Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Congo : des états généraux pour soigner les maux de l'éducation

Congo : des états généraux pour soigner les maux de l'éducation
Gloire Louzolo, enseignante congolaise, parle à des élèves dans une salle de classe de l'école Itsali, le 14 juin 2013 à Brazzaville   -  
Copyright © africanews
LAUDES MARTIAL MBON/AFP -

Congo

Les autorités congolaises ont lancé mardi à Brazzaville des états généraux de l’éducation nationale pour tenter d’apporter des solutions aux nombreux maux qui minent ce secteur.

Venu lancer les assises, le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, a peint un tableau sombre du système éducatif congolais, allant du délabrement des infrastructures à la dégradation de la qualité des enseignements.

"Notre système éducatif - du préscolaire à l’université - présente des défis importants" en termes d'équité, d'"égalité du genre", de qualité des apprentissages ou encore d'"adéquation de la formation aux besoins de l’économie nationale et du marché de l’emploi", a déclaré le chef du gouvernement.

Il a également évoqué la qualité des enseignants, "pour la plupart bénévoles et sans formation" ainsi que "l’intensification de la violence" en milieu scolaire, comme autres défis à relever.

De nombreux experts sont d’avis que le système éducatif congolais s’est dégradé à cause des guerres civiles que le pays a connues pendant la décennie 90. Jadis, le taux d’alphabétisation frôlait les 100%. Il est désormais estimé en deçà de 80%.

Après le lancement de ces assises, des consultations locales sont prévues dans l’ensemble des départements du pays. Les états généraux, qui bénéficient d’un appui financier et technique d'institutions telles que la Banque mondiale, l’UNESCO, l’UNICEF, s'achèveront en décembre prochain.

À leur terme, un rapport sera adressé au chef de l’État Denis Sassou Nguesso, 79 ans, dont 38 cumulés à la tête du pays.

L’ambition de ces états généraux est de "construire un pacte social" sur l’école "pour les cinq ou dix prochaines années", de telle sorte que "les anciens ne regrettent plus la belle époque de leur école et que la jeunesse d’aujourd’hui ait confiance en son avenir", a expliqué Hellot Matson Mampouya, chargé de leur organisation.

Voir plus