Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Kenya : la filière du khat attend la reprise des ventes vers la Somalie

Des commerçants de khat transportant des pousses pour le transport sur un marché en plein air à Maua, dans le comté de Meru, le 31 mai 2022.   -  
Copyright © africanews
SIMON MAINA/AFP or licensors -

Kenya

Dans la ville de Maua, au Kenya, c'est l'effervescence. Depuis que la Somalie a accepté de reprendre les vols commerciaux de khat, les commerçants s'impatientent. Des dizaines de tonnes de cette plante légèrement narcotique et coupe faim étaient acheminées chaque jour dans le pays avant la pandémie de Covid-19.

"Une reprise des vols de khat vers la Somalie signifiera tout pour nous", explique le président de l'Association des commerçants de Nyambene Miraa, Kimathi Munjuri. "Nos familles ont été anéanties par ce blocage. Tout est devenu très compliqué à tous les niveaux, des agriculteurs, à tous ceux qui sont impliqués dans le commerce de la plante."

Sur les 150 tonnes de khat expédiées chaque jour à l'étranger, un tiers était destiné à la Somalie. Et les bénéfices irriguaient toute la région.

"Au plus haut niveau, avant le blocage, on arrivait à près de 16 millions de shillings kényans (130 000 euros) par jour. À d'autres moments, la moyenne est de 10 millions de shillings kényans (80 000 euros). On perd de l'argent depuis mars 2020, lorsque on a commencé à avoir ce problème", continue le président de l'association.

Depuis la réouverture des espaces aériens, le khat n'est plus expédié en Somalie, les vols n'ayant pas repris à cause de tensions diplomatiques entre les deux pays.

"On avait l'habitude d'exporter vers la Somalie et le Royaume-Uni", détaille le cultivateur David Muchoka. "Londres n'achète plus et ça nous a impactés. Après un temps, la Somalie a également été 'bloquée' et ça a continué de nous toucher. On espère que lorsque ces marchés s'ouvriront à nouveau, tout redeviendra comme avant."

Parfois considéré comme une drogue, le khat est interdit dans certains pays, ce qui limite son potentiel d'exportation.

Voir plus