Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sénégal : l'Assemblée nationale composée à 44% de femmes

Aminata Toure, ancien premier ministre du Sénégal et député entrant pose pour un portrait dans sa maison à Dakar, le 8 septembre 2022.   -  
Copyright © africanews
JOHN WESSELS/AFP or licensors -

Sénégal

Le Sénégal va franchir une nouvelle étape lundi avec l'entrée en fonction de la plus grande proportion de femmes parlementaires jamais atteinte en Afrique de l'Ouest, suscitant l'espoir d'un changement dans un pays où les lois et les attitudes patriarcales sont bien ancrées.

Plus de 44% des sièges de la prochaine Assemblée nationale du Sénégal seront occupés par des femmes, soit la plus forte proportion de tous les pays de la région.

Mais les espoirs de progrès spectaculaires sur des questions allant des droits reproductifs à la violence domestique doivent également être mis en balance avec la réalité politique.

Aminata Touré, ancienne Premier ministre et future députée du parti APR du Président Macky Sall, a prévenu qu'en politique, les pionnières se heurtent toujours à la résistance et à la suspicion.

"Vous êtes beaucoup plus scrutée... on ne vous pardonne aucune erreur", a-t-elle déclaré. "Je pense que toutes les femmes au pouvoir vous diraient la même chose".

Soixante-treize des 165 sièges parlementaires seront occupés par des femmes à l'issue des élections qui se tiendront en juillet à travers le Sénégal, largement considéré comme un phare de démocratie et de stabilité dans une région marquée par les conflits.

Le pays se classe au quatrième rang en Afrique et au 18e rang dans le monde pour la parité hommes-femmes au Parlement, devant la Suisse, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, selon l'Union interparlementaire, une organisation basée à Genève.

En dehors du Sénégal, seuls 15 des 111 postes parlementaires ou ministériels élus ou nommés qui se sont ouverts en Afrique de l'Ouest et au Sahel entre décembre et juin ont été occupés par des femmes, selon un rapport des Nations unies.

La part élevée du Sénégal s'explique par une loi de 2010 exigeant une "parité absolue entre les sexes" dans toutes les institutions électives, les listes de candidats devant alterner entre hommes et femmes.

Le dernier décompte des législateurs est de deux de plus qu'auparavant, et le plus élevé jamais atteint en vertu des règles de parité.

La loi "permet aux femmes d'avoir leur mot à dire sur le budget national, d'exprimer les préoccupations et les besoins des femmes au Parlement et de montrer à la société que les femmes sont tout aussi qualifiées", a déclaré M. Touré. Les femmes "peuvent apporter une autre culture de gouvernance" ajoute-t-elle.

Les listes de candidats sont souvent dominées par des hommes et, lorsqu'elles sont impaires, ont tendance à compter un homme de plus que de femme, ce qui explique que la représentation féminine reste inférieure à 50 %, a déclaré une porte-parole de l'Assemblée nationale.

Un changement progressif

Les militants dénoncent une montagne de tâches à accomplir dans un pays qui n'est classé qu'au 130e rang sur 189 États selon l'indice d'égalité des sexes des Nations unies.

Mais les efforts pour les résoudre sous la nouvelle assemblée risquent d'être progressifs.

Le viol n'a été criminalisé qu'en 2020, et les lois nationales n'ont pas encore pleinement mis en œuvre le protocole de Maputo, une initiative de l'Union africaine visant à élargir l'accès à l'avortement que le Sénégal a ratifiée en 2005.

Il oblige les États parties à autoriser l'avortement en cas de viol et d'inceste, entre autres.

Mais au Sénégal, l'avortement n'est autorisé que pour sauver la vie d'une femme enceinte, a déclaré Aissatou Ywa de Task Force, une alliance d'associations de la société civile et de médecins qui font campagne pour que le viol et l'inceste soient inclus.

En 2020, un quart de la population carcérale féminine avait été emprisonnée pour des crimes liés à l'avortement, selon l'ONG Africa Check, citant des données fournies par les administrateurs des établissements pénitentiaires du Sénégal.

D'autres groupes de campagne font pression pour des changements juridiques qui feraient passer l'âge du mariage des filles de 16 à 18 ans. L'âge légal du mariage est déjà de 18 ans pour les hommes.

"Il devrait être porté à 18 ans pour les filles afin de leur permettre de poursuivre leur scolarité et d'être sur un pied d'égalité, en termes de droits, avec les garçons", a déclaré Maimouna Yade, directrice de l'organisation de femmes JGEN.

Les militants font également pression pour permettre aux mères d'avoir la même autorité parentale que les pères en vertu de la loi.

"Il y a tellement de choses à faire", a déclaré Mame Diarra Fam, une nouvelle députée du Parti démocratique sénégalais (opposition).

Elle a insisté sur la violence à l'égard des femmes, l'éducation des filles et l'accès à la santé, après une série de tragédies qui ont fait la une des journaux dans les maternités au cours des 18 derniers mois.

Une épreuve à venir

Les défenseurs et les députés attribuent à la loi sur la parité plusieurs succès.

En 2013, le parlement a promulgué une loi permettant aux femmes sénégalaises mariées à des étrangers de transmettre leur nationalité à leurs enfants, un droit qui était déjà autorisé pour les hommes sénégalais.

Aminata Touré avait présenté le projet de loi en tant que ministre de la Justice.

Une autre avancée a été la législation criminalisant le viol - une loi "largement poussée" par les femmes parlementaires, a déclaré Yade.

La question de savoir si le nombre croissant de femmes au parlement se traduit par un pouvoir exécutif sera bientôt confrontée à un test clé. Le président Macky Sall sera scruté pour voir s'il nomme une femme au poste de Premier ministre, un poste qu'il avait supprimé en 2019 dans le cadre du système présidentiel du pays.

La première femme Premier ministre du Sénégal a été Mame Madior Boye, qui a occupé ce poste de 2001 à 2002. Elle a été suivie par Aminta Touré, en poste de 2013 à 2014.

Une autre question est de savoir combien de femmes Sall va nommer à des postes ministériels. M. Touré fait partie de ceux qui souhaitent que la parité soit étendue au cabinet et même au secteur privé.

Les groupes de la société civile, quant à eux, mènent une campagne acharnée en faveur d'une femme présidente de l'assemblée, un rôle qui n'a jamais été occupé par une femme.

"Nous voulons vraiment qu'une femme dirige le parlement de 2022-2027", a déclaré Coumba Gueye, secrétaire exécutive de l'Association des femmes juristes sénégalaises. "Si nous avons une femme, beaucoup de choses peuvent être changées".

Voir plus