Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

L'Angola tente d'apaiser les tensions dans l'est de la RDC

Des présumés rebelles burundais capturés en République démocratique du Congo (RDC).   -  
Copyright © africanews
ONESPHORE NIBIGIRA/AFP or licensors -

Angola

Le conflit entre la République démocratique du Congo et ses voisins, le Rwanda et l'Ouganda, ne date pas d'hier. Dans la région des Grands Lacs, les tensions raciales et la convoitise des richesses minières ont entraîné l'apparition de plusieurs milices rebelles dans la région du Nord-Kivu.

Né en 2012, le mouvement du 23 mars a rapidement occupé une grande partie de la province avant d'être défait et dissous dans le cadre d'un accord de paix régional signé à Nairobi en décembre 2013. Alors désarmés, la plupart des rebelles du M23 sont déplacés dans des camps en Ouganda.

"Les rebelles disent que le gouvernement n'a pas respecté l'accord qui a été signé à l'époque avec Joseph Kabila Fils, et donc à ce moment-là, en 2021, le mouvement a refait surface et a repris très violemment", explique l'analyste politique Albino Pakisi. "Entre-temps, les forces internationales et le gouvernement congolais lui-même disent que l'Ouganda, mais aussi le Rwanda à travers son président Paul Kagame, soutiennent ce mouvement rebelle en fournissant des armes et des munitions pour favoriser l'instabilité dans l'Est."

Présidant la Conférence internationale de la Région des Grands Lacs, l'Angola a multiplié les tentatives pour pacifier la région.

Après avoir reçu en urgence son homologue congolais, Félix Tshisikedi début juin, le président João Lourenço tente de réunir les chefs d'Etat voisins autour d'une même table. Mais la tâche est rendue difficile par les intérêts économiques en jeu.

"Le Congo a actuellement beaucoup de groupes en guerre dans notre pays, en particulier dans l'Est parce que cette région est riche en minéraux utiles dans la vie courante, pour faire des batteries par exemple", détaille l'homme d'affaires Jeremy Salvador Salabiaku. "Mais nous ne comprenons pas pourquoi les étrangers qui souhaitent avoir ces minéraux ne viennent pas signer un contrat avec le gouvernement ?"

Les évolutions technologiques ont accéléré la demande mondiale en coltan, minerai indispensable à la fabrication des smartphones et des ordinateurs. Et le Nord-Kivu, région congolaise à la frontière avec le Rwanda et l'Ouganda, détient entre 60 et 80 % des réserves mondiales de coltan.

Voir plus