Flux RSS Africanews Recevez gratuitement toutes les actualités publiées sur africanews.com, en vous abonnant à un de nos flux RSS. http://fr.africanews.com/feed/rss Thu, 17 Aug 2017 09:32:53 +0000 Thu, 17 Aug 2017 09:32:53 +0000 Maroc : 600 migrants africains secourus en 24 heures par l'Espagne dans la Méditerranée http://fr.africanews.com/2017/08/17/maroc-600-migrants-africains-secourus-en-24-heures-par-l-espagne-dans-la/ http://fr.africanews.com/2017/08/17/maroc-600-migrants-africains-secourus-en-24-heures-par-l-espagne-dans-la/ Thu, 17 Aug 2017 09:32:53 +0000 La Méditerranée, devenue un carrefour incontournable pour nombre de candidats africains à l’aventure, a de nouveau écrit une nouvelle page de son histoire. La marine espagnole a annoncé avoir secouru quelque 600 migrants essayant de traverser la Méditerranée depuis le Maroc, au cours des dernières 24 heures. Cinq migrants ont été sauvés tôt ce jeudi dans le détroit de Gibraltar, tandis que pour la seule journée de mercredi, 593 migrants – 424 dans le détroit et 169 autres à l’est en Méditerranée ont été secourus. Ce qui en fait l’un des jours les plus fréquentés de la Méditerranée par les migrants. Plus de 9 000 migrants sont arrivés en Espagne par voie maritime cette année, soit plus du double du nombre de la même période l’année dernière. Des dizaines de milliers de migrants en provenance d’Afrique tentent la périlleuse traversée maritime en Europe dans les bateaux de contrebandiers chaque année, avec de nombreuses noyades en cours de route. Le nombre de réfugiés sud-soudanais en Ouganda grimpe à un million http://fr.africanews.com/2017/08/17/le-nombre-de-refugies-sud-soudanais-en-ouganda-grimpe-a-un-million/ http://fr.africanews.com/2017/08/17/le-nombre-de-refugies-sud-soudanais-en-ouganda-grimpe-a-un-million/ Thu, 17 Aug 2017 08:28:06 +0000 L’Ouganda est devenue une véritable terre d’accueil pour les réfugiés sud-soudanais. Le nombre de ces populations chassées de leur pays par la tragique guerre qui s’y déroule, a franchi la barre d’un million, a annoncé dans un communiqué le Haut commissariat des réfugiés. Au cours des douze derniers mois, ce sont quelque 1 800 réfugiés sud-soudanais – dont 85 % de femmes et d’enfants – qui se sont rendus en Ouganda chaque jour. Seulement, les fonds se font encore rare pour le financement de cet afflux massif de réfugiés. Sur les 674 millions de dollars nécessaires à leur prise en charge, seuls 21 % ont été mobilisés. Jeudi, le HCR a de nouveau appelé la communauté internationale de regarder le problème en face et à accorder davantage de soutien à ces réfugiés. Le 22 juin dernier, un sommet sur la solidarité pour les réfugiés organisé par l’Ouganda en collaboration avec les Nations unies a été organisé en vue de lever 2 milliards de dollars pour la prise en charge des réfugiés en 2018. Bidibi, devenu en début d’année le plus grand camp de réfugiés au monde en lieu et place de celui de Dadaab au Kenya, après avoir ouvert en août 2016 seulement, héberge plus de 270.000 personnes. Malgré cet afflux qui a pris de court aussi bien les autorités ougandaises que les humanitaires, le pays n’entend pas fermer ses frontières. Bien au contraire, ce pays d’Afrique de l’Est entretient une politique d’ouverture “qui fournit aux réfugiés des terres, une éducation et une chance de travailler” à tous les arrivants afin qu’ils puissent se prendre en charge, confiait en mai le Premier ministre ougandais au micro de RFI. Carole Kouassi En Afrique du Sud, l'affaire Grace Mugabe vire au casse-tête diplomatique http://fr.africanews.com/2017/08/17/en-afrique-du-sud-l-affaire-grace-mugabe-vire-au-casse-tete-diplomatique/ http://fr.africanews.com/2017/08/17/en-afrique-du-sud-l-affaire-grace-mugabe-vire-au-casse-tete-diplomatique/ Thu, 17 Aug 2017 07:39:23 +0000 Les autorités du Zimbabwe ont requis l’immunité pour la première dame du pays Grace Mugabe, mise en cause par d’embarrassantes accusations d’agression contre un mannequin en Afrique du Sud qui menacent de virer au casse-tête diplomatique. Après de longues heures d’incertitudes, le ministère sud-africain de la Police a annoncé mercredi que Mme Mugabe avait invoqué l’immunité et qu’elle se trouvait toujours sur son territoire, démentant qu’elle avait regagné Harare. “Les avocats de la suspecte et les représentants de son gouvernement ont sollicité verbalement les enquêteurs (de la police) pour leur signaler que la suspecte souhaitait invoquer l’immunité diplomatique”, a indiqué le ministère. Grace Mugabe est accusée d’avoir, dimanche dernier, frappé et blessé au visage Gabriella Engels, une mannequin de 20 ans qui se trouvait dans le même hôtel qu’elle avec des amis, dans un quartier huppé de Johannesburg. La jeune femme a déposé plainte pour coups et blessures, assurant avoir été entaillée au front. Selon les détails livrés mercredi par le ministère de la Police, Mme Mugabe avait initialement convenu avec les autorités sud-africaines de se présenter d’elle-même mardi dans un commissariat de Johannesburg. Cet “arrangement” devait lui permettre de présenter sa “version des faits” avant que le parquet ne se prononce sur l’ouverture éventuelle d’une enquête, a ajouté le ministère. ‘Suspecte’ Mais la “suspecte” a renoncé à se présenter, arguant d’une protection diplomatique en tant qu‘épouse du président. Plusieurs médias ont rapporté dès mardi soir sur la foi de sources anonymes que la première dame avait discrètement regagné la capitale de son pays Harare. Le ministère sud-africain de la Police les a démenties en assurant qu’elle se trouvait toujours en Afrique du Sud, sans toutefois dévoiler le lieu de sa villégiature. Elle “n’a pas quitté la République (sud-africaine)” et a informé les autorités de sa présence au sommet de la Communauté de développement des pays d’Afrique australe auquel son époux doit participer ce week-end à Pretoria, selon le ministère. Robert Mugabe a quitté dès mercredi soir Harare pour Pretoria en vue de cette réunion, a rapporté la télévision nationale zimbabwéenne, sans mentionner l’affaire impliquant sa femme. Grace Mugabe se trouvait en Afrique du Sud pour faire soigner une blessure au pied, selon les médias de son pays. Comme son mari, elle se rend parfois à l‘étranger pour des raisons médicales, les services de santé de son pays étant en pleine déliquescence. Sollicitée par l’AFP, un porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères, Clayson Monyela, avait indiqué que son déplacement était “une visite privée dans laquelle le gouvernement ne pouvait être impliqué”. Femme d’influence Cette affaire menace de perturber les relations traditionnellement bonnes entre l’Afrique du Sud et son voisin. “Les citoyens étrangers doivent comprendre qu’ils ont des responsabilités, surtout ceux qui ont des passeports diplomatiques. Je ne peux pas me rendre au Zimbabwe, tabasser quelqu’un et attendre que l’affaire disparaisse”, a déclaré mardi le ministre sud-africain de la Police Fikile Mbalula. Des négociations étaient toujours en cours mercredi entre les deux pays, selon le ministère sud-africain de la Police, pour trouver une issue à cette embarrassante affaire. Le gouvernement zimbabwéen n’a pas immédiatement réagi mardi au dépôt de plainte contre Grace Mugabe. Cette affaire entache un peu plus l’image déjà très controversée de la première dame. Mariée au président zimbabwéen depuis 1996, elle est régulièrement épinglée pour son goût pour les vêtements de luxe, les voyages et son implication supposée dans des scandales de corruption dans un pays plombé par une grave crise économique. De plus en plus impliquée dans les affaire politiques du pays, Grace Mugabe est présidente de la ligue des femmes de la ZANU-PF, le parti au pouvoir au Zimbabwe. Elle est régulièrement présentée comme une des favorites pour succéder à son mari à la tête du Zimbabwe. Pour l’heure, Robert Mugabe, qui est à 93 ans le plus vieux dirigeant en exercice de la planète, n’a pas l’intention de céder sa place: il est d’ores et déjà candidat à sa propre succession pour les élections de 2018. AFP Gabon : Ali Bongo confirme un prochain remaniement ministériel http://fr.africanews.com/2017/08/17/gabon-ali-bongo-confirme-un-prochain-remaniement-ministeriel/ http://fr.africanews.com/2017/08/17/gabon-ali-bongo-confirme-un-prochain-remaniement-ministeriel/ Wed, 16 Aug 2017 22:11:21 +0000 Un remaniement ministériel va avoir lieu “dans les prochains jours” au Gabon, a confirmé le président Ali Bongo Ondimba mercredi dans son traditionnel message pour la fête de l’indépendance, près d’un an après sa réélection contestée. M. Bongo a indiqué qu’il avait demandé à son Premier ministre de “mettre immédiatement au travail le gouvernement qui sera formé dans les tous prochains jours”, dans un discours télévisé à la veille du 57e anniversaire de l’indépendance du Gabon. Ce nouveau gouvernement sera formé “conformément aux conclusions du dialogue politique”, a-t-il ajouté. Ce “dialogue politique” pouvoir-opposition-société civile a été voulu par M. Bongo pour tenter de sortir le Gabon des tensions politiques nées de l‘élection présidentielle d’août 2016 et des violences post-électorales. Le rival de M. Bongo, Jean Ping, a refusé d’y participer et continue de se proclamer “le président élu”, allant jusqu‘à affirmer que l’actuel chef de l’Etat va bientôt quitter le pouvoir. “Il n’y a pas un Gabon de la majorité et un Gabon de l’opposition, encore moins un Gabon d’ailleurs”, a insisté M. Bongo alors qu’une partie de la diaspora conspue les officiels gabonais pendant leur déplacement à l‘étranger. Le président gabonais a aussi estimé qu’il y avait dans son pays, qui connait une grave crise économique en raison de la chute des prix du pétrole et d’un manque de diversification économique, “beaucoup trop de mouvements sociaux, intempestifs et pas souvent justifiés”. A l’occasion de la fête nationale de l’indépendance, M. Bongo a reçu du président français Emmanuel Macron un message de “sincères félicitations”, aussi adressées au peuple gabonais. “Usage diplomatique tout à fait routinier”, selon une source française, ce message ayant été perçu au Gabon par certains opposants qui réclament le départ d’Ali Bongo comme un soutien au président. Gabon : un courrier d'Emmanuel Macron à Ali Bongo fait débat http://fr.africanews.com/2017/08/16/gabon-un-courrier-d-emmanuel-macron-a-ali-bongo-fait-debat/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/gabon-un-courrier-d-emmanuel-macron-a-ali-bongo-fait-debat/ Wed, 16 Aug 2017 21:09:08 +0000 Le Gabon célèbre ce 17 août son accession à l’indépendance. Pour l’occasion, le président français Emmanuel Macron a adressé un courrier à son homologue Ali Bongo. « Monsieur le Président, à l’occasion de la fête nationale de la République gabonaise, j’ai le plaisir de vous adresser à vous-même ainsi qu‘à l’ensemble de vos compatriotes, mes sincères félicitations. Je tiens à souligner l’importance que j’attache au dialogue et à la coopération entre nos deux pays. », peut-on lire dans le courrier relayé par plusieurs internautes. Alors qu’il y avait un vif débat entre partisans de l’opposant Jean Ping et ceux d’Ali Bongo sur l’authenticité du courrier depuis quelques heures, l’Elysée a confirmé cela dans l’après-midi auprès de la Radio RFI, au grand dam des partisans de l’opposition. Toutefois, la présidence française ne veut pas laisser place à l’amalgame et à la récupération politique. « Un simple courrier traditionnel, classique pour la fête nationale », « Une pratique habituelle de l’Elysée », clarifie une source contactée par RFI. Mais le service communication de la présidence gabonaise ne l’entend pas de cette oreille. Comme un ‘‘signe ostentatoire’‘ du soutien du président français au pouvoir d’Ali Bongo, il a publié le courrier qui a été aussitôt récupéré sur les réseaux sociaux « Le Président Emmanuel Macron écrit au Président Ali Bongo Odimba… Fin des spéculations Macron l’a dit, voilà c’est fait #breakingnews », écrit une internaute. Le président français a jusque-là été très prudent sur la réélection d’Ali Bongo. Le 5 avril 2017, il déclarait : « Il me semble que l‘élection de Monsieur Ali Bongo est pleine d’incertitudes et d’inconnus, qui justifient un jugement circonstanciel ». Ebrin Brou Les démons du racisme refont surface selon Antonio Guterres http://fr.africanews.com/2017/08/16/les-demons-du-racisme-refont-surface-selon-antonio-guterres/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/les-demons-du-racisme-refont-surface-selon-antonio-guterres/ Wed, 16 Aug 2017 18:41:42 +0000 Le patron de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé mercredi tout le monde à “se lever” contre le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme ou l’islamophobie, en réponse à une question sur le débat qui secoue les Etats-Unis après des propos controversés de Donald Trump. Interrogé lors d’un point-presse sur ce qu’il pensait des déclarations du président américain renvoyant dos à dos des groupuscules suprémacistes blancs et des manifestants antiracistes, Antonio Guterres a répondu qu’il ne commentait pas ce que disent des chefs d’Etat. Mais “j’affirme des principes (...): le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme ou l’islamophobie empoisonnent nos sociétés et il est absolument essentiel pour nous tous de nous lever contre eux partout et tout le temps”, a-t-il ajouté. “Malheureusement ces démons refont surface un peu partout”, a noté le secrétaire général, en allusion implicite aux violences survenues samedi à Charlottesville dans l’est des Etats-Unis lors d’une manifestation de suprémacistes blancs. Les propos de Donald Trump sur l’origine de ces violences ont laissé nombre d‘élus américains sans voix, y compris dans son camp, alors qu’un profond malaise s’est installé aux Etats-Unis. Interrogé sur d‘éventuelles pressions américaines pour qu’il ne s’exprime pas trop, Antonio Guterres s’est défendu d’avoir une parole contrainte par la présidence Trump. “Je n’ai eu aucune pression pour ne pas parler”, a-t-il rétorqué. “Il n’y a rien qui puisse m’influencer pour ne pas affirmer les valeurs essentielles de la charte (des Nations unies) et les valeurs essentielles de notre civilisation commune”. “Je dirai ce que je crois être nécessaire indépendamment du fait que cela pourrait ne pas plaire au président d’un pays ou d’un autre”, a-t-il précisé. Nigeria : la commission en charge de la lutte anti-corruption cible d'une attaque http://fr.africanews.com/2017/08/16/nigeria-la-commission-en-charge-de-la-lutte-anti-corruption-cible-d-une-attaque/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/nigeria-la-commission-en-charge-de-la-lutte-anti-corruption-cible-d-une-attaque/ Wed, 16 Aug 2017 18:09:14 +0000 Le siège de la Commission nigériane des crimes économiques et financiers (EFCC) à Abuja a été attaqué mercredi par des hommes “lourdement” armés, qui ont tiré sur les façades et dans le parking, sans faire de victimes, a annoncé l’EFCC. Cette attaque a eu lieu au siège de la EFCC mercredi matin vers 05h00 (04h00 GMT), rapporte Wilson Uwujaren, porte-parole de la Commission, dans un communiqué. “Le groupe composé de bandits lourdement armés ont envahi la propriété et ont commencé à tirer, notamment sur les voitures garées dans le parking”, ajoute le communiqué. Selon M. Uwujaren, les assaillants se sont enfuis en déposant une lettre de menace de mort à l’encontre d’Ishaku Sharu, l’un des principaux enquêteurs de l’EFCC. M. Sharu, qui dirige la section de contrôle des fraudes sur le marché des changes, est en charge de nombreux dossiers compromettant pour plusieurs personnalités politiques et militaires nigérianes de premier plan. L’incident survient quelques semaines après la tentative d’assassinat d’un autre inspecteur, Austin Okwor, à Port Harcourt (sud-est). Le président Buhari, arrivé au pouvoir en 2015, a promis de débarrasser le Nigeria de la corruption endémique qui gangrène l’administration depuis des décennies. Le chef d’Etat est toutefois à Londres depuis plus de 100 jours, pour des raisons de santé. Depuis deux ans, l’agence anti-corruption (EFCC) a enquêté sur les détournements présumés commis par de nombreux responsables politiques et de sociétés parapubliques, notamment Patience Jonathan, épouse de l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan ou l’ancienne ministre du Pétrole, Diezani Alison-Madueke. D‘énormes sommes d’argent ont été saisies, des propriétés confisquées, mais peu d’affaires ont abouti à des condamnations en justice jusqu‘à présent. Les détracteurs de M. Buhari l’ont souvent accusé d’instrumentaliser la lutte anti-corruption à des fins politiques contre l’entourage de son prédécesseur et les membres du parti d’opposition PDP (People’s Democratic Party). AFP Tunisie: un homme donne une sépulture aux migrants morts en mer http://fr.africanews.com/2017/08/16/tunisie-un-homme-donne-une-sepulture-aux-migrants-morts-en-mer/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/tunisie-un-homme-donne-une-sepulture-aux-migrants-morts-en-mer/ Thu, 17 Aug 2017 05:27:45 +0000 Une sépulture digne de ce nom pour rendre aux migrants disparus au large de la Tunisie leur dignité humaine… C’est dans cette décharge située à Errouis, près de Zarzis, non loin de la frontière avec la Libye que Chamseddine Marzoug s’est donné la mission d’enterrer “dignement” les victimes de la mer. Lunettes noires et chapeau sur la tête pour se protéger de la canicule, le quinquagénaire n’a pour seul outil qu’une pelle pour mener à terme son entreprise. “Nous ne demandons rien d’autre qu’un cimetière qui respecte la dignité des êtres humains. C’est quoi l’être humain ? Peu importe la religion, on ne va pas prier pour la personne, nous, on l’enterre, on la respecte et le respect est un devoir.” Déclare Shamseddine Marzoug, bénévole du croissant Rouge de Zarzis. En 12 ans, cet ancien pêcheur aujourd’hui au chômage, qui a aussi travaillé comme chauffeur pour le Croissant-Rouge, dit avoir enterré des centaines de migrants. Trouver un cimetière dans cette région frontalière à la Libye n’est pas chose aisée ; un appel de fonds va être lancé par le comité régional de la Croix-Rouge. “Là, nous sommes justement à la recherche d’un terrain que l’on pourra acheter. Nous allons lancer un appel de fonds, du public, de tout le monde, et même au niveau international pour nous aider à acheter un terrain de 50 sur 50 mètres pour le dédier à ce projet.” Explique Mongi Slim, président du comité régional du Croissant Rouge tunisien à Médenine. Selon des chiffres officiels, 126 personnes de diverses nationalités ont été secourues au large de Zarzis depuis début 2017, et 44 dépouilles récupérées. Soit une petite fraction des plus de 2.000 personnes qui, d’après l’Organisation internationale pour les migrations, ont péri cette année en tentant la traversée de la Méditerranée depuis la Libye vers l’Italie. Kenya: l'opposition va saisir la Cour suprême pour contester les résultats (Odinga) http://fr.africanews.com/2017/08/16/kenya-l-opposition-va-saisir-la-cour-supreme-pour-contester-les-resultats-odinga/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/kenya-l-opposition-va-saisir-la-cour-supreme-pour-contester-les-resultats-odinga/ Wed, 16 Aug 2017 21:40:27 +0000 L’opposition au Kenya va saisir la Cour Suprême pour contester la réélection du président Uhuru Kenyatta qu’elle estime entachée de fraudes, a annoncé mercredi à la presse son leader Raila Odinga, après avoir dans un premier temps écarté cette option. “Nous avons décidé de saisir la Cour et de montrer au monde la fabrication d’un pouvoir généré par ordinateur”, a déclaré M. Odinga, réitérant ses accusations de fraude électronique du scrutin du 8 août. M. Odinga, 72 ans, a également appelé à diverses formes de manifestations pacifiques, rappelant que la Constitution de 2010, dont il fut l’un des grands artisans, protégeait le droit de manifester, de faire grève et de recourir à la désobéissance civile. “Nous prêcherons la paix (...) nous défendrons nos droits de se rassembler et de manifester. Nous organiserons des veillées, des minutes de silence, nous battrons le tambour et ferons tout ce qui est possible pour attirer pacifiquement l’attention sur ces injustices électorales flagrantes”, a-t-il déclaré. Au moins 17 personnes sont mortes dans les violences qui ont éclaté dès l’annonce vendredi de la victoire de M. Kenyatta, la police ayant réprimé implacablement les manifestations de colère des partisans de M. Odinga dans plusieurs de ses bastions, notamment les principaux bidonvilles de Nairobi et Kisumu (ouest). “Les Kényans n’ont pas besoin de recourir à la violence pour obtenir justice”, a assuré M. Odinga. “Ce pays est à présent divisé entre ceux qui sont prêts à vivre dans une autocratie et les forces de liberté et pro-démocratiques”, a-t-il estimé. L’opposition affirme que le score de M. Kenyatta est le fruit d’une manipulation du système électronique de transmission et de comptage des voix utilisé par la Commission électorale, des accusations que M. Odinga a réitérées mercredi et que son camp devra prouver devant la Cour suprême. En 2013, M. Odinga avait déjà saisi la Cour Suprême pour contester l‘élection de M. Kenyatta dès le premier tour du scrutin, mais la Cour avait finalement validé le résultat. Fort de ce précédent, la coalition d’opposition Nasa avait d’abord exclu de porter son contentieux en justice, malgré d’importantes pressions internationales en ce sens. Mais, a expliqué M. Odinga, les récentes menaces de fermeture par le gouvernement de deux organisations susceptibles d’aller en justice ont contraint l’opposition à réviser sa position et à déposer elle-même le recours. “Notre décision d’aller en justice constitue une deuxième chance pour la Cour suprême. La cour peut saisir cette chance pour se racheter ou, comme en 2013 elle peut aggraver les problèmes auxquels la Nation est confrontée”, a-t-il expliqué. Une fois saisie, d’ici l’expiration du délai légal vendredi, la Cour suprême disposera de 14 jours pour rendre son arrêt. “Personne ne doit penser, et surtout pas ceux qui sont derrière le vol frauduleux de cette élection, que les Kényans sont des moutons disposés à accompagner le massacre de la démocratie”, a-t-il averti. Nigeria : des œufs colorés sur le marché http://fr.africanews.com/2017/08/16/nigeria-des-oeufs-colores-sur-le-marche/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/nigeria-des-oeufs-colores-sur-le-marche/ Thu, 17 Aug 2017 05:27:15 +0000 Au Nigeria, l’imagination pour aguicher les consommateurs n’a pas de limite. Une entreprise vient de mettre sur le marché des œufs cuits colorés. Avec cette innovation, l’entreprise Funtuna prend une longueur d’avance sur la concurrence grâce à un avantage comparatif sur le marché de Lagos. Pour obtenir la coloration, les œufs sont d’abord nettoyés puis placés sur une machine à cuire, après quoi ils sont pulvérisés avec des colorants alimentaires. Jean David MIHAMLE Charlottesville : Le revirement de Donald Trump http://fr.africanews.com/2017/08/16/charlottesville-le-revirement-de-donald-trump/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/charlottesville-le-revirement-de-donald-trump/ Wed, 16 Aug 2017 14:21:14 +0000 Les nouveaux propos du dirigeant américain sur la situation de Charlottesville semblent contredire sa déclaration de samedi dernier. Quitte à choquer des observateurs. C’est ce qu’on pourrait appeler virage à 90 dégrés. Alors qu’il avait trois jours auparavant condamné l’attaque à la voiture belier de Charlottesville dans l’Etat de Virginie, le président des Etats-Unis vient de renvoyer dos à dos les auteurs de manifestations. “J’ai condamné les néo-nazis, j’ai condamné plusieurs type de groupes mais tous ces gens n‘étaient pas néo-nazis, croyez-moi, tous n‘étaient pas des suprémacistes blancs, loin s’en faut”, a indiqué Donald Trump, le 15 août dernier, lors d’une conférece de presse. Ce, avant d’ajouter: “George Washington était bien un propriétaire d’esclaves ? Donc Geroge Washington devrait perdre aujourd’hui sa statue ? Excusez moi, mais allons-nous faire tomber la statue de George Washington ? Et celle de Thomas Jefferson ? Qu’est ce que vous pensez de Thomas Jefferson ? Vous l’aimez ? OK, très bien. Allez-vous faire tomber sa statue parce qu’il était l’iun des plus grands propriétaire d’esclaves!” Si l’ancien leader du KKK (Ku Klux Klan), David Duke a salué “le courage et l’honnêteté pour avoir dit la vérité”, nombre d’acteurs politiques ont condamné les propos du 45ème président des Etats-Unis d’Amérique. D’abord pour leur caractère confus. “Des dirigeants de tous bords, venus de tout le pays, ont dénoncé ces personnes et leurs actes dans des termes clairs, sans hésitation. Le peuple américain a besoin que son président fasse la même chose, et ils en ont besoin maintenant”, a écrit dans un communiqué le gouverneur démocrate de Virginie, Terry McAuliffe. Le nouveau discours trumpiste a par ailleurs été perçu comme une sorte de légitimation de la haine. “La haine raciale a toujours existé en Amérique. Nous le savons, mais Donald Trump vient de la remettre à la mode !”, a lancé la star du basket LeBron James. Avec ce nouveau revirement de Donald Trump, le pays de l’Oncle Sam pourrait faire face sous peu, à une vive polémique susceptible de fragiliser davantage une société américaine visiblement rongée par la haine raciale depuis des siècles. Mali : le président accepte de surseoir à sa réforme constitutionnelle http://fr.africanews.com/2017/08/16/mali-le-president-accepte-de-surseoir-a-sa-reforme-constitutionnelle/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/mali-le-president-accepte-de-surseoir-a-sa-reforme-constitutionnelle/ Wed, 16 Aug 2017 13:25:18 +0000 Au Mali, la réforme constitutionnelle voulue par le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Kéita, peut patienter. Le président malien a accepté de “surseoir” à son projet, annonce un communiqué publié dans la soirée de mardi. Ce report est le fruit d’une médiation menée par les chefs religieux et traditionnels du Mali le samedi 12 août 2017 avec la présidence de la République et la plateforme “Antè A Bana – Touche pas à ma Constitution” (société civile et parti politiques opposés au référendum). À l’inverse, les autorités maliennes ont obtenu le report d’une marche des opposants à la révision constitutionnelle, qui devait se tenir ce mercredi 16 août “pour exiger la mise en accusation devant la Haute Cour de Justice de Monsieur Ibrahim Boubacar Keita pour haute trahison”.. “A l’issue de leur rencontre, le samedi 12 août 2017, les familles fondatrices de Bamako et les leaders religieux ont demandé au président de la République de surseoir au projet de révision constitutionnelle et de continuer les concertations afin d’obtenir un consensus. Le Président de la République a accepté ces deux doléances”, a précisé le communiqué. Depuis près de trois mois, la société civile et des partis d’opposition se montrent radicalement opposés au projet de référendum en vue de la réforme constitutionnelle. Ils accusent notamment le président IBK de violer l’article 118 de la Constitution en vigueur qui n’autorise pas une révision de la loi fondamentale alors que le pays ne jouit pas de son entière intégrité territoriale (allusion à la situation des régions nord du Mali, où l’administration est absente). Si la plateforme “Antè A Bana – Touche pas à ma Constitution” a accepté de surseoir à sa marche, elle a cependant donné un autre ultimatum au président malien. Ainsi, le samedi 19 août, elle prévoit un grand rassemblement, en espérant d’ici là, le président malien annonce “l’abandon du projet de révision constitutionnelle” et fasse “une adresse solennelle à la nation dans ce sens”. RDC – crise alimentaire : les agences onusiennes lancent un appel à l'aide http://fr.africanews.com/2017/08/16/rdc-crise-alimentaire-les-agences-onusiennes-lancent-un-appel-a-l-aide/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/rdc-crise-alimentaire-les-agences-onusiennes-lancent-un-appel-a-l-aide/ Wed, 16 Aug 2017 16:21:23 +0000 La recrudescence des violences dans les régions du Kasaï et du Tanganyika en République démocratique du Congo inquiète les agences onusiennes. Selon L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 7,7 millions de personnes souffrent de faim et près de 1,4 millions d’autres ont fui leur maison. Des chiffres en nette augmentation de 30 % par rapport à l’année dernière. Plus d’une personne sur 10 vivant actuellement dans des zones rurales souffre de faim aiguë. ‘‘Nous avons des ressources limitées, nous avons seulement assez pour soutenir 5 000 familles. Maintenant, à l’intérieur et aux alentours de la ville, il y a 70 000 personnes dans le besoin. Il y a 12 000 familles. Nous manquons de soutien agricole pour 7 000 familles.” Explique Moise MUHINDO de l’organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (fao) de tshikapa. En juin, l‘Église catholique a signalé que les forces de sécurité congolaises et une milice qui les avaient combattus avaient tué au moins 3 383 personnes dans la région centrale du Kasaï depuis octobre. Les responsables de l‘Église, citant leurs propres sources sur le territoire éloigné qui bordent l’Angola, ont déclaré que l’armée avait détruit 10 villages, car elle cherchait à supprimer une insurrection. Agnès a survécu à l’attaque et a été aidée à la sécurité par les passants. Aujourd’hui, Agnès est parmi un certain nombre de Congolais déplacés vivant à Tshikapa, une ville dans la région du Kasaï, située à environ 40 milles au nord de la frontière angolaise. “ Mes six enfants ont été brûlés vivants dans ma maison. Mon mari a fui, mais je ne sais pas s’il est mort ou vivant. J’ai reçu un traitement traditionnel pour mes blessures à Kamonia”. Raconte t-elle. La FAO fournit des semences de légumes et des outils agricoles pour stimuler la production alimentaire et augmenter la disponibilité d’aliments nutritifs parmi les communautés déplacées et les communautés d’accueil. Les analystes craignent une croissance des combats qui pourraient provoquer une répétition des conflits entre 1996 et 2003, principalement dans l’est du Congo, où des millions de personnes sont mortes, principalement de faim et de maladie. Grace, première dame et pasionaria acharnée de Robert Mugabe http://fr.africanews.com/2017/08/16/grace-premiere-dame-et-pasionaria-acharnee-de-robert-mugabe/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/grace-premiere-dame-et-pasionaria-acharnee-de-robert-mugabe/ Wed, 16 Aug 2017 12:13:44 +0000 Longtemps vue comme une femme sans relief intéressée par le seul luxe, Grace Mugabe a émergé comme l’un des principaux prétendants à la succession de son nonagénaire de mari, le controversé président du Zimbabwe Robert Mugabe. A 52 ans, son influence sur son mari, à la santé vacillante, et ses caprices en font une première dame très redoutée. Son tempérament de feu s’est encore illustré ce week-end en Afrique du Sud, où elle est soupçonnée d’avoir agressé un mannequin dans un hôtel de Johannesburg. Depuis trois ans, elle dirige la branche féminine de la Zanu-PF, le parti de Robert Mugabe au pouvoir depuis l’indépendance du Zimbabwe en 1980, et parcourt le pays en fustigeant tous ceux qui ne se rangent pas derrière le chef de l’Etat. En 2015, elle a affirmé que son époux briguerait sa succession en 2018 quoi qu’il arrive, même en chaise roulante. Les observateurs de la vie politique locale la disent soutenue par un groupe de jeunes militants réputé pour ses actions violentes, baptisé par certains le “G – 40”. L’idylle entre le maître incontesté du Zimbabwe et Grace Mugabe s’est semble-t-il nouée en 1987, alors que la jeune femme n‘était encore qu’une de ses nombreuses secrétaires. Leur liaison n’est révélée qu‘à la mort de la première épouse de Robert Mugabe en 1992. Le couple l’officialise alors en 1996 lors d’une luxueuse cérémonie à laquelle participe le président sud-africain de l‘époque et héros de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela. Longtemps, Grace s’est contentée de jouer les premières dames de luxe. Baptisée “Gucci Grace”, “la première acheteuse” ou encore “Disgrace”, elle s’attire les critiques pour ses extravagantes dépenses et un goût prononcé pour les affaires financières. ‘J’ai la peau dure’ De plus en plus puissante, elle s’invite avec fracas sur la scène politique nationale il y a trois ans en s’en prenant publiquement à la vice-présidente de l‘époque, Joice Mujuru, alors pressentie pour prendre la relève de son mari. Sans détour, la première dame l’accuse de complot et de corruption et précipite la disgrâce de celle qui était pourtant l’une des héroïnes historiques de la guerre d’indépendance. Née le 23 juillet 1965, Grace Marufu a eu trois enfants avec Robert Mugabe, de 41 ans son aîné, et un quatrième d’un précédent mariage. Ses coups de colère sont célèbres. Comme en 2009, où elle frappe un photographe britannique qui prenait des photos d’elles dans un hôtel de luxe à Hong Kong. Lors d’un entretien accordé depuis à la télévision publique sud-africaine SABC, elle a assuré ne plus se préoccuper de ce que les autres pensent d’elle. “J’ai la peau dure, ça m’est égal”, dit-elle, “mon mari dit que l’ignorance est source de félicité”. La première dame du Zimbabwe a toutefois fait récemment des efforts pour tenter d’adoucir son image. Ses inconditionnels la surnomment désormais “Dr Amai (Docteur Mère)”, “l’unificatrice” ou encore “la reine des reines”. Mais le commentateur politique Earnest Mudzengi juge ces efforts vains et assure que la personnalité de Grace Mugabe reste très controversée au sein-même de la Zanu-PF au pouvoir. “Elle s’est fait beaucoup d’ennemis et continue encore à s’en faire à l’heure actuelle, il suffit de regarder l’ampleur des purges au sein de la Zanu-PF”, note-t-il. “Elle n’a pas de base populaire et détonne au sein des dirigeants du parti”, poursuit M. Mudzengi, “normalement ils se recrutent parmi les combattants historiques du parti ou doivent avoir travaillé sans relâche pour lui”. Certains analystes doutent toutefois qu’elle ambitionne la succession directe de Robert Mugabe. Ils ne veulent voir dans sa récente omniprésence que la volonté de protéger les intérêts de sa famille après le départ du chef de l’Etat. AFP Arrêt sur images du 15 août 2017 http://fr.africanews.com/2017/08/16/arret-sur-images-du-15-aout-2017/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/arret-sur-images-du-15-aout-2017/ Wed, 16 Aug 2017 11:20:02 +0000 Africanews s’arrête sur les images les plus marquantes de l’actualité de la journée. "Le Conseil de sécurité doit saisir la chance qu'offre la force du G5 Sahel" - ONU http://fr.africanews.com/2017/08/16/le-conseil-de-securite-doit-saisir-la-chance-qu-offre-le-g5-sahel-onu/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/le-conseil-de-securite-doit-saisir-la-chance-qu-offre-le-g5-sahel-onu/ Wed, 16 Aug 2017 12:30:57 +0000 Au lendemain des attaques à Ouagadougou (Burkina, 18 morts) et Mali (9 morts) l’ONU revient sur l’urgence de la mise en place de la force du G5 Sahel qui viendra appuyer les efforts déjà déployés. Face au Conseil de sécurité de l’ONU mardi, El-Ghassim Wane, sous-secrétaire général des Nations Unies aux opérations de paix a demandé aux membres du Conseil de saisir l’occasion unique qu’offre la mise sur pied de la Force conjointe du G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad et Mauritanie) pour répondre aux défis de cette région africaine. Les défis vont, en effet, grandissants pour cette région acculée par la menace terroriste. Dimanche, une attaque djihadiste a fait 18 morts et une vingtaine de blessés dans un restaurant, à Ouagadougou. A quelques heures seulement d’intervalle, deux attaques disjointes étaient menées contre les Casques bleus en poste au Mali. Bilan de ces attaques, neuf personnes tuées. Ce qui fait dire à l’ONU que la stabilisation du Sahel est urgente. Et cela passe passe par la force du G5 Sahel. Pourtant, à ce jour seuls environ 50 millions d’euros sur les 423 millions de dollars nécessaires à l’installation de cette task force de 5 000 hommes ont été promis. L’Egypte, Sénégal et Ethiopie – qui siègent actuellement au Conseil – ont dès lors insisté sur la “responsabilité morale et politique” de la communauté internationale. Mardi encore, les pays du G5 Sahel se sont affirmés “unis” face au terrorisme. “Le G5 Sahel est uni dans ces circonstances, nous ne baisserons pas les bras, on ne nous effraiera pas”, a lancé le chef de l’Etat malien dans une déclaration à la presse au palais présidentiel de Ouagadougou, aux côtés du président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré. Carole Kouassi Egypte : des repas faits maison pour chiens http://fr.africanews.com/2017/08/16/egypte-des-repas-faits-maison-pour-chiens/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/egypte-des-repas-faits-maison-pour-chiens/ Wed, 16 Aug 2017 16:57:31 +0000 Des repas déjà préparés livrés à domicile pour votre chien. C’est l’affaire d’omar tharwat qui fournit de la nourriture aux propriétaires de chiens. Partenariat entre Afrimarket et Lebara [La chronique Business] http://fr.africanews.com/2017/08/16/partenariat-entre-afrimarket-et-lebara-la-chronique-business/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/partenariat-entre-afrimarket-et-lebara-la-chronique-business/ Wed, 16 Aug 2017 12:07:54 +0000 Lebara, opérateur international de téléphonie mobile fondé au Royaume-Uni et Afrimarket, l’un des plus grands groupes spécialisés dans le e-commerce sur le continent africain ont annoncé un partenariat à l’occasion de la fête de l’Aid-El Kébir, début septembre, pour permettre aux diasporas africaines résidant en France de faire livrer un mouton à leur famille sur le continent. Un accord qui amène Stéphane Kungne à s’interroger sur la place de la diaspora dans le développement du continent et les enjeux de l‘économie numérique en Afrique. L'exil des réfugiés sud-soudanais va encore durer (HCR) http://fr.africanews.com/2017/08/16/l-exil-des-refugies-sud-soudanais-va-encore-durer-hcr/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/l-exil-des-refugies-sud-soudanais-va-encore-durer-hcr/ Wed, 16 Aug 2017 15:53:42 +0000 Déclaration mardi du chef du Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) Filippo Grandi, alors qu’il visitait le camp de réfugiés soudanais d’Al-Nimir. Le patron du HCR qui a demandé aux réfugiés sud-soudanais de rester “fort et plein d’espoir” a par ailleurs appelé les protagonistes de la guerre civile au Soudan du Sud à mettre fin au conflit, tout en ne cachant pas son pessimisme. “Je dois avouer qu’il s’agit peut-être d’un exil à long terme, rappelez-vous que beaucoup, beaucoup de ces gens fuient pour la deuxième fois. Ils sont revenus en 2011 quand le Soudan du Sud est devenu indépendant. Pour eux, le deuxième exode est plus dramatique,” a t-il prévenu. Pour Filippo Grandi qui a félicité le Soudan pour l’ouverture de plusieurs “couloirs humanitaires” permettant la livraison d’aide dans certaines zones du Soudan du Sud, l’espoir d’un retour des réfugiés au pays repose sur les actions des gouvernants et de l’opposition. “Cet espoir repose sur les actions du gouvernement du Soudan du Sud et de l’opposition. Ils doivent commencer à se comporter de manière responsable et penser à leur propre peuple, pas seulement à eux-mêmes,” avertit-il. Selon l’ONU, le nombre de réfugiés sud-soudanais est d’environ deux millions, dont plus de 430.000 au Soudan, tous victimes d’un conflit qui a démarré en décembre 2013, moins de trois ans après l’indépendance du pays. Afrique du Sud : la police refuse d'indiquer si Grace Mugabe a quitté le pays http://fr.africanews.com/2017/08/16/afrique-du-sud-la-police-refuse-d-indiquer-si-grace-mugabe-a-quitte-le-pays/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/afrique-du-sud-la-police-refuse-d-indiquer-si-grace-mugabe-a-quitte-le-pays/ Wed, 16 Aug 2017 10:47:46 +0000 La police sud-africaine a assuré mercredi savoir où se trouvait Grace Mugabe, la première dame du Zimbabwe accusée d’avoir agressé un mannequin à Johannesburg ce week-end, mais refusé de révéler si elle avait ou non quitté le territoire. “Nous savons où est le suspect” dans cette affaire, a affirmé à l’AFP le porte-parole de la police Vishnu Naidoo. “Nous continuons l’enquête, aucun mandat d’arrêt n’a été délivré”, a-t-il ajouté, alors que plusieurs médias ont rapporté que Mme Mugabe était rentrée au Zimbabwe mardi soir. Grace Mugabe est accusée d’avoir frappé et blessé au visage Gabriella Engels, un top model de 20 ans qui se trouvait dans le même hôtel qu’elle avec des amis, dans un quartier huppé de Johannesburg. “Elle me frappait avec une multi-prise, elle n’arrêtait pas. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait”, a raconté Gabriella Engels au site d’information News24. L’altercation aurait débuté lorsque Grace Mugabe et ses gardes du corps ont fait irruption dans la chambre de la victime présumée, à la recherche de ses deux fils âgés d’une vingtaine d’années. La jeune femme a déposé plainte pour coups et blessures, assurant avoir été entaillé au front. Grace Mugabe se trouvait en Afrique du Sud pour se faire soigner une blessure au pied, selon les médias de son pays. Comme son mari, elle se rend parfois à l‘étranger pour des raisons médicales, les services de santé de son pays étant en pleine déliquescence. Cette affaire menace de perturber les bonnes relations diplomatiques entre l’Afrique du Sud et son voisin. Robert Mugabe est attendu ce week-end à Pretoria pour un sommet de la Communauté de développement des pays d’Afrique australe. AFP RDC : un mouveau citoyen de plus contre le régime http://fr.africanews.com/2017/08/16/rdc-un-mouveau-citoyen-de-plus-contre-le-regime/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/rdc-un-mouveau-citoyen-de-plus-contre-le-regime/ Wed, 16 Aug 2017 16:57:27 +0000 Un mouvement de plus pour demander le départ de Joseph Kabila ..“les Congolais debout pour l’alternance en 2017 ’’ est l’initiative que vient de lancer le gendre du président angolais et homme d’affaires sindika dokolo .Ce mouvement ouvert aux partis politiques et à la société civile dit vouloir conscientiser les Congolais, et organiser des manifestations pacifiques à kinshasa. Nous en parlons dans le morning call ce matin Le président égyptien Abdel Fattah Al Sissi en mini tournée africaine http://fr.africanews.com/2017/08/16/le-president-egyptien-abdel-fattah-al-sissi-en-mini-tournee-africaine/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/le-president-egyptien-abdel-fattah-al-sissi-en-mini-tournee-africaine/ Wed, 16 Aug 2017 16:57:29 +0000 Le président égyptien Abdel Fattah Al Sissi en visite aujourdhui à Libreville. Après le Gabon, il prendra la direction du Tchad pour rencontrer son homologue Idriss Deby Itno. la lutte antiterroriste devrait dominer les débats. On parle notamment de doter N’djamena de plus de capacités pour faire face a la contrebande d’armes vers la Libye , puis l’Egypte  . Zambie : le chef de l'opposition libéré après l'abandon des charges de trahison http://fr.africanews.com/2017/08/16/zambie-le-chef-de-l-opposition-libere-apres-l-abandon-des-charges-de-trahison/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/zambie-le-chef-de-l-opposition-libere-apres-l-abandon-des-charges-de-trahison/ Wed, 16 Aug 2017 11:05:42 +0000 La justice zambienne a ordonné mercredi la remise en liberté du chef de l’opposition Hakainde Hichilema et l’abandon des poursuites pour trahison lancées en avril contre lui, à l’origine de vives tensions politiques dans le pays, a annoncé son parti. “Hakainde Hichilema et ses cinq co-accusés ont été libérés de leur prison et les accusations de trahison ont été abandonnées. #HHestlibre”, a tweeté le Parti uni pour le développement national (UPND) sur son compte officiel. “Le parquet a décidé l’arrêt des poursuites”, a précisé l’UPND. Arrêté en avril, Hakainde Hichilema était incarcéré depuis pour avoir gêné le passage du convoi du président zambien Edgar Lungu, dont il conteste depuis un an la réélection. Poursuivi pour trahison, il risquait une peine de quinze ans de prison à la peine de mort. Cette affaire a ravivé les tensions politiques qui agitent la Zambie depuis l‘élection présidentielle de 2016 et la victoire d’Edgar Lungu, qui a devancé d‘à peine 100.000 voix M. Hichilema. Plusieurs voix se sont élevées dans le pays pour dénoncer les dérives autoritaires du chef de l’Etat. AFP Inondations meurtrières en Sierra Leone : aide alimentaire et médicale d'Israël http://fr.africanews.com/2017/08/16/inondations-meurtrieres-en-sierra-leone-aide-alimentaire-et-medicale-d-israel/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/inondations-meurtrieres-en-sierra-leone-aide-alimentaire-et-medicale-d-israel/ Wed, 16 Aug 2017 08:29:52 +0000 Israël au chevet de la Sierra Leone, meurtrie par des inondations meurtrières qui ont fait plus de 300 morts lundi matin. Le ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé ce mardi avoir délivré une aide alimentaire à la Sierra Leone. En plus de cette aide alimentaire, estimée à quelque 10 000 repas délivrés depuis son ambassade au Sénégal, Israël envisage également convoyer vers la Sierra Leone de l’aide médicale pour les sinistrés. Les secours sierra-léonais, aidés de la Croix-Rouge, continuent les recherches à Freetown, siège du drame, en vue de retrouver d‘éventuels survivants. À en croire la Croix-Rouge, plus de 600 personnes manquent encore à l’appel, tandis que 312 personnes ont été déclarées mortes. La morgue centrale de Freetown a quant à elle évoqué le chiffre de 400 morts. “Nous sommes débordés” par ce désastre, a déclaré mardi, manifestement très ému, le chef de l’Etat Ernest Bai Koroma devant la presse dans le quartier de Regent dans la capitale sierra-léonaise, l’un des plus touchés par la catastrophe. Le chef de l’Etat a appelé une “aide urgente” afin de faire face à l’une des pires catastrophes du pays. Carole Kouassi Vie d'un "microbe", les enfants-bandits ivoiriens http://fr.africanews.com/2017/08/16/vie-d-un-microbe-les-enfants-bandits-ivoiriens/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/vie-d-un-microbe-les-enfants-bandits-ivoiriens/ Wed, 16 Aug 2017 08:05:16 +0000 “Je n’ai jamais eu peur, j’aimais me battre”, assure Vieux-Père, 24 ans, ex-chef repenti d’un gang de “microbes”, assis à l’ombre d’un mur du centre socio-éducatif d’Abobo, un des grands quartiers populaires d’Abidjan. “Microbe”, c’est ainsi que les Ivoiriens ont baptisé les enfants-brigands qui volent, agressent et parfois tuent pour vivre à Abidjan. Ils seraient plusieurs centaines, selon l’ONG ivoirienne Indigo, qui aide une quarantaine d’entre eux à se réinsérer. Haïs autant que craints, ces jeunes criminels sont originaires des quartiers pauvres de la capitale économique ivoirienne. Le phénomène est apparu avec la crise politico-militaire de 2002-2011 à Abobo, puis s’est étendu à d’autres grands quartiers comme Yopougon et Koumassi. Symptôme de l’exaspération grandissante des populations à l‘égard de ces délinquants, un chef “microbe” a été torturé, décapité et brûlé en 2015, après d’autres lynchages populaires. Pendant près de dix ans, Vieux-Père, désormais repenti et pris en charge par une association de réinsertion, a vécu cette vie violente, écumant les rues, jouant souvent de ses poings ou du couteau. Il a quitté l‘école dès l‘âge de 7 ans. “Je voyais des gens se battre, ça me plaisait beaucoup, j’ai voulu les rejoindre.” “Je me suis retrouvé avec les gars les plus forts d’Abobo, j‘étais fier ! J’aimais leur manière de vivre. Paix à leur âmes, ils sont tous décédés”, se souvient-il en citant les noms de certains caïds : Dragon, Gongo… Vieux-Père a quitté le foyer familial après une altercation avec son père. “Il ne supportait pas de me voir traîner avec les autres”, explique-t-il. Il a alors dormi dans la rue pendant deux ans, avant de trouver une petite maison pour 15.000 francs CFA par mois (23 euros) “avec un matelas” dans le quartier d’Abobo. Le gang ‘Air France’ En 2008, il intègre “Air France”, l’un des nombreux gangs de “microbes” d’Abobo. “Très rapidement, j’ai dû me battre avec le chef, Ismaël, pour gagner ma place et montrer que je n‘étais pas peureux”, raconte-t-il, désignant une large cicatrice sur son coude, souvenir d’un coup de machette asséné par Ismaël. La bande “Air France”, composée d’une quarantaine d’adolescents, sévit la nuit. “On se rejoignait le soir avec le groupe et on partait avec nos machettes dans le sac à dos”, raconte Vieux-Père. “Parfois, on louait même des gbakas (minibus privé de transport) pour emmener tout le gang. On attaquait tout le monde.” Vieux-Père assure n’avoir jamais tué personne. “Ceux d’entre nous qui ont tué sont aujourd’hui morts”, dit-il, relatant avoir échappé à un lynchage après une attaque qui avait mal tourné dans le quartier d’Adjamé, plus grand marché de la ville et théâtre de nombreuses rapines. “Les habitants m’ont capturé et m’ont frappé violemment, partout. J’ai encore des cicatrices au crâne”, souligne le jeune homme en caressant de ses doigts incrustés de crasse sa petite épaisseur de cheveux. “Voilà pourquoi je ne peux pas bien me coiffer”, rigole-t-il. Il échappe de peu à la mort. Ses soins sont alors payés par “ses gars”, avec la cagnotte du gang, qui fonctionne selon des règles. “Dès qu’on volait de l’argent, on en gardait la moitié pour le groupe, en cas de coup dur, ou pour payer les cautions ou les fêtes”, se souvient Vieux-Père. ‘Reprendre une nouvelle vie’ Vieux-Père est propulsé chef des “Air France” en 2015 à la mort de son prédécesseur en prison. “Ismaël m’avait confié le groupe avant d’entrer en prison. Ils ont vu que j‘étais + garçon + (expression pour dire qu’on est courageux et viril, ndlr)”, assure-t-il, sans aucune vantardise. Mais l’apprenti-chef rêve d’une autre vie. Le 12 mars 2016, “le jour de (son) anniversaire”, il quitte le gang avec deux amis. “Je ne me sentais plus heureux. Je gagnais de l’argent mais je me posais toujours la question : et si on agressait mes parents comme j’agresse les autres ?” Grâce à la mise en place d’un programme de réinsertion sociale de l’ONG Indigo pour les enfants “microbes”, le jeune homme espère aujourd’hui s’offrir un commerce de pièces détachées automobiles. “On a tous envie de reprendre une nouvelle vie”, dit-il, en se faisant le porte-parole de la quarantaine d’adolescents suivis par l’ONG. Vieux-Père tente aujourd’hui de gagner sa vie autrement, avec un petit boulot de ferrailleur ou en travaillant à la grande casse automobile d’Abobo. Illettré, il participe depuis un mois à des cours du soir de lecture et écriture. Vieux-Père assure même avoir repris contact avec sa famille. Mais il continue à vivre dans sa petite maison, avec l’un de ses camarades, un ancien des “Air France”. “Le gang est mort”, assure-t-il. “Certains sont partis après moi, les autres, je ne sais pas ce qu’ils sont devenus…” AFP Algérie : le Premier ministre limogé trois mois après sa nomination http://fr.africanews.com/2017/08/16/algerie-le-premier-ministre-limoge-trois-mois-apres-sa-nomination/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/algerie-le-premier-ministre-limoge-trois-mois-apres-sa-nomination/ Wed, 16 Aug 2017 07:23:56 +0000 Le Premier ministre algérien Abdelmadjid Tebboune a été démis mardi de ses fonctions trois mois après sa nomination à la tête du gouvernement, a annoncé la présidence, citée par les médias officiels. “Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a mis fin aux fonctions du Premier ministre Abdelmadjid Tebboune et a nommé Ahmed Ouyahia”, jusqu’ici chef de cabinet du chef de l’Etat, a précisé la présidence dans un communiqué reproduit par l’agence APS. M. Tebboune avait été nommé Premier ministre le 24 mai, dans la foulée des élections législatives du 4 mai en Algérie, remportée par le Front de libération nationale (FLN) de M. Bouteflika, parti au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1962. A la surprise générale, il avait remplacé à la tête du gouvernement – dans lequel il était ministre de l’Habitat – Abdelmalek Sellal, considéré comme l’homme de confiance du chef de l’Etat. M. Tebboune, 71 ans, laisse sa place à M. Ouyahia, qui avait rang de ministre d’Etat et est considéré comme l’un des hommes forts du régime algérien. Ahmed Ouyahia est également le patron du Rassemblement national démocratique (RND), deuxième parti d’Algérie et allié crucial du FLN. “La vision du Premier ministre ne cadrait pas avec la vision du président”, a expliqué à l’AFP une source gouvernementale ayant requis l’anonymat, faisant également état de problèmes de “communication” entre les deux hommes. Les médias privés algériens s‘étaient fait l‘écho ces derniers jours d’une “sévère” lettre de “recadrage” adressée par M. Bouteflika à son Premier ministre, critiquant notamment les récentes mesures limitant les importations de nombreux produits. Selon le politologue Rachid Tlemçani, M. Tebboune “a essayé de toucher aux intérêts de certains oligarques qui appartiennent au clan présidentiel” et a été victime d’une “lutte des clans” à la tête de l’Etat. AFP Le Kenya guette Odinga et sa stratégie pour contester les élections http://fr.africanews.com/2017/08/16/le-kenya-guette-odinga-et-sa-strategie-pour-contester-les-elections/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/le-kenya-guette-odinga-et-sa-strategie-pour-contester-les-elections/ Wed, 16 Aug 2017 07:25:49 +0000 Le chef de file de l’opposition kényane Raila Odinga tenait son pays en haleine après avoir reporté à mercredi l’annonce de sa stratégie pour contester la réélection du président Uhuru Kenyatta, qu’il estime entachée de fraudes. M. Odinga s‘était muré dans le silence après la réélection vendredi soir de M. Kenyatta, suivie d‘émeutes ayant fait au moins 17 morts et 177 blessés dans certains fiefs de l’opposition, avant de s’offrir un bain de foule dimanche dans les bidonvilles de Kibera et Mathare, hauts lieux de la contestation à Nairobi, pour prouver sa détermination. “Nous n’avons pas encore perdu. Nous n’abandonnerons pas”, avait-il lâché à des milliers de partisans survoltés à Kibera, leur donnant rendez-vous mardi et réitérant des accusations de fraudes multipliées depuis les élections générales du 8 août. Mais c’est d’un bref communiqué que la coalition d’opposition Nasa a finalement accouché mardi pour annoncer le report de l’annonce à mercredi, expliquant que “les consultations prennent plus de temps qu’anticipé” en raison de “l’urgence, la complexité et la nature délicate des questions que la Nasa doit traiter”. Malgré l’assurance que les discussions “progressent bien”, ce report atteste de la difficulté du choix auquel est confrontée la Nasa, ainsi que de possibles dissensions – les numéros 2, 4 et 5 de la coalition se font très discrets -, alors que ses options semblent limitées. L’opposition pourrait céder aux pressions internationales en saisissant la Cour suprême avant l’expiration du délai légal vendredi, possibilité qu’elle a exclue. Elle n’a par ailleurs jusqu‘à présent pas apporté la preuve de ses accusations de manipulation du système électronique de transmission et de comptage des résultats. Déjà trois fois candidat malheureux à la présidentielle (1997, 2007 et 2013), M. Odinga avait déjà saisi la justice au scrutin précédent de 2013, en vain. Survivre Désireuse de ne pas revenir publiquement sur sa promesse, l’opposition pourrait laisser le soin à une tierce partie de saisir la justice. Mais le gouvernement a pris lundi et mardi des mesures administratives contre deux organisations de la société civile susceptibles de le faire, après avoir relevé des “inconsistances” dans le cadre de ce scrutin globalement salué pour sa bonne tenue par la communauté internationale. M. Odinga pourrait enfin en appeler à une manifestation, option avalisée par le président Kenyatta pour peu qu’elle reste pacifique. Mais l’opposant exposerait alors ses partisans à un contrôle musclé de la police, vraisemblablement peu encline à laisser les manifestants venus des bidonvilles paralyser la capitale. Nombre d’entre eux, issus majoritairement de son ethnie luo, ne peuvent par ailleurs pas se permettre de manifester pendant plusieurs jours, trop occupés qu’ils sont à simplement survivre. Bon nombre d’entre eux avaient ignoré son appel à faire grève lundi. La colère des partisans de l’opposition avait éclaté dès l’annonce de la victoire de M. Kenyatta avec 54,27% des voix, contre 44,74% à M. Odinga, suivie par des scènes d‘émeutes et de pillages implacablement réprimées par la police dans les bidonvilles de Kibera, Mathare et Kawangware, à Nairobi, ainsi qu‘à Kisumu et Siaya, dans l’ouest du pays. Ces incidents ont remis en lumière les divisions ethniques, politiques et sociales entre communautés qui avaient nourri les violences ayant suivi en 2007-2008 la réélection de Mwai Kibaki, déjà contestée par M. Odinga, et qui avaient fait plus de 1.100 morts et 600.000 déplacés. La police a nié que des manifestants pacifiques aient été tués, et affirmé que ceux qui l’ont été commettaient des actes criminels tels que des viols et pillages, et s’en étaient pris à des policiers. Les médias locaux ont notamment rapporté le sort d’une fillette de 6 mois, qui a succombé mardi à ses blessures après une intervention brutale de la police vendredi soir au domicile de ses parents à Kisumu. AFP Attentats-suicides dans le nord-est du Nigeria: 28 morts, plus de 80 blessés http://fr.africanews.com/2017/08/16/attentats-suicides-dans-le-nord-est-du-nigeria-28-morts-plus-de-80-blesses/ http://fr.africanews.com/2017/08/16/attentats-suicides-dans-le-nord-est-du-nigeria-28-morts-plus-de-80-blesses/ Wed, 16 Aug 2017 11:16:03 +0000 Trois femmes kamikazes se sont fait exploser mardi dans une ville à 25 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l’Etat du Borno, dans le nord-est du Nigeria, faisant 28 morts et plus de 80 blessés, selon des sources locales. “Trois femmes ont déclenché leur ceintures explosives juste à l’entrée d’un camp de déplacés (dans la ville de Mandarari) faisant 28 morts et 82 blessés”, a rapporté Baba Kura, membre des milices civiles qui lutte contre le groupe jihadiste de Boko Haram. “La première femme a déclenché sa ceinture vers 18 heures (17h00 GMT) dans le marché qui se trouve à l’entrée du camp”, raconte ce témoin de la scène. “Cela a créé de la panique, et les commerçants étaient en train de fermer leur boutique quand deux autres femmes se sont fait exploser, causant la majeure partie des morts et des blessés”, poursuit M. Kura. Ibrahim Liman, l’un des chef des milices civiles engagées dans le combat contre les jihadistes, a confirmé le triple attentat, ajoutant que “plus de 80 blessés ont été conduits à l’hôpital de Maiduguri”, grande ville du nord-est du Nigeria. Des sources à l’intérieur de l’hôpital ont fait part “d’un grand nombre de personnes qui sont arrivées” mardi en fin de journée. Mandarari se trouve dans le district de Konduga, à quelques kilomètres de la capitale de l’Etat du Borno, district qui a été la cible récente de nombreuses attaques du groupe de Boko Haram. Des hommes armés ont envahi le village d’Amarwa, proche de Mandarari, dans la nuit de samedi à dimanche, tirant au hasard sur les villageois et mettant le feu à toutes les habitations. Le district de Konduga est l’un des épicentres des violences commises par le groupe jihadiste depuis que l’armée a forcé les combattants islamistes à décrocher de leur base de la forêt de Sambisa, en décembre dernier. Il y a deux semaines, trois vendeurs de bois ont été décapités non loin de là, accusés par les combattants d‘être des espions au service des forces de sécurité. Le conflit de Boko Haram, particulièrement meurtrier dans la région du lac Tchad, a fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis que le groupe extrémiste a pris les armes en 2009. AFP Kenya : un bébé de 6 mois meurt après avoir été « gazé et battu » par la police http://fr.africanews.com/2017/08/15/kenya-un-bebe-de-6-mois-meurt-apres-avoir-ete-gaze-et-battu-par-la-police/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/kenya-un-bebe-de-6-mois-meurt-apres-avoir-ete-gaze-et-battu-par-la-police/ Tue, 15 Aug 2017 17:54:07 +0000 Une petite fille kényane ( 6 mois) est décédée, a déclaré son médecin traitant à l’agence Reuters mardi. Ses parents avaient des jours auparavant déclaré avoir été battus et gazés par la police suite à la contestation des résultats la semaine dernière. Samantha Pendo était endormie dans les bras de sa mère lorsque la police fit irruption dans la maison familiale pour chercher des manifestants. La police kényane a déclaré qu’elle mène une enquête sur l’incident survenu dans la ville de Kisumu. Selon la mère de la victime, la police a lancé des gaz lacrymogènes dans leur maison à 2 heures du matin, samedi. « Un des policiers m’a battu et l’autre est venu avec un bâton frapper le bébé. Puis j’ai laissé le bébé tomber parce qu’elle n’a pas pleuré, elle n’a pas du tout bougé. J’ai crié, elle est morte », a déclaré Lenzer Achieng mère de l’enfant. L’histoire du nourrison a éclaté samedi matin alors que la police a nié les accusations portées contre elle sur l’usage excessif de la force. « Au moment de son admission, l’enfant était gravement malade et était déjà tombé dans le coma. Nous avons donc fait ce que nous sommes censés faire et nous avons admis le bébé en soins intensifs. », a déclaré le directeur de l’hôpital Aga Khan, le Dr Sam Oula. Par ailleurs, la Commission nationale des droits de l’homme du Kenya a annoncé que 24 personnes avaient été tuées dans le chaos à Nairobi et à Kisumu. Le premier bébé africain né grâce à la technique peu coûteuse et rare FIV [Hi-Tech] http://fr.africanews.com/2017/08/15/le-premier-bebe-africain-ne-grace-a-la-technique-peu-couteuse-et-rare-fiv-hi/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/le-premier-bebe-africain-ne-grace-a-la-technique-peu-couteuse-et-rare-fiv-hi/ Tue, 15 Aug 2017 15:25:32 +0000 Suivez cette édition de Hi-Tech sur The Morning Call avec Ismail Akwei pour en savoir plus. RDC : interdiction d'importation de tilapias http://fr.africanews.com/2017/08/15/rdc-interdiction-d-importation-de-tilapias/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/rdc-interdiction-d-importation-de-tilapias/ Tue, 15 Aug 2017 15:02:26 +0000 La RDC interdit l’importation de poissons tilapias en provenance de cinq pays: l’Egypte, l’Israël, la Colombie, la Tahïlande et l’Equateur. C’est la conséquence d’une alerte donnée le 26 mai dernier par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). L’institution onusienne en charge des questions sanitaires faisait état de la présence du virus de lac du tilapia dans ces pays. Selon des experts, ce virus est hautement contagieux et dangereux est à même de transmettre à l’homme des pathologies comme l’asthme, les inflations articulaires et même les maladies cardiaques. Contrairement aux poissons sauvages, les élevages de poissons industriels modifient le régime alimentaire des poissons et les exposent davantage à certaines infections, font remarquer les véterinaires. Les autorités RD congolaises s’attèlent donc à l’application stricte de cette interdiction d’importation de tilapias. Avec une capacité d’importation d‘à peine 150.000 tonnes contre 240.000, le pays peine à satisfaire la demande de ses 80 millions d’habitants. L’application effective de cette mesure se présente donc comme un défi majeur Kinshasa. Afrique du Sud : la grippe aviaire détectée dans le Cap occidental http://fr.africanews.com/2017/08/15/afrique-du-sud-la-grippe-aviaire-detectee-dans-le-cap-occidental/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/afrique-du-sud-la-grippe-aviaire-detectee-dans-le-cap-occidental/ Tue, 15 Aug 2017 16:24:30 +0000 Le Cap occidental de l’Afrique du Sud a détecté la grippe aviaire de type H5N8 dans deux fermes d’autruche, a annoncé mardi le département de l’agriculture de la province. Le virus est hautement pathogène chez les oiseaux, mais il est peu probable qu’il infecte les humains. « Les deux fermes ont été immédiatement placées en quarantaine, et aucun oiseau n’est autorisé entrer ou à quitter les propriétés affectées. Il y a environ 1000 autruches dans les deux fermes », a déclaré le département dans un communiqué. Aucun décès d’oiseau n’a été signalé dans la région et on soupçonne que les oiseaux sauvages soient la source de l’infection, a ajouté le ministère. L’Organisation mondiale de la santé a affirmé que la probabilité d’infection humaine par le H5N8 est faible, mais ne peut pas être exclue. Sierra Leone : le président Koroma appelle à l'aide http://fr.africanews.com/2017/08/15/sierra-leone-le-president-koroma-appelle-a-l-aide/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/sierra-leone-le-president-koroma-appelle-a-l-aide/ Tue, 15 Aug 2017 17:07:17 +0000 Après la tragédie qui a endeuillé tout le pays, le président Ernest Bai Koroma, a demandé l’aide internationale. « Nous sommes débordés par le désastre, a affirmé avec émotion le chef de l’Etat face à la presse dans le quartier de Regent de la capitale sierra-léonaise, le plus touché par la catastrophe. « Des communautés entières ont disparu », a souligné le président Koroma sur le site de la catastrophe où, après trois jours de pluies torrentielles, un gigantesque glissement de terrain a balayé des dizaines d’habitations, parfois hautes de trois ou quatre étages, sur les pentes de la colline de Regent. 312 morts en Sierra Leone après des pluies diluviennes https://t.co/sOXeiptORe #AFP pic.twitter.com/3o8VBo1g62— Agence France-Presse (@afpfr) 14 août 2017 Selon la Croix-Rouge locale, le bilan est monté officiellement à 312 morts et quelque 3.000 sans-abri, mais les autorités indiquent que des milliers de personnes sont portées disparues dans la capitale de ce petit pays pauvre d’Afrique de l’Ouest.  Le maire de Freetown, Sam Gibson a déclaré : «  Nous avons un total de 270 cadavres que nous préparons à l’enterrement ». Mali : neuf morts après l'attaque d'un quartier général de l'ONU http://fr.africanews.com/2017/08/15/mali-neuf-morts-apres-l-attaque-d-un-quartier-general-de-l-onu/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/mali-neuf-morts-apres-l-attaque-d-un-quartier-general-de-l-onu/ Tue, 15 Aug 2017 15:31:13 +0000 L’attaque d’un quartier général de l’ONU à Tombouctou par des jihadistes présumés a fait neuf morts lundi. Une première attaque d’‘‘hommes armées non identifiés’‘ a visé des camps de la Minusma à Douentza, dans le centre du pays, a annoncé la force de l’ONU au Mali. Un Casque bleu togolais et un soldat malien ont été tués. Un autre Casque bleu a été blessé. « Un premier groupe d’assaillants a tiré sur un camp de la Minusma à partir d’une colline adjacente. En réaction, les forces armées maliennes, établies à proximité du camp, ont riposté’‘, a expliqué la Minusma. ‘‘Un second groupe se dirigeant à pied vers l’autre camp de la Minusma a ouvert le feu. Les Casques bleus ont riposté et deux assaillants ont été abattus », a ajouté la mission onusienne, condamnant ‘‘cette attaque terroriste révoltante’‘. Dans l’après-midi, des hommes armés ont pris d’assaut le quartier-général de la Minusma à Tombouctou (nord-ouest). Cinq gardes maliens de la mission de l’ONU, un membre de la gendarmerie malienne et un agent civil contractuel de la Minusma, ont été tués, a indiqué la Minusma. En outre, un garde de sécurité malien et six Casques bleus ont été blessés, dont deux grièvement. Selon le porte-parole de la Minusma, des hélicoptères d’attaque ont été déployés pour ‘‘sécuriser’‘ le QG et ‘‘traquer d‘éventuels assaillants’‘. Un responsable du governorat de Tombouctou a affirmé que ‘‘les terroristes étaient armés de grenades et de Kalachnikov’‘. Somalie : défection du numéro 2 des shebabs http://fr.africanews.com/2017/08/15/somalie-defection-du-numero-deux-des-shebabs/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/somalie-defection-du-numero-deux-des-shebabs/ Tue, 15 Aug 2017 13:31:41 +0000 Sa tête était mise à prix par les Etats-Unis, Muktar Robow a rejoint les forces gouvernementales somaliennes avec qui il s’est entretenu dimanche selon un responsable local. “Muktar Robow a quitté les shebab et est actuellement en réunion à Hudur avec des responsables gouvernementaux” a confirmé à la presse le chef du district de Bakool dans le Sud-ouest du pays. Il y a quatre ans , l’ex porte-parole des islamistes Muktar Robow avait rompu les relations avec le chef des shebab Ahmed Abdi Godane sans pour autant stopper son soutien aux attaques des insurgés islamistes. Il s‘était ensuite réfugié dans la région de Bakool. Le chef des shebab Ahmed Abdi Godane, lui avait ensuite été tué par une frappe aérienne américaine en 2014. Depuis lors, le nom de Muktar Robow n’apparaissait plus sur la liste des personnes recherchées par les Etats-Unis. Et selon une source sécuritaire, la défection de Robow fait suite à une nouvelle attaque des shebab contre lui la semaine dernière. Sa défection représente un sérieux revers par les combattants qui continuent d’endeuiller la Somalie et les pays voisins comme l’Ouganda ou encore le Kenya. En dépit de la forte présence militaire des hommes de l’AMISOM Un artiste égyptien enflame ses toiles pour mettre en évidence les dangers du tabac http://fr.africanews.com/2017/08/15/un-artiste-egyptien-enflame-ses-toiles-pour-mettre-en-evidence-les-dangers-du/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/un-artiste-egyptien-enflame-ses-toiles-pour-mettre-en-evidence-les-dangers-du/ Wed, 16 Aug 2017 08:18:50 +0000 C’est dans son atelier situé dans sa ville natale d’Alexandrie en Égypte que l’artiste Égyptien Abdelrahman al-Habrouk crée ses toiles. À 23 ans, seulement, le jeune homme s’est lancé dans la sensibilisation des dangers liés à la cigarette. Ses portraits sont faits à base de tabac pure brûlé et de poudre de cartouche de pistolet. En brisant les cigarettes en deux, al-Habrouk explique qu’il bénéficie de quelque chose qui en temps normal serait nocif. ‘‘C’est vrai que le message était facile à comprendre. Mon but était de créer quelque chose de positif à partir d’une substance qui est considérée nocive. Lorsque j’ai mis un de mes tableaux sur Facebook, personne n’avait jamais vu quelque chose de pareil. Le premier commentaire que j’ai reçu disait que j’avais finalement trouvé quelque chose de positif à faire avec du tabac’‘, a déclaré Abdelrahman AL-HABROUK. L’art de al-Habrouk se focalise sur les portraits d‘êtres humains ou d’animaux pour lesquels il explique avoir testé différentes matières(grains de café, sel, et sable). Le nombre de paquets de cigarettes utilisés dépend de la taille du portrait, mais al-Habrouk peut souvent utiliser jusqu‘à quatre paquets pour un portrait. ‘‘Mon but est d’assurer une longévité à l’art. Je veux bien préserver mon œuvre artistique et je me suis dit que peut-être que si je brûle le tabac ça aura un impact sur la texture de l‘œuvre, donc j’ai commencé à essayer ça. Je n’en n’ai pas encore la maîtrise totale, mais je m’améliore. Trois ans après avoir commencé à dessiner, l’artiste a pu reproduire des dizaines de tableaux de personnalités et artistes internationaux. Pour l’instant, al-Habrouk qui ne commercialise pas encore ses œuvres se concentre à perfectionner son travail qui reçoit au quotidien des critiques encourageantes.   Armelle Nga Afrique du Sud : après avoir "frappé'' deux jeunes filles, Grace Mugabe se présente à la police http://fr.africanews.com/2017/08/15/afrique-du-sud-apres-avoir-frappe-deux-jeunes-filles-grace-mugabe-se-presente-a/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/afrique-du-sud-apres-avoir-frappe-deux-jeunes-filles-grace-mugabe-se-presente-a/ Tue, 15 Aug 2017 15:11:31 +0000 L’influente première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, devait comparaître mardi devant la justice d’Afrique du Sud où elle est soupçonnée d’avoir frappé deux femmes, un incident qui pourrait nuire aux bonnes relations entre les deux pays. Mme Mugabe s’est présentée d’elle-même mardi matin à la police de Johannesburg après qu’une plainte eut été déposée contre elle à la suite d’une altercation dans un hôtel de la ville. Accusée d'agression, Grace Mugabe comparaît devant la justice sud-africaine https://t.co/N3zN173zzB #AFP pic.twitter.com/hitPCXOhZH— AFP Afrique (@AFP_Afrique) 15 août 2017 Une de ses victimes présumées, âgée de 20 ans, assure qu’elle se trouvait avec des amis lorsque l‘épouse du président zimbabwéen Robert Mugabe, qui se trouvait dans une chambre proche de la leur, est venue les agresser dimanche soir. “On était tranquillement dans notre chambre et elle est arrivée pour nous frapper. J’ai le front ouvert. Je suis mannequin et je gagne de l’argent grâce à mon look”, a raconté Gabriella Engels au quotidien sud-africain The Times. Une photo circulant sur les réseaux sociaux montre la victime présumée avec une large coupure au milieu du front. Selon une proche de Gabriella Engels qui a requis l’anonymat, Mme Mugabe cherchait ses deux fils qui se trouvaient en réalité dans la chambre voisine. Kenya – violences policières : un bébé de six mois décédée http://fr.africanews.com/2017/08/15/kenya-violences-policieres-un-bebe-de-six-mois-dans-le-coma/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/kenya-violences-policieres-un-bebe-de-six-mois-dans-le-coma/ Tue, 15 Aug 2017 18:00:52 +0000 Après trois jours de combats, la petite Samantha Pendo, agée de six mois est décédée mardi soir à l’hôpital Aga Khan de Kisumu où elle était en soins intensifs. Elle est entrée dans le coma après avoir été frappée par un policier au cours des manifestations qui ont suivies les résultats de la présidentielle vendredi. Sa mère Lenzer Achieng présente au moment des faits raconte que la police a fait irruption dans leur maison en utilisant des gaz lacrymogènes. “Un des gars m’a battue et un autre est venu avec ce bâton, puis a frappé le bébé. Alors j’ai lâché sa main parce qu’elle n’a pas crié, je n’ai senti aucun de ses mouvements. J’ai commencé à crier, pensant qu’elle était morte.” A-t-elle raconté. L’histoire du nourrisson, révélée depuis samedi fait des vagues. Mais la police nie toute responsabilité dans cette affaire. “Au moment de l’admission, l’enfant était gravement malade et était déjà dans le coma. Nous avons donc fait ce que nous sommes censés faire et nous avons admis le bébé dans l’ICU où elle est toujours dans un état critique. L‘équipe médicale est en train de faire tout son possible pour là sauver, mais son état est critique. “ A expliqué le docteur Sam OULA, directeur de l’hôpital Aga Khan, quelques heures avant sa mort. La Commission nationale des droits de l’homme du Kenya a de son coté annoncé que 24 personnes avaient été tuées dans les violences à Nairobi, Mathare et Kisumu. Zambie: le chef de l'opposition plaide non coupable http://fr.africanews.com/2017/08/15/zambie-le-chef-de-l-opposition-plaide-non-coupable/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/zambie-le-chef-de-l-opposition-plaide-non-coupable/ Tue, 15 Aug 2017 13:53:11 +0000 Le chef de l’opposition zambienne Hakainde Hichilema a plaidé non-coupable pour tentative de déstabilisation du gouvernement, au premier jour de son procès lundi à Lusaka. L’arrestation du principal opposant ainsi que cinq autres personnes en avril a provoqué de vives tensions politiques dans le pays. Une situation qui ternit l’image de la Zambie, selon Tendai Biti chef du People’s Democratic Party. Selon lui, les derniers événements ont contribué à montrer une Zambie divisée et encline aux libertés. “Nous considérons les récents évènements régressifs. Nous pensons qu’ils sont le revers des progrès que la Zambie a fait ces dernières années. C’est regrettable que soudainement, la Zambie soit célèbre pour les mauvaises raisons.” A-t-il déclaré. Pour l’opposition, le gouvernement devient de plus en plus dictatorial. “La raison principale et la plus importante pour laquelle nous sommes ici, c’est pour exprimer notre solidarité au parti UPND (Parti uni pour le développement national), nous sommes avec vous, nous comprenons et reconnaissons qu’aucun parti n’est épargné.” Explique Steven Mokgalapa, législateur sud-africain du parti d’opposition l’Alliance démocratique. S’il est reconnu coupable, le dirigeant du Parti uni pour le développement national (UPND), qui a perdu de peu la présidentielle en août 2016, risque un minimum de 15 ans de prison, et dans le pire des cas, la peine de mort. Internet mobile: les meilleurs pays d'Afrique, selon GSMA http://fr.africanews.com/2017/08/15/internet-mobile-les-meilleurs-pays-d-afrique-selon-gcma/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/internet-mobile-les-meilleurs-pays-d-afrique-selon-gcma/ Wed, 16 Aug 2017 10:01:45 +0000 D’après GSMA, association mondiale des opérateurs télécoms basée à Londres, l’Ile Maurice est la meilleure nation africaine en matière de connectivité mobile. L’Etat insulaire de l’Océan indien qui occupe la 76ème place sur le plan planétaire, est suivi de l’Afrique du sud, de la Tunisie, du Maroc et de l’Egypte. GSMA qui a publié son classement le 14 août dernier, indique avoir noté 41 pays en se basant sur quatre critères: “la fiabilité des installations d’accès internet, la qualité des prix d’appareils et de forfaits mobiles, la disponibilité des services à répondre aux besoins de la clientèle et le degré de volonté des populations à s’initier à l’internet mobile”. A partir de ces indices l’association des opérateurs des télécoms attribue des scores allant de 0 à 100 points. Des critères que certains pays africains semblent avoir peu ou pas respectés. C’est le cas du Malawi, du Niger, du Tchad, de la RDC et de la Guinée Conakry qui occupent les cinq dernieères places concernant la connectivité mobile en Afrique. Congo Brazzaville : une fête de l'indépendance dans l'inquiétude économique et sécuritaire http://fr.africanews.com/2017/08/15/congo-brazzaville-une-fete-de-l-independance-dans-l-inquietude-economique-et/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/congo-brazzaville-une-fete-de-l-independance-dans-l-inquietude-economique-et/ Tue, 15 Aug 2017 16:35:24 +0000 Le Congo Brazzaville fête ce mardi 15 août son indépendance dans un contexte économique fragile et une situation sécuritaire délétère dans l’une de ses régions stratégiques, le Pool. Dans son discours à la nation le 14 août, le président Denis Sassou N’guesso n’a pas eu la langue de bois. « Notre pays connaît des difficultés réelles. Vous devez le savoir, personne ne doit les dissimuler. Ces difficultés étaient, au départ, financières, elles gagnent aujourd’hui le champ économique en général. », a déclaré le président congolais. >>> LIRE AUSSI : Le FMI confirme que Brazzaville lui a caché une partie de sa dette L‘économie congolaise bat de l’aile depuis la chute des cours du pétrole. Une crise économique qui a généré un endettement considérable auprès de ses partenaires internationaux. Récemment, le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué que le Congo lui avait fourni des informations erronées sur le montant réel de sa dette publique. À en croire le porte-parole du FMI, Ismaila Dieng, qui s’exprimait sur une radio internationale, la dette publique du pays représente 117% du PIB contrairement au ratio 77% communiqué en mars par les autorités du pays. Bonne fête de l'indépendance mes amis du #CongoBrazzaville. Que la paix revienne dans le #POOL pour que femmes et enfants vivent mieux pic.twitter.com/804RGDKpgP— Ebrin Brou (@ebrinbrou) 15 août 2017 Une situation qui va créer des tensions sociales, car ‘‘presque tous les secteurs de l‘économie nationale sont toujours touchés par la recession’‘, a ajouté Denis Sassou N’guesso. Il a par ailleurs appelé ses compatriotes à la retenue. Pour lui, les grèves intempestives dues au retard dans le paiement des ‘‘salaires et ‘‘pensions’‘ ne seront ‘‘jamais’‘ la solution. « Ce ne sont pas des mouvements sociaux des congolais qui contribueront à la remontée du cours du baril du pétrole. », a martelé Denis Sassou N’guesso. La situation sécuritaire dans le Pool n’est pas restée en marge du discours présidentiel. Alors que plusieurs organisations non-gouvernementales condamnent les exactions, d’un côté et les attaques contre les populations civiles de l’autre, le président congolais a invité Frédéric Bintsamou, alias ‘‘Pasteur Ntumi’‘, chef rebelle, à se ‘‘rendre à la justice’‘ de son pays. Crédit Photo : Berdy Pambou Ebrin Brou Les réfugiés séropositifs reconstruisent leur vie au Niger http://fr.africanews.com/2017/08/15/les-refugies-seropositifs-reconstruisent-leur-vie-au-niger/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/les-refugies-seropositifs-reconstruisent-leur-vie-au-niger/ Tue, 15 Aug 2017 14:19:07 +0000 Vivre avec le VIH sida, c’est le challenge que se sont donné Pelaguie, originaire de République Centrafricaine et Moké-Ekané, réfugié de la République démocratique du Congo. Après s‘être rencontrés, il y a 16 ans au Cameroun, le couple a décidé de former une nouvelle famille. Avec leurs deux enfants également séropositifs, ils sont passés du Cameroun au Nigeria et se sont installés au Niger. “Dieu merci, je l’ai vue au bureau du HCR. Elle avait l’air si triste, et je lui ai demandé pourquoi, et elle m’a tout raconté sur sa vie. Je lui ai dit :” Regarde-moi. Ainsi, va la vie. Je t’apprécie “. Et depuis, nous sommes restés ensemble.” Reconnait MOKÉ-EKANÉ. “Mon premier époux était capitaine dans la police militaire. Il a été tué devant notre maison à cause de cela. Ma jeune sœur et moi. Lorsque je repense à cela, tout revient en surface. Ils nous ont violées, ma sœur et moi. “Raconte Pélaguie. Le Niger offre un traitement gratuit pour les personnes vivant avec le virus. La famille a accès aux médicaments qui sauvent des vies à l’hôpital public. Le pays accueille plus de 160 000 réfugiés sur son territoire en grande partie désertique, dont la plupart ont fui la violence au Mali et au Nigeria voisin et vivent dans des zones proches des frontières de ces pays. Le Niger est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique, il occupe 187e rang sur 188, de l’indice de développement humain du PNUD. 46 % de la population vit avec moins de 1,90 dollar américains par jour. Et malgré les difficultés à vivre dans un pays étranger, cette famille qui a pu bénéficier du droit de travailler s’est confiée au haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés espère voir la stabilité et la sécurité qui lui permettrait de rentrer chez elle. Dette cachée du Congo, le FMI confirme http://fr.africanews.com/2017/08/15/dette-cachee-du-congo-le-fmi-confirme/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/dette-cachee-du-congo-le-fmi-confirme/ Thu, 17 Aug 2017 06:28:25 +0000 Le Fonds monétaire international (FMI) a confirmé que le Congo-Brazzaville lui avait caché une partie de sa dette publique lors de leurs discussions bilatérales en vue de parvenir à un programme d’aide et de réformes. Une mission du Fonds monétaire international doit se rendre à Brazzaville fin août pour négocier la mise en place d’un programme d’ajustement budgétaire. Explications avec Mays Mouissi, analyste financier. Kenya : des élections malgré tout historiques http://fr.africanews.com/2017/08/15/kenya-des-elections-malgre-tout-historiques/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/kenya-des-elections-malgre-tout-historiques/ Mon, 14 Aug 2017 22:56:52 +0000 Mardi 8 août 2017, 19,6 millions de Kényans étaient appelés aux urnes pour élire leurs président, gouverneurs, sénateurs, députés et représentants des femmes à l’Assemblée. En dépit d’un scrutin jugé pacifique et crédible par les observateurs, des violences sont survenues au lendemain de la proclamation des résultats. Mais pas de quoi éclipser les mutations qui se sont révélées lors de ces scrutins. Environ 15 millions d‘électeurs sur les 19,6 millions ont bien voulu se rendre aux urnes pour participer aux élections. Un fort engouement qui selon des analystes traduit la volonté des Kényans de faire entendre leur voix et changer les choses. Même si, malgré tout, la tendance ethnique reste prédominante dans la politique kényane. Les jeunes font leur révolution L’un des chapitres qui a retenu l’attention lors de ces élections, est bien la participation des jeunes et leurs anecdotes. Le Kenya, pays jeune dont l‘âge moyen est de seulement 19 ans, a vu éclore des histoires fort inspirant à propos de jeunes candidats. Entre nombres d’exemples, celui de Simon Muturi, un homme de 24 ans, qui a fait campagne à vélo et a obtenu un billet à l’Assemblée pour le parti du président Kenyatta, Jubilee. Mais l’histoire la plus retentissante est celle de John Paul Mwirigi, un candidat de 23 ans qui faisait campagne à pied et qui a remporté le siège de Igembe South face à un candidat du parti au pouvoir. Il s’est ainsi adjugé le titre du plus jeune député du pays. Dans le comté de Nandi, situé dans la vallée du rift, dans le nord du Kenya, Stephen Kipyego Sang, est aussi entré dans l’histoire. Âgé de seulement 34 ans, il a remporté le siège très convoité de gouverneur dans le comté. Sang est également le sénateur élu le plus jeune du Kenya. Pour beaucoup, ces histoires sont le signe d’une renaissance de la politique kényane. Les femmes aussi font leur révolution Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Les femmes ont elles aussi marqué ces joutes. Parfois victimes de violences, de menaces, elles n’ont néanmoins pas voulu jeter l‘éponge. Pour la première fois de toute l’histoire de la politique kényane, trois femmes, Joyce Laboso, Anne Waiguru et Charity Ngilu ont été élues gouverneurs ; tandis que Margaret Kamar, Susan Kihika et Fatuma Dullo ont décroché leurs billets pour le Sénat. Si la Constitution kényane revue en 2010 prévoit un quota de sièges au Parlement pour les femmes – un tiers précisément – cette clause a tardé à être appliquée. Certaines ont donc décidé d’aller à la conquête des populations et de s’adjuger ces sièges, dans les urnes. Une nouvelle ère dans laquelle a voulu s’inscrire Sophia Abdi Noor. Députée nommée depuis 2008 par le gouvernement, elle a voulu juger sa popularité sur le terrain, mais surtout faire face aux hommes “qui ne pensent qu‘à eux-mêmes”, a-t-elle déclaré durant sa campagne. Un pari gagnant puisqu’elle est devenue la première femme d’origine ethnique somalienne à être élue au parlement. Noor a gagné dans la circonscription d’Ijara dans le nord-est du Kenya, considéré depuis longtemps comme l’une des régions les plus marginalisées et les moins développées au Kenya. Carole Kouassi Commerce : Pékin évoque des représailles face à l'enquête lancée par Trump http://fr.africanews.com/2017/08/15/commerce-pekin-evoque-des-represailles-face-a-l-enquete-lancee-par-trump/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/commerce-pekin-evoque-des-represailles-face-a-l-enquete-lancee-par-trump/ Tue, 15 Aug 2017 08:13:14 +0000 Nos journalistes suivent cette information et l'actualiseront dès qu’ils en sauront davantage Au Kenya, des graffitis pour promouvoir la paix http://fr.africanews.com/2017/08/15/au-kenya-des-graffitis-pour-promouvoir-la-paix/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/au-kenya-des-graffitis-pour-promouvoir-la-paix/ Mon, 14 Aug 2017 22:55:29 +0000 Solomon Muyondo, artiste peintre kényan a sa petite idée pour préserver la paix dans son pays. Alors que le Kenya souffre actuellement d’une crise postélectorale qui a déjà fait sa dizaine de morts, l’artiste de rue a pris ses bombes de peinture, ses marqueurs et feutres, direction, les rues de Nairobi. Avec ce qu’il sait le mieux faire, l’artiste plus connu sous le nom de Solo7 et membre du collectif Art4Peace a commencé à inscrire des messages de paix sur les murs de la capitale, notamment à Kibera, un bidonville favorable à l’opposition et profondément marqué par les récentes violences. “Peace Wanted Alive”, tel est le message pulvérisé à des milliers d’endroits cette semaine par Solomon Muyondo. Par cette action, il veut tout simplement invité les Kényans à éviter les erreurs de 2007, année électorale durant laquelle plus d’un millier de personnes sont mortes dans des violences. Le leader de l’opposition, Raila Odinga, qui rejette les résultats de la présidentielle a annoncé dimanche qu’il dévoilerait sa stratégie ce mardi. De son côté, Uhuru Kenyatta, déclaré vainqueur, a invité ses opposants à des manifestations pacifiques et à privilégier la voie de la justice pour leurs revendications. Les inondations les plus meurtrières en Afrique depuis 20 ans http://fr.africanews.com/2017/08/15/les-inondations-les-plus-meurtrieres-en-afrique-depuis-20-ans/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/les-inondations-les-plus-meurtrieres-en-afrique-depuis-20-ans/ Mon, 14 Aug 2017 20:21:42 +0000 Les inondations qui ont coûté la vie à plus de 300 personnes lundi à Freetown, capitale de la Sierra Leone, font partie des plus meurtrières de ces 20 dernières années sur le continent africain. El Nino en Afrique de l’Est D’octobre 1997 à janvier 1998, de gigantesques inondations, à la suite de pluies torrentielles causées par El Nino, affectent cinq pays de la région et font plus de 6.000 morts. En Somalie, notamment, la crue du fleuve Juba le 18 octobre déclenche une catastrophe. Au moins 1.800 personnes meurent, 230.000 sont sinistrées. En Éthiopie, plus de 300 personnes trouvent la mort et 130.000 sont déplacées. Alger sous les eaux Le 10 novembre 2001, 764 personnes sont tuées et 125 portées disparues à la suite d’inondations catastrophiques dans le nord de l’Algérie. A Alger, 713 décès sont enregistrés, en très grande majorité dans le quartier populaire de Bab El-Oued. Les dégâts sont estimés à 33 milliards de dinars (500 millions d’euros). Inondations dévastatrices au Mozambique De février à mars 2000, des inondations sans précédent font 699 morts et 95 disparus. 60.000 personnes sont abritées dans des camps mis en place par le gouvernement. En janvier 2015, le fleuve Licungo, qui sépare le pays en deux, monte subitement de 12 mètres, du jamais vu depuis 1971. La crue dévaste la province de Zambézie, faisant 160 morts et 177.000 sinistrés. Au Malawi voisin, des crues provoquent la mort de 176 personnes, font 153 disparus et plus de 200.000 déplacés. Éthiopie En août 2006, au moins 639 personnes sont tuées, 35.000 déplacées et environ 200.000 affectées par des inondations qui frappent l’est, le sud-ouest et le nord du pays. La Corne de l’Afrique D’octobre à novembre 2006, des inondations provoquées par des pluies inhabituelles pour la saison, causent la mort de plus de 140 personnes en Somalie, victimes des eaux, des crocodiles ou d’une épidémie de malaria. Des inondations frappent également le Kenya (114 morts) et l‘Éthiopie (80 morts). La saison des pluies 2010 Les inondations de la saison des pluies, l’une des plus meurtrières jamais enregistrée, font au moins 377 morts et affectent 1,5 million de personnes en Afrique de l’Ouest. Les pays enregistrant le plus de morts sont le Nigeria (118), le Ghana (52), le Soudan (50), le Bénin (43), le Tchad (24), la Mauritanie (21), le Burkina Faso (16), le Cameroun (13), la Gambie (12), les autres pays enregistrant moins de 10 morts. AFP Bissau : accord entre l'Etat et des syndicats pour une hausse du salaire minimum http://fr.africanews.com/2017/08/15/bissau-accord-entre-l-etat-et-des-syndicats-pour-une-hausse-du-salaire-minimum/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/bissau-accord-entre-l-etat-et-des-syndicats-pour-une-hausse-du-salaire-minimum/ Mon, 14 Aug 2017 20:20:15 +0000 Le gouvernement de Guinée-Bissau et la principale centrale syndicale du pays ont signé un accord pour une hausse du salaire minimum et le paiement d’arriérés de salaire, a-t-on appris lundi auprès des syndicats et des autorités. L’Union nationale des travailleurs de Guinée-Bissau (UNTG) avait lancée le 8 août une grève de trois jours pour une hausse de 19.200 FCFA (plus de 29 euros) à 59.000 FCFA (près de 90 euros) du salaire minimum et le paiement d’arriérés de salaires dus au titre de l’année 2003. Cette grève avait paralysé la fonction publique et s‘était de fait poursuivie vendredi 11 août. L’accord, qui répond aux exigences des syndicats, a été signé pendant le week-end, selon l’UNTG et les autorités. Le travail avait repris lundi dans la Fonction publique, a constaté un journaliste de l’AFP. “Le gouvernement s’est fermement engagé à honorer ses promesses, le réajustement (du salaire minimum) et le paiement des arriérés selon un calendrier en cours de confection”, a déclaré à l’AFP le président de l’UNTG, Estevao Gomes Có. “Nous avons signé un mémorandum qui met fin à la grève. Le gouvernement a pris un certain nombre d’engagements qu’il va honorer”, a de son côté dit à l’AFP le ministre de la Fonction publique, Toumani Baldé. “Les revendications (des syndicats) sont légitimes mais la situation économique du pays n’est pas reluisante”, a ajouté M. Baldé. La Guinée-Bissau est un des derniers pays au monde selon le classement du Programme des Nations-Unies pour le développement (Pnud), basé sur l’indice de développement humain. Le pays a connu pendant plusieurs années des périodes d’instabilité politique et militaire marquées par des coups d’Etat et des mutineries de soldats. AFP Sénégal : liberté provisoire pour la chanteuse arrêtée pour "offense au chef de l'Etat" http://fr.africanews.com/2017/08/15/senegal-liberte-provisoire-pour-la-chanteuse-arretee-pour-offense-au-chef-de-l/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/senegal-liberte-provisoire-pour-la-chanteuse-arretee-pour-offense-au-chef-de-l/ Mon, 14 Aug 2017 20:18:30 +0000 La chanteuse sénégalaise Amy Collé Dieng, en détention depuis dix jours à Dakar pour “offense au chef de l’Etat et diffusion de fausses nouvelles”, a bénéficié lundi d’une remise en liberté provisoire, a-t-on appris de source judiciaire et auprès de son avocat. Célèbre chanteuse de “mbalakh”, musique sénégalaise basée sur les percussions, Amy Collé Dieng avait été interpellée le 3 août après avoir tenu des propos visant le président Macky Sall dans une vidéo diffusée sur internet au lendemain des élections législatives du 30 juillet, remportées par la majorité présidentielle. Dans un enregistrement sonore partagé sur la messagerie WhatsApp, en principe au sein d’un groupe fermé, la chanteuse de 39 ans s‘était montrée favorable à l’ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012), un des leaders de l’opposition, et critique envers le président Macky Sall. Elle a “bénéficié lundi d’une liberté provisoire”, a déclaré à l’AFP une source judiciaire. “Ma cliente a bénéficié d’une liberté provisoire à ma demande. C’est une décision satisfaisante”, a confirmé l’un de ses avocats, Me Boubacar Barro. “L’enquête continue mais je pense qu’il n’y a pas assez de charges” contre elle, a-t-il ajouté. Des organisations d’artistes et des figures de la société civile avaient appelé à sa libération. Dans l’enregistrement sonore incriminé, Amy Collé Dieng accusait notamment le chef de l’Etat de “manoeuvrer dans l’ombre” pour accomplir ses desseins et d‘être un “saï-saï” (“coquin” en langue wolof). Après son interpellation, la chanteuse avait affirmé que ses critiques n‘étaient pas destinées à être rendues publiques. Par ailleurs, une femme d’une trentaine d’années, Penda Bâ, partisane du président Macky Sall, a également bénéficié lundi d’une liberté provisoire, selon la même source judiciaire. Elle avait été arrêtée le 4 août après avoir proféré dans une vidéo des insultes contre les wolofs, une des principales ethnies du Sénégal. Les insultes proférées par Penda Bâ – membre de l’ethnie peule, celle du chef de l’Etat – avaient été très largement dénoncées au Sénégal, un pays réputé pour la coexistence pacifique de ses communautés et où de telles pratiques sont isolées. Le Sénégal, un des rares pays africains à n’avoir connu aucun coup d’Etat depuis son indépendance en 1960, est souvent vanté comme un modèle de démocratie sur le continent. AFP Afrique du Sud : Grace Mugabe accusée d'avoir battu deux jeunes filles http://fr.africanews.com/2017/08/15/afrique-du-sud-grace-mugabe-accusee-d-avoir-battu-trois-jeunes-filles/ http://fr.africanews.com/2017/08/15/afrique-du-sud-grace-mugabe-accusee-d-avoir-battu-trois-jeunes-filles/ Tue, 15 Aug 2017 14:40:14 +0000 La première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, a été accusée d’avoir battu deux jeunes filles qui faisaient la fête avec ses fils dans un hôtel de Johannesburg. L’une des jeunes filles a affirmé être un top model. Gabriella Engels, 20 ans, a publié une photo de son agression présumée sur Twitter lundi soir, déclarant qu’elle a été battue en compagnie de deux de ses amis dans la chambre d’hôtel qu’elles occupaient avec les fils de Mugabe. « Rob jnr a été sorti de la chambre d’hôtel tandis que Bellermine s’est enfui. Mes deux amies et moi avons été battues dans une chambre où se trouvaient dix hommes qui l’ont laissé faire », a-t-elle écrit sur Twitter tout en faisant référence aux gardes du corps de Mme Mugabe. Rob jnr was put out of the hotel room and Bellermine ran away. My two friends and I were beat up in a room with 10+ men leaving her to do it https://t.co/FXdYafh3pm— Gah-bee (@DaNamesGaby) August 14, 2017 « Elle m’a laissé trois blessures sur la tête. Elle a utilisé une rallonge pour me frapper », a expliqué la jeune fille avec une image montrant une coupe profonde sur son front. >>> LIRE AUSSI : “Afrique du Sud : après avoir frappé’‘ deux jeunes filles, Grace Mugabe se présente à la police Une version contradictoire a été donnée par le Parti Zanu-PF de Mugabe qui a publié une photo qui illustrait que les jeunes filles avaient ‘‘attaqué’‘ la première dame. I have to more injuries at the back of my head pic.twitter.com/fz3olUz9tN— Gah-bee (@DaNamesGaby) August 14, 2017 Nous pouvons confirmer que c’est l’une des auteurs de l’attaque contre la camarade Grace Mugabe. Soyez prudente camarade, a twitté le parti. Aucune déclaration officielle n’a été faite après l’incident, mais la direction de l’hôtel a confirmé aux médias locaux qu’il y avait un incident sans nommer personne. We can confirm if this is one of the perpetrators who attacked comrade Grace Mugabe. Be careful comrades. pic.twitter.com/3VCyfsY8vB— ZANU PF (@zanu_pf) August 14, 2017 Gabriella Engels a nié avoir dormi dans la chambre d’hôtel avec les fils de Mugabe et a demandé justice pour agression. Les fils de Mugabe, Robert Peter Mugabe Jr et Chatunga Bellarmine Mugabe sont bien connus pour les fêtes qu’ils organisent dans les appartements de luxe. Ils ont été expulsés de leur appartement à Dubaï et aussi expulsés d’un appartement de Johannesburg après une bagarre. Ebrin Brou