Flux RSS Africanews Recevez gratuitement toutes les actualités publiées sur africanews.com, en vous abonnant à un de nos flux RSS. http://fr.africanews.com/feed/rss Fri, 23 Jun 2017 16:37:27 +0000 Fri, 23 Jun 2017 16:37:27 +0000 Kenya : un tournoi de cricket pour la conservation d'espèces menacées [no comment] http://fr.africanews.com/2017/06/23/kenya-un-tournoi-de-cricket-pour-la-conservation-d-especes-menacees-no-comment/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/kenya-un-tournoi-de-cricket-pour-la-conservation-d-especes-menacees-no-comment/ Fri, 23 Jun 2017 16:37:27 +0000 Sous le regard du dernier rhinocéros blanc, un groupe de guerriers Maasai du Kenya se sont battus, lors d’un match de cricket pour la conservation de cette espèce menacée, portant leurs robes Shuka rouges traditionnelles et de lourdes jambières de cricket de couleur blanche. Transport urbain : Taxify veut détrôner Uber [Business Africa] http://fr.africanews.com/2017/06/23/transport-urbain-taxify-veut-detroner-uber-business-africa/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/transport-urbain-taxify-veut-detroner-uber-business-africa/ Fri, 23 Jun 2017 16:21:29 +0000 Taxify, la compagnie estonienne de transport urbain voit grand. Fondée en 2014, avec à ce jour près de 2,5 millions de passagers actifs, la société envisage désormais de détrôner son grand concurrent Uber, et de devenir le roi du business des taxis. Le plan est simple, Taxify entend tout simplement attirer le maximum d’utilisateurs d’Uber en les incitant avec une réduction considérable des tarifs. Jerry Bambi et Jean David Mihamle se sont intéressés à la façon dont cela se déroulera. 4e édition du "Carrousel de la Mode" : le Congo se fait la capitale du chic http://fr.africanews.com/2017/06/23/4e-edition-du-carrousel-de-la-mode-le-congo-se-fait-la-capitale-du-chic/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/4e-edition-du-carrousel-de-la-mode-le-congo-se-fait-la-capitale-du-chic/ Fri, 23 Jun 2017 15:43:04 +0000 Des mannequins rivalisant d’ardeur pour présenter au public, le fruit de l’ingéniosité des créateurs du continent mais aussi d’autres horizons géographiques. L’initiative se déroule à Pointe-Noire en République du Congo à la faveur de la 4e édition du festival international de la mode dénommé ‘‘Carrousel de la mode’‘. L‘événement se veut la vitrine de la mode, mieux des créations des stylistes modélistes. Pour cette édition, l’accent a été mis sur les débouchés qu’offre secteur de la mode. Pas étonnant, en effet, tant les organisateurs mettent en avant l’impact de la mode sur le plan économique. L’idée consiste à saisir les opportunités qu’offrent ce secteur dans le contexte de la diversification d’une économie restée trop longtemps sous la coupe du pétrole. “Je me suis rendue compte que le Congo est un pays pétrolier et je me suis donnée pour objectif de changer la vision ici, de faire parler de l’artisanat et de la mode pour qu’on ne parle pas que du pétrole’‘, explique Pascaline Kabre, organisatrice du festival. Les spécialistes sont formels, la mode gagne en considération sur le continent. Le secteur attire d’ailleurs des créateurs d’autres univers. L’exemple a été donné ici par la présence de ceux venus de l’Italie, de la France et du Liban. Les acteurs du domaine ont compris qu’aucune évolution n’est possible sans ouverture au monde extérieur ces derniers temps. Le public n’a d’ailleurs pas manqué d’apprécier le talent de ces artistes dont certains considèrent le continent africain comme leur source d’inspiration. “Moi, je me considère plutôt comme un styliste africain. Cela fait des années que je suis en Afrique, je puise toute mon inspiration de l’Afrique, de ce qui m’entoure et de cette générosité de la famille africaine’‘, affirme Enzo Itzaky, créateur de mode libanais. La diversité a donc été au rendez-vous sur le plan humain, mais aussi sur le plan de la créativité. Plusieurs tenues, rivalisant d’originalité ont été présentées au public. Ces talents venus d’ailleurs sont tout sauf une mauvaise nouvelle pour les jeunes stylistes africains. “Ce que j’attends, c’est juste que les plus grands nous soutiennent nous jeunes créateurs dans ce que nous faisons dans notre marche pour que nous aussi puissions avoir une place au soleil”, a déclaré MAMS, un jeune designer originaire de la République du Congo. L’avenir de la mode africaine se dessine peut-être sous des meilleurs auspices. Déjà, des célébrités comme Beyoncé, Lupita Nyong’o ont souvent adopté des créations réalisées sur le continent par des Africains. Pour être davantage dynamique, le secteur a cependant besoin d’une dose de promotion à l‘échelle mondiale. Serge Patrick MANKOU Bénin : des milliers de personnes contre Patrice Talon dans les rues de Cotonou http://fr.africanews.com/2017/06/23/benin-des-milliers-de-personnes-contre-patrice-talon-dans-les-rues-de-cotonou/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/benin-des-milliers-de-personnes-contre-patrice-talon-dans-les-rues-de-cotonou/ Fri, 23 Jun 2017 15:44:33 +0000 Pas de trêve sanitaire accordée à Patrice Talon. À peine rentré d’un séjour médical que le président béninois fait face à la grogne sociale. Alors que les syndicats du port de Cotonou ont initié jeudi une grève de deux jours, près d’un millier de personnes ont manifesté le même jour à l’appel d’une coalition de l’opposition contre ce qu’elles appellent la ‘‘mauvaise gouvernance ‘’ du président. “Le peuple ne veut pas de cette gouvernance où son pays est dirigé comme une entreprise privée et où les citoyens sont traités comme des employés d’un patron qui n’a aucun compte à leur rendre. Le peuple ne veut plus de violation des libertés publiques. Le peuple ne veut plus des préfets qui portent atteinte à la liberté et au bien-être des citoyens. Le peuple ne veut pas la privatisation des secteurs vitaux de l‘économie”, s’indigne Jean Cocou Zounon, porte-parole du Front pour un Sursaut Patriotique Des Béninois accusent par ailleurs leur président de revenir sur certaines de ses promesses de campagne, une année après son élection. ‘‘Le président ne tient pas parole.Alors que les syndicats du port de Cotonou ont initié jeudi une grève de deux jours, près d’un millier de personnes ont manifesté le même jour à l’appel d’une coalition de l’opposition contre ce qu’elles appellent la ‘‘mauvaise gouvernance ‘’ du président. Il parle du projet grand Nokoué pour pouvoir faire la campagne, qu’a-t-il fait pour ce pays concrètement ? ‘’, déplore un manifestant. Fini donc l‘état de grâce pour le successeur de Yayi Boni. Les électeurs attendent maintenant la matérialisation des promesses électorales. Serge Patrick MANKOU Quand les "diamants du sang" de Centrafrique sont vendus en toute liberté sur les réseaux sociaux http://fr.africanews.com/2017/06/23/quand-les-diamants-du-sang-de-centrafrique-sont-vendus-en-toute-liberte-sur-les/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/quand-les-diamants-du-sang-de-centrafrique-sont-vendus-en-toute-liberte-sur-les/ Fri, 23 Jun 2017 14:58:24 +0000 Le “Processus de Kimberley” – le régime international de certification des diamants bruts – n’y a pu faire grand chose. Des diamants interdits à l’exportation de la Centrafrique continuent à être marchandés et vendus en toute impunité, et désormais, sur les réseaux sociaux. Sur Facebook et WhatApp notamment, des marchands de “diamants de sang” centrafricains exposent ces pierres à toute une filière. C’est l’ONG Global Whitness qui le mentionne dans un rapport relayé par Le Monde Afrique. Global Whitness a pu en arriver à cette conclusion après s‘être fait passer pour un acheteur auprès d’un certain Sader, qui dit habiter à Beyrouth. Ce dernier a confié à l’infiltré de l’ONG détenir des pierres provenant du sol centrafricain, mais aussi de la République démocratique du Congo. Avec toute une équipe de “Français et Belges” d’origine africaine, Sader croit avoir trouvé le bon filon pour aguicher le maximum de partenaires et de négociants et marchands. D’ailleurs, comme l’explique Aliaume Leroy, chargé de campagne à Global Witness, les réseaux sociaux offrent à ces trafiquants de nouvelles opportunités parmi lesquelles “la vitesse de création d’un réseau de partenaires et d’intermédiaires pour amener le diamant centrafricain sur le marché international”. En dépit d’une levée partielle de l’embargo sur les diamants centrafricains par le “Processus de Kimberley” en 2015 en raison de la grave guerre qui a débuté dans le pays en 2013, les Centrafricains ne bénéficient plus des revenus de leurs pierres. Pourtant, jusqu‘à la chute de l’ancien président François Bozizé, près d’un quart de la population en vivait de façon directe ou indirecte. Aujourd’hui, les groupes armés en faction dans le pays ont mis un bras sur le juteux commerce de diamant. Un cercle vicieux qui continue d’alimenter la guerre dans le pays, chaque groupe armé voulant s’approprier des zones diamantifères, peu importe si elles doivent coûter le sang des populations. Les derniers affrontements en date en Centrafrique ont fait une centaine de morts dans la ville de Bria, grenier de mines d’or et de diamants. Carole Kouassi Les transferts d'argent en Afrique toujours les plus chers [Business Africa] http://fr.africanews.com/2017/06/23/les-transferts-d-argent-en-afrique-toujours-les-plus-chers-business-africa/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/les-transferts-d-argent-en-afrique-toujours-les-plus-chers-business-africa/ Fri, 23 Jun 2017 14:47:49 +0000 Un nouveau rapport du Fonds international pour le développement agricole a révélé que depuis 2011, l’Afrique a eu la plus forte réduction des coûts de transaction de fonds. Cependant le marché africain reste le plus coûteux pour les envois de fonds dans le monde. Suivez cette nouvelle édition de Business Africa qui s’intéresse également à la situation économique au Soudan du Sud. Pour le président tanzanien, les jeunes mères doivent être exclues de l'école http://fr.africanews.com/2017/06/23/pour-le-president-tanzanien-les-jeunes-meres-doivent-etre-exclues-de-l-ecole/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/pour-le-president-tanzanien-les-jeunes-meres-doivent-etre-exclues-de-l-ecole/ Fri, 23 Jun 2017 13:30:23 +0000 Le président tanzanien John Magufuli a soutenu que les écolières tombant enceintes ne pouvaient pas poursuivre leur scolarité après leur accouchement, condamnant l’action des organisations occidentales qui plaident pour que les adolescentes aient ce droit. “Moi, je donne de l’argent pour que l‘élève étudie gratuitement. Et après, elle tombe enceinte, accouche et revient par la suite à l‘école. Non, pas sous mon mandat!”, s’est exclamé jeudi le chef de l’Etat lors d’un déplacement à Chalinze, à une centaine de kilomètres à l’ouest de la capitale économique Dar es Salaam. Un rapport de l’ONG Human Rights Watch publié le 16 juin avait affirmé que des responsables d‘écoles de Tanzanie effectuaient des tests de grossesse afin d’expulser les élèves enceintes, les privant ainsi de leur droit à l‘éducation. Selon M. Magufuli, si les Tanzaniens écoutaient les organisations occidentales de défense des droits de l’homme, “il pourrait arriver que, dans toute une classe, toutes les élèves aient des bébés”. “Dans ce cas alors, que se passerait-il ? Pendant que le professeur donne son cours, elles sortiraient toutes pour aller donner le sein aux bébés? Jamais sous mon mandat!”, s’est-il emporté. “Si ces ONG aiment vraiment ces élèves, qu’elles leur ouvrent des écoles spéciales pour mères”, a-t-il ajouté. “Quant au gouvernement, il ne peut pas accepter cela”, a insisté M. Magufuli, alors que plusieurs membres de son gouvernement défendent publiquement le droit des filles à poursuivre leurs études secondaires après des maternités. AFP RDC - Crise au Kasaï : l'Afrique obtient l'abandon d'une enquête internationale de l'ONU http://fr.africanews.com/2017/06/23/rdc-crise-au-kasai-l-afrique-obtient-l-abandon-d-une-enquete-internationale-de/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/rdc-crise-au-kasai-l-afrique-obtient-l-abandon-d-une-enquete-internationale-de/ Fri, 23 Jun 2017 11:48:50 +0000 Un compromis, voici ce à quoi sont parvenus d’un côté l’ONU et les pays occidentaux, et de l’autre les pays africains, sur la voie judiciaire à suivre pour élucider les graves violences dans le Kasaï. Pour en arriver là, les débats ont été houleux. Le vote d’une résolution au préalable prévu le mardi, a finalement eu lieu ce vendredi, prévoyant l’envoi d’un groupe d’experts internationaux chargés d’enquêter sur les violences en République démocratique du Congo. Au départ, le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, l’Union européenne et les Etats-Unis avaient tablé sur l’envoi d’une mission indépendante qui enquêteraient. Une proposition qui s’est heurtée à un refus catégorique de Kinshasa qui a plutôt sollicité un groupe d’experts qui aiderait la justice congolaise au plan logistique et technique. Selon la résolution adoptée, le Conseil “demande au Haut-Commissaire aux droits de l’homme d’envoyer une équipe d’experts internationaux, y compris des experts de la région” pour enquêter sur “les violations des droits de l’homme et abus présumés, et sur les violations du droit international humanitaire dans les régions du Kasaï”. Ils devront “recueillir et conserver des renseignements” sur ce qui s’est passé et “déterminer les faits et les circonstances”, puis partager leurs conclusions avec l’ONU et les autorités judiciaires congolaises. Quant aux autorités congolaises, elles doivent coopérer avec les experts, qui devront, eux, veiller à ce que “les auteurs des crimes” soient jugés par la justice congolaise. La résolution adoptée à l’ONU vient dissiper un tant soit peu les tensions entre l’ONU et Kinshasa sur la situation dans le Grand Kasaï. Depuis septembre 2016, cette région s’est transformée en une nouvelle terre de massacre en République démocratique du Congo, après la mort du chef Kamuina Nsapu, assassiné en août 2016. Depuis des mois, l’ONU accuse aussi les Kamwina Nsapu d’enrôler des enfants-soldats et d’avoir commis des atrocités, tout en dénonçant l’usage disproportionné de la force par l’armée congolaise. Toujours dans le cadre des violences inouïes, deux experts de l’ONU – la Suédo-chilienne Zaida Catalan et l’Américain Michael Sharp – ont été tués en mars dans le Kasaï. Ils faisaient partie d’un groupe d’experts qui enquêtaient sur les fosses communes découvertes dans la région. Ces rebondissements dans la vie socio-politique congolais interviennent alors que le pays attend de pied ferme la tenue d‘élections dont la présidentielle – censée se tenir d’ici la fin de l’année – qui doivent mettre un terme au règne du président Joseph Kabila, qui a terminé ces deux mandats constitutionnels depuis décembre 2016. D’ailleurs, en raison de la crise dans le Kasaï, la commission électorale congolaise s’est dit dans l’incapacité d’enrôler les populations de cette région. Carole Kouassi Kenya : le président va offrir gratuitement des serviettes hygiéniques aux filles scolarisées http://fr.africanews.com/2017/06/23/kenya-le-president-va-offrir-gratuitement-des-serviettes-hygieniques-aux-filles/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/kenya-le-president-va-offrir-gratuitement-des-serviettes-hygieniques-aux-filles/ Fri, 23 Jun 2017 10:20:08 +0000 Désormais, les filles kényanes scolarisées auront droit à des serviettes hygiéniques gratuites. C’est un pan de loi de modification de l‘éducation de base signée par le chef d‘État kényan Uhuru Kenyatta mercredi, à environ deux mois de la présidentielle d’août à laquelle il s’est porté candidat. Selon cette loi, le gouvernement doit fournir des garnitures “gratuites, en quantité suffisante et de bonne qualité” à toutes les filles scolarisées dans un établissement d’enseignement public. Cette politique vise à encourager davantage non seulement l’inscription des petites filles à l‘école mais leur venue régulière, même en période de menstrues. Une étude de chercheurs de l’université d’Oxford publiée en décembre dernier montrait, en effet, comment la stigmatisation liée aux menstruations pouvaient handicaper les jeunes filles. Considérée comme “sales”, elles préfèrent rester à la maison pendant cette période. De fait, à en croire l’Unicef, une jeune fille sur 10 en Afrique manque l‘école pendant leurs menstrues. Et le Kenya ne fait pas exception. Car selon le ministère de l‘Éducation, les jeunes filles qui restent à la maison pendant cette période manquent six semaines dans l’année. Dans ce pays, l’une des principales raisons, c’est que beaucoup de jeunes écolières issues de milieux défavorisés n’ont pas les moyens de s’offrir des serviettes hygiéniques. Elles sont parfois obligées d’utiliser des tissus absorbants, mais qui peuvent très vite tâcher leurs uniformes scolaires. Avant la promulgation de la nouvelle loi, le Kenya avait déjà franchi un grand pas en exonérant de toute taxe les serviettes hygiéniques pour les rendre plus abordables aux familles pauvres. Carole Kouassi L'Afrique du Sud va bientôt sortir de la récession, assure Zuma http://fr.africanews.com/2017/06/23/l-afrique-du-sud-va-bientot-sortir-de-la-recession-assure-zuma/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/l-afrique-du-sud-va-bientot-sortir-de-la-recession-assure-zuma/ Fri, 23 Jun 2017 13:01:33 +0000 L‘économie sud-africaine va bientôt sortir de la récession dans laquelle elle a plongé début juin, pour la première fois depuis huit ans, a déclaré jeudi le président sud-africain Jacob Zuma devant le Parlement. “Je suis très confiant envers le fait que nous allons sortir plus rapidement que prévu de cette récession technique”, a assuré le chef de l’Etat, reconnaissant que la situation “préoccupait sérieusement” le gouvernement. Avec deux trimestres consécutifs de recul de son PIB (-0,3% puis -0,7%), l‘économie la plus industrialisée d’Afrique est officiellement rentrée en récession début juin, une première depuis 2009 à l‘époque de la crise financière internationale. Cette récession est venue s’ajouter aux mauvaises nouvelles qu’essuie l‘économie sud-africaine depuis le début de l’année. En avril, après un remaniement ministériel controversé où Zuma a nommé dix ministres parmi ses fidèles, deux agences de notation avaient dégradé la note du pays en catégorie spéculative. Malgré cette situation délicate, le chef de l’Etat a réaffirmé jeudi son intention de poursuivre le coûteux programme nucléaire du pays. L’Afrique du Sud, qui possède les deux seuls réacteurs du continent, veut se doter de six à huit nouveaux réacteurs d’une capacité totale de 9.600 MW, mais le prix annoncé (1.000 milliards de rands soit 70 milliards d’euros) fait polémique. “Le gouvernement veut toujours poursuivre le programme nucléaire à un rythme et à une échelle que le pays peut se permettre”, a indiqué M. Zuma. L’incertitude autour du financement de ce projet est une autre raison avancée par les agences lors de la dégradation de leur note. AFP Les deux anciens détenus de Guantanamo transférés au Ghana menacés d'expulsion http://fr.africanews.com/2017/06/23/les-deux-anciens-detenus-de-guantanamo-transferes-au-ghana-menaces-d-expulsion/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/les-deux-anciens-detenus-de-guantanamo-transferes-au-ghana-menaces-d-expulsion/ Fri, 23 Jun 2017 12:31:25 +0000 La cour suprême du Ghana a déclaré jeudi que la présence de deux anciens détenus de Guantanamo, présents à Accra depuis janvier 2016, était “inconstitutionnelle”, affirmant que leur transfèrement dans le pays aurait dû être approuvé par le Parlement. La juge Sophia Akuffo a estimé que “si le gouvernement ne soumet pas une demande au parlement, qui approuvera ou non leur présence dans les trois mois, les deux détenus devront retourner aux Etats-Unis”. Mahmud Umar Muhammad Bin Atef et Khalid Muhammad Salih Al-Dhuby ont été les premiers détenus à être transférés dans un pays d’Afrique sub-saharienne, sous la présidence de Barack Obama. La fermeture du camp de Guantanamo était l’une de ses promesses électorales. Toutefois, peu de pays ont accepté de recevoir les anciens détenus, rendant leur transfèrement parfois impossible. En janvier 2017, une quarantaine de personnes étaient encore détenues au large de Cuba. Au Ghana, leur présence avait suscité une grande polémique et deux citoyens, Margeret Bamful et Henry Nana Boakye, ont décidé de porter plainte, assurant que “le président (John Mahama, au pouvoir jusqu’en janvier dernier) a agi de manière inconstitutionnelle en acceptant leur transfert”. Tous deux sont des membres du parti désormais au pouvoir, le New Patriotic Party (NPP), et M. Nana Boakye a été nommé directeur adjoint du Secrétariat National, lors de l‘élection du nouveau président, Nana Akufo-Addo. Un transfert ‘politisé’ Les avocats américains de l’un des ex-détenus, qui suivent les dossiers de prisonniers de Guantanamo mais ne souhaitent pas être nommés dans les médias ont tenté en vain d’alerter le Conseil d’Etat américain sur le “climat politique intense qui entoure nos clients depuis la victoire de l’opposition aux dernières élections (de décembre 2016)”. “De tous les pays ayant accueilli des anciens prisonniers de Guantanamo, le Ghana est sûrement le seul où ce transfèrement a été si politisé, rendant l’intégration de notre client particulièrement difficile”, a expliqué l’avocat de M. Bin Atef à l’AFP. Le cabinet d’avocats affirme ne pas avoir été informé de la tenue de l’audience jeudi, et la défense des deux ex-détenus a été assurée par le procureur général. M. Bin Atef n’a pas souhaité non plus s’exprimer. Dans un court échange avec l’AFP, il s’est dit “très malade”, et n’ayant “pas la force de parler davantage”. Les deux hommes font l’objet d’une surveillance étroite sur le sol ghanéen bien que le ministère américain de la Défense estimait en 2016 qu’ils ne représentent pas de menace. M. Dhuby a vécu toute sa vie en Arabie saoudite mais affirme avoir la nationalité yéménite. Il fut un membre “probable” du réseau islamiste Al-Qaïda et aurait été entraîné dans un camp de combattants en Afghanistan. M. Atef a été membre des talibans et a combattu dans la 55e brigade d‘élite d’Oussama Ben Laden, selon une enquête menée aux Etats-Unis. “Nous nous sommes mis d’accord pour avoir des assurances en matière de sécurité”, avait alors déclaré le représentant du Pentagone. Selon le communiqué du Pentagone publié en janvier 2016, Washington s’est coordonné avec Accra “pour s’assurer que ces transfèrements aient lieu conformément aux mesures appropriées de sécurité et de traitement humain”. “Notre plus grande inquiétude est que la plupart des personnes affectées au transfèrement des anciens détenus de Guantanamo à Washington ont du quitter leurs fonctions avec l’arrivée de Donald Trump au pouvoir, et il n’y a eu à ce jour, aucun remplacement”, regrette l’avocat. AFP Botswana : mort de l'ancien président Ketumile Masire (entourage) http://fr.africanews.com/2017/06/23/botswana-mort-de-l-ancien-president-ketumile-masire-entourage/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/botswana-mort-de-l-ancien-president-ketumile-masire-entourage/ Fri, 23 Jun 2017 12:40:13 +0000 L’ancien président du Botswana, Ketumile Masire, deuxième chef d’Etat de ce pays d’Afrique australe après son indépendance et médiateur dans plusieurs conflits sur le continent, est mort à l‘âge de 91 ans a indiqué vendredi son entourage. “Il est mort paisiblement à la clinique Bokamoso (nord-est de Gaborone), entouré de sa famille, à 22h10 jeudi. Nous remercions les amis d’ici et d’ailleurs pour leurs prières, leurs pensées et leurs messages de soutien dans ce moment difficile”, a déclaré sa secrétaire personnelle Fraser Tlhoiwe dans un communiqué. Ketumile Masire était hospitalisé depuis vendredi dernier pour une opération et avait été placé en soins intensifs Il avait été élu à la tête du Botswana en 1980, après la mort du père de l’indépendance, Seretse Khama, et avait été réélu jusqu’en 1998 où il avait démissionné. Ses années de présidence restent marquées par une période de croissance économique particulièrement forte et il est considéré comme un architecte de la stabilité du pays. Il a également joué un rôle de pacificateur dans la région en s’impliquant dans les négociations de paix entre les rebelles de la Renamo et l’armée qui ont pris fin en 1992 après seize ans de guerre civile. Médiateur au Mozambique, Masire a également usé de son expérience pour aider à résoudre des crises politiques au Kenya et au Lesotho lorsqu’il n‘était plus président. Il avait aussi présidé un panel “de personnalités éminentes”, chargé d’enquêter sur les circonstances du génocide au Rwanda de 1994. Le Botswana, l’une des démocraties les plus stables du continent, est gouverné depuis son indépendance en 1966 par le parti démocratique du Botswana (BDP), la formation de Ketumile Masire. AFP Afrique : des dizaines langues locales menacées de disparition http://fr.africanews.com/2017/06/23/afrique-des-langues-locales-menacees-de-disparition/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/afrique-des-langues-locales-menacees-de-disparition/ Fri, 23 Jun 2017 08:02:57 +0000 L’héritage linguistique de l’Afrique en danger. L’Unesco a répertorié des dizaines de langues locales en voie de disparition sur le continent. En tête de ce triste classement, le Soudan. Le troisième plus grand pays d’Afrique risque de voir pas moins de 65 idiomes disparaître. Le Cameroun qui en compte environ 200 pourrait en perdre 36. Le Nigeria, tout comme le Tchad comptent chacun 28 langues menacées. Quant à l’Ethiopie, elle se classe également dans le haut du tableau avec 28 langues en danger. Pour l’Unesco, la mondialisation est passée par là avec l’expansion de l’anglais et du français, héritées de la colonisation et qui font également office de langues nationales dans la plupart des pays africains. Il est de même que la diffusion de langues transnationales comme le swahili qui a ralenti l‘émergence des langues locales. Toutefois, nuance l’organisation, la mondialisation peut avoir son bon côté. En effet, avec les réseaux sociaux et les nouvelles technologies, l’apprentissage des langues peut s’avérer plus facile. Certains pays comme la Côte d’Ivoire envisagent d’ores et déjà d’intégrer certaines de leurs langues locales en déperdition pour leur donner une nouvelle impulsion. Le romancier guinéen Tierno Monénembo récompensé par l'Académie française http://fr.africanews.com/2017/06/23/le-romancier-guineen-tierno-monenembo-recompense-par-l-academie-francaise/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/le-romancier-guineen-tierno-monenembo-recompense-par-l-academie-francaise/ Fri, 23 Jun 2017 07:48:03 +0000 L‘écrivain guinéen Tierno Monénembo a été distingué jeudi par la plus prestigieuse distinction de l’Académie française, le Grand prix de la francophonie. Le romancier, auteur notamment du “Terroriste noir” récit sur la vie d’Addi Bâ, un Peul de Guinée, héros de la Résistance française, membre du premier maquis des Vosges et fusillé par les nazis en 1943, est également connu pour avoir dénoncé le silence de la communauté internationale après le massacre de plus de 150 civils par l’armée en septembre 2009 à Conakry. “La Guinée se meurt, le monde a le droit de le savoir, le monde a le devoir de s’en indigner. Les Guinéens méritent la compassion des autres nations”, avait écrit l‘écrivain dans une tribune publiée par Le Monde affirmant “la Guinée se meurt, et il y a cinquante ans que cela dure: cinquante ans d’indépendance, cinquante ans d’enfer!”. Auteur d’une douzaine d’ouvrages, Tierno Monénembo, 69 ans, grande voix de la littérature africaine, possède un style unique alternant gravité et légèreté. Le grand prix de la Francophonie est doté de 30.000 euros. Au total l’Académie française a établi un palmarès qui comprend 63 distinctions. Parmi les personnalités honorées figurent le comédien Philippe Caubère, prix du Théâtre et le chanteur Gérard Manset récompensé par la Grande médaille de la chanson française. L‘écrivain Charles Juliet, 82 ans, a reçu le Grand prix de littérature pour l’ensemble de son oeuvre tandis que la cardiologue franco-libanais François Boustani a reçu la Grande médaille de la francophonie. Le cinéaste Stéphane Brizé, réalisateur notamment de “La loi du marché” a été récompensé par le prix du cinéma René Clair. Auteure remarquée du roman “Tropique de la violence” sur la tragédie des kwassa-kwassa entre les Comores et Mayotte, Nathacha Appanah a reçu quant à elle le prix Anna de Noailles. Du côté de la poésie, le grand prix a été remis au poète haïtien Anthony Phelps pour l’ensemble de son oeuvre. Chaque année, l’Académie française remet ses prix dans tous les domaines de la culture qui font usage de la langue française. AFP Côte d'Ivoire : Michel Gbagbo jugé pour "fausses nouvelles" http://fr.africanews.com/2017/06/23/cote-d-ivoire-michel-gbagbo-juge-pour-fausses-nouvelles/ http://fr.africanews.com/2017/06/23/cote-d-ivoire-michel-gbagbo-juge-pour-fausses-nouvelles/ Fri, 23 Jun 2017 09:13:52 +0000 Michel Gbagbo, le fils de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, sera jugé vendredi à Abidjan pour “divulgation de fausses nouvelles” après avoir annoncé la disparition de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire, a annoncé jeudi son avocat. “Le procès de Michel Gbagbo va s’ouvrir demain (vendredi) devant le Tribunal correctionnel du Plateau pour divulgation de fausses nouvelles” a affirmé à l’AFP Me Ange Rodrigue Dadje, son avocat. Il sera jugé en même temps que Laurent Despas, directeur général du site d’information Koaci.com. Les deux hommes avaient été inculpés le 26 mai 2016 mais laissés en liberté, par le procureur d’Abidjan, Richard Adou, à la suite d’une interview accordée au site d’information en ligne Koaci.com, publiée le 2 mai. Dans cet entretien, Michel Gbagbo déclarait qu’“à la date du 30 mars 2016, 250 personnes étaient encore détenues dans les prisons” ivoiriennes et que “300 personnes (...) inculpées et placées sous mandat de dépôt depuis 2011 sont portées disparues”. “Le parquet informe qu’il n’a été saisi d’aucun cas de disparition d’inculpés de la crise postélectorale”, avait réagi M. Adou, critiquant les déclarations “sans fondement et mensongères” de Michel Gbagbo. Michel Gbagbo, fils de l’ex-président Gbagbo issu d’un premier mariage avec une Française, avait été condamné le 10 mars 2015 à cinq ans d’emprisonnement pour “attentat à la sûreté de l’Etat”. Simone Gbagbo, épouse de l’ancien président Laurent Gbagbo, purge elle une peine de 20 ans dans cette même affaire, après avoir été jugée pour son rôle dans la crise causée par le refus de son mari de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle de novembre 2010. Laurent Gbagbo est écroué depuis la fin 2011 à La Haye, où il est jugé par la Cour pénale internationale pour “crimes contre l’humanité” présumés commis lors de la crise post-électorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3.000 morts en Côte d’Ivoire. La star ivoirienne du reggae Alpha Blondy a appelé à la mi-mai à “une amnistie générale” et à la libération de tous les prisonniers détenus, dont Simone Gbagbo, dans le cadre de la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire, en estimant que le pays vit un “traumatisme”. AFP Gabon : fin de la mission de la CPI sur les violences post-électorales http://fr.africanews.com/2017/06/22/gabon-fin-de-la-mission-de-la-cpi-sur-les-violences-post-electorales/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/gabon-fin-de-la-mission-de-la-cpi-sur-les-violences-post-electorales/ Thu, 22 Jun 2017 21:28:45 +0000 Les experts de la Cour pénale internationale (CPI) ont bouclé jeudi à Libreville une mission préliminaire sur les violences post-électorales au Gabon après la réélection contestée du président Ali Bongo Ondimba en septembre. Les conclusions de cette mission de deux jours seront transmises au parquet de la CPI qui décidera ou non de l’ouverture d’une enquête pour “crime contre l’humanité” ou “crime de guerre”, à l’issue de laquelle le procureur pourra demander aux juges de délivrer mandats d’arrêts ou citations à comparaître. La mission a rencontré des ministres Défense, Intérieur, Justice, Communication, le rival du président Bongo, Jean Ping, qui se proclame toujours le “président élu”, et 15 ONG soutenant les victimes, ainsi que “certaines chancelleries occidentales”, a précisé le gouvernement. “Il faut continuer à recueillir des informations”, a déclaré à l’AFP le chef de la section de l’analyse des situations à la CPI, Emeric Rogier. “Le même épisode fait l’objet de versions très contradictoires par le gouvernement ou par l’opposition”, a-t-il ajouté, prenant en exemple le nombre de victimes: “On est dans une fourchette qui va de trois à 300”. Manifestations, répressions, un millier d’interpellations, assaut sécuritaire contre le siège de Jean Ping, pillage, incendie de l’Assemblée…: les violences ont duré quelques jours après la proclamation des résultats le 31 août. Les experts de la CPI sont venus “suite à la saisine du gouvernement”, a rappelé le porte-parole de l’exécutif Alain-Claude Bilie-By-Nzé. L’opposition et les ONG souhaitaient également cette mission. “Cette ouverture et cette transparence sont la preuve, si besoin en était encore, que nous n’avons rien à cacher”, a ajouté le porte-parole dans un communiqué, se félicitant du climat “serein” de cette visite. “Ils (les experts) ont vu des victimes, des parents qui ont perdu des proches”, a déclaré un proche de Jean Ping, Anisset Bissielo. L’entourage de Jean Ping souhaite désormais “que la CPI passe à l‘étape suivante, qui est l‘étape de l’enquête”, a-t-il ajouté. Les représentants de 15 ONG “se sont sentis écoutés”, a déclaré à l’AFP un de leur porte-parole, Marc Ona, qui avait affirmé sur Twitter dimanche que “plusieurs victimes des massacres du 31 août 2016 reçoivent des appels anonymes pour qu’elles ne témoignent pas à la CPI”. Egypte : la police tue sept suspects liés aux attaques contre les chrétiens http://fr.africanews.com/2017/06/22/egypte-la-police-tue-sept-suspects-lies-aux-attaques-contre-les-chretiens/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/egypte-la-police-tue-sept-suspects-lies-aux-attaques-contre-les-chretiens/ Thu, 22 Jun 2017 22:35:21 +0000 La police égyptienne a tué sept personnes en lien avec les récentes attaques contre les chrétiens qui ont fait environ 100 morts, a déclaré jeudi le ministre de l’Intérieur. La police a constaté que des islamistes se cachaient dans un camp d’entraînement dans le désert ‘‘dans le cadre des efforts déployés par le ministère pour repérer les éléments terroristes fugitifs impliqués dans les violences qui ont ciblé la communauté chrétienne sur leurs lieux de culte’‘, a ajouté le communiqué du ministère de l’intérieur. Les forces de sécurité ont dans un premier temps tenté d’arrêter les hommes qui ont ouvert le feu. La police a aussitôt ouvert le feu tuant sept personnes. Une moto et des uniformes militaires ont été retrouvés. En avril, 29 chrétiens coptes ont été tués dans leur bus par des hommes en cagoule qui ont ouvert le feu à bout portant. Un mois plus tôt, plus de 45 personnes ont été tuées à la suite de deux explosions ciblant la minorité chrétienne. Toutes les attaques ont été revendiquées par l‘État islamique. L’Egypte a récemment mené des raids aériens près de Derna dans l’est de la Libye, ciblant les camps d’entraînement des djihadistes. Afrique du Sud/Vote de défiance : Zuma trouve la décision de la Cour constitutionnelle ''injuste'' http://fr.africanews.com/2017/06/22/afrique-du-sudvote-de-defiance-zuma-trouve-la-decision-de-la-cour/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/afrique-du-sudvote-de-defiance-zuma-trouve-la-decision-de-la-cour/ Thu, 22 Jun 2017 22:06:47 +0000 Le président sud-africain Jacob Zuma a déclaré qu’un vote de défiance au parlement contre lui serait ‘‘injuste’‘, car cela permettrait aux partis d’opposition d’obtenir une majorité qu’ils n’ont pas. « Je ne vois aucune raison valable pour laquelle nous devrions changer… Vous essayez d’obtenir une majorité que vous n’avez pas en réclamant un vote secret. Je pense que ce n’est pas juste parce que vous essayez d’atteindre la majorité que vous n’avez pas », a affirmé Jacob Zuma devant le Parlement. La Cour constitutionnelle de l’Afrique du Sud a statué jeudi sur le fait qu’un vote secret pourrait être tenu pour une motion de défiance au Parlement contre le président sud-africain. Le président de la Cour a déclaré que le fait qu’un vote secret ait lieu incombe au président du Parlement. L’opposition est néanmoins persuadée de pouvoir “retourner” plusieurs députés de l’ANC contre le président Zuma s’ils n’ont pas la pression d’un vote à main levée.  L'Egypte prolonge l'état d'urgence pour trois mois http://fr.africanews.com/2017/06/22/l-egypte-prolonge-l-etat-d-urgence-pour-trois-mois/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/l-egypte-prolonge-l-etat-d-urgence-pour-trois-mois/ Thu, 22 Jun 2017 19:27:20 +0000 Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a prolongé de trois mois l‘état d’urgence, initialement instauré en avril après un double attentat contre des églises, selon un décret publié jeudi au journal officiel. Cet état d’urgence renouvelé prendra effet à partir du 10 juillet, selon le décret. Le Parlement avait approuvé l‘état d’urgence en avril après un double attentat contre des églises de Tanta et d’Alexandrie, au nord de la capitale, qui avait fait 45 morts. Le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui avait revendiqué ces attaques, a multiplié les menaces contre la minorité chrétienne égyptienne copte. L’organisation extrémiste sunnite a également revendiqué un attentat à la bombe dans une église du Caire en décembre, qui avait tué 29 personnes. L‘état d’urgence élargit les pouvoirs policiers en matière d’arrestation et de surveillance. Il avait été observé pendant trois décennies sous le président Hosni Moubarak. Son abrogation était l’une des principales demandes durant la révolte de 2011 qui a mis fin à son règne. Supprimé en 2012, il avait été rétabli pendant un mois après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi l’année suivante, au moment où les forces de sécurité réprimaient dans le sang ses partisans. L‘état d’urgence est déjà appliqué depuis quelques années dans une partie du nord du Sinaï, où l’EI est très actif. France : une Burkinabè d'origine élue député http://fr.africanews.com/2017/06/22/france-une-burkinabe-elue-depute/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/france-une-burkinabe-elue-depute/ Thu, 22 Jun 2017 19:12:40 +0000 Arrivée en France en 2009, Huguette Tiegna soutient une thèse à l’université du Havre sur les machines synchrones à aimants permanents et leurs applications en 2013. La jeune femme s’intéresse ensuite à la politique. Elle a été élue député de la 2ème circonscription en tant que candidate pour « La république en Marche ». En effet ! Originaire du #BurkinaFaso Huguette Tiegna, Deputee La République en marche dans la 2e circonscription du Lot m— Félicité Doubangar (@Doubangar) 22 juin 2017 « Je suis très heureuse d‘être élue député de la 2e circonscription du Lot, de donner au président de la République une majorité large, forte et cohérente, pour mener à bien les réformes de notre pays. Je suis honorée de la tâche immense qui m’est confiée », a-t-elle déclaré après son élection. Pour cette originaire du Burkina Faso, il s’agit de créer une majorité forte auprès du président français Emmanuel Macron, à l’Assemblée nationale. « Il faut maintenant que les élus se rassemblent pour faire entendre notre territoire pour inventer une ruralité digne et innovante au service du plus grand nombre. Je serai un partenaire des deux communautés de communes Cauvaldor et le Grand Figeac, du Département du Lot et de la région Occitanie, pour construire ensemble notre avenir commun », a-t-elle indiqué. L'UE promet 85 millions d'euros pour les réfugiés sud-soudanais en Ouganda http://fr.africanews.com/2017/06/22/l-ue-promet-85-millions-d-euros-pour-les-refugies-sud-soudanais-en-ouganda/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/l-ue-promet-85-millions-d-euros-pour-les-refugies-sud-soudanais-en-ouganda/ Fri, 23 Jun 2017 06:15:30 +0000 L’Union européenne (UE) s’est engagée jeudi à débloquer 85 millions d’euros en faveur de l’Ouganda pour l’aider à faire face à l’arrivée de près d’un million de réfugiés sud-soudanais. Cette annonce intervient à la veille du Sommet de la solidarité envers les réfugiés à Kampala, qui aura pour but de récolter 2 milliards de dollars (1,8 million d’euros) pour faire face aux besoins de financement de l’année à venir. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui a visité jeudi un camp de réfugiés du nord de l’Ouganda, se joindra vendredi à d’autres officiels, des donateurs et des leaders régionaux pour tenter d’amasser le plus d’argent possible. Les organisateurs de cette réunion estiment que 8 millions de dollars seront nécessaires sur les quatre prochaines années. L’Ouganda est confronté à l’une des plus graves crises de réfugiés au monde, les Sud-Soudanais affluant à sa frontière pour fuir la guerre civile qui ravage leur jeune nation depuis trois ans et demi. “Pour aider l’Ouganda à affronter cette situation sans précédent et pour soutenir les réfugiés les plus vulnérables, la Commission européenne a annoncé aujourd’hui une aide au développement de 85 millions (d’euros)”, a déclaré le commissaire européen à l’Aide humanitaire, Christos Stylianides. M. Stylianides visitait avec le Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, le camp d’Imvepi, dans lequel s’est rendu un peu plus tard M. Guterres. Le secrétaire général des Nations unies a de son côté salué “l’extraordinaire générosité du peuple et du gouvernement ougandais qui reçoit presque un million de Sud-Soudanais comme des frères et des soeurs, partageant avec eux leurs terres et tout ce qu’ils ont”. “Dans un monde où tant de gens ferment égoïstement leurs portes, leurs frontières, n’autorisant pas les réfugiés à venir, cet exemple mérite les louanges et l’admiration de toute la communauté internationale”, a ajouté M. Guterres. Selon le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU (HCR), plus de 947.000 Sud-Soudanais sont abrités en Ouganda, qui accueille sur son sol un total de 1,2 million de réfugiés. Deux ans et demi après son indépendance en juillet 2011, le Soudan du Sud a plongé en décembre 2013 dans une guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts et plus de 3,7 millions de déplacés. De durs affrontements en juillet 2016 à Juba avaient signifié l‘échec d’un accord de paix signé en août 2015. Ces violences ont précipité un départ en masse des Sud-Soudanais. Depuis cette date, 743.000 sont arrivés en Ouganda, soit une moyenne de 2.000 par jour. Bidibi, devenu en début d’année le plus grand camp de réfugiés au monde en lieu et place de celui de Dadaab au Kenya, après avoir ouvert en août 2016 seulement, héberge plus de 270.000 personnes. Le gouvernement ougandais est généreux avec les réfugiés, qu’il autorise à travailler et à circuler librement dans le pays, et auxquels il distribue normalement un lopin de terre. Mais cet afflux massif de réfugiés a pris de court aussi bien les autorités ougandaises que les humanitaires, et provoqué des tensions avec la population autochtone. L’ONU estime que 500.000 Sud-Soudanais supplémentaires arriveront cette année en Ouganda. “Nous traitons les symptômes, mais les causes profondes de cette violence doivent être réglées. C’est ce qui force les gens à fuir leur terre”, a déploré un haut responsable gouvernemental ougandais, Wadri Sam Nykua, en évoquant le conflit qui perdure au Soudan du Sud. AFP Samba Niang, espoir du golf sénégalais http://fr.africanews.com/2017/06/22/samba-niang-espoir-du-golf-senegalais/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/samba-niang-espoir-du-golf-senegalais/ Fri, 23 Jun 2017 13:02:04 +0000 Samba Niang. C’est le nouveau prodige du golf sénégalais.Numero un incontesté sur la scène locale,il rêve d’inscrire son nom sur l‘échiquier international. Son parcours résulte de sa détermination à surmonter les défis. “En grandissant, j’ai aussi joué au basket-ball, j’ai joué au tennis un peu, j’ai joué au football, mais le golf était vraiment là, c‘était ma passion. C‘était vraiment ce sport que j’avais le plus apprécié et je grandis, c’est pourquoi j’ai choisi ce sport. C‘était pour moi le plus difficile, et comme j’aime les défis, c’est celui que j’ai choisi. “ Il a recemment remporté le trophée Elisabeth Diouf, du nom de l’ancienne première dame; une golfeuse passionée. Dans un contexte où le golf peine à s’imposer, le concours des parents a été décisif pour l‘évolution du meilleur golfeur du Sénégal. “On l’a encouragé en lui donnant la possibilité de partir aux Etats-Unis, d’avoir une bourse, en le mettant dans de bonnes écoles pour pouvoir quand même apprendre ce métier et travailler aussi personnellement (...) “, explique Libasse Niang le père du champion de golf sénégalais. Le président de la fédération sénégalaise de golf, pour sa part souhaite l’implication de l‘État dans un sport à même de contribuer au développement du tourisme sénégalais. “Et qu’il y ait aussi, au niveau de l’Etat, les pousser et les inciter, c’est pour cela qu’a Diamniadio nous avons pu obtenir, de l’Etat, qu’il réserve un parcours de golf a Diamniadio. Pourquoi? se demande Baidy Agne, le président de la féderation de golf .Parce que les infrastructures sont importantes, et de plus, nous pensons qu’un pays comme le notre qui se veut un pays touristique, mais il est absolument nécessaire, je veux dire, de développer le golf pour avoir un tourisme de haut niveau parce que le golf vient aussi avec cela.” Pour sa part ,Samba Niang continue son bout de chemin avec le rêve de s’imposer sur la scène internationale malgré tout. Jean David MIHAMLE Le Festival N'sangu Ndji Ndji célèbre la musique africaine http://fr.africanews.com/2017/06/22/le-festival-n-sangu-ndji-ndji-celebre-la-musique-africaine/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/le-festival-n-sangu-ndji-ndji-celebre-la-musique-africaine/ Thu, 22 Jun 2017 17:58:59 +0000 Kora, Yabara, calebasses, et autres percussions africaines…Bienvenue au festival de musique N’sangu Ndji Ndji au Congo. Un événement qui célèbre la diversité culturelle du continent et qui met l’accent sur des instruments de musique africains, avec des artistes venus des quatre coins de l’Afrique. Pierre-Claver, le directeur du festival rappelle l’importance d‘évènements comme celui-ci “Ces instruments là c’est notre patrimoine. Ce sont des éléments qui nous identifient. Si nous donnons la possibilité à ces instruments d‘être mis en valeur. C’est notere patrimoine qu’on met en valeur. Et on donne une plus longue durée de vie à ces instruments là.” Ce metissage musical entre musique traditionnelle africaine et sonorités plus modernes donne un résultat original. Et qui fait la force de groupe comme celui de Djeli Moussa que nous avons rencontré quelques heures avant sa performance.Originaire de la Guinée, le chanteur qui joue de la Kora nous présente cet instrument ancestral, véritable emblème de l’empire mandingue. Après les répétitions place à la scène. Ce soir là, grâce aux sonorités mélodieuses de la kora, Djeli moussa et sa bande auront fait vibrer le public jusque tard dans la nuit. En Italie, des migrants africains exploités par la mafia http://fr.africanews.com/2017/06/22/en-italie-des-migrants-africains-exploites-par-la-mafia/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/en-italie-des-migrants-africains-exploites-par-la-mafia/ Thu, 22 Jun 2017 15:24:04 +0000 Chaque jour, des dizaines de migrants africains tentent l’aventure périlleuse vers l’Europe. L’Italie, principale porte d’entrée vers cet eldorado qu’ils miroitent peut pourtant s’avérer un véritable enfer pour les migrants qui arrivent à la franchir. En Calabre notamment, dans l’extrême-sud de l’Italie, ils sont nombreux les migrants africains à être exploités dans des champs, comme le rapporte Francetv.info. Un Gambien de 40 ans, qui a pu témoigner sous le couvert de l’anonymat, dépeint des conditions de vie et de travail insupportable, pour des broutilles. “Tous les jours, on se réveille à 5h du matin”, avance-t-il. “On attend à des carrefours que les caporaux viennent nous prendre. Le travail est très dur, tu fais la cueillette 10 heures par jour. Parfois, on a des contrats, mais ce sont des bouts de papier, qui n’ont aucune valeur. Il peut être écrit 40 euros dessus et tu es payé la moitié. Ils t’exploitent le plus possible”, a-t-il ajouté. Ces Africains, logés sous des tentes ou dans des cabanes de fortune, sans eau ni électricité, seraient parfois vendus par la pègre à des exploitants agricoles. Marisa Manzini, la procureure de Calabre a confié à Francetv.info avoir démantelé tout un réseau le mois dernier. Seize personnes dans la province de Cosenza ont été interpellées, mais le défi reste énorme. En effet, si cette filière informelle prend de l’ampleur, c’est bien parce que des gérants de centres qui proposent des solutions d’accueil et d’hébergement aux migrants y sont impliqués. “Il faisaient office d’intermédiaires. Ils sélectionnaient les hommes à envoyer au travail pour le compte de patrons agriculteurs”, a ajouté la procureure. Pourtant, insiste-t-elle, ces gérants “sont payés par l’État … de 35 euros par jour et par migrant.” En 2016, Salvatore Buzzi, un patron de la mafia italienne et gérant d’un centre d’accueil a créé une onde de choc dans le pays pour des propos sur les migrants. “Tu sais combien je gagne, moi, avec les migrants ?”, lançait-il dans une conversation téléphonique enregistrée dans le cadre d’une enquête pour corruption, et relayée dans l‘émission “Envoyé spécial” de France 2. “T’as une idée de combien je gagne ? La drogue est moins rentable !”, répondait Salvatore Buzzi à son interlocuteur qui semblait douter de ses propos. Depuis, il est détenu dans le cadre de l’enquête pour corruption. Comme lui, ils sont nombreux à se sucrer sur le dos des migrants, au sein même des centres d’accueil ; surtout que l’afflux des demandeurs d’asile en Italie ne s’estompe pas. À ce jour, ils 177 000 à avoir été acceptés. Carole Kouassi Congo - CHU de Brazzaville : la directrice dénonce un "grand État mafieux" dans une lettre ouverte au président Sassou http://fr.africanews.com/2017/06/22/congo-chu-de-brazzaville-la-directrice-denonce-un-grand-etat-mafieux-dans-une/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/congo-chu-de-brazzaville-la-directrice-denonce-un-grand-etat-mafieux-dans-une/ Thu, 22 Jun 2017 15:02:22 +0000 Les luttes intestines au Centre hospitalier universitaire de Brazzaville ont fini par se révéler au grand jour. Et c’est la directrice générale de l‘établissement, Gisèle Marie-Gabrielle Ambiero, qui en fait elle-même cas dans une lettre ouverte adressée via la presse au chef de l’Etat congolais Denis Sassou N’Guesso, la semaine dernière. Sans faux-fuyant, la directrice du CHU de Brazzaville dresse un tableau sombre de son établissement qu’elle décrit être dans un “état déplorable” et pointe “le récurrent fonctionnement malheureux” qui y est opéré. Gisèle Marie-Gabrielle Ambiero affirme ouvertement être freinée dans son élan de redorer l’image du centre hospitalier par un “grand réseau mafieux” qui “vole, pille, ment, désoriente et désinforme”. En d’autres termes, elle accuse ses détracteurs dont le seul dessein est la “cupidité démesurée” d’orchestrer un plan de dénigrement contre sa personne parce qu’elle a “refusé de (se) faire corrompre et de faire leur funeste volonté habituelle”. Nommée par décret présidentiel en février 2016, Gisèle Marie-Gabrielle Ambiero dit avoir choisi l’option d’une lettre ouverte dans la presse après avoir tenté mainte fois de rencontrer le président Denis Sassou N’Guesso. “Depuis fort longtemps, j’ai exprimé le désir ardent de vous rencontrer, mais toutes mes démarches se sont soldées par des échecs”, écrit-elle. Malgré tout, elle conserve cette volonté de rencontrer le numéro un congolais pour lui exposer au plus près toutes les difficultés qu’elle rencontre. Et ce, d’autant que les subventions de l‘État affectées au CHU de Brazzaville ont baissé du fait de la crise économique que traverse le pays, rappelle l’Agence d’information de l’Afrique centrale (Adiac). Carole Kouassi Est de la RDC : sept morts dans des combats à l'arme lourde entre l'armée et une rébellion à Béni http://fr.africanews.com/2017/06/22/est-de-la-rdc-sept-morts-dans-des-combats-a-l-arme-lourde-entre-l-armee-et-une/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/est-de-la-rdc-sept-morts-dans-des-combats-a-l-arme-lourde-entre-l-armee-et-une/ Thu, 22 Jun 2017 12:11:16 +0000 Au moins sept personnes ont été tuées jeudi dans des affrontements à l’arme lourde entre des miliciens et des militaires congolais à Beni dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source policière. Tôt dans la matinée des rafales d’armes légères et des détonations de tirs d’armes lourdes étaient entendues en provenance d’un quartier est de Beni, ville du nord de la province du Nord-Kivu. “Lors des affrontements près de l‘état-major de la police, sept assaillants ont été tués et un huitième est grièvement blessé”, a déclaré l’AFP le colonel Safari Kazingufu, chef de la police de Beni. “Les assaillants tentaient de libérer des détenus de l‘état-major, de l’auditorat militaire ainsi que des détenues de la prison de femmes de Beni”, a ajouté l’officier qui a indiqué qu’ils “ont été repoussés loin” de ces trois cibles. Le 11 juin, 900 détenus s‘étaient évadés de la prison de Beni après une attaque armée menée par des inconnus. Samedi et dimanche les Forces armées de la RDC (FARDC) avaient affronté des miliciens d’un groupe d’autodéfense dans de violents combats qui ont fait au moins une dizaine de morts dans la région de Beni. L’armée a affirmé que parmi les assaillants, il y a des prisonniers qui s‘étaient évadés de la prison centrale de Beni le 11 juin. Les Maï-Maï sont des groupes “d’autodéfense” constitués sur une base essentiellement ethnique. Pendant la deuxième guerre du Congo (1998-2003), nombre de ces groupes ont été armés par le pouvoir pour combattre les envahisseurs ougandais ou rwandais. Certains n’ont jamais désarmé. L’Est congolais, constellé de groupes armés nationaux et étrangers, est déchiré par plus de vingt ans de conflits armés, alimentés par des différends ethniques et fonciers, la concurrence pour le contrôle des ressources minières de la région et des rivalités entre puissances régionales. AFP Afrique du Sud : la justice autorise un vote de défiance à bulletins secrets contre Zuma http://fr.africanews.com/2017/06/22/afrique-du-sud-la-justice-autorise-un-vote-de-defiance-a-bulletins-secrets/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/afrique-du-sud-la-justice-autorise-un-vote-de-defiance-a-bulletins-secrets/ Thu, 22 Jun 2017 13:43:56 +0000 La plus haute juridiction sud-africaine a autorisé jeudi un vote de défiance au Parlement à bulletins secrets plutôt qu‘à main levée contre le président Jacob Zuma, fragilisé depuis des mois par une série de scandales politico-financiers. Le président de la Cour constitutionnelle, Mogoeng Mogoeng, a déclaré que la présidente du Parlement Baleka Mbete avait les “pouvoirs constitutionnels” d’organiser un vote de défiance à bulletins secrets. La requête sollicitant ce vote avait été déposée par l’opposition sud-africaine. “Il est établi que la présidente du Parlement a les pouvoirs constitutionnels d’ordonner qu’un vote de défiance contre le président de la République d’Afrique du Sud soit mené à bulletins secrets”, a déclaré jeudi M. Mogoeng. “Le fait que le vote soit mené à bulletins secrets est une décision qui reste catégoriquement entre les mains de la présidente du Parlement”, a-t-il précisé. Les adversaires du chef de l’Etat ont déposé contre lui une nouvelle motion de défiance pour dénoncer le remaniement ministériel controversé de la fin mars, marqué par l’entrée au gouvernement d’une dizaine de ses proches. L’opposition a exigé le secret du vote de la motion déposée au Parlement, persuadée de pouvoir “retourner” une partie des députés du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), qui y ont la majorité absolue. Car si les scandales autour de Jacob Zuma irritent l’opposition, qui réclame régulièrement sa démission, ils ont également créé des remous au sein de l’ANC, et exposé les divisions au sein de ce parti. En avril, Mme Mbete avait refusé d’envisager ce vote à bulletins secrets, estimant que la Constitution ne l’autorisait pas. L’affaire avait donc atterri devant la Cour constitutionnelle. Seule Mme Mbete, jusque-là loyale à Jacob Zuma, décidera de l’opportunité de ce vote plutôt qu‘à main levée. Aucune date pour ce nouveau vote n’a pour l’instant été fixée. Lors des votes de défiance précédents, l’ANC a toujours soutenu le chef de l’Etat. M. Zuma a également jusqu’ici réussi à garder le contrôle de l’ANC, qui doit élire à la fin de l’année son successeur à la tête du parti en vue des élections générales de 2019. L’actuel vice-président Cyril Ramaphosa, chef des frondeurs anti-Zuma, fait partie des favoris face à Nkosazana Dlamini-Zuma, l’ancienne patronne de l’Union africaine (UA) qui a le soutien du chef de l’Etat, son ex-mari. AFP Tchad - Crise économique : les salaires des fonctionnaires ponctionnés http://fr.africanews.com/2017/06/22/tchad-crise-economique-les-salaires-des-fonctionnaires-ponctionnes/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/tchad-crise-economique-les-salaires-des-fonctionnaires-ponctionnes/ Thu, 22 Jun 2017 10:35:21 +0000 De la parole à l’acte. Comme l’avait annoncé le gouvernement tchadien, les salaires des fonctionnaires vont subir quelques modifications dans le cadre d’un projet de collecte budgétaire, annoncé mardi la ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, à l’issue d’un Conseil extraordinaire des ministres. Dès ce mois de juin donc, de nouvelles mesures dont la réduction des indemnités des fonctionnaires de la police nationale, le gel des avancements statutaires des fonctionnaires et agents de l’État, la réduction du montant de crédit ouvert à titre de dépenses communes et le gel des frais de transport de juin à décembre 2017 seront appliqués aux salaires des fonctionnaires. Un passage obligé, affirme le gouvernement, pour faire face à la sévère crise économique que traverse le pays et ainsi lui permettre de faire des économies de 43 000 milliards de francs CFA, d’ici la fin de l’année. Le Tchad doit en effet s’accommoder de la baisse drastique de sa rente pétrolière en raison de la chute des cours du pétrole, et de la lutte budgétivore contre la secte islamiste Boko Haram. Mais, c’est surtout que N’Djaména est contraint de se plier aux exigences du Fonds monétaire international avec qui a été conclu un nouveau programme. Reste à savoir ce qu’en pensera l’opposition et la société civile qui avaient bruyamment manifesté à l’annonce d’une politique d’austérité budgétaire en août 2016, quelques semaines après la réélection contestée du chef de l’Etat Idriss Déby Itno. Des manifestations et appels à des journées “ville morte” avaient rythmé la capitale tchadienne pour dénoncer ces mesures. Carole Kouassi Tchad : l'opposition refuse de quitter un Parlement jugé "illégitime" par des militants http://fr.africanews.com/2017/06/22/tchad-l-opposition-refuse-de-quitter-un-parlement-juge-illegitime-par-des/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/tchad-l-opposition-refuse-de-quitter-un-parlement-juge-illegitime-par-des/ Thu, 22 Jun 2017 10:32:22 +0000 Les députés de l’opposition tchadienne ont exprimé mercredi leur refus de démissionner après l’appel de plusieurs membres de la société civile et d’opposants à ne plus reconnaître l’Assemblée nationale “illégitime”. Les représentants de l’opposition jugent “utile, nécessaire, dissuasive et salutaire” leur présence au Parlement tchadien, selon un communiqué signé du leader de l’opposition Saleh Kebzabo, transmis mercredi à l’AFP. Depuis plusieurs semaines, des militants et des partis politiques ont appelé les élus de l’opposition à quitter le Parlement qui n’a plus de légitimité à leurs yeux, deux ans après la prolongation sine die du mandat des députés. Le 21 juin 2015 devait se terminer la troisième législature à l’Assemblée, mais une loi constitutionnelle avait prolongé leur législature. De même, en février dernier, les élections législatives tchadiennes ont été repoussées, faute de moyens financiers selon le gouvernement. Le président Idriss Déby Itno a déclaré qu’elles n’auraient pas lieu avant 2019. Tout en refusant de démissionner du Parlement, les députés de l’opposition estiment que “le vrai débat est celui de l’organisation d’élections législatives le plus tôt que possible” et que “l’argument financier est fallacieux”. Les députés de l’opposition ont demandé au gouvernement “d’organiser rapidement des élections démocratiques et de veiller qu‘à l’avenir, toutes les échéances électorales soient scrupuleusement respectées, conforment à la Constitution”. Le parti du Front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement (FONAC) estime quant à lui que “rester dans cette Assemblée illégale et illégitime, c’est faire le jeu du pouvoir”, dans un communiqué publié mercredi. Le FONAC “réitère sa position de ne plus reconnaître l’Assemblée” et “exige sans délai la tenue immédiate des élections législatives.” AFP Maroc : des ONG dénoncent des "violations des droits de l'Homme" dans le Rif http://fr.africanews.com/2017/06/22/maroc-des-ong-denoncent-des-violations-des-droits-de-l-homme-dans-le-rif/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/maroc-des-ong-denoncent-des-violations-des-droits-de-l-homme-dans-le-rif/ Thu, 22 Jun 2017 13:39:17 +0000 Une vingtaine d’associations ont épinglé mercredi les autorités marocaines pour la “répression” des manifestants du “hirak”, le mouvement de contestation populaire et pacifique qui secoue depuis des mois la région du Rif, dans le nord du Maroc. La coalition marocaine des droits de l’Homme, qui regroupe 22 associations, a dénoncé dans un rapport des arrestations “abusives” et des cas de “torture” à Al-Hoceïma. Cette ville du nord du Maroc, désenclavée et plongée dans un marasme économique avec un taux de chômage deux fois plus élevé que la moyenne nationale, est depuis octobre dernier l‘épicentre d’un mouvement de contestation populaire qui dit lutter pour le développement du Rif, région historiquement frondeuse qu’il estime “marginalisée”. Depuis l’arrestation fin mai d’une centaine de manifestants, dont les principaux meneurs du mouvement, poursuivis notamment pour “atteinte à la sécurité intérieure”, la tension est montée d’une cran et les rassemblements sont devenus quasi-quotidiens à Al-Hoceima comme dans les localités voisines pour exiger la libération des détenus. La coalition, qui a récemment entamé une mission à Al-Hoceima et mis en place une commission d’enquête, a affirmé que le nombre de personnes arrêtées depuis fin mai s‘élève désormais à 135, dont sept journalistes. Alors que 25 jeunes ont été condamnés le 14 juin à 18 mois de prison à l’issue d’un premier procès, la coalition rapporte que certains ont affirmé avoir signé des procès verbaux “sous la menace”. Ils ont également “subi des violences physiques” de la part des policiers, a accusé la coalition. Le ministère de la Justice a pour sa part rejeté les accusations de torture. Dans ce même rapport, la coalition dénonce l’usage “excessif” de la force lors des interventions des forces anti-émeute, avec l’usage de “matraques” et de “bombes lacrymogènes” contre les manifestants. AFP Côte d'Ivoire : 15 morts à Abidjan après de fortes pluies (officiel) http://fr.africanews.com/2017/06/22/cote-d-ivoire-15-morts-a-abidjan-apres-de-fortes-pluies-officiel/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/cote-d-ivoire-15-morts-a-abidjan-apres-de-fortes-pluies-officiel/ Thu, 22 Jun 2017 08:27:10 +0000 Les pluies diluviennes qui s’abattent depuis fin mai sur Abidjan, la capitale économique ivoirienne, ont tué au moins 15 personnes et occasionné de nombreux blessés, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement. “Malheureusement, les pluies des dernières semaines ont occasionné un grand nombre de décès. Nous sommes aujourd’hui à 15 décès (...) et 25 blessés en tout” a affirmé le ministre de la Communication Bruno Koné, lors d’une conférence de presse à l’issue du conseil des ministres. Un précédent bilan faisait état de onze morts et plusieurs centaines de sinistrés. Les victimes des ces intempéries sont essentiellement des habitants de quartiers précaires, pauvres en infrastructures et adossés à des collines instables en cas de fortes pluies. Outre Abidjan, les pluies ont également provoqué d’importants dégâts matériels dans la ville de San-Pedro (sud-ouest) qui abrite le deuxième port de Côte d’Ivoire, stratégique pour l’exportation de cacao dont le pays est le premier producteur mondial en particulier. La ville a été isolée pendant plusieurs jours après qu’un pont la reliant a cédé suite aux fortes pluies. Le gouvernement a mis en cause “le dérèglement climatique et les installations dans les zones à risques malgré toutes les campagnes de sensibilisation (...) et quelques opérations de déguerpissement”. Les autorités ont décidé de mettre en place d’ici fin juillet, un schéma directeur d’assainissement du grand Abidjan et de poursuivre les opérations de salubrité notamment le curage des caniveaux. Ce schéma devrait “permettre de savoir exactement les tracés que suivent les eaux pluviales et les tracés qu’elles auraient du suivre pour éviter les dégâts”. “Si la pluie continue, c’est sûr qu’on aura du boulot” avaient averti récemment les sapeurs pompiers, alors que la météo annonçait encore de fortes précipitations à Abidjan. Les pluies diluviennes provoquent régulièrement des pertes humaines à Abidjan: en 2016, elles ont coûté la vie à 16 personnes et, en 2014, trente-neuf personnes en sont mortes. AFP Mali/Constitution : report sine die du référendum http://fr.africanews.com/2017/06/22/maliconstitution-report-sine-die-du-referendum/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/maliconstitution-report-sine-die-du-referendum/ Thu, 22 Jun 2017 20:20:01 +0000 Le gouvernement malien a décidé de reporter à une date ultérieure le référendum prévu le 9 juillet 2017 sur la révision de la Constitution, a-t-on annoncé mercredi de source officielle. La révision de la Constitution de 1992, la première depuis 25 ans, vise notamment à “mettre en œuvre certains engagements de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali” signé en mai-juin 2015 entre le gouvernement et l’ex-rébellion à dominante touareg dans le nord du pays, et prévoit la création d’un Sénat et d’une Cour des comptes. Plusieurs manifestations avaient été organisées contre ce référendum dont la dernière samedi à Bamako, à l’appel de l’opposition et de la société civile, avait réuni des milliers de personnes. “Le conseil des ministres a décidé du report à une date ultérieure du référendum, initialement prévu pour le 9 juillet 2017”, selon un communiqué gouvernemental qui ne fournit ni la raison ni la nouvelle date du référendum. Les détracteurs du projet de texte estiment que le texte donnait “trop de pouvoirs” au président de la République et estiment impossible d’organiser le référendum dans le nord du Mali en raison notamment de l’insécurité qui y prévaut, liée aux attaques jihadistes, malgré la présence de l’armée et de forces internationales. “Nous appelons à surseoir au référendum prévu le 9 juillet, par souci d’apaisement. C’est important pour la paix sociale”, avait déclaré récemment à l’AFP l’ancien Premier ministre malien, Moussa Mara. Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a reçu depuis lundi des personnalités, dont des responsables d’institutions, des chefs religieux et de partis politiques, pour des discussions sur le référendum. Le projet de révision constitutionnelle avait été adopté en mars en Conseil des ministres et approuvé ensuite par l’Assemblée nationale. Le précédent scrutin au Mali, les élections municipales, avait dû être reporté à plusieurs reprises, pour finalement se tenir en novembre 2016 sur une partie seulement du territoire en raison des violences dans le pays, en particulier dans le Nord. AFP En modèle d'hospitalité, l'Ouganda accueille un sommet sur la solidarité pour les réfugiés http://fr.africanews.com/2017/06/22/en-modele-d-hospitalite-l-ouganda-accueille-un-sommet-sur-la-solidarite-pour/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/en-modele-d-hospitalite-l-ouganda-accueille-un-sommet-sur-la-solidarite-pour/ Thu, 22 Jun 2017 08:20:37 +0000 bKampala, la capitale ougandaise accueillera les 22 et 23 juin 2017 un sommet sur la solidarité pour les réfugiés. Organisé par l’Ouganda et les Nations unies, ce grand sommet permettra non seulement de lever des fonds pour soutenir la politique d’accueil de réfugiés de l’Ouganda, mais aussi de vendre le modèle ougandais. Ce sont quelque 2 milliards de dollars que les deux partenaires entendent lever pour supporter l’accueil des réfugiés en 2018. En effet, l’Ouganda s’est imposé comme le premier pays hôte de réfugiés en Afrique – notamment en raison de la crise au Soudan du Sud – avec 1,2 million de personnes dont 900 000 Sud-Soudanais. Malgré cet afflux record de réfugiés, qui n’est pas prêt de s’estomper – 400 000 sont attendus d’ici la fin de l’année – l’Ouganda n’entend pas fermer ses frontières. Bien au contraire, ce pays d’Afrique de l’Est entretient une politique d’ouverture “qui fournit aux réfugiés des terres, une éducation et une chance de travailler” à tous les arrivants afin qu’ils puissent se prendre en charge, a confié le Premier ministre ougandais au micro de RFI. Une vision certes salutaire, mais qui commence à peser lourd sur le gouvernement ougandais. “Mais leur afflux continu met la pression sur l‘économie et les infrastructures ainsi que sur l’environnement. Nous maintenons cette approche parce que nous savons que personne ne choisit d‘être un réfugié. Il n’y a pas si longtemps, beaucoup d’entre nous fuyions l’Ouganda”, a-t-il ajouté. Carole Kouassi Burkina : une ex-ministre de Compaoré chante pour la "réconciliation" http://fr.africanews.com/2017/06/22/burkina-une-ex-ministre-de-compaore-chante-pour-la-reconciliation/ http://fr.africanews.com/2017/06/22/burkina-une-ex-ministre-de-compaore-chante-pour-la-reconciliation/ Thu, 22 Jun 2017 08:04:35 +0000 Nestorine Sangaré, ancienne ministre de la promotion de la Femme dans le dernier gouvernement de Blaise Compaoré, balayé par l’insurrection populaire d’octobre 2014, a présenté mercredi son premier album consacré au “pardon” et à la “réconciliation”. “J’aime ma patrie et je voudrais que les fils et filles se pardonnent, se réconcilient pour que la paix, l’amour et la cohésion règnent dans notre pays”, a indiqué Mme Sangaré, lors de la présentation de son album “Un père fidèle” au jardin de la musique de Ouagadougou. “Même si souvent il y a des disputes, des incompréhensions, des colères violentes, nous resterons tous unis (et) quand demain nous serons réconciliés et que reviendrons les jours de joie, nous chanterons tous”, souligne-t-elle dans le titre “Hymne de la réconciliation”. “Je suis né ici, je vivrai ici, je mourrai ici, Je n’irai pas ailleurs loin de ma chère patrie, car je suis burkinabè”, clame-t-elle, en réponse à “plusieurs personnes (qui) par souci sincère pour ma sécurité m’ont proposé de quitter le pays pour aller vivre en exil”, après la chute du régime Compaoré. Dans l’album de dix titres, chantés en français et en mooré (principale langue nationale), l’ancienne ministre de la promotion de la femme de 2011 à 2014 sous Blaise Compaoré s’essaie à plusieurs genres (reggae, salsa, slow, gospel, country), chantés en “louange à Dieu”. Restée discrète depuis la chute du régime Compaoré, Nestorine Sangaré avait fait une apparition publique lors de l’ouverture fin avril du procès des membres du dernier gouvernement, jugé devant la Haute cour de justice pour leur implication présumée dans la répression de l’insurrection populaire d’octobre 2014. Elle est poursuivie, solidairement avec les autres membres du gouvernement pour “complicité d’homicide volontaire et blessures volontaires” pour avoir participé “au Conseil extraordinaire des ministres du 29 octobre 2014 au cours duquel ils ont décidé de (faire appel à) l’armée pour réprimer les manifestants” opposés à la modification de la Constitution qui devait permettre à Compaoré de briguer un nouveau mandat. Seule juridiction habilitée à juger le chef de l’Etat et des ministres pour des faits commis dans l’exercice de leurs fonctions, la Haute cour a été obligé de surseoir à statuer après que le Conseil Constitutionnel a jugé “contraire à la Constitution” l’absence de recours possible sur ses décisions. AFP Cameroun : six morts dans un double attentat-suicide dans l'Extrême-Nord http://fr.africanews.com/2017/06/21/cameroun-six-morts-dans-un-double-attentat-suicide-dans-l-extreme-nord/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/cameroun-six-morts-dans-un-double-attentat-suicide-dans-l-extreme-nord/ Wed, 21 Jun 2017 21:56:08 +0000 Six civils ont été tués mercredi dans un double attentat-suicide à Kolofata, dans l’Extrême-Nord du Cameroun, régulièrement visé par des attaques du groupe jihadiste nigérian Boko Haram, a appris l’AFP de sources concordantes. “Il y a eu 8 morts, dont six civils et les deux kamikazes. (La double explosion a eu lieu) en fin d’après-midi à Kolofata”, a rapporté sous couvert d’anonymat une source proche des services de sécurité camerounais, sans donner de précision sur les circonstances exactes de ce double attentat. L’attaque et le bilan ont été confirmés à l’AFP par une autre source sécuritaire. La région de l’Extrême-Nord est confrontée depuis plusieurs semaines à une résurgence d’attaques attribuées à Boko Haram, après des mois de relative accalmie. Mi-juin, deux civils ont été tués dans un attentat à Limani, une localité située près de la frontière avec le Nigeria, à environ 10 km de Kolofata. Dans la nuit du 9 au 10 juin, un militaire avait été tué dans un attentat à Kolofata. Le 2 juin, neuf civils avaient péri dans un double attentat-suicide, dans cette même ville de l’Extreme-Nord du Cameroun. Algérie : deux ans de prison pour avoir suspendu un bébé dans le vide depuis un balcon http://fr.africanews.com/2017/06/21/algerie-deux-ans-de-prison-pour-avoir-suspendu-un-bebe-dans-le-vide-depuis-un/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/algerie-deux-ans-de-prison-pour-avoir-suspendu-un-bebe-dans-le-vide-depuis-un/ Wed, 21 Jun 2017 21:33:15 +0000 Un Algérien dont l’identité n’a pas été révélée a été condamné à deux ans de prison pour avoir suspendu un bébé dans le vide depuis le balcon d’un immeuble. La police avait procédé à son arrestation après qu’il ait publié la photo du nourrisson vêtu d’un t-shirt bleu dans le vide sur sa page Facebook. Deux ans de prison pour l’homme qui a suspendu un bébé depuis le balcon d’une tour à Alger https://t.co/riHcHpHt6Y pic.twitter.com/rjnsb4Taxb— TSA Algérie (@TSAlgerie) 19 juin 2017 Celui-ci comptait recevoir des ‘‘like’‘ sur le réseau social. Il a même menacé de lâcher l’enfant s’il n’en obtenait pas beaucoup. « Vu la gravité des faits, les services de sécurité ont diligenté une enquête pour identifier le suspect qui a finalement été arrêté et présenté à un juge », avait déclaré dans la semaine la Direction générale de la Sûreté dans un communiqué. Les chefs d’accusations retenus contre lui sont, ‘‘mise en danger d’un nourrisson’‘ et ‘‘publication de l’image de l’enfant sur internet’‘. L'ONU d'accord pour l'envoi d'une force au Sahel http://fr.africanews.com/2017/06/21/l-onu-d-accord-pour-l-envoi-d-une-force-au-sahel/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/l-onu-d-accord-pour-l-envoi-d-une-force-au-sahel/ Thu, 22 Jun 2017 05:43:07 +0000 Le Conseil de sécurité de l’ONU a donné son aval pour l’envoi d’une force dans le Sahel pour lutter contre groupes djihadistes. La résolution a été adoptée à l’unanimité à New-York ce mercredi. Les Etats-Unis étaient le seul obstacle au texte. Mais, après un accord entre Paris et Washington la veille du vote, l’adoption de la résolution pour le déploiement d’une force anti-djihadiste dans la région du Sahel ne faisait aucun doute. Le texte porté par la France est donc passé comme lettre à la poste ce mercredi à New-York. La résolution a, en effet, été adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’ONU au grand bonheur de l’ambassadeur de la France aux Nations unies. « La France salue de l’adoption à l’unanimité de la résolution 2359. Par ce texte important, à plusieurs égards, un texte fondateur, le Conseil exprime son plein appui à la force conjointe mise en place par le Sahel G5 afin de lutter contre la menace terroriste à laquelle ils font face et qui ne connaît pas de frontières. », s’est réjoui François Delattre, à l’issue du vote du texte. La résolution encourage également les pays à fournir un soutien à cette force qui viendra en renfort des éléments déjà déployés par les cinq pays qui composent le G5 Sahel, à savoir le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. l’Union européenne a déjà engagé 56 millions de dollars. De quoi donner une nouvelle dimension à la lutte contre la montée de l’extrémisme djihadiste dans la région du Sahel. Une victoire pour les pays du G5 Sahel et surtout la France qui a déjà engagé environ 4 000 soldats dans le cadre de l’opération Barkhane et qui se sent quelque impuissante dans son combat contre les groupes djihadistes. Car depuis son engagement en 2013, les troupes françaises au Sahel éprouvent d‘énormes difficultés à venir à bout des islamistes qui sèment la terreur notamment dans le nord du Mali et qui, depuis plusieurs mois, ont prolongé leurs tentacules dans les pays voisins. Les raisons de la réticence de Washington L’inquiétude suscitée par la multiplication des attaques djihadistes, a d’ailleurs poussé l’année dernière, les pays du Sahel à s’organiser et proposer la mise sur pied d’unités spécialement formées d’une centaine de soldats chacune. Celles-ci étaient supposées être déployées dans des zones où les groupes djihadistes sévissent. Mais, les États-Unis avaient estimé que cela ne justifiait aucunement une résolution de l’ONU, encore moins l’aide de la communauté internationale pour le financement de la force. Une position qui n’a rien de surprenant si l’on sait que Washington plaide pour la réduction du financement des opérations de maintien de la paix de l’ONU dont elle est la plus grande contributrice. Les Etats-Unis participent, en effet, à hauteur de 28,5 % dans le budget de maintien de la paix estimé à 7,9 milliards de dollars. Il a fallu donc modifier le premier texte pour éviter qu’ils ne posent leur veto sur l’adoption de la résolution. Wahany Johnson SAMBOU Deux policiers tués dans l'est de la Tanzanie http://fr.africanews.com/2017/06/21/deux-policiers-tues-dans-l-est-de-la-tanzanie/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/deux-policiers-tues-dans-l-est-de-la-tanzanie/ Wed, 21 Jun 2017 18:30:49 +0000 Deux policiers tanzaniens ont été tués par balle mercredi par des inconnus dans un district de l’Est du pays frappé ces derniers mois par une série d’attaques contre des élus locaux et les forces de l’ordre, ont rapporté les médias locaux. L’attaque a eu lieu dans le district de Kibiti, à un peu plus de 100 km au sud de la capitale économique Dar es Salaam, où huit policiers avaient été tués à la mi-avril. “Deux policiers de la sécurité routière ont été tués par balle dans la journée”, a rapporté mercredi soir la télévision gouvernementale TBC one, affirmant tenir l’information des autorités du district. L’incident a été confirmé à l’AFP par un responsable local joint au téléphone. “Selon les informations en notre possession, c’était en plein jour, aujourd’hui-même. Des hommes à bord d’une motocyclette ont ouvert le feu sur les policiers de la sécurité routière qui étaient en patrouille entre Bungu et Jaribu, dans le district de Kibiti. Deux policiers ont été tués”, a indiqué à l’AFP ce responsable administratif. “Les assaillants se sont aussitôt enfuis”, a ajouté cette source, qui a préféré garder l’anonymat. “On ne sait pas qui sera la prochaine victime. Les responsables locaux sont aussi visés comme vous le savez”, a-t-elle expliqué. Huit policiers avaient été tués à la mi-avril dans le même district. La police a annoncé depuis avoir tué au moins quatre “bandits” soupçonnés d’être impliqués dans cette attaque. Une autre attaque avait eu lieu en mars à Kibiti, dans laquelle trois policiers avaient trouvé la mort. Plusieurs assassinats d‘élus locaux ont aussi été recensés ces derniers mois dans ce district. Lors d’une réunion publique mardi à Kibaha, chef-lieu de la province de Pwani, dont dépend le district de Kibiti, le président tanzanien John Magufuli avait lancé une sévère mise en garde à ces “criminels”. “Ce gouvernement n’est pas un gouvernement avec lequel on peut se permettre de jouer”, avait-il averti. “Il n’y aucune foi religieuse qui enseigne aux gens de tuer”, avait ajouté le président Magufuli, laissant entendre qu’il y aurait des motivations religieuses derrière ces attaques, que certains imputent à des extrémistes musulmans. Football : accusé d'avoir ''envoûté'' Joseph désiré Job, Samuel Eto'o réagit http://fr.africanews.com/2017/06/21/football-accuse-d-avoir-envoute-joseph-desire-job-samuel-eto-reagit/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/football-accuse-d-avoir-envoute-joseph-desire-job-samuel-eto-reagit/ Thu, 22 Jun 2017 07:50:03 +0000 Alors qu’il prenait part à l‘émission Le Vestiaire sur SFR Sport, l’ex-footballeur camerounais Bernard Tchoutang a expliqué les raisons qui ont empêché Joseph-Désiré Job de prendre part à la Coupe d’Afrique des Nations de 2000. Des raisons qui serraient d’ordre ‘‘mystique’‘ si l’on s’en tient aux insinuations faites par le joueur. C’est sous le regard intrigué et d‘étonnement de Frank Leboueuf, William Gallas et Emmanuel Petit que Bernard Tchoutang explique avec minutie le geste, selon lui, qui donnera la chance à Samuel Eto’o d‘être le ‘‘meilleur buteur de la compétition’‘. À en croire les propos de l’ex-international, lors d’une séance d’entraînement au Ghana avant la compétition (CAN 2000), Samuel Eto’o aurait réfusé de serrer les mains de ses autres coéquipiers, sauf celle de ‘‘sa victime’‘ à qui il aurait directement tendu la main, étant venu en retard comme ‘‘d’habitude’‘. « Il (Eto’o) laisse une, deux, trois, quatre, cinq, six personnes, il ne salue pas. Il va, il salue Job. Il prend la main de Job comme ça.», explique Bernard Tchoutang. Problème, après cette poignée de main avec Eto’o, Joseph-Désiré Job, contracte une sévère diarrhée qui l’a empêché de jouer le lendemain, laissant sa place à Samuel Eto’o qui pris sa place pendant toute la compétition. Une intervention qui passe très mal auprès du quadruple ballon d’or africain. Il a pris soin de partager la vidéo de l‘émission tout en l’accompagnant d’un message adressé à son ex-coéquipier. « La haine est un sentiment qui ne peut exister que dans l’absence de toute intelligence » Bien qu’offusqué par de telles déclarations, je n‘éprouve à ton égard que de la compassion car, je réalise à cet instant, les dégâts que peuvent provoquer jalousie et aigreur. Il est de notoriété publique que ma vraie magie, c’est le travail. Les fausses excuses elles, sont le propre des faibles. Saches mon cher Bernard que tant qu’il y aura parmi nos représentants des personnes comme toi, prêtes à calomnier un « frère » pour épater la galerie, le respect que nous africains, MÉRITONS et réclamons demeurera une utopie. Respectez-vous ! Respectons-NOUS !Adrenaline », a écrit Samuel Eto’o sur sa page Facebook. Afrique centrale: la sécurisation de l'espace maritime en oeuvre http://fr.africanews.com/2017/06/21/afrique-centrale-la-securisation-de-l-espace-maritime-en-oeuvre/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/afrique-centrale-la-securisation-de-l-espace-maritime-en-oeuvre/ Thu, 22 Jun 2017 05:43:26 +0000 S’unir pour sécuriser l’espace maritime d’Afrique centrale. Le centre de gravité de la piraterie maritime se déplace progressivement du golf d’Aden vers le golf de Guinée. Les marines des pays d’Afrique centrale en sont conscientes au regard des menaces ambiantes. D’ou des formations régulières à l’attention des marines nationales et des administrations impliquées dans la gestion de la mer. C’est ainsi que Pointe -Noire, la capitale économique du Congo a abrité l’opération “ MERGALOPS II du 19 au 22 juin 2017. Pour le capitaine de vaisseau Sosthène Loulla- Mabicka , directeur du CRESMAC ( Centre regional de sécurité maritime d’Afrique centrale) les menaces sont nombreuses. Il cite entre autres: “ le trafic de drogue ,le trafic d’arme de petit calibre, le trafic d‘être humain, le trafic d’animaux protégés, et biensur la pêche illicite.” Dans ce contexte,les défis qui interpélent les États d’Afrique centrale sont tellement nombreux qu’aucun pays – à lui seul ne peut les combattre.D’où la nécessité de mutualiser les efforts à travers l’opération MEGALOPS . Cet exercice dirigé par le CRESMAC – Centre regional de sécurité maritime d’Afrique centrale- en est à sa deuxième édition. Il est question de mettre en ensemble toutes les administrations qui intervienent dans la gestion de la mer afin d’harmoniser les efforts pour mieux contenir les différentes menaces . Cela est d’autant plus important que la mer joue un rôle clé dans la vie économique des États. _ On sait que 90 % des échanges se font par la mer souligne le capiatine de vaisseau Sosthène Loulla-Mabicka.Tout ce dont nous avons besoin pour notre économie vient de la mer.Voilà pourquoi on doit rendre à la mer tout ce qui lui revient_ Les États d’Afrique centrale et du golf de Guinée en genéral semblent avoir pris conscience de la nécessité d’assurer la sécurité maritime en vue de préserver leur vitalité économique. À la longue, il est question de mettre en place une véritable architechture de sécurité maritime qui rendra le golf de Guinée totalement sûr pour la navigation. Jean David MIHAMLE En Zambie, les partisans d'Haikande Hichilema ne cachent pas leur anxiété de voir leur leader rester en prison. http://fr.africanews.com/2017/06/21/en-zambie-les-partisans-d-haikande-hichilema-ne-cachent-pas-leur-anxiete-de/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/en-zambie-les-partisans-d-haikande-hichilema-ne-cachent-pas-leur-anxiete-de/ Thu, 22 Jun 2017 05:43:40 +0000 Le chef du parti uni pour le développement national est accusé d’outrage au chef de l‘État après avoir tenté de perturber le passage du cortège présidentiel. Son arrestation illustre la tension du climat politique qui affecte sérieusement l‘économie zambienne. D’où l’indignation d’une certaine frange de la population. ‘‘Nous vivons dans un très mauvais environnement dans lequel deux partis politiques dominants luttent pour le pouvoir. C’est pour cela qu’ils se battent ; pour le pouvoir. Si vous voyez de là où nous venons, si vous saviez de là où nous venons ; vous ne croirez pas que le gouvernement soit au service du peuple. Si c‘était le cas, pourquoi le peuple souffre ? Pourquoi il n’y a pas d’emplois ?’‘ Récemment, 48 députés de l’opposition ont été radiés du Parlement pour avoir boycotté le discours du président Edgar Lungu. Une tension politique qui a fini par exaspérer beaucoup de Zambiens qui disent ne pas se reconnaître dans la nouvelle politique du pouvoir. ‘‘La Zambie a toujours été un pays démocratique et nous croyons en la démocratie. Mais moi, je ne pense pas qu’il y ait encore de la démocratie ici. Je suis jeune et j’ai le droit de choisir et décider sur qui je vais porter mon choix ou non’‘. Décrie une habitante de la capitale. Aujourd’hui, des voix s‘élèvent pour demander la relaxe d’Hakainde Hicheleme, considéré comme un prisonnier politique. L’opposant, arrêté avec cinq autres personnes, est toujours en attente de procès par la haute cour qui n’a pas encore fixé la date du jugement. Armelle Nga Ultime hommage à l'ancien international ivoirien Cheick Tiote [no comment] http://fr.africanews.com/2017/06/21/ultime-hommage-a-l-ancien-international-ivoirien-cheick-tiote-no-comment/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/ultime-hommage-a-l-ancien-international-ivoirien-cheick-tiote-no-comment/ Wed, 21 Jun 2017 16:50:48 +0000 Des centaines de personnes sont venues rendre un ultime hommage dimanche 18 juin dernier au milieu de terrain ivoirien Cheick Tiote décédé le 5 juin en Chine. La Fifa blanchit Manchester United http://fr.africanews.com/2017/06/21/la-fifa-blanchit-manchester-united/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/la-fifa-blanchit-manchester-united/ Wed, 21 Jun 2017 15:57:31 +0000 La Fifa blanchi Manchester United dans l’affaire du transfert de Paul Pogba mais ouvre une procédure disciplinaire contre la Juventus de Turin son club d’origine. Le milieu de terrain français aurait coûté en réalité 127 millions d’euros au club mancunien . Son agent Mino Raiola à la fois agent des clubs aurait empoché 49 millions et seulement 78 millions seraient revenus à la Juventus de Turin La Fifa avait demandé des renseignements à Manchester united sur le transfert le plus cher de l’histoire du football supérieur. L’agent Mino Raiola qui se trouve au milieu d’un conflit d’intérêts dans cette opération n’aurait pas déclaré à Manchester qu’il travaillait pour le club italien ce qui est interdit par la réglementation anglaise. Ruth LAGO L'Iran tire six missiles contre les positions de l'EI en Syrie http://fr.africanews.com/2017/06/21/l-iran-tire-six-missiles-contre-les-positions-de-l-ei-en-syrie/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/l-iran-tire-six-missiles-contre-les-positions-de-l-ei-en-syrie/ Wed, 21 Jun 2017 16:04:25 +0000 L’Iran a tiré six missiles sur les positions de Daech en Syrie en représailles aux attentats perpétrés le 7 juin dernier contre le parlement et le mausolée de l’Imam Khomeiny à Téhéran , l’attaque avait fait dix-sept morts. Ces tirs visaient des bases de commandement et d’armement de l’Etat islamique situé à Deir Ezzor dans l’est de la Syrie. Selon c’est ancien commandant des gardiens de la révolution, ces tirs envoient un message très clair à l’arabie Soaudite et aux États-Unis de Donald Trump “Ils montrent que l’Iran dispose suffisamment d’une grande capacité militaire pour se comparer à l’Arabie saoudite . Si l’Iran le souhaite, ses missiles peuvent frapper des sites en Arabie Saoudite à l’exception de la Mecque et de Médina. Ces tires envoient un message aux alliés de l’Arabie Soaudite et les groupes terroristes , l’Iran ne se contentera pas de bavarder s’il menace l’Iran , l’Ira répondra” L’Iran n’avait plus émis des tirs en territoire étrangers depuis trois décénnies et la fin de la guerre Iran-Irak en 1988. Ruth LAGO Le gouvernement algérien soumet son plan d'action économique et social à l'Assemblée http://fr.africanews.com/2017/06/21/le-gouvernement-algerien-soumet-son-plan-d-action-economique-et-social-a-l/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/le-gouvernement-algerien-soumet-son-plan-d-action-economique-et-social-a-l/ Wed, 21 Jun 2017 17:50:56 +0000 Les députés algériens examinent depuis mardi le plan d’action du gouvernement présenté par le nouveau Premier ministre Abdelmajid Tebboune. Ce dispositif-clé de l‘économie algérienne qui permet aux populations de bénéficier de produits de base pourrait être modulé en fonction des revenus, si le projet de réforme des subventions de l‘État soumis au vote obtient la majorité. Le gouvernement mise sur un renforcement du climat des affaires et veut poursuivre des réformes du système bancaire. “Les conditions de création des petites entreprises par des chômeurs vont être allégées, ils auront droit à des facilités et pourront profiter de crédits bancaires, d’accompagnement, de formations et l’opportunité de décrocher des offres publiques” a déclaré Abdelmajid Tebboune, Premier ministre algérien Ces transferts sociaux ainsi que les subventions de l‘État concernant les produits alimentaires de base, l’eau et l’ énergie, représentent un tiers du PIB selon le FMI. “Nous sommes tous certains que l’Algérie est un pays socialiste et le restera. Depuis le 1er novembre 1954 jusqu’à aujourd’hui, nous n’abandonnerons pas l’Etat socialiste” Abdelmajid Tebboune, Premier ministre algérien Le gouvernement veut attirer plus d’investissements étrangers, dans les secteurs des hydrocarbures et contraindre les entreprises étrangères à opter pour un partenariat local. Autre projet envisagé, la lutte contre le terrorisme. L’Algérie poursuivra ses efforts dans la consolidation de l’entraide entre les Etats pour combattre le terrorisme, le crime organisé et l’extrémisme violent. Elle fournira tous les efforts pour parvenir à un monde juste, stable et solidaire” Abdelmajid Tebboune, Premier ministre algérien Pour certains économistes cette réforme annoncée est une excellente mesure . Mais elle devra se faire en concertation avec les forces économiques et sociales, sinon elle échouera. AGENCES Ruth LAGO Une ancienne ville islamique et commerciale découverte en Ethiopie http://fr.africanews.com/2017/06/21/une-ancienne-ville-islamique-et-commerciale-decouverte-en-ethiopie/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/une-ancienne-ville-islamique-et-commerciale-decouverte-en-ethiopie/ Wed, 21 Jun 2017 15:17:20 +0000 Deux ans. C’est le temps qu’il a fallu à une équipe d’archéologues britanniques de l’université d’Exeter pour en apprendre sur la vie qu’il y a eue, il y a quelques siècles en arrière, à Harlaa, dans l’est de l’Ethiopie. Dans les premières conclusions de leurs recherches, ils font savoir qu’il a existé entre le XII et le XIII siècle un commerce bouillonnant entre plusieurs régions du monde, depuis cette petite ville. Des vestiges d’une mosquée, des bijoux venus d’Inde, des pièces de monnaie égyptiennes, de la poterie venue de Chine ou encore des artefacts ont été découverts. De quoi rassurer les habitants de Harlaa qui ont toujours pensé que leur ville avait quelque chose de spéciale, allant même à dire que leur ville a été construite par des géants. Même si les chercheurs sont encore loin de cette conclusion. “Cette découverte révolutionne notre compréhension du commerce dans une partie de l’Éthiopie longtemps négligée par l’archéologie”, a déclaré dans un communiqué Timothy Insoll, le chercheur de l’Université d’Exeter qui a dirigé les fouilles. “Les habitants d’Harlaa formaient une communauté d’étrangers et de locaux qui commerçaient avec les peuples de la mer Rouge, de l’océan indien, et même de la péninsule arabique”, a-t-il ajouté. L’an prochain, le groupe de chercheurs poursuivra ses recherches, sur un périmètre plus grand. Mais bien avant, tous les objets retrouvés seront placés au centre du patrimoine local de la ville. Algérie : deux étudiants soupçonnés d'avoir tué leur professeur qui les a empêchés de tricher http://fr.africanews.com/2017/06/21/algerie-deux-etudiants-soupconnes-d-avoir-tue-leur-professeur-qui-les-a/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/algerie-deux-etudiants-soupconnes-d-avoir-tue-leur-professeur-qui-les-a/ Wed, 21 Jun 2017 12:17:57 +0000 La presse algérienne en fait largement écho depuis dimanche. Deux étudiants en droit sont soupçonnés d’avoir assassiné leur professeur qui les avait empêché de tricher. Âgé de 44 ans, le professeur dénommé Karoui Serhan a été retrouvé par la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) près d’un immeuble de la cité des 120 logements, dans la région de Tipaza, le dimanche 18 juin, rapporte le site tsa-algerie.com, qui souligne que les deux suspects ont déjà été arrêtés avec l’arme du crime. Sur plusieurs parties de son corps, les traces de blessures infligées avec un objet pointu, en l’occurrence un marteau. Lundi, l’enseignant a été inhumé. Toutefois, Tahar Mohamed Benhadj, doyen de la faculté de Droit et des Sciences politiques de l’université de Khemis Miliana – où enseignait la victime – a quelques doutes sur le mobile du meurtre. “Personne ne sait si les auteurs présumés de ce crime sont étudiants ou pas. Par contre, ce qui est connu, c’est que les suspects sont deux frères qui habiteraient dans la cité où le corps a été trouvé. L’on dit que le premier est âgé de 19 ans et l’autre de 18 ans”, a-t-il détaillé à tsa-algerie.com. Selon le doyen, il y a une pièce qui manque au puzzle, que l’enquête devrait permettre d‘élucider. En attendant, il martèle “que cette affaire n’a aucune relation avec l’université. À moins que l’enquête (des services de police) prouve le contraire dans l’avenir”. Une “université qui produit l’ignorance … et où l’ignorance assassine la raison L’Algérie reste encore sous le choc de ce professeur qui laisse derrière lui une épouse enceinte. Sur les réseaux sociaux, militants, journalistes, professeurs, étudiants ou universitaire ont exprimé leur compassion et leur indignation face à ce qu’ils considèrent comme une illustration de “la faillite du système éducatif et universitaire dans son intégralité”. L’universitaire Fodil Boumala, lui, n’est pas allé du dos de la cuillère pour fustiger cette “catastrophe”. “L’université n’échappe à la poigne de la police que pour devenir la proie du marteau des étudiants”, a-t-il écrit dans un post sur sa page Facebook. “De quelle université parle-t-on alors qu’elle est devenue un territoire de l’absurde, du business, de l’allégeance et de perversion des capacités et des ressources ? (...) Quelle est cette université qui produit l’ignorance, la violence, la corruption et où l’ignorance assassine la raison…”, a-t-il ajouté. De son côté, le Syndicat des enseignants du supérieur solidaires (SESS) a exigé des mesures concrètes pour rétablir l’ordre au sein des universités algériennes, où “la violence devient le principal moyen de régulation” des problèmes. Au passage, le syndicat a rappelé l’agression récente d’un autre professeur d’université, toujours par des étudiants. Ces derniers avaient été “amnistiés par deux inspecteurs du Ministère”, rajoute l’organisation. Carole Kouassi Luanda capitale la plus chère du monde pour les expats http://fr.africanews.com/2017/06/21/luanda-capitale-la-plus-chere-du-monde-pour-les-expats/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/luanda-capitale-la-plus-chere-du-monde-pour-les-expats/ Thu, 22 Jun 2017 05:39:01 +0000 Luanda la capitale de l’Angola occupe à nouveau son rang de ville la plus chère au monde pour les expatriés. Selon une étude annuelle du cabinet Mercer, la ville a suplanté Hong Kong, Tokyo, Zurich et Singapour, pour se hisser au premier rang des cinq villes les plus chères au monde. La position de Luanda, qui a été en tête de ces classements fréquemment au cours des dernières années, est influencée par le coût des logements sécurisés pour le personnel expatrié ainsi que pour celui des produits de tous les jours. Elle a su se faire un chemin grâce aux couts de location, nettement supérieurs à ceux appliqués à l‘échelle mondiale. Blantyre, Windhoek et Tunis figurent dans le top 10 des villes africaines les plus chères. Le top 10 des villes les plus chères au monde 1. Luanda, Angola 2. Hong Kong, Chine, 3. Tokyo, Japon 4. Zurich, Suisse 5. Singapore, Singapore 6. Seoul, Corée du Sud 7.Geneva, Suisse 8. Shanghai, Chine 9. New York City, états-Unis 10. Bern, Allemagne Zimbabwe : l'empoisonnement, arme fatale des braconniers contre les éléphants http://fr.africanews.com/2017/06/21/zimbabwe-l-empoisonnement-arme-fatale-des-braconniers-contre-les-elephants/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/zimbabwe-l-empoisonnement-arme-fatale-des-braconniers-contre-les-elephants/ Wed, 21 Jun 2017 11:16:29 +0000 Au Zimbabwe, en dépit de mesures gouvernementales, le braconnage persiste. Pis, les braconniers ont trouvé une arme silencieuse pour abattre leurs cibles loin des regards “indiscrets” des rangers : l’empoisonnement. Dix éléphants, dont une mère et son petit, ont été retrouvés morts dans le parc national de la Hwange, au Zimbabwe, la semaine dernière. Sur les lieux du carnage, un seau contenant du poison. Ce qui a vite conduit à la conclusion d’un empoisonnement des mammifères. Sur les auteurs de ce crime, aucun doute qu’il s’agit des braconniers, encore que certains des éléphants retrouvés morts avaient leurs ivoires retirés, ont conclu les responsables du parc. Au Zimbabwe, l’empoisonnement est devenu une arme de destruction massive pour les éléphants. En 2013 notamment, 100 éléphants en ont fait les frais, toujours dans le parc national de la Hangwe. Si l’empoisonnement est tant prisé par les braconniers, c’est bien pour ses nombreuses facilités d’exercice. Généralement, les braconniers utilisent une solution diluée de cyanure de sodium et, dans certains cas, le paraquat. Ce dernier est un herbicide agricole puissant largement accessible sur le marché, mais qui est pourtant extrêmement toxique pour les humains aussi bien que pour les animaux. Les humains et la faune en danger Avec ce procédé, les braconniers tuent silencieusement leurs cibles sans pour autant alarmer les gardes forestiers avec des coups de fusil. Mais, il n’y a pas que les éléphants qui sont massacrés par de tels moyens. Les charognards, les lions, les hyènes, les chacals, les vautours, endurent eux-aussi une mort lente et agonisante après avoir mangé de la chair contaminée. D’autres animaux comme l’antilope et le zèbre ont été tués en buvant des seaux d’eau contaminée, des points d’eau et des salines. Les humains ne sont pas épargnés. Roxy Danckwerts, fondateur de l’organisation Nursery Elephant Zimbabwe, a fini par une insuffisance rénale et pulmonaire l’an dernier après avoir manipulé deux éléphanteaux qui ont été empoisonnés avec du paraquat à Hwange. Elle souffre toujours de troubles respiratoires. Malgré tout, le paraquat, bien qu’interdit par l’Union européenne, est toujours présent sur les marchés zimbabwéen en raison de sa forte utilisation par les agriculteurs. Pour l’heure, le gouvernement zimbabwéen répond au braconnage par une politique de répression. Une peine d’emprisonnement minimale de neuf ans pour “les braconniers chanceux d‘être capturés en vie” et interpellés avec de l’ivoire ou du poison en leur possession. Mais cette politique reste peu dissuasive dans un pays miné par une crise économique qui affame de jour en jour de nombreux citoyens. Trevor Lane, cofondateur de Bhejane Trust, une organisation à but non-lucratif qui surveille les activités de braconnage dans le secteur nord de Hwange, en est convaincu, la pratique n’est pas prête de s’arrêter. “Les gens sont si pauvres à cause de cette crise”, a-t-il ajouté. Un braconnier pourrait vendre un seul ivoire pour environ 250 dollars, une petite fortune pour n’importe quel agriculteur. Il faut en outre ajouter à la difficile situation économique les pistes des régions reculées, difficiles à patrouiller pour les rangers. Carole Kouassi Désigné nouvel envoyé spécial de l'ONU, le Libanais Ghassan Salamé face à l'improbable crise libyenne http://fr.africanews.com/2017/06/21/designe-nouvel-envoye-special-de-l-onu-le-libanais-ghassan-salame-face-a-l/ http://fr.africanews.com/2017/06/21/designe-nouvel-envoye-special-de-l-onu-le-libanais-ghassan-salame-face-a-l/ Wed, 21 Jun 2017 18:42:12 +0000 Le nom de Ghassan Salamé a fait consensus auprès des quinze membres du Conseil de sécurité des Nations unies. Ce diplomate d’origine libanaise recommandé vendredi par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a été largement approuvé mardi par le Conseil de sécurité comme envoyé spécial de l’ONU en Libye. L’ancien directeur du département des affaires internationales à Sciences-po Paris et ancien ministre de la Culture au Liban sous la présidence de Rafic Hariri, vient en remplacement de Martin Kobler dont le mandat s’achève fin juin. Ghassan Salamé en est probablement conscient, la nouvelle mission qui lui est assignée est loin d‘être de tout repos. Avant lui, cinq autres envoyés spéciaux de l’ONU sont passés par la Libye sans forcément atteindre l’objectif attendu. Le pays reste profondément déchiré par une guerre civile qui dure depuis maintenant cinq ans et les différentes parties en présence refusent de céder une once de terrain. L’homme de 66 ans peut toutefois compter sur la confiance de ses pairs et du chef de l’ONU qui lui reconnaissent une bonne connaissance du monde arabe et par ricochet de la Libye pour parvenir à un dénouement politique de la crise libyenne. Sa nomination vient par ailleurs clore un tumultueux épisode entre les membres du Conseil sur la nomination de l’envoyé spécial de l’ONU en Libye. En février dernier, les Etats-Unis s‘étaient catégoriquement opposés à la nomination du palestinien Salam Fayyad, pourtant premier choix d’Antonio Guterres à ce poste. Ils avaient dès lors menacé de couper les fonds à tout organisme onusien qui accepte l’adhésion de membres issus de l’Autorité palestinienne. Tout au long des quatre mois qui ont suivi, aucun des noms proposés n’avait réussi à trouver un consensus. Carole Kouassi