Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Afrique du Sud : prêcher le vivre-ensemble sur les tatamis

L'entraîneur congolais Rufolph Ngala donne un cours au Dojo de l'espoir à Alexandra, Johannesburg, le 6 juin 2022.   -  
Copyright © africanews
MARCO LONGARI/AFP or licensors -

Afrique du Sud

Dans un dojo d’Alexandra, un township de Johannesburg en Afrique du Sud, des jeunes s’entraînent aux arts martiaux. Une première dans ce quartier défavorisé et régulièrement touché par la xénophobie.

Mais au-delà des principes du judo, dans ce centre crée par l’organisation ‘’ judo pour la paix’’, ces apprentis de diverses origines, sont en réalité à l’école du vivre-ensemble.

"L'amitié, le respect, ce sont toutes des choses qui sont enseignées sur le tapis, sur le tatami, comme nous l'appelons. Ce sont donc des choses que les enfants apprennent jour après jour, en participant ensemble à des activités, en travaillant ensemble, ils apprennent aussi à vivre ensemble.", souligne Roberto Orlando, coordinateur de Judo for Peace en Afrique du Sud.

La recette marche en témoignent ces sourires. Et pour coller au plus près de sa philosophie, le centre a fait le choix d’intégrer un migrant parmi ses instructeurs.

."Je pense que c'est très significatif d'avoir un entraîneur migrant ici, un entraîneur congolais dans un endroit comme Alexandra. C'est un endroit où les gens peuvent s'habituer à voir les réfugiés comme quelqu'un qui apporte des compétences au pays.", explique Roberto Orlando.

Âgé de 21 ans, Rudolph Ngala, a quitté Kinshasa en RDC. Mais ici, la xénophobie gagne du terrain notamment avec le mouvement ‘’dudula’’, qui a dans sa ligne de mire, les migrants illégaux.

"Pour moi, à Alexandra, tous ceux qui vivent ici sont comme ma famille. Je suis congolais, je suis noir, je suis africain, nous sommes tous africains. Pour moi, il est important d'aider les enfants ici car cela aide tout le monde. Ainsi, lorsque nous apprenons, ce qui était difficile devient facile.", explique l'instructeur congolais. 

L'Afrique du Sud est épisodiquement en proie à des flambées xénophobes. Alexandra a été l’épicentre des violences qui ont fait 60 morts en 2008.

Voir plus