Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Cameroun : un "tireur isolé" tue 7 villageois de Belel

Cameroun : un "tireur isolé" tue 7 villageois de Belel
Photo d'illustration : des Camerounais dans un véhicule de police à Buea, à environ 60 km à l'ouest de Douala, le 1er octobre 2017   -  
Copyright © africanews
STRINGER/AFP or licensors -

Cameroun

Un tireur isolé a ouvert le feu sur les habitants de quatre villages du nord-est du Cameroun lundi, tuant sept personnes et blessant grièvement deux autres, ont annoncé jeudi le préfet local et la télévision d'État.

Rien n'a filtré à ce stade sur ses motivations. Ce "tireur isolé, porteur d'une arme de guerre de type AK47 et de quatre chargeurs garnis des deux côtés de sa ceinture, a ouvert le feu sur les populations innocentes" de quatre villages de la localité de Belel, dans la région de l'Adamaoua, a déclaré dans un communiqué Yves Bertrand Awounfac Alienou, préfet du département de la Vina où est situé Belel.

Ces attaques ont fait "sept morts et deux blessés graves", selon le préfet, bilan confirmé par la télévision d'État Cameroun Radio-Télévision (CRTV) qui évoque un "tueur en série" et précise que quatre de ses victimes sont mortes sur le coup et trois de leurs blessures à l'hôpital.

Le tireur a pris la fuite et est "introuvable", selon la CRTV. Le préfet Awounfac Alienou a assuré que les forces de sécurité sont mobilisées pour le retrouver mais a appelé la population à se "mobiliser massivement (...) en groupes d'auto-défense pour le traquer".

Par le passé, l’Adamaoua, frontalier avec la Centrafrique et le Tchad, était le théâtre de prises d'otages régulières avec demandes de rançons. Ces rapts, en régression, sont souvent imputés par l'armée à des groupes criminels venant du Tchad, de la Centrafrique et du nord du Cameroun.

Une opération militaire de lutte contre les kidnappings a été lancée il y a plus de deux ans et a déjà abouti à la libération de 46 otages et la saisie de 36 armes de guerre et 2 228 munitions entre 2018 et 2020, selon un bilan dressé par le Bataillon d'intervention rapide (BIR), une unité d'élite de l'armée déployée dans la région.

Voir plus