Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Côte d'Ivoire : élue présidente du MGC, Simone Gbagbo se positionne

Simone Ehivet Gbagbo (C), présidente du Mouvement des Générations Capables (MGC), reçoit le drapeau de son parti après son investiture à Abidjan le 20 août 2022.   -  
Copyright © africanews
SIA KAMBOU/AFP or licensors -

Côte d'Ivoire

À deux ans de la présidentielle de 2025 en Côte d'Ivoire, l'ancienne première dame Simone Gbagbo lance son parti politique.Seule candidate à la présidence du Mouvement des générations capables MGC, Simone Ehivet Gbagbo a été élue à l'unanimité par plusieurs centaines de délégués venus de tout le pays.

Elle marque ainsi une franche rupture politique avec l'ancien président Laurent Gagbo, avec qui elle a fondé le Front populaire et ivoirien en 1982 au pouvoir du pays entre 2000 et 2011 et aux côtés de qui elle gouvernera la Côte d’Ivoire pendant dix ans. "Ce parti veut travailler à la construction d'une Côte d'Ivoire attachée à des valeurs. Nous sommes un parti qui a pour idéal de construire une Côte d'Ivoire réconciliée, pleine de justice et d'équité", a-t-elle déclaré.

Si cette rupture politique avec l’ex-président fait suite à une rupture d’ordre privée, Simone et Laurent Gbagbo étant en instance de divorce à la demande de ce dernier, la présidente du MGC a toutefois défendu son ancien mari en demandant au président Alassane Ouattara d’amnistier son futur ex-mari au nom d’une réconciliation nationale.

"La grâce présidentielle accordée au président Laurent Gbagbo en lieu et place d'une amnistie aggrave davantage l'atmosphère socio-politique du pays, donc nous ne dirons pas merci à Alassane Ouattara." a ajouté Simone Gbagbo, présidente du Mouvement des générations capables. 

A 73 ans, l’ancienne première dame revient sur la scène politique à la tête du MGC. Avant d’être transformée en parti politique, il s’agissait d’une coalition de mouvements soutenant Mme Gbagbo, créée en septembre dernier, avec déjà dans sa ligne de mire la prochaine présidentielle.

Simone Gbagbo a profité de son discours d’inauguration pour présenter ce qui semblait être une esquisse de programme électoral, annonçant vouloir augmenter le pouvoir d’achat, réformer le système électoral lutter contre tout trafic et aussi la menace djihadiste présente à la frontière de la Côte d’Ivoire.

Voir plus