Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Égypte : les péniches sur le Nil menacées de démolition

L'un des bateaux-maisons habituellement amarrés sur l'une des rives du Nil remorqué par les autorités le 27 juin 2022, dans le cadre d'un décret plus large visant à nettoyer t   -  
Copyright © africanews
KHALED DESOUKI/AFP or licensors -

Egypte

Des dizaines de bateaux-maisons flottent sur le Nil, le long du quartier populaire d'Imbaba face à la très chic île de Zamalek au Caire, la capitale égyptienne. Mais bientôt, ces images appartiendront au passé. Pour cause, le 20 juin, les occupants de ces habitations aquatiques ont été priés par les pouvoirs publics soit de plier bagages soit de les transformer en centre commercial sous deux semaines.

Aux propriétaires, l'Etat réclame des arriérés pour le stationnement, la concession du dock et l'immatriculation, entre 40.000 et 50.000 euros, soit 20 fois plus que ce qu'ils payaient.

 "Comment des maisons historiques, des habitations de personnes vivant au cœur de la ville, peuvent-elles être démolies de manière aussi agressive et soudaine ? Alors qu'elles ne causent aucun problème, au contraire elles sont écologiques... juste pour être transformées en cafés ? ", s’interroge Ahdaf Soueif, romancière britannico-égyptienne et habitante d'une péniche.

Certains y ont mis les économies d'une vie, d'autres y ont une agréable résidence d’été : mais dans deux semaines, la messe sera dite. Malgré les arguments écologiques et historiques avancés par les propriétaires.

"La maison que nous avons ici est vraiment ancienne, c'est le vieux modèle de péniches, comme elles l'étaient dans les films de Naguib Mahfouz (romancier égyptien lauréat du prix Nobel) ou les autres films célèbres de l'âge d'or du cinéma égyptien.", souligne Jérôme Geyer, habitant de la péniche

Il est certain que beaucoup d'argent a été dépensé pour faire de cette maison ce qu'elle est aujourd'hui. Il n'y a pas que l'argent, il y a aussi le temps, les vies humaines, les efforts qui comptent vraiment."

Un ordre d'expulsion, sans autres formes de procès. Sans dédommagement, ni proposition de relogement applicable dans deux semaines. Les activistes dénoncent un manque de concertation avec les habitants.

Voir plus