Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Bousculade au Nigeria : l'église recherche les proches des victimes

Port-Harcourt   -  
Copyright © africanews
AP Photo -

Nigeria

Une église de la ville de Port Harcourt, dans le sud du Nigeria, tente toujours de retrouver les proches de certaines des victimes de la bousculade qui a fait 31 morts samedi.

La tragédie s'est produite lorsqu'une foule s'est précipitée pour recevoir de la nourriture et d'autres cadeaux distribués aux pauvres, ce qui a provoqué une bousculade.

L'une des plus jeunes victimes de la bousculade mortelle était Delight Eke, âgé de cinq ans. Ses parents l'avaient emmené avec ses deux jeunes frères et sœurs à l'événement caritatif. Mais il n'en est pas sorti vivant. Beaucoup de ceux qui sont morts dans la bousculade étaient des femmes et des enfants.

"Quand j'ai repris conscience, j'ai commencé à chercher mon fils. Je l'ai vu et quand je l'ai regardé, j'ai vu qu'il était déjà sur le sol, mort. Je l'ai soulevé et j'ai essayé de crier à l'aide. Même la sécurité, ces gens qui étaient en charge, ils portaient ce polo noir, nous ne pouvions voir personne pour nous aider. Ce que nous voyons, c'est que les gens se dispersent. Je ne sais pas s'ils essayaient de nous aider ou de sauver leur propre vie ou de voir ce qu'ils peuvent faire. Je ne sais pas. Tout ce que j'ai vu c'est des gens courir. Je ne sais pas s'ils essayaient de nous aider ou de sauver leur propre vie ou de voir ce qu'ils pouvaient faire. Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c'est que je criais à l'aide, mais il y avait personne pour m'aider", a déclaré Samuel Eke, le père de Delight.

Une autre victime est Delight Ogazilim Boms, âgée de sept ans. Elle était là avec sa mère lorsque la poussée frénétique a commencé.

"C'est de ma fille que nous parlons. J'ai trois enfants, trois filles. Parmi elles, elle était la première. Elle était si proche de moi. Je l'emmène partout, je l'emmène dans tous nos programmes ministériels. Dans l'église, tout le monde la connaît", a déclaré Jude Boms, son père.

L'ami d'une autre victime, Patience Emesiobi, 37 ans, mère de deux enfants, a déclaré qu'il avait déposé Patience tôt dans la soirée, mais qu'il avait été rappelé après la bousculade mortelle.

"Je me suis précipité vers l'entrée. Il n'y avait aucun moyen pour moi de traverser la foule. J'ai dû escalader la clôture pour accéder aux locaux. Et quand je suis arrivé vers la porte, autour du poste de sécurité, il y avait beaucoup de personnes touchées. J'essayais vraiment de savoir où était mon amie. Je l'ai finalement vue, et à mon avis, à ce moment-là, elle était sans vie. L'église a demandé aux protocoles de nous laisser transporter ces personnes à l'hôpital. Avec trois autres personnes, nous avons pris un véhicule fourni par l'église et nous l'avons emmenée à l'hôpital militaire, où son décès a été confirmé", a déclaré Felix Enizibo.

La police enquête sur l'incident. L'Église a publié une déclaration indiquant qu'elle s'efforçait d'identifier les proches des victimes, dont certains attendaient des nouvelles à l'extérieur de l'église.