Flux RSS Africanews Recevez gratuitement toutes les actualités publiées sur africanews.com, en vous abonnant à un de nos flux RSS. http://fr.africanews.com/feed/rss Sat, 20 Jan 2018 09:12:17 +0000 Sat, 20 Jan 2018 09:12:17 +0000 Winnie Mandela échoue à récupérer la maison de Nelson Mandela http://fr.africanews.com/2018/01/20/winnie-mandela-echoue-a-recuperer-la-maison-de-nelson-mandela/ http://fr.africanews.com/2018/01/20/winnie-mandela-echoue-a-recuperer-la-maison-de-nelson-mandela/ Sat, 20 Jan 2018 09:12:17 +0000 La cour suprême d’appel sud-africaine a débouté vendredi Winnie Madikizela-Mandela, l’ex-femme de l’ancien président Nelson Mandela, qui demandait à récupérer la maison familiale du prix Nobel de la paix. Dans son testament qui ne fait pas mention de Winnie Madikizela-Mandela, Nelson Mandela, décédé en 2013, avait demandé à ce que sa maison de Qunu (est) soit “utilisée à vie par (sa) famille pour préserver l’unité du clan Mandela”. C’est dans ce village de la province sud-africaine du Cap-Oriental que le héros de la lutte anti-apartheid a passé son enfance et une partie de ses vieux jours. Il y a été enterré. Winnie Madikizela-Mandela affirmait que la maison lui appartenait selon la loi coutumière étant donné qu’elle avait été achetée en 1989 à son nom, quand Nelson Mandela était en prison et que le couple était encore marié. En 2016, Winnie Madikizela-Mandela avait déjà été déboutée par un tribunal de première instance du Cap-Oriental, mais elle avait fait appel auprès de la Cour suprême d’appel, qui a rendu son jugement vendredi. “Toute personne raisonnable (...) aurait revendiqué le droit à la propriété avant le décès de M. Mandela. Attendre qu’il décède est extrêmement préjudiciable pour (...) ses héritiers compte tenu du fait que sa version des événements n’est pas disponible”, a estimé le juge Jeremiah Shongwe. Nelson Mandela, leader de la lutte anti-apartheid, a passé vingt-sept ans dans les geôles du régime raciste avant de devenir le premier président noir de son pays en 1994. A sa sortie de prison, il a été accueilli en héros par son épouse Winnie et des dizaines de milliers de ses partisans. Les frasques de cette femme de caractère, son discours violent et des accusations de meurtre portées contre ses gardes du corps l’ont cependant rapidement éloigné de son époux. Le couple qui s‘était marié en 1956 a divorcé en 1996. Nelson Mandela a légué ses biens à sa dernière épouse Graça Machel, ses enfants et petits-enfants, ses proches et anciens collaborateurs, ainsi qu‘à des écoles et à son parti, le Congrès national africain (ANC). Il n’a rien laissé à Winnie. La Tanzanie suspend la délivrance de pavillons de complaisance http://fr.africanews.com/2018/01/20/la-tanzanie-suspend-la-delivrance-de-pavillons-de-complaisance/ http://fr.africanews.com/2018/01/20/la-tanzanie-suspend-la-delivrance-de-pavillons-de-complaisance/ Sat, 20 Jan 2018 09:08:37 +0000 Le président tanzanien John Magufuli a ordonné vendredi la suspension de la délivrance de pavillons de son pays à des navires étrangers, après une saisie de drogue à bord de bateaux battant pavillon tanzanien. “Nous ne pouvons laisser salir le nom de notre pays par des individus qui ne recherchent que leur profit personnel”, a déclaré John Magufuli dans un communiqué. Le chef d’Etat a également ordonné une enquête sur les 470 navires actuellement enregistrés sous pavillon tanzanien, “après la saisie de cargaisons de drogue dans des navires battant pavillon tanzanien”. Les armateurs enregistrent fréquemment leurs bateaux “sous pavillon de complaisance”, c’est à dire en les immatriculant dans des pays étrangers, pour bénéficier de législations fiscale et sociale moins contraignantes. La Tanzanie arrive en deuxième position dans la liste noire des pays à risque pour les pavillons de complaisance, selon l’organisation Entente de Paris sur le contrôle des navires (Paris MoU), qui regroupes 27 administrations maritimes d’Europe et d’Amérique du Nord. En 2012, l’autorité maritime d’enregistrement pour la Tanzanie et Zanzibar (TZIRS) avait désimmatriculé des dizaines de navires iraniens battant pavillon tanzanien pour contourner les sanctions américaines et européennes frappant Téhéran. Première tournée au Proche-Orient sous tension pour Mike Pence http://fr.africanews.com/2018/01/20/premiere-tournee-au-proche-orient-sous-tension-pour-mike-pence/ http://fr.africanews.com/2018/01/20/premiere-tournee-au-proche-orient-sous-tension-pour-mike-pence/ Sat, 20 Jan 2018 10:26:34 +0000 Le vice-président américain Mike Pence entame samedi au Caire son premier déplacement au Proche-Orient, une tournée marquée par les vives tensions nées de la décision controversée de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Initialement prévu fin décembre, le déplacement de M. Pence avait été repoussé après la décision unilatérale du président Trump qui a rompu avec des décennies de diplomatie américaine et avec le consensus de la communauté internationale. Cette fois, malgré la persistance des crispations doublée d’un contexte politique explosif aux Etats-Unis, la visite a été maintenue. “Les rencontres du vice-président avec les dirigeants d’Egypte, de Jordanie et d’Israël font partie intégrante de la sécurité nationale de l’Amérique”, a fait valoir vendredi son porte-parole. Accompagné notamment de son épouse Karen, M. Pence doit rencontrer dans l’après-midi le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, avant de se rendre en Jordanie puis à partir de dimanche soir en Israël, dernière étape de sa tournée. Sa visite au Caire survient au lendemain de l’annonce par le président Sissi, un allié des Etats-Unis qui dirige l’Egypte d’une main de fer, de son intention de briguer un nouveau mandat en mars 2018. Mais la toile de fond reste avant tout l’annonce américaine sur Jérusalem, qui a provoqué un tollé général dans la région et la colère des Palestiniens. En réaction, ces derniers clament que les Etats-Unis ne peuvent plus prétendre à un rôle de médiateur dans le processus de paix que Donald Trump rêvait de relancer. Le statut de Jérusalem est l’une des pierres d’achoppement du processus de paix avec Israël, au point mort depuis 2014. Les Palestiniens entendent faire de Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. Donald Trump a aussi annoncé son intention de transférer à Jérusalem l’ambassade des Etats-Unis en Israël, qui se trouve à ce jour à Tel-Aviv, comme c’est généralement le cas des missions diplomatiques étrangères. Les relations entre Washington et les Palestiniens ont encore été aggravées par la décision des Etats-Unis, cette semaine, de “geler” plus de la moitié de leurs versements prévus à l’agence de l’ONU pour les réfugiés de Palestine (UNRWA). Elle concerne une grande partie des plus de cinq millions de Palestiniens enregistrés comme réfugiés dans les Territoires palestiniens, en Jordanie, au Liban ou en Syrie. – ‘Sentiments’ – Les Palestiniens ont fait savoir qu’ils boycotteraient la visite de Mike Pence qui ne rencontrera donc pas le président Mahmoud Abbas, contrairement à ce qui était initialement prévu en décembre. La décision du président Trump sur Jérusalem avait provoqué des manifestations dans de nombreux pays arabes et musulmans, dont l’Egypte, où le grand imam d’Al-Azhar a annoncé en décembre son refus de recevoir M. Pence. “Al-Azhar ne peut pas s’asseoir avec ceux qui falsifient l’histoire et volent les droits des gens”, a-t-il affirmé. Le pape des coptes (chrétiens) d’Egypte, Tawadros II, a lui aussi exprimé son refus de rencontrer le vice-président américain, en arguant que M. Trump a “fait fi des sentiments de millions d’Arabes”. Mais les régimes arabes alliés de Washington sont tiraillés entre leur opinion publique hostile et leur puissant partenaire américain. C’est le cas notamment de l’Egypte et de la Jordanie, qui ont établi des liens géopolitiques ou de dépendance financière vis-à-vis de Washington. Dans un pays qui a connu la destitution de deux présidents depuis 2011 et se trouve en proie à une crise économique aiguë, tout facteur d’instabilité potentiel est regardé de près par Abdel Fattah Al-Sissi, qui a pris le pouvoir après le renversement du président islamiste Mohamed Morsi à l‘été 2013. L’aide militaire américaine, qui atteint 1,3 milliard de dollars par an, est jugée cruciale par le régime sécuritaire de M. Sissi, d’où la réaction prudente du Caire à l’annonce d’un futur transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem. L’Egypte avait alors estimé que ce choix risquait de “compliquer” la situation. Après l’Egypte, et la Jordanie, M. Pence doit se rendre en Israël les 22 et 23 janvier pour des entretiens qui s’annoncent chaleureux avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin. Au-delà d’un discours au Parlement, il doit également se rendre au Mur des Lamentations dans la Vieille ville de Jérusalem et au mémorial de l’Holocauste Yad Vashem. Nigeria: cinq employés d'une compagnie pétrolière locale kidnappés http://fr.africanews.com/2018/01/20/nigeria-cinq-employes-d-une-compagnie-petroliere-locale-kidnappes/ http://fr.africanews.com/2018/01/20/nigeria-cinq-employes-d-une-compagnie-petroliere-locale-kidnappes/ Sat, 20 Jan 2018 09:00:50 +0000 Cinq employés de la compagnie pétrolière nigériane, Sahara Energy Oil Company, ont été enlevés par un groupe armé dans le sud-est du Nigeria, a-t-on appris vendredi de sources policières et locales. “L’incident est survenu dans la communauté d’Ajoki, à la frontière entre l’Etat du Delta et l’Etat d’Edo mercredi en fin de journée”, a rapporté à l’AFP Andrew Aniamaka, porte-parole de la police pour l’Etat du Delta. “Pour l’instant, nous n’avons pas beaucoup de détails sur les circonstances de cet enlèvement, mais l’armée a été déployée et travaille aux côtés de la police pour assurer la libération des otages, sains et saufs”, a-t-il ajouté, sans vouloir dévoiler l’identité des victimes. Un habitant de la communauté locale, qui a été témoin de la scène a toutefois confirmé à l’AFP qu’il s’agissait de Nigérians. “Les employés de la compagnie pétrolière étaient à l’intérieur de leur bateau, en route pour la plate-forme offshore, lorsque cinq hommes armés leur ont ordonné de monter sur leur bateau en tirant des coups de feu en l’air”, a raconté Ajugu Fidelis à l’AFP. Quelques heures avant l’incident, le groupe rebelle des Vengeurs du Delta du Niger (NDA) avait publié un communiqué mettant en garde le gouvernement nigérian envers la reprise de leurs attaques dans le sud-est pétrolifère. Les NDA ont été particulièrement agressifs pendant l’année 2016, où ils ont commis de lourdes attaques sur les installations pétrolières, faisant chuter la production de l’or noir du premier exportateur du continent. Le phénomène du kidnapping contre rançon est particulièrement répandu au Nigeria (4e pays au monde en 2016 selon Control Risk, organisation internationale de surveillance des risques) depuis une dizaine d’années. Mardi, deux Canadiens et deux Américains ont été enlevés au nord d’Abuja, la capitale fédérale, et deux policiers qui les escortaient ont été abattus. Les enlèvements étaient d’abord ciblés contre des expatriés dans le sud-est du pays, région pétrolière, mais peu à peu, le phénomène s’est étendu dans le reste du pays et les Nigérians sont les premières victimes de ces groupes criminels. Des conflits en RDC tant qu'il n'y aura pas de "gouvernement démocratique" (commandant force ONU) http://fr.africanews.com/2018/01/20/des-conflits-en-rdc-tant-qu-il-n-y-aura-pas-de-gouvernement-democratique/ http://fr.africanews.com/2018/01/20/des-conflits-en-rdc-tant-qu-il-n-y-aura-pas-de-gouvernement-democratique/ Sat, 20 Jan 2018 08:56:31 +0000 Il y aura des conflits en République démocratique du Congo tant qu’il n’y aura pas de “gouvernement démocratique” dans ce pays, a déclaré jeudi le général Derrick Mgwebi, qui s’apprête à quitter son poste de commandant de la force des Nations unies au Congo (Monusco). “Aussi longtemps qu’il n’y a pas une forte mobilisation pour résoudre les problèmes politiques en mettant en place un gouvernement démocratique, nous aurons toujours ces conflits, qui ne peuvent pas être résolus par les seuls moyens militaires”, a affirmé l’officier sud-africain jeudi, dans des propos rapportés par la radio onusienne Okapi. La République démocratique du Congo est rongée par de graves crises politique, sécuritaire et humanitaire. Le climat politique est particulièrement tendu en raison du maintien au pouvoir du président Joseph Kabila dont le mandat a expiré depuis fin décembre 2016. Avant une conférence de presse vendredi à Kinshasa, l’officier s’exprimait à Goma dans le Nord-Kivu, fief de multiples groupes armés. “Des groupes (armés) prétendent défendre les membres des leurs ethnie. Mais si l’on observe jour après jour, les mêmes populations sont rançonnées par ces groupes qui prétendent les protéger et cela est aussi l‘œuvre de certains politiciens d’une manière ou d’une autre”, a souligné le général Derrick Mgwebi. Ces groupes “sont actifs ici pour des raisons diverses. Une de ces raisons, selon mes observations, c’est l’exploitation des ressources naturelles. Mais il y a un lien entre cette exploitation des ressources naturelles et les campagnes politiques”, a insisté le commandant de la force onusienne depuis début 2016. “A chaque fois que la tension politique monte, la tension entre les groupes armés monte aussi”, selon lui. “Le problème du Congo ne peut pas être résolu par des moyens militaires ou sécuritaires. C’est un problème politique, économique et social”, a-t-il répété vendredi devant la presse à Kinshasa. Le nom du successeur du général Derrick Mgwebi n’est pas encore connu. C’est son second, le général français Bernard Commins, qui exercera l’intérim à la tête de la force de la Monusco, l’une des plus importantes au monde avec quelque 16.000 militaires. Gabon : retour d'une hyène tachetée, espèce qu'on croyait localement disparue http://fr.africanews.com/2018/01/20/gabon-retour-d-une-hyene-tachetee-espece-qu-on-croyait-localement-disparue/ http://fr.africanews.com/2018/01/20/gabon-retour-d-une-hyene-tachetee-espece-qu-on-croyait-localement-disparue/ Fri, 19 Jan 2018 22:40:48 +0000 Une hyène tachetée, espèce considérée comme localement disparue, a été aperçue pour la première fois depuis 20 ans dans le parc national des plateaux Batéké, au sud-est du Gabon, pays d’Afrique central situé sur l‘équateur, a annoncé vendredi l’Agence Nationale des Parcs Nationaux du Gabon (ANPN) dans un communiqué. “La hyène tachetée, qui s’est peut-être dispersée du parc national d’Odzala-Kokua au Congo voisin, a été découverte à l’aide d’images prises avec des pièges photographiques dans le cadre d’une étude en cours sur la faune de Batéké”, selon le communiqué. L’animal est passé devant l’appareil photo le 25 octobre 2017, a affirmé à l’AFP Philippe Henschel, de l’ONG Panthera, qui s’occupe de la protection des félins. En 2015 une capture vidéo d’un lion mâle “avait suscité un intérêt mondial” devant l’image du premier grand carnivore à retourner à Batéké, a rappelé l’ANPN. “Le retour de ces grands carnivores est une belle démonstration que les efforts de nos écogardes et de nos partenaires ont un effet positif sur la faune des plateaux Batéké”, a souligné le professeur Lee White, directeur de l’ANPN, cité dans le communiqué de l’Agence. Une autre espèce protégée, le gorille, est aussi présent dans le parc avec la protection de la fondation Aspinall, qui travaille aussi depuis 20 ans à la réintroduction de ce grand mammifère dans cette zone. Les espèces protégées de ce parc créé en 20017 sont souvent la cible de braconniers. Connu dans le monde pour sa biodiversité, le Gabon est recouvert à près de 80% de forêts et comporte 13 parcs nationaux ainsi que des zones marines protégées. Par ailleurs, les autorités du pays ont annoncé jeudi soir avoir démantelé un important réseau de trafiquants d’ivoire d’Afrique centrale, après deux ans d’enquête. “En 2017, ce sont au total 6 tonnes 355 kg d’ivoire pesant entre 2 et 5 kg dont 48 grosses pointes entières qui ont été négociées, vendues et principalement acheminées vers le Cameroun et l’Afrique de l’ouest. Le montant des transactions pour cette même année a atteint la somme de 173.322.000 Francs CFA (plus de 260.000 euros)”, a affirmé la présidence gabonaise dans un communiqué. En 10 ans, la population d’éléphants au Gabon a chuté de 60% contre 90 dans la sous-région passant de 60.000 à 35.000-40.000, selon ce même communiqué. AFP Élection présidentielle en Égypte : Sissi candidat à sa propre succession http://fr.africanews.com/2018/01/20/election-presidentielle-en-egypte-sissi-candidat-a-sa-propre-succession/ http://fr.africanews.com/2018/01/20/election-presidentielle-en-egypte-sissi-candidat-a-sa-propre-succession/ Fri, 19 Jan 2018 22:33:30 +0000 Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a annoncé vendredi son intention de briguer un second mandat, lors de l‘élection présidentielle prévue en mars 2018. M. Sissi, qui dirige le pays d’une main de fer depuis son arrivée au pouvoir en 2014, a fait cette annonce dans un discours prononcé lors d’une conférence au Caire destinée à détailler les réalisations de sa présidence, et retransmis en direct par la télévision publique. “Je vous annonce en toute honnêteté et transparence (..) et en espérant que vous l’accepterez, ma candidature pour le poste de président de la République”, a-t-il dit. M. Sissi fait figure de grand favori dans cette élection présidentielle qui doit se tenir à partir du 26 mars, et qui est jugée “perdue d’avance” par l’opposition. Durant la conférence, M. Sissi a appelé les Egyptiens à participer massivement au scrutin, ajoutant: “Votez pour qui vous voulez”. Son annonce est intervenue à la veille de l’arrivée en Egypte du vice-président américain Mike Pence, qui effectue sa première tournée au Proche-Orient devant le conduire également en Jordanie et en Israël. En 2013, alors chef de l’armée, M. Sissi avait destitué et arrêté l’islamiste Mohamed Morsi, le premier président démocratiquement élu d’Egypte, avant de lancer une répression féroce contre ses partisans, dont des milliers ont été arrêtés et des centaines tués, ainsi que contre l’opposition libérale. Les aspirants à la présidentielle ont jusqu’au 29 janvier pour enregistrer leur candidature. La campagne présidentielle doit débuter officiellement le 24 février et finir le 23 mars. Selon l’Autorité nationale des élections, le premier tour de la présidentielle aura lieu du 26 au 28 mars et un second tour se tiendra, si besoin, du 24 au 26 avril. Il s’agira du troisième scrutin présidentiel depuis la chute en 2011 du régime de Hosni Moubarak, chassé du pouvoir par une révolte populaire lors du Printemps arabe. Lundi, le neveu de l’ancien président Anouar El-Sadate,  Mohamed El-Sadate, devenu une voix dissidente, a annoncé qu’il ne serait pas candidat à la présidentielle, dénonçant un climat non propice pour un scrutin libre. Il a notamment pointé du doigt l’absence de “garanties claires sur l’intégrité et l’impartialité des institutions de l’Etat” accusées de prendre parti pour le pouvoir. ‘Régime répressif’ De nombreux rebondissements ont émaillé cette période préélectorale ces dernières semaines. L’ancien Premier ministre Ahmed Chafiq, qui avait annoncé son intention de se présenter depuis son domicile aux Emirats arabes unis, s’est rétracté début janvier à son retour au Caire. L’opposant et avocat des droits de l’Homme Khaled Ali a lui lancé sa campagne mais un procès contre lui laisse planer l’incertitude sur sa candidature. Le patron du club de football égyptien de Zamalek, Mortada Mansour, a lui aussi annoncé son intention de se porter candidat, reconnaissant toutefois qu’il pourrait avoir des difficultés à recueillir un nombre suffisant de parrainages. M. Sissi est régulièrement accusé par des organisations internationales de défense des droits de l’Homme d’avoir instauré un “régime répressif” qui ne tolère aucune opposition depuis la destitution de Mohamed Morsi, l’ancien président en prison et condamné dans plusieurs procès. Ses détracteurs estiment qu’il a refermé la parenthèse démocratique ouverte avec le soulèvement de 2011. L’Egypte est sous état d’urgence depuis le mois d’avril après des attentats meurtriers contre des églises coptes, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI). Le pays est la cible de multiples attentats depuis 2013, menés principalement par l’EI qui s’attaque aux forces de sécurité surtout dans le nord du Sinaï. De nombreux policiers et soldats, ainsi que des civils, ont été tués dans ces attaques. AFP RDC : "marche pacifique" interdite dimanche, l'ONU enverra des observateurs http://fr.africanews.com/2018/01/20/rdc-marche-pacifique-interdite-dimanche-l-onu-enverra-des-observateurs/ http://fr.africanews.com/2018/01/20/rdc-marche-pacifique-interdite-dimanche-l-onu-enverra-des-observateurs/ Fri, 19 Jan 2018 22:25:21 +0000 Les autorités de Kinshasa ont interdit vendredi la “marche pacifique” convoquée dimanche à l’appel d’un collectif catholique demandant au président Joseph Kabila de quitter le pouvoir en République démocratique du Congo, dans une lettre dont l’AFP a eu copie. Le vice-gouverneur de Kinshasa a fait savoir qu’il ne pouvait “prendre acte” de cette marche, dans cette lettre dont l’AFP a obtenu une copie. L’interdiction et la dispersion d’une précédente marche le 31 décembre avait fait six morts d’après les Nations unies et la nonciature apostolique, aucun selon les autorités. Ces marches à la sortie de la messe ont été lancées à l’appel d’un “comité laïc de coordination” proche de l’Eglise catholique. Cinq de ses huit responsables, qui vivent cachés, sont sous le coup d’un mandat d’arrêt, a indiqué jeudi soir à l’AFP une source du parquet. Dans sa lettre, le vice-gouverneur de Kinshasa regrettent que les organisateurs aient “brillé par (leur) absence” à une “séance de travail” à laquelle il les avait invités ce vendredi à l’hôtel de ville pour “fournir plus d’information sur ladite marche”. “L’enquête ouverte après les événements du 31 décembre n’a pas encore abouti”, a-t-il ajouté. La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) a déjà indiqué qu’elle enverrait dimanche des “observateurs” pour rapporter “d‘éventuelles violations des droits de l’homme” lors de ces marches dans les principales villes de RDC. La Monusco rappelle que “le droit de manifester pacifiquement est inscrit dans la Constitution congolaise et est protégé par les engagements internationaux de la RDC”. La Monusco a par ailleurs affirmé qu’elle n’assurait pas une protection discrète des membres du collectif à l’origine des marches, comme l’avançait une source: “Nous n’avons pas pour mandat de protéger des personnalités. Nous avons pour mandat de protéger des civils”, a indiqué à l’AFP la porte-parole de la Monusco Florence Marchal. Soutenu par l’opposition politique et l’influent épiscopat, le comité laïc de coordination demande au président Kabila de dire publiquement qu’il ne briguera pas un troisième mandat comme le prévoit la Constitution. Le deuxième et dernier mandat du président Kabila a pris fin le 20 décembre 2016 d’après l’actuelle Constitution. La commission électorale a annoncé des élections pour le 23 décembre 2018. L’ONG Human Rights Watch a par ailleurs avancé un bilan de huit morts lors des marches du 31 décembre à Kinshasa, dans un rapport présenté vendredi soir. AFP Ghana : un réquisitoire contre British Airways http://fr.africanews.com/2018/01/20/ghana-un-requisitoire-contre-british-airways/ http://fr.africanews.com/2018/01/20/ghana-un-requisitoire-contre-british-airways/ Fri, 19 Jan 2018 20:54:49 +0000 Le gouvernement du Ghana très remonté contre British Airways. La compagnie aérienne britannique serait coupable de plusieurs fautes dont le mauvais traitement des passagers ghanéens. Des services de mauvaise qualité et non-respect des passgers ghanéens. Aussi accablants que puissent paraître ces qualificatifs, le gouvernement du Ghana est pourtant convaincu que British Airways (BA) déroge aux devoirs dévolus à une compagnie aérienne. Ainsi que l’a déclaré aux journalistes locaux, la ministre ghanéenne de l’aviation, Cecilia Dapaah. Une sortie qui intervient après l’aveu de BA qui a récemment reconnu que l’un de ses appareils était infesté d’insectes sur la ligne Accra-Londres. “Nous avons été déplacés du terminal 5 au terminal 3. Certains Ghanéens disent qu’ils marchent pendant environ une heure avant l’embarquement et avant le débarquement aussi. Les Ghanéens sont laissés à l’endroit éloigné”. Ce qui a valu à la compagnie d‘être convoquée par le ministère des transports aériens pour explications. Mais, les lignes ne semblent pas bouger du côté de BA. De quoi augmenter la colère de Dapaah qui reproche à BA de n’avoir rien fait ou presque pour les Ghanéens dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises, alors que l’entreprise a engrangé d’importants bénéfices pendant plus de huit décennies. La ministre promet aussi de demander à l’entreprise pourquoi les Ghanéens ont le poids inférieur de bagage par rapport aux Nigérians. Entre le Ghana et BA, l’histoire date de la colonisation. Soit près de 85 ans de monopole pour les vols directs entre le Royaume-Uni et le Ghana. John Ndinga Ngoma RDC : la France et l'Espagne, « sponsors de la barbarie » du régime de Kabila ? http://fr.africanews.com/2018/01/19/rdc-la-france-et-l-espagne-sponsors-de-la-barbarie-du-regime-de-kabila/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/rdc-la-france-et-l-espagne-sponsors-de-la-barbarie-du-regime-de-kabila/ Fri, 19 Jan 2018 20:56:36 +0000 Il n’y a pas que des civils congolais qui font les frais de la crise politique en cours en RDC. Mais, aussi les grandes puissances occidentales dont l’Espagne et la France accusées sur des réseaux sociaux de « sponsoriser la barbarie ». Une offensive de grande envergure contre la France et l’Espagne sur les réseaux sociaux. Elle est menée depuis le début de cette année par des Congolais visiblement excédés par l’attitude presque ambiguë des deux puissances occidentales face aux autorités de la RDC. Des responsables qui, selon font preuve d’une « barbarie » pour réprimer toute contestation. Un hashtag #BoycottFrance du 2 janvier par exemple diffuse la caricature du dessinateur Kash du quotidien kinois Le Potentiel. Intitulé « Les sponsors de la barbarie en RDC », le dessin montre Emmanuel Macron et Mariano Rajoy aux côtés de Joseph Kabila qui actionne une mitrailleuse orientée vers le peuple. Référence faite à la répression des manifestations du 31 décembre ayant fait 6 morts selon l’ONU et des ONG. « Le communiqué du Quai d’Orsay était très mou, raconte Kash, joint à Kinshasa. Puis on a appris que la France et l’Espagne bloquaient le communiqué de l’Union européenne condamnant la répression. La polémique a décollé », explique Kash. Silence TOTAL: on #france sur du chrétien au #Congo ! #2018SansKabila pic.twitter.com/S7d78×3KFl— LUCHA ?? (@luchaRDC) 4 janvier 2018 Hollande différent de Macron? Autre chose…. Un autre dessin de Kash publié par la Lucha, estime que Rajoy et Macron sont des « héritiers de Léopold II », le roi belge, artisan de la colonisation du Congo au début du 20è siècle. La caricature montre le Français et l’Espagnol courant après Kabila. Tout en courant, ce dernier lance « Retirez-moi ces flèches et je vous offre tout ce que vous désirez ». Et Macron poussant un baril de pétrole estampillé Total (groupe pétrolier français) de lancer : « OK ! Faites-moi le plein ! », tandis que Rajoy, clé à molette en main, déclare : « Je veux le barrage d’Inga Caramba ! ». Et tous les trois marchent un sol infini jonché de crânes alors qu’alentour, on aperçoit des collines de tombes. Allusion faite, selon le quotidien français Le Monde, aux intérêts des deux pays dans l’ex-colonie belge. Mais aussi au génocide rwandais de 1994 et donc au rôle que l’Hexagone aurait joué lors de ce massacre. « Condamner ne suffit pas, unissons-nous pour une campagne #BoycottFrance au Congo et partout où les peuples africains sont opprimés avec la complicité de la France », peut-on lire sur le compte Twitter de la Lucha. Les héritiers de Léopold II, le roi génocidaire et prédateur belge, sont bien nombreux. Et ils ne ménagent pas d’efforts pour soutenir leurs supplétifs « tropicaux », ou « nègres de service ». Dessin par KashauriM #StopKabila pic.twitter.com/orjTuEanBd— LUCHA ?? (luchaRDC) 9 janvier 2018 De leur côté, des cadres du ministère français des affaires voient en cette « campagne de diffamation qui peut faire des dégâts réels » la main de Paul Kagame qui aurait mal digéré la convocation en fin 2017 du ministre rawandais de la défense James Kabarebe que la France met en cause dans l’attentat contre l’avion de l’ancien président Juvénal Habyarimana, événement ayant déclenché le génocide de 1994. Et si Hollande était encore là ? « La France de Hollande nous recevait, nous soutenait et faisait tout pour libérer nos militants arrêtés par l’ANR (agence nationale de renseignement de RDC, NDLR). On a appelé au boycott de la France pour mettre pression sur cette puissance qui, depuis l’arrivée au pouvoir de M. Macron, a une position bien moins claire que par le passé », explique Floribert Anzuluni, coordinateur du mouvement citoyen Filimbi. John Ndinga Ngoma Brésil : l'hospitalisation de Pele, démentie par son porte-parole http://fr.africanews.com/2018/01/19/bresil-pele-hospitalise-apres-un-malaise/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/bresil-pele-hospitalise-apres-un-malaise/ Fri, 19 Jan 2018 18:46:39 +0000 Après l’annonce du malaise de Edson Arantes do Nascimento dit Pelé, la légende brésilienne se repose chez lui selon son porte-parole, qui a démenti les informations selon lesquelles il aurait été conduit à l’hôpital. Son porte-parole a appelé des rapports de son hospitalisation de “fausses nouvelles”. L’homme de 77 ans devait se rendre à Londres ce week-end pour un dîner organisé en son honneur par Football Writers Association. Dernièrement, la légende brésilienne avait déjà été admise dans un hôpital où il avait subi une opération de la hanche. Toujours considéré comme le plus grand joueur de tous les temps, il est apparu en fauteuil roulant à Moscou en décembre pour le tirage au sort de la Coupe du monde 2018. Chancela Gningui Somalie : la poste de nouveau fonctionnelle depuis 1991 http://fr.africanews.com/2018/01/19/somalie-la-poste-de-nouveau-fonctionnelle-depuis-1991/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/somalie-la-poste-de-nouveau-fonctionnelle-depuis-1991/ Fri, 19 Jan 2018 18:51:01 +0000 Vingt-sept ans après le dysfonctionnement du secteur de la poste suite aux troubles politiques, les Somaliens recevront de nouveau des plis et colis par voie postale. Une cérémonie historique pour les Somaliens. Les autorités de Djibouti et de Somalie ont procédé hier au tarmac de l’aéroport de Djibouti (capitale de Djibouti) au tout premier envoi de colis et de plis à destination de Mogadiscio. Peu avant cette cérémonie, la Poste de Djibouti et « Air Djibouti » avaient conclu un partenariat afin de faciliter le transport des plis et colis vers toutes les destinations desservies par la compagnie aérienne nationale. Et parmi ces destinations, Mogadiscio. L’heure est donc à la renaissance de la poste somalienne en inactivité depuis 1991, année qui a ouvert une longue période d’instabilité politique du fait des violences perpétrées par des terroristes et des clans rivaux depuis la chute de Siyaad Barre en janvier 1991.« C’est un jour historique, puisque la  Somalie n’a pas reçu de colis depuis 1991, c’est-à-dire depuis 27 ans. Tout  l’honneur revient à la poste de Djibouti qui a fait toutes les démarches nécessaires pour attirer l’ensemble des colis venant du monde entier en vue de leur acheminement via  l’aéroport de Djibouti vers la Somalie », s’est réjoui Said Nouh, secrétaire général du ministère djiboutien de l’Equipement et des Transports. Mais, dans un contexte où, du fait des impératifs d’une mondialisation transversale, il était temps pour la Somalie de remettre sur orbite son service de poste. Une vision à laquelle s’est associée la République sœur de Djibouti à travers la convention signée en août dernier par les autorités des deux pays. John Ndinga Ngoma Malawi : les ministres appelés à prier pour faire tomber la pluie http://fr.africanews.com/2018/01/19/malawi-les-ministres-appeles-a-prier-pour-faire-tomber-la-pluie/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/malawi-les-ministres-appeles-a-prier-pour-faire-tomber-la-pluie/ Fri, 19 Jan 2018 14:57:02 +0000 Face à une terrible sécheresse couplée au ravage des cultures de maïs par des chenilles légionnaires, le président malawite n’a plus d’autres options que d’implorer le Ciel. Et les membres de son gouvernement sont tenus d’organiser des prières. « Notre père, qui es aux cieux, fais tomber la pluie et épargne nos cultures de la boulimie des chenilles légionnaires ». Pas étonnant qu’on entende ce genre de parole dans les églises et mosquées du Malawi durant ce week-end. C’est en effet l’instruction qui émane du président du Malawi. Et c’est pas du vent. “Le président exhorte la communauté religieuse et tous les Malawites à prier pour de bonnes pluies et une saison productive ce vendredi, samedi et dimanche”, peut-on lire dans un communiqué de la présidence malawite rendu public ce vendredi. Le jeu en vaut sans doute la chandelle. Tant la nature n’est pas du tout clémente avec le Malawi. Un pays d’Afrique australe qui peine à nourrir ses 18 millions d’habitants (recensement de 2016) qui pratiquent une agriculture d’autosubsistance dépendant exclusivement de la pluie. À plus forte raison, cette sécheresse est aggravée par la destruction des cultures de maïs par des chenilles légionnaires venues d’Amérique latine. Et ces bêtes ont déjà causé des ravages dans d’autres pays africains en fin 2016. L’appel du président Mutharika pourrait être accueilli favorablement par tout un peuple malawite dont le taux de fréquentation des églises et des mosquées est très élevé. Sur les médias sociaux, en revanche, l’efficacité de l’intervention divine est mise en cause par des internautes. ???— Lento (@Clement_lento) January 18, 2018 Les premières évaluations de destruction des cultures de maïs sont alarmantes. Selon Albert Changaya, un haut fonctionnaire du département de l’agriculture, l’infestation par la chenille légionnaire s’est étendue d’une superficie initiale de 35 000 hectares à 206 000 hectares. Un bémol tout de même. La production de maïs du Malawi pendant la saison agricole 2016/17 a augmenté d’un tiers pour atteindre 3,2 millions de tonnes. Cet excédent a entraîné une chute des prix du maïs et a contribué à la baisse de l’inflation. Notamment au niveau des produits alimentaires représentant 50,1% du panier de l’IPC (inflation des prix à la consommation) du Malawi. L’inflation a donc connu un petit ralentissement passant de 7,1% en décembre 2016 à 7,7% en novembre dernier, a annoncé mercredi l’Office national de la statistique. Quant à l’inflation alimentaire, elle a baissé de 4,7% à 4,3%. Cinquième président du Malawi, Arthur Peter Mutharika est arrivé au pouvoir en 2014. Né en 1940, il est professeur de droit, expert en droit économique international et en droit constitutionnel. Il est aussi le frère cadet de l’ancien président Bingu wa Mutharika qui régna de 2004 à 2012, date de son décès. John Ndinga Ngoma Johannesburg: la communauté congolaise manifeste contre Kabila [No Comment] http://fr.africanews.com/2018/01/19/johannesburg-la-communaute-congolaise-manifeste-contre-kabila-no-comment/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/johannesburg-la-communaute-congolaise-manifeste-contre-kabila-no-comment/ Fri, 19 Jan 2018 16:43:29 +0000 Les membres de la communauté congolaise vivant en Afrique du Sud ont manifesté jeudi contre l’actuel président de la République démocratique du Congo Joseph Kabila, appelant le dirigeant à quitter le pouvoir. Pierre-Emerick Aubameyang en rupture avec Borussia Dortmund ? http://fr.africanews.com/2018/01/19/pierre-emerick-aubameyang-en-rupture-avec-borussia-dortmund/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/pierre-emerick-aubameyang-en-rupture-avec-borussia-dortmund/ Fri, 19 Jan 2018 15:07:22 +0000 Cinq ans après son arrivée, Pierre-Emerick Aubameyang semble en froid avec Borussia Dortmund. Si le club allemand se montre agacé par son attitude, l’international gabonais semble rêver d’une autre équipe. Et même quitter la Bundesliga. Une évidence. Tant c’est officiel. Pierre-Emerick Aubameyang ne fera pas partie de l’effectif qui affronte ce vendredi soir le Herta Berlin dans le cadre de la 19è journée du championnat d’Allemagne de football. Ce, conformément à la décision de son équipe qui l’a déjà suspendu à trois reprises cette saison. Des sanctions motivées par l’attitude de l’international gabonais pas du tout décente et quasiment impertinente, à en croire les responsables de Borussia Dortmund. « Je ne le reconnais plus. C’est un personnage haut en couleurs qui est peut-être un peu extraverti, mais toujours discipliné et professionnel. Mais en ce moment, ce n’est pas le cas. Je ne sais pas ce qu’il se passe dans sa tête », a récemment déclaré Michael Zorc, directeur sportif du Borussia Dortmund. De son côté, PEA semble peiner à se remettre du concept utilisé par un journaliste du magazine Kicker : « affenzirkus », qu’on pourrait traduire par « cirque de singe », donc un terme ayant une connotation raciste. Et ce n’est pas tout… Même s’il n’arrive pas pour l’instant à intégrer le Real Madrid, club de son rêve, il pourrait décider de changer d’air lors des saisons à venir. Et Arsenal semble prêt à lui dérouler le tapis rouge. «Je pense que oui », a récemment déclaré Arsène Wenger, entraîneur du club londonien lorsque des journalistes lui ont posé la question de savoir si Aubameyang pouvait s’intégrer dans l’effectif des « Gunners ». Arrivé en 2013, Pierre-Emerick Aubameyang âgé de 28 ans a déjà marqué 141 buts en 212 matches toute compétition confondue avec le club avec Borussia Dortmund. En 2015, PEA a remporté le Ballon d’or africain. Reste à savoir si en cas de départ, l’ancienne vedette de l’AC Milan (Italie), de Dijon, Lille, Monaco et Saint-Etienne (France), pourrait réaliser le même exploit dans son nouveau club. John Ndinga Ngoma "Terrorisme en RDC" : la Monusco répond à Yoweri Museveni http://fr.africanews.com/2018/01/19/terrorisme-en-rdc-la-monusco-repond-a-yoweri-museveni/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/terrorisme-en-rdc-la-monusco-repond-a-yoweri-museveni/ Fri, 19 Jan 2018 13:54:55 +0000 Accusée par le président ougandais de préserver le terrorisme en RDC du fait de son manque de réactivité face aux groupes rebelles, la mission des Nations unies en République démocratique du Congo a répondu à Yoweri Museveni. Florence Marchal, la porte-parole de la Monusco a fait savoir que la réponse de leur entité, “c’est la mise en œuvre quotidienne de son mandat qui porte sur la protection des populations civiles y compris les réfugiés et les personnes déplacées”. Nons sans souligner en filigrane, la difficulté de leur mission, menée dans un environnement jugé “complexe et dangereux”. La mission des Nations unies en RDC est la plus importante au monde en terme d’effectifs avec un peu plus de 16 000 militaires. Mais elle a subi un revers le mois dernier. Quinze Casques bleus tanzaniens ont été tués au cours d’une attaque qui porterait la marque des rebelles ougandais des ADF. Serge Patrick MANKOU Côte d'Ivoire : à la découverte du tissu traditionnel Dan http://fr.africanews.com/2018/01/19/cote-d-ivoire-a-la-decouverte-du-tissu-traditionnel-dan/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/cote-d-ivoire-a-la-decouverte-du-tissu-traditionnel-dan/ Fri, 19 Jan 2018 13:17:44 +0000 C’est la richesse de la ville de Man, une citée encastrée dans les massifs montagneux à 590 kilomètres d’Abidjan. Le pagne traditionnel Dan est le souvenir incontournable de ceux qui visitent le flambloyant marché de la capitale régionale du Tonkpi, à l’Ouest de la Côte d’Ivoire. Mais si le pagne traditionnel Dan attire la curiosité des touristes, il s’agit surtout d’un attribut chargé de symbole pour les communautés locales. “La tenue que je porte est une tenue Dan. C’est une tenue traditionnelle qui exprime la culture yacouba et que nous portons avec fierté, cette tenue a beaucoup de qualités, il y a des chemises conçues typiquement pour les rois, il y en a pour les chefs, pour les femmes et les adeptes. La différence se remarque dans l’accoutrement et les prix”, explique Keani Eugène, conseiller d’éducation à la retraite. Le pagne traditionnel Dan est confectionné dans des ateliers artisanaux en plein air par des tisserands. Une profession ancestrale qui demande une grande maîtrise et qui continue à se transmettre de père en fils. “J’ai commencé à l’âge de 18 ans. J’ai commencé d’abord par faire les bobines. C’est à l’âge de 22 ans que j’ai commencé à tisser, quand mon père quitte la machine je prends sa place et je commençais tout doucement à tisser. Dieu merci, aujourd’hui, il n’est pas là c’est moi qui le remplace”, affirme un des leurs. La transmission de ce savoir-faire de génération en génération est parvenue à rajeunir considérablement la profession de tisseur à Man et aussi d’en faire une attraction touristique. Mais le travail de ces jeunes gens serait incomplet sans l’intervention des tailleurs qui sont le dernier maillon dans cette chaîne pour faire du pagne traditionnel Dan une véritable richesse culturelle de l’Ouest de la Côte d’Ivoire. William Bayiha Le Punk Rock renaît en Afrique du Sud http://fr.africanews.com/2018/01/19/le-punk-rock-renait-en-afrique-du-sud/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/le-punk-rock-renait-en-afrique-du-sud/ Fri, 19 Jan 2018 11:55:45 +0000 Le Punk Rock élit domicile en Afrique du Sud. À Soweto, un township imprégné d’une riche histoire musicale et de la culture pop, le genre se développe et gagne en influence et en popularité. Un groupe local TCIYF attire la foule à chaque fois qu’il répète ou joue sur scène. Au départ, les fans étaient curieux, puis ils ont accroché. “Le punk rock c’est… qu’est-ce que ça représente pour moi ? C’est super, c’est comme si je pouvais m’exprimer librement. Je peux être qui je veux, je peux être moi-même”, affirme Sandile Mbatha, membre du groupe TCIYF. Ce genre musical apparu au Royaume-Uni, en Amérique et en Australie au milieu des années 1970, était au départ un moyen de protester contre le pouvoir en place, pour secouer le status quo et la culture principale. Le groupe TCIYF, lui, met en avant le son et l’esprit du Punk Rock auprès de la jeunesse sud-africaine. “Je pense que le punk rock a vraiment une influence dans la culture populaire et plein d’autres choses, tu sais. Ailleurs, aucune autre musique ne fait ce que le punk rock fait”, déclare Letlohonolo Nxumalo, un fan de punk rock. “Il semble y avoir beaucoup d’intérêt et de participation. Comme par exemple les skateurs, même les plus jeunes. Ça signifie beaucoup pour notre communauté”, a-t-il ajouté. À Soweto, bastion de la lutte anti-apartheid dans les années 80-90 on avait souvent recours à la musique pour faire adhérer au combat contre les différences raciales. Le punk rock est considéré comme une autre forme d’expression de soi. Mais, ce genre est relativement nouveau et a du succès auprès de la jeunesse – généralement née libre. Cette génération – née après l’apartheid qui a pris fin en 1994, ne connaît que la démocratie mais se sent toutefois laissée pour compte par le système. “On a fondé le groupe grâce au skate. On aime faire du skate, rouler rapidement et dangereusement. Alors, il faut trouver un son qui t’accompagne. C’est comme ça qu’on est passé du skate au punk rock”, souligne Thula Sizwe, un des fondateurs du groupe et guitariste. TCIYF s’est récemment produit sur scène, lors du festival Afropunk. Le groupe figure parmi les 10 groupes de punk rock noirs à écouter avec les groupes du Kenya, du Mozambique et du Zimbabwe, selon la plate-forme en ligne de culture pop africaine OkayAfrica. Un an après le départ de Jammeh, la Gambie trace sa voie http://fr.africanews.com/2018/01/19/un-an-apres-le-depart-de-jammeh-la-gambie-trace-sa-voie/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/un-an-apres-le-depart-de-jammeh-la-gambie-trace-sa-voie/ Fri, 19 Jan 2018 13:03:09 +0000 La Gambie post-Jammeh a bien des défis devant elle. Un an après le départ de celui qui dirigea le pays 22 ans durant, les nouvelles autorités tentent de replacer la Gambie au banc des nations. Jeudi 19 janvier 2017. Les forces de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest entrent en Gambie. Elles menacent d’en déloger le président sortant Yahya Jammeh qui refuse de céder le pouvoir. Plus tôt dans la journée, Adama Barrow, président élu de la Gambie se faisait investir à l’ambassade de la Gambie au Sénégal. L’intervention semblait plus qu’imminente quand Jammeh accepta, deux jours plus tard, l’offre d’un exil en Guinée équatoriale, ouvrant ainsi la voie à un retour du président Adama Barrow en terre gambienne. Le départ, après 22 ans de règne, de l’ancien président Jammeh a sans doute ouvert une nouvelle ère pour le pays, s’accordent à dire les observateurs. Pour beaucoup, la Gambie a ainsi refermé une page sombre de son histoire, et a pu finalement se soustraire d’un “régime de la peur” instauré par Yahya Jammeh avec ses arrestations arbitraires, ses disparitions forcées et ses exécutions extrajudiciaires. “Les journalistes peuvent désormais faire librement leur travail et les défenseurs des droits humains peuvent mener à bien leur mission sans craindre d‘être persécutés. Le Gambien moyen jouit d’un grand nombre de droits et libertés fondamentaux auxquels il ne pouvait pas s’attendre sous le gouvernement précédent”, a déclaré le ministre de la Justice, Aboubacarr Tambadou, à l’Associated Press, évoquant un “ changement sismique “. Toutefois, nuance-t-il, “rappelons-nous que la démocratie est un continuum … il faudra du temps pour reconstruire le pays”. En effet, le nouveau régime affirme avoir hérité d’un pays presqu’en ruine : plus d’un milliard de dettes, isolement international, secteur touristique en berne, chômage des jeunes exponentiel. D’importants efforts de réconciliation à faire Dès son arrivée, Adama Barrow a voulu regagner la confiance des investisseurs en promettant justice et restructuration en profondeur des structures étatiques. La création d’une Commission vérité, réconciliation et réparation, la saisie de plusieurs actifs de Yahya Jammeh, le changement de nom de l’Agence nationale de renseignement, accusée d’assassinats et de détentions ordonnés par Jammeh … vont dans ce sens. En retour, les partenaires financiers tels que la Banque mondiale et la Banque africaine de développement ont accordé des prêts et autres assistances à la Gambie. L’Allemagne s’est par ailleurs engagée à aider la Gambie à résoudre sa crise énergétique, car les fréquentes pénuries d‘électricité entravent les efforts de développement. Malgré tout, ces perspectives économiques restent lentes aux yeux de la population qui espérait voir plus vite le bout du tunnel après des années de disette. Aussi des critiques de plus en plus pressantes encouragent le président Barrow à intégrer les partisans de son prédécesseur au processus de réconciliation. Encore qu’au sein de la coalition au pouvoir, des dissensions se sont fait sentir. “Il y a un besoin de dialogue national où les partis politiques, les groupes de la société civile, tous les secteurs de la société doivent intervenir et ensuite nous décidons de la marche à suivre”, suggère Sait Matty Jaw, professeur de sciences politiques à l’Université de Gambie. Des débats auxquels Yahya Jammeh, reclus en Guinée équatoriale, n’a pas osé se mêler. Depuis son départ, la seule fois où il a été aperçu dans les médias, c‘était à l’occasion d’une de ses visites dans sa plantation sur sa terre d’exil. Carole KOUASSI Le CHAN : une fuite en avant ? http://fr.africanews.com/2018/01/19/le-chan-une-fuite-en-avant/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/le-chan-une-fuite-en-avant/ Fri, 19 Jan 2018 11:45:33 +0000 Le championnat d’Afrique des Nations a été inauguré en 2009 avec l’objectif de promouvoir les joueurs qui évoluent exclusivement sur le continent. Après cinq éditions a-t-il rempli ses objectifs ? Serge Koffi vous en dis plus dans cette chronique. . @kkoffiserge Donald Trump invité au sommet de l'Union africaine http://fr.africanews.com/2018/01/19/donald-trump-invite-au-sommet-de-l-union-africaine/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/donald-trump-invite-au-sommet-de-l-union-africaine/ Fri, 19 Jan 2018 09:36:24 +0000 Les représentants africains à l’ONU ont adressé une invitation à Donald Trump, le président américain, pour le sommet de l’Union africaine qui se tiendra à Addis-Abeba les 28 et 29 janvier. Loin d‘être une invitation de complaisance, les diplomates africains espèrent obtenir un face-à-face entre Donald Trump et les chefs d’Etat africains. Jerry Matjila, ambassadeur sud-africain et porte-parole des représentants des diplomates africains à l’ONU a émis cette proposition au nom du groupe, estimant qu’il “pourrait être utile” que Trump s’adresse directement aux dirigeants africains. C‘était lors d’une rencontre avec l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, ce jeudi. Il s’agit en effet d’un nouveau développement dans la rocambolesque affaire dite “pays de merde” dans laquelle le président américain est accusé d’avoir injurié les pays africains et Haïti. Après l‘éclatement du scandale, l‘élite africaine a exigé des excuses de la part du président américain et dénoncé des “remarques scandaleuses, racistes et xénophobes”. Certes, Nikki Haley dit avoir pris acte de la requête, mais ne s’est pas excusée pour les présumés commentaires du président Donald Trump sur le continent, comme l’avait demandé le président du groupe africain. Elle a cependant relevé le fait que Trump a toujours eu de “l’estime” pour l’Afrique, et regretté l’ampleur qu’a prise l’affaire. La semaine dernière, Donald Trump aurait traité les pays africains et Haïti de “pays de merde” lors d’une réunion sur l’immigration à la Maison Blanche. Le numéro un américain a décliné ces accusations, mais cela n’a pas réussi à éteindre la polémique. L’Union africaine et plusieurs pays africains se sont également montrés offusqués. Carole KOUASSI Dégel des relations entre les deux Corées [International Edition] http://fr.africanews.com/2018/01/19/degel-des-relations-entre-les-deux-corees-international-edition/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/degel-des-relations-entre-les-deux-corees-international-edition/ Fri, 19 Jan 2018 11:04:53 +0000 Un important rétropédalage diplomatique… La Corée du Nord et sa voisine du Sud décident de faire bonne figure aux Jeux olympiques d’hiver de Séoul auxquels Pyongyang participera. Les deux Corées ont notamment proposé au CIO de faire défiler ensemble leurs sportifs, lors des cérémonies d’ouverture et de clôture, sous le drapeau représentant la péninsule réunifiée. Ailleurs, en Espagne, la crise catalane cristallise toujours autant l’attention. Pour la première fois depuis la tentative de sécession, le Parlement de Catalogne a siégé le mercredi 17 janvier. Les indépendantistes ont d’ailleurs remporté la présidence de l’assemblée. Roger Torrent, élu de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), a été désigné par 65 voix contre 56. Ce sont là quelques-unes des informations contenues dans l‘édition hebdomadaire de l’International Edition, présentée cette semaine par Elayne Wangalwa. Zimbabwe/ Élections : Mnangagwa souhaite des observateurs étrangers http://fr.africanews.com/2018/01/19/zimbabwe-elections-mnangagwa-souhaite-des-observateurs-etrangers/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/zimbabwe-elections-mnangagwa-souhaite-des-observateurs-etrangers/ Fri, 19 Jan 2018 10:59:42 +0000 Dans une interview publiée vendredi par le Financial Times, le nouveau président zimbabwéen a assuré vouloir la présence d’observateurs étrangers lors des scrutins présidentiel et législatif qui doivent se tenir dans son pays en 2018. “Nous voulons des élections crédibles” a notamment déclaré le président Mnangagwa qui dit vouloir rompre avec les pratiques de son prédécesseur Robert Mugabe. En visite au Mozambique jeudi dans le cadre d’une tournée régionale, Emmerson Mnangagwa qui a déjà été investi candidat de la Zanu-PF pour la présidentielle de 2018, avait annoncé que des élections seraient organisées au Zimbabwe “dans quatre à cinq mois”. Le président zimbabwéen a aussi jugé que le Brexit représentait une opportunité pour son pays. “C’est une bonne chose parce qu’ils (les Britanniques) vont avoir besoin de nous”, a-t-il estimé dans le quotidien britannique des affaires, avant d’ajouter qu’il souhaitait développer la relation avec le Royaume-Uni afin que les Britanniques “puissent retrouver avec le Zimbabwe ce qu’ils ont perdu avec le Brexit”. Emmerson Mnangagwa a succédé fin novembre au président Robert Mugabe, contraint de démissionner sous la pression de l’armée, de la rue et de son parti (Zanu-PF), après trente-sept ans au pouvoir. Une certaine opinion doute cependant de sa réelle volonté de mener des élections transparentes et pacifiques. Comme principal argument, elle brandit le fait qu’il ait été l’un des exécuteurs de la répression ordonnée pendant l‘ère Mugabe. L'Afrique est-elle prête pour le bitcoin ? [Business Africa] http://fr.africanews.com/2018/01/19/l-afrique-est-elle-prete-pour-le-bitcoin-business-africa/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/l-afrique-est-elle-prete-pour-le-bitcoin-business-africa/ Thu, 18 Jan 2018 08:40:05 +0000 Comment utiliser Bitcoin en Afrique ? Le Bitcoin est une crypto-monnaie qui permet des transferts de valeur dans le monde entier en quelques secondes sur Internet sans avoir besoin d’un établissement financier, grâce à la technologie Blockchain. Cette monnaie virtuelle qui valait $ 13 000 la semaine dernière devient de plus en plus populaire et présente un intérêt pour les entreprises, les gouvernements et les particuliers. Mais comment cela marche et l’Afrique est-elle prête? Emmanuel Tokunbo Darko, expert bitcoin a répondu à ces questions. Regardez! "Braquage de la BCEAO" : 20 ans de prison ferme pour Laurent Gbagbo et 3 anciens ministres http://fr.africanews.com/2018/01/19/braquage-de-la-bceao-20-ans-de-prison-ferme-pour-laurent-gbagbo-et-3-anciens/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/braquage-de-la-bceao-20-ans-de-prison-ferme-pour-laurent-gbagbo-et-3-anciens/ Fri, 19 Jan 2018 10:08:07 +0000 Sous le coup d’un procès à la Cour pénale internationale, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a également été épinglé par la justice ivoirienne. Jeudi, il a été condamné à 20 ans de prison ferme pour le “braquage” de l’agence nationale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), lors de la crise postélectorale de 2010-2011. Ses trois co-accusés, qui sont également ses anciens ministres, ont écopé de la même peine à laquelle s’ajoute une amende de 329 milliards de francs CFA qu’ils devront payer solidairement. Toutefois, en l’absence d’un mandat de dépôt délivré par la Cour, Gilbert Aké N’Gbo et Désiré Dallo, tout deux présents au procès sont repartis libres. Ces derniers ont toujours réfuté les accusations portées contre eux dans cette affaire. Quant à l’ancien chef d’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, actuellement détenu à la Haye, ainsi que son ex-ministre du Budget, Koné Katinan, en exil au Ghana, des mandats d’arrêt internationaux ont été délivrés à leur encontre. Toutes ces personnalités citées dans cette affaire sont poursuivies par la BCEAO qui les accuse de “vol en réunion par effraction portant sur des caves à la BCEAO et des numéraires ; complicité de vol en réunion par effraction ; destruction d’une installation appartenant à autrui ; détournement de deniers publics” après des réquisitions ordonnées par le dernier gouvernement Gbagbo lors de la crise postélectorale de 2010-2011. Depuis le début du procès en 2015 – qui a été renvoyé à maintes reprises – la défense plaide non coupable et relève le fait que les faits se sont déroulés en période de crise. “Tous ces actes ont été posés en période de crise pour des raisons d’Etat et les raisons d’Etat ne se justifient pas”, disait à la barre l’avocat de la défense en mars 2016. Il faut dire que la BCEAO a un long passé de “braquage” en Côte d’Ivoire. Au début de la rébellion armée en 2002, des braquages auraient été réalisés dans les agences de la banque sous-régionale à Bouaké, Korhogo et Man par des rebelles. Mais jusque-là, aucune enquête n’a été ouverte. Carole KOUASSI Affaire « pays de merde» : d'anciens diplomates Africains écrivent à Donald Trump http://fr.africanews.com/2018/01/19/affaire-pays-de-merde-d-anciens-diplomates-africains-ecrivent-a-donald-trump/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/affaire-pays-de-merde-d-anciens-diplomates-africains-ecrivent-a-donald-trump/ Fri, 19 Jan 2018 09:09:23 +0000 Le monde continue d‘être ébranlé par le tsunami déclenché par Donald Trump, le tout-puissant milliardaire et président Américain. Cette fois, ce sont d’anciens diplomates Africains qui s’illustrent sur la longue liste des mécontents. Et ils l’ont fait savoir à « mister Trump » par le biais d’une lettre ouverte qu’ils lui ont adressée. Ils sont au total 48 et sont tous d’anciens ambassadeurs de pays africains aux USA. Ces ex-diplomates, froissés par les propos de Donald Trump, ont réagi à travers une pétition dans laquelle ils font part de leur « profonde inquiétude ». Les origines de ces anciens ambassadeurs sont diverses : Sénégal ; Nigeria, Algérie, Ethiopie, Afrique du Sud, pour ne citer que ces pays africains. Les ex-diplomates ont co-signé cette lettre, signifiant au président Américain leur désapprobation vis-à-vis de ses propos à l’encontre des pays africains, d’Haïti et du Salvador. « Cher M. Le président, nous vous écrivons pour dire notre profonde inquiétude au sujet de vos récentes remarques sur les pays africains. L’Afrique est un continent de grands talents humains, d’une beauté extraordinaire et de ressources naturelles sans pareilles. » Les anciens ambassadeurs frustrés poursuivent, mentionnant que « c’est aussi un continent avec des liens historiques profonds avec les Etats-Unis ». Une lettre ouverte aux allures de rappel à l’ordre Les contestataires n’oublient pas non plus de souligner l’existence de liens anciens et forts entre le continent africain et les Etats-Unis, sur les plans économiques et militaires et en termes de renseignement. Ils stipulent que ce fait est « vital pour nos intérêts nationaux ». Les anciens diplomates n’ont bien sûr pas oublié de rappeler l’importante contribution (forcée) des Africains au développement des USA : « mais nous savons aussi que le monde est plus riche grâce à la contribution des Africains et notamment, des Américains descendants d’Africains ». En guise de conclusion, « les 48 » somment Donald Trump de procéder à une révision de sa conception de l’Afrique en ces mots : « nous espérons que vous allez réviser votre vision de l’Afrique et de ses citoyens et que vous reconnaîtrez la contribution importante que les Africains et les afro-américains ont apporté et continuent d’apporter à votre pays et à son histoire ». A titre de rappel, Donald Trump traitait les pays africains, Haïti, ainsi que le Salvador de « pays de merde ». C‘était au cours d’une réunion avec des élus à la Maison Blanche, à propos de l’immigration. Le concerné a nié avoir tenu de tels propos. Rodrigue Loué Un célèbre opposant zimbabwéen et sa femme tués dans un crash d'avion http://fr.africanews.com/2018/01/19/un-opposant-zimbabween-et-sa-femmes-tues-dans-un-crash-d-avion/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/un-opposant-zimbabween-et-sa-femmes-tues-dans-un-crash-d-avion/ Fri, 19 Jan 2018 08:25:03 +0000 Roy Bennett, critique virulent de l’ancien président Robert Mugabe et membre du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) au Zimbabwe, est mort mercredi dans un crash d’avion, aux Etats-Unis. Avec lui, son épouse et trois autres personnes ont péri dans ce drame. La police de l’Etat du Nouveau-Mexique a confirmé ce jeudi la nouvelle et donné quelques indications sur les circonstances du drame. Roy Bennett, 60 ans, voyageait en hélicoptère dans une zone montagneuse et peu accessible lorsque le crash est survenu. En plus de M. Bennett et de son épouse Heather, le pilote, le co-pilote et une autre personne ont été tuées. Le survivant qui s’en est sorti avec quelques blessures a réussi à appeler les urgences. Mais ces dernières reconnaissent avoir mis plus de temps que prévu pour accéder la zone en raison de sa réclusion. Au Zimbabwe, Tendai Biti, un chef de file de l’opposition et un ancien ministre des Finances, a tweeté que le “décès tragique” de Bennett était “un coup dur pour notre lutte”. Fermier blanc connu sous le nom de “Pachedu” qui signifie “l’un d’entre nous”, Roy Bennett était l’une des voix les plus critiques du régime Mugabe au sein du MDC de Morgan Tsvangirai. Emprisonné entre 2004 et 2005 après avoir tabassé au Parlement un ministre qui accusait ses ancêtres d‘être des “voleurs et des meurtriers”, il a manqué de peu son entrée au gouvernement de coalition de 2009. Alors qu’il avait été désigné par son parti pour briguer le poste de vice-ministre de l’Agriculture, Robert Mugabe a refusé d’entériner sa nomination. Parti en Afrique du Sud, l’opposant a également coupé les ponts avec son parti qu’il accusait de profiter des largesses du gouvernement alors que les Zimbabwéens lambda souffrent. Carole KOUASSI Arrêt sur images du 18 janvier, 2018 http://fr.africanews.com/2018/01/19/arret-sur-images-du-18-janvier-2018/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/arret-sur-images-du-18-janvier-2018/ Fri, 19 Jan 2018 08:57:07 +0000 Africanews s’arrête sur les images les plus marquantes de l’actualité de la journée. Lida Kouassi Moïse, l'ex-ministre de la Défense de Gbagbo, condamné à 15 ans de prison http://fr.africanews.com/2018/01/19/lida-kouassi-moise-l-ex-ministre-de-la-defense-de-gbagbo-condamne-a-15-ans-de/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/lida-kouassi-moise-l-ex-ministre-de-la-defense-de-gbagbo-condamne-a-15-ans-de/ Fri, 19 Jan 2018 08:03:13 +0000 En Côte d’Ivoire, le rouleau compresseur continue de se déchaîner contre les anciens barons du défunt régime Gbagbo. Dernier cas en date, celui de l’ancien ministre de la Défense, Lida Kouassi Moïse (voir photo, au centre). Lui et trois de ses co-accusés (des militaires) devront passer 15 ans de leur vie derrière les barreaux. 15 ans de prison. C’est le coup de massue que l’ancien ministre a reçu ce jeudi. Ainsi en a décidé la Cour d’assises d’Abidjan. Lui et ses trois co-accusés (Katet Gnatoa, Samuel Zadi et Pacôme Brou) ont été condamnés pour « complot contre l’autorité de l’Etat ». La justice ivoirienne les accuse d’avoir organisé en 2012 une plateforme avec pour intention de renverser le régime d’Alassane Dramane Ouattara. Le procès a duré trois jours et les délibérations elles, ont fait trois heures d’horloge. La peine de 15 ans d’emprisonnement a été revue à la baisse, si l’on s’en tient au fait que le procureur de la République avait requis 20 ans contre les quatre hommes. Le verdict ne laisse pas l’avocat de monsieur Lida Kouassi indifférent. Le juriste, Me Félix Bobré, promet de faire appel de la sentence et brandit la thèse du complot. Pour lui, le fait que son client fut un supporter de Laurent Gbagbo a joué contre lui. Me Bobré, très amer, déclare que « ce procès n’avait d’autre but que de solder le compte de Laurent Gbagbo, mais par Lida Kouassi interposé ». De son côté, Me Coulibaly Soungalo, représentant les intérêts de l’Etat ivoirien, exulte. Il affiche clairement sa satisfaction vis-à-vis du verdict, s’appuyant sur des documents qui auraient été trouvés au domicile togolais de monsieur Lida Kouassi. Peut-on vraiment parler de justice des vainqueurs ? Si l’on en croit les déclarations de l’accusation, ces documents constitueraient la preuve irréfutable de la participation de Lida Kouassi au complot militaire déjoué. Pour leur part, les pro-Gbabo parlent de « justice des vainqueurs », s’interrogeant sur le fait que seuls les partisans de l’ancien président Ivoirien se retrouvent derrière les barreaux. D’autres encore, doivent se tenir loin de leur pays pour ne pas subir le même sort que ceux qui se font emprisonner. Jusqu‘à ce jour, des détenus politiques tels que Simone Gbagbo (l’ex-Première dame), les anciens ministres Assoa Adou et Hubert Oulaye, les officiers de gendarmerie Anselme Séka Yapo et Jean-Noël Abéhi, le général Bruno Dogbo Blé, l’ex-commandant de la Garde républicaine, tous pro-Gbagbo, sont en prison. Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive, plusieurs autres personnalités de l’ancien régime étant toujours détenues dans les geôles ivoiriennes, sans oublier l’ancien président Laurent Gbagbo, emprisonné à la Haye, aux Pays-Bas. Les observateurs s’insrugnet face à la liberté dont jouissent des hommes tels que Soro Kigbafori Guillaume, le tout-puissant président de l’Aselmblée nationale et grand meneur de l’ex-rébellion des Forces nouvelles, elles aussi accusées d’avoir commis des crimes de masse pendant la crise politico-militaire qui a déchiré la Côte d’Ivoire de 2002 à 2011. D’autres noms tels que Chérif Ousmane, Losséni Fofana, Ouattara Issiaka (alias Wattao), Tuo Fozié, tous militaires, nordistes et ancien chefs rebelles ayant activement participé à la venue au pouvoir d’Alassane Ouattara (lui aussi nordiste), jouissent d’une liberté qui frustre certains. Leurs noms sont pourtant mentionnés dans des crimes sordides, commis pendant la rébellion armée qui a vivement contribué au renversement du régime Gbagbo. Rodrigue Loué Éthiopie-Égypte : conflit évité ? http://fr.africanews.com/2018/01/19/ethiopie-egypte-conflit-evite/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/ethiopie-egypte-conflit-evite/ Thu, 18 Jan 2018 20:15:02 +0000 Aucun développement ne vaut la fraternité ou les rapports de bon voisinage. Un précepte qui semble animer le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le Premier ministre éthiopien Haile Mariam Dessalegn. À l’issue d’une entrevue au Caire, les deux dirigeants ont promis ce jeudi aux journalistes de ne pas sacrifier leurs relations séculaires sur l’autel des intérêts générés par le barrage sur le Nil bleu, principal affluent du Nil. “Le bassin du Nil dispose de ressources et de capacités qui en font une source d’interconnexion, de construction et de développement, pas une source de conflit”, a déclaré al-Sisi aux journalistes après entretien avec son hôte. Même son de cloche du côté d’Addis-Abeba. « Nous devons nous assurer que cette grande rivière ne devienne jamais un objet de compétition, de méfiance ou de conflit », a rassuré Haile Mariam Dessalegn. Dénommé « Grande renaissance éthiopienne », ce barrage dont les travaux sont exécutés à 63% est censé fournir 15 000 gigawatts. Ce qui en fera le plus d’Afrique. Malheureusement, depuis son lancement, le projet alimente quelques discussions entre l‘Égypte et l‘Éthiopie. Si en effet le Caire redoute une baisse du débit du Nil, Addis-Abeba de son côté rassure son voisin qu’il n’y aura aucun impact écologique. Mais, la rencontre d’aujourd’hui permis aux deux voisins d’accorder leurs violons. John Ndinga Ngoma Soudan : un journaliste de l'AFP arrêté alors qu'il couvrait des manifestations http://fr.africanews.com/2018/01/19/soudan-un-journaliste-de-l-afp-arrete-alors-qu-il-couvrait-les-manifestations/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/soudan-un-journaliste-de-l-afp-arrete-alors-qu-il-couvrait-les-manifestations/ Thu, 18 Jan 2018 22:35:04 +0000 Les autorités soudanaises détenaient jeudi un journaliste de l’Agence France-Presse arrêté la veille alors qu’il couvrait les manifestations contre la hausse des prix du pain qui ont été dispersées par la police. Abdelmoneim Abu Idris Ali, 51 ans, qui travaille pour l’AFP à Khartoum depuis près d’une décennie, couvrait une manifestation contre la hausse des produits alimentaires mercredi à Oumdurman, ville voisine de la capitale soudanaise.  Quelque 200 manifestants ont été dispersés par la police anti-émeutes à coup de gaz lacrymogène. Idris Ali n’a pu être joint après cette manifestation et les autorités soudanaises ont informé jeudi le bureau de l’AFP de son arrestation avec deux autres journalistes, dont un travaillant pour l’agence Reuters. Il était détenu dans un centre du Service national du renseignement et de la sécurité (NISS). Dans un premier temps, les autorités ont indiqué que M. Idris Ali serait libéré dans quelques heures. Jeudi, 24 heures plus tard, il était toujours en détention.  Les autorités ont indiqué que les trois journalistes “faisaient toujours l’objet d’une enquête”, sans fournir d’autres détails. “La Direction de l’AFP condamne fermement l’arrestation de M. Idris Ali et demande aux autorités soudanaises sa remise en liberté immédiate”, a indiqué l’agence dans un communiqué.  Le récent doublement du prix du pain, après la décision du gouvernement de confier les importations céréalières au secteur privé, a suscité un vif mécontentement au sein de la population. Des manifestations contre la hausse des prix ont lieu depuis le début du mois et sont réprimées par la police. A la suite d’un rassemblement le plus important depuis le début de la crise, des agents du NISS ont arrêté mercredi le secrétaire général du Parti communiste soudanais, l’une des plus vieilles formations du monde arabe, Mokhtar al-Khatib.  Le Soudan avait été le théâtre en 2016 d’un mouvement de protestation après la décision des autorités de réduire les subventions sur le carburant, mesure qui avait entraîné une forte hausse des prix. Le régime avait rapidement réprimé ce mouvement afin de ne pas voir se reproduire les heurts sanglants de 2013, déjà liés à une précédente réduction des subventions sur l’essence et qui avaient fait des dizaines de morts, selon des groupes des droits de l’Homme. AFP CHAN-2018 - Groupe B : Zambie et Namibie en quarts, Côte d'Ivoire éliminée http://fr.africanews.com/2018/01/19/chan-2018-groupe-b-zambie-et-namibie-en-quarts-cote-d-ivoire-eliminee/ http://fr.africanews.com/2018/01/19/chan-2018-groupe-b-zambie-et-namibie-en-quarts-cote-d-ivoire-eliminee/ Thu, 18 Jan 2018 22:44:51 +0000 La Zambie et la Namibie, qui participe à son premeir Championnat d’Afrique des nations, se sont qualifiées pour les quarts de finale de la CHAN-2018, alors que la Côte d’Ivoire, l’une des favorites pour la victoire finale avec le pays-hôte, le Maroc, a été éliminée. Ces deux pays rejoignent en quarts le Maroc, justement, et le Soudan, les deux premiers du groupe A. GROUPE B (à Marrakech) Zambie – Côte d’Ivoire     2-0 Buts Zambie: Mulenga (8, 74) Namibie – Ouganda          1-0 But Namibie: Nekundi (90+2) Classement:     Pts  J G N P Bp/Bc 1. Zambie        6   2 2 0 0   4 (qualifiée) 2. Namibie       6   2 2 0 0   2 (qualifiée) 3. Ouganda       0   2 0 0 2  -3 4. Côte d’Ivoire 0   2 0 0 2  -3 Reste à jouer (lundi 19h00 GMT) A Marrakech Côte d’Ivoire – Ouganda  A Casablanca Namibie – Zambie Les deux premiers de chaque poule qualifiés pour les quarts de finale. AFP RDC - Manifestation : la diaspora de johannesburg s'y mêle http://fr.africanews.com/2018/01/18/rdc-manifestation-la-diaspora-de-johannesburg-s-y-mele/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/rdc-manifestation-la-diaspora-de-johannesburg-s-y-mele/ Thu, 18 Jan 2018 20:49:29 +0000 Après les laïcs catholiques, c’est au tour de la diaspora congolaise en Afrique du Sud de protester contre le régime du président Joseph Kabila. Elle a organisé une marche pacifique dans la ville de Johannesbourg, pour réclamer la démission de celui qui dirige la République Démocratique du Congo depuis 2001. “Nous sommes ici aujourd’hui pour protester contre le gouvernement congolais, qui a la chance de rester au pouvoir pendant un an, pour que Kabila puisse organiser les élections et qu’un autre président entre. Mais nous réalisons que Kabila ne veut pas partir. Il veut rester au pouvoir par la force, c’est pourquoi nous sommes dans la rue pour protester. ‘’ a indiqué un membre de la communauté congolaise. Cependant, certains voient en cette manifestation, un signal fort adressé à la communauté internationale. Le cycle de la contestation répression semble être désormais enclenché. Le président Kabila s‘était engagé à tenir une élection pour choisir son successeur en fin 2017, promesse non tenue par l’homme fort de Kinshasa. Chancela Gningui Ouganda : une chorale d'orphelins cherche des fonds pour aider les enfants vulnérables http://fr.africanews.com/2018/01/18/ouganda-une-chorale-d-orphelins-cherche-des-fonds-pour-aider-les-enfants/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/ouganda-une-chorale-d-orphelins-cherche-des-fonds-pour-aider-les-enfants/ Thu, 18 Jan 2018 16:44:10 +0000 En Ouganda, Watoto Children’s Choir (chorale des enfants de Watoto) se produit partout dans le monde afin de chercher des fonds pour soutenir des enfants vulnérables que compte le pays. Voyage avec ces virtuoses pétris d’humanisme. Qu’il chante en anglais, en swahili ou dans n’importe quelle autre langue d’Ouganda, et quel que soit le genre musical, Caleb a toutes les facultés pour subjuguer tout mélomane fût-il exigeant. À peine 10 ans, il est déjà au paroxysme de son art. Un virtuose aussi adroit que Mozart quand il avait le même âge. Et pourtant, il y a quelques années, l’avenir semblait incertain pour Caleb abandonné par sa mère dépourvue de moyens pour le nourrir. Et si aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre d’années, c’est toutefois au sein de Watoto Children’s Choir que ses facultés artistiques ont été stimulées. Âgée elle aussi de 10 ans, Asia fait également partie de 16 enfants musiciens de l’orchestre Watoto Children’s Choir branche du Watoto Child Care Ministries, une institution ougandaise qui prend en charge des enfants vulnérables : orphelins, enfants souffrant de maladie chronique, enfants de la rue, etc. Actuellement, Watoto Child Care Ministries prend en charge plus de 3 000 enfants. La structure leur procure tous les moyens nécessaires pour leur épanouissement : éducation, alimentation, santé, bref tous les droits consignés dans la déclaration des droits de l’enfant de 1959. “Ma mère m’a d’abord abandonné dans la rue et ensuite les autorités locales m’ont amené à Watoto. Une année s’est écoulée et j’ai commencé à aller à l‘école », se souvient Caleb. “Je suis arrivée à Watoto il y a deux ans. Alors, quand ils m’ont emmenée à Watoto, ma mère était très heureuse. Parce que rassurée que là-bas, je devais manger, je devais boire et étudier”, raconte Asia. Au chevet des enfants vulnérables Devenus presque des stars, Asia, Caleb et leurs collègues effectueront dans les six prochains mois une tournée en Grande-Bretagne. Pas pour déployer leurs talents. L’objectif est plutôt humanitaire : aller à la recherche des fonds pour aider les autres enfants vulnérables d’Ouganda. « En Ouganda, il y a plus d’enfants qui ont besoin d’aide, alors nous venons ici et nous avons des sponsors, afin qu’ils puissent parrainer les enfants et que les enfants puissent être éduqués », explique Asia. Et bien avant la génération de Caleb de nombreux Ougandais ont bénéficié des soins de Watoto Child Care Ministries. À l’image de Jacqueline Niaga, 29 ans. Elle a été recueillie par l’institution à l‘âge de 8 ans. Aujourd’hui, elle voyage au sein de la chorale et dit contribuer à la résolution des problèmes des personnes vulnérables. Une question, dit-elle, cruciale dans son pays. “Nous prenons soin des femmes vulnérables. Ce sont des femmes qui ont été abandonnées par leurs maris et certaines d’entre elles ont perdu leur mari. D’autres encore vivent vivent avec le VIH / SIDA, tandis que certaines d’entre elles n’ont jamais été à l‘école. Alors nous luttons pour favoriser l‘épanouissement de leurs enfants”, explique Jacqueline Niaga. Le chœur de Watoto s’est déjà produit devant des membres de la royauté britannique et des chefs de gouvernement du monde entier. Notamment à Buckingham Palace (Grande-Bretagne) et à la Maison Blanche. Des productions couronnées de succès. John Ndinga Ngoma Le Congo veut rejoindre l'OPEP et les impacts de la levée des sanctions des USA au Soudan [Business Africa] http://fr.africanews.com/2018/01/18/le-congo-veut-rejoindre-l-opep-et-les-impacts-de-la-levee-des-sanctions-des-usa/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/le-congo-veut-rejoindre-l-opep-et-les-impacts-de-la-levee-des-sanctions-des-usa/ Thu, 18 Jan 2018 08:39:59 +0000 Le Congo veut rejoindre l’OPEP Le Congo, producteur de pétrole en Afrique subsaharienne, a rejoint l’OPEP pour tenter de s’imposer dans la définition des politiques et des prises de décisions dans ce secteur. Les ressources provenant du pétrole du pays représentent environ les deux tiers du PIB, soit 75% des recettes publiques et 90% des recettes d’exportation. Avec le lancement du nouveau champ pétrolifère de Moho Nord, le Congo pourrait atteindre ses prévisions pour une production annuelle de 117 millions de barils. Soudan: l’impact de la levée des sanctions des USA Le gouvernement et les institutions soudanaises ont commencé à établir leurs relations économiques avec leurs homologues américains après que le leader mondial a assoupli les sanctions à son encontre. Il y a eu des améliorations significatives et les experts financiers ont déclaré que la période de 100 jours après la levée de l’embargo économique a vu des développements et des mouvements notables entre Khartoum et Washington, y compris la reprise des transactions bancaires. Voici plus de détails. Tunisie : début du procès de manifestants contre la flambée des prix http://fr.africanews.com/2018/01/18/tunisie-debut-du-proces-de-manifestants-contre-la-flambee-des-prix/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/tunisie-debut-du-proces-de-manifestants-contre-la-flambee-des-prix/ Thu, 18 Jan 2018 18:38:55 +0000 Une vingtaine de personnes arrêtées lors des manifestations contre la hausse des prix contenues dans la loi de finances 2018 ont comparu ce jeudi au tribunal de Manouba, au nord-ouest de Tunis. Un tribunal de Manouba plein à craquer. Étant donné que tout le monde tenait à assister ce procès de ces ressortissants de Tebourba. C’est bien ici, dans cette ville située à quelque 35 km de Tunis, qu’ont débuté le 8 janvier, les manifestations contre la flambée des prix décrétée par la loi de finances 2018 adoptée par le Parlement tunisien, avant de se répandre presque sur toute l‘étendue du territoire. >>> LIRE AUSSI : Tunisie : la police disperse une manifestation contre la hausse des prix Pour la justice tunisienne, les prévenus doivent répondre entre autres du saccage, des actes de violence et des troubles à l’ordre public. Et pourtant, les conditions de leurs interpellations semblent clocher. « J’étais devant chez moi, en train de vendre mes légumes », raconte l’un d’eux cité par RFI. L’autre explique qu’il était « en train de fermer la boutique », raconte son coaccusé qui ajoute : « J’ai été frappé avant d’arriver au commissariat ». À la question de savoir si on leur avait proposé de prendre des avocats, les prévenus ont répondu en chœur « NON ». De quoi donner du grain à moudre à la défense dont certains avocats se sont constitués gratuitement. Lesquels demandent la relaxe « pure et simple » en faisant valoir des arguments comme le droit de manifester consacré par la constitution tunisienne et l’absence de destruction des biens. John Ndinga Ngoma Francophonie : l'émulation dans la synergie, outil de valorisation du français http://fr.africanews.com/2018/01/18/francophonie-l-emulation-dans-la-synergie-outil-de-valorisation-du-francais/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/francophonie-l-emulation-dans-la-synergie-outil-de-valorisation-du-francais/ Thu, 18 Jan 2018 17:25:42 +0000 Pour le lycée français Saint-Exupéry de Brazzaville, le concours de dictée qui est à sa septième édition cette année, est un outil de plus pour la valorisation de la langue française. Pourvu que tout le monde s’y implique de manière active. Ils sont près de 150 élèves de 3è et de seconde à avoir participé au concours de dictée organisé récemment à Brazzaville par l’Institut français du Congo (IFC), à en croire le quotidien « Les Dépêches de Brazzaville ». Issus de quinze établissements publics et privés de la capitale congolaise, les participants ont produit des textes qui seront soumis à l’examen d’un jury qui sélectionnera le meilleur texte à utiliser lors de la grande finale le 20 mars prochain à l’occasion de la journée internationale de la Francophonie. Parmi les critères de sélection, la brièveté, car le texte ne doit pas excéder dix lignes. Il devrait contenir aussi les dix mots à l’honneur pendant la semaine de la Francophonie. Les meilleurs élèves prendront ainsi part à la finale qui aura lieu le 20 mai à l’IFC. Si le bilan des six premières éditions n’est pour l’instant pas disponible, Saint-Exupéry estime resté fidèle à l’objectif qu’il s’est fixé en initiant le concours de dictée. Celui de promouvoir la langue française afin qu’elle soit davantage compétitive face à d’autres langues en perpétuelle évolution. Mais, une promotion qui doit se faire en symbiose au sein de la grande famille francophone dans sa diversité. « L’objectif, c’est de faire travailler ensemble les établissements congolais et l’établissement français, dans un cadre d’une émulation, d’un dynamisme de travail en commun pour produire la meilleure dictée et emmener les élèves, à travers leurs imaginations, leur volonté de progresser, à pouvoir fournir un travail commun », explique Laurent Cadic, proviseur du lycée français Saint-Exupéry. Un travail en commun dont se félicitent des établissements scolaires tant publics que privés du Congo. Tant l’initiative apporte une sorte de valeur ajoutée à l‘épanouissement des élèves. « Notre motivation n’est autre que de développer l’imagination et la collaboration avec l’établissement français. Nous voulons aussi avoir les prix », se félicite Maurice Jean Charles Samba, coordonnateur du groupe évangélique de Makélékélé, un établissement privé de Brazzaville. John Ndinga Ngoma "Pays de merde" : des diplomates américains demandent à Trump de reconsidérer sa position http://fr.africanews.com/2018/01/18/pays-de-merde-des-diplomates-americains-demandent-a-trump-de-reconsiderer-sa/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/pays-de-merde-des-diplomates-americains-demandent-a-trump-de-reconsiderer-sa/ Thu, 18 Jan 2018 16:15:43 +0000 D’anciens ambassadeurs américains en Afrique se mettent en porte-à-faux avec Donald Trump après le scandale dans lequel il est accusé d’avoir traité Haïti et des pays africains de “pays de merde”. Au nombre de 78, ces ambassadeurs parmi lesquels une ancienne secrétaire d’Etat adjoint aux affaires africaines, Linda Thomas-Greenfield, ont adressé un courrier au président américain pour lui demander de “reconsidérer” son point de vue, notamment sur les pays africains dotés “de ressources naturelles sans précédent” et avec qui les Etats-Unis ont “des liens historiques profonds”. La note, datée du mardi 16 janvier, souligne la “profonde préoccupation” de ces diplomates après les propos du président américain et prévient ce dernier que des rapports respectueux sont cruciaux pour protéger les intérêts américains. Jeudi dernier, Donald Trump a été acculé de critiques après des rapports de médias américains selon lesquels il aurait insulté Haïti et l’Afrique lors d’une réunion avec des parlementaires à la Maison Blanche à propos de l’immigration. “Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici (aux Etats-Unis) ?”, aurait-il déclaré. Trump a certes reconnu avoir utilisé un ton “dur”, mais nie avoir utilisé l’expression telle que formulée dans les médias. Malgré tout, de nombreuses condamnations s’en sont suivies dans le monde. L’Union africaine et plusieurs pays du continent ont notamment marqué leur désapprobation et condamné la remarque de Trump. Carole KOUASSI RDC : les réfugiés burundais de Kamanyola accablés par la faim à cause de la religion http://fr.africanews.com/2018/01/18/rdc-les-refugies-burundais-de-kamanyola-accables-par-la-faim-a-cause-de-la/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/rdc-les-refugies-burundais-de-kamanyola-accables-par-la-faim-a-cause-de-la/ Thu, 18 Jan 2018 15:21:14 +0000 Les réfugiés burundais installés dans la ville de Kamanyola à l’est de la RDC ne reçoivent plus d’aide alimentaire. Le HCR l’a suspendue à cause de leur refus de l’identification biométrique pour des raisons religieuses. Et bien que plaidant pour la restauration de cette aide, ils n’entendent pas sacrifier leurs convictions religieuses. Maïs, haricots, farine, huile, .... Avec sept tonnes de produits alimentaires fournis chaque semaine par le Haut commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (UNHCR), les réfugiés burundais installés dans la ville de Kamanyola à l’est de la RDC vivaient quasiment dans l’abondance alimentaire. Mais, ces derniers temps, ils n’ont rien à se mettre sous la dent. L’agence onusienne ne les approvisionne plus en produits alimentaires. Ces quelque 2 600 Burundais ayant quitté leur pays pour se mettre à l’abri des violences ne savent plus à quel saint se vouer pour satisfaire le ventre. « La situation est devenue vraiment catastrophique. Personne ne mange à sa faim. Pour faire la cuisine, maintenant, on se sert des branches qui soutiennent les tentes dans lesquelles nous vivons. On n’a plus rien à manger », a expliqué à RFI, Dionise Nyandwi, un de leurs représentants. Comme ses compatriotes, Dionise Nyandwi réclame le retour de l’aide alimentaire. Prêts à se sacrifier pour la Sainte Vierge Or, cette suspension de l’aide alimentaire intervient au lendemain de l’avertissement du HCR à l’endroit de ces réfugiés qui ont refusé l’enregistrement biométrique pour des raisons religieuses. « La Sainte Vierge Marie est apparue et nous a interdit d’adhérer au système d’enregistrement biométrique parce que c’est contre notre foi », confie encore Dionise Nyandwi. >>> LIRE AUSSI : Des réfugiés burundais installés en RDC refusent de se faire enregistrer pour des raisons religieuses Selon des sources concordantes, la plupart de ces réfugiés basés à Kamanyola seraient membres de Zebiya, une secte chrétienne qui les aurait exhortés à sacrifier « leur vie à la Sainte Vierge ». Une fermeté qu’ils ont l’habitude d’afficher face à la répression. Comme en septembre dernier, quand 31 de leurs compatriotes ont péri suite à la répression d’une marche par la police de la RDC. Et pendant ce temps, la situation alimentaire se dégrade jour après jour. Et elle pourrait se dégrader davantage avec la suspension de l’aide en eau potable, car le HCR entend interrompre la fourniture du précieux liquide dès fin février. John Ndinga Ngoma Chili : des manifestations dispersées à Santiago lors de la visite du Pape [No Comment] http://fr.africanews.com/2018/01/18/chili-des-manifestations-dispersees-a-santiago-lors-de-la-visite-du-pape-no/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/chili-des-manifestations-dispersees-a-santiago-lors-de-la-visite-du-pape-no/ Thu, 18 Jan 2018 15:25:40 +0000 Des manifestations dispersées à l’aide de canons à eau à Santiago, la capitale chilienne le mardi 16 janvier, alors que le pape effectuait une visite dans le pays. Plus tôt dans la journée, le pape avait exprimé sa “douleur et honte” sur un scandale d’abus sexuels qui touche l‘Église catholique au Chili. Tuerie en Casamance : le Sénégal suspend toutes les autorisations de coupe de bois http://fr.africanews.com/2018/01/18/tuerie-en-casamance-le-senegal-suspend-toutes-les-autorisations-de-coupe-de-bois/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/tuerie-en-casamance-le-senegal-suspend-toutes-les-autorisations-de-coupe-de-bois/ Thu, 18 Jan 2018 14:42:30 +0000 Le président sénégalais Macky Sall a ordonné la supension de toutes les autorisations de coupe de bois à la suite du massacre de 14 personnes en Casamance, région forestière du sud du pays, selon un communiqué publié jeudi sur son compte officiel Twitter. Vingt-deux personnes ont été arrêtées le 14 janvier dans l’enquête sur le massacre de 14 jeunes hommes venus chercher du bois dans la forêt protégée de Bayotte, proche de Ziguinchor, principale ville de cette région agricole et touristique bordée au nord par la Gambie et au sud par la Guinée-Bissau. Le chef de l’Etat a enjoint mercredi en Conseil des ministres le gouvernement de “diligenter” les enquêtes pour “mettre la main sur les auteurs directs de cet acte et leurs complices, personnes qui seront recherchées, arrêtées, jugées et punies par la loi à la hauteur de leurs forfaits odieux”, selon le communiqué. M. Sall a également donné instruction “au gouvernement de suspendre jusqu‘à nouvel ordre toutes les autorisations de coupe de bois et de procéder sans délai à la révision du Code forestier”, selon le texte. Il a demandé aux forces armées “d’engager tous les moyens requis afin de neutraliser durablement toutes les bandes armées qui sévissent sur l’ensemble du territoire national”, tout en réaffirmant son engagement à un “dialogue inclusif” pour parvenir à la paix en Casamance. Selon des experts et le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC – rébellion), le massacre pourrait être lié à l’exploitation illicite du bois précieux en Casamance, région en proie à une rébellion indépendantiste depuis 1982, mais qui connaît une accalmie ces dernières années. Le ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, a annoncé le 9 janvier un renforcement de la répression du trafic de bois en Casamance. Quelques jours avant le massacre, le climat semblait particulièrement propice à une relance du processus de paix. Dans son message de fin d’année, le président Sall avait lancé un appel à la rébellion pour faire “le pas décisif vers la paix définitive, une paix sans vainqueur ni vaincu”, et deux membres du MFDC avaient été libérés le 1er janvier. AFP Egypte : Sissi limoge son chef des renseignements (médias d'Etat) http://fr.africanews.com/2018/01/18/egypte-sissi-limoge-son-chef-des-renseignements-medias-d-etat/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/egypte-sissi-limoge-son-chef-des-renseignements-medias-d-etat/ Thu, 18 Jan 2018 14:41:36 +0000 Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a limogé son chef des services de renseignements Khaled Fawzy, qu’il a remplacé temporairement par son très proche chef de cabinet Abbas Kamal, ont annoncé jeudi des médias d’Etat. Le chef de l’Etat a promulgué un décret chargeant le général Abbas Kamal, un fidèle allié du président, de diriger cette puissante institution jusqu‘à la nomination d’un remplaçant, selon la télévision et la presse d’Etat. Aucune précision n’a été communiquée sur les raisons de ce remaniement. Les rumeurs d’un limogeage de M. Fawzy courraient depuis quelques jours en Egypte, relayées par plusieurs médias arabes. Général et homme de l’ombre, M. Fawzy, comme son remplaçant par intérim M. Kamal, est peu connu du grand public. Parfois surnommé par la presse la “boîte à secrets” du président, M. Kamal a été directeur de cabinet de M. Sissi au fil des divers postes occupés par ce dernier depuis 2010, au sein des services de renseignements militaires, du ministère de la Défense, puis de la présidence. Sa nomination à la tête des renseignements intervient dans un contexte électoral. M. Sissi, qui dirige le pays d’une main de fer depuis son arrivée au pouvoir en 2014, ne s’est pas encore déclaré officiellement candidat à sa propre succession. Il fait toutefois figure de favori dans cette élection présidentielle qui doit se tenir à partir du 26 mars, et qui est jugée “perdue d’avance” par l’opposition. Fin octobre, à la suite d’une attaque meurtrière contre des policiers dans le désert occidental, l’Egypte avait déjà connu un important remaniement au sein de son appareil sécuritaire. Ancien secrétaire général du ministère de la Défense, Mohamed Farid Hegazy avait alors remplacé Mahmoud Hegazy comme chef d‘état-major de la puissante armée égyptienne. Le ministère de l’Intérieur avait également opéré des changements dans des postes importants des services de la sécurité nationale et locale. L’attaque d’octobre avait coûté la vie à au moins 16 policiers, à 200 kilomètres au sud-ouest du Caire. AFP Mauritanie-Sahara: retour des touristes après 7 ans d'absence [Travel TMC] http://fr.africanews.com/2018/01/18/mauritanie-sahara-retour-des-touristes-apres-7-ans-d-absence-travel-tmc/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/mauritanie-sahara-retour-des-touristes-apres-7-ans-d-absence-travel-tmc/ Thu, 18 Jan 2018 06:50:11 +0000 L’augmentation a été principalement tirée par l’Europe avec une augmentation de 8%, en particulier en Méditerranée. Cela est dû au niveau mondial de la reprise économique et à la forte demande de nombreux marchés émetteurs traditionnels et émergents “, a déclaré l’institution. L’OMT a également souligné les bons résultats de l’Afrique avec une augmentation de 8%, souligne le rapport avec la “reprise” du tourisme en Egypte et en Tunisie, après une forte baisse les années précédentes due aux attaques terroristes. Je suppose que ce retour au calme a aussi provoqué un afflux de touristes dans le Sahara mauritanien, c’est ce que nous allons voir. Au désert, les services de chameaux sont très demandés à cette période, notamment par les touristes français. Après sept années de calme dans le secteur du tourisme en raison de l’insécurité, les voyageurs français sont de retour à Adrar, dans le nord-est du pays. Les voyages organisés ont fait un retour remarquable depuis Noël. Ceci est principalement dû à la décision prise par le ministère français des Affaires étrangères en mars 2017 de faciliter la recommandation aux voyageurs sur cette partie du désert, qui était une destination touristique très populaire. Ce changement est suffisant pour relancer les circuits, selon plusieurs agences françaises spécialisées dans les voyages d’aventure et pour les adeptes des destinations sahariennes. Au milieu des années 2000, l’Adrar recevait jusqu‘à 14 000 visiteurs par an. Ceci est principalement dû aux liens historiques entre les deux pays – la Mauritanie est une ancienne colonie française. Mais la destination s’est effondrée avec la multiplication des attaques djihadistes et notamment le meurtre de quatre Français en 2007. Le pays a été classé «zone rouge» par la France en 2010, la région est récemment revenue à une «zone orange», ce qui encourage certains tour-opérateurs à revenir. Depuis Noël, des vols directs ont de nouveau été opérés de Paris à Atar, la capitale de la région. Un rétablissement timide mais important pour l’Adrar. Avec la cessation du tourisme, l‘économie de la région s’est effondrée. Le grand défi est maintenant de prouver que la Mauritanie a fait les efforts nécessaires pour assurer la sécurité. À cette fin, le secteur s’appuie sur les vastes dispositifs mis en place par les autorités. “On dit que des douzaines de gendarmes patrouillent les routes du circuit tout le temps. A 80 km d’Atar, dans l’ancienne ville caravanière de Chinguetti, classée au du patrimoine mondial, les habitants attendaient avec impatience le retour des touristes. Chinguetti ressemblait à une ville fantôme. Aujourd’hui, les ruelles sablonneuses de la vieille ville sont de nouveau vivantes. Au début du mois de janvier, plus de 1000 personnes étaient déjà enregistrées pour des voyages organisés. Pour soutenir cette relance, l’Etat mauritanien contribue pour près de 350 000 euros à la location d’avions par Point-Afrique, selon l’Office mauritanien du tourisme. Les spécialistes du secteur du tourisme espèrent que le retour des Français motivera d’autres nationalités. Nigeria : deux Américains et deux Canadiens enlevés dans le nord (police) http://fr.africanews.com/2018/01/18/nigeria-deux-americains-et-deux-canadiens-enleves-dans-le-nord-police/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/nigeria-deux-americains-et-deux-canadiens-enleves-dans-le-nord-police/ Thu, 18 Jan 2018 10:23:53 +0000 Deux Américains et deux Canadiens ont été enlevés lors d’une “embuscade” tendue par des hommes armés dans le nord du Nigeria, a déclaré mercredi à l’AFP un porte-parole de la police. Les quatre expatriés étaient en route mardi soir vers la capitale fédérale, Abuja, depuis la ville de Kaduna, lorsque des “hommes armés non identifiés” leur ont tendu une “embuscade”, tuant leur escorte policière, a expliqué Mukhtar Aliyu, porte-parole de l’Etat de Kaduna. Vers 19H00 locales (18H00 GMT), les ravisseurs “ont engagé d’intenses échanges de tirs avec les deux policiers qui escortaient les expatriés et qui ont malheureusement perdu la vie”, a-t-il précisé. M. Aliyu a affirmé que “la police fait tout son possible pour les secourir” et a déployé “tous les moyens à notre disposition (dont des unités spéciales anti-kidnapping) pour les retrouver vivants et arrêter les ravisseurs”. Il n’a toutefois pas fourni davantage de détails sur l’identité des quatre otages. Contacté par l’AFP, un porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis n’a pas souhaité commenter ces informations. L’ambassade canadienne n‘était pas joignable dans l’immédiat. Le Nigeria est en proie depuis 2009 à l’insurrection sanglante du groupe jihadiste Boko Haram. Mais les enlèvements pour rançon sont aussi très fréquents au Nigeria, où des personnalités fortunées et leurs familles sont généralement ciblées par des gangs criminels. Les victimes sont souvent libérées après quelques jours, une fois le versement de la somme effectué. Quatre Britanniques, dont un mari et son épouse appartenant à une organisation caritative chrétienne, avaient été enlevés le 13 octobre dernier près de Warri, dans l’État du Delta (sud-est). Le gouvernement britannique avait annoncé en novembre qu’un des otages, Ian Squire, avait été tué lors de sa captivité, les trois autres otages ayant pu être libérés et rentrer chez eux. Mi-octobre, un prêtre italien, Maurizio Pallu, avait également été enlevé près de la ville de Benin, dans l’Etat d’Edo, voisin du Delta, par un groupe de miliciens armés. Il avait été libéré cinq jours plus tard. AFP Défigurée par l'ère djihadiste, la musique reprend des couleurs à Tombouctou http://fr.africanews.com/2018/01/18/defiguree-par-l-ere-djihadiste-la-musique-reprend-des-couleurs-a-tombouctou/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/defiguree-par-l-ere-djihadiste-la-musique-reprend-des-couleurs-a-tombouctou/ Thu, 18 Jan 2018 12:07:29 +0000 Aimant touristique et berceau de la culture touareg, la ville malienne de Tombouctou est aujourd’hui le vestige d’une grandeur altérée par l’invasion djihadiste qu’elle a connue ces dernières années. La musique, qui y était jusque-là interdite, commence à se refaire une santé. Dans un décor scintillant mais intimiste, Khaira Arby donne de la voix. Autour d’elle, un assemblée contemplatrice qui a du mal à se contenir lorsqu’elle entonne sa célèbre chanson Sourgou, un envoûtant hymne à la culture Touareg. Il y a bien d’années que la cantatrice avait quitté son Tombouctou natal. Mais, le mardi dernier, elle y est retournée, et avec elle, sa musique. Une initiative de l’organisation Tombouctou Renaissance qui compte rassembler les population de la ville des 333 saints à travers la culture. Ce concert qui se tenait à l’Auberge du Désert, l’un des derniers hôtels fonctionnels de la ville, est le premier d’une série qu’espère réaliser l’organisation afin de remettre en scelle une musique marginalisée par les djihadistes. “Le but était de faire en sorte que les habitants de Tombouctou se sentent mieux et aient un sens de la vie réelle, et une vision plus claire de l’avenir, et tout semble s‘être passé”, explique Cynthia Schneider, cofondatrice de Tombouctou Renaissance et ancienne diplomate. En effet, la légendaire ville reconnue pour ses poésies et son héritage culturel, a été réduite au silence par un conflit complexe qui mettait en scène djihadistes armés, forces gouvernementales et forces étrangères. Les sécessionnistes d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) ont pris le contrôle de la ville en 2012 et y ont appliqué la loi islamique, la charia. Durant leur règne, les femmes ont été forcées à se couvrir, des gens battues pour avoir porté du parfum, des monuments et mausolées détruits… Quant aux musiciens, ils ont reçu des menaces de mort, leurs instruments incendiés. Une période toutefois mise à profit par les artistes pour stimuler leur créativité musicale. “Nous avons composé beaucoup de musique pendant la crise, mais à l’intérieur des maisons, en secret”, a déclaré Abdulrahman Cissé, un mécanicien et musicien connu localement sous le nom d’Adé, qui faisait les chœurs pour Arby. “Nous chantions sur ce que nous traversions, pour transmettre le message sur ce qui s’est passé”, a-t-il ajouté. Depuis 2013, l’avancée des forces françaises en 2013 a réussi à ramener une relative normalité dans la ville. Mais les craintes subsistent, car le Nord du Mali reste sous la menace de groupes armés. “Il y a toujours des gens qui ont de mauvaises intentions, alors j’ai peur des bandits, j’ai peur d‘être kidnappée, mais quand je suis avec les gens, je ressens une autre émotion qui me fait oublier la peur”, confie Khaira Arby. Une passion pour la musique qui surpasse ses craintes. Elle promet du reste de retourner à Tombouctou si un studio d’enregistrement y est construit, comme le promet l’association qui envisage également d’ouvrir un centre pour la jeunesse avec le wifi gratuit, un magasin d’artisanat dans lequel des écharpes brodées seront vendues. Toutes ces perspectives sont en outre encouragées par la mise sur pied de la Force du G5 Sahel composée de soldats des cinq pays touchés par la crise djihadiste – Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad – qui comptent ratisser les frontières devenues poreuses. Le financement de cette force est en cours de collecte. Mais l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis ont annoncé une contribution de 150 millions de dollars, en plus des 60 millions des États-Unis, des 59 millions de l’UE, sans compter la contribution de 50 millions d’euros pour chacun des cinq pays membres. Carole KOUASSI Arrêt sur images du 17 janvier, 2018 http://fr.africanews.com/2018/01/18/arret-sur-images-du-17-janvier-2018/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/arret-sur-images-du-17-janvier-2018/ Thu, 18 Jan 2018 10:43:05 +0000 Africanews s’arrête sur les images les plus marquantes de l’actualité de la journée. Le président ougandais accuse l'ONU de "préserver le terrorisme en RDC" http://fr.africanews.com/2018/01/18/le-president-ougandais-accuse-l-onu-de-preserver-le-terrorisme-en-rdc/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/le-president-ougandais-accuse-l-onu-de-preserver-le-terrorisme-en-rdc/ Wed, 17 Jan 2018 13:23:45 +0000 L’ONU sermonnée par le chef de l’Etat ougandais, Yoweri Museveni, qui accuse l’organisation internationale de “préserver le terrorisme en République démocratique du Congo”, où des rebelles ont mené plusieurs attaques ces dernières semaines dans la région de l’Est. M. Museveni a tenu ces propos après une rencontre avec des responsables des Nations unies qui enquêtent sur l’attaque qui a coûté la vie à 15 Casques bleus tanzaniens, dans l’Est de la RDC. Cette attaque, menée début décembre, a été attribuée aux Allied Democratic Forces (ADF), un groupe rebelle islamiste ougandais qui opère dans la jungle chaotique de l’est du Congo depuis des années. “Les Nations Unies sont responsables de la préservation du terrorisme en République démocratique du Congo”, a déclaré Museveni aux enquêteurs onusiens, selon un communiqué de la présidence. Pour l’heure, aucune réaction de l’ONU. Par ces mots, le président ougandais accuse l’ONU de laxisme face aux attaques répétées des rebelles de l’ADF. Signe de son exaspération, quelques jours après l’attaque, Kampala a effectué des frappes aériennes et d’artillerie sur les camps du groupe, assurant avoir la certitude que les ADF préparaient des attaques contre l’Ouganda. En RDC, l’initiative ougandaise avait fait des remous. Les autorités congolaises affirmaient en effet n’avoir pas donné l’autorisation à l’armée ougandaise de mener ces opérations. Avec la résurgence des offensives de la rébellion ougandaise, Kampala craint que les rebelles n’investissent sa région occidentale, riche en pétrole. Une telle hypothèse mettrait en danger ses ambitions pétrolières, notamment avec les investisseurs, alors que l’Ouganda compte débuter le pompage du brut de cette région dès 2020. Carole KOUASSI Le 5e plus gros diamant au monde découvert au Lesotho http://fr.africanews.com/2018/01/18/le-5e-plus-gros-diamant-au-monde-decouvert-au-lesotho/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/le-5e-plus-gros-diamant-au-monde-decouvert-au-lesotho/ Wed, 17 Jan 2018 15:12:37 +0000 La société minière britannique Gem Diamonds a annoncé lundi avoir récemment extrait au Lesotho un diamant d’une masse exceptionnelle de 910 carats, déjà considéré comme l’un des cinq plus gros jamais découverts sur la planète. Cette pierre, extraite de la très prolifique mine de Letseng, pourrait valoir jusqu‘à 33 millions d’euros, a estimé dans une note l’analyste Ben Davis, du cabinet Liberum Capital. “Depuis que Gem Diamonds a acquis la mine de Letseng en 2006, elle a produit quelques uns des diamants les plus intéressants au monde”, s’est réjoui son PDG, Clifford Elphick. “Ce diamant de pureté exceptionnelle est toutefois le plus gros extrait à ce jour de la mine de Letseng et illustre sa qualité, a ajouté le patron dans un communiqué. Cette découverte a été saluée lundi matin à la bourse de Londres par une hausse de 14% du titre Gem Diamonds. Petit royaume enclavé au coeur de l’Afrique du Sud, le Lesotho est l’un des pays les plus pauvres du monde. Le plus gros diamant au monde est le Cullinan de 3.106 carats, qui avait été trouvé en Afrique du Sud en 1905. Il a été fractionné en plusieurs énormes pierres, dont les principales ornent le sceptre de sa majesté britannique et la couronne impériale qui font partie des joyaux de la Couronne britannique précieusement gardés à la Tour de Londres. Le plus gros diamant jamais découvert depuis un siècle, d’un poids de 1.111 carats, a été extrait en 2015 d’une mine du Botswana. AFP Italie : le Parlement entérine la mission militaire au Niger http://fr.africanews.com/2018/01/18/italie-le-parlement-enterine-la-mission-militaire-au-niger/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/italie-le-parlement-enterine-la-mission-militaire-au-niger/ Wed, 17 Jan 2018 14:14:34 +0000 Les députés italiens ont entériné mercredi le déploiement d’une mission militaire au Niger afin d’aider les autorités locales à renforcer le contrôle du territoire du pays par lequel transitent de nombreux migrants. La ministre de la Défense, Roberta Pinotti, a expliqué lundi que cette mission comprendrait dans un premier temps 120 militaires et monterait progressivement à 470. “C’est une mission d’entraînement, comme le Niger nous l’a demandé, pas une mission de combat”, a-t-elle précisé. “Nous allons au Niger à la suite d’une demande du gouvernement local, reçue début décembre, concernant une contribution italienne pour faire ce que nous faisons normalement dans ces pays, comme par exemple en Libye: renforcer les instruments de contrôle du territoire et des frontières et renforcer les forces de police locales”, avait annoncé fin décembre le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni. Le Niger est “le principal pays de transit” pour des dizaines de milliers de migrants qui arrivent en Libye et tentent ensuite de gagner les côtes italiennes et l’Europe, avait-il rappelé. L’envoi des soldats italiens au Niger avait déjà été évoqué par M. Gentiloni lors du G5 Sahel (Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger, Mauritanie) mi-décembre à la Celle-Saint-Cloud, près de Paris. AFP CHAN-2018 - Groupe A : Maroc et Soudan en quarts de finale http://fr.africanews.com/2018/01/18/chan-2018-groupe-a-maroc-et-soudan-en-quarts-de-finale/ http://fr.africanews.com/2018/01/18/chan-2018-groupe-a-maroc-et-soudan-en-quarts-de-finale/ Thu, 18 Jan 2018 07:48:28 +0000 Le Maroc, pays-hôte et l’un des grands favoris pour la victoire finale, s’est qualifié pour les quarts de finale du CHAN-2018, après sa deuxième victoire en deux matches, 3-1 contre la Guinée mercredi, et le Soudan a aussi décroché son ticket. Le Maroc, vainqueur autoritaire de la Mauritanie en match d’ouverture (4-0), a été tenu en échec (1-1) pendant un peu plus d’une heure avant le show d’Ayoub El-Kaabi, au final auteur d’un triplé. Après ses deux buts contre la Mauritanie, voilà l’attaquant de 24 ans meilleur buteur de la compétition avec cinq réalisations en deux rencontres. De son côté, le Soudan a battu la Mauritanie 1-0 pour compter, lui aussi, deux succès en autant de matches. *GROUPE A (à Casablanca) * Maroc – Guinée 3-1 Buts Maroc : Kaabi (26, 64, 68) Guinée : Saidouba (28) Soudan – Mauritanie 1-0 But Soudan : Musa (30) Déjà joués : Maroc – Mauritanie 4-0 Guinée – Soudan 1-2 Classement : Pts J G N P Bp/Bc 1. Maroc 6 2 1 0 0 6 2. Soudan 6 2 2 0 0 2 3. Guinée 0 2 0 0 2 -3 4. Mauritanie 0 2 0 0 2 -5 Reste à jouer : Dimanche (19h00) : Soudan – Maroc (Stade Mohammed V/Casablanca) Mauritanie – Guinée (Grand stade Marrakech) NDLR : Les deux premiers qualifiés pour les quarts de finale