Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Af. du Sud : le président Ramaphosa dément les allégations de corruption

Le président du Congrès national africain (ANC) et président de l'Afrique du Sud, M. Ramaphosa, prononce son discours de clôture de la 6e Conférence politique nationale   -  
Copyright © africanews
Themba Hadebe/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved. -

Afrique du Sud

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa dément les allégations selon lesquelles il aurait couvert le cambriolage de sa ferme animalière de Phala Phala.

Ce hold-up, qui aurait révélé 4 millions de dollars d'argent liquide non déclaré planqué dans les meubles a alimenté les allégations de corruption qui pèse sur le gouvernement sud-africain.

Interrogé devant le Parlement sur la coopération présumée entre le gouvernement et les gangs criminels, le chef d’état s’est insurgé contre ces déclarations :"Une allégation a également été faite selon laquelle certains des criminels et des barons de la drogue travaillent pour le gouvernement, ce que je nie complètement, et qu'ils travaillent pour le ministre et moi-même. Ces allégations sont scandaleuses et nous les réfutons totalement, car elles sont totalement fausses. Le ministre est celui qui, avec les agents de police, travaille contre les criminels et les criminels ne travaillent pas pour le gouvernement. Soyons clairs sur ce point. "

Le Parlement sud-africain a nommé un groupe indépendant chargé de déterminer si Cyril Ramaphosa devait faire l'objet d'une procédure de destitution en raison de la dissimulation présumée du cambriolage de sa ferme. Le président sud africain a affirmé que l'argent représentait le produit de la vente de gibier.

"En ce qui concerne les comptes à rendre au Parlement, j'ai dit que je suis prêt, préparé et capable de me soumettre à toutes sortes d'enquêtes, ainsi que des investigations et des procédures qui se déroulent ici au Parlement." a déclaré le président de l'Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa. 

Le groupe nommé par le parlement est composé de l'ex-juge en chef Sandile Ngcobo, d'un ancien juge éminent de la Haute Cour et d'un professeur d'université.

La destitution d'un président nécessite un vote à la majorité des deux tiers à l'Assemblée nationale. Le parti de M. Ramaphosa, le Congrès national africain (ANC), dispose toutefois de plus de deux tiers des sièges.