Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

L'Égypte nie toute repression des ONG environnementales

L'Égypte nie toute repression des ONG environnementales
Samih Schukri, ministre égyptien des Affaires étrangères, lors du dialogue sur le climat de Petersberg à Berlin, en Allemagne, le 19 juillet 2022   -  
Copyright © africanews
Christophe Gateau/(c) dpa-Pool -

Egypte

L'Égypte, qui accueillera cette année la conférence sur le climat organisée par les Nations unies (COP 27), rejette les rapports d'un groupe de défense des droits qui affirme que les autorités de ce pays du Moyen-Orient étouffent le militantisme en faveur de l'environnement dans le cadre d'une répression plus large de la dissidence.

Selon le rapport de Human Rights Watch, les restrictions imposées par le gouvernement égyptien constituent une violation des droits de l'homme et remettent en question sa capacité à respecter ses engagements fondamentaux en matière de climat.

Le rapport est basé sur des entretiens avec plus d'une douzaine d'universitaires, de scientifiques et de militants. Le sommet mondial COP 27 se tiendra dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, en novembre. Le ministère égyptien des Affaires étrangères a déclaré lundi dernier que le rapport était trompeur et que sa publication était "contre-productive".

La déclaration n'a pas abordé les allégations d'intimidation et d'obstruction auxquelles sont confrontés les travailleurs environnementaux et d'autres militants. Elle répondait plutôt aux témoignages selon lesquels certains groupes locaux ont rencontré des difficultés pour enregistrer leurs organisations non gouvernementales en raison de lois strictes sur la manière dont les ONG doivent être établies et enregistrées.

Seuls les groupes enregistrés auprès du gouvernement peuvent demander une accréditation pour participer au sommet de la COP 27.

Ces dernières années, le gouvernement égyptien s'est livré à une répression généralisée de la dissidence, détenant des milliers de personnes, dont beaucoup sans procès, selon les groupes de défense des droits. Sous la présidence d'Abdel Fattah el-Sissi, les autorités ont également intimidé les militants. De nouvelles lois ont pratiquement interdit à de nombreuses organisations de la société civile de fonctionner.

"Il est regrettable de trouver de telles allégations et inexactitudes dans le dernier rapport de HRW sur la participation des groupes environnementaux à la COP 27. Le rapport est basé sur les témoignages de sources inconnues et de groupes non identifiés qui affirment que leur participation à la conférence pourrait être entravée", a déclaré Ahmed Abu Zeid, porte-parole du ministère.

Il s'agit d'un cas rare où les autorités égyptiennes ont répondu à un rapport critique de l'organisme de surveillance basé à New York."Il est déplorable et contre-productif de publier un rapport aussi trompeur, à un moment où tous les efforts devraient être consolidés pour assurer la convocation d'une COP réussie qui garantisse la mise en œuvre des engagements climatiques mondiaux", a déclaré le porte-parole.

Le site web de HRW, ainsi que des dizaines d'autres, est bloqué en Égypte. Le bilan de l'Égypte en matière de droits de l'homme fait l'objet d'une attention croissante à l'approche de la conférence internationale sur le ralentissement du changement climatique par une action mondiale coordonnée. En juillet, plusieurs dizaines d'organisations ont appelé l'Égypte à mettre fin à la répression et à permettre aux gens d'exercer leur liberté d'expression.

Une déclaration commune signée par 36 groupes, dont Amnesty International et HRW, s'est inquiétée du fait que l'Égypte maintiendra en grande partie son interdiction de manifester pendant la COP 27 de novembre.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a déclaré à l'Associated Press, lors d'une interview en mai, qu'un site désigné était en cours d'aménagement à côté du lieu de la conférence, spécifiquement pour les manifestations. Il a également déclaré que les militants auraient accès à la conférence, comme il est d'usage, sans préciser si les manifestations seraient autorisées ailleurs.

L'organe des Nations unies chargé de la lutte contre le changement climatique, qui supervise le sommet, a déclaré mardi, en réponse à une demande de commentaires sur le rapport, que "les sites de la conférence des Nations unies sur le changement climatique deviendront des espaces extraterritoriaux dont la gestion incombera aux Nations unies". L'organisme a ajouté qu'il "maintiendra le même niveau de qualité dans la facilitation de l'enregistrement de la conférence et des manifestations des ONG sur le site de la COP que lors des sessions précédentes."

L'organisme n'a pas répondu directement à l'appel de Human Rights Watch lui demandant de demander aux futurs pays accueillant sa conférence sur le climat de s'engager à respecter les normes en matière de droits de l'homme.

Voir plus