Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : au moins 21 cas confirmés de variole du singe, dont 1 mort

Nigeria : au moins 21 cas confirmés de variole du singe, dont 1 mort
Photo d'archive de 1997 d'une épidémie de variole du singe en RDC   -  
Copyright © africanews
AP/http://www.cdc.gov/ncidod/eid/vol7no3/hutin.htm CDC – Yvan J.F. Hutin, et al. <u>Outbreak of Human Monkeypox, Democratic Republi -

Nigéria

Le Nigeria a enregistré 21 cas confirmés d'infection au virus de la variole du singe depuis le début de l'année, dont un mortel, a annoncé l'agence nationale de contrôle des maladies.

La variole du singe, dont plusieurs cas ont été récemment détectés en Europe et en Amérique du Nord, est une maladie rare originaire d'Afrique dont on guérit en général spontanément.

Dimanche soir, le Centre de contrôle des maladies du Nigeria (NCDC) a déclaré que 66 cas suspects ont été rapportés dans neuf États du pays ainsi qu'à Abuja, la capitale.

Au moins 21 cas ont ensuite été confirmés comme des infections au virus de la variole du singe. Un homme de 40 ans, souffrant également d'une maladie rénale, est décédé.

Conséquences sanitaires

Au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, le risque d'exposition à la variole du singe est élevé mais les conséquences sanitaires sont relativement faibles, selon la NCDC.

"La situation actuelle dans le pays et dans le monde n'a montré aucune menace significative (...) pouvant entraîner une maladie grave ou un taux de létalité élevé".

La variole du singe est une maladie infectieuse causée par un virus transmis à l'homme par des animaux infectés. La transmission de personne à personne est possible mais est considérée comme rare.

Maladie endémique

Identifiée pour la première fois chez l'homme en 1970 en République démocratique du Congo, la maladie est maintenant considérée comme endémique dans une douzaine de pays africains.

Ses symptômes sont une forte fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, puis l'apparition d'éruptions cutanées, lésions, pustules.

Jusqu'à présent, les cas confirmés dans les régions non endémiques sont généralement bénins et aucun décès n'a été signalé.

Flambées épidermiques

Un pic de cas de variole du singe signalés en Europe et aux États-Unis a suscité des inquiétudes dans ces pays, dont beaucoup n'ont pas enregistré un seul cas de la maladie depuis des années. 

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 200 cas de la maladie ont été signalés dans plus de 20 pays qui ne sont pas habituellement connus pour connaître des épidémies.

La variole du singe n'a jamais déclenché de flambées épidémiques en dehors de l'Afrique, où elle est endémique.

Faible dangerosité

L'un des nouveaux cas au Royaume-Uni a été enregistré chez un homme quelques jours après son arrivée du Nigeria le 4 mai. Le Nigeria a enregistré six cas confirmés de la maladie depuis que le citoyen britannique a quitté le pays.

Le Dr Ifedayo Adetifa, responsable du Centre de contrôle des maladies du pays, a déclaré à l'Associated Press que rien n'indique que le citoyen britannique ait contracté la maladie au Nigeria et que le pays reste prêt à réagir à une épidémie de variole du singe.

"Le plus grand défi à relever avec une maladie comme la variole du singe est qu'elle n'est pas courante et que le risque perçu par la population quant à la dangerosité de cette maladie est très faible. C'est pourquoi nous avons organisé des formations de sensibilisation et de plaidoyer pour accroître le niveau de sensibilisation des travailleurs de la santé", a déclaré Ifedayo Adetifa.

Voir plus