Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Un projet de forage gazier va débuter au Zimbabwe

Site du puits, près de la frontière avec le Mozambique.   -  
Copyright © africanews
AFP -

Zimbabwe

La compagnie pétrolière et gazière australienne Invictus Energy a déclaré vendredi qu'elle commencerait le mois prochain à explorer le gaz dans le nord du Zimbabwe.

En cas de succès, cela pourrait conduire à la première production de gaz du Zimbabwe et soulager les problèmes d'électricité du pays.

L'exploration doit commencer à environ 200 kilomètres au nord de la capitale Harare, près de la frontière avec le Mozambique, sur un champ dont on estime qu'il contient 20 trillions de pieds cubes de gaz, selon Invictus. Ce gisement a déjà été exploré par le géant américain Mobil Oil au début des années 1990.

"Nous prévoyons de commencer le forage début septembre", a déclaré Barry Meikle, directeur national d'Invictus, sur le site du puits à Muzarabani.

Invictus Energy a signé l'accord d'exploration, de développement et de production avec le Zimbabwe en 2018. Elle prévoit de construire une installation de transformation du gaz en électricité pour alimenter le réseau national. Le pays est en proie à des pénuries d'énergie forçant des coupures jusqu'à 15 heures par jour.

"Nous avons un déficit d'énergie dans ce pays, donc si nous sommes en mesure de faire un projet de gaz à l'électricité à court terme, il y aura un avantage immédiat en termes de production d'électricité", a déclaré Meikle à l'AFP. "Ce sera le début d'une très grande industrie".

"Si nous réussissons, ce projet sera transformationnel - un changement de jeu pour le Zimbabwe" a déclaré Joe Mtizwa, vice-président d'Invictus Energy. Mais les écologistes sont méfiants.

"Pour l'instant, le projet est au stade de l'exploration, l'impact sur l'environnement est donc marginal", a déclaré l'écologiste Farai Maguwu. Mais "lorsque le projet battra son plein, nous nous attendons à... une grave pollution de l'environnement", a prévenu le fondateur du Centre for Natural Resource Governance.

M. Maguwu a déclaré qu'il craignait que la construction de centaines de kilomètres de gazoducs entraîne le déplacement de personnes, ainsi que la destruction de la végétation et des habitats des animaux.

Et "bien que le gaz naturel soit considéré comme plus propre que le charbon, il émet toujours des polluants tels que le méthane, un gaz mortel qui piège la chaleur", a-t-il ajouté.

Voir plus