Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : l'armée retrouve une troisième "fille de Chibok" en un mois

Nigeria : l'armée retrouve une troisième "fille de Chibok" en un mois
Hauwa Joseph et Mary Dauda, écolières de Chibok enlevées, posent avec leurs bébés à la caserne de Maimalari à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, le 21 juin 2022   -  
Copyright © africanews
AUDU MARTE/AFP or licensors -

Nigéria

L'armée nigériane a annoncé mercredi avoir retrouvé une ancienne élève des "filles de Chibok", la troisième en un mois, elles qui avaient été enlevées par le groupe djihadiste Boko Haram il y a huit ans.

La jeune femme faisait partie des 276 écolières âgées de 12 à 17 ans enlevées en 2014 de leur pensionnat de Chibok, dans le nord-est du Nigeria. Cette affaire avait provoqué une campagne mondiale baptisée #BringBackOurGirls ("#RamenerNosFilles").

Le général Christopher Musa, le commandant des forces militaires dans la région, a présenté à la presse Ruth Bitrus, 24 ans, avec son fils de deux ans devant une caserne militaire. "Aujourd'hui, nous avons parmi nous l'une des filles de Chibok, la troisième que nous ayons retrouvée en deux mois", a déclaré le général Musa lors de la cérémonie. Il n'a pas précisé quand Ruth Bitrus avait été retrouvée.

La jeune femme, qui avait 16 ans lorsqu'elle a été enlevée, s'est échappée de nuit et a marché pendant trois jours dans la brousse avant d'atteindre la ville de Bama et de se présenter aux soldats. "J'ai cherché un moyen de m'échapper le jour même où nous avons été kidnappées", a-t-elle déclaré aux journalistes, portant son enfant dans les bras."J'ai été forcée de me convertir à l'islam et mariée à un homme avec qui j'ai eu cet enfant".

Le mois dernier, deux autres "filles de Chibok" avaient été retrouvées séparément après leur fuite de la forêt de Sambisa, un des principaux repaires des djihadistes. Sur les 276 écolières enlevées en 2014, 57 d'entre elles avaient réussi à prendre la fuite et 80 autres avaient été échangées contre des commandants de Boko Haram dans le cadre de négociations avec les autorités.

Par la suite, d'autres filles ont été retrouvées mais plus de 100 sont toujours portées disparues. Selon les vidéos de propagande, beaucoup auraient été mariées de force à des combattants jihadistes.

Depuis l'enlèvement "des filles de Chibok", de nombreuses autres écoles ou universités ont été attaquées dans le nord du Nigeria ces dernières années, certaines par des djihadistes, mais surtout par des groupes criminels qui pratiquent des enlèvements de masse contre rançons.

L'insurrection jihadiste dans le nord-est dure depuis 13 ans et a fait 40 000 morts et 2,2 millions de déplacés.

Voir plus