Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Comment la tech africaine peut prospérer - et pas seulement en légalisant le bitcoin

Comment la tech africaine peut prospérer - et pas seulement en légalisant le bitcoin
Depuis 2018, plusieurs pays africains ont lancé des initiatives visant à créer des crypto-monnaies contrôlées par les pouvoirs publics   -  
Copyright © africanews
Canva -

cryptomonnaie

**Il y a tout juste un mois, la République centrafricaine (RCA) est devenue le deuxième pays à voter en faveur de l'adoption du bitcoin, rejoignant ainsi le Salvador, premier pays à donner cours légal à la crypto-monnaie il y a maintenant sept mois. 
**

L'une des façons dont la crypto peut aider la RCA est qu'elle peut offrir des services financiers à la grande majorité de la population qui est "non bancarisée".

"L'objectif du bitcoin et des crypto-monnaies est de provoquer des perturbations", a déclaré Lacina Koné, directeur général et PDG de Smart Africa, une institution panafricaine approuvée par l'Union africaine.

Le groupe œuvre à l'amélioration du paysage numérique en Afrique et travaille avec le secteur privé et les gouvernements. Il est également l'œuvre du président du Rwanda, Paul Kagame.

"Cela va donc continuer. La crypto-monnaie n'est qu'une question de temps. Et ce qui rend la crypto-monnaie très attrayante aussi pour l'Afrique, c'est que nous avons plus de 50 pays et cela représente plus de 50 monnaies", a-t-il déclaré à Euronews Next.

Mais Lacina Koné explique aussi que cela signifie qu'il y a également plus de 50 départements de réglementation, ce qui pourrait être l'un des principaux défis pour les crypto-monnaies qui prospèrent sur le continent.

Un autre problème pour la RCA est que seulement 4 % de la population a accès à Internet, selon WorldData, et l'accès à l'électricité s'avère parfois limité.

Cela signifie que le minage de crypto-monnaies et les transactions peuvent être impossibles.

Lacina Koné souligne qu'il y a également une différence entre les gouvernements qui adoptent des crypto-monnaies destinées à être vendues par le gouvernement et les banques nationales et les crypto-monnaies flottant librement comme le bitcoin, qui ne sont la propriété de personne.

Depuis 2018, plusieurs pays africains ont lancé des initiatives pour créer des crypto-monnaies contrôlées par le gouvernement, connues sous le nom de monnaies numériques des banques centrales (CBDC).

Le Nigeria, qui était autrefois présenté comme le deuxième plus grand marché de bitcoins au monde après les États-Unis, a interdit le bitcoin en 2021, puis a lancé sa propre CBDC, l'eNaira.

Le passage aux CBDC intervient au milieu d'un boom de la fintech qui a vu les investissements dans ces start-ups augmenter.

La transformation numérique de l'Afrique

Près de 5 milliards de dollars (4,8 milliards d'euros) ont été levés par les start-ups africaines en 2021. Sur ce montant, 62 % des financements sont allés à des entreprises fintech, à des paiements numériques et à d'autres solutions liées à la finance, selon la société de recherche Briter Bridges.

"Si vous regardez les développements récents en termes de technologie mobile, parler spécifiquement de l'argent mobile est exactement le domaine dans lequel l'Afrique devrait s'efforcer, à savoir la fintech", a déclaré Koné.

"L'Afrique est un continent mobile-first, donc vous pouvez vraiment voir où l'Afrique devrait vraiment se positionner pour un avantage concurrentiel et le paysage de l'économie numérique", a-t-il ajouté.

Alors que l'Afrique est florissante dans le secteur des fintechs, ce n'est que par une transformation numérique que le continent pourrait rattraper les autres nations, soutient Koné.

Pour y parvenir, l'Afrique devra remédier à sa pénurie de compétences.

Bien que l'Afrique s'appuie sur une population jeune, il faut davantage d'éducation pour remédier à une pénurie de compétences en partie causée par une fuite des cerveaux, ajoute Lacina Koné.

"Nous parlons de la difficulté de trouver des travailleurs parce que la technologie est très rapide mais l'éducation est à la traîne. Pourtant, l'Afrique offre d'énormes possibilités aux jeunes générations", conclut-il.