Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ouganda : l'élevage de larves, source de revenus et d'engrais naturel

Les équipes du Marula Proteen Hub élèvent la mouche soldat noir et distribuent les larves aux agriculteurs, qui les rachètent et tirent de l'engrais de leurs déjections   -  
Copyright © africanews
BADRU KATUMBA/AFP or licensors -

Ouganda

La vue de ces larves peut ne pas plaire à tout le monde, mais Scovia Namataka, 30 ans, n'a rien contre les asticots qui se tortillent.

Elle les nourrit avec des déchets naturels, comme les restes de mangues et de fruits du jacquier. En retour, ils aident son jardin - et le revenu de son ménage.

_"Je récupère les larves de cinq jours. Je les mets dans mes fûts, elles n'y restent que deux semaines, elles viennent prendre les larves matures et me donnent un peu d'argent pour ça, je reste avec mon engrais naturel"_a déclaréScovia Namataka, agricultrice.

Ces asticots lucratifs proviennent de Marula Proteen Hub, à quelque 70 kilomètres de Kampala, où des équipes élèvent la mouche soldat noir - et distribuent les larves aux agriculteurs.

Propres, écologiques et faciles à élever, elles n'ont besoin que d'un environnement chaud, d'un peu d'eau et d'un endroit pour pondre.

Une fois que les larves ont atteint l'âge de cinq jours, elles sont vendues aux agriculteurs qui les gardent pendant quinze jours et tirent de l'engrais des déjections.

Le prix des engrais ayant plus que doublé dans la région au cours de l'année écoulée, il s'agit d'une solution plus écologique et moins coûteuse pour les agriculteurs locaux.

"La guerre en Russie et en Ukraine a rendu les autres engrais chimiques, qui étaient importés, si chers que les prix ont grimpé. Nous n'avons pas pu acheter ces engrais chimiques. Et d'autre part, ils sont nocifs pour les sols" a expliquéPeter Wakisi, petit exploitant agricole.

Peter Wakisi est un technicien de réseau et un petit exploitant agricole. Il est passé aux engrais naturels il y a cinq mois.

Aujourd'hui, il utilise l'argent qu'il a économisé pour son projet de porcherie.

Quant aux larves, le hub rachète les asticots matures aux agriculteurs comme Peter pour le double du prix de vente.

"Nous transportons les jeunes larves jusqu'au centre de production, mais comme elles se trouvent au centre de production, nous avons un ensemble de clients qui s'y intéressent. La raison en est que c'est une source de protéines pour les aliments pour animaux, donc vous trouvez les gens qui s'occupent de la porcherie, de la pisciculture et aussi de la volaille qui l'utilisent pour améliorer les niveaux de protéines de leurs aliments." a ditWilliam Kafuko, responsable de projet spécial et administrateur au Marula Proteen Hub.

Le Marula Proteen Hub a lancé le programme il y a 18 mois. Aujourd'hui, il emploie plus de 100 personnes et aide plus de 1 200 agriculteurs.

Le projet espère s'attaquer à long terme au chômage élevé des jeunes Ougandais et augmenter la production alimentaire dans un pays où plus de 70 % de la population travaille encore dans l'agriculture.

Voir plus