Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : un film retrace l'histoire des Italiens de La Goulette

Tunisie : un film retrace l'histoire des Italiens de La Goulette
La procession de la Madone de Trapani, qui marque la fête catholique de l'Assomption, à Tunis   -  
Copyright © africanews
cleared -

Tunisie

Des fidèles criant "Je vous salue Marie" marchent aux côtés de leurs voisins musulmans dans le quartier portuaire tunisien de La Goulette, rappelant une époque où les Siciliens étaient au cœur de la vie du quartier, lorsque la communauté italienne du pays comptait 130 000 personnes, dont les parents de l'actrice Claudia Cardinale, qui est née et a grandi dans la région.

La procession de la Madone de Trapani, qui marque la fête catholique de l'Assomption, est l'écho d'une "histoire oubliée" qui, selon les chercheurs d'origine italienne, offre un modèle de coexistence avec les migrants, entre les confessions et les ethnies.

_"Les Italiens, mais cela dépendait aussi de leur origine sociale, étaient plus proches de la population tunisienne parce qu'ils n'étaient pas les maîtres, les patrons (dans le protectorat).[...]_Et donc ils partageaient ce statut d'infériorité voulu par le protectorat".a déclaréSilvia Finzi, rédactrice en chef du journal tunisien de langue italienne Corriere di Tunisi.

Alfonso Campisi, professeur de civilisation italienne descendant de colons siciliens, a passé deux décennies à rechercher "l'histoire oubliée" de quelque 130 000 Italiens dans le pays d'Afrique du Nord, en majorité des Siciliens. 

Il a écrit un livre et produit un documentaire pour "donner une voix" à ceux qui ont continué à vivre à La Goulette. 

Son film sur les "Siciliens d'Afrique", qui a été projeté en France, en Italie et à Tunis cet été, examine également le sort de ceux qui sont partis après l'indépendance et se sont retrouvés dans des camps de réfugiés dans le nord de l'Italie.

"(...) Je voulais aussi montrer que la Tunisie était un pays qui accueillait toute cette masse de pauvres, non seulement de Sicile mais aussi de Grèce, de Corse, d'Espagne, de Russie aussi." dit-il. 

Les Italiens se sont dirigés vers la Tunisie par vagues au cours des 19e et 20e siècles, et ils ont laissé une empreinte durable sur l'architecture tunisienne, la cuisine (beaucoup d'assiettes de pâtes) et même le dialecte arabe local.

Beaucoup étaient des artisans, des maçons, des mécaniciens ou des ouvriers agricoles qui avaient fui l'Italie pour échapper à la pauvreté.

La plupart ont quitté la Tunisie après l'indépendance, lorsque les Tunisiens ont été prioritaires pour les emplois publics et la propriété foncière.

Voir plus