Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

La Centrafrique juge "alarmant" l'état de ses finances

La Centrafrique juge "alarmant" l'état de ses finances
Le président Faustin Archange Touadera de la République centrafricaine s'adresse à l'Assemblée générale de l'ONU, le 22 septembre 2017   -  
Copyright © africanews
Richard Drew/AP -

République Centrafricaine

La situation des finances publiques en Centrafrique, deuxième pays le moins développé au monde selon l'ONU et en guerre civile depuis neuf ans, est "alarmante", a déclaré le ministre de l’Économie dans un communiqué transmis mercredi à l'AFP.

"La situation s'annonce très préoccupante pour la trésorerie de l’État", a affirmé Hervé Ndoba, évoquant une "situation alarmante". Et de poursuivre : "L'avenir paraît très incertain pour les finances publiques et l'économie nationale".

La Centrafrique, pays d'environ 5,5 millions d'habitants, est le théâtre depuis 2013 d'une guerre civile qui a toutefois considérablement baissé d'intensité depuis 2018.

En juin 2021, la France, ancienne puissance coloniale, avait annoncé le gel "jusqu'à nouvel ordre" de son aide budgétaire, de l'ordre de 10 millions d'euros, à la Centrafrique, jugée "complice" d'une campagne antifrançaise téléguidée par la Russie.

Offensive rebelle

En décembre 2020, la Russie a dépêché d'urgence des centaines de paramilitaires au secours de l'armée démunie du président Faustin Archange Touadéra, pour repousser une offensive rebelle qui menaçait Bangui.

L'ONU, la France et des ONG internationales estiment qu'il s'agit en fait de "mercenaires" du groupe de sécurité privé Wagner, et que le pouvoir centrafricain a placé le pays sous la coupe de ce groupe russe qui "pille" les ressources du pays en échange de son soutien militaire.

"En l'absence des financements extérieurs, l’État n'est plus en mesure d'exécuter le budget initial de manière intégral", selon le communiqué du ministère de l’Économie, qui évoque également "des coupes de 40 à 60% dans le budget" de certains ministères, sans préciser lesquels.

Voir plus