Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Elections en Angola : un scrutin "ordonné et pacifique"

Le chef du parti d'opposition, l'UNITA, Adalberto Costa Junior (C), dans un bureau de vote à Luanda, le 24 août 2022.   -  
Copyright © africanews
JOHN WESSELS/AFP or licensors -

Angola

Les Angolais votent pour une élection dans laquelle le président Joao Lourenco cherche à obtenir un second mandat et le parti d'opposition de longue date, l'UNITA, tente de déloger le parti au pouvoir, le MPLA, qui détient le pouvoir depuis 47 ans.

Certains électeurs ont fait la queue à l'aube mercredi, deux heures avant l'ouverture des bureaux de vote à 7 heures, heure locale.

M. Lourenço, chef du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), s'est rendu à 08 h 00 heure locale (07h00 GMT) au bureau de vote de l'Université Lusíada d'Angola, dans le quartier Ingombota de Luanda.

"Nous venons d'exercer notre droit de vote. C'est rapide, c'est simple et nous recommandons à tous les citoyens votants de faire de même. Au final, nous sommes tous gagnants, c'est la démocratie qui gagne, c'est l'Angola qui gagne", a-t-il déclaré.

Une demi-heure plus tard, son grand rival, le leader de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA), Adalberto Costa Júnior, a fait de même, en votant à l'école Estrela da Manhã, dans le quartier de Kilamba, également dans la capitale angolaise.

Très applaudi par ses partisans, Costa Júnior s'est plaint du manque d'inscriptions sur les listes électorales. "J'ai constaté que le vote a lieu sans registres électoraux. Il n'y avait qu'un seul registre électoral sur la table", a-t-il expliqué.

"Malgré cela, je lance un appel à tous les Angolais : votons tous. Aujourd'hui est un jour historique, c'est un jour où j'espère que tout le monde votera dans une atmosphère de tranquillité absolue, dans le respect des lois, et que nous pourrons continuer avec la célébration des élections", a-t-il déclaré.

Lors d'un premier contact avec la presse, le porte-parole de la Commission nationale électorale (CNE), Lucas Quilumbo, a déclaré tôt le ma tin que "le processus se développe de manière ordonnée et pacifique".

Voir plus