Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Énergies fossiles et protection des océans, l'impossible conciliation ?

Conférence de Lisbonne sur les océans   -  
Copyright © africanews
Africanews -

Portugal

L'urgence décrétée à Lisbonne ne pourra être surmontée que si l'humanité parvient à résoudre différentes contradictions.

Par exemple, l'extraction en eaux profondes des ressources énergétiques fossiles se heurte à la préservation des océans.

Parmi les pays exportateurs de pétrole, certains responsables politiques sont conscients de la nécessité de trouver de nouvelles solutions.

"Les chefs d'État et de gouvernement, les représentants de la communauté scientifique, du secteur privé et de la société civile chercheront, lors de ce sommet, à trouver des réponses au besoin croissant de mettre en œuvre de nouveaux paradigmes d'exploitation durable des immenses ressources que les océans mettent à notre disposition, que nous devons chercher à exploiter de manière toujours plus durable et à préserver pour les générations futures.", a expliqué João Lourenço, Président de l'Angola.

Les ressources fossiles sont des sources de richesse dont aucun pays ne peut se passer,  surtout lorsqu'elles permettent d'atteindre d'autres objectifs de développement.

''Bien que nous sachions que la question de l'exploration des hydrocarbures, comme d'autres explorations qui se font en mer, a des effets néfastes. Non, si nous ne contrôlons pas les situations, nous avons d'autres avantages qui sont liés à nos indices de développement. Naturellement, pour un pays comme le nôtre, nous devons recourir à ces ressources afin de répondre à certains besoins pressants de la société.'', a déclaré Lídia Cardoso, ministre de la mer, des eaux intérieures et de la pêche.

L'équilibre est délicat mais possible, même si un changement de paradigme énergétique est nécessaire.

'' L'industrie pétrolière et gazière a été totalement réglementée. Et la biodiversité peuvent coexister avec des opérations durables si elles sont correctement autorisées avec une évaluation de l'impact environnemental. Et je comprends que dans les pays en développement, les revenus sont extrêmement importants. Je comprends que nous traversons actuellement une crise des besoins en combustibles fossiles. Cependant, la crise la plus importante, le tableau le plus large, c'est le climat, c'est l'effet que cela a sur l'océan.'', explique Prof. David Johnson, coordinateur du GOBI.

Pour faire face à ce défi, l'action des décideurs politiques ou des agents économiques ne suffit pas. Après tout, nous sommes tous des consommateurs d'énergie.

Voir plus