Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Ethiopie : l'économie en berne alors que la guerre reprend au Tigré

Ethiopie : l'économie en berne alors que la guerre reprend au Tigré
Un homme vend des poulets au marché de Sholla, la veille du Nouvel An éthiopien, à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 10 septembre 2022   -  
Copyright © africanews
AP/Copyright 2022 The Associated Press -

Ethiopie

L'Éthiopie, qui abritait autrefois l'une des économies à la croissance la plus rapide d'Afrique, est en proie à des difficultés alors que la guerre dans la région du Tigré a repris et que les citoyens fatigués, loin du front, implorent la paix.

Les Éthiopiens connaissent l'inflation la plus élevée depuis dix ans, des restrictions sur les devises étrangères et une dette croissante, alors que des rapports font état de dépenses gouvernementales massives pour l'effort de guerre. Au début de l'année, le Parlement aurait approuvé un budget supplémentaire de 1,7 milliard de dollars pour la défense.

Mardi matin, une frappe de drone a touché un campus universitaire dans la capitale du Tigré, Mekele, faisant un nombre indéterminé de blessés.. Une autre frappe de drone a également détruit la station du radiodiffuseur régional Dimtsi Woyane.

Les responsables éthiopiens continuent de brosser un tableau optimiste de ce pays de plus de 110 millions d'habitants. "Notre économie a continué de croître malgré les problèmes naturels et ceux causés par l'homme", a déclaré le ministre de la planification et du développement, Fitsum Assefa, au début du mois.

Conflits internes

Mais la réunion de l'Association économique éthiopienne, qui s'est tenue ce mois-ci, a clairement montré que le pays souffre, tandis que les médiateurs internationaux cherchent à faire progresser de toute urgence les pourparlers visant à mettre fin aux combats.

Les conflits internes, la destruction des infrastructures et les dépenses incontrôlées nuisent à l'économie, tandis que les Éthiopiens ordinaires sont confrontés à la baisse de leurs revenus et à l'augmentation de la pauvreté, a déclaré l'économiste Alemayehu Seyoum lors de la réunion.

L'Éthiopie est entrée sous les projecteurs de la communauté mondiale à la suite d'une famine dévastatrice dans les années 1980. Depuis, le pays a transformé son économie grâce à des méga-projets tels que le barrage de la Grande Renaissance éthiopienne, le plus grand d'Afrique, et des projets de construction à grande échelle à Addis-Abeba, la capitale diplomatique de l'Afrique.

Croissance moyenne

L'économie a connu une croissance moyenne de 11% au cours de la dernière décennie. Mais la guerre dans la région du Tigré, au nord du pays, qui a débuté fin 2020, a provoqué d'immenses perturbations. En juin, le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré que la croissance allait probablement tomber à 3,8% pour 2021-2022 en raison de la guerre et d'une "forte baisse du financement des donateurs", entre autres facteurs.

Le ministère des Finances a refusé d'approuver le financement de trois parcs industriels, symboles du développement de l'Éthiopie à l'image de la Chine, invoquant des "pressions budgétaires". Au lieu de cela, l'économie s'est tournée vers la guerre.

Le ministère des Finances demande maintenant au public et à l'importante diaspora éthiopienne de contribuer à une "cause nationale" pour la reconstruction et l'aide à la guerre. La Banque nationale d'Éthiopie a introduit des changements visant à donner au gouvernement tout l'accès possible aux devises étrangères, y compris en exigeant des résidents étrangers qu'ils convertissent tout ce qu'ils possèdent à leur arrivée.

Soutien financier

Certains travaux de développement se poursuivent, notamment les projets phares du Premier ministre Abiy Ahmed comme l'embellissement de la capitale. Mais certains critiques, comme le porte-parole de l'Armée de libération oromo, Odaa Tarbii, affirment que les "projets de vanité" ne sont pas nécessaires maintenant.

Tout ce qui est considéré comme une critique de la guerre peut être étouffé. La semaine dernière, les autorités ont empêché 31 groupes locaux de la société civile d'organiser un point de presse appelant à la paix.

À la suite des critiques selon lesquelles son soutien financier favorisait les efforts de guerre du gouvernement, la Banque mondiale a déclaré la semaine dernière qu'elle poursuivrait son partenariat mais a exprimé son inquiétude.

Certains secteurs étatiques de l'économie éthiopienne continuent de s'ouvrir aux investisseurs, comme l'avait promis Abiy Ahmed après son entrée en fonction. Le Conseil des ministres a approuvé ce mois-ci l'entrée des banques étrangères, une étape importante. L'ambassadeur d'Éthiopie aux États-Unis, Seleshi Bekele, a déclaré que "la communauté internationale devrait soutenir cette initiative en aidant à désarmer les forces hostiles (du Tigré)".

Raisons de sécurité

L'envoyé spécial des États-Unis, Mike Hammer, était de nouveau en Éthiopie la semaine dernière pour "discuter de l'urgence d'une cessation immédiate des hostilités", selon le département d'État, qui a déclaré que "le peuple éthiopien a énormément souffert de ce conflit."

Le gouvernement éthiopien a été déstabilisé lorsque les États-Unis l'ont exclu l'année dernière d'un programme commercial préférentiel en raison de son incapacité à mettre fin à la guerre au Tigré qui, selon les États-Unis, a entraîné des "violations flagrantes" des droits de l'homme. Addis-Abeba fait pression pour obtenir un retour en arrière. Depuis lors, des entreprises mondiales comme PVH Corp ont quitté l'Éthiopie, invoquant des raisons de sécurité, et d'autres licencient des milliers d'employés.

Ethiopian Airlines, le plus grand groupe d'aviation d'Afrique, reste l'une des rares entreprises rentables du pays mais a été accusée par les forces du Tigré de transporter des troupes et des armes vers le front. La compagnie aérienne a démenti ces accusations.

Manque de carburant

À l'intérieur du Tigré, des millions d'habitants sont encore largement coupés du monde. Les communications et les services bancaires sont interrompus, et leur rétablissement a été une demande clé dans les efforts de médiation.

Une enquête agricole menée dans plusieurs régions accessibles du Tigré le mois dernier par le personnel de l'université de Mekele, communiquée à l'Associated Press, a révélé que de nombreuses cultures étaient déficitaires en raison du manque d'engrais. Même les déplacements sont devenus "fastidieux" en raison du manque de carburant, selon l'enquête.

D'autres pénuries sont mortelles. Dans un courriel adressé à l'AP, le chef du bureau de la Santé de Tigré a déclaré que les vaccins pour les enfants étaient épuisés depuis plus d'un an et que les femmes ne disposaient pas de moyens de contraception. Les livraisons humanitaires ont cessé en raison de la reprise des combats.

"La liste est très longue. Je ne veux pas vous ennuyer avec les détails", a écrit Amanuel Haile. "Ce qui précède est juste suffisant".

Voir plus