Flux RSS Africanewshttp://fr.africanews.com/feed/rssRecevez gratuitement toutes les actualités publiées sur africanews.com, en vous abonnant à un de nos flux RSS.Thu, 18 Jul 2019 22:28:03 +0000Afrique du Sud : des entreprises commémorent la journée internationale de Mandelahttp://fr.africanews.com/2019/07/19/afrique-du-sud-des-entreprises-commemorent-la-journee-internationale-de-mandela/Pour marquer la Journée internationale Nelson Mandela de cette année, diverses entreprises d’Afrique du Sud se sont réunies pour emballer de la nourriture destinée aux communautés pauvres dans certaines régions du pays. Le groupe caritatif international Rise Against Hunger (RAH), s’est adonné à l’exercice au cours duquel les employés de l’entreprise ont préparé des repas à base de riz, de soja avec différentes soupes. “En fait, ça ne fait qu’apporter de la joie. Ça fait du bien de faire quelque chose de bien sans rien attendre, alors ça fait du bien,” a déclaré Naledi Nkosi, une volontaire. “Si vous pouvez regarder autour de vous, vous verrez que nous sommes des gens de cultures différentes, d‘âges différents, d’entreprises différentes et que nous nous rassemblons tous dans le même but : nourrir la nation,” a expliqué la volontaire, Michelle Smith. Le programme s’inscrit dans le cadre d‘événements organisés dans le monde entier pour célébrer l’anniversaire de la légende des droits civiques Nelson Mandela, le 18 juillet, où les gens sont invités à consacrer au moins 67 minutes de leur temps à des actes de bonté en l’honneur de l’icône anti-apartheid. Des millions de personnes se sont ralliées à la cause au fil des ans, pour marquer les 67 ans de militantisme de Mandela. Cette année, la Journée Mandela marque le 101e anniversaire du lauréat du prix Nobel de la paix, décédé en 2013 à l‘âge de 95 ans.Thu, 18 Jul 2019 22:28:03 +0000editorial@africanews.com (Brice Kinhou)http://fr.africanews.com/2019/07/19/afrique-du-sud-des-entreprises-commemorent-la-journee-internationale-de-mandela/Afrique du Sud : des soldats déployés pour lutter contre les gangshttp://fr.africanews.com/2019/07/19/afrique-du-sud-des-soldats-deployes-pour-lutter-contre-les-gangs/Des centaines de soldats sud-africains ont été déployés jeudi dans des banlieues du Cap dévastées par des gangs pour tenter de mettre fin à l’escalade de la violence. Selon le gouvernement du Cap occidental, au cours des sept derniers mois, des effusions de sang ont fait plus de 2 000 victimes, dont près de la moitié appartenaient à des gangs, dans des zones de métissage majoritairement noires. Le déploiement qui se fera jusqu’en octobre a été bien accueilli par les habitants des bidonvilles concernés. “Je suis heureux qu’ils aient fait venir l’armée pour faire sortir ces gangsters de nos régions et de nos collectivités afin qu’elles puissent promouvoir plus de sports et autres activités, comme ce fut le cas dans le passé, lorsque nous étions jeunes”, a déclaré, Nasiegh Harris, résident. “Je suis vraiment reconnaissant qu’ils soient ici, que l’armée soit ici et je veux remercier le gouvernement d’avoir pris cette bonne décision, nous en avons vraiment besoin parce que ce sont des enfants, des gens qui meurent chaque jour dans nos rues, a estimé Wendy Walters, uen résidente. Célèbre pour ses attractions touristiques étonnantes, dont Robben Island et Table Mountain, Le Cap compte parmi les villes les plus meurtrières d’Afrique du Sud avec 3 674 meurtres enregistrés au Cap-Occidental l’année dernière, selon les statistiques officielles de la police. Il y a une culture de gang bien ancrée avec des milliers de jeunes gens appartenant à des gangs de rues avec des noms comme “Hard Living” et “Young Americans”.Thu, 18 Jul 2019 22:23:11 +0000editorial@africanews.com (Brice Kinhou)http://fr.africanews.com/2019/07/19/afrique-du-sud-des-soldats-deployes-pour-lutter-contre-les-gangs/La RDC défend les pratiques religieuses pour guérir Ebolahttp://fr.africanews.com/2019/07/19/la-rdc-defend-les-pratiques-religieuses-pour-guerir-ebola/En République Démocratique du Congo, le ministre de la Santé Oly Ilunga Kalenga met en garde contre les pratiques religieuses visant à guérir Ebola et demande aux pasteurs et autres chefs religieux de “se comporter de manière responsable”. Une mise en garde qui intervient après que l’Organisation mondiale de la Santé a décidé d‘élever la fièvre hémorragique au rang d’“urgence de santé publique de portée internationale”. Kalenga a suggéré aux pasteurs des Eglises de réveil d’arrêter de toucher leurs fidèles pendant les cultes. “Ebola est une réalité, Ebola n’a rien de surnaturel, Ebola n’a rien de paranormal. Ebola est une maladie qui est causée par un virus, c’est une maladie qui est guérissable lorsque les patients sont pris en charge très tôt. à l’attention des pasteurs: Ils doivent avoir un comportement responsable et se dire : en période d‘épidémie ; on ne peut pas, on doit arrêter les pratiques d’imposition des mains,” a déclaré Oly Ilunga Kalenga, ministre de la Santé. Un pasteur, premier cas d’Ebola diagnostiqué à Goma, grande ville de plus d’un million d’habitants à la frontière du Rwanda est décédé lundi. Les autorités sanitaires de Goma affirment que “tous les contacts” du pasteur “ont été retrouvés en moins de 72 heures, y compris le chauffeur de moto-taxi qui l’a conduit au centre de santé”. Le rythme de l‘épidémie ne faiblit pas. Ces derniers jours, le virus a tué dix personnes dans la province du Nord-Kivu, ce qui porte le bilan total à 1.698 décès depuis le 1er août 2018, selon le dernier bulletin du ministère de la Santé. Parmi eux, 41 agents de santé.Thu, 18 Jul 2019 22:23:05 +0000editorial@africanews.com (Brice Kinhou)http://fr.africanews.com/2019/07/19/la-rdc-defend-les-pratiques-religieuses-pour-guerir-ebola/Les Etats-Unis détruisent un drone iranienhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/les-etats-unis-detruisent-un-drone-iranien/La tension monte entre Washington et Téhéran. Les Etats-Unis ont abattu un drone iranien jeudi au-dessus du détroit d’Ormuz, situé entre le golfe Persique et le golfe d’Oman. Selon le président américain Donald Trump, le drone iranien s’est approché à moins de 1000 mètres du navire USS Boxer, qui a entrepris “une action défensive”. “Il s’agit du dernier d’une série d’actes de provocation et d’hostilité de la part de l’Iran contre des navires opérant dans les eaux internationales. Les États-Unis se réservent le droit de défendre notre personnel, nos installations et nos intérêts et appellent toutes les nations à condamner les tentatives de l’Iran de perturber la liberté de navigation et le commerce mondial. J’exhorte également les autres pays à protéger leurs navires lorsqu’ils traversent le détroit et à collaborer avec nous à l’avenir,” a déclaré le président américain Donald Trump. En visite à New York pour une rencontre avec le secrétaire général de l’ONU Antonio Guteres, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif a affirmé jeudi n’avoir “aucune information sur la perte d’un drone”.Thu, 18 Jul 2019 21:43:01 +0000editorial@africanews.com (Narcisse NDOUMBE)http://fr.africanews.com/2019/07/18/les-etats-unis-detruisent-un-drone-iranien/CAF : la FIFA rejette les allégations de "colonisation"http://fr.africanews.com/2019/07/18/caf-la-fifa-rejette-les-allegations-de-colonisation/Accusée d’afficher une attitude “colonialiste” vis-à-vis du football africain et de la CAF son instance dirigeante, la FIFA se défend. Son président, Gianni Infantino a rejeté toute allégation allant dans ce sens. D’après lui, le mandat de six mois renouvelables de la secrétaire générale de la FIFA Fatma Samoura auprès de la CAF n’est qu’un coup de main. “Que pouvons-nous faire de plus à la FIFA que d’envoyer notre administrateur en chef avec une équipe d’experts en Afrique pour aider ? Que pouvons-nous faire de plus ? Dites-moi. J’ai entendu parler colonisation, que la FIFA colonise à nouveau l’Afrique. Cette mauvaise FIFA. Lorsque Fatma Samoura a été nommée secrétaire générale de la FIFA, je n’ai pas entendu le contraire. Je n’ai pas entendu dire que l’Afrique colonisait la FIFA,” a déclaré Gianni Infantino, le président de la FIFA. La mission de la sénégalaise Fatma Samoura qui démarre le 1er août est de superviser le fonctionnement de la CAF, éclaboussée par de nombreux scandales qui visent son président. Ce dernier a procédé jeudi à une réorganisation de son bureau. Un remaniement qui a permis à Ahmad Ahmad d‘écarter un rival, le nigérian Amaju Pinnick 1er vice-président, remplacé par le Congolais Constant Omari.Thu, 18 Jul 2019 21:38:19 +0000editorial@africanews.com (Narcisse NDOUMBE)http://fr.africanews.com/2019/07/18/caf-la-fifa-rejette-les-allegations-de-colonisation/Madagascar : l'action des brigands affecte la qualité de la vanillehttp://fr.africanews.com/2019/07/18/madagascar-l-action-des-brigands-affecte-la-qualite-de-la-vanille/À Madagascar, la qualité de la vanille se détériore de plus en plus. Au cours des cinq dernières années, elle a considérablement diminué, faisant perdre à la grande île son rang de premier producteur mondial de cette épice de luxe au profit de l’Indonésie. Victime de son succès, la vanille malgache attire de nombreux voleurs. Pour protéger le fruit de leur dur labeur, certains producteurs sont contraints de récolter plusieurs semaines, voir plusieurs mois avant la période indiquée. Une pratique qui a un impact sur la qualité. Car les grappes cueillies trop tôt contiennent beaucoup moins de vanilline, le composé qui donne à l‘épice son arôme et agit comme un conservateur naturel. “Ils sont venus ici en rampant, et quand ils ont trouvé des grappes de gousses de vanille comme celles-ci, ils les ont arrachées de leurs plantules. Puis, quand ils ont remarqué que j‘étais là, ils ont continué leur chemin vers ce côté. Ils ont continué à prendre des bottes de gousses de vanille sur leur chemin, puis ils sont allés là-bas. Ils ont dû prendre environ 3 kg de vanille, 18 grappes”, a indiqué Berlin Ranary, un producteur de vanille. Malgré l’aide de la gendarmerie, les agriculteurs préfèrent s’organiser en groupe d’autodéfense. De jour comme de nuit, armés de fusils de chasse, ils organisent des patrouilles dans leurs plantations. “Nous voulons surtout leur faire peur. Mais les combats sont trop fréquents, deux ou trois fois par an. Si des voleurs nous attaquent alors que nous sommes dans nos champs, nous pouvons utiliser nos armes. Mais dans la mesure du possible, pour préserver des vies, nous n’utilisons pas nos armes contre eux, “ a ajouté Berlin Ranary. La vanille reste la deuxième épice la plus chère au monde, après le safran. Un kilo de gousses de vanille coûte environ 600 euros. En 2018, 10% de la récolte nationale de la vanille malgache a été volée selon les autorités. Cette année, elles annoncent avoir arrêté deux fois plus de personnes et saisi près de 50% de gousses de vanille verte et noire supplémentaires.Thu, 18 Jul 2019 21:32:21 +0000editorial@africanews.com (Narcisse NDOUMBE)http://fr.africanews.com/2019/07/18/madagascar-l-action-des-brigands-affecte-la-qualite-de-la-vanille/Les Zimbabwéens réagissent à l'inflationhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/les-zimbabweens-reagissent-a-l-inflation/Pénurie des denrées et inflation, les Zimbabwéens réagissent à la nouvelle augmentation du prix des carburants. Après s‘être envolée à plus de 175 % au mois de juin, l’inflation a poussé le Zimbabwe à augmenter une nouvelle fois les prix de certains produits comme les carburants. Le gouvernement d’Harare veut ainsi éviter l’hyperinflation quasi-inévitable à ce stade. Une situation qui provoque la colère des habitants qui déclarent ‘‘survivre’‘ dans cette crise économique. Rwanda : encourager la consommation du café Au Rwanda, les populations appelées à consommer le café local, une campagne dans ce sens a été initiée par le bureau national du Conseil national de développement des exportations agricoles. D’un coût minimum d’environ 2 dollars la tasse, le café urbain n’est pas à la portée de tous les Rwandais. Plus de la moitié de la population qui vit avec moins d’1,25 dollar US par jour affiche une nette préférence pour le thé. Mais l’‘Office national rwandais pour le développement des exportations de produits agricoles veut inverser la tendance et accroître la production du café. Il a décidé d’organiser des campagnes pour vulgariser cette culture chez les agriculteurs.Thu, 18 Jul 2019 18:20:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/les-zimbabweens-reagissent-a-l-inflation/Guinée-Équatoriale : le pétrole et le gaz attirenthttp://fr.africanews.com/2019/07/18/guinee-equatoriale-le-petrole-et-le-gaz-attirent/Richesses pétrolières et gazières, la Guinée-Équatoriale veut attirer les investisseurs pour se développer économiquement. C’est le troisième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne après le Nigeria et l’Angola. La Guinée-Équatoriale, également riche en Gaz s’est lancée dans une gestion équilibrée de ses ressources minières. Le pays dont le Produit intérieur brut a dépassé les 13 milliards de dollars en 2018 s’est par ailleurs lancé dans un vaste plan de transformation socio-économique qui lui permettra d’améliorer ses nombreux indicateurs notamment de croissance, de santé et d‘éducation. À suivre dans ce numéro, les explications de César Mba ABOGO, la ministre des finances et de la planification économique de la Guinée-Équatoriale au micro de Michale DIBIE. Les deux hommes se sont entretenu le développement de la Guinée-Équatoriale grâce aux recettes pétrolières, y compris les différents projets de diversification économique de la Guinée-Équatoriale.Thu, 18 Jul 2019 18:18:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/guinee-equatoriale-le-petrole-et-le-gaz-attirent/Congo : "l’accord avec le FMI n’est pas une panacée" (Premier ministre)http://fr.africanews.com/2019/07/18/congo-laccord-avec-le-fmi-nest-pas-une-panacee-premier-ministre/L’accord avec le Fonds monétaire international (FMI) prévoyant le versement au Congo-Brazzaville de 448,6 millions de dollars “n’est pas une panacée ou une solution à tous les problèmes, mais un début de solution”, a indiqué jeudi son Premier Ministre Clément Mouamba. “Cet accord n’est qu’un début de bonnes solutions aux problèmes que connaît le pays. Il n’est pas une panacée, mais le moindre mal”, a déclaré M. Mouamba qui animait une conférence en présence de plusieurs membres de son gouvernement. Dès la signature de l’accord, 25 milliards de FCFA (38 millions d’euros) ont été débloqués par le FMI sur les 249 milliards de FCFA (379 millions d’euros) prévus. “Ce premier montant décaissé est une mise en bouche. Au moins 80% serviront à soutenir les secteurs comme la santé et l’éducation”, a expliqué M. Mouamba. Le reste du crédit sera versé sur trois ans à condition que le Congo respecte les mesures dictées. “Au total 48 mesures à mettre en œuvre en moins d’un an “Il y a au total 48 mesures à mettre en œuvre jusqu’en mars 2020. Si elles ne sont pas mises (en oeuvre) à bonne date, le programme ne sera pas performant”, a prévenu le Premier Ministre pour qui “il est exigeant, mais différent des programmes d’ajustement structurels”. “L’intérêt du programme (avec le Fonds) est de ramener la dette à 70% du PIB en trois ans”, a-t-il encore expliqué. La dette du Congo est estimée à 5.580 milliards de FCFA (plus de 8 milliards d’euros), représentant 117% du PIB selon le FMI. “Dans cette dette il y a beaucoup d’inconnues. Elle doit être auditée”, a dit M. Mouamba. Avec le FMI les négociations avaient été ralenties par le fait que les autorités du Congo-Brazzaville avaient caché une partie de la dette publique du pays. Autre difficulté et autre singularité: la Chine détient un tiers de la dette externe. Très classiquement, le programme “d’extension des facilités de crédit” veut aider Brazzaville à “restaurer sa stabilité macroéconomique”, en préservant “le caractère soutenable de la dette”. AFPThu, 18 Jul 2019 16:32:02 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/congo-laccord-avec-le-fmi-nest-pas-une-panacee-premier-ministre/Éthiopie-Érythrée : à Asmara pour l'an un de la reprise des volshttp://fr.africanews.com/2019/07/18/ethiopie-erythree-a-asmara-pour-l-an-un-de-la-reprise-des-vols/Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a rencontré jeudi à Asmara en Érythrée, le président de ce pays, Isaias Afwerki. Une manière de fêter le premier anniversaire de la reprise des vols commerciaux entre les deux États jadis ennemis. C’est dans la matinée qu’Abiy Ahmed, accompagné d’une forte équipe délégation a atterri ce jeudi 18 juillet à l’aéroport d’Asmara. Il était accompagné d’une forte délégation composée de cadres dont le ministre des Finances, Ahmed Shide et le directeur général d’Ethiopian Airlines, Tewolde Gebremariam. Au tarmac pour les accueillir, Isaias Afwerki, lui aussi accompagné de son équipe. Dans leur entretien, les deux hommes ont abordé les questions inhérentes à la consolidation de la paix et l’amélioration des relations entre les deux pays. « Les deux parties ont discuté et discuteront de la poursuite de l’amélioration de la coopération globale entre les deux pays ainsi que des questions régionales et autres d’intérêt commun », a déclaré le ministre érythréen de l’Information dans un tweet. Et pour couronner le tout, cette visite est hautement symbolique vu la libre circulation des biens et des personnes entre Asmara et Addis-Abeba. Il y a en effet un an jour pour jour que les deux dirigeants lançaient la reprise des vols entre les deux pays interrompue depuis une vingtaine d’années du fait d’un différend frontalier. Différend qui a connu son épilogue l’an dernier, grâce à l’arrivée au pouvoir en avril d’Abiy Ahmed. C’est donc pour maintenir cette flamme de paix allumée que des responsables éthiopiens passeront deux jours supplémentaires en Érythrée. Pictorial PM arrives in Asmara #Eritrea #Ethiopia #peace #Africa pic.twitter.com/3bHZ1MB9Op— Ghideon Musa (@GhideonMusa) July 18, 2019Thu, 18 Jul 2019 15:50:34 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2019/07/18/ethiopie-erythree-a-asmara-pour-l-an-un-de-la-reprise-des-vols/Maroc : peines de mort pour les assassins de deux Scandinaveshttp://fr.africanews.com/2019/07/18/maroc-trois-hommes-condamnes-a-la-peine-de-mort-pour-l-assassinat-de-deux/Un tribunal antiterroriste marocain a condamné jeudi à la peine de mort trois hommes pour l’assassinat de deux touristes scandinaves décapitées en décembre dans le royaume au nom du groupe Etat islamique (EI). Le premier, Abdessamad Ejjoud, un marchand ambulant radicalisé de 25 ans, avait avoué avoir organisé l’expédition meurtrière avec deux compagnons, Younes Ouaziyad, un menuisier de 27 ans, et Rachid Afatti, 33 ans, qui avait filmé la scène. Leurs victimes se nomment Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans, et son amie Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans.  Éprises de nature, les deux amies partageaient le même appartement, suivaient des études de guide à l’université norvégienne de Bø et voyageaient ensemble pour les vacances de Noël au Maroc. Leur périple s’est arrêté au pied des cimes enneigées du Toubkal, le plus haut sommet d’Afrique du Nord, dans le Haut-Atlas, à 80 kilomètres de la capitale touristique Marrakech.  Les trois hommes condamnés à mort sont restés impassibles à l‘énoncé de la sentence. Bien que des condamnations à la peine capitale soient toujours prononcées au Maroc, un moratoire sur les exécutions est appliqué de facto depuis 1993 et l’abolition de ce châtiment fait débat. Appel Au total, 24 hommes soupçonnés d‘être liés à ces meurtres et/ou d’appartenir à une cellule jihadiste étaient jugés dans ce procès ouvert début mai et très suivi. Les 21 autres accusés ont écopé de peines allant de cinq ans de prison à la perpétuité.  “Ces peines sont sévères, tous les accusés vont faire appel demain (vendredi)”, a affirmé à l’AFP l’avocate commise d’office Hafida Mekessaoui qui défend les trois condamnés à mort.  Seul étranger du groupe, Kevin Zoller Guervos, un Hispano-Suisse converti à l’islam, a écopé de 20 ans de prison notamment pour “constitution de bande terroriste”. Il était accusé d’avoir appris aux principaux suspects à utiliser une messagerie cryptée et de les avoir “entraînés au tir”. Lui a toujours clamé son innocence. “Ce verdict est cruel et inacceptable, nous allons faire appel”, a déclaré à l’AFP son avocat, Me Saad Sahli, en regrettant que les juges n’aient pas tenu compte “des preuves de son innocence”. L‘épouse marocaine de M. Zoller Guervos a fondu en larmes à l‘énoncé de la sentence. “Soulagée” Le tribunal a également condamné les trois hommes reconnus coupables d’assassinat, ainsi qu’un de leurs complices, à verser deux millions de dirhams (190.000 euros) de dédommagements aux parents de Maren Ueland.  Mais il a refusé la demande de la famille de Louisa Vesterager Jespersen qui réclamait 10 millions de dirhams (930.000 euros) à l’Etat marocain pour sa “responsabilité morale”.  “Le plus juste serait de donner à ces bêtes la peine de mort qu’ils méritent, je vous le demande”, avait imploré la mère de Louisa dans une lettre lue par son avocat lors de la précédente audience. “Nous allons faire appel devant le tribunal administratif pour demander des indemnités”, a indiqué Me Khaled El Fataoui, l’avocat de la famille de Louisa. “Le plus important pour nous ce n’est pas l’argent, c’est (...) la condamnation des coupables. La maman va être soulagée d’apprendre les condamnations”, a-t-il poursuivi. Des pétitions réclamant la peine de mort pour les assassins des deux touristes avaient circulé sur Internet, le crime ayant suscité une grande émotion. Issus de milieux modestes, avec un niveau d’instruction très bas, la plupart des accusés vivaient de travaux précaires dans des quartiers déshérités de Marrakech (centre). “Il n’y a de Dieu que Dieu (...) Qu’il me pardonne”, avait lancé le cerveau du groupe Abdessamad Ejjoud, dans ses derniers mots avant le délibéré. Il s’est présenté à l’audience vêtu de l’habit traditionnel des salafistes, portant barbe et un “kufi”, bonnet blanc vissé sur la tête. Le marchand ambulant radicalisé avait diffusé sur les réseaux sociaux des images de la décapitation et une déclaration d’allégeance à l’EI, organisation jihadiste qui n’a jamais revendiqué le double assassinat. Ses compagnons dans l’expédition meurtrière — qui avaient avoué leur rôle— ont aussi demandé le “pardon de Dieu”. La vingtaine d’autres prévenus avaient en revanche clamé leur innocence et condamné le double assassinat. Avant ce double meurtre, le royaume avait été meurtri par des attaques ayant fait 33 morts à Casablanca (ouest) en 2003 et 17 morts à Marrakech (centre) en 2011.  AFPThu, 18 Jul 2019 15:14:50 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/maroc-trois-hommes-condamnes-a-la-peine-de-mort-pour-l-assassinat-de-deux/Guinée : une candidate au baccalauréat accouche puis reprend l'examenhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/guinee-une-candidate-au-baccalaureat-accouche-puis-reprend-l-examen/Une étudiante qui se présentait à l‘épreuve de physique du baccalauréat en Guinée a quitté précipitamment la salle d’examen pour accoucher, puis a repris l‘épreuve moins d’une heure plus tard, après avoir donné naissance à un petit garçon, a-t-elle indiqué jeudi à l’AFP. Tôt mardi matin, Fatoumata Kourouma Condé, 18 ans, a ressenti des douleurs annonçant l’imminence du terme de sa première grossesse. Mais elle a décidé de se rendre à la première épreuve du bac au Lycée Grand-Ducal de Mamou, à quelque 250 km à l’est de Conakry, a-t-elle expliqué par téléphone, confirmant des informations de la presse locale. “J’ai pris mon courage à deux mains, je suis allée en salle d’examen sans rien expliquer à mon mari, ni au délégué du ministère (de l‘éducation), de peur qu’on me demande de rester à la maison ou d’aller voir mon médecin”, a-t-elle confié. Vers 08H30, alors que l‘épreuve de physique avait déjà commencé, l’examinateur a constaté qu’elle était sur le point d’accoucher. “Il fallait l‘évacuer vers une maternité”, a expliqué Mohamed Diakité, le responsable du centre d’examen. Transférée au centre de santé de la ville, Fatoumata Condé a donné naissance à un garçon après une dizaine de minutes de travail et, vers 09H10, elle était de retour en salle d’examen. Le nouveau né prénommé “Espoir” “C‘était inimaginable que je rate une seule épreuve de mon examen que j’ai préparé toute l’année”, a-t-elle expliqué à un correspondant de l’AFP. “J‘étais heureuse d’avoir mis au monde un petit garçon, mais angoissée de rater l’examen”, se souvient-elle. “Lorsque mes proches sont arrivés à la maternité, j’ai fait une toilette rapide et j’ai filé en salle d’examen, au grand étonnement du personnel médical, de ma famille et de tout le monde au centre d’examen”, a précisé la jeune femme. Son mari, un caporal-chef de la gendarmerie, “est heureux” et “ne fait que raconter cette histoire insolite à tout le monde, surtout à ceux qui prennent le temps d’aller à la maison voir cette brave femme et d’embrasser le nouveau-né”, a confié un proche de la famille, en souhaitant que le jeune enfant soit prénommé “Espoir”. “Tout le monde à Mamou les félicite et nous prions Dieu pour que Fatoumata ait son examen de baccalauréat”, a-t-il ajouté. AFPThu, 18 Jul 2019 14:53:02 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/guinee-une-candidate-au-baccalaureat-accouche-puis-reprend-l-examen/Tanzanie : le président ordonne la décongestion des prisonshttp://fr.africanews.com/2019/07/18/tanzanie-le-president-ordonne-la-decongestion-des-prison/Le président tanzanien John Magufuli a annoncé jeudi avoir ordonné aux autorités pénitentiaires de prendre des mesures en vue de décongestionner les prisons du pays, selon lui indûment surpeuplées, notamment par des suspects attendant depuis trop longtemps un procès. M. Magufuli, salué pour sa lutte contre la corruption mais critiqué pour son autoritarisme, a effectué cette annonce lors d’un rassemblement public à Dodoma (centre), la capitale administrative du pays, après avoir visité en début de semaine un centre de détention du nord du pays. “Avant-hier, j‘étais à la prison de Butimba, dans la région de Mwanza”, a-t-il expliqué à la foule. “La situation m’a énormément attristé. Cette prison d’une capacité d’accueil de 900 personnes héberge 1.000 condamnés et 925 détenus en attente de procès”. “Parmi eux, certains sont en attente d’un procès depuis huit ans et, à chaque fois, on leur dit que les enquêtes ne sont pas encore terminées”, a poursuivi le chef de l’Etat. Selon lui, certains détenus attendent un procès depuis plusieurs années pour des faits punissables, au pire, de quelques mois d’emprisonnements. “J’ai ordonné au ministère de la Justice et aux autres organes compétents de faire le tour de toutes les prisons, province par province, pour écouter les doléances des prisonniers et libérer ceux qui sont détenus illégalement”, a-t-il ajouté. “Je ne peux pas diriger un pays en larmes”. Depuis son passage à Butimba, quelque 300 prisonniers ont été libérés de certaines prisons du nord du pays. Surnommé “Tingatinga” (bulldozer en swahili), le président Magufuli a marqué les esprits depuis sa prise de fonctions fin 2015 en se montrant inflexible dans la lutte contre la corruption. Mais son style brutal lui vaut d‘être qualifié d’autocrate et de populiste par ses détracteurs. Des meetings de partis d’opposition ont été interdits, des responsables d’opposition arrêtés, des journaux fermés, et des journalistes et artistes molestés ou menacés de mort pour avoir critiqué la nouvelle administration. Depuis l‘élection de M. Magufuli, la Tanzanie a reculé de la 75e à la 118e place du classement de la liberté de la presse de Reporters sans frontières.  AFPThu, 18 Jul 2019 14:16:42 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/tanzanie-le-president-ordonne-la-decongestion-des-prison/Sénégal : Macky Sall et IBK secourus d'un véhicule en feuhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/senegal-macky-sall-et-ibk-secourus-d-un-vehicule-en-feu/Le président sénégalais Macky Sall et son homologue malien Ibrahim Boubacar Kéita extirpés mercredi d’un véhicule enfumé : une scène incongrue qui fait depuis le tour des réseaux sociaux. Le départ des deux chefs d’Etat pour Nguéniène, où se tenaient les cérémonies d’hommage à Ousmane Tanor Dieng, le secrétaire général du Parti socialiste décédé lundi, aurait pu se dérouler dans la discrétion. Mais c‘était sans compter avec la mauvaise humeur de la voiture qui conduisait les deux dirigeants. À peine étaient-ils entrés à Nguéniène, le village natal du regretté Tanor Dieng, qu’une épaisse colonne de fumée à commencer à se dégager du capot de la voiture. Les raisons de l’incident n’ont pas été clairement élucidées, même si la presse locale évoque un dos d‘âne mal engagé qui aurait provoqué « l‘éclatement du carter et une perte d’huile », croit savoir le site Seneweb. Prompts, les gardes de la sécurité des présidents Sall et Kéita ont précipité ces derniers hors du véhicule, devant une foule médusée. #Dakar: La voiture du Président Macky_Sall a pris feu. Il a été sauvé de justesse par ses gardes.Vidéo pic.twitter.com/7eV0Dtbh7h— Freddy Tshiyoyo (fredtshiyoyo) July 18, 2019 Finalement, plus de peur que de mal. Les pompiers ont réussi à éteindre le feu, et les présidents Macky et Kéita qui s’en sont indemnes, ont pu regagner le lieu de l’inhumation à bord d’un autre véhicule. Mais, l’affaire, elle, continue d’alimenter la toile qui s’interroge sur les failles dans la sécurité du chef d’Etat sénégalais.Thu, 18 Jul 2019 11:45:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/senegal-macky-sall-et-ibk-secourus-d-un-vehicule-en-feu/Madagascar : "l'Allée des Baobabs", un site prisé par les touristeshttp://fr.africanews.com/2019/07/18/madagascar-l-allee-des-baobabs-un-site-prise-par-les-touristes/Considérée comme l’un des plus beaux espaces naturel d’Afrique, de par son ensemble spectaculaire et imposant, “l’allée des baobabs”, est un groupe de baobabs qui bordent la route de terre entre Morondava et Belon’i dans la région de Menabe dans l’ouest de Madagascar ! Une zone protégée, depuis 2007. Personne ne peut rester insensible à la majestueuse allée des Baobabs, entourée d’une douzaine d’arbres de 30m de hauteur. Vieux de plus de 800 ans, ces Baobabs connus sous le nom de “renaia qui en malgache veut dire “mère de la forêt”, constituent une attraction touristique majeure dans le pays. Ils sont issus des forêts tropicales denses qui ont autrefois prospéré à Madagascar, mais aujourd’hui disparu.Thu, 18 Jul 2019 10:30:52 +0000editorial@africanews.com (Cédric Lyonnel SEHOSSOLO)http://fr.africanews.com/2019/07/18/madagascar-l-allee-des-baobabs-un-site-prise-par-les-touristes/CAN 2019 : le Nigeria prend la troisième placehttp://fr.africanews.com/2019/07/18/can-2019-le-nigeria-prend-la-troisieme-place/Nous commençons à voir un peu plus claire sur le classement des équipes dans cette CAN 2019, pour le sprint final de la compétition. Le Nigeria a terminé troisième de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 après avoir battu la Tunisie 1:0 mercredi soir. Les Super Eagles ont remporté leur troisième place pour la huitième fois dans l’histoire de la CAN grâce à un but d’Odion Ighalo à la troisième minute. Les deux équipes voulaient terminer ce tournoi en beauté après leur décevante défaite en demi-finale contre l’Algérie et le Sénégal, respectivement.Thu, 18 Jul 2019 10:27:10 +0000editorial@africanews.com (Cédric Lyonnel SEHOSSOLO)http://fr.africanews.com/2019/07/18/can-2019-le-nigeria-prend-la-troisieme-place/Congrès de la CAF : Infantino en Egypte, en témoin d'une instance en difficultéhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/congres-de-la-caf-infantino-en-egypte-en-temoin-d-une-instance-en-difficulte/La Confédération africaine de football (CAF) se réunissait en congrès ce jeudi en Egypte, sous le regard du président de la FIFA qui a décidé, fin mai, de mettre sous tutelle l’instance africaine. Une décision inédite dans l’histoire du football mondial. Le congrès de la CAF qui se tient ce jeudi au Caire, à la veille de la finale de la CAN entre le Sénégal et l’Algérie, a une saveur bien particulière. Elle est la première grande réunion de l’organisation depuis que celle-ci est tombée sous administration de la FIFA, instance faîtière du football mondial. Le tour de vis de la FIFA est intervenu quelques jours après que le président de la CAF, Ahmad Ahmad, a été entendu en France par les services de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales pour une affaire de contrat d‘équipementier. Au Caire, où le président de la FIFA Gianni Infantino a fait le déplacemement, l’un des points focaux sera incontestablement l’implémentation de l’accord qui veut que la numéro 2 de l’organisation, Fatma Samoura, assume les fonctions de déléguée générale de la FIFA pour l’Afrique dès le 1er août. Le mandat est censé durer six mois. >>> LIRE AUSSI : Élection à la CAF : Gianni Infantino se défend d’avoir un parti pris Position inconfortable Cette décision, inédite dans l’histoire contemporaine du football, a suscité une vague d’indignation bien que la CAF ait affirmé avoir sollicité de son fait le soutien de la FIFA. Le faisant, l’organisation faîtière du football mondial espérait sans doute lancer un avertissement ferme contre toute tentative de souiller le football de la corruption. Un engagement sur lequel est bâti le mandat du président Infantino. C’est surtout que ce dernier est dans une position inconfortable face aux scandales de corruption dans lesquels est cité le président de la CAF, à qui il est soupçonné d’avoir apporté un discret soutien lors du renouvellement des instances de la confédération africaine en 2017. Mais pour les détracteurs de la mise sous tutelle de la CAF, dont l’ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, il s’agit d’un écart non-tolérable. « Cela peut être considéré comme un nouvel aspect du colonialisme », a taclé le Suisse dans un communiqué transmis à la BBC. « L’intervention directe de la FIFA à la CAF et l’envoi de Mme Samoura comme une sorte de ‘superviseur’ passent outre les statuts de la FIFA. Pour rappel, les confédérations ne sont pas membres de la FIFA. Seules les fédérations nationales le sont », a-t-il expliqué.Thu, 18 Jul 2019 10:26:00 +0000editorial@africanews.com (Carole KOUASSI)http://fr.africanews.com/2019/07/18/congres-de-la-caf-infantino-en-egypte-en-temoin-d-une-instance-en-difficulte/Ebola : risque de contamination au Rwanda après la présence suspecte d'un cas dans le payshttp://fr.africanews.com/2019/07/18/ebola-risque-de-contamination-au-rwanda-apres-la-presence-suspecte-d-un-cas/La maladie à virus Ebola s’est-elle trouvé un nouveau nid au Rwanda ? Un rapport du ministère ougandais de la Santé publié jeudi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur une possible transmission du virus au Rwanda où un nouveau cas se serait rendu. La victime, une poissonnière est décédée lundi du virus Ebola en République démocratique du Congo. Mais avant, le 11 juillet, elle avait été aperçue en train de vomir à plusieurs reprises dans un marché du district ougandais de Kasese, frontalier de la RDC. À son départ de l’Ouganda, la victime est soupçonnée d‘être allée à Goma, avant de se rendre à Gisenyi, une localité du Rwanda, détaille le rapport des autorités sanitaires ougandaises. Jusque-là, le Rwanda n’a enregistré aucun cas d’Ebola. Toutefois, le cas diagnostiqué dimanche après-midi à Goma, frontalière du Rwanda et de l’Ouganda – a provoqué un électrochoc car amplifiant les risques de dissémination de la maladie dans la région. Mercredi, l’Organisation mondiale de la santé a élevé au rang « d’urgence sanitaire » mondiale la maladie à virus Ebola qui en est à sa dixième épidémie en République démocratique du Congo. La maladie, déclarée le 1er août dernier dans le Nord-Kivu a déjà tué 1 668 personnes.Thu, 18 Jul 2019 10:24:00 +0000editorial@africanews.com (Carole KOUASSI)http://fr.africanews.com/2019/07/18/ebola-risque-de-contamination-au-rwanda-apres-la-presence-suspecte-d-un-cas/CAN 2019 : retour sur le parcours de l’Algérie [Vidéo]http://fr.africanews.com/2019/07/18/can-2019-retour-sur-le-parcours-de-lalgerie-en-egypte-video/L’Algérie court après un second titre 29 ans après un succès face au Nigeria (1 – 0). Avec son parcours sans faute dans cette compétition, c’est sur cette casquette que Riyad Mahrez et ses coéquipiers défieront ce vendredi 19 juillet à 19 heures TU, au stade international du Caire le Sénégal en finale de la 32e Coupe d’Afrique des Nations. Les deux nations étaient logées dans le même groupe au début du tournoi. Et c’est l’Algérie qui avait pris l’avance sur la troupe à Sadio Mané (1 – 0) lors de leur deuxième sortie dans ce tournoi. À quelques jours de ce duel, retour sur le parcours de l’équipe algérienne dans cette CAN 2019. Cliquez sur la vidéo ci-dessus ! Crédit photos : ReutersThu, 18 Jul 2019 09:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/can-2019-retour-sur-le-parcours-de-lalgerie-en-egypte-video/Afrique du Sud : jugé trop insistant, l'interrogatoire de Zuma suspenduhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/afrique-du-sud-juge-trop-insistant-l-interrogatoire-de-zuma-suspendu/La commission sud-africaine qui enquête sur la corruption d’Etat qui gangrène le pays a suspendu l’audition de son témoin numéro 1, l’ancien président Jacob Zuma. L’enquête qui reprend vendredi porte sur des allégations selon lesquelles Zuma aurait permis à des ‘‘copains’‘ de piller les ressources de l‘État et d’influencer les nominations à des postes de direction au cours de ses neuf années au pouvoir. “Nous suspendons les débats jusqu‘à vendredi matin (...) de façon à ce que les avocats des deux parties trouvent un accord”, a annoncé le président de la commission, le juge Raymond Zondo, à l’issue d’un énième incident de séance. Les avocats de Zuma ont soutenu que les avocats de l’enquête ne devraient pas contre-interroger l’ancien président parce qu’ils affirment que les témoignages d’autres témoins n’impliquent pas directement leur client dans la corruption et la fraude. “J’ai l’impression que mon client a été amené ici sous de faux prétextes, et maintenant j’ai besoin qu’il décide s’il veut être contre-interrogé, car c’est clair, c’est juste confirmé, il est contre-interrogé. “ À expliqué Muzi Sikhakhane, l’avocat de Jacob Zuma. >>> LIRE AUSSI : Afrique du Sud : Jacob Zuma se dit victime de menaces de mort Zuma témoigne depuis lundi devant la commission, chargée de faire la lumière sur les nombreux scandales qui ont éclaboussé sa présidence (2009-2018) et l’ont contraint à la démission il y a un an et demi. Lundi, l’ancien président, qui bénéficie toujours d’un soutien important dans les zones rurales et dans sa province natale du KwaZulu-Natal, a déclaré avoir été victime d’un complot vieux de plusieurs décennies de la part d’ennemis au pays et à l‘étranger qui veulent se débarrasser de lui. Selon les analystes, les efforts du successeur de Zuma, Cyril Ramaphosa, pour assainir la politique pourraient être affectés si l’enquête ne parvient pas à établir des preuves solides contre l’ex-chef de l’Etat. Son témoignage doit reprendre vendredi matin, si un accord a été trouvé d’ici là sur ses modalités. AFPThu, 18 Jul 2019 08:29:04 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/afrique-du-sud-juge-trop-insistant-l-interrogatoire-de-zuma-suspendu/Football : Eto'o et Drogba font leur entrée officielle à la CAFhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/football-eto-o-et-drogba-font-leur-entree-officielle-a-la-caf/Le président de la Confédération africaine (CAF) Ahmad Ahmad a annoncé jeudi que les anciennes gloires Samuel Eto’o et Didier Drogba allaient devenir ses collaborateurs officiels, lors de l’assemblée générale de l’instance contestée, au Caire. “Je m’excuse auprès du comité exécutif que je n’ai pas encore prévenu, car c’est très personnel. C’est le président qui a choisi que Samuel Eto’o et Didier Drogba soient ses collaborateurs les plus proches à partir de maintenant”, a déclaré le Malgache, en parlant de lui à la 3e personne. “Ils occuperont des fonctions officielles”, a-t-il poursuivi, sans plus de précisions. Le Camerounais Eto’o, deux fois champion d’Afrique (2000, 2002), et l’Ivoirien Drogba font partie des ambassadeurs choisis par la CAF pour la Coupe d’Afrique des nations dont la finale opposera le Sénégal et l’Algérie vendredi au Caire. L’organisation, qui tient sa 41e assemblée générale, traverse une période difficile qui a conduit à la nomination, contestée, en juin de la N.2 de la Fifa Fatma Samoura pour chapeauter son fonctionnement à partir du 1er août, et pour un mandat de six mois renouvelable. AFPThu, 18 Jul 2019 08:29:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/football-eto-o-et-drogba-font-leur-entree-officielle-a-la-caf/RDC – insécurité : deux morts à Goma dans des actes de banditismehttp://fr.africanews.com/2019/07/18/drc-insecurite-deux-morts-dans-des-actes-de-banditisme/En plus du virus Ebola, les citoyens de la ville de Goma dans l’est de la République démocratique du Congo sont confrontés à l’insécurité. Au moins deux personnes ont été tuées par des bandits mardi soir, à la suite d’un enlèvement qui a mal tourné. Ces derniers prenaient part à une cérémonie funèbre d’une des victimes de la fièvre hémorragique. Un acte qui a soulevé la colère des centaines de personnes qui ont manifesté mercredi matin. “Nous marchons parce que nous croyons que nous sommes négligés. Des gens meurent, il n’y a toujours pas de solution. Nous avons assigné un poste de police, mais nous nous demandons si c’est pour assurer la sécurité des gens ou quoi ? “, s’interroge un organisateur de l‘événement. “Pourquoi des gens meurent alors qu’il y a un poste de police ? Nous ne voulons plus de ces gens-là. Ils ne font rien pour nous”, a déclaré Jonathan Mumbere, un manifestant et habitant du quartier. Selon la presse locale, tout a commencé par l’enlèvement de deux personnes qui a mal tourné mardi soir dans le quartier de Buhene au nord de la ville. “L’une des victimes a résisté et refusé d‘être emmenée en brousse. L’homme été tué par balle sur-le-champ. Une autre personne se trouvant à côté, voulant savoir de quoi il s’agit, a été aussi assassinée”, a quant à lui indiqué à la presse le commissaire provincial par intérim du Nord-Kivu, Van Kasongo. L’insécurité est un problème récurrent à Goma, avec parfois des actes de barbarie, notamment des enlèvements et tortures d’enfants contre rançons. Dimanche, un premier cas d’Ebola a été diagnostiqué dans le chef-lieu du Nord-Kivu, suscitant l’inquiétude et les appels au calme des autorités dans cette ville d’un à deux millions d’habitants. Le patient est décédé lors de son transfert vers Butembo, l‘épicentre de l‘épidémie à 230 km au nord de Goma. Dès lundi, “37 contacts à haut risque et 40 contacts de contacts du cas confirmé de Goma ont été vaccinés”, a indiqué le ministère de la Santé dans son bulletin quotidien mercredi. “Au total, 97 contacts au sens large ont déjà été listés à ce jour. La vaccination se poursuivra jusqu‘à ce que tous les contacts identifiés aient été vaccinés”, affirme l’autorité sanitaire. AFPThu, 18 Jul 2019 07:22:17 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/drc-insecurite-deux-morts-dans-des-actes-de-banditisme/Violences sexuelles : en Ukraine, les organes génitaux des coupables neutraliséshttp://fr.africanews.com/2019/07/18/violences-sexuelles-en-ukraine-les-organes-genitaux-des-coupables-neutralises/En Ukraine, une nouvelle loi recommande l’anéantissement par des produits chimiques d’organes génitaux contre quiconque sera reconnu coupable de viol ou de pédophilie…. Pour éviter la récidive. Aux grands maux, de grands remèdes. Le grand remède, c’est la castration contre un des grands maux de la société ukrainienne : les violences sexuelles. « Cinq enfants ont été violés dans quatre régions de l’Ukraine… En moins de 24 heures », s’est plaint la semaine dernière Viatcheslav Abroskine, chef de la police nationale. « Et ce sont les crimes que les parents ont signalés à la police en dépit de leur peur et de leur anxiété. Mais difficile de deviner combien de crimes sexuels latents contre les enfants nous avons dans le pays ». Mais statistiques ou pas, le mal est profond. Et il faut l‘éradiquer. « Les pédophiles, les violeurs et autres personnes coupables de violences sexuelles devront subir la castration chimique coercitive », a ajouté M. Abroskine. Il s’agira d’anéantir les fonctions de l’organe reproducteur de manière à dissiper toute envie ou activité libidinale. « Cela implique l’injection forcée de médicaments anti-androgènes constitués de produits chimiques qui devraient réduire la libido et l’activité sexuelle », a rapporté l’agence de presse Ukrinform. Ce qui, espèrent les autorités ukrainiennes, devraient empêcher la récidive. Reste à savoir si les résultats suivront, car tout devrait commencer par la dénonciation. Et ce n’est pas du tout facile, car des victimes craignent des représailles. À l’instar de Daria Lukyanenko, 11 ans, de la région d’Odessa qui a été tuée pour avoir voulu résister à son violeur.Thu, 18 Jul 2019 07:00:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2019/07/18/violences-sexuelles-en-ukraine-les-organes-genitaux-des-coupables-neutralises/RDC – Ebola urgence mondiale : Kinshasa approuve la décision de l'OMShttp://fr.africanews.com/2019/07/18/rdc-ebola-urgence-mondiale-kinshasa-approuve-la-decision-de-l-oms/En RDC, le gouvernement déclare « accepter » la décision de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de déclarer l‘épidémie d’Ebola une urgence mondiale. « Le ministère de la Santé accepte l‘évaluation du comité d’experts », peut-on lire dans un communiqué rendu public mercredi par le ministère de la Santé de RDC. Les experts, ce sont ceux de l’Organisation mondiale de la santé qui avaient publié dans la soirée une décision attribuant à l‘épidémie d’Ebola qui frappe des provinces de l’est, le statut d’urgence sanitaire mondiale. Autrement dit, la situation est « grave, soudaine, inhabituelle ou inattendue », avec des conséquences sanitaires « au-delà des frontières nationales de l‘État touché ». Quitte à « exiger une action internationale immédiate », selon les critères du Règlement sanitaire international. Mais la satisfaction de Kinshasa est tout sauf béate. « Le ministère espère que cette décision n’est pas le résultat des nombreuses pressions de différents groupes de parties prenantes qui voulaient utiliser cette déclaration comme une opportunité pour lever des fonds pour les acteurs humanitaires malgré les conséquences potentiellement néfastes et imprévisibles pour les communautés affectées qui dépendent grandement du commerce transfrontalier pour leur survie », redoutent le ministre de la Santé le Dr Oly Ilunga et ses collaborateurs. Le ministère de la #Santé accepte la décision du comité d’experts internationaux de déclarer l’épidémie d’Ebola en République Démocratique du Congo comme une urgence de santé publique de portée internationale. pic.twitter.com/tXUzhYo2pf— Ministère de la Santé RDC (@MinSanteRDC) 17 juillet 2019 Cette déclaration de l’OMS intervient juste après le décès d’un patient diagnostiqué à Goma, une ville de près de 2 millions d‘âmes située aux frontières ougandaise et rwandaise et dotée d’un aéroport international. D’où la crainte de propagation dans les pays limitrophes, voire plus loin encore. Déclarée en août 2018 à Beni (Nord-Kivu), cette épidémie qui a déjà fait plus de 1600 décès est la dixième qui touche la RDC depuis 1976.Thu, 18 Jul 2019 06:31:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2019/07/18/rdc-ebola-urgence-mondiale-kinshasa-approuve-la-decision-de-l-oms/Cameroun – Crise anglophone : un enlèvement, des questionshttp://fr.africanews.com/2019/07/18/cameroun-crise-anglophone-un-enlevement-des-questions/Au Cameroun, si de nombreux médias se disent unanimes sur l’enlèvement de Me Sang George Ndang, un des avocats défenseurs de leaders séparatistes anglophones, en revanche pas assez de détails sur le ou les auteurs. Moins encore sur le mobile du kidnapping. Le barreau camerounais dans un état de choc. Tout simplement parce que l’un des leurs manque à l’appel depuis hier. C’est en effet dans la matinée de ce mercredi 17 juillet que Me Sang George Ndang a été enlevé à Bamenda, chef-lieu de la région du Nord-ouest anglophone. Sur les sites et réseaux sociaux, la nouvelle continue de se répandre à la vitesse de l‘éclair. «L’un des avocats qui défendaient les dirigeants d’Ambazonia à Yaoundé a été enlevé », rapporte par exemple la page Twitter de la journaliste Mimi Mefo. Selon d’autres sources dont le site cameroon-info.net, le juriste a été kidnappé dans sa résidence et a été conduit à une direction inconnue. Pour sa part, le gouvernement n’a pas encore confirmé ni infirmé l’information. Toutefois, ce rapt soulève deux questions majeures. D’abord l’identité des ravisseurs, car les sources ne disent pas clairement s’il s’agit d‘éléments de la force publique régulière ou des séparatistes anglophones. Ensuite le mobile. Car, aucune revendication pour justifier l’enlèvement du secrétaire général de l’Association des avocats du Nord-Ouest (NOWELA). Lui qui défend des leaders d’un mouvement séparatiste en conflit avec le gouvernement central camerounais dans le cadre de ce qu’on appelle aujourd’hui « crise anglophone ». Une crise née en novembre 2016, lorsque des Camerounais des zones occidentales d’expression anglaise ont commencé à décrier par exemple le déficit infrastructurel et la sous-représentativité dans les institutions. Les dialogues initiés par Yaoundé, les arrestations de leaders de la sécession, les actions militaires ni le plan humanitaire d’urgence ne suffisent pas jusqu’ici à faire baisser la tension. Et trois ans après, la crise anglophone a déjà causé la mort de plus de 1 850 personnes et forcé plus d’un demi-million d’autres à fuir leurs domiciles, selon l’International Crisis Group. Des rapports d’ONG mettent en cause les deux parties en conflit.Thu, 18 Jul 2019 06:00:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2019/07/18/cameroun-crise-anglophone-un-enlevement-des-questions/Arrêt sur images du 17 juillet 2019http://fr.africanews.com/2019/07/18/arret-sur-images-du-17-juillet-2019/Africanews samples the best pictures of the day’s news.Thu, 18 Jul 2019 06:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/arret-sur-images-du-17-juillet-2019/Soudan : l'accord sur le partage du pouvoir[Morning Call]http://fr.africanews.com/2019/07/18/soudan-l-accord-sur-le-partage-du-pouvoirmorning-call/Cependant, des questions restent en suspens. Les contestataires ont réclamé que les responsables de la répression soient jugés.Thu, 18 Jul 2019 05:00:00 +0000editorial@africanews.com (Ruth LAGO)http://fr.africanews.com/2019/07/18/soudan-l-accord-sur-le-partage-du-pouvoirmorning-call/Madagascar : Christine Razanamahasoa revient au perchoir [Morning Call]http://fr.africanews.com/2019/07/18/madagascar-christine-razanamahasoa-revient-au-perchoir-morning-call/La doyenne a fait l’unanimité comme l’explique l’Express-Madagascar.Thu, 18 Jul 2019 05:00:00 +0000editorial@africanews.com (Ruth LAGO)http://fr.africanews.com/2019/07/18/madagascar-christine-razanamahasoa-revient-au-perchoir-morning-call/CAN 2019 : les journalistes visitent les pyramides en Egyptehttp://fr.africanews.com/2019/07/18/can-2019-les-journalistes-visitent-les-pyramides/Ce privilège leur a été offert par la Confédération africaine de football. C’est notre sujet Grand Angle.Thu, 18 Jul 2019 05:00:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/can-2019-les-journalistes-visitent-les-pyramides/Etats-Unis : de la prison à vie pour l'ancien baron de la drogue "El Chapo"http://fr.africanews.com/2019/07/18/etats-unis-de-la-prison-a-vie-pour-l-ancien-baron-de-la-drogue-el-chapo/Condamnation à perpétuité plus une peine symbolique de 30 années de prison supplémentaires, telle est la sentence prononcée par la justice américaine contre le narcotrafiquant mexicain “El Chapo”. Pendant près de 25 ans, Joaquim Guzman alias “El Chapo”, un surnom dû à sa petite taille, a été le chef impitoyable et sanguinaire du cartel de Sinaloa, l’un des plus puissants au monde. Durant les trois mois de procès, l’accusation a démontré qu’il a tué ou ordonné l’assassinat d’au moins 26 personnes et acheminé environ 1200 tonnes de cocaïne aux Etats-Unis. “La condamnation à perpétuité d’aujourd’hui a vraiment un impact profond dans notre pays. C’est la seule peine qui peut être infligée à quelqu’un qui a passé sa vie à empoisonner les rues de notre pays,” a déclaré Ariana Fajardo, procureur dans un district du sud de l’Etat de Floride. “El Chapo” devrait purger sa peine à l’Administrative Maximum Facility, un pénitencier de Florence dans le Colorado surnommé l’“Alcatraz des Rocheuses”. Cet établissement est considéré comme la prison la plus sûre des Etats-Unis. Les avocats de l’ancien baron de la drogue ont annoncé qu’ils feront appel de cette condamnation.Wed, 17 Jul 2019 22:08:30 +0000editorial@africanews.com (Narcisse NDOUMBE)http://fr.africanews.com/2019/07/18/etats-unis-de-la-prison-a-vie-pour-l-ancien-baron-de-la-drogue-el-chapo/CAN-2019 : la consolante pour le Nigeria, encore 3ehttp://fr.africanews.com/2019/07/18/can-2019-la-consolante-pour-le-nigeria-encore-3/Au bout d’un match sans rythme, le Nigeria s’est classé troisième de la CAN, pour la 8e fois, en battant 1-0 la Tunisie grâce à un but d’Ighalo lors de la petite finale du tournoi mercredi au Caire. Les Super Eagles ont pris l’avantage après seulement trois minutes de jeu à la suite d’un cafouillage du gardien tunisien Ben Cherifia qui a permis à Odion Ighalo d’inscrire, dans les cages vides, son 5e but de la compétition. A défaut d’avoir un véritable enjeu, la rencontre a eu son intérêt côté “stats”: avec cinq réalisations, Ighalo trône au sommet du classement des buteurs de cette CAN-2019. Moyennant deux longueurs d’avance sur les Algériens Mahrez et Ounas et sur la star du Sénégal Mané, il pourra les observer s’affronter avec un zeste de sérénité en finale vendredi. Un lot de consolation pour Ighalo après son élimination douloureuse à la dernière minute en demi-finale à cause d’un coup franc chirurgical de… Mahrez. Expert ès consolations, le Nigeria prolongé une série aussi insensée qu’accessoire en remportant mercredi sa 7e consolante en sept petites finales de CAN disputées -en 1976 les Super Eagles s‘étaient classés 3e à l’issue d’une poule finale et non d’une phase à élimination directe. La Tunisie, décidément pas vernie avec ses gardiens après le coûteux dégagement raté d’Hassen dans la prolongation de la demi-finale, a passé l’obstacle des quarts mais rentre bredouille. AFPWed, 17 Jul 2019 22:02:22 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/18/can-2019-la-consolante-pour-le-nigeria-encore-3/Zambie : Kondola Copper Mines attire des investisseurshttp://fr.africanews.com/2019/07/18/zambie-kondola-copper-mines-attire-des-investisseurs/Neuf entreprises sont dans les starting-blocks pour reprendre la Kondola Copper Mines, KCM, la principale compagnie minière de Zambie, dont la liquidation a été prononcée en mai par la justice. L’annonce a été faite mercredi à Lusaka la capitale par le ministre zambien des Mines Richard Musukwa. Des entreprises australienne, canadienne, chinoise, russe et turque notamment ont fait part de leur intérêt. Un audit préalable de ces potentiels repreneurs est en cours et un appel d’offres sera lancé dans les prochaines semaines selon M. Musukwa. Cette mise en vente de Kondola Copper Mines est la conséquence du conflit qui oppose ses deux actionnaires, le groupe indien Vedanta Ressources, détenteur de 79,4% des parts et l’Etat zambien qui détient 20,6% de la compagnie. Ce dernier reproche à son partenaire d’avoir violé le code minier et de n’avoir pas payé tous ses impôts. Une réforme fiscale du chef de l’Etat zambien est à l’origine de ce conflit. Vedanta Resources a engagé des procédures judiciaires en Afrique du Sud et en Zambie pour empêcher le démantèlement de KCM. Un tribunal sud-africain rendra sa décision le 23 juillet prochain.Wed, 17 Jul 2019 22:00:21 +0000editorial@africanews.com (Narcisse NDOUMBE)http://fr.africanews.com/2019/07/18/zambie-kondola-copper-mines-attire-des-investisseurs/RDC : Ebola est une "urgence de santé publique de portée internationale" (OMS)http://fr.africanews.com/2019/07/17/ebola-est-une-urgence-de-sante-publique-de-portee-internationale-oms/L‘épidémie d’Ebola qui frappe la République démocratique du Congo est désormais déclarée urgence de santé publique de portée internationale par l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé. Une décision motivée par la récente évolution de la situation sur le terrain. Un cas positif a été découvert à Goma, une ville carrefour de près de 2 millions d’habitants située à l’Est du pays, à la frontière avec le Rwanda. Une femme congolaise a également traversé la frontière ougandaise pour acheter du poisson au marché de Mpondwe. “Bien qu’il n’y ait pas encore de preuve de transmission locale à Goma ou en Ouganda, ces deux événements représentent une expansion géographique préoccupante du virus. En raison de cette crainte d’une propagation éventuelle, le comité a recommandé que je déclare l‘éclosion d’une urgence de santé publique de portée internationale, et j’ai accepté cet avis,” a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Directeur général de l’OMS. C’est la 5e fois que l’OMS décrète une urgence de santé publique de portée internationale. L‘épidémie actuelle d’Ebola en RDC est la 10e depuis 1976. Elle a déjà fait 1673 morts, soit plus de 2/3 des cas positifs diagnostiqués.Wed, 17 Jul 2019 21:54:51 +0000editorial@africanews.com (Narcisse NDOUMBE)http://fr.africanews.com/2019/07/17/ebola-est-une-urgence-de-sante-publique-de-portee-internationale-oms/Ebola en RDC : l'état d'"urgence" sanitaire mondiale est déclaréhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/l-oms-declare-ebola-une-urgence-sanitaire-mondiale/L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a élevé mercredi l‘épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d’“urgence” sanitaire mondiale, trois jours après l’apparition d’un premier cas dans une ville frontalière de l’est de la République démocratique du Congo. Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé à la communauté internationale de “redoubler d’efforts” : “Nous avons besoin de travailler ensemble avec la RDC pour en finir avec cette épidémie et construire un meilleur système de santé”. Sa déclaration intervient alors que l‘épidémie a déjà tué 1.668 personnes dans les zones reculées et conflictuelles du Nord-Kivu en près d’un an depuis le 1er août dernier. C’est la quatrième fois que l’OMS active sa procédure d’urgence sanitaire internationale depuis 2009 – dont une fois en 2014 pour la grande épidémie d’Ebola qui a tué 11.000 personnes en Afrique de l’Ouest. Cette procédure signifie que la situation est “grave, soudaine, inhabituelle ou inattendue”, avec des conséquences sanitaires “au-delà des frontières nationales de l‘État touché”, ce qui “peut exiger une action internationale immédiate”, selon les critères du Règlement sanitaire international. Electro-choc Le cas diagnostiqué à Goma dimanche après-midi a provoqué un nouvel électro-choc chez les “acteurs” de la riposte anti-Ebola, confrontés depuis un an à de nombreux défis (résistance d’une partie de la population, violences armées). Peuplée d’un à deux millions d’habitants, posée à la frontière avec le Rwanda et voisine de l’Ouganda, Goma est un carrefour dans cette région en crise depuis 25 ans. La ville dispose de liaisons aériennes avec l’Ouganda, l’Ethiopie et Kinshasa. Le patient de Goma est décédé depuis mais se pose désormais la question du nombre de contacts qu’il a pu avoir à partir du moment où il a développé les premiers symptômes. La plupart ont été vaccinés, assurent les autorités sanitaires. “Le risque de dissémination d’Ebola dans la région reste élevé, mais il reste faible en dehors”, a ajouté le Dr Tedros. L’urgence sanitaire avait été envisagée en juin quand l‘épidémie avait débordé sur l’Ouganda voisin, avec le décès de deux patients. Mercredi soir, les autorités ougandaises recherchent des personnes qui ont été en contact avec un cas confirmé d’Ebola originaire de la RDC. “Décédé depuis lundi dernier dans un centre spécialisé à Beni, ce malade avait manifesté des symptômes d’Ebola depuis son séjour à Kasese, district de l’Ouganda frontalier avec la RDC”, précise un communiqué des autorités ougandaises et de l’OMS. Le virus se transmet à l‘être humain par contact soit avec des animaux infectés (en général en les dépeçant, en les cuisant ou en les mangeant), soit avec des fluides biologiques de personnes infectées. Pas une excuse L’OMS a précisé que la déclaration d’urgence sanitaire mondiale ne devait pas être une “excuse pour imposer des restrictions au commerce et aux déplacements qui auraient un impact négatif sur la réponse (sanitaire) et sur la vie de la population dans la région”, a souligné le Professeur Robert Steffen, chef du Comité d’urgence de l’OMS. “Nous devons changer de méthode” dans la riposte anti-Ebola, a réagi Médecins sans frontière (MSF) dans un communiqué. “Dans un contexte où la recherche des cas contacts n’est pas totalement efficace et où toutes les personnes affectées ne sont pas atteintes, une approche de plus grande envergure est indispensable pour la prévention de l’épidémie”, ajoute MSF. MSF avait annoncé le retrait de ses équipes début mars de Beni et Butembo, les principaux foyers de l‘épidémie, après des attaques armés contre des Centres de traitement d’Ebola (CTE). Les experts réunis à Genève depuis mercredi midi ont également exprimé leur “déception au sujet des retards dans le financement” de l’aide. Le Comité a notamment reconnu qu’il y avait une pénurie de vaccins jugés efficaces pour contrecarrer l‘épidémie. Il a recommandé à l’OMS de demander un effort aux Etats et aux laboratoires.  C’est la grande différence avec les précédentes épidémies: 163.533 personnes ont été vaccinées, selon le ministère de la Santé, qui précise chaque jour que “le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck”. L‘épidémie actuelle est la dixième depuis 1976 en RDC et la deuxième plus grave dans l’histoire d’Ebola, après l‘épidémie qui a frappé l’Afrique de l’Ouest en 2014-2016. >>> LIRE AUSSI : Ebola en RDC : le patient diagnostiqué à Goma est décédé >>> LIRE AUSSI : Ebola en RDC : peur sur la ville et branle-bas de combat à Goma >>> LIRE AUSSI : RDC : assassinat de deux responsables communautaires de la prévention anti-Ebola AFPWed, 17 Jul 2019 17:47:03 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/l-oms-declare-ebola-une-urgence-sanitaire-mondiale/Centrafrique : trois mouvements rebelles désarment dans l'ouest (Minusca)http://fr.africanews.com/2019/07/17/centrafrique-trois-mouvements-rebelles-desarment-dans-l-ouest-minusca/Les combattants de trois groupes armés ont déposé les armes dans l’ouest du pays, ont annoncé mercredi les représentants de la mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca). Ce désarmement intervient dans le cadre du programme DDRR, “désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement”, lancé en décembre 2018 par les autorités. Il vise à désarmer les combattants des quatorze groupes armés signataires de l’accord de paix, conclu avec le gouvernement début février. Les éléments du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) éligibles au DDRR “ont été complètement désarmés”, a déclaré Kenneth Gluck, représentant spécial adjoint de la Minusca. Les combattants du mouvement Révolution et justice, ainsi que ceux des UFR-anti-balakas, ont également rendu les armes, a ajouté Kenneth Gluck. “En tout, plus de 450 combattants ont été désarmés dans la préfecture de la Nana-Mambéré” (ouest du pays), a-t-il détaillé. Le DDRR ne concerne pas la totalité des hommes en armes présents dans la région. Seuls ceux équipés d’une arme de guerre sont qualifiés pour le DDRR. Dans un pays où nombre de ces miliciens sont équipés d’armes de chasse, “il existe un décalage entre la liste de présumés combattants et le nombre de combattants désarmés”, a précisé Kenneth Gluck. Par ailleurs, le décompte des combattants s’appuie sur des listes fournies par les groupes armés. “Nous devons les croire sur parole, mais nous allons vérifier sur le terrain”, a indiqué le commandant de la force onusienne Balla Keita. A ce jour, cinq groupes armés ont pris part au DDRR. Le mouvement 3R, responsable du massacre de Paoua (nord ouest) le 22 mai, est actuellement en cours de désarmement selon la Minusca. La majorité des 14 groupes signataires de l’accord de paix de Khartoum n’ont toutefois pas encore désarmé leurs troupes. Cet accord est le huitième conclu depuis 2013. La situation sécuritaire reste particulièrement fragile dans ce pays déchiré par la guerre, qui a forcé près d’un quart des 4,5 millions d’habitants à fuir leur domicile. AFPWed, 17 Jul 2019 17:04:03 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/centrafrique-trois-mouvements-rebelles-desarment-dans-l-ouest-minusca/CAN 2019 : retour sur le parcours du Sénégal [Vidéo]http://fr.africanews.com/2019/07/17/can-2019-retour-sur-le-parcours-du-senegal-en-egypte-video/Les Lions de la Teranga rêvent de leur premier sacre dans la compétition après la finale manqué face au Cameroun en 2002. Le Sénégal affrontera vendredi 19 juillet à 19 heures TU, au stade international du Caire l’Algérie en finale de la 32e Coupe d’Afrique des Nations. Pour arriver à cette étape de la compétition, le Sénégal de Sadio Mané n’a perdu qu’un seul match dans cette compétition face à son adversaire de la finale – l’Algérie de Riyad Mahrez. Les deux nations étaient natives du même groupe en début du tournoi. Découvrez dans la vidéo ci-dessus le parcours de l’équipe sénégalaise dans cette CAN 2019 ! Crédit photos : ReutersWed, 17 Jul 2019 16:30:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/can-2019-retour-sur-le-parcours-du-senegal-en-egypte-video/La Libye a extradé le frère de l'auteur de l'attentat de Manchester (sécurité)http://fr.africanews.com/2019/07/17/la-libye-a-extrade-le-frere-de-l-auteur-de-l-attentat-de-manchester-securite/La Libye a extradé mercredi le frère de l’auteur de l’attentat suicide de Manchester qui avait fait 22 morts en 2017, a indiqué à l’AFP une source des services de sécurité libyens. Hashem Abedi “est dans l’avion en route vers la Grande-Bretagne. Il a été remis aux services de l’ambassade britannique à l’aéroport de Mitiga (près de Tripoli), conformément à une décision de la justice libyenne et à la demande des autorités britanniques”, a dit Ahmed Ben Salem, porte-parole de la Force de Radaa, un groupe armé qui détenait l’accusé et qui fait office de police dans la capitale libyenne. Hashem Abedi avait été arrêté à Tripoli quelques jours après l’attaque sanglante commise par son frère en Grande-Bretagne. Interrogé par l’AFP, un porte-parole de la police du Grand Manchester n’a pas confirmé l’extradition du frère de Salman Abedi, auteur de l’attentat qui avait fait 22 morts.  “Nous attendons toujours le résultat de la demande d’extradition du service chargé des poursuites pénales au Royaume-Uni” (parquet), a-t-il déclaré. Les procédures sont “en cours” et nous remercions les autorités libyennes d’avoir examiné notre demande (...)”, a-t-ila jouté sans fournir plus de détails. “Suffisamment de preuves” La Force de Radaa (dissuasion) loyale au Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU, avait arrêté le frère et le père de Salman Abedi quelques jours après l’attentat. Le père avait été libéré quelques semaines plus tard.  Cette force avait alors indiqué alors que Hashem Abedi avait “admis qu’il se trouvait en Grande-Bretagne durant la période de préparation de l’attentat” et qu’il était “pleinement au courant des détails de cette opération terroriste”. La police du Grand Manchester avait affirmé de son côté avoir recueilli suffisamment de preuves pour demander et obtenir un mandat d’arrêt contre Hashem Abedi. D’habitude, la Libye n’extrade pas ses ressortissants. Le kamikaze, Salman Abedi, avait fait exploser sa bombe à la sortie d’une immense salle de concert dans laquelle venait de se produire la chanteuse américaine Ariana Grande. Vingt-deux personnes avaient été tuées dont sept enfants. Une centaine de personnes avaient été blessées. Salman Abedi, un Britannique de 22 ans d’origine libyenne, se serait rendu en Libye à la veille de cet attentat. La Force de Radaa est formée essentiellement de salafistes (non jihadistes), principalement basés à l’est de la capitale. Elle fait office de police à Tripoli et pourchasse à la fois les trafiquants (de drogue, d’alcool) et les personnes soupçonnées d’appartenir aux groupes jihadistes. AFPWed, 17 Jul 2019 14:22:44 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/la-libye-a-extrade-le-frere-de-l-auteur-de-l-attentat-de-manchester-securite/Football : la Ligue des champions africaine change de format en 2020http://fr.africanews.com/2019/07/17/football-la-ligue-des-champions-africaine-change-de-format-en-2020/La finale de la Ligue des champions africaine, dont le format en manches aller et retour a provoqué la polémique fin mai, se jouera sur un seul match et sur terrain neutre à partir de 2020, a décidé mercredi le comité exécutif de la CAF, réuni au Caire. Les dirigeants du football continental ont pris la même décision pour la Coupe de la confédération, l‘équivalent de la C3, qui respectait le même système que la C1 depuis sa création en 2004. Un appel d’offres sera lancé pour désigner les villes hôtes de ces rencontres, selon une source proche de l’organisation. Le changement de format répond à la polémique née de la dernière finale de la Ligue des champions qui a écorné l’image du foot africain. >>> LIRE AUSSI : CAF : la finale retour de la ligue des champions sera rejouée sur terrain neutre après la CAN Son sort est toujours en suspens, depuis que le Wydad Casablanca a décidé de quitter la pelouse en plein match retour, sur la pelouse de l’ES Tunis, pour protester contre la panne de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR). Alors qu’elle avait en premier lieu entériné le sacre des Tunisiens, la CAF a choisi début juin de rejouer ce match sur terrain neutre, à une date encore à déterminer. Les deux clubs ont saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS), qui doit rendre sa décision d’ici le 31 juillet. La CAF réunit son congrès jeudi au Caire, à la veille de la finale de la CAN opposant l’Algérie au Sénégal. AFPWed, 17 Jul 2019 13:51:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/football-la-ligue-des-champions-africaine-change-de-format-en-2020/L'Afrique du Sud rend hommage à son "Zoulou blanc" Johnny Clegghttp://fr.africanews.com/2019/07/17/l-afrique-du-sud-rend-hommage-a-son-zoulou-blanc-johnny-clegg/De son président au simple citoyen, l’Afrique du Sud a rendu hommage mercredi à son “Zoulou blanc”, le chanteur Johnny Clegg décédé à 66 ans, en louant son rôle dans la lutte contre l’apartheid et la réconciliation entre les races. “Une voix adorée, source d’inspiration et héroïque s’est tue et nous prive d’un compatriote exceptionnel et d’une icône de la cohésion sociale et de l’antiracisme”, a salué avec emphase le chef de l’Etat, Cyril Ramaphosa. “Johnny Clegg vivra toujours dans nos cœurs et dans nos foyers”. Johnny Clegg est décédé mardi à son domicile de Johannesburg des suites d’un cancer du pancréas. Né en Grande-Bretagne, Johnny Clegg avait puisé dans la culture zoulou son inspiration pour concevoir une musique mêlant rythmes africains et pop occidentale, défiant ouvertement le régime de l’apartheid. Son album “Scatterlings of Africa” en 1982 l’avait propulsé en tête des hit-parades en Grande-Bretagne et en France. Un de ses plus grands tubes planétaires, “Asimbonanga” (“Nous ne l’avons pas vu”, en langue zoulou), est dédié à Nelson Mandela, le héros de la lutte anti-apartheid. La Fondation qui perpétue l’héritage du premier président noir du pays a rendu hommage mercredi à “l’icône de la musique et au combattant de la liberté”. “Nous continuerons à chanter Asimbonanga et nous continuerons à œuvrer pour le pays de ses rêves”, a-t-elle écrit sur son compte Twitter. “Il était juste un don de Dieu”, a renchéri, ému, Sipho Mchunu, avec lequel Johnny Clegg avait fondé, à 17 ans, son premier groupe baptisé “Juluka”. “Il était plus qu’un frère (...), j’ai le cœur brisé”, a ajouté le musicien sur la radio d’information 702. “Un exemple pour le pays” De nombreux Sud-Africains ont joint leur voix à ces hommages, dans un pays toujours agité de vives tensions raciales un quart de siècle après la chute du régime raciste blanc. “Si vous pensez que Johnny Clegg était juste un gars blanc qui parlait zoulou, vous n’avez rien compris à ce qu’il a fait pour la culture et à toutes les portes qu’il a ouvertes aux artistes”, a tweeté l’un de ses admirateurs, Thabane Ndamase-Thabethe. “Il est d’abord et surtout tragique de perdre un tel artiste et un tel exemple pour notre pays”, a réagi à l’AFP un musicien du Cap, Stefan Ehrenreich, “son style de musique qui mélangeait les races et les cultures était absolument unique”. “Sa musique traversait les cultures (...), il a été arrêté à plusieurs reprises”, a également rappelé à l’AFP un homme d’affaires de la même ville du Cap, Andre Ford, “mais cela ne l’a pas empêché de continuer et de faire tomber les barrières de l’apartheid”. Les hommages au “Zoulou blanc” se sont élargis à tout le continent africain et en Europe. La star sénégalaise Youssou N’Dour qui, comme lui, a ouvert la pop internationale aux sonorités africaines, a ainsi rappelé qu’il avait  “marqué à jamais le monde par sa lutte anti-apartheid très audacieuse”. “Nous lui serons éternellement reconnaissants pour sa chanson Asimbonanga”, a-t-il ajouté. Moussa Soumbounou, le directeur général de Universal Music Africa, a salué “l’un des symboles de la réconciliation post-apartheid en Afrique du Sud”. “Au-delà de l’immense talent qui était le sien, il a cristallisé et accompagné la sortie de cette période délicate de l’histoire africaine”. “Quelle tristesse… une part de nos combats et de nos engagements de jeunesse s’en vont avec lui”, a tweeté pour sa part l’ex-Premier ministre socialiste français Manuel Valls. Un hommage public à l’artiste doit être organisé en Afrique du Sud à une date à préciser, a fait savoir son manager Roddy Quin. Ses obsèques seront elles célébrées dans la plus stricte intimité. AFPWed, 17 Jul 2019 13:30:33 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/l-afrique-du-sud-rend-hommage-a-son-zoulou-blanc-johnny-clegg/Le périlleux périple d'un migrant vers les États-Unishttp://fr.africanews.com/2019/07/17/un-migrant-evoque-son-periple-pour-les-usa/Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais. Tel pourrait être le credo de Blaise Matshieba Nduluyele, un citoyen de la République démocratique du Congo récemment immigré aux États-Unis d’Amérique. Après avoir traversé l’Amérique du Sud, le jeune homme et sa famille ont franchi la frontière des USA. Au regard des difficultés qu’il dit avoir rencontré sur le chemin de l’exil, Blaise décourage ses compatriotes qui rêvent de la même aventure de suivre ses traces. “Franchement, je ne conseillerais à personne de prendre cette voie, prévient Blaise. C‘était mauvais et dangereux. Moi, personnellement, je ne dirais à aucun membre de ma famille de prendre cette voie.” Les États-Unis comme refuge Le chemin pour rejoindre les États-Unis à travers l’Amérique du Sud paraît plus sûr pour de nombreux migrants comme Blaise Matshieba. Mais la réalité l’a vite rattrapé. Rapidement à court d’argent, lui, sa femme et ses trois enfants ont dû passer des nuits dehors sur la route ou dans la jungle et ont failli mourir de faim, raconte-t-il. Une prise de risque qu’il tente à présent de justifier. “Quand nous parlons de démocratie, nous voyons l’Amérique. Nous voyons les États-Unis d’Amérique. Moi, je pense qu’aux États-Unis, je peux m’exprimer librement. J’ai toujours eu la sécurité et la protection. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi les États-Unis. Et pour moi, c’est un endroit où je serai protégé avec ma famille”, explique-t-il. Blaise est originaire de Yumbi, une localité où quelque 500 personnes ont été tuées l’année dernière. Sa famille et lui ont été accueilli dans l‘État du Texas. Ils doivent à présent déposer une demande d’asile et convaincre l’administration pour avoir le droit de rester aux États-Unis.Wed, 17 Jul 2019 13:12:00 +0000editorial@africanews.com (William Bayiha)http://fr.africanews.com/2019/07/17/un-migrant-evoque-son-periple-pour-les-usa/Burkina : éclosion d'un talent musical en prisonhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/burkina-eclosion-d-un-talent-musical-en-prison/La musique n’a pas de frontière et elle traverse même les barreaux de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou, plus connue comme la MACO. Derrière cette porte, se trouve Roland Tapsoba alias Rolbi. Dans ce centre pénitentiaire surpeuplé, l’artiste de 27 ans qui purge une peine de 5 ans de prison n’hésite pas à écrire des chansons et ses codétenus l’aident à faire les chœurs. Ses chansons, des morceaux de reggae et de rap, il les interprète en moré et en français. Tapsoba a redécouvert son amour pour la musique pendant les leçons hebdomadaires dispensées en prison dans le cadre d’un programme de réhabilitation. “C’est normal quand vous faites quelque chose de mauvais de finir en prison. Mais je pense qu’il faut préparer sa sortie. J’ai déjà atteint mon objectif et je cherche toujours ce que je pourrais faire pour que même après la prison, je puisse continuer et pourquoi pas supporter mes codétenus”, explique Tapsoba. Karim Ouedraogo est professeur de musique à la prison. C’est lors d’une classe qu’il a découvert le talent du détenu. “Je pense avoir découvert un talent caché, dit-il. Je l’ai approché et nous avons parlé. Il a accepté. Donc je lui ai donné une guitare. Il la joue souvent et crée ses propres compositions. Vous l’avez vu. Il joue immédiatement avec ses camarades prisonniers. Et je pense que c’est magnifique pour lui et aussi pour nous”. >>> LIRE AUSSI : Des danseurs urbains du Sénégal immortalisés dans un film documentaire envoûtant Enthousiasme et accompagnement Avec une guitare, un piano et un ordinateur portable rudimentaire calibré par l’artiste et ingénieur de son Imam Kéita, Tapsoba a réussi à enregistrer quelques-unes de ses chansons dans la cour de la prison. Sa chanson “Bayiri Dem” et “Kombibissi” qui invite les jeunes au travail a reçu un accueil particulièrement enthousiaste auprès des mélomanes. “J’ai entendu qu’il avait fait tout ça en prison, se confie Malachi Ouédraogo, un habitant de Ouagadougou. Nous pensons que le message dans son album éveille effectivement la conscience. En tant que Mossi, j’aime vraiment écouter la chanson + Kombibissi +. Quand je l‘écoute, ça me touche”. L’accueil des institutions est tout aussi enthousiaste. La société de droits d’auteur du Burkina Faso, la BBDA a décidé de sponsoriser et d’accompagner la distribution de l’album de Tabsoba en guise d’encouragement. >>> LIRE AUSSI : Nigeria : le pidgin chanté pour la toute première fois à l’opéraWed, 17 Jul 2019 12:30:00 +0000editorial@africanews.com (William Bayiha)http://fr.africanews.com/2019/07/17/burkina-eclosion-d-un-talent-musical-en-prison/Ebola : le Soudan du sud en alertehttp://fr.africanews.com/2019/07/17/ebola-le-soudan-du-sud-en-alerte/Le soudan du sud est potentiellement exposé à l‘épidémie à fièvre hémorragique ebola; Il partage une longue frontière avec la République Démocratique du Congo où la maladie sévit depuis plusieurs mois. Avec l’aide des partenaires et “ pays amis”, le soudan du sud sensibilise les populations aux bonnes pratiques.Wed, 17 Jul 2019 11:52:00 +0000editorial@africanews.com (Jean David MIHAMLE)http://fr.africanews.com/2019/07/17/ebola-le-soudan-du-sud-en-alerte/Vente du cacao : Ivoiriens et Ghanéens reculenthttp://fr.africanews.com/2019/07/17/vente-du-cacao-ivoiriens-et-ghaneens-reculent/La suspension de la vente de cacao décidée par la Côte d’Ivoire et le Ghana – tous deux 60 % de la production mondiale de cacao, n’aura duré qu‘à peine un mois. Les deux pays ont décidé de lever la mesure ce mardi 16 juillet. La décision est contenue dans un communiqué conjoint, parvenu à l’AFP; signé du directeur général du Conseil Café-Cacao de Côte d’Ivoire Yves Kone-Brahima et le chef exécutif du Ghana Cocoa Board, Hon Joseph Boahen Aidoo. Le 12 juin la Côte d’Ivoire et le Ghana avaient décidé de suspendre leur vente de cacao; afin de faire remonter les cours. L’objectif était d’obtenir une meilleure rémunération des cultivateurs. Et ce grâce à l’instauration d’un prix d’achat de 400 dollars par tonne de cacao. Mais force est de constater que les planteurs de cacao de Côte d’Ivoire et du Ghana d’après la Banque mondiale, continuent de croupir dans la pauvreté, avec moins de 757 F CFA par jour, à peu près 1,2 dollar.Wed, 17 Jul 2019 11:46:00 +0000editorial@africanews.com (Jean David MIHAMLE)http://fr.africanews.com/2019/07/17/vente-du-cacao-ivoiriens-et-ghaneens-reculent/Beyoncé dévoile les artistes africains qui l'accompagnent sur son nouvel albumhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/voici-les-artistes-africains-qui-figurent-sur-le-nouvel-album-de-beyonce/La semaine dernière, Beyoncé présentait son nouvel album qui accompagne la sortie, vendredi, d’un remake du Roi Lion, intitulé « The Lion King: The Gift ». Pour ce nouveau cru de 14 titres dont quatre chansons solo, la reine de la pop américaine avait annoncé des collaborations avec de nombreux artistes et producteurs africains. « Il était important que la musique soit interprétée non seulement par les artistes les plus intéressants et les plus talentueux, mais également par les meilleurs producteurs africains. Le cœur et l’authenticité étaient importants pour moi », avait déclaré la chanteuse, faisant notamment l’impasse sur l’identité des artistes africains qui l’ont accompagnée. >>> LIRE AUSSI : Beyonce s’essaie au Swahili dans la bande originale du nouveau Roi Lion L’Afrobeat en puissance Le voile vient d‘être levé. Sur l’album, on retrouve notamment les pop stars nigérianes Tiwa Savage et Mr Eazi qui ont posé leur voix sur le titre Keys to the Kingdom. Mr Eazi sera également au côté de ses compatriotes Tekno et Yemi Alade dans la chanson Don’t Jealous Me. Autre artiste nigérian, Burna Boy, a lui, son petit moment d’intimité dans la chanson Ja Ara E. Invité sur le projet, le producteur et artiste camerounais Salatiel partagera la piste avec Beyoncé et Pharell William sur le titre Water. Wizkid du Nigeria, Shatta Wale du Ghana ou encore les Sud-Africains Busiswa et Moonchild Sanely sont par ailleurs invités. Ce projet vient, une nouvelle fois, souligner à souhait la puissance de l’industrie musicale nigériane représentée avec pas moins de six artistes que les neuf africains sollicités. Signe de cette hégémonie, en mai dernier, la chanteuse Tiwa Savage a signé un contrat exclusif avec le ténor de la production musicale mondiale Universal. Elle était la première personnalité de l’industrie africaine du disque à décrocher un tel deal. >>> LIRE AUSSI : Tiwa Savage – Première Africaine à décrocher un contrat mondial avec UniversalWed, 17 Jul 2019 10:01:00 +0000editorial@africanews.com (Carole KOUASSI)http://fr.africanews.com/2019/07/17/voici-les-artistes-africains-qui-figurent-sur-le-nouvel-album-de-beyonce/Canal+ acquiert des activités d'Iroko, géant de Nollywoodhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/canal-acquiert-des-activites-d-iroko-geant-de-nollywood/Canal+ a acquis les activités de production, de distribution et d‘édition de chaînes d’Iroko, un géant nigérian de la VOD dont il était déjà actionnaire minoritaire, a annoncé le groupe lundi. La maison mère de Canal+ Vivendi se renforce ainsi sur le marché en pleine expansion de Nollywood, l’industrie nigériane du cinéma. Le montant de l’opération n’a pas été indiqué. “Cette acquisition, étape clef pour le développement international de Canal+, permet au groupe d‘être présent sur toute la chaîne de valeur de l’industrie Nollywood, et d’acquérir un savoir-faire unique dans la production industrielle de fictions – films, séries et animation – africaines”, souligne-t-il dans un communiqué. La transaction concerne d’abord ROK Studios, premier producteur au Nigeria avec plus de 500 heures par an de nouveaux films et séries. Il est dirigé par la star de Nollywood Mary Njoku, qui s’est félicitée de cette opération sur Instagram et a remercié Canal+ de “croire en la vision de ROK”. L’acquisition concerne aussi la distribution de contenus de Nollywood, et l’édition et la distribution de 4 chaînes (sous la marque ROK) diffusées en Afrique anglophone ainsi qu’en Grande-Bretagne. Canal+ éditait et proposait déjà dans ses offres les chaînes de fiction africaine Nollywood TV et Nollywood Epic. “Nous avons passé le cap des 4 millions d’abonnés en Afrique l’année dernière. Nos nouveaux abonnés, plus populaires, sont extrêmement friands de contenus africains, mais il n’y en a pas beaucoup”, a déclaré à l’AFP le président de Canal+ International Jacques du Puy. L’Afrique, un terrain fertile Avec ce mouvement vers Nollywood, “on investit en amont dans la filière pour devenir un acteur fort dans la création de contenu local”, a t-il ajouté. Avec près de quatre milliards de dollars de revenus et près de 2.000 films produits chaque année, l’industrie cinématographique nigériane a explosé pour devenir la deuxième au monde après Bollywood et devant Hollywood. Fondé par le trentenaire nigérian Jason Njoku en 2010, Iroko a réussi à attirer de nombreux investisseurs, mais a dû repenser son offre en 2016 pour s’adapter à ses consommateurs en créant une application moins gourmande en données. La société Iroko Partners, dirigée par Jason Njoku, continuera de développer l’activité SVOD d’Iroko. Canal+, en déconfiture en France, emploie plus de 1.000 personnes dans une dizaine de filiales en Afrique et voit son nombre d’abonnés y croître de façon exponentielle, avec des offres visant les classes moyennes du continent. AFPWed, 17 Jul 2019 09:01:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/canal-acquiert-des-activites-d-iroko-geant-de-nollywood/Soudan : signature d'un accord entre militaires et chefs de la contestationhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/soudan-signature-d-un-accord-entre-militaires-et-chefs-de-la-contestation/Les généraux au pouvoir au Soudan et les meneurs du mouvement de contestation ont signé mercredi matin un accord entérinant le partage du pouvoir pendant la période transition, après la destitution d’Omar el-Béchir en avril, ont constaté des journalistes de l’AFP. Des discussions doivent encore avoir lieu dans les prochains jours sur les autres points en litige d’un accord trouvé le 5 juillet entre les deux parties, selon la contestation. La “déclaration politique” a été paraphée par les deux camps après une nuit de discussions intenses. A l’issue de la rencontre dans un hôtel de luxe de Khartoum, le numéro 2 du Conseil militaire au pouvoir, Mohamed Hamdan Daglo dit “Hemeidti”, aussi commandant des redoutées Forces de soutien rapide (RSF), a salué un moment “historique”. “Aujourd’hui, nous nous sommes accordés sur la déclaration politique”, a déclaré à l’AFP Ibrahim al-Amin, un des meneurs de la contestation. “Pour le document constitutionnel, nous reprendrons les négociations vendredi”, a-t-il poursuivi. Cet accord constitue un premier pas vers un gouvernement civil, réclamé par les Soudanais depuis près de sept mois. Il prévoit la création d’un “conseil souverain”, instance de transition chargée de gérer la transition pendant un peu plus de trois ans. >>> LIRE AUSSI : Soudan : 16 soldats arrêtés après « une tentative de coup d’Etat » – pouvoir militaire Partage de pouvoir Ce conseil, qui repose sur le principe du partage des pouvoirs, sera composé de cinq militaires et six civils, dont cinq issus de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation. Les militaires présideront cette instance pendant les premiers 21 mois de la transition, les civils prendront ensuite la relève pour les 18 mois restants. Les pourparlers entre les deux camps avaient été repoussés à plusieurs reprises ces derniers jours, butant notamment sur la question de l’immunité des militaires. Selon la protestation, les militaires, qui pourraient faire l’objet de poursuites après les violences survenues pendant les manifestations, réclamaient l’“immunité absolue”. “Nous refusons l’immunité absolue que les militaires au pouvoir ont demandée”, avait déclaré aux journalistes Ismaïl al-Taj, porte-parole de l’Association des professionnels soudanais (SPA), qui fait partie de la contestation, juste avant le début de la rencontre. Ce point devrait être discuté lors des prochaines discussions. >>> LIRE AUSSI : Au Soudan, la contestation durcit le ton contre les généraux Le Soudan est secoué par un mouvement de protestation lancé à travers tout le pays depuis le 19 décembre 2018, après la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. La tension entre militaires et protestataires était montée d’un cran après la brutale dispersion le 3 juin du campement de plusieurs milliers de manifestants installés depuis avril devant le siège de l’armée à Khartoum. Cette opération a fait des dizaines de morts, des centaines de blessés et a provoqué un tollé international. Après des mois de tractations, l‘ébauche d’un accord avait été trouvé le 5 juillet, grâce à une intense médiation de l’Union africaine (UA) et de l’Ethiopie. AFPWed, 17 Jul 2019 08:08:00 +0000editorial@africanews.comhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/soudan-signature-d-un-accord-entre-militaires-et-chefs-de-la-contestation/Acquittement de Laurent Gbagbo : les juges de la CPI expliquent leur décisionhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/acquittement-de-laurent-gbagbo-les-juges-de-la-cpi-expliquent-leur-decision/Les juges de la Cour pénale internationale viennent de rendre public les motifs qui ont conduit à l’acquittement, il y a six mois, de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et son ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé, alors poursuivis pour crimes contre l’humanité dans le cadre de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire de 2010. L’analyse détaillée des deux juges qui avaient contrarié en janvier la procureure de la Cour Fatou Bensouda, s‘étend sur des centaines de pages, et vient approfondir les points soulevés dans la décision orale. Concrètement, les juges listent un certain nombre points qui ont biaisé, de leur point de vue, le réquisitoire de l’accusation. Ils soulignent ainsi, d’emblée, une « déconnexion globale » entre le récit du procureur et les preuves présentées durant ce procès, se bordant à une Côte d’Ivoire « polarisée ». « Une des lacunes fondamentales du dossier du Procureur résidait dans la présentation d’un récit déséquilibré des faits, reposant sur une conception unidimensionnelle du rôle de la nationalité, de l’ethnicité, et de la religion (au sens le plus large) en Côte d’Ivoire en général », écrivent les magistrats trinidadien et italien. >>> LIRE AUSSI : Crise postélectorale en Côte d’Ivoire : Quelqu’un doit être responsable de ces 3000 morts Quelle responsabilité pénale pour Gbagbo et Blé Goudé ? Principal point d’achoppement entre les deux parties, la commission de crimes contre l’humanité par Laurent Gbagbo et Blé Goudé. Pour les deux juges, en effet, auquel s’oppose la troisième juge Herrera Carbuccia, aucun crime contre l’humanité n’a été commis par Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé durant – si tant est vrai que le crime contre l’humanité se définit comme politique visant à attaquer des civils de manière généralisée et systématique. « Le Procureur n’a pas démontré que les discours prononcés en public par Laurent Gbagbo ou Charles Blé Goudé étaient constitutifs du fait d’ordonner, solliciter ou encourager la commission des crimes allégués, ni que l’un ou l’autre des accusés a contribué en connaissance de cause ou intentionnellement à la commission de tels crimes », arguent-ils. Les juges font notamment remarquer que le régime de Laurent Gbagbo était en position défensive, dans une situation qu’il ne contrôlait plus vraiment ; pris entre la rébellion des Forces nouvelles prête à s’emparer d’Abidjan, l’armée française et enfin la mission de l’ONU en Côte d’Ivoire (Onuci) dont l’impartialité peut être mise en doute. En décembre 2010, soulignent-ils, l’ancien président avait bien interdit la marche sur la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) qui a fait au moins 87 morts. Présentée par la procureure comme un élément probant de crime contre l’humanité, les deux jugent estiment pour leur part que si des violences ont certes été commises par les soldats, elles ne relèvent pas de crime contre l’humanité. Et ce d’autant qu’aucune preuve ne montre qu’un ordre avait été donné de s’en prendre à la population civile. >>> LIRE AUSSI : CPI : l’ancien président Laurent Gbagbo installé en Belgique Décision le 10 octobre Autre point de désaccord entre les juges, et l’accusation, la répression d’une marche organisée dans la commune d’Abobo fief d’Alassane Ouattara, alors candidat à la présidentielle. Selon les juges, rien ne dit que ce sont effectivement les soldats de l’armée républicaine qui ont tué les manifestants, encore moins s’ils sont responsables des tirs d’obus tirés quinze jours plus tard. Car, affirment-ils, au même moment, sévissait également le Commando invisible – une milice sur laquelle la procureure Bensouda a fait l’impasse durant le procès. La procureure qui a bénéficié d’un délai supplémentaire jusqu’au 10 octobre peut encore décider si elle fera appel ou non. Pour l’heure, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé libérés le 1er février, se trouvent respectivement en Belgique et à la Haye (Pays-Bas) . Ils demeurent sous conditions de la Cour.Wed, 17 Jul 2019 07:34:00 +0000editorial@africanews.com (Carole KOUASSI)http://fr.africanews.com/2019/07/17/acquittement-de-laurent-gbagbo-les-juges-de-la-cpi-expliquent-leur-decision/Sénégal - Maurice : une convention et des épineshttp://fr.africanews.com/2019/07/17/senegal-maurice-une-convention-et-des-epines/Dakar a récemment dénoncé la convention fiscale de 17 ans qui la liait à Port Louis. De l’aveu même du président Macky Sall, repris par la presse locale, le Sénégal en 17 ans de convention fiscale avec Maurice, a perdu près de 150 milliards de francs CFA, l‘équivalent d’environ 256 millions de dollars. Une poignée de multinationales minières, exerçant au Sénégal et ayant leur siège à Maurice sont donc visées. Elle profitaient ainsi des failles de la législation fiscale, pour user et abuser des cadeaux fiscaux… Paul Koffi , fiscaliste à Pointe Noire nous en dit plus. Plus de détails dans la vidéo ci-dessus. @maembleWed, 17 Jul 2019 07:32:00 +0000editorial@africanews.com (Jean David MIHAMLE)http://fr.africanews.com/2019/07/17/senegal-maurice-une-convention-et-des-epines/Nigeria : des pirates prennent en otage des marins turcshttp://fr.africanews.com/2019/07/17/nigeria-des-pirates-prennent-en-otage-des-marins-turcs/Au Nigeria, dix marins turcs ont été pris en otage par des pirates opérant le long du Golfe de Guinée. Les témoignages sont formels. Dix marins turcs manquent à l’appel. Ils se trouvent entre les mains des pirates. Ces marins ont été enlevés lorsque des pirates ont intercepté et pénétré dans leur cargo Paksoy-1 battant pavillon turc au large des côtes nigérianes dans le Golfe de Guinée. « Nous avons interrogé les personnes qui n’ont pas été kidnappées et avons découvert que tous les membres de l‘équipage s‘étaient cachés lorsque les assaillants étaient montés à bord du navire », a expliqué Numan Paksoy, responsable turc des opérations maritimes cité par le quotidien turc Daily Sabah. « Tous ont dû sortir de leur cachette lorsque les assaillants ont trouvé certains d’entre eux et ont menacé de les tuer si les autres ne sortaient pas. Les assaillants ont ensuite choisi 10 marins au hasard parmi tous les membres de l‘équipage et en ont laissé partir », a-t-il ajouté. Un membre de l’AKP, parti au pouvoir en Turquie a pour sa part indiqué qu’Ankara est en train de tout faire pour libérer les otages. D’une superficie de plus de 5,6 millions de km² le Golfe de Guinée s‘étend du Liberia à l’Angola en passant par la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin, le Nigeria, le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Gabon, Sao Tomé-et-Principe, le Congo et la RDC. Selon le Bureau maritime international (BMI), environ 73 % des enlèvements en mer et 92 % des prises d’otages ont lieu dans le Golfe de Guinée. Et c’est surtout au large du Nigeria, de la Guinée, du Togo, du Bénin et du Cameroun que se déroulent la plupart de ces activités dangereuses. Mais une petite amélioration est observée ces derniers temps. Récemment, le BMI a noté « une diminution nette » des attaques dans la région en raison de l’augmentation du nombre de patrouilles de la marine nigériane. Vingt et un incidents ont été enregistrés autour du Nigéria jusqu‘à présent cette année, contre 31 au cours de la même période en 2018.Wed, 17 Jul 2019 06:30:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2019/07/17/nigeria-des-pirates-prennent-en-otage-des-marins-turcs/CAN 2019 : le Nigeria reste scotché à son coach, malgré l'éliminationhttp://fr.africanews.com/2019/07/17/can-2019-le-nigeria-reste-scotche-a-son-coach-malgre-l-elimination/Pas question de révoquer Gernot Rohr de ses fonctions d’entraîneur de l‘équipe nationale de football du Nigeria. C’est l’assurance donnée par le président de la fédération de football du Nigeria. Une des particularités de cette 32è CAN qui se joue du 21 juin au 19 juillet en Égypte : des entraîneurs sont limogés suite aux contre-performances de leurs sélections. Ce ne sont pas les fédérations camerounaises, égyptiennes ou guinéennes qui vont démontrer le contraire, car elles ont déjà remercié leur coaches. À cause de l‘élimination du Nigeria en demi-finale par l’Algérie (2-1), l’Allemand a été vivement critiqué par des supporteurs nigérians. Au point que ces derniers en ont appelé à sa révocation. Option différente pour la fédération nigériane de football. Les Super Eagles entendent voler encore plus haut possible avec l’Allemand Gernot Rohr. Le président de la Fédération nigériane de football, Amaju Pinnick, a déclaré que l’entraîneur-chef des Super Eagles, Gernot Rohr, ne serait pas limogé, en dépit des pressions croissantes exercées sur l’instance dirigeante du football nigérian pour dégager l’Allemand de sa nomination. « Il y a des gens qui m’ont demandé, à moi et à la fédération, de limoger Gernot. Mais je ne vais pas faire ça. En fait, Gernot suit une formation de recyclage avec le Bayern Munich après la Coupe des Nations. Nous avons un plan à long terme avec lui », a déclaré mardi Amaju Pinnick, président de la fédération nigériane de football. Puis de poursuivre. « Nous avons eu des moments difficiles dans notre relation, mais c’est normal dans toute relation entre deux personnes. C’est un bon entraîneur et nous voulons qu’il reste avec nous. Cela dit, nous allons travailler ensemble sur ce qui doit être amélioré », a ajouté M. Pinnick. Les Super Eagles affronteront les Aigles de Carthage ce mercredi lors du match pour la troisième place.Wed, 17 Jul 2019 06:30:00 +0000editorial@africanews.com (John Ndinga Ngoma)http://fr.africanews.com/2019/07/17/can-2019-le-nigeria-reste-scotche-a-son-coach-malgre-l-elimination/