Flux RSS Africanewshttp://fr.africanews.com/feed/rssRecevez gratuitement toutes les actualités publiées sur africanews.com, en vous abonnant à un de nos flux RSS.Wed, 15 Aug 2018 17:15:18 +0000Le hit "This is Nigeria" interdit à télévision nigérianehttp://fr.africanews.com/2018/08/15/le-hit-this-is-nigeria-interdit-a-television-nigeriane/Haro du régulateur de la télévision nigériane sur le titre “This is Nigeria” du chanteur et activiste Falz, interdit sur les écrans de télévision au Nigeria. Réplique du titre à succès “This is America” de Childish Gambinode, “This is Nigeria” dépeint en texte et vidéo les nombreux maux de la société nigériane, allant de la corruption au népotisme en passant par l’insécurité avec quelques références spirituelles. Une seule ligne du texte a cependant alerté l’autorité de régulation de l’audiovisuel nigérian : “C’est le Nigeria, tout le monde est criminel”. Pour la commission, il s’agit d’une référence “vulgaire” qui de fait, ne peut être diffusée. >>> LIRE AUSSI : Musique : This is Nigeria ou autopsie d’un Nigeria en mal de valeurs Le groupe de défense islamique Muslims Rights Concern s‘était quant à lui insurgé contre le clip de la chanson, pointant notamment la représentation qui y est faite des peuls et de jeunes filles dansant en hijab. Il a prévenu que cela pourrait provoquer une crise religieuse sans précédent, probablement une référence au conflit communautaire qui oppose les fermiers aux éleveurs. Ces dernières années, de nombreuses chansons ont été bannies des télévisions nigérianes, mais elles concernaient généralement des chansons avec des paroles jugées “obscènes”. Toutefois, aujourd’hui, avec le taux de pénétration internet au Nigeria qui est l’un des plus importants en Afrique, la censure contre les artistes ne pèse plus le même poids. .embed-container { position: relative; padding-bottom: 56.25%; height: 0; overflow: hidden; max-width: 100%; } .embed-container iframe, .embed-container object, .embed-container embed { position: absolute; top: 0; left: 0; width: 100%; height: 100%; }Wed, 15 Aug 2018 17:15:18 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/le-hit-this-is-nigeria-interdit-a-television-nigeriane/USA : une Somalienne en route pour le Congrèshttp://fr.africanews.com/2018/08/15/usa-une-somalienne-en-route-pour-le-congres/L’histoire se poursuit et luit de nouveau pour Ilhan Omar, une Somalienne d’origine qui pourrait bientôt siéger au sein du Congrès national américain. Une première aux Etats-Unis. C’est un conte de fées comme l’Amérique en aime ; la réalisation du rêve américain. Une jeune femme, musulmane et réfugiée il y a encore un dizaine d’années qui parvient à se frayer un chemin vers l’une des institutions les plus puissantes des Etats-Unis. Cette histoire est celle de Ilhan Omar, 36 ans, qui a été élue dans la soirée de mardi dans le 5ème district du Congrès du Minnesota, devenant probablement la première Somalo-Américaine à siéger au Congrès. “Ilhan Omar a été déclarée candidate gagnante de la primaire pour l‘élection au Congrès afin de représenter le cinquième district du Minnesota”, a indiqué un communiqué sur son site internet. “En tant que première réfugiée élue au Congrès (et deuxième femme musulmane après Rashida Tlaib de l’Etat du Michigan), Ilhan apportera une perspective singulière et une nouvelle énergie dans notre capitale”, ajoute le texte. Ancienne pensionnaire du camp de réfugiés de Dabaab, au Kenya, Ilhan Omar est arrivée aux Etats-Unis il y a environ une décennie. En 2016, elle était déjà entrée dans l’histoire de ce pays en obtenu un ticket pour la Chambre des représentants du Minnesota. Là encore, elle était la première musulmane et Somalienne d’origine à le devenir. >>> LIRE AUSSI : Élections aux USA : une Somalienne d’origine élue à la Chambre des représentantsWed, 15 Aug 2018 16:23:08 +0000editorial@africanews.com (Carole KOUASSI)http://fr.africanews.com/2018/08/15/usa-une-somalienne-en-route-pour-le-congres/Soudan : 22 écoliers morts dans le naufrage d'une embarcation sur le Nilhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/soudan-22-ecoliers-morts-dans-le-naufrage-d-une-embarcation-sur-le-nil/Au moins 22 enfants soudanais se rendant à l‘école sont morts noyés mercredi dans le naufrage de leur embarcation sur le Nil, à quelque 750 km au nord de la capitale Khartoum, ont indiqué les médias officiels. Plus de 40 enfants de la région de Kneissa se trouvaient à bord de l’embarcation au moment du drame, a indiqué l’agence de presse soudanaise Suna, qui a fait état également de la mort d’une femme, 23e victime du sinistre. Les corps des victimes n’ont pas encore été retrouvés, a indiqué Suna sans fournir dans l’immédiat de précisions sur le sort des autres enfants. “Ce matin, 22 écoliers et une femme sont morts quand leur embarcation a coulé à Bouhayra dans l’Etat du Nil alors qu’ils se rendaient à l‘école depuis Kneissa”, a rapporté Suna. Les habitants des villages de la région se déplacent dans des embarcations en bois sur le Nil pour passer d’un côté à l’autre du fleuve. “L’accident a été provoqué par l’arrêt du moteur de l’embarcation à mi-chemin en raison d’un fort courant”, a précisé l’agence. Joint par téléphone, un témoin a indiqué à l’AFP que “le bateau traversait le Nil du nord au sud, c’est-à-dire à contre-courant”. “Tout les familles de Kneissa sont en deuil”, a affirmé ce témoin qui a requis l’anonymat. Le niveau des eaux du Nil Bleu est en hausse comme tous les ans pendant la saison des pluies en Ethiopie. Le Nil Bleu, qui prend sa source en Ethiopie, rejoint le Nil Blanc à Khartoum pour former le Nil qui traverse le Soudan et l’Egypte avant de se jeter en Méditerranée. AFPWed, 15 Aug 2018 13:39:55 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/soudan-22-ecoliers-morts-dans-le-naufrage-d-une-embarcation-sur-le-nil/Zimbabwe : Mnangagwa attaque en justice la requête de Chamisahttp://fr.africanews.com/2018/08/15/zimbabwe-mnangagwa-attaque-en-justice-la-requete-de-chamisa/Le bras de fer se poursuit entre le président zimbabwéen et son rival lors de la dernière présidentielle. Emmerson Mnangagwa a déposé devant le plus haut tribunal du pays des arguments opposés à la contestation judiciaire de sa victoire par le leader de l’opposition, Nelson Chamisa, selon une annonce faite mercredi par un de ses avocats. Chamisa, du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a déclaré que le vote du 30 juillet avait été entaché de fraude. Il a contesté les résultats qui donnent Mnangagwa vainqueur avec 2,46 millions de voix contre 2,15 pour son camp. “Nous avons déposé avec succès nos dossiers d’opposition à cette demande, ce qui, selon nous, n’est qu’une perte de temps, mais les tribunaux doivent décider. L‘étape suivante consistera pour l’Alliance MDC à déposer une déclaration sous serment et à attendre les auditions. Notre équipe de juristes est prête à rencontrer l’Alliance MDC devant les tribunaux”, a expliqué Paul Mangwana, secrétaire de la Zanu-PF pour les Affaires juridiques. La Cour constitutionnelle du pays a 14 jours pour rendre une décision qui sera définitive et ouvrira la voie soit à de nouvelles élections, soit à l’investiture du président actuel, Emmerson Mnangagwa. Alors que l‘élection elle-même, la première depuis que Robert Mugabe a été contraint de démissionner à la suite d’un coup d‘État en novembre dernier, s’est déroulée sans heurts, ses conséquences violentes ont révélé de profondes divisions dans la société. Six personnes ont été tuées dans une répression de l’armée contre des manifestations de l’opposition après le vote.Wed, 15 Aug 2018 11:16:22 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/zimbabwe-mnangagwa-attaque-en-justice-la-requete-de-chamisa/En photos, l'écroulement d'un pont en Italie qui a fait au moins 39 mortshttp://fr.africanews.com/2018/08/15/en-photos-l-ecroulement-d-un-pont-en-italie-qui-a-fait-au-moins-39-morts/L’Italie et sa ville nordiste de Gênes restent encore sous le choc de l‘écroulement d’un viaduc qui a fait 39 morts confirmées et une demi-douzaine de blessés, selon les chiffres de la protection civile. L’effondrement soudain et encore inexpliqué de cet ouvrage massif en béton des années 1960, appelé pont Morandi du nom de son concepteur, a précipité environ 35 voitures et quelques camions dans le vide d’une hauteur de 45 mètres. Le pont de 1,18 km de long, qui s’est effondré sur plus de 200 mètres, a été construit entre 1963 et 1967 en grande partie avec du béton armé précontraint. Trois enfants âgés de 8 à 13 ans figurent parmi les victimes. Il y a également trois Français ainsi que trois Chiliens qui résidaient en Italie, selon les services diplomatiques des deux pays concernés. Ci-dessous, quelques images du drameWed, 15 Aug 2018 13:12:55 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/en-photos-l-ecroulement-d-un-pont-en-italie-qui-a-fait-au-moins-39-morts/L'enterrement d'Air Cemachttp://fr.africanews.com/2018/08/15/l-enterrement-d-air-cemac/Le 3 août dernier à Douala, les ministres des Transports de la CEMAC ont prononcé la liquidation de la compagnie de navigation aérienne sous-régionale qui n’a jamais pu décoller. Au-delà de l‘égoïsme des dirigeants, il y a aussi la question de la maturation des projets en amont. L’on a laissé de côté les entraves comme les taxes et charges qui plombent ce secteur. En effet N’Djaména, Brazzaville et Douala comptent parmi les aéroports les plus chers du continent, en matière d’exploitation. Ce qui pose un vrai problème de rentabilité et de compétitivité... Si les États ont failli, le secteur privé d’Afrique centrale peut bien prendre le relais. L’exemple de la compagnie Asky qui s’affirme sur le continent est un exemple à suivre. Le marché est là, et il est porteur…Wed, 15 Aug 2018 12:13:40 +0000editorial@africanews.com (Jean David MIHAMLE)http://fr.africanews.com/2018/08/15/l-enterrement-d-air-cemac/Joseph Kabila félicité par ses homologues d'Afrique centralehttp://fr.africanews.com/2018/08/15/joseph-kabila-felicite-par-ses-homologues-d-afrique-centrale/Le chef de l’Etat de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, ainsi que le Soudan du Sud étaient au centre des attentions lors d’un mini sommet à Luanda des chefs d’Etat et de gouvernement des pays de l’Afrique centrale. Les messages de félicitations se poursuivent à l’endroit du président Joseph Kabila qui a dévoilé mercredi dernier son dauphin à la présidentielle de décembre à laquelle il ne compte pas se présenter. Réunis à Luanda, la capitale angolaise, “les chefs d’Etat ont salué le fait que le président Joseph Kabila a honoré sa parole de respecter scrupuleusement la Constitution au terme de son second mandat. C’est la preuve de sa détermination à placer l’intérêt du peuple de RDC au-dessus de toute autre chose”, ont écrit dans leur déclaration finales des chefs d’Etat de l’Afrique centrale. Il s’agit des présidents Ali Bongo (Gabon), Dennis Sassou Nguesso (Congo) et Joao Lourenço (Angola) ainsi que les ministres des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo (Rwanda) et Leonard She Okitundu (RDC). >>> LIRE AUSSI : RDC : la Majorité choisit Ramazani Shadary pour la présidentielle Avant que Joseph Kabila ne désigne son ancien ministre de l’Intérieur et secrétaire permanent du parti présidentiel (PPRD), Emmanuel Ramazani Shadary comme Dauphin, les pays de la région ont multiplié les pressions, l’enjoignant de se soumettre à la Constitution et l’Accord de la Saint-Sylvestre. Seuls gages selon eux pour éviter un conflit en RDC et au-delà de ses frontières. À Luanda, les dirigeants d’Afrique centrale ont par ailleurs avalisé l’accord de paix récemment signé entre les bélligérants de la guerre civile au Soudan du Sud et encouragé “toutes les parties à s’investir dans son application pour arriver à la paix désirée et à la réconciliation nationale”. >>> LIRE AUSSI : Joao Lourenço en France – une visite marquée par la crise politique en RDCWed, 15 Aug 2018 10:46:11 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/joseph-kabila-felicite-par-ses-homologues-d-afrique-centrale/Mauritanie : deux journalistes incarcérés [The Morning Call]http://fr.africanews.com/2018/08/15/mauritanie-deux-journalistes-incarceres-the-morning-call/Et pour en savoir plus sur ces arrestations Moulay Najim le président du syndicat des éditeurs de presse de Mauritanie répond à nos questions.Wed, 15 Aug 2018 07:09:36 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/mauritanie-deux-journalistes-incarceres-the-morning-call/Ouganda : retour sur l'arrestation du chanteur et député d'opposition et Bobi Wine [The Morning Call]http://fr.africanews.com/2018/08/15/ouganda-retour-sur-l-arrestation-du-chanteur-et-depute-d-opposition-et-bobi/Juste avant son arrestation Bobi Wine avait affirmé sur twitter que la mort de son chauffeur résultait d’une erreur d’identité et que c’est lui qui était en réalité visé.Wed, 15 Aug 2018 07:08:26 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/ouganda-retour-sur-l-arrestation-du-chanteur-et-depute-d-opposition-et-bobi/RDC-Élections : la stratégie de la société civilehttp://fr.africanews.com/2018/08/15/rdc-elections-la-strategie-de-la-societe-civile/En se regroupant au sein d’une plateforme, des organisations de la société civile de RDC voudraient veiller au respect par le gouvernement des dix conditions sine qua non pour des élections crédibles de nature à garantir la première alternance pacifique de l’histoire du pays. Filimbi, Lutte pour le changement (LUCHA) et les Congolais débout, Agir pour des élections transparentes et apaisées (AETA) et l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ). Ce sont donc ces cinq organisations de la société civile (OSC) de RDC qui ont formé ce mardi 14 août une plateforme appelée « Élections en RDC ». Dans un document publié sur Twitter, la plateforme a énuméré dix conditions que le gouvernement devrait (ou doit) respecter pour une gouvernance électorale susceptible de faire l’unanimité en RDC. De ces dix points, seuls deux ont été respectés, à savoir : le retrait de Kabila de la course à la présidentielle et l‘établissement du calendrier électoral qui fixe les élections au 23 décembre prochain. #RDC: Où en est-on avec mise en œuvre des 10 exigeances pour des élections libres, inclusives et transparentes posées dans l’Accord de la Saint Sylvestre et les résultions pertinentes de la l’ONU? Réponse sur l’image ci-jointe (baromètre), et détails sur > https://t.co/A4u887OXUw pic.twitter.com/7IYEd2SD0Y— LUCHA (@luchaRDC) 14 août 2018 Beaucoup reste donc à faire. Avenir politique de Kabila, libération des prisonniers et retour des exilés, réouverture de tous les médias fermés « arbitrairement », liberté de manifester, accès des observateurs et experts internationaux au travail de la Commission électorale, établissement d’un fichier électoral « fiable » et transparence du dépouillement, .... Tant que toutes ces questions ne seront pas résolues, « nous ne pouvons pas parler d’élections libres, transparentes, inclusives et apaisées », déclarent les membres d‘Élections en RDC. Et ce sont quasiment les mêmes doléances émises par l’opposition et par des institutions internationales dont l’UA et les puissances occidentales dont les États-Unis. Le régime de Joseph Kabila toujours attendu au pied du mur. La crise politique qui secoue la RDC depuis des années semble encore loin d‘être résolue. >>> LIRE AUSSI : Élection en RDC : ce qui reste à faire après le retrait de Kabila >>> LIRE AUSSI : Elections en RDC : Séoul redoute des conséquences négatives de la machine à voter >>> LIRE AUSSI : RDC : que fera Kabila après le pouvoir ?Tue, 14 Aug 2018 20:13:02 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2018/08/15/rdc-elections-la-strategie-de-la-societe-civile/La place de la Russie en Afrique [The Morning Call]http://fr.africanews.com/2018/08/15/la-place-de-la-russie-en-afrique-the-morning-call/La Russie n’a eu de cesse ces trois dernières années de renforcer ses positions sur le contient.Wed, 15 Aug 2018 06:57:43 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/la-place-de-la-russie-en-afrique-the-morning-call/Nigeria : découverte sur les médias sociaux d'un réseau de recrutement de Boko Haramhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/nigeria-decouverte-sur-les-medias-sociaux-d-un-reseau-de-recrutement-de-boko/L’armée nigériane a annoncé ce mardi 14 août avoir découvert des comptes qu’aurait utilisés une faction de Boko Haram sur des réseaux sociaux pour recruter de nouveaux éléments. Une opportunité à saisir pour maximiser la lutte contre la secte islamiste. L’annonce a été faite ce mardi 14 août par le major Murtala Usman, commandant de l’opération Lafiya Dole cité par le quotidien « Today ». C‘était à l’occasion de la semaine nigériane de formation à l’appui au combat à Maiduguri. Nigerian Army uncovers Boko Haram recruitment link on social media https://t.co/a0su8bv29u pic.twitter.com/cK8jj0NAih— TODAY (@todayng) 14 août 2018 Selon Murtala Usman, des comptes de médias sociaux comme facebook, instagram ou whatsap étaient utilisés par Albarnawi, une faction de Boko Haram pour enrôler de nouveaux éléments. Et d’après l’officier, ces comptes auraient déjà enregistré 2000 abonnés. Une découverte qui s’est réalisée grâce à l’interrogatoire subi par un “commandant de Boko Haram connu sous le nom de Malu-Mamman Barde”, qui était traqué et appréhendé à 40 km au sud de Rann, dans la région de Kala-Balge. « Grâce au téléphone portable du suspect, nous avons trouvé plusieurs vidéos sollicitant des financements pour le groupe. Nous avons également trouvé d’autres vidéos offensantes où Barde a été vu en train de prêcher le Jihad et l’idéologie du groupe », explique Murtala Usman. Voilà un atout de plus dans la lutte contre la secte islamiste qui a déjà fait plus de 20.000 morts et près de 2,6 millions de déplacés depuis 2009. Et selon International crisis group (ICG), Boko Haram serait en perte de vitesse au Cameroun. >>> LIRE AUSSI : Nigeria : sept morts dans une attaque de Boko Haram au nord-est >>> LIRE AUSSI : Défait au Niger, Boko Haram sème la désolation au Tchad >>> LIRE AUSSI : 23 soldats nigérians portés disparus après une attaque de Boko HaramTue, 14 Aug 2018 21:44:18 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2018/08/15/nigeria-decouverte-sur-les-medias-sociaux-d-un-reseau-de-recrutement-de-boko/Sierra Leone-Inondations : bientôt un mémorial en hommage aux victimeshttp://fr.africanews.com/2018/08/15/sierra-leone-inondations-bientot-un-memorial-en-hommage-aux-victimes/Le président sierra-léonais Julius Maada Bio a participé mardi à Freetown à une cérémonie à l’occasion du 1er anniversaire des inondations qui avaient fait plus de mille morts en 2017 et promis de construire un mémorial sur le site du sinistre, a rapporté un journaliste de l’AFP. Quelque 500 personnes, pour la plupart en blanc et noir, se sont rassemblées dans une église du Regent, un quartier de la périphérie de Freetown, où de fortes pluies avaient causé l’effondrement partiel d’une montagne durant la nuit du 14 août 2017. “Nous sommes ici pour témoigner de la peine et du traumatisme nés de la tragédie qu’a été le glissement de terrain”, a déclaré le président Bio, qui a pris ses fonctions en avril. Il a annoncé à l’assistance, dont plusieurs survivants, des membres des familles et des proches des victimes, la construction d’un mémorial sur les lieux du désastre. Un an après, les conséquences demeurent Le 14 août 2017, après plusieurs jours de pluies intenses, un pan de la colline Sugar Leaf, dans la banlieue de la capitale, Freetown, s‘était détaché. Des torrents boueux et d‘énormes blocs de pierre avaient dévalé la pente abrupte, emportant les habitations du quartier de Regent, en contrebas, ou les recouvrant entièrement de terre rougeâtre. Un an après, des habitants sont toujours confrontées aux conséquences du sinistre. Olivia Cile, qui a perdu son mari et ses deux enfants dans ce glissement de terrain, affirme être “toujours effrayée quand il pleut la nuit comme si les souvenirs du désastre me hantaient”.  “Je vis toujours dans la zone du sinistre parce que l’aide que les ONG et le gouvernement nous ont fournie n‘était pas suffisante pour entamer une nouvelle vie ailleurs”, a-t-elle dit à l’AFP.  Au cours des 15 dernières années, quatre inondations majeures ont affecté plus de 220.000 personnes en Sierra Leone et causé des dommages économiques graves, selon la Banque mondiale. Celle du mois d’août 2017 a été la plus meurtrière, avec un bilan officiel de 1.141 morts et disparus. D’ici à 2021, le pays aura besoin de quelque 82,41 millions de dollars (70 millions d’euros), soit 2,2% de son PIB, pour se remettre de la catastrophe et, notamment, reconstruire six centres médicaux et 59 écoles, selon la Banque mondiale. La Sierra Leone est classée parmi les pays les plus pauvres au monde.  >>> LIRE AUSSI : Nigeria : quand les érosions font peur au sud-est >>> LIRE AUSSI : Sierra Leone : au moins 600 disparus après les inondations >>> LIRE AUSSI : Catastrophes naturelles en Afrique : et si les dirigeants écoutaient les mathématiciens ? AFPTue, 14 Aug 2018 22:47:50 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/15/sierra-leone-inondations-bientot-un-memorial-en-hommage-aux-victimes/Nigeria : un journaliste détenu pour avoir refusé de divulguer ses sourceshttp://fr.africanews.com/2018/08/15/nigeria-un-journaliste-detenu-pour-avoir-refuse-de-divulguer-ses-sources/Pour des journalistes nigérians, l’arrestation de Samuel Ogundipe est arbitraire. Ils exigent ainsi la libération de l’agent du journal Premium Times. Le monde journalistique très remonté contre les autorités nigérianes. À cause notamment du maintien en détention de Samuel Ogundipe. Selon des informations, le reporter du journal privé Premium Times, a été arrêté la semaine dernière après qu’il a publié un article épinglant les manquements de la police qui avait bloqué l’accès du Parlement. La police le sommait ainsi de divulguer ses sources. Ce qu’il a refusé de faire. Un rapport de Premium Times indique que le journaliste a été détenu sur les ordres de l’Inspecteur général de la police, Ibrahim Idris, qui a exprimé des doutes quant à leur rapport sur ses activités. Pour mettre la main sur Samuel Ogundipe, la police aurait d’abord invité une collègue sur un autre sujet. Et sous pression de la police, cette dernière a appelé Ogundipe qui est arrivé sur instruction de son rédacteur en chef. C’est en ce moment qu’il a été arrêté alors que d’autres journalistes ont été libérés. Le Nigeria, 119è au classement RSF Les médias et les groupes de défense des droits de l’homme ont depuis mardi soir fait pression sur le gouvernement et la police pour qu’ils libèrent le journaliste. Nigeria Police must release journalist Samuel Ogundipe of PremiumTimesng. Journalism is not a crime. Forcing a journalist to reveal his sources is a gross violation. #ENDSAR #freeSamuelOgundipe— Amnesty Int. Nigeria (AmnestyNigeria) August 14, 2018 #Nigeria: pressfreedom is gravely concerned by reports that journalist SamuelOgundipe has been arrested and detained by PoliceNG for his reporting with PremiumTimesng. #JournalismIsNotACrime PoliceNG_PCRRU ProfOsinbajo #FreeSamuelOgundipe https://t.co/Y0HsqVvtXl— CPJ Africa (@CPJAfrica) August 14, 2018 With the arrest of Premium Times reporter, Samuel Ogundipe, by the Police for refusing to disclose the source of his story, I think Acting President ProfOsinbajo should begin his task of overhauling a unit of the Police with removal of this insubordinate IG.#FreeSamuelOgundipe pic.twitter.com/Zvq7ghczN1— Gimba Kakanda (gimbakakanda) August 14, 2018 La plupart des internautes et bliggeurs insistent sur le fait que le journaliste n’était pas obligé de divulguer sa source, ils ont ensuite déploré l’abus de pouvoir de la police. Le Nigeria occupe la 119è place dans le classement 2018 de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). >>> LIRE AUSSI : Presse : 34 journalistes tués à cause de leur travail au premier semestre 2018 >>> LIRE AUSSI : RDC : des journalistes en danger à cause des intérêts fonciers de dignitaires du pouvoir >>> LIRE AUSSI : Congo : une ONG plaide pour une liberation définitive du journaliste Dombé-BembaTue, 14 Aug 2018 22:12:14 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2018/08/15/nigeria-un-journaliste-detenu-pour-avoir-refuse-de-divulguer-ses-sources/RDC : le pouvoir réaffirme son opposition au retour de Moïse Katumbihttp://fr.africanews.com/2018/08/14/rdc-le-pouvoir-reaffirme-son-opposition-au-retour-de-moise-katumbi/Pour le régime de Joseph Kabila, Moïse Katumbi possédant « une identité confuse », ne rentrera jamais en RDC pour déposer son dossier de candidature à la présidentielle du 23 décembre prochain. De la polémique dans l’air kinois Moïse Katumbi reviendra-t-il vraiment en RDC ou mourra-t-il à l‘étranger ? Si l’espoir est permis, le régime de Joseph Kabila semble l’avoir fiché comme persona non grata. Et pour cause : l’identité de l’ancien gouverneur de la province du Katanga prêterait à confusion. «Monsieur Moïse Katumbi a une identité confuse du fait d’avoir renoncé à la nationalité italienne sans avoir fait une quelconque démarche de recouvrement de la nationalité congolaise auprès du gouvernement, autorité compétente », a déclaré André-Alain Atundu Liongo, porte-parole de la Majorité présidentielle au cours d’une conférence de presse animée ce mardi 14 août à Kinshsa. Alain Atundu Une conférence de presse qui résonne comme une réponse du berger à la bergère. Dans une déclaration commune, six cadres de l’opposition ont réclamé hier entre autres « l’inclusivité » des élections générales dont la présidentielle du 23 décembre prochain. Le pouvoir a-t-il raté l’occasion d’arrêter Katumbi ? Allusion sans doute faite à Moïse Katumbi. Lui qui, il y a plus d’une semaine, a été empêché de franchir la frontière congolo-zambienne de Kasumbalesa alors qu’il voulait rentrer dans son pays pour déposer son dossier de candidature aux scrutins à venir. Pour le pouvoir de Kabila, le cas de Katumbi qui est poursuivi par la justice de son pays pour plusieurs motifs dont usurpation de nationalité, « relève de la souveraineté d’un État », selon l’expression d’André-Alain Atundu Liongo. Ce que dénonce l’opposition qui estime que ce n’est pas à un parti d’empêcher un acteur politique de mener des activités politiques. Et à plus forte raison, « le gouvernement de la RDC a refusé à Moïse Katumbi même le droit de se faire arrêter », comme a récemment ironisé Jean-Pierre Muteba, un membre de la société civile. Un paradoxe que des observateurs disent ne pas comprendre. >>> LIRE AUSSI : Trait d’histoire : Katumbi comme Kolelas ? >>> LIRE AUSSI : RDC : d’une seule voix, l’opposition maintient la pression sur le régime de Kabila >>> LIRE AUSSI : L’opposant Katumbi tente de nouveau de rentrer en RDCTue, 14 Aug 2018 17:58:02 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2018/08/14/rdc-le-pouvoir-reaffirme-son-opposition-au-retour-de-moise-katumbi/Egypte : un véhicule à air comprimé pour lutter contre la hausse des prix du carburant [No Comment]http://fr.africanews.com/2018/08/14/un-projet-de-vehicule-a-air-comprime-pour-lutter-contre-la-hausse-des-prix-du/Des étudiants de troisième cycle d’une université égyptienne ont conçu un véhicule à air comprimé dans le but de lutter contre la hausse des prix du carburant et les émissions de carbone.Tue, 14 Aug 2018 15:55:12 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/un-projet-de-vehicule-a-air-comprime-pour-lutter-contre-la-hausse-des-prix-du/Lagos, Douala, Dakar... parmi les villes les moins agréables à vivre au mondehttp://fr.africanews.com/2018/08/14/lagos-douala-dakar-parmi-les-villes-les-moins-agreables-a-vivre-au-monde/La qualité de vie se cherche une place dans certaines villes africaines. Si l’on s’en tient en tout cas au dernier classement de l’Economist Intelligence Unit (EIU) qui évalue chaque année la qualité de vie dans le monde, l’Afrique ne tient pas le haut du pavé. Sept des dix villes les moins agréables au monde se retrouvent en effet sur le continent. La plus grande ville du Nigeria, Lagos, pointe à la 138e place, soit à deux points de la dernière place occupée par la capitale syrienne Damas. La mégapole nigériane est suivie de près par Harare (135), Tripoli (134), Douala (133), Alger (132) et Dakar (131). A l’inverse, Johannesburg a pu faire bonne figure en occupant le 86e rang, devenant de facto la ville la plus agréable en Afrique.  Dans son rapport, l’institut indique que les villes du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie ont du reste été désavantagées par la « violence, que ce soit le crime, l’insurrection civile, le terrorisme ou la guerre ». L’Economist Intelligence Unit (EIU) évalue la qualité de la vie depuis plusieurs années en tenant compte de critères comme la sécurité, la stabilité, les infrastructures, les transports, la qualité de l’environnement, l’offre culturelle ou encore l’accès aux soins et à la santé. Elle disqualifie toutefois les villes où la qualité de vie est plombée par la guerre.Tue, 14 Aug 2018 15:04:55 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/lagos-douala-dakar-parmi-les-villes-les-moins-agreables-a-vivre-au-monde/Burundi : la fin des sacs plastiques dans un an et demihttp://fr.africanews.com/2018/08/14/burundi-la-fin-des-sacs-plastiques-dans-un-an-et-demi/Le Burundi s’en va en guerre contre le sac plastique. Dans un décret rendu public ce mardi 14 août, le président Pierre Nkurunziza a accordé un délai d’un an et demi pour écouler les anciens stocks. . “La fabrication, l’importation, le stockage, la vente et l’utilisation de tous sachets et autres emballages en plastique sont interdits”, selon ce texte signé par M. Nkurunziza. “Un délai de grâce de 18 mois est accordé, à compter de l’entrée en vigueur du présent décret, pour écouler les stocks disponibles et les commandes déjà passées”, précise le texte. Le décret prévoit également des “dérogations” notamment pour “les sachets et les sacs en plastique biodégradable, les matériels en plastique utilisés dans les services médicaux, dans l’emballage industriel et pharmaceutique” notamment. Sur les traces d’autres pays Ces dérogations seront accordées par une autorisation spéciale. Le sac plastique fait partie des principales menaces de l’environnement. Ce qui porte atteinte à la biodiversité et donc à l‘équilibre dans les écosystèmes. Selon le Fonds mondial pour la nature (WWF), 8,8 millions de tonnes de plastique rejoignent les mers chaque année. Les animaux marins tels que les tortues qui les consomment les prenant pour des méduses ont souvent de sérieux problèmes sanitaires conduisant parfois à la mort. Ce qui sans doute explique que d’autres pays africains aient entrepris de lutter contre la pollution au plastique. Le cas du Maroc, du Rwanda et du Kenya qui ont interdit l’usage de sachets en plastique. Mais, la mesure burundaise rencontrera-t-elle le même succès que dans ces pays dont le Rwanda présenté aujourd’hui comme un pays sans sacs plastiques ? La vigilance devrait être de mise surtout au niveau des frontières. >>> LIRE AUSSI : RDC : le gouvernement parviendra-t-il à faire disparaître les sacs plastiques ? >>> LIRE AUSSI : Assemblée de l’ONU au Kenya : la pollution à l’ordre du jour >>> LIRE AUSSI : Kenya : ces déchets plastiques qui menacent la vie des tortues marinesTue, 14 Aug 2018 15:20:30 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2018/08/14/burundi-la-fin-des-sacs-plastiques-dans-un-an-et-demi/Samuel Eto'o a rejoint son 13e club, au Qatarhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/samuel-eto-o-a-rejoint-son-13e-club-au-qatar/Destination Qatar pour l’ancien international camerounais Samuel Eto’o. L’ex-capitaine des Lions Indomptables a rejoint gratuitement le Qatar Sports Club, le treizième vestiaire de sa longue et riche carrière de footballeur, quelques jours après avoir quitté le club turc de Konyaspor par consentement mutuel. Le club basé à Doha a annoncé l’arrivée du footballeur de 37 ans sur son compte Twitter, assurant qu’il serait présenté aux fans ce mardi. Samuel Eto’o, élu quatre fois Ballon d’Or africain de l’année est la dernière recrue de la Qatar Stars League où il rejoindra l’ex-international espagnol Xavi et l’ancien meneur de jeu néerlandais Wesley Sneijder. Deux joueurs qu’il a côtoyés respectivement au FC Barcelone et au AC Milan et avec qui il a remporté la Ligue des Champions. Légende incontestée de l‘équipe du Cameroun avec laquelle il a soulevé deux Coupes d’Afrique, il en est à ce jour le meilleur buteur avec 56 buts. ReutersTue, 14 Aug 2018 13:18:15 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/samuel-eto-o-a-rejoint-son-13e-club-au-qatar/Ingérence : la Fifa menace de suspendre le Nigeria et le Ghanahttp://fr.africanews.com/2018/08/14/la-fifa-menace-de-suspendre-le-nigeria-et-le-ghana-pour-l-ingerence-de-leurs/La Fifa a menacé mardi de suspendre les fédérations de football du Nigeria et du Ghana si des interventions des autorités locales, assimilées à une ingérence, ne sont pas levées. Concernant le Nigeria, la Fifa demande que d’ici à lundi, le président de la Fédération de football du Nigeria (NFF), Amaju Melvin Pinnick, “dûment élu le 30 septembre 2014”, retrouve ses pouvoirs tout comme le comité exécutif. Si ce n’est pas le cas, la NFF sera alors suspendue avec effet immédiat, ajoute la Fifa. L’instance souligne également qu’en cas de suspension de la fédération, la sélection du Nigeria actuellement engagée dans la Coupe du monde féminine des moins de 20 ans en France, sera “exceptionnellement” autorisée à poursuivre la compétition étant donné que le tournoi a débuté. La Fifa menace également de suspendre la Fédération du Ghana (GFA), dont le président Kwesi Nyantakyi a démissionné début juin en raison de soupçons de délits de corruption après des révélations explosives d’une enquête journalistique. La Fifa précise que sa commission d‘éthique a ouvert une enquête à l’encontre de M. Nyantakyi qui a été provisoirement suspendu par cette même commission. Mais l’instance considère que les mesures prises par la justice ghanéenne visant à la dissolution de la fédération constituent une ingérence. Elle demande donc aux autorités locales d’interrompre cette procédure avant le 27 août ou alors la GFA sera immédiatement suspendue. AFPMon, 13 Aug 2018 22:27:12 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/la-fifa-menace-de-suspendre-le-nigeria-et-le-ghana-pour-l-ingerence-de-leurs/Tunisie - Egalité successorale : une manifestation pour soutenir le projet du président Essebsihttp://fr.africanews.com/2018/08/14/tunisie-manifestation-pour-l-egalite-en-matiere-d-heritage/C’est un véritable bras de fer engagé entre anti et pro-socialistes en Tunisie. Pour cause, un projet de loi controversé soutenant l‘égalité entre hommes et femmes. Ils étaient 2000 dont de nombreuses femmes dans les rues de Tunis lundi à défendre un texte soutenu par le président tunisien Béji Caïd Essebsi, et qui rend hommes et femmes égaux en matière d’héritage. Ce texte inédit dans un pays conservateur divise, car il déroge à un principe inspiré du Coran. “Je pense que c’est important de changer aujourd’hui la condition de la femme en Tunisie. Je pense que c’est important que l’on atteigne un jour l’égalité hommes/femmes et quand je vois le nombre de personnes qui sont ici, je suis optimiste et je me dis que c’est toujours possible de changer”, explique Meriam Smida une manifestante. “Je suis là pour défendre nos droits qui sont déjà acquis et pour les protéger, voilà ! Et pour insister, pour insister, pour confirmer, pour défendre nos libertés, la liberté d’expression, la liberté… C’est-à-dire les libertés personnelles”, a renchéri Samia, une autre manifestante. Samedi, une manifestation hostile aux propositions de réforme sociétales avait rassemblé plus de 5.000 personnes à Tunis. La loi tunisienne actuelle qui s’appuie sur le droit islamique prévoit qu’en règle générale, un homme hérite le double d’une femme du même degré de parenté.Tue, 14 Aug 2018 12:58:54 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/tunisie-manifestation-pour-l-egalite-en-matiere-d-heritage/Madagascar : de jeunes délinquants réinsérés dans le monde professionnelhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/madagascar-de-jeunes-delinquants-reinseres-dans-le-monde-professionnel/La ville de Diego-Suarez à Madagascar s’est fait une nouvelle identité. Autrefois connue pour être une scène de crimes commis par des gangs armés, la ville de Diego-Suarez à Madagascar s’est fait une nouvelle identité. Les autorités locales ont pensé à la réinsertion des jeunes délinquants investis dans des bandes organisées. Grâce à ce projet, un centre de formation a vu le jour et des jeunes sans emploi reçoivent différentes compétences professionnelles. Ce projet a obtenu le soutien de l’Organisation internationale du travail qui a fourni du financement à son élaboration. “L’OIT a fourni le financement nécessaire pour la formation théorique et pratique, ainsi que le financement de kits de démarrage une fois que les jeunes auront quitté le centre”, explique Vial Lucet, directeur du centre Secren. Malajosé Pouely a bénéficié de cette formation. Ancien membre du gang “faroche”, il est à présent à la tête d’une entreprise de réparation de bateaux. “Mon père construisait des bateaux en bois et je voulais faire la même chose que lui”, relate le fils de Malajosé. La police patrouille également dans les rues de cette ville côtière pour sensibiliser les jeunes à rejoindre le centre Secren et arrêter d‘éventuels récalcitrants. “Nous allons maintenant déployer des patrouilles dans divers secteurs. Nous le faisons tous les jours pour que la ville soit en sécurité”, soutient Moratamby, commissaire de police. Depuis le lancement du projet en 2016, plus de 200 jeunes ont reçu une formation notamment en électromécanique, en tôlerie ou encore en menuiserie. Le programme de formation a permis à de nombreux jeunes de Diego-Suarez d‘éviter la prison en leur offrant une meilleure occasion de trouver un emploi décent.Tue, 14 Aug 2018 12:50:23 +0000editorial@africanews.com (Ruth LAGO)http://fr.africanews.com/2018/08/14/madagascar-de-jeunes-delinquants-reinseres-dans-le-monde-professionnel/La Zambie va taxer les appels sur internethttp://fr.africanews.com/2018/08/14/la-zambie-va-taxer-les-appels-sur-internet/En Zambie, le gouvernement s’apprête à introduire une taxe sur les appels téléphoniques passés depuis internet. À l’issue d’une rencontre ministérielle tenue ce lundi, les autorités ont décidé d’imposer un tarif de 30 ngwee (environ 0,03 $) par journée. Cette taxe sera facturée par les opérateurs de téléphonie mobile dans le pays. D’ailleurs, comme l’a précisé le porte-parole du gouvernement, Dora Siliya, c’est bien dans l’intérêt des opérateurs de téléphonie (Airtel, MTN et Zamtel) que la décision a été prise. De l’analyse du gouvernement, en effet, l’augmentation des appels téléphoniques en ligne se fait désormais au détriment de ces compagnies, et par ricochet, des emplois dans le secteur des télécommunications. L’opposition conteste Pour l’opposition, il s’agit d’un argument farfelu. Le principal parti d’opposition en Zambie a notamment accusé le gouvernement de manquer de vision, et de surtaxer les populations. “Ce que nous savons, c’est que les abonnés sont déjà taxés lorsqu’ils utilisent les plateformes des médias sociaux chaque fois qu’ils achètent des forfaits de données” ou utilisent le wifi, a déclaré Percy Chanda du Parti uni pour le développement national (UPND). À ce jour, selon les chiffres des autorités zambiennes, 80 % de Zambiens utilisent Whatsapp, Skype et Viber pour passer leurs appels. Aucune date n’a été communiquée sur l’effectivité de la nouvelle taxe. Elle intervient toutefois quelques semaines après que l’Ouganda a décidé de créer une taxe sur les réseaux sociaux pour augmenter les recettes internes du gouvernement et mettre fin aux “commérage”. Une décision qui a suscité une onde de choc dans le pays et hors de ses frontières. Certains estimant qu’il s’agit d’une volonté de brimer les réseaux sociaux, devenus une véritable force politique contre le régime. >>> LIRE AUSSI : Réseaux sociaux et blogs, l’opposition qui dérange des dirigeants africains >>> LIRE AUSSI : Ouganda : la taxe sur l’utilisation des réseaux sociaux va être réexaminéeTue, 14 Aug 2018 13:36:38 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/la-zambie-va-taxer-les-appels-sur-internet/Cameroun : Boko Haram en perte de vitesse (Rapport ICG)http://fr.africanews.com/2018/08/14/cameroun-boko-haram-en-perte-de-vitesse-rapport-icg/Boko Haram serait-il en train de perdre du terrain dans l’Extrême-Nord du Cameroun ? C’est en tout cas la quintessence d’un rapport que vient de publier l’ONG International Crisis Group consacré à la lutte contre la nébuleuse terroriste dans le septentrion camerounais. S’il est vrai que le mouvement djihadiste constitue encore une menace à la paix et la stabilité, le groupe s’est affaibli affirme l’Organisation. Pour preuve, en deux ans, le nombre de victimes, civils et militaires a baissé de 40 %. Une perte d’influence qui trouve son origine dans la baisse du nombre d’attaques du mouvement djihadiste et les échecs récurrents des attentats-suicides. ICG signale également que seuls quelques centaines ou un millier, tout au plus, sur les milliers de Camerounais qui ont rejoint la secte islamiste entre 2012 et 2016, appartiennent encore à ce mouvement. L’ONG interpelle donc le gouvernement camerounais à mettre en place une politique de soutien aux anciens membres de Boko Haram qui pourraient aider à fragiliser le mouvement en dissuadant les combattants camerounais encore actifs.Tue, 14 Aug 2018 12:25:14 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/cameroun-boko-haram-en-perte-de-vitesse-rapport-icg/Nettoyer les plages tunisiennes : le défi de Mohamed Oussamahttp://fr.africanews.com/2018/08/14/tunisie-nettoyer-les-plages-malgre-la-canicule/Armé d’une dizaine de sacs-poubelles, Mohamed Oussama Houij est déterminé à relever le défi de parcourir 300 kilomètres à pied en pleine canicule et nettoyer 30 plages sur son chemin. C’est depuis le mois de juillet que ce jeune ingénieur sanitaire a entamé son périple de deux mois visant à sensibiliser les autorités et les vacanciers sur l’importance de ne pas faire de la mer une poubelle. “Jusque-là, j’ai vu le large panel de la pollution. Ça commence par la pollution des ménages, les personnes qui viennent en mer, ils laissent leurs déchets et ils repartent. Ca va à la pollution des organismes locaux tels que l’ONAS (Office nationale de l’assainissement) ou la STEG (Société tunisienne de l‘Électricité et du Gaz) qui sont en train soit de déverser des eaux [usées ou contaminées] qu’ils ont utilisé dans un processus, ça, c’est la STEG, dans son état brut en mer, ce qui est très polluant, ou le traitement [des eaux] de l’ONAS qui est incomplet.” Explique l’activiste écologiste. Dans un rapport publié en juin, le Fonds mondial pour la nature estimait que “la mer Méditerranée se transforme en un dangereux piège de plastique, avec des niveaux record de pollution qui mettent en danger les espèces marines et la santé humaine”. Le problème de la prolifération des déchets s’est aggravé en Tunisie, après la révolution de 2011, causée par l’absence durant sept ans au pouvoir des élus locaux, mais aussi de l’incivisme et l’absence de conscience environnementale chez les citoyens, a expliqué le ministre de l’Environnement Riadh Moukher. ‘‘Le relationnel avec les citoyens fait varier les choses d’un extrême à un extrême. Donc on a des choses très bonnes, des personnes qui sont très actives, qui t’encouragent, qui sont là, qui viennent avec toi pour nettoyer, qui t’accueillent, et on a des personnes qui tuent toute envie en toi.” Ajoute-t-il. Le manque de volonté... L’activiste relève par ailleurs, le manque de volonté. Selon lui, ‘‘les autorités ne prennent pas comme il se doit le problème de la pollution en Tunisie, il n’y a pas vraiment de bonne volonté!’‘. Au contraire, certains gardiens privés surveillant les plages l’empêchent de passer et exigent de le fouiller – le souvenir d’un assaillant arrivé avec un sac à dos et qui avait fait 38 morts sur une plage de Sousse en 2015 est encore vivace -. Marqué par les cadavres de tortues – il en a trouvé plus d’une trentaine -, les plages sont également jonchées de bouteilles en plastique et de couches de bébés, Mohamed Oussama répertorie “toutes les formes de pollution qu’on est en train de faire subir à la mer”. “J’ai vu le large panel de la pollution qui commence par la pollution domestique des gens qui viennent à la plage en passant par la pollution industrielle” des sociétés privées et publiques, déplore-t-il. En 2017, Mohamed Oussama Houij avait déjà lancé une action citoyenne similaire dénommée “Zabaltouna” pour dénoncer la pollution des rues. Le jeune homme de 27 ans parti de Mahdia dans l’Est tunisien terminera son parcours sur la plage de Soliman, à 40 km de Tunis, la capitale, après avoir nettoyé des plages bondées comme celle de Dar Chaabane à Nabeul mais aussi de petites criques plus secrètes. AFPTue, 14 Aug 2018 11:54:22 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/tunisie-nettoyer-les-plages-malgre-la-canicule/Mali-présidentielle : faible participation au second tour en raison de l'insécuritéhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/mali-presidentielle-faible-participation-au-second-tour-en-raison-de-l/D’après les observateurs électoraux, ils n‘étaient pas nombreux les électeurs qui se sont rendus aux urnes dimanche lors du second tour de la présidentielle au Mali, craignant notamment l’insécurité dans le pays. Beaucoup ont néanmoins décrit le vote comme étant transparent, ce en dépit de quelques incidents. “490 bureaux de vote qui n’ont pas pu ouvrir à 8 heures. Nous étions à 871 la dernière fois et cette fois nous sommes à 490 stations qui ne pouvaient pas ouvrir. Malheureusement, la région de Mopti est en tête avec environ 440 bureaux qui ne pouvaient pas ouvrir; et sur les 440, un minimum de 100 buraux qui ne pouvaient pas ouvrir parce qu’ils étaient inaccessibles,” a révélé Salif Traore, le ministre malien de la Sécurité. Le groupe d’observation des citoyens du Mali, une organisation de la société civile, a affirmé que les craintes liées à la sécurité avaient sérieusement freiné le taux de participation, estimé à un peu plus de 27% des huit millions d’électeurs inscrits. La participation électorale est généralement d’environ 40% lors des élections au Mali. Le Mali est en tête des préoccupations sécuritaires des puissances occidentales en raison de la présence de groupes militants liés à Al-Qaïda et à l’État islamique. Une élection réussie est considérée comme vitale dans les efforts visant à rétablir la stabilité alors que le gouvernement s’attaque à la menace islamiste renaissante et aux affrontements ethniques.Tue, 14 Aug 2018 11:19:46 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/mali-presidentielle-faible-participation-au-second-tour-en-raison-de-l/WhatsApp Business pour les PME[Sci tech]http://fr.africanews.com/2018/08/14/whatsapp-busniess-pour-les-pmesci-tech/C’est une innovation pour les petites entreprises du monde entier, l’application whatsapp continue de croître. Whatsapp a d’abord lancé l’application plus tôt cette année sur certains marchés aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Italie, entre autres, et elle est maintenant disponible dans le monde entier. Cela signifie que si vous êtes une petite entreprise, c’est une façon très pratique de suivre les clients et d’accroître votre clientèle. Nous avons parlé à Josiah Kwesi Eyison, PDG de la société ghanéenne iSpacegh pour les détails Samsung a dévoilé jeudi son dernier modèle de téléphone, le Galaxy Note 9, alors qu’il est tenaillé avec un ralentissement marqué des ventes, le leader mondial de la vente de téléphones intelligents a enregistré une baisse de 22 % de son chiffre d’affaires de mobile et mise sur ce modèle pour stimuler les ventes. De plus, une vague de recherche médicale fournit de nouvelles preuves que la marijuana peut aider les chiens et les chats à guérir l’arthrite, l‘épilepsie, l’anxiété et d’autres maladies sans les effets secondaires des médicaments traditionnels. La demande d’informations est si forte qu’une table ronde “Cannabis et chats” a été organisée le dimanche 5 août, le plus grand événement mondial centré sur les chats, Catcon en Californie.Tue, 14 Aug 2018 09:35:25 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/whatsapp-busniess-pour-les-pmesci-tech/Tensions persistantes en Ouganda : un député de l'opposition porté disparuhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/tensions-persistantes-en-ouganda-un-depute-de-l-opposition-porte-disparu/En amont des législatives partielles qui se tiennent ce mercredi, les tensions s’accroissent en Ouganda. Un célèbre député de l’opposition est porté disparu tandis que dans la soirée de lundi, le chef de l’Etat a été attaqué par des populations en colère. Campagne violente L’Ouganda n’est en principe pas en période électorale. Mais l’assassinat en juin d’Ibrahim Abiriga, député de la ville Arua a rebattu les cartes. Des législatives partielles y ont été programmées. Lundi, la campagne pour ces élections a toutefois viré au cauchemar lorsque des affrontements ont éclaté entre des partisans du candidat indépendant Kasiano Wadri et des agents de la garde présidentielle. Le chef de l’Etat Yoweri Museveni, sur place pour battre campagne pour le candidat du parti au pouvoir Nusura Tiperu, a été attaqué par des partisans de l’opposition, suscitant une réaction musclée des forces de l’ordre. Quant à Robert Kyagulanyi, député de l’opposition plus connu sous le nom de Bobi Wine également dans la ville pour battre campagne pour le candidat indépendant, son chauffeur a été abattu dans la riposte des agents de sécurité. Celui qui fut un célèbre chanteur a annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux, suggérant que c’est lui qui était visé. “En le tuant, ils croyaient me tuer”, a-t-il écrit. Où se trouve Bobi Wine ? Depuis cette déclaration dans laquelle il accusait également la police d’avoir encerclé son hôtel, plus aucun signe du parlementaire. Ses partisans affirment qu’il est entre les mains de la police. Accusation réfutée par la force. Elle confirme bien avoir arrêté le candidat indépendant Kassiano Wadri, dont les partisans sont accusés d’avoir attaqué le convoi du président, mais nie détenir le parlementaire. Arua est calme et les gens continuent leurs affaires. “Nous n’avons pas l’honorable Kyagulanyi en ce moment, mais il est l’un des principaux suspects”, a assuré Jonathan Musinguzi, commandant de la police régionale du Nil occidental. La sphère politique en Ouganda est très mouvementée depuis l’annonce de la réforme constitutionnelle sur la limite d‘âge présidentielle, finalement promulguée par le président Museveni et qui devrait lui permettre de briguer un sixième mandat. Ces tensions sont exacerbées par le nombre en hausse des assassinats dans le pays. >>> LIRE AUSSI : Ouganda : élection législative partielle sous tension, le chef de l’Etat attaquéTue, 14 Aug 2018 08:53:49 +0000editorial@africanews.com (Carole KOUASSI)http://fr.africanews.com/2018/08/14/tensions-persistantes-en-ouganda-un-depute-de-l-opposition-porte-disparu/RDC - Ebola : début d'un traitement expérimental développé par un chercheur congolaishttp://fr.africanews.com/2018/08/14/rdc-ebola-debut-d-un-traitement-experimental-developpe-par-un-chercheur/La République démocratique du Congo a commencé à utiliser un traitement expérimental contre le virus Ebola qui sévit actuellement dans l’est du pays. Développé par un professeur congolais, la molécule mAb114 sera déployée pour la première fois contre une épidémie active. Le 10 août, une nouvelle épidémie d’Ebola a été déclarée en RDC par le ministre de la Santé, juste une semaine après l’annonce de la fin de la précédente. Un comité mixte avait alors avalisé l’utilisation de quatre molécules thérapeutiques dont le mAb114, lors de cette précédente épidémie. Le traitement, développé aux Etats-Unis en 1995, découle des travaux du professeur Jean-Jacques Muyembe, l’un des deux hommes qui ont permis la découverte du virus Ebola en 1976. Pour obtenir la molécule mAb114, le professeur avait recueilli le sérum d’un survivant de l’épidémie d’Ebola à Kikwit en 1995. Expérimentée sur un singe, la molécule s’est avérée 100 % efficace. Zone à “haute insécurité” “Toutefois, en raison de la maitrise rapide de la précédente épidémie, aucune des molécules n’avait pu être administrée et elles étaient restées dans les laboratoires de l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) à Kinshasa”, explique le ministre congolais de la Santé. Le nouveau nid de l‘épidémie à virus Ebola pose toutefois problème. Localisé dans l’est de la RDC, considéré comme une zone à “haute insécurité” le virus pourrait rapidement se propager. En effet, de nombreux groupes armés pullulent dans cette partie du pays et les agents de santé ainsi que les ONG ont déjà manifesté leurs inquiétudes quant à l’accès et à leur sécurité dans ces zones. Selon le ministère de la Santé, “48 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 21 confirmés et 27 probables”. Pour l’heure, le nombre de décès liés aux cas confirmés s‘élèvent à onze.Tue, 14 Aug 2018 09:33:49 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/rdc-ebola-debut-d-un-traitement-experimental-developpe-par-un-chercheur/Le président égyptien inquiet de la sécurité en mer rougehttp://fr.africanews.com/2018/08/14/le-president-egyptien-inquiet-de-la-securite-en-mer-rouge/Soutien indéfectible du Yémen, le président égyptien Abdel Fattah a relevé l’importance du rétablissement de la sécurité dans la région après l’attaque de deux navires pétroliers en mer rouge. Au cours d’une conférence conjointe avec son homologue yéménite au Caire Abd-Rabbo Mansour Hadi, il a rejeté l’idée d’une instrumentalisation de ce pays. “Le Yémen ne deviendra pas une plate-forme pour les menaces à la sécurité et à la stabilité des pays arabes frères ou à la liberté de la navigation dans la mer Rouge et le détroit de Bab al-Mandab” a clamé Aabdel Fattah Al-Sissi, président égyptien. Le président égyptien, Abdel Fattah Al Sissi a réaffirmé l’engagement de son pays en faveur de la sécurité, de la stabilité et de l’intégrité territoriale du Yémen. De plus, il s’est félicité de cette rencontre avec son homologue yéménite alors que le pays traverse une période critique.Tue, 14 Aug 2018 07:54:19 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/le-president-egyptien-inquiet-de-la-securite-en-mer-rouge/RDC : un « héros » de l'indépendance qui pourrait mourir dans l'anonymathttp://fr.africanews.com/2018/08/14/rdc-un-heros-de-l-independance-qui-pourrait-mourir-dans-l-anonymat/Âgé de 85 ans, Armando Brazzos, est très malade. L’ancien sociétaire de l’African Jazz, un des deux orchestres qui jouèrent à la table ronde de 1960 à Bruxelles prélude à l’indépendance du Congo-belge pourrait quitter la terre dans l’anonymat le plus absolu. De quoi souffre réellement Armando Brazzos ? Difficile de le savoir. L’ancien guitariste de orchestre African Jazz de Kabasele Tshamala dit Grand Kallé est malade. « Armando Brazzos se met difficilement debout et marche avec beaucoup de peine. Et il souffre aussi de perte de mémoire », confiait récemment dernière Pierre Yantula Bobina dit Petit Pierre aux Dépêches de Brazzaville, un quotidien du Congo (Brazzaville). Petit Pierre est loin de servir des affabulations. Tant il connaît bien son compatriote et compagnon de lutte. Un compère avec lequel il a contribué à l‘écriture de l’histoire de la RDC. Notamment à la veille de l’indépendance. Année 1960. Toutes les élites africaines ou presque ont le regard tourné vers un destin commun : l’indépendance. Le Congo-belge ne déroge pas à cette réalité. Pour faire plier une Belgique visiblement intransigeante, les Congolais mettent à contribution leurs forces vives dont les musiciens. L’OK Jazz et l’African Jazz furent les deux orchestres nationaux à prendre part à ces pourparlers entre colonisateurs et colonisés. Brazzos n’est pas seul « Quand nous sommes arrivés à Bruxelles, nous nous sommes retrouvés avec trois guitaristes, Nico Kasanda (Dr Niko), Déchaux Muamba et Armando Brazzos ; en clair, deux accompagnateurs et un soliste. Et Brazzos, connaissant mieux la guitare et la structure de l’orchestre, a demandé aux deux frères (Nico et Déchaux) de se mettre à la guitare solo et à l’accompagnement alors que lui s’est proposé à la guitare basse. Ce fut ses débuts comme guitariste basse, à la table ronde. Et nous avons joué “Indépendance cha cha” et “Naweli Boboto”. Ce fut aussi son incorporation dans l’African Jazz », se souvient Petit Pierre. Soucieux de la santé de son collègue, Petit Pierre sollicite l’intervention des Congolais, notamment des autorités. « Je demande à ce qu’on assiste Brazzos de son vivant comme il est malade, il est encore temps de soigner ce monument. Nous sommes tous fils de ce pays. On a décoré les autres. On accorde des soins aux autres, mais pourquoi pas à la famille African Jazz ? On donne des médailles et de l’argent aux footballeurs, mais personne de l’African Jazz n’a bénéficié de l’assistance des autorités, il est temps qu’on pense à nous aussi. J’insiste beaucoup pour Brazzos. Il a besoin d’aide dans ses vieux jours », déplore-t-il, visiblement triste. Petit Pierre à gauche réconfortant son “frère” accablé par la maladie Et lui-même Petit Pierre ? Âgé de 77 ans, il pourrait un jour lui aussi, se battre seul contre la vieillesse et la maladie. Et même tirer sa révérence dans l’indifférence de son pays. Comme cela a été le cas pour les cinq autres membres de l’African Jazz qui jouèrent à la table ronde. A moins de procéder comme le journaliste Paulin Mukendi qui a rendu hommage en avril dernier à Lutumba Simaro. . >>> LIRE AUSSI : Législatives en RDC : le musicien Werrason, candidatMon, 13 Aug 2018 19:14:34 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2018/08/14/rdc-un-heros-de-l-independance-qui-pourrait-mourir-dans-l-anonymat/RDC : d'une seule voix, l'opposition maintient la pression sur le régime de Kabilahttp://fr.africanews.com/2018/08/14/rdc-unie-l-opposition-parle-d-une-seule-voix-et-durcit-le-ton-vis-a-vis-du/Le retrait de Joseph Kabila de la course à la présidentielle est loin de calmer l’opposition. Rapatriement de la dépouille d‘Étienne Tshisekedi, libération de prisonniers, retour de Moïse Katumbi, abandon de la machine à voter, .... L’opposition veut un peu plus. Ils l’avaient dit. Et finalement, ils l’ont fait. Moïse Katumbi, Martin Fayulu Madidi, Freddy Matungulu Mbuyamu, Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi Tshilombo et Jean Pierre Bemba-Gombo, six leaders de l’opposition ont rendu publique la déclaration qu’ils avaient promise à leurs militants. ❗️Déclaration commune historique de moise_katumbi</a> <a href="https://twitter.com/jpBemba?ref_src=twsrc%5Etfw">jpBemba VitalKamerhe1</a> <a href="https://twitter.com/fatshi13?ref_src=twsrc%5Etfw">fatshi13 MartinFayulu</a> <a href="https://twitter.com/CongoCheri?ref_src=twsrc%5Etfw">CongoCheri L’opposition congolaise condamne le blocage de moise_katumbi</a> & réclame son retour afin qu’il participe à l’élection présidentielle ??2018.<a href="https://twitter.com/hashtag/RDC?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw">#RDC</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/RetourKatumbi?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw">#RetourKatumbi</a> ❗️ <a href="https://t.co/BktjVVwCTB">pic.twitter.com/BktjVVwCTB</a></p>&mdash; Ensemble pour le Changement (Ensemble_MK) 13 août 2018 Un document de trois pages qui semble résumer en 17 points la situation politique en RDC. Ces responsables de l’opposition ont d’abord félicité le peuple congolais pour avoir réussi à persuader Kabila de respecter la constitution en s’abstenant de briguer un troisième mandat présidentiel consécutif. Que répondra Kinshasa ? « Le peuple congolais vient de remporter ainsi une victoire historique par sa détermination et d‘énormes sacrifices consentis pour sauvegarder l’ordre politique démocratique contenu dans la constitution du 18 février 2006 et assurer la stabilité des institutions de la République issues du Pacte de Sun City », peut-on lire dans la déclaration. Mais, une satisfaction qui est loin d‘être totale. Notamment, parce que leur collègue Moïse Katumbi n’a pas été autorisé à rentrer au pays pour déposer son dossier de candidature à la présidentielle du 23 décembre prochain. Ils demandent alors au pouvoir de revenir sur sa décision afin de permettre à Katumbi de déposer son dossier. Il y a également le fait que la dépouille d‘Étienne Tshisekedi n’a jamais été rapatriée pour que l’ancien chef de l’opposition soit enterré. Sans oublier l’emprisonnement de plusieurs acteurs politiques. À l’image de Diomi Dongala, Jean-Claude Muyambo et des militants des mouvements FILIMBI et LUCHA. Ainsi, pour l’opposition, la fiabilité du processus électoral dépend de plusieurs actes forts que le gouvernement devrait poser. Notamment la libération « sans condition » des prisonniers « politiques », la suppression de la machine à voter, le nettoyage du fichier électoral qui contiendrait plus de voix que celui audité par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Reste à savoir si le gouvernement répondra favorablement à ces doléances. >>> LIRE AUSSI : RDC : vers une contre-offensive de Katumbi ? >>> LIRE AUSSI : RDC – Retour de Katumbi : la police bloque la frontière avec la Zambie >>> LIRE AUSSI : L’opposant Katumbi tente de nouveau de rentrer en RDCMon, 13 Aug 2018 22:32:49 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2018/08/14/rdc-unie-l-opposition-parle-d-une-seule-voix-et-durcit-le-ton-vis-a-vis-du/Angola : jusqu'à 5 ans de prison pour des fonctionnaires « corrompus »http://fr.africanews.com/2018/08/14/angola-jusqu-a-5-ans-de-prison-pour-des-fonctionnaires-corrompus/Cinq fonctionnaires de l’administration fiscale angolaise ainsi que 4 complices ont été condamnés lundi par la Cour provinciale de Luanda à jusqu‘à 5 ans de prison pour des réductions illégales d’impôts de plus de 5 millions d’euros à une société. L’affaire a fait grand bruit en Angola où la corruption est au centre des débats politiques. Deux fonctionnaires ont été condamnés à une peine de 5 ans, un autre à 4 ans, et deux autres ont été condamnés respectivement à 3 ans et demi et à deux ans pour “blanchiment de capitaux, fraude fiscale et corruption passive”, a constaté un journaliste de l’AFP au tribunal. Quatre autre personnes dont deux épouses des anciens fonctionnaires et un employé de l’entreprise Tecnimed, qui a bénéficié de la réduction fiscale, ont été condamnées à des peines avec sursis.  Y compris la crise économique Le pays traverse depuis plusieurs années une grave crise économique et financière provoquée par la chute des cours du pétrole, sa principale ressource. Au pouvoir depuis septembre dernier, le président Joao Lourenço a promis aux 28 millions d’Angolais un “miracle économique” par la relance des investissements étrangers dans son pays et une lutte sans merci contre la corruption. Il a succédé à José Eduardo dos Santos, qui lui a cédé les rênes du pays après un règne sans partage de 38 ans pendant lequel il a mis l‘économie en coupe réglée au profit d’une poignée de proches. >>> LIRE AUSSI : L’Angola finit par céder à un programme du FMI >>> LIRE AUSSI : Angola: la purge anti-Dos Santos se poursuit >>> LIRE AUSSI : Angola : limogeage du patron de l’armée à son tour victime de la lutte anticorruption AFPMon, 13 Aug 2018 22:51:43 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/angola-jusqu-a-5-ans-de-prison-pour-des-fonctionnaires-corrompus/Ouganda : élection législative partielle sous tension, le chef de l'Etat attaquéhttp://fr.africanews.com/2018/08/14/ouganda-election-legislative-partielle-sous-tension/Caillassage du véhicule du président de la République, mort par balle du chauffeur d’un député, ... La campagne pour l‘élection législative partielle pourrait s’achever sur une bien mauvaise note mercredi. Arua, une petite ville de l’extrême nord-ouest de l’Ouganda, près des frontières congolaises et soudanaises. Ici, aura lieu mercredi 15 août prochain un scrutin législatif partiel afin de remplacer Ibrahim Abiriga, député du Mouvement de résistance nationale (NRM, parti au pouvoir) assassiné en juin dernier. Mais, alors que les candidats amorcent la dernière ligne droite de la campagne, l’atmosphère s’est envenimée ce lundi 13 août. Tout a commencé dans la rue Dorcus Inzikuru. D’après des témoins, des partisans du candidat indépendant, Kassiano Wadri défilaient devant le quartier général de Nusura Tiperu, candidate du NRM. Les altercations qui se sont produites n’ont pas laissé les agents de l’ordre indifférents. Ils ont tiré à balles réelles. Si jusqu’ici la police n’a pas encore commenté les faits, les proches du candidat Kassiano Wadri font état d’un mort dans leur rang. Il s’agit du chauffeur du candidat du député indépendant Robert Kyagulanyi alias Bobi Wine. Ce dernier avait fait le déplacement d’Arua pour prêter main forte à son ami Wadri. Assassinats de hauts responsables politiques Et de son côté, la présidence ougandaise a annoncé le caillassage du véhicule du président de la République. À en croire des sources proches, Yoweri Museveni se trouvait lui aussi à Arua en campagne. Bien que les dégâts semblent moins graves, la Toyota land Cruiser du président ougandais a tout de même perdu toute sa vitre arrière. En attendant une éventuelle déclaration promise par la police, la présidence a déjà ses coupables : les militants de l’opposition. « Ce sont les partisans de l’opposition qui ont caillassé le véhicule du président ce soir dans la ville d’Arua. La police publiera une déclaration sur cet incident sous peu », a indiqué Don Wanyama, porte-parole de Museveni, sur sa page Twitter. President KagutaMuseveni</a> car that was hit by opposition supporters this evening in Arua town. The police will issue a statement on this incident shortly. <a href="https://twitter.com/nbstv?ref_src=twsrc%5Etfw">nbstv newvisionwire</a> <a href="https://twitter.com/DenisNabz?ref_src=twsrc%5Etfw">DenisNabz FrankTumwebazek</a> <a href="https://twitter.com/mollykamukama?ref_src=twsrc%5Etfw">mollykamukama JustineLumumba</a> <a href="https://t.co/qlT9jwePJ0">pic.twitter.com/qlT9jwePJ0</a></p>&mdash; Don Wanyama (nyamadon) 13 août 2018 Il est aussi à noter que depuis 2017, l’Ouganda enregistre des assassinats de hauts responsables politiques. Le dernier en date est celui en juin dernier d’Ibrahim Abiriga, membre de la Majorité qui avait milité pour la suppression de la limite d‘âge du candidat à l‘élection présidentielle. >>> LIRE AUSSI : Ouganda : nouvelle rixe au Parlement autour du débat sur la limite d‘âge présidentiel >>> LIRE AUSSI : Ouganda : la justice autorise un sixième mandat à MuseveniMon, 13 Aug 2018 19:40:22 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2018/08/14/ouganda-election-legislative-partielle-sous-tension/Qualifications CAN U-17 : La CAF disqualifie 11 joueurs de plus de 11 ans [Football Planet]http://fr.africanews.com/2018/08/13/qualifications-can-u-17-la-caf-disqualifie-11-joueurs-de-plus-de-11-ans/Le nigerian Emmanuel Amuneke, l’ancien super eagle a été nommé lundi entraîneur de l‘équipe nationale de Tanzanie pour un contrat de deux ans. Il a été présenté lors d’une conférence de presse de la Fédération tanzanienne de football et sera en charge des Taifa Stars aux côtés des assistants et entraîneurs locaux. I'm ready for this new fresh challenge as Head Coach of The Tanzania National Football Team. Thanks to the Tanzania Football Federation for their confidence. The ideas have what football requires. Let's start to work hard #amuneke #serengetibeer #kcbbank #vodacom #azamtv #TFF pic.twitter.com/RyZyDG0wF1— Emmanuel Amuneke (@AmunekeEmma9496) August 7, 2018 Les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations U-17 de 2019 ont débuté dimanche en Tanzanie. Une seule équipe sortira des qualifications, de la zone CECAFA, pour rejoindre les autres qualifiés de l‘édition 2019 de la CAN U-17 prévue du 12 au 26 mai 2019 en Tanzanie. Dans le même temps, la Confédération africaine de football a disqualifié 11 joueurs de plus de 11 ans avant le début des qualifications. Selon la CAF, les tests d’IRM ont prouvé que certains joueurs sont trop âgés et ne sont pas éligibles pour le tournoi. Dans cet émission, nous avons parlé à Jeff Kinyanjui, journaliste sportif à Nairobi au Kenya. Il partage son point de vue sur la “ fraude à l‘âge “ qui sévit dans les championnats africains des jeunes. En avril 2013, neuf joueurs ont été exclus du Championnat d’Afrique des moins de 17 ans au Maroc après que des scanners IRM ont montré qu’ils dépassaient la limite d‘âge. BREAKING NEWS: CAF pounces on age-cheats at U17 AFCON qualifier in Tanzania. Most affected: KEN (3 players), UGA (3), TAN (2), BUR (1), RWA (1), SSD (1), UD (1). Only fully compliant DJI, ETH kwalimwadavid</a> <a href="https://twitter.com/FERWAFA?ref_src=twsrc%5Etfw">FERWAFA Tanfootball</a> <a href="https://twitter.com/MistaWahome?ref_src=twsrc%5Etfw">MistaWahome CAF_Online</a> <a href="https://twitter.com/UEFA?ref_src=twsrc%5Etfw">UEFA OfficialFUFA</a> <a href="https://t.co/NAwYeDuFQ7">pic.twitter.com/NAwYeDuFQ7</a></p>&mdash; Voice of Sport (vos_africa) August 11, 2018 Toujours chez les moins de 17 ans, le Cameroun a été sacré champion du tournoi de l’Union des Fédérations de football d’Afrique centrale après la finale jouée dimanche contre la République du Congo, au stade de Malabo en Guinée Equatoriale. Les légendes néerlandaises du football Clarence Seedorf et Patrick Kluivert ont également été présenté à la presse respectivement comme entraineur et entraineur adjoint de l‘équipe nationale camerounaise.. Le duo a signé un contrat de quatre ans tout juste à quelques mois de la Coupe d’Afrique des Nations qui se jouera au cameroun. Ils ont pour mission de remporter le tournoi. Et aussi de qualifier les Lions Indomptables pour la prochaine coupe du monde 2022 au Qatar. Follow @muisyo_Mon, 13 Aug 2018 12:17:41 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/qualifications-can-u-17-la-caf-disqualifie-11-joueurs-de-plus-de-11-ans/Arrêt sur images du 13 août 2018http://fr.africanews.com/2018/08/13/arret-sur-images-du-13-aout-2018/Africanews s’arrête sur les images les plus marquantes de l’actualité de la journée.Mon, 13 Aug 2018 16:26:28 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/arret-sur-images-du-13-aout-2018/RDC : vers une contre-offensive de Katumbi ?http://fr.africanews.com/2018/08/13/rdc-vers-une-contre-offensive-de-katumbi/Des partisans de Moïse Katumbi entendent multiplier des actions pour obtenir non seulement le retour de leur leader, mais aussi la mise en place des conditions d‘élections « crédibles » en RDC. L’appel à la mobilisation a été lancé ce lundi 13 août par Delly Sesanga Hipungu Dja Kaseng Kapitu, secrétaire général de la plateforme « Ensemble pour le changement » fondé et dirigé par Moïse Katumbi. « Appel à la mobilisation générale : manifestations dans toutes les provinces pour des élections. Il n’y a pas d’élection crédible sans inclusivité, sans le retour de Moïse Katumbi. Il ne revient pas au Front commun pour le changement (FCC, mis en place par le président Kabila) de choisir les candidats de l’opposition », peut-on lire dans un tweet de Delly Sesanga. Appel à la mobilisation générale: manifestations dans toutes les provinces pour des élections https://t.co/u1E7EI7XBU n’y a pas d’élection crédible sans inclusivité, sans le retour de moise_katumbi.Il ne revient pas au FCC de choisir les candidats de l’opposition.MichaelTshi pic.twitter.com/oBlFKvIp8f— Delly SESANGA HIPUNG (@DSESANGA) 13 août 2018 Une mobilisation qui procède de ce qu’on pourrait appeler mésaventure de Katumbi à Kasumbalesa. C’est en effet ici à la frontière congolo-zambienne que l’opposant a été refoulé à deux reprises alors qu’il voulait rentrer dans son pays pour déposer son dossier de candidature à la présidentielle de décembre. Des institutions internationales dont l’UA ont appelé elles aussi à des élections « inclusives ». Mais, des appels restés lettre morte jusqu’ici. >>> LIRE AUSSI : L’opposant Katumbi tente de nouveau de rentrer en RDC >>> LIRE AUSSI : RDC – Retour de Katumbi : la police bloque la frontière avec la Zambie >>> LIRE AUSSI : RDC : des populations de Lubumbashi dans la rue pour exiger le retour de Moïse KatumbiMon, 13 Aug 2018 16:53:35 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2018/08/13/rdc-vers-une-contre-offensive-de-katumbi/Congo – Mort suspecte de 13 jeunes : des écrivains attendent un acte du président Sassouhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/congo-mort-suspecte-de-13-jeunes-des-ecrivains-attendent-un-acte-du-president/Emmanuel Dongala et Gabriel Mwènè Okoundji, écrivains congolais de renom, montent au créneau pour demander un éclaircissement sur la mort de 13 jeunes dans un commissariat de Brazzaville. Dans une chronique signée dans Le Monde, les deux écrivains originaires de la République du Congo interpellent le chef de l’Etat Denis Sassou N’Guesso et formulent en deux points leur requête sur la question. Premièrement, que le gouvernement élucide l’opinion sur les circonstances exactes de l’arrestation de ces jeunes et les raisons qui ont causé ces décès. “Que dit du Congo ce drame qui se produit dans l’enceinte même du commissariat d’un pays souverain censé être un Etat de droit ? Une si terrible situation ne peut laisser indifférent aucun être qui se reconnaît homme”, peut-on lire dans la tribune. Sur le second point, les deux écrivains espèrent une adresse du chef de l’Etat congolais qui pourrait intervenir lors de son allocution à l’occasion de la Fête nationale du 15 août. Elle devrait permettre de répondre à certaines questions que voici : « Existe-t-il un procès-verbal de ces arrestations ? Y a-t-il eu tortures et actes de barbarie dans l’enceinte de ce commissariat ? Des commissions d’enquête ont-elles été diligentées en toute indépendance ? À quel niveau ? Pour quelles conclusions ? », soulignent MM. Dongala et Okoundji. Plusieurs jours se sont écoulés depuis la mort, fin juillet, de 13 jeunes dans le commissariat de police Chacona, dans le sixième arrondissement de Brazzaville. Si le gouvernement a annoncé la prise en charge des frais d’inhumation, l’affaire continue de faire parler dans le pays. Et ce d’autant que les versions contradictoires se sont confrontées au sein même du gouvernement, et qu’aucune information supplémentaire n’a été communiquée depuis. >>> LIRE AUSSI : Congo – Mort suspecte de 13 jeunes : versions contradictoires au sein du gouvernement >>> LIRE AUSSI : Congo-Mort suspecte de 13 jeunes : des familles réclament des indemnisations >>> LIRE AUSSI : Congo : mystère sur la mort de 13 personnes lors de violences entre gangs rivauxMon, 13 Aug 2018 15:40:02 +0000editorial@africanews.com (Carole KOUASSI)http://fr.africanews.com/2018/08/13/congo-mort-suspecte-de-13-jeunes-des-ecrivains-attendent-un-acte-du-president/Décès de Samir Amin, l'altermondialiste défenseur de l'Afriquehttp://fr.africanews.com/2018/08/13/deces-de-samir-amin-l-altermondialiste-defenseur-de-l-afrique/En Afrique et au-delà, il était considéré comme une tête forte de la pensée critique dans le domaine de l‘économie. Décédé dans la soirée de dimanche, l‘économiste franco-égyptien Samir Amin laisse un héritage intellectuel immense pour nombre d’Africains. L’information est tombée ce lundi. Samir Amin, considéré comme l’un des plus féconds théoriciens de l‘économie marxiste et maoïste du XXe siècle est décédé à l‘âge de 87 ans. En Afrique, la nouvelle de son départ a un échos retentissant en raison de son engagement à défendre la souveraineté économique du continent. Figure de proue des mouvements altermondialistes, l’agrégé en sciences économiques a, en effet, très vite attiré l’attention de la jeune Afrique nouvellement indépendante sur les dangers d’une économie capitaliste. À l’inverse, il suggère une logique de développement marxiste pour soustraire les pays en développement de l’impérialisme économique des nations occidentales. Une thèse qu’il met en perspective dans son ouvrage à succès, Le développement inégal. Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique, paru en 1973, sur les rapports Nord-Sud. Haro sur les institutions financières internationales Dans la même lignée, il s‘était érigé en pourfendeur des programmes du FMI et de la Banque mondiale en Afrique qu’il considérait au profit des occidentaux. « Les indépendances ont peut-être mis fin à la colonisation en tant que telle mais certainement pas à l’impérialisme économique », affirmait-il. Macky Sall, le président du Sénégal – où l‘économiste vivait depuis une quarantaine d’années déjà – a rendu, comme d’autres Africains, un vibrant hommage au penseur. Au Sénégal, Samir Amin a laissé l’Institut africain de développement économique et de planification dont il est le fondateur. À toute l’Afrique, il laisse un héritage intellectuel pour plusieurs générations d‘économistes et d’universitaires. Il avait consacré toute sa vie au combat pour la dignité de l’Afrique, à la cause des peuples et aux plus démunis. Avec la disparition du Pr Samir Amin, la pensée économique contemporaine perd une de ses illustres figures. Mes condoléances émues au nom de toute la Nation. #Kebetu— Macky SALL (@Macky_Sall) 13 août 2018 Grand hommage à l’économiste Altermondialiste Samir Amin. Je vous recommande la lecture de son ouvrage L’histoire économique du Congo de 1880 à 1968. Il a éveillé nos esprits. pic.twitter.com/sevaEayEm7— Akouala Alain (@AlainAkouala) 13 août 2018 Un grand monsieur nous a quittés : Samir Amin. Lui auprès duquel nous avons appris l'exigence que nécessite l'économie du développement. Son héritage intellectuel reste plus actuel que jamais par ces temps troubles où l'économie libérale montre sa nature non inclusive et inégale pic.twitter.com/9tt7NkKO0Y— El Mesbahi Kamal (@Meska12) 13 août 2018 #SamirAmin est décédé hier. Ses travaux accompagnèrent des générations de militants dans la compréhension des #mécanismesdedomination. Ses concepts de #centre et #périphéries, de #déconnexion et de #développementinégal restent des outils indispensables à nos lutte. Repose en paix pic.twitter.com/SAxDdLJdvv— Saïd Bouamama (@BouamamaFUIQP) 13 août 2018Mon, 13 Aug 2018 14:32:35 +0000editorial@africanews.com (Carole KOUASSI)http://fr.africanews.com/2018/08/13/deces-de-samir-amin-l-altermondialiste-defenseur-de-l-afrique/"Malika, reine guerrière" : place aux super-héroines africaines ! [This is Culture, TMC]http://fr.africanews.com/2018/08/13/malika-reine-guerriere-place-aux-super-heroines-africaines-this-is-culture-tmc/Malika est le dernier personnage créé par Roye Okupe, un graphiste et scénariste nigérian, passionné d’afro futurisme. Son personnage s’inspire ouvertement de la légende de la princesse Amina de Zaria, appelée aussi « la reine guerrière », qui aurait régné sur une grande partie du territoire Haoussa au 16ème siècle. Roye Okupe qui a fondé Youneek Studios, une maison d‘édition de bandes dessinées dont tous les héros sont africains l’explique lui-même, son objectif, c’est de raconter l’histoire, la culture et la mythologie africaine. Produire des films basés sur des personnages africains est indispensable selon Roye, pour véhiculer une représentation positive du continent, que l’on réduit encore trop souvent à la pauvreté et à la corruption, et pour changer la manière dont les Africains et les noirs à travers le monde se perçoivent eux-même. C’est pour cela qu’il a décidé d’auto-produire les premiers épisodes de Malika, grâce à une campagne de financement participatif sur “Kickstarter “. @NigeriasinsightMon, 13 Aug 2018 12:02:02 +0000editorial@africanews.com (Bridget UGWE)http://fr.africanews.com/2018/08/13/malika-reine-guerriere-place-aux-super-heroines-africaines-this-is-culture-tmc/Afrique du Sud : la justice invalide la nomination du procureur général par Zumahttp://fr.africanews.com/2018/08/13/afrique-du-sud-la-justice-invalide-la-nomination-du-procureur-general-par-zuma/Shaun Abrahams, le procureur général en Afrique du Sud a été indûment nommé par l’ancien président Jacob Zuma, a jugé lundi la Cour constitutionnelle qui a demandé son remplacement dans les 90 jours. Selon la Cour, M. Abrahams a accédé à son poste après un processus “constitutionnellement non valable” comprenant une grosse compensation financière pour son prédécesseur Mxolisi Nxasana, offerte par M. Zuma. “M. Abrahams a bénéficié de cet abus de pouvoir. Qu’il ait participé ou non à cet abus de pouvoir importe peu”, a estimé le juge Mbuyiseni Madlanga dans sa décision. Shaun Abrahams a souvent été accusé par la presse ou des hommes politiques de protéger M. Zuma et ses proches. Mis en cause dans de nombreux scandales, M. Zuma, 76 ans, a été poussé à la démission mi-février après un long bras de fer avec son parti, le Congrès national africain (ANC) au pouvoir, et son successeur Cyril Ramaphosa. Il doit notamment être jugé d’ici à la fin de l’année pour une affaire dans laquelle il est soupçonné d’avoir touché des pots-de-vin de la part du groupe de défense Thales à l’occasion d’un contrat d’armement d’un montant de près de 4 milliards d’euros attribué en 1999. A l‘époque “ministre” provincial puis vice-président du pays, l’ancien chef de l’Etat nie les accusations portées contre lui. AFPMon, 13 Aug 2018 08:58:17 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/afrique-du-sud-la-justice-invalide-la-nomination-du-procureur-general-par-zuma/Mali : Second tour de l'élection présidentielle [The Morning Call]http://fr.africanews.com/2018/08/13/mali-second-tour-de-l-election-presidentielle-the-morning-call/Le second tour de la présidentielle malienne endeuilléepar la mort d’un agent électoral lors d’une attaque dans le nord du pays. Le scrutin qui intervient dans un contexte sécuritaire tendu a vu une participation timide des citoyens. Alou Diawara, le correspondant d’Africanews à Bamako, livre les toutes dernières informations concernant le scrutin dans le Moning Call.Mon, 13 Aug 2018 09:25:13 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/mali-second-tour-de-l-election-presidentielle-the-morning-call/Deux touristes, dont un Chinois, tué par des hippopotames au Kenyahttp://fr.africanews.com/2018/08/13/deux-touristes-dont-un-chinois-tue-par-des-hippopotames-au-kenya/Drames successifs sur les bords de la vallée du Rift ce week-end au Kenya. Un touriste chinois et un pêcheur ont été tués par des hippopotames. Destinée commune pour un touriste chinois et un pêcheur kényan. Dans la soirée de samedi, le touriste a été tué par une morsure d’hippopotame sur le lac Naivasha. “L’homme a été mordu à la poitrine et ses blessures étaient graves. Il est mort quelques minutes après avoir été récupéré du lac”, a déclaré Gideon Kibunja, responsable des enquêtes criminelles dans la vallée du Rift, au nord-ouest de Nairobi. Un autre touriste originaire de Chine, également blessé par la bête, a quant à lui eu la vie sauve après avoir reçu des soins à l’hôpital local de Naivasha, a indiqué le Service kényan de la faune dans un communiqué. Dans la même région, à quelques heures seulement d’intervalles, un pêcheur kényan subissait le même sort. Il a été attaqué par un autre hippopotame à quelques kilomètres de l’endroit où les touristes l’ont été le samedi. Ces décès portent à six le nombre de personnes qui ont été tuées par des hippopotames depuis le début de l’année autour du lac Naivasha. Les autorités kényanes de la faune le concèdent, les hippopotames et les buffles solitaires représentent le plus grand danger pour les humains dans cette zone. Toutefois, assurent-elles, les attaques contre les touristes sont rares, car ces derniers sont généralement accompagnés de guides, a assuré le porte-parole des Services de la faune Paul Udoto, qui dit ne pas comprendre les circonstances dans lesquelles ont été attaqués les touristes chinois.Mon, 13 Aug 2018 12:30:19 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/deux-touristes-dont-un-chinois-tue-par-des-hippopotames-au-kenya/Promouvoir et conserver la culture africaine [Grand Angle]http://fr.africanews.com/2018/08/13/promouvoir-et-conserver-la-culture-africaine-grand-angle-grand-angle/Les cultures africaines s’exportent-elles assez en dehors du continent ? Comment peut-on faire en sorte d’assurer leur rayonnement ? Autant de questions que pose l‘équipe du Morning Call à Alimata Salambéré. ancienne ministre burkinabè de la culture. Elle fait aussi partie des membres fondateurs du FESPACO. Elle est aujourd’hui la directrice de l’ONG Soca qui s’emploie à contribuer au rayonnement de l’Afrique à travers le monde.Mon, 13 Aug 2018 09:13:44 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/promouvoir-et-conserver-la-culture-africaine-grand-angle-grand-angle/Le Mali se remet de l'instabilité (Ibrahim Boubacar Keïta)http://fr.africanews.com/2018/08/13/le-mali-se-remet-de-l-instabilite-ibrahim-boubacar-keita/C’est un discours plutôt nationaliste qu’Ibrahim Boubacar Keïta a tenu hier dimanche à la sortie du bureau de vote de Sebenicoro à Bamako. Selon le candidat à la magistrature suprême, le combat contre l’instabilité sécuritaire semble être gagné et le Mali se remet tout doucement de cette guerre contre le terrorisme. Pour IBK, les signes sont plus qu‘évidents. “Ce peuple se remet en ligne pour resister à la sanction la trame de son histoire se remet en place et je gage que tout ce que nous avons connu comme difficultés est désormais derrière nous” a indiqué Ibrahim Boubacar Keïta, président sortant. En dépit de cet optimisme, le scrutin du 12 août n’a pas échappé à la barbarie des terroristes. À Tombouctou, un président de bureau de vote a été tué par des présumés djihadistes. Dans le nord du pays, du matériel a été emporté autant d’incidents qui font dire à certains que la guerre contre le terrorisme est loin d‘être gagné.Mon, 13 Aug 2018 11:34:38 +0000editorial@africanews.com (Ruth LAGO)http://fr.africanews.com/2018/08/13/le-mali-se-remet-de-l-instabilite-ibrahim-boubacar-keita/Un jeune Congolais en passe de révolutionner l'accès aux médicaments en Afrique [Inspire Africa]http://fr.africanews.com/2018/08/13/le-jeune-congolais-en-passe-de-revolutionner-l-acces-aux-medicaments-en-afrique/Du haut de ses 28 ans Rufin Lepembe Ovoula a créé un système ingénieux permettant à des individus – au Congo et dans d’autres pays d’Afrique – d’avoir accès à des médicaments de manière plus rapide et pratique. Hannane Ferdjani s’est entretenue avec le président prometteur de Lisungui Pharma.Mon, 13 Aug 2018 11:03:22 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/le-jeune-congolais-en-passe-de-revolutionner-l-acces-aux-medicaments-en-afrique/"When Africa meets you", premier long-métrage chinois entièrement tourné en Afriquehttp://fr.africanews.com/2018/08/13/when-africa-meets-you-premier-film-chinois-entierement-tourne-en-afrique/La coopération entre la Chine et l’Afrique passe également par la culture. C’est le message que veulent envoyer les promoteurs du Festival international du film sino-africain. Pour sa deuxième édition qui se tiendra en octobre, au Cap, en Afrique du Sud, le festival lève ses rideaux avec le film When Africa meets you. Il s’agit du premier film chinois entièrement tourné en Afrique, assure sa productrice Wan Minfang, bien que le lieu exact du tournage n’ait pas précisé. Mêlant à la fois histoire d’amour, aventures et lutte contre le braconnage, When Africa meets you fait en outre la part belle à l’apport de la Chine au développement économique local, rapporte l’agence de presse Xinhua. Si le film se veut également une vitrine de la beauté de l’Afrique, loin des conflits, le synopsis présenté sur les sites de streaming parmi lesquels IMDb.com laisse toutefois perplexe et tend à contrarier l’initiative. Il raconte, en effet, l’histoire d’une jeune fille urbaine chinoise qui “se perd au coeur de l’Afrique”. Menacée par des braconniers, des prédateurs et des mercenaires affamés, elle doit alors se battre pour avoir la vie sauve. La sortie en salles de When Africa meets you permettra probablement de souligner une nouvelle fois la question du braconnage en Afrique dont le film se fait le pourfendeur. Un phénomène dans lequel la Chine est pourtant accusé de prendre une part active. >>> LIRE AUSSI : Shuidong, la ville chinoise au coeur du trafic d’ivoire venant d’Afrique >>> LIRE AUSSI : Zambie : arrestation de 3 Chinois pour trafic de cornes de rhinocérosMon, 13 Aug 2018 11:38:41 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/when-africa-meets-you-premier-film-chinois-entierement-tourne-en-afrique/Mali : Soumaïla Cissé crie à la fraudehttp://fr.africanews.com/2018/08/13/mali-soumaila-cisse-crie-a-la-fraude/Au Mali, l’opposition accuse le pouvoir de fraude, alors que le verdict des urnes se fait encore attendre. C’est dans le village de Niafounké à Tombouctou où il a voté dimanche que Soumaïla Cissé a ouvertement dénoncé un manque de fair-play de la part du camp adversaire. Selon lui , le parti d’Ibrahim Boubacar Keïta a usé de plusieurs stratagèmes comme la corruption des électeurs, le bourrage d’urnes pour faciliter la réélection du président sortant. “Je dois dire que je vote avec beaucoup de de confiance. Beaucoup de confiance parce que nous avons fait une campagne extraordinaire, en particulier ici à Niafounké. Nous avons parcouru l’ensemble du pays. L’autre camp est malheureusement dans la fraude. Les bulletins son pré-votés à Gao, on a des exemples. À Bamako, les gens ont déjà des bulletins. Mais nous allons gagner parce que nous sommes sur le chemin de la vérité. Nous sommes sur le chemin de l’espoir. Et les Maliens ont besoin de changer. Ils n’ont pas besoin de tricherie. Ils n’ont pas besoin d’un président qui triche pour gagner” a souligné Soumaïla Cissé, candidat à la présidentielle. À ces accusations, le camp d’Ibrahim Boubacar Keita a repliqué, affirmant qu’il n’essayerait pas de frauder avec l’assurance de l’estime de son peuple. C’est dans ce contexte assez particulier e que de milliers de Maliens attendent toujours la proclamation des résultats officiels.Mon, 13 Aug 2018 10:20:07 +0000editorial@africanews.com (Ruth LAGO)http://fr.africanews.com/2018/08/13/mali-soumaila-cisse-crie-a-la-fraude/Au Kenya, le président Kenyatta en campagne contre la corruptionhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/au-kenya-le-president-kenyatta-en-campagne-contre-la-corruption/La Journée internationale de la jeunesse célébrée ce dimanche a été un prétexte de plus pour le chef de l’Etat kényan Uhuru Kenyatta de militer contre la corruption dans son pays. Un message certes empreint de rigueur, mais qui peine à convaincre. Face aux jeunes rassemblés dans la ville de Kisii, à l’ouest du Kenya, le message du dirigeant kényan était sans équivoque : aucune tolérance pour les corrompus. Il a dès lors invité les jeunes Kényans à traduire en justice toutes les personnes qui s’adonneraient à la corruption. Une logique dans laquelle Nairobi semble s‘être inscrite ces dernières semaines. En effet, de nombreux fonctionnaires ont été arrêtés sur des soupçons de détournement de fonds, dont l’un dans le cadre de la construction du chemin de fer Nairobi – Mombasa. “Le pouvoir est entre vos mains pour mettre fin à ce vice dans ce pays”, a déclaré le président Kenyatta. Traiter le mal à la racine Bien qu’empreint de rigueur, l’appel du président kényan a été accueilli avec scepticisme, d’autant plus que la police, où doivent être conduits corrompus et corrupteurs, est connue pour être elle-même notoirement corrompue. La Commission de la police nationale chargée d‘éliminer depuis 2012 les mauvaises graines au sein de l’institution a été critiquée pour ne pas avoir suffisamment réformé la force de 99 000 personnes. La corruption est considérée comme un mal endémique au Kenya et l’actuel régime au pouvoir est accusé d‘être le plus corrompu de toute l’histoire du Kenya depuis son indépendance de la Grande-Bretagne en 1963. Si depuis son second mandat débuté en 2017 Uhuru Kenya semble décidé à mettre un point d’honneur sur la lutte contre la corruption, la méthode fait tout de même débat. C’est notamment le cas des tests de détection de mensonges pour tous les responsables des achats et des comptes dans les ministères, départements et agences du gouvernement dont la fiabilité peine à convaincre. Pour beaucoup, il serait désormais temps que le Kenya traite la corruption à la racine avec des propositions politiques solides pour toute l’administration. “Mesurer le succès de la lutte contre la corruption en utilisant simplement les poursuites est problématique car il ne traite pas des incitations systémiques à la corruption. Ces incitations dépassent largement la capacité du Kenya à punir la corruption”, suggère Patrick Gathara, commentateur politique et caricaturiste kényan. >>> LIRE AUSSI : Au Kenya, les fonctionnaires de l’Etat devront passer au détecteur de mensongeMon, 13 Aug 2018 10:01:15 +0000editorial@africanews.com (Carole KOUASSI)http://fr.africanews.com/2018/08/13/au-kenya-le-president-kenyatta-en-campagne-contre-la-corruption/Cameroun : nouvelle vidéo d'exécutions extrajudicaires [The Morning Call]http://fr.africanews.com/2018/08/13/cameroun-nouvelle-video-d-executions-extrajudicaires-the-morning-call/Une nouvelle vidéo effroyable obtenue par Amnesty International montre des membres des forces de sécurité camerounais tirant sur une dizaine de personnes désarmées, au cours d’une opération militaire dans le village d’Achigachia dans la région de l’Extrême-Nord du pays, a déclaré l’organisation vendredi 10 août.Mon, 13 Aug 2018 09:18:31 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2018/08/13/cameroun-nouvelle-video-d-executions-extrajudicaires-the-morning-call/