, afin de créer une boucle auto-générative qui fait monter l’apprenant de tout âge dans la spirale vertueuse où l’étonnement libère la pensée et l’action créatrices qui elles-mêmes nourrissent l’étonnement et le questionnement.

L’entièreté de cette méthode repose sur quatre jalons.

Des projets collaboratifs avec un ancrage socio-culturel

À Kabakoo, le travail collaboratif sur des projets ancrés dans les réalités des apprenants se trouve au centre du processus d’apprentissage. Ces derniers choisissent les projets sur lesquels ils veulent travailler. Cette approche autant expérientielle que collaborative permet de faire bon usage de l’intérêt personnel de chacun et ainsi d’améliorer non seulement les résultats des projets mais aussi les objectifs individuels d’apprentissage. Indexer ainsi le travail de chacun sur les passions respectives permet la mise en place de différents projets, accompagnés par des facilitateurs, intervenant comme des guides et non comme des enseignants.

L’ancrage socio-culturel des projets amène les participants à régulièrement aller hors des murs de Kabakoo, permettant ainsi aux apprenants de se confronter aux populations, aux problématiques de langue, et dépendant des projets, d’ainsi incorporer les savoirs endogènes dans les projets.

En dix mois d’existence, divers projets ont déjà été réalisés ou sont en cours de réalisation ; peuvent être cités, entre autres, le projet « Afrique, respire » ayant abouti à la première plateforme citoyenne de mesure de la qualité de l’air en Afrique d’Ouest, des ateliers d’art, plusieurs meubles issus des projets de recyclage d’objets, un projet sur la transformation de déchets organiques en biogaz...

Une réflexion sur l’esthétique de nos quotidiens

La beauté, le sens de l’esthétique, et l‘expression artistique sont des éléments qui rythment le quotidien de l‘Africain. A Kabakoo, les apprenants sont encouragés à réfléchir sur l’esthétique qui les entoure. Désordre urbain, dépôts sauvages d’ordures, résidus de plastique et autres violences visuelles, olfactives, et auditives caractérisent les cités Africaines. Toutefois l’importance des rituels, du bon geste, de la bonne tenue, de la juste parole, de la juste mélodie à la bonne occasion et cela dans toutes les activités sociales témoignent de cette place centrale de l’art et du sens de l’esthétique.

En outre, il est de nombreux objets utilisés quotidiennement dans diverses régions africaines dont l’aspect artistique justifie une exposition dans les musées d’ailleurs.

Aussi pour lancer la réflexion sur l’esthétique, les apprenants sont amenés à travailler collaborativement sur des projets artistiques. Un groupe d’entre eux a notamment été accompagné par un artiste-peintre local dans l’apprentissage d’idéogrammes anciens utilisés dans la culture Bamanan depuis l’époque de l’Empire du Mali (dès le 13e siècle).

Ainsi guidés, ils ont ensuite décoré les murs de Kabakoo en utilisant des pochoirs, une technique de peinture utilisée dans la région Bamanan pour décorer les maisons et les textiles, comme le fameux bogolanfini, depuis plusieurs siècles.

Les apprenants ont ainsi fait une réflexion collective sur le sens du beau, finalisé un projet en décorant collaborativement les murs, tout en apprenant individuellement un savoir endogène, la signification des différents idéogrammes, leur permettant de mieux comprendre leur environnement socio-culturel.

La symbiose entre la Nature et l’Humain

L’apprenant à Kabakoo est amené à reconnaître la symbiose entre la Nature et l‘Humain, afin de remettre en perspective la relation d’interdépendance entre l’Homme et son milieu. La symbiose entre la Nature et l’Humain est, par ailleurs, au cœur de la conception Africaine du monde. Cela peut être illustré par « Souffles », le poème de Birago Diop qui nous suggère d’écouter plus souvent les choses que les êtres. Car l’arbre, le vent, l’eau, le rocher ont tous des choses à nous dire. Cet aspect est aussi vécu à travers l’architecture durable de Kabakoo qui est une construction en matériaux locaux adaptée à son environnement. Les projets  des apprenants ainsi concernent le développement de sources d’énergie de cuisson moins préjudiciables pour l’environnement, l’amélioration de la qualité de l’air, ou encore le recyclage d’objets.

Démarche inclusive

L’apprentissage par le travail collaboratif sur des projets, la réflexion sur l’esthétique et la symbiose entre la Nature et l’Humain se retrouvent dans la démarche radicalement inclusive de Kabakoo. Cet aspect inclusif se retrouve tant dans le public des apprenants que le personnel de Kabakoo. En effet, les ateliers de projets sont ouverts à tout le monde, nonobstant le niveau d’études préalable ou tout autre éventuel facteur discriminant ; le seul prérequis étant l’intérêt de l’apprenant. Les groupes de projet sont ainsi constitués de profils variés. Dans le groupe travaillant sur un projet d’impression 3D dans le cadre de la collaboration avec le Maryland Institute College of Art, on retrouve ainsi des élèves-ingénieurs, des apprenants qui ont quitté l’école sans le baccalauréat, et des chercheurs d’emplois.

Perspectives

Depuis Mai 2018, Kabakoo a été présenté devant les audiences du MIT Media Lab ou encore à Shenzhen au forum sur les sciences ouvertes de GOSH. La Maison de l’Etonnement fait à présent partie des initiatives présentées par l’Union Africaine dans sa publication sur les innovations de l’éducation en Afrique. Pour capitaliser sur les acquis et aller plus loin, l’équipe Kabakoo autour du fondateur, Dr. Yanick Kemayou, est actuellement en phase de consolidation du modèle afin de lancer une expansion dans d’autres sites sur le continent pour réaliser une réelle révolution de l’apprentissage créatif via l’étonnement en Afrique.

Distribué par APO Group pour Kabakoo.

Contact du Presse :
Fatim Tawaty
Email : akwaba@kabakoo.africa

A propos de Kabakoo :
Kabakoo (www.Kabakoo.Africa) est un réseau d’espaces d’apprentissage, appelés les Maisons de l’Étonnement, destinés à résoudre la crise de l’éducation sur le continent africain. Depuis le lancement de la première Maison de l’Étonnement à Bamako en Mai 2018, Kabakoo s'est bâti une réputation d'acteur novateur dans le domaine de l'éducation et de l'apprentissage et figure sur la liste des projets éducatifs les plus innovants du continent. Nous travaillons de concert avec des partenaires internationaux et des acteurs locaux afin de fournir des solutions de pointe en matière d’apprentissage créatif pour les pays africains. Des informations supplémentaires peuvent être trouvées sur www.Kabakoo.Africa.

Kabakoo
Télécharger le logo
Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.