Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Les ambitions de relance de l'Afrique du Sud au Forum économique mondial de Davos

Focus   -  
Copyright © africanews
euronews -

Suisse

Alors que le monde est confronté à des défis sans précédent avec la guerre en Ukraine et les contrecoups économiques du Covid-19, de nombreux pays - dont l'Afrique du Sud - sortent du marasme avec de grandes ambitions pour l'avenir. L'agence de notation Standard and Poor's Global vient de relever ses perspectives pour le pays.

"Il y a eu une perception négative de la politique de croissance de l'Afrique du Sud, de l'incertitude et des facteurs négatifs. Ce que nous faisons ici, c'est essayer de mettre en avant ce qui se passe sur le terrain, cette grande transformation, l'accent mis sur les énergies renouvelables, la trajectoire de croissance liée aux marchés financiers et aux matières premières et le regain d'intérêt des investisseurs étrangers pour l'Afrique du Sud. En ce moment, l'Afrique du Sud est relativement bien positionnée par rapport aux autres pays des BRICS", explique Leila Fourie, directrice générale de la bourse de Johannesburg.

En 2021, 4,9% de croissance

L'Afrique du Sud n'a pas échappé aux effets négatifs de la pandémie. Mais, le gouvernement dit avoir réagi fermement. Il a notamment pris la tête d'une alliance internationale pour fournir des vaccins à l'Afrique, souligne la ministre pour le Développement humain, Mmamoloko Tryphosa Kubayi.

"En tant que pays, ce que nous avons pu faire, ce n'est pas seulement de parler pour nous-mêmes en termes d'accès au vaccin, mais nous avons été la voix du continent en disant aussi à la communauté internationale d'assurer une équité afin que toutes les nations puissent avoir accès à ces vaccins, pour qu'elles puissent se rétablir. Cela a fait de nous un pays leader en termes de défense des plus vulnérables", nous dit-elle.

L'économie sud-africaine a commencé à se redresser en 2021, avec une croissance de 4,9 %. Et les investissements directs étrangers ont également bondi en 2021, pour atteindre 36 milliards d'euros.

Lancé lors de la COP26, le Partenariat pour une transition énergétique juste vise à aider l'Afrique du Sud à décarboniser son économie.

"Notre système énergétique est train de s'effondrer"

Jusqu'à 8 milliards d'euros seront disponibles au cours des trois à cinq prochaines années - un soutien essentiel à la poursuite du redressement du pays, estime Mark Swilling, président du Conseil d'administration de la Banque de développement d'Afrique Australe.

"C'est absolument essentiel. Notre système énergétique est littéralement en train de s'effondrer. Notre plan de relance économique n'a aucune chance de marcher si le problème du système énergétique n'est pas résolu. Et il y a donc toute une série de changements réglementaires nécessaires pour s'assurer de relever ses défis. Et nous avons besoin d'investissements internationaux et locaux importants dans la transition énergétique. Nous devons réussir pour l'avenir de l'Afrique du Sud", dit-il.

En tant que septième producteur mondial de charbon, l'Afrique du Sud compte un grand nombre d'emplois dans ce secteur et la Banque de développement veut s'assurer que ses travailleurs ne paient pas le prix de la transition.

Gérer la transition écologique de "manière responsable"

"En tant que pays et avec nos partenaires internationaux, nous devons commencer à dire comment gérer la transition d'une manière responsable et d'une manière qui ne nuit pas à l'économie, d'une manière qui rende notre économie encore meilleure parce que nous sommes une nation avec un triple défi important - le chômage, l'inégalité et la pauvreté. Donc comme les défis sont importants, nous devons dire comment changer et transformer prudemment notre économie, de manière à créer plus d'emplois, à créer une économie beaucoup plus inclusive. C'est ainsi que nous serons en mesure d'accéder à ces investisseurs internationaux", commente Patrick Dlamini, PDG de la Banque de développement de l'Afrique du Sud.

Il ne s'agit pas seulement d'investir dans les grandes entreprises, les PME et les entreprises sociales ont un rôle vital à jouer. Et une des clés pour attirer les investissements, est de penser aux entreprises comme une force positive souligne Rene Parker, PDG de RLabs une actrice de l'innovation sociale.

"Lorsque nous faisons des affaires, nous faisons des affaires bonnes pour tous, c'est la philosophie des entreprises sociales. Et cela devrait devenir une norme, même pour les grandes entreprises. Nous devrions faire de bonnes affaires, nous devrions être conscients de l'environnement des personnes qui nous entourent, de nos communautés, c'est quelque chose qui devrait être inné dans la conduite des affaires", plaide-t-elle.

Comme pour toutes les conférences internationales, le succès de la réunion se jouera dans les années à venir. Mais le message de l'Afrique du Sud est que le pays est ouvert et accueillant pour les investissements dans un monde post-pandémie.

Voir plus